AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Maria
Ligue B
Ligue B
avatar

Pouvoir : Invocatrice d'escaliers
Points de Réputation : 16 600 points
Messages : 86

MessageSujet: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Ven 11 Juil - 14:50

Spoiler:
 

Mais que fait Maria en Sicile? Bah... ses parents sont siciliens vous le saviez pas?! Bon, pas ses deux parents. Sa mère est Milanaise mais son père est originaire de Syracuse en Sicile où il a de famille encore. Vous savez les italiens ont tous un tonton américain. Bah dans la famille de Maria, c'est son père le tonton américain. Et du coup, l'été, ils décidèrent de partir en Sicile en vacance pour permettre au père de revoir sa famille et aussi faire des vacances à tout le monde au soleil en bord de méditerranée. Ils seraient hébergés par l'une des tante de Maria. et puis comme ça, toute la famille irait également voire la famille en Sicile puisque tous les frères de Maria étaient aussi de la partie. c'était la première fois qu'ils venaient en Sicile puisque les parents n'avaient pas assez d'argent pour payer un vol de la Californie jusqu'en Sicile pour 6 personnes. Là plus encore vu que 2 frères avaient amenés leurs chères et tendres. Mais l'un des frères qui travaillait déjà avait participé à l'achat des billets donc cette fois c'était possible. Le père de Maria était excité et heureux à la fois à l'idée de présenter ses enfants à sa famille.

Maria elle, elle s'en foutait un peu de voire la famille. Elle se disait que ce serait 2 semaines de vacance au bord de la plage tranquille où elle pourrait avoir quelques histoires sans lendemain avec des BG italiens. Au passage, elle parle italien comme une langue maternelle. elle est parfaitement bilingue. En l'élevant, ses parents lui parlaient autant anglais qu'italien. Elle a un accent mais elle parle très naturellement l'italien donc elle ne subit pas vraiment la barrière de la langue. Bref, c'est des p'tits points que je voulais éclaircir.

Le voyage fut long et éprouvant, le décalage horaire était assez hardcore. Ils étaient partis à 5h du matin et arrivèrent dans la nuit. Allez! une journée Niqué dans l'avion et dans les aéroports. je pense que Maria dormira pas de la nuit vu que pour son corps ça doit être encore que 16h ou un truc du genre. Donc au début, elle fut un peu déçu. De nuit c'était beau mais sans plus. pas forcément le décors de Carte postale qu'elle imaginait. Ils étaient attendus par la fameuse sœur qui devait les héberger à l'aéroport qui sauta dans les bras de son frère. c'était marrant à voire les retrouvailles de famille. ça devait faire 5 ans qu'ils ne s'étaient pas vus. Le père présenta tout fière de lui ses enfants à sa sœur qui fut légèrement surprise par la tenue et les cheveux de maria. Bah ouais! c'est la Sicile! Les gens sont plus habitués à de la sobriété. Mais le père avait prévenu sa fille d'essayer de pas trop faire de vague et mettre des tenues moins vulgaires, c'est plus mal vu ici qu'aux états unis.

Puis après ça, ils s'installèrent tous dans la maison modeste mais tout de même assez spacieuse pour accueillir tout le monde si on se serre, de la tante de Maria. Elle était sympa. c'était une femme assez calme et douce mais on sentait qu'elle avait pas toujours eut une vie facile. elle ressemblait énormément au père de Maria. D'ailleurs la jeune américaine avait vu quelques photos de sa grand mère maternelle et fut très surprise de voire qu'elle lui ressemblait quand elle avait son âge. Mais elle vit également des photos d'un petit garçon mais vu l'âge qu'avaient les photos, elle était surprise de ne pas voire de photos de cet enfant plus vieux voire adulte.

- Zia (=tata)... euh... qui c'est sur ces photos?
- Ah... c'est mon fils. Ares! Il m'a dit qu'il viendrait demain pour vous rencontrer! depuis le temps que je lui parle de ses cousins! depuis que j'ai su que vous viendriez! Mais ne m'appelle pas Zia!
- D'accord.

Maria regardait encore les photos de l'enfant, un peu intriguée. Sa tête lui disait un truc mais elle savait plus quoi. Bref, le lendemain, ils firent tous une grosse grasse matinée, le décalage horaire quoi. Et là, maria ne fut pas déçue. La tante avait depuis sa maison une vue imprenable sur la mer, étant placé au dessus d'une colline, on avait même vue sur la ville. Le temps était radieux et le ciel et la mer d'un bleu très pure. Maria trouvait la mer plus belle que l'océan Pacifique qu'elle connaissait bien. Elle fit un peu de tourisme avec sa famille. Dans un premier temps elle préférait rester en famille plutôt que seule. Et puis ils devaient voire d'autres membres de la famille en attendant. le soir vint assez vite. Le fils de la tante de Maria, bref son cousin germain arriva assez tard. Apparemment, il était barman. Le temps de finir son service certainement. Alors que Maria était dans la salle à mangé avec tout le monde, quelqu'un toqua à la porte et la tante se précipita à la porte. on put l'entendre parler fort, sicilienne qu'elle est, c'est naturel.

- Ah! mon Fils! Entre! Tu devrais venir me voire plus souvent! Mais Entre! Viens dire Bonjour à ton oncle Alberto et à tes cousins d'amérique!

Et là, la tante revint avec son fils, un grand brun avec un regard blasé et des tas de cicatrices. j'vous explique pas la tronche de Maria quand elle reconnut que son cousin n'était autre que le voyageur obscure qu'elle avait rencontré à Armacity et qui l'avait bien énervé il y a quelques nuits de cela! Bordel! mais elle l'a dragué ce mec! Et merde! c'était son cousin! elle avait dragué son cousin. l'idée la dégouta passablement. elle le pointa du doigt et ne put se retenir de parler anglais.

- Oh Fuck! You!!! You're my fuckin' Cousin?!

Toute la famille regardait maria avec de gros yeux! Comment réagirait Ares en la voyant? Et comment ils feraient pour expliquer de telles réactions à la famille? Aucun étant voyageur, ce serait pas simple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ares
L'Ombre de Minuit
L'Ombre de Minuit
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'obscurité
Points de Réputation : 73 750 points
Double Compte : Eric & Sane
Messages : 654

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Ven 11 Juil - 20:52

« Ares, tu vas où ? »
« J'ai un rendez-vous à faire, je prends mon après-midi. »
« Euh... Ok. »

Ares sortit calmement du bar, laissant trois clients sur la paille tandis qu'un autre barman arrivait pour reprendre là où il s'était arrêté. Avouez que vous aimeriez bien pouvoir faire ça avec votre patron hein ? Bah chez Ares c'est fréquent. Là sa mère venait de l'appeler et voulait le rencontrer chez lui. Le sicilien se doutait qu'elle voulait surtout profiter de ça afin de visiter la nouvelle baraque d'Ares. Bah ouais, non content d'avoir simplement gagné en salaire ces derniers temps l'ex-mafieux avait décidé de déménager.

Son vieil appartement à moitié miteux ne lui suffisait plus, il avait acheter une petite bâtisse dans le centre ville. En relativement bonne état il avait meublé et réparé le peu qu'il y avait à faire depuis près de deux semaines, au final il avait obtenu une jolie maison dans laquelle il avait emménagé avant-hier, sans faire de pendaison de crémaillère. Du coup sa mère ne l'avait pas visité et voudrait sans-doutes le faire. Ares sortit de sa poche les clés de sa bagnole... Parce que ouais il a une bagnole.

Vous en apprenez des choses hein ? Que voulez-vous pour une fois que je peux parler un peu de l'irl d'Ares. Sa voiture, Afla Romeo sinon c'est pas classe, avait déjà quelques années, une 159 pour les connaisseurs, était garée juste à la sortie du bar. Il monta dedans et fit route versa sa maison, sa mère avait l'adresse et devait déjà y être, valait mieux éviter d'être en retard donc... Poussons un peu sur l'accélérateur. Comment-ça cliché ? Hein ? Are you fouting of my gueule ?

Bref. Le barman arriva rapidement à destination. Là sa vieille mère était sur le trottoir, attendant que son fils se manifeste. L'avantage du quartier est qu'il n'était pas trop isolé, pas trop mal fréquenté. Ainsi vu les relations parfois douteuses qu'avait eu Ares ça évitait des rencontres fortuites. Bref. Ares gara sa voiture sur une place non loin de là et descendit. Fermant son automobile il alla saluer sa mère rapidement, la différence de taille était assez grande.


« Salut m'man. »
« Salut Ares, ça ne va pas de faire attendre ta pauvre mère comme ça. »
« C'est bon j'étais au boulot et il y avait des bouchons. Je suppose que tu veux visiter ? »
« Tu supposes bien. »


Ares ouvrit la marche et la porte de sa maison. Assez grande pour une maison en centre ville elle était assez bien placé, le syracusien était plutôt content de son achat pour être honnête, sa mère lâcha quelque « ooooh ! Oooh ! » pendant qu'Ares lui faisait visité sa demeure. Bien sur elle lâchait un petit commentaire sur chaque bibelot qu'elle voyait, elle finit même par reprocher à Ares de ne pas avoir assez photo de familles, de toute la famille.

« Aaah ! En parlant de famille ! »
« Quoi ? »
« Demain il y a ton oncle et sa famille qui vienne à Syracuse ! »
« Mon oncle ? L'américain ? »
« Oui ! Faudras que tu passe nous voir ! »

« Demain je peux pas, dans deux jours peut-être, mais je pourrais pas rester longtemps. »

« Passe au moins ça leur fera plaisir de te voir. »


Ares acquiesça, il n'avait jamais vu la partie de sa famille vivant désormais chez l'oncle Sam, si le syracusien était considéré comme peu scrupuleux et assez méchant par moment il y a une chose qu'il respecte plus que le reste : la Famiglia. Donc il était franc, demain il y avait un important client dans son bar et il ne pouvait pas se permettre d'être absent, d'autant plus qu'il avait donné son accord à son patron et lui promettant de ne pas prendre sans prévenir des heures.

Ares ramena sa mère chez elle et rentra chez lui, une nuit calme passa. Le lendemain il dut faire sa plus grosse journée depuis une éternité, ces clients étaient sacrément important vu le nombre de flics qu'il y avait. Au final ça rendait Ares plus mal à l'aise qu'autre chose à cause de ses quelques écarts de conduite lors de sa jeunesse. Mais au final la journée se passa bien, Ares retourna chez lui, demain c'était le grand jour : il allait rencontrer le reste de sa famille.

Le grand jour arriva, Ares c'était levé assez tôt et commença par ne rien faire avec une bière. Il rangea aussi ses dernières affaires, dont certains qu'il ne voulait pas révéler surtout à sa mère. Notamment un Colt Python qui peut toujours servir selon lui. Il alla rangea son arme dans un tiroir sous son lit dans sa chambre, mieux vaut éviter que qui que ce soit trouve l'arme après tout. Ceci fait il se dirigea jusqu'à sa voiture et fit route jusque chez sa mère.


« Salut m'man. »

Il venait d'arriver et sa mère venait de l’accueillir comme quoi il devrait venir plus souvent. Bah ouais mais bon... Après on obéit à la matrone hein. Ares rentra et salua calmement les membres de sa famille, il avait déjà vu son oncle Alberto en photo quelque fois, mais c'était la première fois qu'il le voyait en chaire et en os et c'était la même chose pour chaque enfant... Chaque... Enfant... Une voix venait de retentir au moment ou Ares posait ses yeux sur une petite jeune.

Il la reconnut de suite, la bombasse d'Armacity ! Le visage d'Ares ne bougea pas, restant impassible comme à son habitude tandis qu'elle gueulait quelques mots en anglais étonné par la présence d'Ares. Le voyageur obscur lui resta calme, une réaction normale face à quelqu'un que l'on ne connaît pas encore. Enfin... Normale si ceci n'avait pas duré 5 fucking minutes sans aucun bruit. Ares semblait être déconnecté du monde des vivants là.


« Euh Ares ? »
« Mais qu'est-ce que tu fou là toi ? »
« Ah vous vous connaissez ? »
« C'est à dire que euh... »
« Je ne veux pas savoir aujourd'hui les jeunes avec l'internet et tout... Et puis tes voyages et tout... »
« Ouais... C'est mes euh... Mes voyages. »
« Du coup tu pourras lui faire visiter un peu le coin après manger ? »

« Gnarbl ? »

« Et puis ça tombe bien que tu la connaisse, je suis un peu à cours de place dans la maison, tu pourras la loger chez toi ? »

« GNARBL??! »

Ares tirait une tronche des plus chelou en regardant sa mère, ça ne l'enchantait pas, leur dernière rencontre avait été... Mouvementée... Finalement sa mère l'invita à se mettre à table, pour arranger le tout il était juste en face de sa cousine. Sa mère partit dans la cuisine et revint rapidement avec l'entrée. Ares se servit et prit quelques bouchées avant de se lever avec un sourire à peine forcé aux lèvres. Il fit signe de la main à sa cousine.

« Tiens cousine, il faut que je te dise un truc viens voir. »
« Bah ? Tu manges pas ? »
« SISI, faut juste que je lui dise un truc... »

A moitié stressé, sourire forcé... Situation chelou et gros problèmes à l'horizon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria
Ligue B
Ligue B
avatar

Pouvoir : Invocatrice d'escaliers
Points de Réputation : 16 600 points
Messages : 86

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Sam 12 Juil - 23:22

Le beuglement de Maria en anglais semblait n'avoir sucité aucune réaction de la part de Ares. Il y eut donc un blanc durant lequel toute la famille regardait maria qui s'était levé de table pour pointer du doigt tel un Judas Iscariote pointé du doigt par un collègue Apôtre dans la fameuse scène de De Vinci. Jean si j'me plante pas. Mais bref, assez balancé ma faible culture en art dans vs p'tites tronches bitches! D'autant plus que j'suis pas sûr de ce que j'avance. Mais bref. c'était le gros blanc pendant quelques secondes. puis le père de Maria se mit à lui faire un regard noir. Il était pas chiant avec elle, vu ses attitudes de gamines pourrie gâtée et en plus passablement conasse et salope des fois. Mais on manque pas de respect à la famille par ce que la famille! c'est sacré!

- Maria!
- Quoi?! Mais c'est...
- C'est ton cousin! je ne te permet pas d'être impolis avec lui!

Là, Maria se rappela où elle avait déjà vu la tête du gamin en photo dans la maison de la tata. Ce gamin aux cheveux bruns, c'était Ares enfant! Il avait quand même changé depuis le temps. Mais il gardait une certaine ressemblance physique avec le bambin qu'il était. Maria s'assit sous le regard mauvais de son père qui regardait Ares puis maria en essayant d'attendre le fin mot de l'histoire. Ares semblait plus choqué encore que l'américaine et n'arrivait pas à faire sortir un seul mot de sa bouche pendnat plusieurs minutes avant de finalement s'exclamer à Maria.

- Euh Ares ?
- Mais qu'est-ce que tu fou là toi ?
- j'te retourne la question!
- Ah vous vous connaissez ?
- C'est à dire que euh...
- Je ne veux pas savoir aujourd'hui les jeunes avec l'internet et tout... Et puis tes voyages et tout...
- Ouais... C'est mes euh... Mes voyages.
- Ouais! Internet tout ça! Puis c'est un grand voyageur!
Du coup tu pourras lui faire visiter un peu le coin après manger ?
- Gnarbl ?
- What?!
- Et puis ça tombe bien que tu la connaisse, je suis un peu à cours de place dans la maison, tu pourras la loger chez toi ?
- GNARBL??!
- What?!

Attendez! elle avait aucune envie de passer une nuit avec ce psychopathe qu'avait essayé de mettre fin à sa vie dans Dreamland. En plus c'était un enfoiré qui pensait qu'à se battre! et puis en plus elle était encore dégoutée à l'idée d'avoir dragué son cousin. Bah quoi! autant c'est une salope! autant la famille... on touche pas! On est pas dans un porno japonnais ni chez les Lanneister!! Le père et els frères de Maria semblaient encore dubitatifs par rapport à l'excuse internet. Un peu plus que la mère de Ares qui y avait plus que cru. Puis ils se mirent à manger. Maria resta sans rien dire à commencer à manger en regardant Ares un peu méfiante. Puis ares se leva et fit signe à Maria de le suivre dans la cuisine. Elle le suivit sans rien dire, comme si de rien n'était. Une fois dans la cuisine elle le regarda un peu mauvais.

- Tu m'veux quoi?! Me tuer discrètement entre les pâtes et le plat de résistance?! (par ce qu'en italie les pattes se mangent en entrée souvent. je ramène ma science ouais! Cool ) Putain! J'ai essayé de me taper mon cousin à dreamland! Cousin qu'a essayé de me tuer! Fuck! J'espère que t'es pas autant taré en vrais qu'à Dreamland espèce de malade assoiffé de baston! t'as essayé d'me buter connard!

Elle lui colla un p'tit coup de poing dans l'épaule puis se mit à bouder.

- Pfff on fait comment?! on leur raconte quoi comme mytho! 'sont pas voyageurs ils vont rien piger! T'sais quoi! on à qu'à leur dire qu'on c'est rencontré sur des forum de discussion italien sur lesquels je vais pour travailler mon italien écrit! Basta'!

Elle refit la boude un peu puis finit par dire un dernier truc après avoir laissé Ares en placer une.

- Pfff et en plus t'as entendu ta mère?! en plus j'vais devoir crécher chez toi! Pourquoi moi et pas un de mes frères?! Et tu vas devoir me faire visiter la ville en plus! j'espère que tu connais des coins sympa où j'pourrais m'éclater un peu! par ce que moi les rencontres avec la famille c'est pas forcément mon truc!

y a pas à dire... Maria est une vrais putain d'adolescente. Elle avait une attitude de grosse ado un peu chiante et capricieuse. vrais caractère de petite américaine pourrie gâtée, loin de la culture et des milieux où ares avait dut évoluer.
Mais j'y pense! c'est pour ça que la mère de ares a visité sa nouvelle maison! voire s'il avait de la place pour héberger un peu de monde! han la conasse! la maman de ares c'est une manipulatrice en faite! Mais chut! respect! c'est la mamma de Ares! et y a personne qu'un italien aime plus que sa mère! Alors un sicilien je vous explique pas!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ares
L'Ombre de Minuit
L'Ombre de Minuit
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'obscurité
Points de Réputation : 73 750 points
Double Compte : Eric & Sane
Messages : 654

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Dim 13 Juil - 12:43

La jeune bombasse de cousine d'Ares semblait quelque peu méfiante envers Ares... C'était compréhensible tu me diras... Néanmoins elle savait aussi bien qu'Ares qu'ils ne pouvaient pas expliquer la situation. Au final lorsqu'il lui fit signe de la suivre elle accepta, le suivant calmement les autres personnes à table ne savait pas vraiment que dire dans cette situation franchement Ares non plus, il n'avait pas du tout apprécié les manières de cette gamine, néanmoins c'était sa cousine quoi... Viva famiglia.

Une fois dans la cuisine la jeune femme lança un regard mauvais à Ares, ce dernier répondit par le même type de regard, mais bon là valait mieux éviter que ça dégénère trop, mama serait pas contente. Néanmoins la gamine ouvrit les hostilités en première, demandant si Ares voulait la tuer entre les pâtes et le plat de résistance, elle se lamenta un peu sur son sort comme quoi elle avait essayé de se taper Ares et comme quoi il avait essayé de la tuer, demandant s'il était aussi taré qu'à Dreamland. Ares répondit sur un ton un peu moqueur mais toujours calme.


« Nan, plutôt entre le plat et le dessert là c'est encore trop tôt. Sinon ouais, mon passe-temps favori est d'attraper des gens au hasard dans Syracuse et les lancer dans la mer avec un boulet aux pieds afin de chronométrer combien de temps ils survivent... »

Le pire dans tout ça c'est que dans son passé Ares l'avait peut-être fait ça, qui sait ? Toujours est-il qu'après sa réponse moqueuse envers la gamine le barman soupira, bien sur il n'était pas franc. Après tout la famille c'est la famille pour lui. Bon après là ça commençait à devenir sérieusement compliqué leur affaire. Rencontrer d'autres membres de la famille c'était pas pour lui déplaire, mais bon là c'était un peu du foutage de gueule malgré tout.

« Je suis pas sérieux hein... »

Sait-on jamais cette fille avait l'air d'avoir les fils qui se touchent alors autant assurer et être certain qu'elle ne le croit pas. Après ça la gamine envoya un petit coup de poing dans l'épaule du syracusien qui bougea légèrement sans conviction suite à l'impact du coup. Elle semblait bouder. Ceci fit légèrement sourire Ares, elle avait encore plus l'air d'une gamine ici qu'à Dreamland, d'autant plus en se mettant à bouder ça faisait vraiment sale gosse. Comme quoi il n'avait pas tord sur son jugement premier sur elle.

Ensuite elle demanda à Ares comment ils allaient faire pour qu'ils ne se doutent de rien au sujet de leur connaissance avant ce jour. Elle proposa qu'ils se soient rencontrés sur des forums où elle allait pour travailler son écrit italien. C'était pas con mais bon, pour le fait qu'ils se reconnaissent si bien en direct fallait peut-être un truc un peu plus direct. M'enfin dans les pires des cas ils rempliraient les cases manquantes en temps voulu. Ares acquiesça calmement la proposition de sa cousine avant de reprendre la parole.


« C'est pas mal, mais faudra penser à étoffer l'excuse dans certains cas, ça reste maigre. »

La gamine n'avait pas franchement l'air contente que sa tante demande à Ares de l’accueillir et de lui faire visiter la ville. Elle se plaignait encore, pourquoi elle et pas un cousin ? Bah t'avais qu'à pas gueuler comme une truie en voyant Ares ! Le barman se retint de lui envoyer ça dans la tronche car il avait réagit pareil, et puis elle était chiante alors valait mieux éviter de jeter de l'huile sur le feu. Néanmoins son air dégoutté agaça un peu le barman qui ne put se résoudre à se la fermer.


« Hey, tu crois aussi que j'ai franchement envie de me trimballer une gamine en pleine crise d’adolescence à Syracuse ? Mais en tout cas on a pas le choix. Apparemment je vais pas retourner bosser aujourd'hui moi... Bon on verra après manger comment on se démerde, d'autant plus que si je dois te loger il y aura quelques petites choses à mettre au point une fois chez moi. »


Ares ponctua sa phrase d'un regard exigeant, il avait des choses chez lui qu'il ne voulait pas qu'on voit, ainsi que des choses qu'il ne voulait pas que l'on fasse. D'autant plus que sa baraque était toute neuve alors bon. Ceci fait il mit un terme à la discussion en retournant calmement à table sans expliquer ce qui venait de se passer, sa mère ne tenta pas de savoir, les jeunes, internent tout ça tout ça... Toujours est-il que le repas se passa plus ou moins bien si ce n'est une certaine tension entre Ares et la bombasse qui semblait refroidir un peu l'ambiance. Néanmoins le tout arriva à son terme et la mère du barman lui donna des instructions pour la suite.


« Bon, Ares tu vas pouvoir emmener ta cousine visiter un peu la ville ? Puis du coup tu vas pouvoir emmener ses affaires chez toi ? »
« … Je suis pas un entrepôt... »
« Roooh ! Tu pourrais être aimable au moins avec eux ! »
« Mais... »
« Déjà que tu passes rarement me voir tu pourrais faire un effort cette fois ! »

« Il faut que je retourne bosser... »

« Tu arrives à te libérer juste pour aller acheter quelques petites choses alors tu peux bien le faire pour la famille ! »



Ares se résigna et fit un signe de la main comme quoi c'était bon et fit signe à sa cousine de se ramener avec ses affaires. La voiture était en bas, il fallait espérer que sa cousine ne possède pas suffisamment d'affaires pour tout un bataille, c'était un coffre sans-fond non plus. Le sicilien descendait calmement jusqu'à sa voiture, sans se soucier de si elle avait besoin d'un coup de main ou non, faut pas exagérer non plus hey !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria
Ligue B
Ligue B
avatar

Pouvoir : Invocatrice d'escaliers
Points de Réputation : 16 600 points
Messages : 86

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Lun 14 Juil - 18:20

Non mais mec! Maria elle est pas si débile que ça! elle pige l'ironie! pas besoin de lui préciser que c'était pour rire ta réponse à sa question! Elle faisait elle même de l'ironie en un sens. Elle savait pertinemment qu'il allait pas la buter. Pas en famille et pas dans le monde réel en tous cas. ça reste trop vite punis. A dreamland le meurtre c'est largement plus impunis. Mais bref, son humours restait assez douteux selon maria. mais elle remarquait que sans être  trop bavard, il restait plus causant que dans le monde des rêves. Il semblait globalement différent. ça la rassurait un peu. Ses attitudes n'étaient pas les mêmes. il parlait plus et semblait moins psychopathe. Il faut dire qu'un peu les 90% des voyageurs ne se conduisent pas du tout de la même façon dans les deux mondes. Maria n'avait pas l'impression que c'était son cas, mais certainement un peu, inconsciemment. Comme beaucoup, plus j'm'enfoutiste à avoir moins peur des conséquences à dreamland que dans le monde réel. Mais bref, Maria de décrispait peu à peu en fait. En tous cas elle ne releva pas son ironie.

Il finit cependant par approuver l'excuse bidon qu'ils pouvaient sortir. il dit que ça avait des failles. ce qui est pas faux mais bon, c'est un truc imaginé en vite fait. Faudra qu'ils se concertent pour les détails par ce que c'est vrais que c'est un peu gros à gober. Même si de nos jours sur internet tu peux mettre tes photos dessus et du coup connaitre la face des gens. Mais Ares ne semble pas aimer les photo du coup c'est plus dure à justifier. 

Et Ares finit également par lui dire que lui aussi ça l'arangeait aps de trimballer une gamine chez lui ou dans toute la ville. Ils étaient donc dans le même bateau dans le fond. ils devaient se serrer les coude. Et c'est vrais qu'elle se dit qu'ils étaient dans les mêmes emmerdes. pourquoi pas essayer plus tard d’instaurer un système de "j'me démerde de mon côté et je dirais à tout le monde que tu m'as fais visiter". Et comme ça ils se verraient le moins possible et ce serait du gagnant gagnant pour les deux voyageurs. Puis il voulut mettre els points sur les "i" en lui annonçant que chez lui il y aurait des règles à respecter. Il acceptait de l'héberger par ce qu'elle est de la famille, mais fallait aps qu'elle se croit chez mémé. maria acquiesça. Après tout c'est chez lui mais bon, entre ce qu'elle dit et ce qu'elle fait. Puis autant dire que les américains, c'est limite du "la mia casa è la tua casa"  dès le moment où tu les fais entrer chez toi donc... ils ont pas la même notion de la propriété privée et de l'accueil que les européens. Mais bref, ils retournèrent manger. Maria faisiat un peu la boude mais fit comme si de rien durant le repas.

Le repas se passa pas si mal. Maria regardait pas mal ares. plus aussi méfiante que plus tôt mais plus curieuse. La différence de comportement était frappante entre le monde réel et dreamland. Il était beaucoup plus charmant. les familles se parlèrent, assez curieuses l'une de l'autre. Enfin, les curiosités étaient surtout centrées vers Ares. Le père de Maria semblait assez distant avec Ares. En effet, ce dernier n'aimait pas du tout la mafia. Il détestait même au plus haut point le père de Ares par exemple. Et il sais que ares a eut un passé peur recommandable et voyait le jeune homme d'un mauvais oeil, comme beaucoup de monde. Mais il faisait l'effort pour sa sœur. Mais ça se ressentait un peu.  et puis au final, le repas finit assez vite sans trop rien à se dire à cause de l'univers qui sépare ares des jeunes américains. Au final, à part des liens du sang, ils n'ont pas grand chose en commun. Maria en tous cas durant le repas regardait énormément son père et ares. Les regarde que son paternel adressait à Ares la faisait se questionner. Et puis ares était différent de celui qu'elle avait rencontré. ça la faisait réviser le jugement qu'elle s'était fait sur lui après leur rencontre dans le monde onirique. 

Après le repas, Maria rassembla ses affaires. le père semblait as très heureux de laisser sa fille à son neveux le mafieux. m'enfin pas le choix. Sont trop serrés ici! Il prendrait souvent des nouvelles et voudrait savoir souvent où elle est à tout moment de la journée. Maria dit salut à ses frangins et ses parents pour la journée. Au pire ils se verraient quand même pendant les vacances. elle descendit seule sa valise, elle avait aussi un petit sac sur le dos. Elle avait pas besoin e l'aide de ares! attends! c'est pas une p'tite poule hein! elle sais se démerder. elle avait pas non plus des millions de fringues du coup elle en avait pas pour 300 kilos. ça tenait parfaitement dans la voiture. faut pas déconner hein! Maria monta dans la voiture. Sympa la bagnole elle ouvrit sa fenêtre pour profiter de l'air frais et aussi voire un peu la ville autour d'elle.

- Sympa ta voiture. Mais... y a une question que je me pose! T'as vu comment mon père te regardait pendant tout le repas?! Il a quoi contre toi?! Puis il est où ton père! Il doit pas vous apprécier par ce qu'autant il nous a souvent parlé de sa sœur, autant son fils et son marie pas du tout ou presque. Limite s'il évite pas le sujet.

elle regardait autour d'elle en passant sa tête par la fenêtre et profitait du paysage et de l'air frais. faisait chaud très chaud puis elle se tourna vers ares et lui adressa un sourire.

- au fait... t'es pas tellement un connard que ça! Autant à dreamland t'es un trou du cul mais dans le monde réel t'es distant mais t'as pas l'air méchant.

Puis ils finirent par arriver chez Ares. Il lui fit visiter succinctement l'appartement. ça se voyait qu'il prenait ça comme une corvée. Elle regardait tout d'un œil assez surpris. Elle s'imaginait se type vivre dans un appartement super sombre, miteux et plein de cadavre de bouteilles d'alcool et de canettes de bière avec une odeur de tabac froid. En fait non, c'était assez spacieux et sympa; ça se voyait qu'il venait d'emménager mais bref il avait de la place pour tout le monde. En bon gentleman qu'il était, il lui dit qu'elle pouvait garder son lit et que lui dormirait sur le canapé. à la dure! comme un cow-boy. Il est assez sec et brute mais même prévenant au final. Elle déposa sa valise dans la chambre puis s'assit sur le lit et regarda autour d'elle.

- Joli ton appartement. Comme ça si je ramène des mecs ici penseront pas que je suis une bouseuse! héhéhé!

Ouais elle le nargait un peu aussi. elle voulait un peu le tester en fait, voire jusqu'à quel point il était différent par rapport à dans dreamland.

- c'est quoi le programme ensuite?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ares
L'Ombre de Minuit
L'Ombre de Minuit
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'obscurité
Points de Réputation : 73 750 points
Double Compte : Eric & Sane
Messages : 654

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Lun 14 Juil - 19:10

Ares ouvrit la porte de sa voiture et se positionna au volant, mettant le contact et attendant sa cousine. Ses derniers regards se portaient vers le père de la jeune femme, il n'avait pas l'air d'apprécier Ares et celui-ci le sentait. Les raisons ? Aucune idée c'était la première fois que le sicilien voyait son oncle, sans-doutes avait-il entendu des histoires sur lui... Après tout ce ne serait pas le premier à avoir ce genre d'avis sur Ares. La cousine n'avait pas emmené trop de bagages : bien.

Une fois qu'elle fut à bord Ares put faire démarrer la voiture, faisant signe de la main au reste de la famille il s'éloignait, la question était de savoir ce qu'ils allaient faire. Déjà un crochet par la maison histoire de déposer tout le bordel et de mettre les choses au point avec sa cousine. Syracuse était une ville plutôt sympa, la jeune femme semblait vouloir en profiter, elle ouvrit la fenêtre, une bonne climatisation à l'ancienne. Ares fit de même, un bras sur la portière, ouais en mode BG !

Au final la cousine n'était pas aussi insupportable qu'il le pensait, elle ne le faisait pas trop chier c'était déjà ça. Bon après elle avait son franc parler... Mais il y a pire, il y a Cherry par exemple. Dans sa tête il fit une petite comparaison, si il était plutôt calme malgré tout rencontrer l'autre folle le ferait péter un câble même irl, trop chiante celle-là. Tandis que le barman était calmement perdu dans ses pensées sa jeune cousine le sortit de ses rêves en commentant sa voiture et en lui posant des questions sur lui et son père. Ares baissa un peu la tête, c'était un sujet dont il n'aimait pas trop parler.


« C'est la première fois que je rencontre ton père donc je ne sais pas trop... Je suppose que... Qu'il a entendu des choses sur moi... Disons que j'ai eu quelques problèmes par le passé. Quand à mon père. Je... N'ai aucune idée d'où il peut-être, je ne crois pas que quelqu'un le sache d'ailleurs. »


Enfin bref, Ares resta assez évasif sur le sujet, ce n'était pas ce dont il préférait parler, que ce soit de son passé assez sombre ou bien de celui de son père dont il n'avait jamais eu de nouvelle une fois qu'il fut emmené en prison, même depuis cette époque là ses souvenirs sont assez confus, plus racontés par sa mère qu'autre chose en vérité. Il avait la mine un peu plus sombre à reparler de ça, c'était pas un sujet franchement gai pour lui. Elle adressa un sourire à Ares comme quoi c'était pas tant un connard que ça ici. Elle était franche au moins, comme quoi à Dreamland c'était un trou du cul.

« Si il y a bien une chose que j'ai appris depuis le temps que je vis c'est que dans un endroit où il n'y a pas de lois si tu t'embêtes à en respecter tu risque gros, très gros d'autant plus que tu ne sais jamais d'où peut venir le danger... »

Il resta impassible et toujours assez évasif sur sa vie réelle, les gens qui l'appréciaient étaient assez rare, ceux qui le traitaient de connard bien moins. Au final elle avait l'air moins chiante qu'en rêve, peut-être était-ce le fait qu'il s'était résigné à devoir la supporter ? Ou bien le fait qu'elle faisait malgré tout partie de la famille d'Ares ? Aucune idée réelle. Il n'avait pas l'air méchant qu'elle disait, ça aussi on lui avait rarement dit. Surtout le stagiaire qui avait finit enfermé dans un placard à balais pour bizutage... Au final il lui répondit avec un très léger sourire en coin.

« T'as l'air moins chiante qu'en rêve aussi. »

C'est plus cours, mais bon faut bien faire un peu la conversation. Le voyage se termina rapidement par l'arrivée chez Ares, la jeune femme sortie en premier, avec son sac et le sicilien verrouilla son alfa romeo, gentil voiture. Il fit rapidement visiter son appartement à la jeune femme, formalité un peu chiante déjà que malgré tout ça restait à contre cœur qu'il lui faisait visiter. Elle le complimenta sur son appartement, précisant que comme ça si elle ramenait des mecs ils ne la prendraient pas pour une bouseuse.

« Tss fou toi de ma gueule. En tout cas je t'avais parlé de règles, une en particulier : évite de fouiller dans mes affaires, ça reste chez moi et c'est encore un peu le bordel ça fait pas longtemps que j'ai emménagé. »


Il laissa ensuite à sa cousine sa chambre, il dormira dans le canapé. Pas que ça lui fasse plaisir mais bon il avait l'habitude et craignait qu'il ne la fasse chier dans le cas contraire. Tandis qu'elle s'installait il alla fouiller dans son frigo et sortit une bière qu'il déboucha et commença à boire, pour digérer c'est pratique. Lorsqu'il revint dans la salle la jeune femme descendait aussi, lui demandant c'était quoi la suite du programme. Ares prit une gorgée de bière et la regarda perplexe.


« Hmm... T'as le droit à l'alcool toi ? »

Plus une formalité qu'autre chose, mais bon la famille on demanda quand même. Il la regardait en se demandait au passage quel âge elle avait, pour essayer de deviner si elle pouvait ou non. Au final il soupira, vu le caractère que la gamine avait il se doutait un peu de la réponse qu'elle allait lui donner. Nonchalamment il pointa le frigo derrière lui du doigt. Il reprit une gorgée de bière avant de reprendre calmement la parole.

« Regarde dans la porte du frigo si tu veux une bière, touche pas au reste. »


Ceci fait il se tourna vers la télé puis la porte. Au final la gamine avait soulevé une bonne question, il devait lui faire visiter la ville, sauf que faire le guide touristique c'était pas vraiment son truc et la gamine allait se faire chier sans-doutes en faisant ça... Donc le meilleur moyen c'est de trouver un truc à faire qui ne les fasse pas trop chier tous les deux. Peu probables qu'elle ait envie de faire un tour au boulot d'Ares en soit, donc il préférait hésiter.

« Hmmf... Pour après je sais pas, il y a une chose en particulier que tu veux faire à Syracuse ? »

Il reprit une gorgée de bière en attendant la réponse de sa cousine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria
Ligue B
Ligue B
avatar

Pouvoir : Invocatrice d'escaliers
Points de Réputation : 16 600 points
Messages : 86

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Mer 16 Juil - 23:29

Le sicilien resta assez évasif sur les réponses qu'il fournit à la californienne concernant les raisons pour lesquels l'oncle des états unis semblait aps porter le brun ténébreux dans son cœur. il semblait pas vouloir parler de ça. ça devait avoir un lien avec son passé. Ares avait peut être fait des conneries dans sa jeunesse. Puis, il recommença avec ses discours un peu cons et relous sur dreamland, un peu comme ceux qu'il avait avec andrew lorsqu'ils étaient à Dreamland. Maria trouva ça un peu relou, et hors sujet en fait. Elle est d'accord, à dreamland y a pas de lois. Enfin, y a des lois tacites que tout le monde suit plus ou moins. Mais bon, c'est pas pas ce qu'y a pas de lois que tu te conduit comme un gros crevard. Enfin bon, elle releva pas vraiment et approuva juste genre "ouais ouais". il avoua cependant lui aussi qu'il la trouvait moins relu dans le monde des rêves. ça la surprit un peu, pensant avoir la même attitude dans les deux mondes. Mais après, elle se rendit compte que peut être qu'elle aussi, libéré de certaines lois et obligations, elle faisait moins attention à ce qu'elle faisait et se conduisait comme une conasse. Du moins, plus que dans le monde réel encore.  Mais bref, une fois arrivé chez Ares, ce dernier voulu faire un rappel des règles de la maison alors qu'elle le taquinait un peu. La plus importante des règles apparemment... Ne pas mettre le nez où elle ne devait pas. Signe qu'il y avait le nez à mettre à un endroit en particulier, ce qui piqua sa curiosité de chieuse.

- T'inquiètes! je respecte les biens de gens! j'suis pas une squatteuse sans gène non plus.

ce qui est vrais! mais sa curiosité attisée, pas dit qu'elle fouille pas. Puis il vint lui proposer une bière en se demandnat si elle avait l'âge légale pour consommer de l'alcool. Le dernier mec qui avait fait ça avait juste un peu tenté de la buter. Elle refusa gentiment sa demande.  

- Nan ça va aller! Et Officiellement nan! Mais bon! je m'en fous généralement. Et j'ai 18 ans. Et toi?

La californienne s'enquit tout de même de l'âge du mec qu'elle avait tenté de draguer à dreamland. Histoire de savoir à quel point elle a pas trop de limite dans sa perversité. Puis elle se décida à aller voire dans le frigo et vit qu'en boisson, y avait presque que de l'alcool. Ce type est alcoolique ou quoi?! Maria prit juste de l'eau. Ce mec était quand même assez louche. Une vrais allure de mafieux. Puis alors qu'elle rangeait ses valises dans la chambre de Ares, ce dernier vint lui demander ce qu'elle aurait aimé faire. Elle but son verre d'eau avant de lui répondre.

- N'importe quoi! du moment que ce soit pas du tourisme de papie mamie! que ça bouge un peu. J'sais pas moi! visiter les lieux sympa, un peu jeunes quoi. Visiter le capital culturel moi ça me branche pas! garde moi ça pour quand je serais devenu quarantenaire!

Maria sourit à son très chère cousin. Qui consentit alors à l'amener en ville. Dans les coins un peu plus sympa et qui bougent. d'ailleurs c'est là-bas qu'il bossait, il comptait peut être se servir de ça pour aller travailler cet enfoiré de vicieux qui pense qu'à son taf même. Maria était contente mine de rien. Débarrassée de ses vieux et de ses boulets de frères. Ils sont pas méchants mais elle a pas grand chose en commun avec eux. Eux sont assez studieux et gentils alors qu’elle est clairement une connasses un peu j'm'enfoutiste et plus que garce. La jeune femme pouvait donc visiter un peu plus comme elle le voulait. Elle avait ares comme boulet un peu relou, m'enfin il était discret et semblait pas l'emmerder. Au contraire, limite s'il était pas là ce serait la même chose.  Elle commença à regarder dans une boutiques deux trois trucs quand une bande de relou de Casanova d'opérette se mirent à l'aborder en mode vraiment chiants. Maria commença à les ignorer mais ils continuaient de l'emmerder. 

- Aller ma jolie! d'où tu viens?!

Maria allait leur péter une durite dessus si ça continuait. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ares
L'Ombre de Minuit
L'Ombre de Minuit
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'obscurité
Points de Réputation : 73 750 points
Double Compte : Eric & Sane
Messages : 654

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Ven 18 Juil - 13:15

Lorsqu'Ares lui indiqué la principale règle chez lui qu'était de ne pas fouiller chez lui elle ne sembla pas plus choquer que ça, d'après ses dires elle respectait le bien des gens et n'était pas une squatteuse sans gène, un bon point. Enfin si elle disait vrai, pas qu'Ares la prenait pour une menteuse totale mais quand même, de là à lui attribuer une confiance total faut pas déconner nan mais oh. Bon après la famille ça compte, mais bon c'était quand même une gamine.

Mais une gamine rebelle haaaan ! En tout cas elle ne voulait pas de bière, surtout que d'après ce qu'elle disait elle avait pas encore l'âge. Mais qu'elle en buvait quand même, la sale garce ! Bon en vrai Ares s'en battait complètement les steaks, à partir du moment où elle ne lui fait pas un coma éthylique c'est bon. De plus elle rajouta son âge, 18 ans... Damn c'est vraiment une gamine en fait... Qu'a essayé de le draguer. Et qui boit de l'alcool sans autorisation ! Toujours est-il qu'elle demandait à Ares son âge.


« 30 ans, ça me rajeunit pas tout ça... »

Ouais c'est pas faux, en y pensant il était maintenant dans les vieux de la famille... Fuck... Enfin bon, c'était déjà mieux que dans les gamins comme elle... Elle qui ne voulait pas de bière mais qui alla se servir de l'eau. Ceci fait parti du reste dis-donc ! Bon après c'est pas grave donc il ne releva pas l'action. Restant muet il la regarda revenir. Il lui demanda donc ce qu'elle comptait faire après, avalant son verre d'eau elle finit par lui répondre.

« N'importe quoi. » Quand Ares entendit ça en premier il soupira un coup, pas capable de se décider. Néanmoins comme souvent le n'importe quoi fut vite réduit lorsqu'elle dit ne pas vouloir faire des trucs de vieux, visiter des lieux sympa, des trucs un peu jeune. Damn en fait elle est difficile, il manqua de lui sortir un truc du genre « un bar en ville ça marche ? » mais se rétracta, s'il allait bosser sa mère allait lui gueulait dessus et puis bon les congés c'est pas mal. Donc au final autant chercher un autre truc à faire.


« Des trucs à faire... Si on évite les centres historiques on a plus qu'à faire le tour du centre-ville... »

Dans sa tête tour du centre-ville = tournée des bars, mais bon elle raisonnait bizarrement elle alors il allait éviter d'aller prendre un bon verre dans chaque bar, surtout que déjà elle veut pas de bière. Donc au final elle aimerait peut-être mieux les célèbres pâtisseries de Syracuse. Enfin bref, on verra bien une fois en ville. Ares soupira et termina rapidement sa bière. Et non ! Il ne la jeta pas dans un panier rempli de bouteilles vides, depuis qu'il avait déménagé il voulait éviter que ce soit de nouveau le foutoir absolu.

Finalement les deux italiens quittèrent la maison d'Ares, après un joli petit sourire de Maria comme pour lui faire les yeux doux, sauf qu'au final lui il s'en foutait royalement. Bref. Toujours est-il qu'ils partirent faire un tour en ville. Ares la suivait en lui indiquant vite fait par où aller. La jeune gamine papillonnait un peu, regardant les boutiques, ouais du shopping, ça reste un gamine après tout. Le barman lui observait un peu la rue, il avait l'habitude de ne rien faire et là c'était bien parti pour.

Néanmoins alors qu'ils marchaient un groupe de types vinrent aborder Maria, sans-doutes pour son physique. De son côté Ares était un peu en arrière, ayant fait rapidement une halte devant une cave à vin exportant du vin français, plus particulièrement du sauternes le meilleur vin pour Ares. Le vin liquoreux qui attira son attention plus particulièrement fut un château d'Yquem. Ceci ne vous dit rien hein ? Et bah c'est simplement celui qui est considéré comme le meilleur sauternes.


« 300 euros ? Je prends ! »

Ares venait de rentrer rapidement dans la boutique, un château d'Yquem de 1990 à 300 euros c'était un prix bas pour une telle bouteille, un expert en la matière comme Ares le savait et en tenait compte. D'autant plus que c'était une bonne année et le meilleur moyen d'avoir un bon vin pour une grande occasion... Après payer 300 pour une bouteille... Bah il demanderait une prime au patron pour compenser il dira oui, aucun doute là-dessus. Et même dans le pire des cas le sicilien avait les moyens de dépenser ça.

Bref, lorsqu'Ares sortit de la boutique il vit la jeune femme en train d'ignorer des mecs qui la faisait chier, néanmoins elle semblait commencer à s'énerver. Ares avançait calmement et nonchalamment, hésitant à se méler de ça ou pas. Il y a peu il ne serait sans-doutes pas intervenu... Mais au final elle est pas si chiante que ça quand même et puis bon, le barman n'aimait pas ce genre de type... D'autant plus lorsqu'ils s'en prennent à la famille car on ne touche pas à la famille.


« Hey les gars, vous permettez? »

« Qu'est-ce t'as toi ? On te cause pas ! »

L'un des gars poussa Ares pour le faire dégager, c'était leur proie pas la sienne ! Tandis qu'il recula Ares manqua de faire tomber sa bouteille, la rattrapant in extremis il se redressa le regard noir, il avançait jusqu'à celui qui l'avait pousser et l'attrapa par l'épaule, d'un geste violent il le fait reculer et le balaya l'envoyant au sol. Les autres se retournèrent vers lui. Ares posa au sol sa bouteille et se posa fièrement face au groupe, ils allaient dégager. Malgré leur nombre ils étaient plus petits qu'Ares et moins large... Et puis bon le barman avait une certaine réputation à Syracuse.


« Ok, c'est bon on s'en va. »


Ils avaient pas envie de chercher la merde, ça tombe bien Ares n'avait pas trop envie de taper trop sur des gamins qui cherchaient qu'à tirer un coup. Celui néanmoins qui l'avait poussé était chiant, il se relevait pour courir après les autres et la jambe d'Ares s'interposa encore, l'envoyant au sol une deuxième fois. Le barman continua calmement, comme si de rien était. Peu de temps après ils arrivèrent non loin d'où Ares bossait et un collègue sortit en trombe en le voyant.

« Areeeees ! Viiiiite ! On a un service spécial il faut absolument que tu vienne ! Aller aller aller aller ! En plus t'as dis que tu bosserais aujourd'hui ! »
« Euh... C'est à dire que... »

Le sicilien ne savait pas comment expliquer qu'il devait faire le baby-sitter pour la bombasse à ses côtés, surtout à un collègue en panique à cause d'un truc spécial auquel le patron devait tenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria
Ligue B
Ligue B
avatar

Pouvoir : Invocatrice d'escaliers
Points de Réputation : 16 600 points
Messages : 86

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Dim 20 Juil - 17:14

Han en fait ares c'est trop un vieux!  Maria se dit qu'elle avait limite essayé de coucher avec un mec qu'aurait put être son père. Sissi techniquement c'est possible. Heureusement ça s'était arrêté à la drague et n'était pas allé plus loin que ça. même pas une p'tite langue en bouche. mais bref, Ares finit par l'amener en ville. les coins bien à touristes jeunes et non pas un coin de vieillos qui regardent des cailloux vieux de plusieurs siècles en mode "ouah que c'est beau que c'est culturel!" Pour elle, ce serait surtout très chiant. Mais bref, ares faisait rapidement le guide. on aurait plus dit qu'il faisait la baby sitter blasée qui surveillait d'un œil distrait la petite maria qui faisait du lèche vitrine et qui observait aussi un peu. mais tu sais mec! après tout ça, elle compterait bien se poser à un bar m'enfin!

Mais ils n'eurent pas le temps de ça que Maria se faisait emmerder par des dragueurs relou. Maria avait en plus de ça perdu ares de vue. Il était passé où cet empaffé d'alcoolique?! Dans une cave bordel ce mec pense vraiment qu'à l'alcool. Il ressortit de la cave une bouteille à la main puis prit dans l'idée de finalement aider Maria qui se faisait importuner, pas décidée à foutre le merdier pour une fois et régler ça elle même. Comme un vrais cousin trop sympa il vint prendre la défense de sa cousine adorée d'amour! Haaaaan trop mignon quand il s'y met le ares. Mais ça partit vite en couille et les mecs tentèrent de bousculer ares qui ne se laissa pas faire du tout. il bouscula ensuite le mec qui venait de l'emmerder et fit un regard mauvais aux autres qui s'enfuirent en mode "on veut pas d'emmerdes" puis ares, un peur rancunier fit un croche patte au mec qu'il avait poussé 2 secondes plus tôt et avait manqué de lui détruire son tout dernier achat. Maria se dit qu'elle comprenait cependant un peu l'attitude du voyageur obscure à dreamland vu qu'il semblait avoir parfois la même dans le monde réel. Une attitude un peu... d'homme de main de mafieux. 

- me... merci ares.

Puis ils continuèrent comme si cela n'était jamais arrivé. Maria regardait quand même ares un peu chelou. elle commençait à avoir des doutes sur lui. De ce qu'elle avait pigé, il avait un passé pas jojo. Et vu ses attitudes, ses cicatrices, le contexte socioculturel et tout et tout. Elle voyait qu'une chose. Ares avait été dans la mafia. Et peut être qu'il mouillait encore un peu dans des affaires pas très propres. Vous savez, les clichés sur la Sicile... sont bien fondé sur quelque chose. Eh ouais! maria est loin d'être con. Contrairement à ce qu'on pourrait penser. Elle n'est pas une bimbo sans cervelle. Elle est plus une bimbo conasse qui se désintéresse un peu de tout. Mais un inconnu vint la sortir de ses pensées en venant limite agresser ares en lui disant avoir besoin de lui. Maria regarda ares et lui sourit.

- Areeeees ! Viiiiite ! On a un service spécial il faut absolument que tu vienne ! Aller aller aller aller ! En plus t'as dis que tu bosserais aujourd'hui !
- Euh... C'est à dire que...
- C'est bon! te bile pas! Je vais retrouver ma route toute seule! Au pire je demanderais de l'aide à des gens du coin. Va à ton taf! j'le dirais pas à ta mère ou à mes parents. J'aurais juste besoin de l'adresse de ton bar pour te rejoindre quand j'aurais finis mon tour.

le collègue de Ares sortit une carte du bar et la tendit à Maria qui le remercia et s'en alla en tordant du cul comme une pimbêche en gratifiant Ares d'un clin d’œil complice et d'un "ciao" avec une bouche en cul de poule. Le collègue de ares le regarda air de dire "ta copine! elle a l'air trop chaude" j'imagine bien arès lui coller une bonne droite rien qu'en lisant son regard légèrement lubrique. Apparemment. On touche vraiment pas à sa famille. Non mais! 

Maria passa une ou deux heures en ville à prendre quelques photos et faire du shopping. Au final elle préférait sans ares. Elle se sentait plus libre comme ça. Sans avoir un chaperon derrière elle. Elle s'acheta un paréo et un nouveau maillot. Bikini off course! pas les maillots une pièce pour vieilles nan mais! ainsi qu'un haut et une paire de lunettes de soleil. Friquée la meuf! et puis un brin pouf dit comme ça. Attendez! un physique comme ça et une allure de salope comme ça, ça s'entretient un peu. déjà elle fait du sport nan mais. et puis faut se maquiller une minimum et renouveler un peu sa garde robe. Du coup... oui maria est quand même un peu une pouffe superficielle. Bon ok pas qu'un peu! Elle est pas mal une grosse pouffe superficielle. moins qu'une autre pouffe très connue de ares, une certains cherry, venant elle aussi de Californie mais tout de même bien dans son genre. Moins pouf de luxe quoi. 

quelques jeunes beaux mecs s'étaient retourné sur elle en la croisant dans la rue. Un truc qu'elle adore. c'est un peu juste pour ce genre de trucs qu'elle prends soin de son physique en fait. juste pour profiter du regards des mecs qui disent "cette meuf est désirable" et des regards jaloux d'autres nana qui disent "cette connasse est plus désirable que nous". c'est son p'tit plaisirs malsain ça! Puis elle rencontra même un groupe de nanas dans un magasin avec qui elle parla un peu. Elles semblaient intéressées quand elle leur dit qu'elle était une touriste américaine. Et encore plus surpris de se rendre compte qu'elle savait parler italien. elles parlèrent tranquillement et eurent un p'tit échange intéressant. Elles étaient pas méchantes. Elles lui donnèrent leur numéros en lui disant qu'elle pouvait les appeler si elle cherchait un coin ou des gens avec qui faire la fête. Cool. 

Mais bref. Au bout d'un moment, elle prit dans l'idée d'aller dans le bar de ares, n'ayant plus grand chose à foutre et voulant de poser pour boire un coup quoi. elle arriva à trouver l'adresse grâce à quelqu'un du coup puis elle entra dans le dit bar. y avait une ambiance sympa. c'était cool. pas une ambiance très jeune. la plupart des clients étaient des hommes de minimum 7 ans de plus qu'elle. Pas vraiment la grosse ambiance de jeune. mais pas non plus e bar de vieux ou le bar où dès que t'es pas du coin on te regarde mauvais. Mais c'était quand même sympa. un bar où elle se ferait pas harceler par des relous  a priori vu que ça semblait pas trop être le délire de l'établissement. Elle vit au loin derrière le bar ares en train de servir un homme. Elle se posa au bar en posant ses sacs de shopping au pied de son tabouret. 

- un Sex on the Beach s'il vous plait.

A l'un des collègues de Ares qui lui apporta son cocktail. Puis elle regarda un peu autour d'elle en écoutant la musique mise dans le bar puis elle entendit alors des bruits de dispute. Mais la particularité était que les mecs parlaient anglais. Elle regarda, un peu attentive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ares
L'Ombre de Minuit
L'Ombre de Minuit
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'obscurité
Points de Réputation : 73 750 points
Double Compte : Eric & Sane
Messages : 654

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Dim 20 Juil - 18:46

La bombasse avait remercié le barman de son intervention, lui n'avait rien répondu. Elle avait un peu changé de regard après, le sicilien tentait de se ménager un peu et d'éviter d'avoir l'air trop mafieux mais ça semblait fort mal barré... Elle était pas si conne elle. Le barman continua d'avancer en gardant à l’œil son précieux sac en évitant de croiser le regard de sa cousine qui devait commencer à avoir des doutes.

Finalement son collègue vint le faire chier pour qu'il aille bosser, lui ne savait que faire, en un sens plutôt que de se trimballer une gamine bosser était une bonne idée mais la mama ne serait sans-doutes pas vraiment d'accord... Mais sa cousine ne semblait pas vouloir le faire chier plus que ça, elle accepta sans problèmes, ça devait même plutôt l'arranger, de laisser Ares s'en allait elle voulait juste une carte pour le rejoindre après.


« Ok... Fais gaffe aux autres abruti qui peuvent traîner. »

Bah ouais c'est quand même la famille quoi, puis si elle se faisait agressé sa mère allait écorcher vif Ares. Ceci fait le collègue du sicilien laissa une carte à Maria qui put alors partir faire son tour sans vieux relou pour la surveiller. Aguicheuse comme d'habitude elle tordait du cul et mettait en avant ses arguments, si bien que le collègue de l'ex-mafieux félicita Ares pour sa copine tout en matant l'arrière de Maria qui s'en allait.

« Je croyais qu'on avait du boulot. »

Ares attrapa la nuque de son collègue en forçant un peu et l'emmena avec lui tandis qu'il se débattait pour échapper à l'emprise du meilleur barman de Syracuse. Il s'excusa calmement jusqu'à ce qu'Ares le lâche en le poussant, il s'excusa encore une fois en s'éloignant un peu d'Ares, il avait beau avec le temps s'être fait accepter dans le bar il était encore considéré comme assez violent et parfois impulsif, donc ils faisaient gaffe à ses actions.

Les deux employés du bar retournèrent rapidement jusqu'à l'établissement, une fois dedans Ares put constater que c'était vraiment le merdier, les clients faisaient n'importe nawak, les videurs étaient dépassés, les serveurs aussi et les barman aussi. Apparemment il leur manquait des effectif pour faire les boissons du coup les serveurs aidaient et du coup les videurs rassuraient les clients un peu impatients. L'italien soupira en voyant ses collègues galéraient comme des morts.


« C'est toujours le bordel que je m'absente. »
« Quand c'est sensé être un service à effectif plein et qu'il manque quelqu'un qui traîne en ville avec une jeune... Aïeuh... Ok ok... »

Il n'avait même pas eut le temps de finir sa phrase que la main d'Ares vint claquer sur l'arrière de son crâne, ceci fait il retrouva à ses occupations de barman tandis qu'Ares se dirigeait vers l'arrière cuisine. Une fois dedans il put changer de vêtements, prenant son traditionnel costard de serveur avec une petite brochure « meilleur barman d'italie » qu'il avait gagné lors de son concours à Rome. Le patron était assez fier de ça et Ares aussi : tant mieux.

« Bon, qui a besoin d'un barman ? »


Un sourire aux lèvres Ares vint grossir les rangs du bar, avec son aide la situation revint peu à peu à la normale et les clients se calmèrent. Le temps passa et finalement la cousine du sicilien revint, celui-ci jeta un petit coup d’œil à la gamine qui commandait quelque chose, tant mieux si ça évitait qu'il ne la serve déjà qu'elle devait le prendre pour un alcoolique. Tandis qu'il servait un client une dispute éclata non loin de là, un videur tenta de calmer le jeu et Ares s'en mêla calmement également.


« Salut, c'est quoi le problème ? »
« Ils s'engueulent, mais je sais pas pourquoi... »
« You stole my beer ! »
« No it was mine you thief ! »
« Euh, quoi ? »
« Poor coward, i'll make sure you pay for your misdeed ! »
« Calmez-vous voyons... »
« Why are you here you two, you don't understand the gravity of this situation ! »
« Yes he want to take MY FUCKING BEER ! »
« It's mine I told you ! »
« Sérieux voilà qu'ils parlent anglais... On fait quoi on les sort ? »
« Faudrait éviter ils font parti du gros groupe de clients... »
« *soupire* génial on fait quoi ? »

Ares ne savait pas comment faire, des disputes il avait déjà vu mais là en anglais... Il regarda tour à tour les employés, aucun ne semblait parler anglais... Le seul qui savait c'était le stagiaire de la semaine dernière, mais il se remet de son coma éthylique depuis qu'il a joué à « tu bois je bois » avec Ares... Un peu forcé par ce dernier en guise bizutage, à chaque stagiaire son truc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria
Ligue B
Ligue B
avatar

Pouvoir : Invocatrice d'escaliers
Points de Réputation : 16 600 points
Messages : 86

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Mer 23 Juil - 16:07

Maria regardait en sirotant son cocktail les hommes en train de se foutre sur le nez. Elle arborait un léger sourire en voyant la situation. c'était hurlant de voire deux anglais en train de se prendre la tête pour de la bière. Ils avaient un accents écossais ce qui rendait la scène moins surprenante que si c'était des vrais dandies anglais. Les écossais c'est des rustres buveurs de bière! Mais le plus drôle c'était de voire le videur du bar mais aussi les barman en train de se liquéfier en ne sachant pas trop quoi faire. Elle les entendait parler. Apparemment, personne dans ce putain de bar ne savait aligner plus de trois mots dans la langue de Shakespeare. Ce qui rendait impossible de pacifier la situation avec diplomatie. Les armes alors? Fallait même pas y penser apparemment par ce que ces clients devaient être plus ou moins importants. n'empêche! quel manque de professionnalisme! Bosser dans un bar aussi grand et fréquenté dans une ville touristique d'une île assez touristique dans son genre et ne même pas savoir parler anglais! et ça se prétend meilleur barman d’Italie! abah elle est chouette l’Italie! Maria pouffa un peu puis se dirigea vers les deux hommes qui s'empoignaient par le col en passant à côté de Ares et en lui tapotant l'épaule avec un p'tit sourire presque satisfait.

- Laisse faire la pro' cousin!

Elle comptait lui rendre l’ascenseur pour l'aide qu'il lui avait donné avec les relous un peu plus tôt en essayant de l'aider à gérer ces deux lords non pas de dreamland mais de grande Bretagne.

- Gimme my beer Back you shit eater!
- Your beer?! It's my beer you mean!
- Please! Mister!
- What?!
- Would you like to stop this mess? You're disturbing the other consummers.
- Fuck off you bitch!


Ok! La diplomatie ça marche pas! bien! Ares et ses collègues n'ont pas le droit de ls cogner par ce que c'est des clients importants... Rien n'empêche Maria de faire appel à la violence. Elle s'approcha d'un des deux gars puis lui posa les mains sur les épaules puis lui colla un énorme nutshot de derrière les fagots ce qui calma illico presto le mec qui émit un couinement suraigüe. maria, un large sourire aux lèvres en le regardant sans les yeux alors qu'une larme coulait d'un de ces derniers.

- Now you stop this mess! Capisce?!
- ... 'kay!
- You okay with that to?!
- O... Okay! I... i think i'll will offer my friend a beer... a... As a gift of friendship and peace.
- Good!

Maria arborait un sourire radieux alors que le premier type était en train de se liquéfier sur place et que l'autre flippait de subir le même sort. Elle veut bien être sympa Maria mais faut pas l'emmerder. On peut ainsi voire la douce subtilité de la diplomatie à l'américaine. Ou la douceur féminine de la jeune femme pas camionneuse pour un sou. Elle passa à côté de Ares en pouffant un peu alors que tous les autres mecs du bar étaient sur le cul. Ils voient pas forcément tous les jours des nana aussi pètes couilles et avec autant de couilles justement. Elle s'adressa alors à Ares.

- Je t'apprendrais un jour! hihi!

elle lut sur le badge.

- Hmouais... Si tu veux être le meilleur j'devrais te filer des cours d'anglais. c'était pas très sérieux tout ça.

Non mais tu déconne! ça, il aurait put le faire aussi le langage du coup de pied dans les parties c'est universel! En tous cas, ça avait marché puisque les deux anglais s'étaient calmés et se mettaient même à consommer. ils semblaient même être redevenus les meilleurs potes du monde, unis dans l'adversité face à ce démon qu'est Maria. La scène faisiat causer les autres hommes du bar et un collègue de Ares vint offrir une conso' de la part de la maison pour le petit coup de main... Ou de genoux plutôt. Puis elle se marra en parlant au dit serveur, qui était celui qui avait dit à Ares un peu plus tôt qu'elle était mignonne. Entre temps il avait pigé qu'ils ne sortaient pas ensemble. Bref, elle était dispo, il la draguait un peu. Elle elle y faisait pas attention.

- N'empêche... se battre pour une bière! C'est débile! Y a qu'un écossai pour faire ça! Remarque! en Amérique y a un type qu'a essayé de me tuer pour une bière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ares
L'Ombre de Minuit
L'Ombre de Minuit
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'obscurité
Points de Réputation : 73 750 points
Double Compte : Eric & Sane
Messages : 654

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Jeu 24 Juil - 19:05

Ares se grattait la tête face à l'idiotie de la situation, il commençait à s'énerver et se demandait si cela valait le coup qu'il s'emmerde à réfléchir pour trouver une issu pacifique, son sang le poussait de plus en plus à en assommer un des deux et à le faire dégager afin de donner raison à l'autre, pas très recommandable comme méthode mais en un sens s'ils ne voulaient rien entendre... Et puis bon c'est pas que personne ne pigeait quoi que ce soit... Mais un peu quand même.

Au final le barman se demandait toujours ce qu'il allait faire quand sa cousine vint lui tapoter l'épaule, attirant son attention elle lui demanda alors de laisser faire les pro. Le sicilien tilta alors : elle était une américaine et donc elle savait parler anglais, chouette un traducteur. Au final Ares se félicita d'avoir accepter de l'emmener au boulot, elle allait être utile. Alors qu'il s'apprêtait à lui dire que dire elle s'engagea seul comme médiatrice.

Le dialogue qui s'en suivit ressemblait à du « aglesterblurinolstoarfisepedculron » pour Ares, oui c'est comme ça qu'il voit l'anglais. Donc je ne vous ferai pas la vacherie de vous décrire les différentes expressions faciales par lesquelles il passait tandis que sa cousine parlait, elle se démerdait bien en anglais... Enfin Américain... Enfin Anglais... Enfin la langue de Shakespeare quoi, malgré les différences d'accent ils se comprenaient, tandis que tout aller bien...

*Ding*

C'est le bruit qui le coup de Maria fit, Ares grimaça en voyant sa cousine faire, elle avait manquée de castrer un client du bar, au final il valait mieux éviter que les clients sachent la relation familiales entre les deux sicilien d'origine. Le barman passa discrètement la main sur ses parties génitales, comme pour vérifier qu'elles étaient entière... Il avait mal pour l'anglais, on frappe pas ici... Le pire c'est que le dernier à l'avoir frappé ici c'était un blondinet à dreamland, un gros chiant...

Se caressant les bijoux de famille il regarda les deux anglais se calmer, une méthode éfficace mais pas très catholique, Ares resta figé quelques instants en réalisant ce qui venait de se passer. Sa cousine qu'il a voulu tuer à dreamland et qu'il connaît depuis quelques heures en réalité qui se fait draguer par tout le monde vient de lui sauver la mise face aux anglais en en castrant un des deux... Punaise les américains sont pas douces...


« Elles sont toutes comme ça les américaines ? »


Elle précisa alors qu'elle apprendrait un jour à Ares, régler les problèmes comme ça c'est pas difficile, mais bon un peu lâche quand même. Observant le badge du barman elle affirma qu'il faudrait qu'il prenne des cours d'anglais pour vraiment être le meilleur. Ares fit une tronche blasée en entendant ça, cette gamine a vraiment aucun sens de la retenue ni aucun tact, tu m'étonne que les américains balancent des missiles partout si les premières dames sont comme ça...

« Normalement le barman n'a pas à parler toutes les langues... »

Mais bon, la bombasse qui lui servait de cousine ne semblait pas vraiment l'écouter, elle s'en alla au bar et reçu gratuitement un bar de la part du collègue d'Ares qui la trouvait mignonne. Ceci sentait le coup fourré pour Ares, il avait une certaine réputation de draguer tout ce qui bouger à partir du moment ou c'est libre et il sembla tenter avec Maria, de quoi énerver un peu Ares qui se calma en voyant que sa cousine n'y faisait pas attention et que son collègue avait juste l'air con.

Finalement ce dernier s'en alla attrister de ne pas avoir fait une nouvelle conquête, Ares esquissa un sourire moqueur en regardant le serveur s'éloigner. La jeune femme exprima ensuite le fait qu'elle trouve étrange de se crêper le chignon pour une bière, sauf si c'est des écossais. Pour le meilleur barman d'italie écossais ou non c'était pareil, si il avait bien apprit un truc depuis le temps c'est que les alcoolo sont de toutes les nationalités. La jeune femme poursuivit alors en affirmant qu'aux USA un type avait tenté de la tuer pour une bière, le barman arriva alors derrière le comptoir où se tenait Maria et prit la parole.


« On tue pour la bière aux USA ? Vous êtes vraiment tous aussi tarés là-bas ? »

D'un coup il commençait vraiment à trouver sa famille chelou du côté américain, après est-ce que le reste était aussi fou que ne l'était celle-là... Ceci restait à voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria
Ligue B
Ligue B
avatar

Pouvoir : Invocatrice d'escaliers
Points de Réputation : 16 600 points
Messages : 86

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Lun 28 Juil - 22:25

Non les américaines sont pas toutes comme ça. Enfin, ça dépends ce que t'entends par "comme ça". Elles sont pas toutes aussi violentes mais elles sont pour la plupart aussi vulgaires qu'elle à leur manière. Quoique, c'est dure de catégoriser le peuple américain quand on sait que là-bas tu peu trouver les plus fondamentalistes des croyants comme les plus convaincus des athées anarchistes. Tu peu tomber sur les pire bouseux attardés et racistes comme sur les gens les plus briants et ouverts d'esprit. c'est vrais quoi! Ce peuple est capable de créer des choses géniales dans tous les domaines comme des choses absolument horribles. c'est tout le paradoxe américain. bref. Je m'abaisserais pas à te répondre à la question du oui ou non, les américaines sont elles toutes comme elle. Bon en réalité, non elles sont pas toutes aussi radicales et brutales dans ce genre de situation si c'est la réelle réponse attendue.


- Normalement le barman n'a pas à parler toutes les langues...
- T'as raison! être polyglotte ça sert à rien à part se la péter. Mais parler anglais c'est utile crétin! surtout quand on bosse dans un métier comme barman dans une ville touristique d'une région touristique.

Elle avait pas faux sur le coup mais Ares était certainement plus borné qu'elle encore sur le sujet. Tout ça pour dire que la jeune femme commençait son second cocktail quand le serveur commença à lui faire du charme. Elle lui fit vite comprendre que ça marchait pas avec elle et qu'elle avait pas envie de lui par ce qu'il était trop maigrichon pour elle. En plus de lui niquer son plan, elle l'humiliait gentiment la nana. Super sympa et franchement très délicate.

- On tue pour la bière aux USA ? Vous êtes vraiment tous aussi tarés là-bas ?
- Non "on" tue pas pour des bières! Un taré a essayé de me buter pour une bière! Et si cet enfoiré m'approche encore j'lui colle un procès et il en a pour 20 ans cet enfoiré de toxico!

Elle finit son cocktail. Maria semblait très vénère d'évoquer ce sujet. c'était pas un sujet des plus plaisant à vrais dire. Elle ne l'avouait pas mais elle gardait un souvenir assez douloureux de ce moment. Se faire menacer de mort par un taré alcoolique juste par ce qu'on lui versé de la bière sur la tronche ça fait flipper. ça vous fait ressentir à quel point vous pouvez être fragile face au destin et à quel point ce dernier peut quand il veut vous envoyer un fou malade qui voudra faire du hachis parmentier avec à peu près la totalité de votre corps. Elle regarda Ares le regard un peu éteint en pensant à l'autre malade. ça faisait que quelques semaines après tout. ça la perturbait un peu. Et c'est con à dire mais elle était moins sûr d'elle depuis ce jour. Elle commençait presque même à culpabiliser et à se demander si son attitude n'aurait pas été la cause de tout ça. Bon c'est vrais t'aurais juste pris la bière qu'il t'offrait et tu te barrais , rien ce serait passé comme ça... t'étais pas obligé de lui versé toute la pinte sur la tronche. Mais bon... c'était quand même plus fort qu'elle ce genre de réaction. On se change pas en deux jours quoi.

- Et non! On est pas tous tarés! Il se trouve qu'on est le pays où y a le plus de fou mais on est pas tous malades. Puis pas pour dire mais t'en as des pas mal dans leur genre ici aussi je pense! Puis les deux écossais là. Sont pas un peu cons aussi de se foutre sur la gueule pour une bière! Surtout si c'est pour être copain comme cochon juste derrière!

En effet, on pouvait entendre les deux britanniques chanter des chansons paillardes anglaises ensemble avec leurs voix qui déraillaient. et après, pour la question que se pose le narrateur de ares. Non ils sont pas aussi fou. Ils sont même tous assez communs. Maria est la seule à être un peu comme elle est quoi. Sont pas autant obsédé par le cul dans la famille, ni par les apparences et ses frères sont pas des sales garces mesquines qui kiffent rendre les gens autour d'eux jaloux juste pour se sentir exister. Bref, Maria resta là à parler avec Ares qui faisait son taf de barman habituel. Il causait aux clients tout en les servant et en s'occupant un peu de son bar quoi. Du coup, Maria et lui purent un peu faire plus connaissance. ils parlaient de trucs et d'autres. A vrais dire, c'était plus maria qui parlait. Ares était décidément quelqu'un de très peu loquace enfin bref. Ares après un moment eut finit son service. Il était pas trop tard. Il était arrivé à négocier avec son patron pour partir assez tôt. Raison familiale. Et comme c'est la famille, le patron avait été sympa. D'autant que là, il venait en heure sup' de ce que j'ai compris.

Ils rentrèrent après avoir commandé à bouffé pour manger dans l'appartement. De ce qu'elle avait put voire dans le frigo ares est pas fanatique de la cuisine. Un vrais bonhomme quoi. Ils mangèrent des pattes à emporté, pas dégueulasses, mais pas excellent non plus. Puis ares, je suppose qu'il se prenait de la bière ou je ne sais quel autre alcool pour que ça passe mieux. Alcoolooooo va! Mais bref, alors que ares s'était mis à regarder la télé sans faire attention à la présence de Maria, cette dernière partit prendre sa douche. Bah ouais quoi! faut bien se laver. Elle fit ça vite fait quand même puis alla se poser dans la chambre de Ares, qui était sa chambre à elle le temps de son séjour. Elle avait une serviette autour du corps et une autre dans les cheveux, posée sur le lit de ares. Elle repensa au fait que ares lui ai expressément dit de ne pas fouiller. Une invitation à fouiller selon elle. La jeune californienne commença donc à fouiller la chambre de ares et finit par voire la malle sous le lit. Elle y découvrit donc. Un flingue. Ok... ça calme un peu. Mais c'est pas original comme planque. Et puis c'est surtout débile de le planquer à ce point quand t'as aucun gamin susceptible de jouer avec. Elle vérifié. Bien sur le cran de sûreté. En tous cas, il avait un flingue quoi. Maria l'imaginait de plus en plus comme un bon gros mafieux quoi. Elle rangea le flingue où elle l'avait trouvé puis fit comme si de rien n'était. Elle avait satisfait sa curiosité malsaine. Elle continua ainsi de sécher en sifflotant, la meuf trop suspecte quoi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ares
L'Ombre de Minuit
L'Ombre de Minuit
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'obscurité
Points de Réputation : 73 750 points
Double Compte : Eric & Sane
Messages : 654

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Mer 30 Juil - 18:33

Parler anglais c'est utile ? Peuh, c'est une gamine elle pige rien à la réalité du métier c'est tout. Ares ne parlait qu'Italien se trouvait ça largement suffisant. Le barman avait toujours utilisé sa langue maternelle sans jamais se soucier des autres langues, en général quand il ne comprend pas soit il trouve un traducteur soit il envoie chier la personne, c'est plus simple que de se faire chier à apprendre une autre langue non ? Bah ouais Ares est légèrement asocial.

« Je me suis très bien débrouillé avec juste l'italien jusqu'à maintenant , il n'y a pas de raison que ça change. »


C'était un sujet assez sensible, ce n'était pas la première fois que quelqu'un lui reprochait de ne parler qu'Italien, sauf que là en plus c'était la famille donc c'était pire, il n'avait pas non plus une très bonne estime de l'anglais, en général les personnes parlant la langue de Shakespeare sont pour lui hautaines et chiantes... Ouais nan lui ne l'est pas, sisi je vous assure ! Ares n'aimait pas avoir tord et était fort têtu, d'après ce qu'il savait Maria aussi : de quoi faire une belle discutions de sourds.

Finalement la cousine du sicilien répondit à son interrogation mêlant bière et meurtre, apparemment agacée par le sujet elle rembarra Ares en lui disant qu'un taré avait tenté de la tuer pour une bière, qu'elle lui foutrait un procès s'il réessayait etc etc... Ares fronça les sourcils en entendant le « un taré a essayé de me buter... » il avait beau ne pas porter au plus de son estime l'américaine elle restait membre de sa famille et bon on touche pas à la famille.

Néanmoins Ares resta silencieux, la laissant en paix tandis qu'elle buvait son cocktail, au final ils n'avaient pas l'air de si mal s'entendre que ça. Elle continua ensuite, comme quoi tous les américains n'étaient pas tarés, qu'il y avait beaucoup de malades mais qu'ils ne l'étaient pas tous. Elle dit également qu'il devait y avoir pas mal de taré en Italie/Sicile également, ce qui fit baisser les yeux d'Ares quelques instants, elle pensait également aux anglish en disant ça.


« Ouais ouais... Z'êtes peut-être pas tous pareil, les deux autres là-bas ne sont pas Italien ne les colle pas dans le même sac ici... Ici c'est... Différent... Nos tarés ne sont pas comme les votre. »


Il tenta de faire un peu d'humour, hélas ce fut un cuisant échec, il détourna le regard en parlant, les tarés d'italie n'étaient pas vraiment des zoufs Américains tuant pour de la bière mais plutôt de grands hommes en noir avec des beretta qui tuent pour leur argent. Il chassa ces idées de sa tête et leva la tête vers ceux qui s'engueulaient il y a peu, ils étaient redevenus amis, bonne nouvelle et merci la cousine, méthode efficace, ça aurait été Ares sans-doutes n'auraient-ils pas réagis pareil.

« Bon Patron, c'est calmé j'y vais, j'ai de la famille. »
« Ok. Salut Ares. »

Ouaip, c'est ça les négociations. Ares et son patron ne s'entendent pas trop mal et en général il arrive à en faire un peu qu'à sa tête dans le bar, son dirigeant n'étant pas trop strict ni pointilleux. Assez tôt le sicilien rentra donc chez lui avec sa jeune cousine, il passa au passage commander à manger pour le soir, les deux rentrèrent et entamèrent un repas calme et muet, Maria ne semblait pas vouloir de digestif, Ares lui si, néanmoins il se retenait pour pas trop faire alcoolo et ne sortit pas le Rhum se contenta d'une bière, repas léger quoi.

Ceci fait le voyageur obscur alla se poser devant la télé, une vielle sérié souvent considérée comme lourdingue parlant d'un orphelin qui a côtoyé des criminels dans sa jeunesse puis qui a intégré en secret les policiers, servant d'informateur. Une série souvent considérée comme cul-cul par les gens, mais bizarrement Ares l'aimait bien, allait savoir pourquoi. Bref tandis qu'il regardait sa bonne vieille série il remarqua l'absence de Maria et se décida à aller voir.

Il rejoignit la jeune femme jusque dans la chambre qu'il lui prêtait, il la vit de loin bidouiller un truc sous son lit puis accélera un peu le pas, elle sortait apparemment de la douche vu son accoutrement, l'américaine avait un air absolument pas coupable, sifflant à tout va elle persuada Ares qu'elle avait désobéit à sa règle, elle avait dut fouiller. Se posant contre le mur à l'entrée de la chambre le regard froid d'Ares fixa la jeune femme quelques secondes avant qu'il ne se décide à parler.


« Toi... Tu as fouillé je me trompe ? »


Le regard d'Ares fixait droit dans les yeux la jeune femme, de quoi mettre mal à l'aise en général. Les bras croisés il attendait patiemment la réponse de sa cousine, espérant qu'elle n'ait pas trouvée son arme qu'il aurait peut-être dut mieux ranger...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria
Ligue B
Ligue B
avatar

Pouvoir : Invocatrice d'escaliers
Points de Réputation : 16 600 points
Messages : 86

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Dim 3 Aoû - 8:19

Tout se passait bien. Maria était en train de se brosser les cheveux tout en sifflant de façon plus ou moins nerveuse. Oui, elle siffle jamais d'habitude. Là c'était pour faire qu'il c'est rien passé de particulier alors que si. Bref, c'est totalement rodé. t'aurais gueulé "eh mec! j'ai vu ton flingue sous ton lit" ça aurait été la même chose. Ares tarda pas à se pointer et l'accusa. OMG quel outrage! accuser ainsi une si charmante jeune femme qui ne fera jamais de mal à personne et qui jamais ne désobéit à... bon ok j'arrête! Bien sûr qu'il a raison de l'accuser! Non mais regarder sa tronche! c'est évident que c'est une merdeuse qui obéit jamais. Si vous voulez mon avis. Elle s'est pas pris assez de calottes étant gamine. et puis c'est évident vu son attitude qu'elle a sur le coup.

- Toi... Tu as fouillé je me trompe ?
- Tu pourrais frapper avant d'entrer. j'ai une intimité tu sais!

Puis elle vit à sa tronche qu'il plaisantait pas. Du coup elle soutint un peu son regard. Il lui faisait pas peur à vrais dire. Mais le truc c'est qu'elle sentait que cette baston de regard serait plus que stérile par ce qu'elle avait cru comprendre que Ares est quelqu'un de très borné et qui lâche pas facilement l'affaire. Suffit de voire son obstination à pas vouloir apprendre l'anglais alors que ça lui serait utile. Du coup souffla puis se mit debout.

- ok tu l'auras voulu.

Maria laissa tomber la serviette qui cachait sa poitrine et aussi son cul m'voyez. Bah ouais! il veut pas lui laisser de l'intimité donc osef! qu'il profite du spectacle! Au pire ça lui apprendra cet enfoiré! et au passage. oui, elle est un peu exhibitionniste la meuf. Elle se déplaça alors nonchalamment dans la chambre jusqu'à sa valise où elle prit des sous vêtements qu'elle mit sous le regard, sans doute médusé, ou clos de Ares qui devait pas vouloir se résoudre à voire sa cousine nue. Après les sous vêtements, elle mit les vêtements qui la couvraient pas vraiment plus avec le recule. En même temps avec cette chaleur, faut la comprendre. t'as envie de rester à poile quand il fait si chaud. Elle attacha ses cheveux avant de regarder Ares avec un sourire, contente que ça puisse le contrarier qu'il ai put voire ce qu'il a vu. Mais bon elle allait quand même lui répondre.

- Et oui j'ai fouillé dans tes affaires! Pour la bonne et simple raison que t'as dis de pas le faire! c'est une règle qui appel à la transgression! Si tu m'avais rien dis! j'aurais juste pas pris l'idée de fouiller. je respecte la vie privée des gens! mais vu la façon dont tu l'as dis, c’est que t'as forcément un truc à cacher. Et j'avoue que si je crèche chez un dealer j'aimerais être au courant.

Puis elle le regarda en souriant.

- Au passage! ton colt tu pourrais mieux le planqué! même un gosse pourrait le trouver. Bon heureusement t'es pas taré au point de le laissé chargé et sans le cran de sureté. D'ailleurs je suis déçu! je pensais que tu planquais des immigrés clandestins ou un truc plus glauque genre un cadavre. Quoi? j'viens du pays où on peut limite acheter des fusils d'assaut dans les supermarché donc c'est pas un magnum sous le lit qui va me choquer.

Puis elle fouilla dans son sac et lui sortit un couteau à cran d’arrêt. 

- moi j'sors jamais sans ça alors le flingue sous le lit ça me choque pas. t'avais peur de quoi?! Que j'aille le dire à mon papa?! Pfff! si tu savais le nombre de choses que sa p'tite fille adorée fait dans son dos!

J'avoue. Entre le nombre incalculable de coups d'un soir, les soirées avec ou sans alcool sans forcément l'autorisation parentale, les fois où elle a fait le mur et tout. Elle est plus à ça près de la liste de ce que ses parents savent pas d'elle. mais ça la faisait un peu rire que Ares la prenne à ce point pour une enfant au final. C'est bon quoi. Elle a la tronche d'une sainte n'y touche pacifiste et extra prude anti armes?! Bon autant elle trouve que les flingues c'est un truc de p'tite bite vu que chez elles y a un nombre impressionnant de mecs qui se sentent pousser des couilles qu'ils n'ont pas à partir du moment où ils ont un flingue dans la poche. Mais bon, ça se voyait que Ares était pas dans la même optique, c'est plus un truc d'autodéfense. un flingue qu'il sort jamais et sortira peut être jamais quoi. Mais elle attendait à présent sa réaction. S'il se mettait à l'engueuler, y avait de fortes chances qu'elle se casse de chez lui pour la soirée. c'est bon. Si c'est pur qu'il soit plus relou encore que ses parents, elle préférait aller trouver un coin où faire la fête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ares
L'Ombre de Minuit
L'Ombre de Minuit
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'obscurité
Points de Réputation : 73 750 points
Double Compte : Eric & Sane
Messages : 654

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Lun 4 Aoû - 21:12

Tandis qu'Ares la fixait elle rétorqua comme quoi elle avait une intimité, qu'il aurait put frapper avant d'entrer... C'est la meilleure ça, il est chez lui et c'est lui qui devrait faire attention ? Le sicilien ne bougea néanmoins pas d'un cil, ne faisant pas l'effort de relever la remarque de sa jeune cousine. Il continua de la fixer, l'air froid et impassible qu'il a l'habitude d'arborer en toute situation. Maria ne semblait en revanche pas vraiment rassurée et se releva en soufflant, comme quoi Ares l'avait voulu.

« De quoi ? »

Ares eu un instant l'air intrigué avant de voir sa bombasse de cousine laisser la serviette couvrant sa poitrine et son fessier tomber au sol. Ares resta figé, en pause pendant quelques secondes alors que sa cousine se balladait à poil en toute impunité chez lui, devant lui. Plusieurs réactions manquèrent de surgir, rester à observer calmement sa cousine tout content, comme il l'aurait sans-doutes fait avec quelqu'un qui n'était pas de sa famille, lui gueuler dessus pour son impunité ou bien détourner le regard.

Au final la dernière option remporta son avis, il détourna le regard de sa cousine, franchement aucune retenue les américaines, c'était pas bon pour l'idée qu'il se faisait du peuple de chez l'oncle sam. Il la laissa faire ce qu'elle voulait dans son coin, sans y jeter un coup d’œil et sans bouger du pas de la porte. Au final elle était bien foutue mais... Bon la famille c'est la famille quoi. Lorsqu'il reposa son regard sur elle elle était déjà plus habillée, donc ça allait.

Il la fixa tandis qu'elle répondait à sa question sur un ton toujours aussi aimable, on reconnaît pas là l'air de famille, juste à l'air aimable avec lequel ils pouvaient parler aux gens... Ceci ainsi que la franchise parfois gênante. Elle avait bien fouillée dans ses affaires parce qu'elle lui avait dit de pas fouiller... Logique, une règle qui appelle à transgression. D'après elle c'est qu'Ares avait forcement un truc à cacher, elle voulait savoir si elle dormait chez un dealer. Ares prit la parole à voix basse, ne s'adressant à personne d'autre que lui.


« Si seulement ça avait put être un peu d'herbe... »

Il ne voulait pas particulièrement que Maria entende ses paroles, restait à voir si elle tendait assez l'oreille ou non. Tout en souriant elle lui fit rapidement la moral, comme quoi il aurait put mieux planquer son arme... Donc c'est bien ça qu'elle avait vu, Ares soupira, ne sachant pas trop quoi dire, c'était assez gênant... Surtout quand on savait pourquoi il avait l'arme avec lui. Selon elle un gamin pourrait le trouver, mais au moins il était pas dingue au point de le laisser charger sans le cran de sûreté ni de le laisser chargé.


« Ouais... Ouais... Pas chargé... »


Ares avait pas l'air suspect non plus à son tour, il alla prendre la malle sous le lit et la garda en main... Pas chargé... Disons que sur 6 emplacements de balle seul 2 avaient une balle, pas complètement chargé, mais si besoin est de s'en servir au moins il est près. Ares recula calmement jusqu'à la porte sans rien dire, il valait mieux éviter d'aller plus loin... Avec un peu de chance elle oublierait ça et ne ferait pas la liaison avec le potentiel passé d'Ares, on évitera ainsi les questions qui mettent mal à l'aise.

Apparemment elle était déçu, elle pensait qu'il planquait des immigrés ou bien des cadavres, Ares resta perplexe, elle était vraiment chelou, elle finit par ponctuer sa phrase comme quoi aux USA on peut limite acheter des fusil d'assaut au super-marché. Ares reste bouche bée, il imagina une seconde à quelle point la mafia sicillienne serait heureuse là-bas pour obtenir ses petits outils. Savait-elle seulement que normalement en Italie fallait un permis de port d'arme ? Enfin je crois... Dans tous les cas ça manquait cruellement à Ares ce genre de paperasse... Enfin en cas de contrôle quoi.

Elle lui demanda de quoi il pouvait avoir peur, elle sortait jamais sans un couteau alors ça la choquait pas, est-ce qu'Ares avait peur qu'elle aille le dire à son père ? Pas vraiment, apparemment le paternel de la jeune américaine avait déjà son avis de fait sur Ares, il avait plutôt peur de la réaction de la jeune femme, après tout il n'était pas sensé savoir qu'elle y était habituée. Il soupira calmement en l'écoutant parler puis répondit, presque avec un petit sourire.


« Ton père je m'en fou un peu de ce qu'il pense, apparemment il ne m'aime déjà pas pour... Enfin, je n'étais pas sensé savoir que tu étais aussi indifférente des armes à feu. Et puis, comment veux-tu qu'un gamin le trouve, j'ai emménagé il y a peu et je connais pas de gamin plus jeune que toi. »


Il termina la phrase avec un pseudo sourire. Pourquoi n'avait-il pas finit sa première phrase ? Raison personnelle, pas vraiment envie d'en parler plus que ça, il avait déjà fait une bourde de remettre ça sur le tapis il avait pas l'intention d'en faire plus que ça. Il s'éloigna un peu, venant sur le pas de la porte, c'était le soir mais il était fort peu probable qu'aucun des deux ne veuille se coucher aussitôt, le programme tv habituel d'Ares n'allait sans-doutes pas intéresser Maria par contre.

« Bon... Sinon, ce soir je suppose que les vieux programmes tv t'intéresse pas et que tu ne veux pas te coucher de suite... Ai-je tord ? »

J'en doute fort, mais qui sait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria
Ligue B
Ligue B
avatar

Pouvoir : Invocatrice d'escaliers
Points de Réputation : 16 600 points
Messages : 86

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Dim 10 Aoû - 9:06

Ares est toujours aussi, comment dire? Apathique! La réaction du jeune homme est pas très poussée quoi. Apparemment, c'était juste le fait qu'il pense que ce flingue puisse lui faire peur et li faire penser que c'est un fou dangereux. Mais mon pauvre des fous dangereux elle en a vu d'autres. Puis dans le genre t'es plus terrifiant à Dreamland mon grand. Il répondit pas beaucoup à Maria qui blablatait en se foutant un peu de sa gueule de son air de grande ado bien chiante. Elle n'avait pas entendu la réplique du "si seulement c'était d'la beuh qu'on puisse se faire une méga soirée défonce à las vegas!!!!" Oui j'interprète un peu les propos du sicilien. 

Par contre, la jeune américaine entendit bel et bien au moment où le sicilien faillit se vendre concernant ce qu'il avait fait dans le passé. il se corrigea et encore une fois maria repéra tout de suite qu'y avait un truc à cacher. Et comme maria est un peu une p'tite pouffe qu'aime bien les commérages pour pouvoir se foutre de la gueule des gens en général, bah là, ça titilla sévèrement sa curiosité. Puis il passa vite à autre chose en essayant de noyer le poisson. Espèce d'enfoiré! pense pas que tu vas t'en tirer comme ça. maria elle t'écoute même pas quand tu lui dis que tu viens d'emménager. Et puis mec! y a rien qui t'interdis de te taper une mère célibataire qui pourrait amener son gamin. Songe y mon grand! Mais bref. Maria le regarda d'un air de soupçon avec un soupçon de malignitisme. Oui je sais que ça existe pas. Je réinvente l'orthographe et même la langue française. Ares proposa en gros à Maria de faire quelque chose de particulier ce soir ce qui la branchait plus que se coucher tôt. Mais tu pense t'en tirer comme ça mon pote? Naaaaaaan saymort! tu va tout cracher sur on passé sale fils de pute! Pardon tata c'était pas contre toi!

- Sortir ça me branche... Par contre... Avant ça. j'veux que tu m’explique pourquoi mon père te kiffe pas! j'veux savoir! J'suis sûr que ça a un lien avec le pourquoi t'es un gros con antipathique!

Bon, avec tous les indices qu'elle avait elle pensait savoir. Mais bon... D'autant plus qu'elle savait que son père déteste la mafia, raison pour laquelle il avait quitté la Sicile puis carrément l'italie. En tant que commerçant, il ne supportait pas l'idée du chantage et du "business de la protection" pratiqué par la mafia massivement en sicile. Vous savez le truc de l'homme de main de la mafia qui se pinte dans ton commerce et qui te dis "t'as besoin de notre protection mec! donc faut payer. tu sais... t'as un si joli commerce et des accidents ça arrive..." le tout avec un air de dire qu'il peu te défoncer ton établissement ici et maintenant si ça lui chante. 

Bref, elle soupçonnait Ares d'être un mafieux mais elle voulait confirmation de sa bouche. Elle s'assit sur le lit de ares, croisa les bras puis le regarda dans les yeux d'un air sérieuse.

- Je bougerais pas tant que t'auras pas tout craché!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ares
L'Ombre de Minuit
L'Ombre de Minuit
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'obscurité
Points de Réputation : 73 750 points
Double Compte : Eric & Sane
Messages : 654

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Lun 18 Aoû - 19:53

Ares attendait patiemment, il passait en revu dans sa tête les différentes choses qui pourraient être faites ce soir, une gamine comme elle n'avait sans-doutes pas envie de passer la soirée avec bière et télévision... Ces gamins aucun goût franchement. Dommage, les vieilles séries ringards il y en avait pas mal en ce moment, juste l'embarras du choix. M'enfin avec un peu de chance elle voudrait faire des jeux de société... Bah ouais, l'espoir fait vivre.

La jeune américaine répondit à Ares, sortir ça la branchait, Ares soupira en entendant ceci, lui ça le branchait moins... Surtout le soir, surtout à Syracuse... Le Sicilien n'aimait déjà pas trop sortir le jour, mais alors la nuit c'était encore pire, vu le nombre de trafics en tout genre qui se passaient... Mais cette chieuse ne le lâcherait pas sinon, alors bon il valait mieux accepter et faire avec non ? Alors qu'il s'apprêtait à parler la bombasse continua.

Elle voulait savoir quelque chose avant. Elle voulait savoir pourquoi son père ne pouvait pas encadrer Ares, elle pensait que ça avait un lien avec le fait qu'il soit un gros con antipathique... En soit elle n'avait pas totalement tord, mais l'ancien mafieux lui n'aimait pas parler de ça, surtout à une gamine pourrie gâtée comme elle, déjà le simple fait que son oncle soit au courant emmerdait Ares, sa mère avait cafté, sur et certain.

Le sicilien se retourna vers la jeune femme, l'air impassible et froid, la fixant calmement il se rendait bien compte qu'elle n'avait pas vraiment l'air de vouloir abandonner sa demande au barman. Ceci se confirma lorsqu'elle s'assit sur le lit, croisant les bras et soutenant le regard d'Ares avec un air des plus sérieux. Elle voulait qu'il crache tout avant de bouger... Le sicilien songea à se barrer en disant « cool bah attends là » mais tenace comme elle est elle continuerait à le faire chier.


« Petite peste... Sérieusement t'es têtu comme pas deux. »

Le regard accusateur et peu aimable qu'Ares avait à ce moment là rappelait un peu ceux qu'il avait put avoir lors de leur rencontre à Dreamland, il tentait de la dissuader de savoir ce que cachait le sicilien, néanmoins elle n'avait pas vraiment l'air de vouloir savoir. Ares soupira, apparemment il n'y avait plus de chance de faire demi-tour. Il fit quelque pas et se posa sur son lit, non loin de la jeune femme. Il posa la mallette avec l'arme à côté et posa ses coudes sur ses genoux, il fixa le sol plus loin et prit la parole.


« Bon. Si tu tiens tant à le savoir... Ton père, je ne l'ai jamais rencontré, mais je suppose qu'il ne m'aime pas parce-que ma mère a dut trop parler de moi. Enfin, surtout parler de mon passé. Je ne connais pas spécialement ton père, mais par ce fait je suppose qu'il a une certaine... Haine envers ceux qui ne sont pas du bon côté de la loi ? Et bien disons que je n'étais pas beaucoup été de ce côté étant jeune... J'ai... Fais des choses pas terrible terrible et j'ai fréquenté des gens peu recommandable. La Mafia, de nom tu dois connaître, disons que j'ai pas mal trempé avec eux par le passé. Cela fait un certain temps que je n'ai plus de contact chez eux, mais bon... Je suppose que l'on efface par le passé, d'autant plus vu les souvenir qu'ils ont laissés sur moi. »

Le barman se leva, autant terminer le sujet et se démerder pour qu'elle évite de trop l'aborder, c'était également l'occasion de faire comprendre certaine chose à la jeune femme. Le sicilien ôta sa chemise puis son t-shirt, révélant son torse à nu. Outre le corps développé la chose qui choquait était sans-doutes le nombre de cicatrices sur son corps, il le laissa quelques instants visible et attrapa de nouveaux vêtements pour s'habiller tout en reprenant la parole.

« Celles sur mon visage ont la même origine. Tu vois gamine, tout n'est pas rose, parfois il faut se méfier de tout, peut-être qu'avec papa pour te protéger tu ne t'en rends pas compte aux USA, mais il faudra faire attention, surtout ici... Bon bref, si tu veux sortir dépêche-toi, dis-moi aussi où tu compte aller. »


Ceci fait il reprit la mallette sur le lit et retourna rapidement à l'entrée. Reparler du tout l'avait un peu inquiéter, tout comme le fait de sortir le soir. Une fois hors de vue de la jeune femme il ouvrit la mallette et prit l'arme, ouvrant le barillet il y glissa les balles manquantes depuis une cachette derrière un petit tableau avant de refermer le tout. Il glissa l'arme dans une pochette cachée sous sa veste avec quelques balles de rechange... Sait-on jamais la nuit à Syracuse. Il ne restait plus qu'à attendre la cousine. Il referma la mallette et la colla en haut d'un meuble assez haut, il grimpa sur une chaise pour l'y placer, avec ça il y avait moins de chance qu'elle le prenne non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria
Ligue B
Ligue B
avatar

Pouvoir : Invocatrice d'escaliers
Points de Réputation : 16 600 points
Messages : 86

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Lun 25 Aoû - 16:15

La jeune femme arbora un sourire presque sadique quand elle vit que Ares cédait à son caprice et commençait à vouloir lui répondre par ce qu'il sentait qu'elle avait elle aussi un putain de caractère de chiotte! Hey ouais!! ça, c'est un de vos points commun. Elle se frottait limite les mains alors qu'il allait lui dire, très succinctement, de quoi il retournait par rapport à son passé. Elle avait la satisfaction débile d'avoir fait plier ce mec. Mais cette satisfaction disparut assez vite quand Ares lui expliqua le pourquoi du comment. Au final, ce qu'il lui dit n'était pas surprenant du tout. C'était même assez prévisible en fait. Ares ex-mafieux, j'sais pas! quand on connait la réputation de la sicile et des siciliens. D'autant qu'elle était la première a en faire les frais. Toute sa scolarité elle a connu les blague douteuses sur ses origines, les sous entendu comme quoi elle est peut être une mafieuse juste sous prétexte que ses parents son italiens et son père sicilien. 

Et d'ailleurs, ça étonna pas du tout Maria non plus d'apprendre que c'était pour ça que son père pouvait pas supporter Ares sans même le connaitre. Elle savait, ou du moins elle avait cru comprendre par ses paroles et ses propos pas toujours élogieux sur son pays d'origine qu'il avait quitté l’Italie pour éviter les mafieux par ce qu'il aimait pas du tout ça. Du coup, que son neveu soit un mafieux ça s’insupportait certainement. Puis il y a certainement aussi qu'il devait détester son père et du coup reporter cette haine sur le fils. Mais passons. Au final, Maria trouva ça trop triste! le pauvre avait certainement trop douillé. vu toutes les cicatrices qu'il a, on dirait qu'il a subit un interrogatoire orchestré par la Gestapo. Du coup la maria commençait presque à culpabiliser de lui avoir fait parlé de tout ça. Elle s'imaginait trop la vie de merde qu'il avait eut et se disait que ça devait être assez douloureux pour lui d'évoquer tout ça, d'autant plus qu'il devait essayer de tourner la page. Mais elle, en connasse qu'elle est, elle est là pour lui rappeler les choses qu'il préfère oublier. Du coup, alors qu'il se préparait à sortir, elle resta un peu sur le cul. Elle trouvait ça trop triste. Elle avait une sorte d'empathie pour le pauvre connard ténébreux qu'il est. Lorsqu'il revint, elle le leva et le serra dans ses bras, faire un gros câlin de réconfort familiale. Il devait certainement essayer de se barrer mais elle le retenait fermement. Hey ouais bitch! tu t'attendais pas à ça hein?!

- Je suis désolé je savais pas que t'avais un passé aussi difficile! j'comprends pourquoi t'es méchant! c'est sûr qu'avoir vécu tout ça ça donne envie d'être méchant avec le monde entier! Si t'as un problème tu peux m'en parler hein! c'est là pour ça la famille.

C'est quoi cet élan de gentillesse sale méchante?! Non en plus c'est vrais, elle était vraiment touché par le passé de ce pauvre ares. Elle finit par le lâcher ce qui devait le soulager. Elle le regardait en souriant.

- Allez! on sort pour se changer les idées!

Elle perds pas le nord cette petite pétasse! Du coup Ares décida de l'amener en ville dans un bar branchouille un peu jeune que lui devait pas apprécier plus que ça mais voilà. pour qu'elle le lâche. Et puis il avait dut en choisir un dans un coin plutôt tranquille le connaissant. Maria s'amusait bien, elle dansait et buvait un petit coup, aux frais de papa/maman. Elle paya d'ailleurs plusieurs verre à Ares. Faut que lui aussi se détende non mais. Mais là... emportée un peu par l'alcool et l'ambiance festive, Maria commença à se faire tourner autour par un mec, assez BG. Il lui faisait du rentre dedans mais elle rentrait dans son jeux. Et c'est alors que... sur la piste de danse, alors qu'il y avait de plus en plus e proximité entre leurs deux corps au point que s'en devenait presque indécent, et ils finirent par se rouler des bonens grosses pelles tout aussi indécentes. Saaaaale!

Ce que Maria ne savait pas, cst que le BG en question était un p'tit peu le fils d'un mafieux notable du coin. pas de parain genre chef d'un énorme réseau de trafique. Non, c'était plus l'un des hommes de confiance d'un parrain et il avait donc l'honneur de pouvoir diriger une partie de son trafique et en l’occurrence, il dirigeait ce secteur, secteur dans lequel le fiston aimait venir draguer des minettes du coup. Bref, c'est pas tout à fait bon comme relation ça vous voyez!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ares
L'Ombre de Minuit
L'Ombre de Minuit
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'obscurité
Points de Réputation : 73 750 points
Double Compte : Eric & Sane
Messages : 654

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Mar 26 Aoû - 17:45

Ares revint vers la gamine afin de voir ce qu'elle avait décidé pour la suite, à partir du moment où elle ne lui demandait pas de visiter le quartier général de la mafia à Syracuse ça ira... Le barman l'observa tandis qu'il se préparait à une réponse de celle-ci elle se leva et vint vers-lui, l'enserrant dans une étreinte amicale... Ares ne comprit pas, limite on pouvait voir des points d'interrogation au-dessus sa tête quand sa cousine le serrait, il tenta de se débattre un peu, pas trop violemment, sans pour autant se libérer de l'emprise de la bombasse.

« Qué ? »

Le sicilien ne savait pas vraiment ce qui se passait venant de la chieuse que sa cousine était, pourquoi ce soudain élan d'affection ? Pas comme si Ares l'avait demandé en plus... Finalement la jeune femme s'expliqua, elle était désolé d'avoir fait parlé le barman, elle comprenait pourquoi il était méchant... Méchant ? Réaliste, strict mais pas méchant non plus... Si ? Pour lui il ne voyait pas ça ainsi, bon après c'était pas un saint il n'allait pas dire le contraire.

Finalement elle relâcha Ares qui se posait des questions, elle venait juste de lui faire un calin parce qu'il lui avait énoncé son passé ? Mais genre sa marche avec toutes les filles ? S'il cherche un plan cul et qu'il dit ça, ça passe ? Non ? Bon tant pis alors. D'habitude les gens n'aiment pas savoir que la personne à qui ils parlent est un ancien mafieux ayant à son actif un certain nombre de crimes plus ou moins divers... Plus ou moins horribles...

La jeune femme sourit alors au sicilien – qui continuait de se poser des questions, il n'avait toujours pas compris – tout en lui annonçant qu'ils sortaient pour se changer les idées. Il laissa la jeune femme prendre les devants, il se grattait la tête, réfléchissant à la meilleure manière de prendre ça, il finit par choisir la 57e façon, l'ignorer. Il prit alors la route de la porte de la maison, revêtant un manteau en cuir avant de la passer et de verrouiller la maison, bah ouais il peut faire froid la nuit et en plus les cambriolages ça existe.

Au final le barman finit par emmener la jeune femme jusqu'à un bar un peu plus adapté à son âge on va dire. Lui ? Bah il s'emmerdait. Sa cousine lui paya plusieurs verres, lui se paya une bouteille de rhum et s'installa au bar à regarder la télé. Le barman lui parla un peu, entre professionnels ils échangèrent, mais vu le monde qu'il y avait son confrère fut bientôt rappelé par les affaires, laissant Ares et la bouteille de rhum en tête à tête.


« Muais... Tout ça manque de cocktails moi je dis... »

Ceci fait il fit une commande de produits au barman, sans le laisser faire le cocktail. Le meilleur barman d'Italie fit lui-même son cocktail, gardant des réserves bien entendu, et commença à boire tout en se retournant afin de chercher des yeux la jeune femme qui l'accompagnait. Après une courte recherche il la trouva en train de flirter sérieux avec un type par du tout fréquentable, le sens « emmerde en approche » d'Ares s'activa alors, tandis que les deux gamins se roulaient une pelle.

Le sicilien se leva, arrivant à la hauteur des jeunes personnes qu'il dominait de par sa taille il attrapa par l'épaule le jeune homme qui flirtait avec sa cousine, d'un large geste il le fit reculer, évitant de renverser son verre d'alcool au passage. Le fils de mafieux le regarda énervé et revint à la charge, poussant à son tour le barman avec un air énervé. L'altercation semblait choquait les autres danseurs qui observaient la situation.


« Tu bouge de là gamin. »
« C'est ta femme ? »
« Non. »
« Alors t’emmêle pas et dégage ! »

« Ok... »


A la fin du dialogue le jeune mafieux repoussa Ares et reprit un sourire aguicheur en regardant la jeune femme. Le sicilien termina sa choppe de cocktail rapidement, bah ouais vous croyez quand même pas qu'il boit dans un simple verre. Le fils de mafieux s'apprêtait à retourner rouler une pelle vers Maria, Ares lui venait de finir sa choppe. D'un mouvement de bras il leva la choppe puis l'éclata sur le crâne du mafieux qui tomba au sol, sonné et un peu coupé par endroit par les morceaux de verre. Ceci fait le barman attrapa Maria par le bras et l'emmena vers la sortie.

« Aller on change de bar. »


Le sicilien emmena dehors la jeune femme, indiquant un autre bar plus loin, jetant un dernier coup d’œil derrière lui en sortant. Fort probable qu'elle ne soit pas ravie de ce qu'il a fait, mais connaissant un minimum la bombasse et les mafieux il était fort peu probable que ce soit une bonne idée qu'elle aille jusqu'au bout de son idée avec ce fils à papa. Après s'être un peu éloigné du bar le sicilien relâche la jeune femme avant de reprendre la parole.


« Écoute, aux USA tu te fais peut-être n'importe qui, mais ici c'est pas le truc à faire. Ce gamin n'est pas quelqu'un à fréquenter, pigé ? Si tu veux t'envoyer en l'air avec un autre gosse soit, mais évite les Don Juan qui ont les moyens de faire venir une dizaine de mecs armés pour te flinguer si tu fais pas ce qu'ils veulent. »


Ceci fait il attendit la réaction de la jeune femme, un autre bar était non loin de là, en espérant qu'elle ne refasse pas la même connerie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria
Ligue B
Ligue B
avatar

Pouvoir : Invocatrice d'escaliers
Points de Réputation : 16 600 points
Messages : 86

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Ven 29 Aoû - 9:32

Maria était tranquillement en train de flirter, faire ses petites affaires de jeune fille qui n'a pas trop de pudeur et qui est couramment comparé à une femme de mauvaise condition, si vous voyez ce que je veux dire, quand son gros réac' de cousin décida de mettre fin à tout ça. Il se pointa, saisit le jeune homme par l'épaule et le bouscula pour l'éloigner. Dans un premier temps, Maria eut envie de l'engueuler puis elle vit qu'il était plus que sérieux et se retint d'intervenir. elle le connaissait que très peu, mais commençait à saisir juste assez sa personnalité pour comprendre qu'il faisait pas ça pour rien. Puis, elle avait l'habitude, ses frangins aussi essayaient depuis toujours de jouer les grand frère un peu macho très protecteurs, mais avec moins de talent et de classe que Ares il faut avouer. Et contrairement à ses frères justement, lui avait pas 'air de faire des choses futiles. Elle supposait que pour lui, s'il n'y avait vraiment rien de dérangeant, il se serait dire "bah c'est des jeunes qui s'amusent, je tourne la tête, faire comme si de rien n'était!" Mais pour qu'il intervienne c'est que ce type avec qui elle flirtait devait pas être net.

S'en suivit un très court échange entre le jeune fils de mafieux et Ares qui ne se conclut pas de la façon de voulait ares apparemment puisque ce dernier décida d'abattre son chope sur le crâne du jeune homme qui tomba alors à la renverse. ça étonna pas tellement Maria, elle voyait bien la scène venir. Il la saisit alors par le poignet pour l'attirer hors du bar. Oui, il venait se casser une chope sur la tête de quelqu'un, ils allaient vite se faire vider de toute façon. Mais le jeune fils à papa n'en avait pas finit, il saisit l'autre poignet de Maria pour la retenir. Sauf que cette dernière lui colla un coup de boule ce qui le fit tomber à terre et la lâchant donc.

- Attends! tu vas pas t'en tirer comme...
- ta gueule et rendors toi Casanova d'opérette!

Je sais pas si c’est un trait familiale mais Maria et ares sont tous les deux aussi violents l'un que l'autre dans leurs réactions. Elle se laissa attirer par Ares hors du bar puis quelques rues plus loin. Contrairement à ce que soupçonnait Ares, elle n'était pas furax, elle se doutait qu'il avait pas fait ça pour rien. Du moins elle l'espérait. Elle attendait juste les explications. mais les explications furent plutôt des reproches. Elle comprit un peu plus la situation. Enfin elle comprit que ce mec était lié à la mafia et donc pas fréquentable!

- Écoute, aux USA tu te fais peut-être n'importe qui, mais ici c'est pas le truc à faire. Ce gamin n'est pas quelqu'un à fréquenter, pigé ? Si tu veux t'envoyer en l'air avec un autre gosse soit, mais évite les Don Juan qui ont les moyens de faire venir une dizaine de mecs armés pour te flinguer si tu fais pas ce qu'ils veulent.
- C'est bon fait pas chier! c'était pas écrit sur sa tronche que c'est un mafieux merde! Puis j't'y verrais bien! le jour où tu te pointe aux USA j'suis sûr que tu te fera buter par le premier p'tit excité d'un gang de L.A. sans piger ce qui t'arrive! Alors arrête de m'prendre pour une gamine! Puis merde! même les mafieux tirent des coups des fois non?! ça leur arrivent de baiser sans buter la nana en question j'suppose!

Là ares commençait à la faire chier. Il était à sa façon encore plus chiant et réac' que son père pouvait l'être.

- Putain j'comrpends que t'ai eut une vie de merde mais c'est pas la peine de devenir parano et de devoir t'arrêter de vivre par peur de t'attirer des embrouilles! Bordel! Non mais sérieux?! t'es vraiment heureux dans ta vie?! t'as tellement l'air de te faire chier que je me demande si tu prends gout à vivre! Putain mais pète un coup déstresse! arrête de penser à la mafia et lâche toi un peu!

Puis Maria commença à partir dans la direction opposée au bar où Ares l'emmenait. Elle avait plus aucune envie de passer sa soirée dans des bars. Il lui avait vraiment niqué sa soirée. c'est con, il aurait suffit qu'il lui explique plutôt qu'il lui fasse un reproche et elle l'aurait pas envoyé chier à son tour. Très caractérielle la jeune femme. Mais du coup où allait elle?! vers la plage! et comment savait elle où elle allait?! bah toutes les villes en bord de mer sont plus ou moins foutu de la même façon. Puis, elle pouvait sentir les embruns et entendre le bruit des vagues. A présent tout ce dont elle avait envie c'était de marcher sur la plage. c'est agréable des fois aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ares
L'Ombre de Minuit
L'Ombre de Minuit
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'obscurité
Points de Réputation : 73 750 points
Double Compte : Eric & Sane
Messages : 654

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Ven 29 Aoû - 20:23

Apparemment... Apparemment... On dirait que... Je crois... Apparemment Maria n'avait pas beaucoup aimé le sermon qu'Ares lui avait passé, mais genre pas beaucoup, voir pas du tout. Vous savez un peu comme le gamin de la voisine vous fait chier car tu as mis la musique trop forte du coup il vient te passer un savon comme un connard sans respect alors qu'il a 13 piges de moins ? Ouais je sais ça fait jeune mais bon.

Enfin là Ares avait pas 13 piges de moins que Maria, c'était plutôt l'inverse, en plus il n'avait pas monté le son de la musique juste celui de sa bouche pour parler un peu plus fort... Du coup elle avait parlé encore plus fort. Ares pour le coup resta un peu con, fallait qu'il arrête de la prendre pour une gamine, elle pouvait pas savoir que c'était un mafieux et si Ares allait aux USA il se ferait rapidement tuer par le premier excité de Los Angeles.

Bon, ok il ne pouvait pas lui reprocher de ne pas savoir que c'était un mafieux, m'enfin elle pourrait être un peu plus prudente cette garce non ? Quoi c'est ça l'époque ? Aaaah... Les jeunes. Après qu'il arrête de la prendre pour une gamine... Peu probable, c'était une cousine légèrement immature avec un corps de bombasse et dix ans de moins que lui, d'autant plus qu'elle restait très gamine selon Ares, donc non ça c'est pas possible. Après aux USA... En un sens ça aurait put blesser Ares mais là... Vu que c'est une gamine en pétard qui le dit boarf non ça ne le choque pas plus que ça.

Elle poursuivit, toujours énervée. Elle passa à son tour un savon à Ares, comme quoi que c'était par parce qu'il avait eu une vie de merde qu'il devait être parano, que sa vie devait être chiante, qu'à force de penser à la mafia et à son passé il devait franchement se faire chier et avoir une vie de merde. Le pire là-dedans c'est qu'il ne pouvait rien répondre, il était un peu parano il faut bien l'avouer, en plus de ça c'est vrai que hormis sa télé et ses vieilles émissions il ne faisait que peu de chose, faisant rarement des soirées et qui souvent tournaient mal vu qu'il a l'alcool assez mauvais.

Ares resta con et silencieux face à la gueulante que la gamine venait de lui pousser, il ne savait pas vraiment comment réagir. Peu habitué à voir du monde déjà en général quand il pousse une gueulante les gens acceptent et s'excusent, là... C'était pas vraiment le cas. La jeune femme en tout n'avait plus envie de retourner dans un bar, Ares n'avait pas eu envie au début alors bon... Mais pour le coup il n'avait plus envie de rester en ville du tout. Tandis que Maria s'en allait il prit la parole.


« Fais ce que tu veux alors, la porte sera ouverte si jamais tu retrouve ton chemin. »

Malgré tout il était quand même un peu énervé le sicilien, après tout il venait de se prendre un savon par une gamine à qui il avait évité une nuit attirant des ennuis. Sans attendre la réponse de sa cousine il se dirigea vers chez lui, la laissant faire ce qu'elle veut, la plage ou quoi que ce soit d'autre. Au pire c'est plus une gamine, elle assumera ce qu'elle fait tout simplement. Le Barman prit la route de sa maison et y retourna rapidement, marchant plus vite qu'à l'allée.

Une fois chez lui il s'installa sur le canapé, pouvant enfin regarder ses vieilles émissions chiantes pour les autres. Afin de se calmer un peu et d'étancher sa soif il alla chercher une bouteille de rhum et retourna sur le canapé, l'ouvrant il commença à boire à la bouteille tout en observant la télé face à lui. Au final plutôt que de regard l'émission il pensait à ce que lui avait dit la jeune femme, elle n'avait pas tord et c'est ça qui le faisait le plus enrager. C'était vrai qu'il ne s’amusait pas souvent.

Pour être honnête ça devait faire longtemps qu'il ne s'était pas amuser, les soirées au bar ça compte pas vraiment, vu qu'il n'était pas très heureux d'y participer et finissait vite bourré à tabasser ceux qui lui parlaient bizarrement ou le regardaient bizarrement. Et sinon bah lors de sa jeunesse c'était pas mieux, au final non il ne se souvenait pas d'avoir jamais fais une fête juste pour s’amuser... Enfin, c'était comme ça qu'il était. Calmement assis dans son canapé il se calmait, sur le bord de l'accoudoir, dans l'ombre restait son arme, la porte était déverrouillé et il était parano alors bon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria
Ligue B
Ligue B
avatar

Pouvoir : Invocatrice d'escaliers
Points de Réputation : 16 600 points
Messages : 86

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Jeu 4 Sep - 16:07

La jeune femme aux cheveux teins avait du mal à digérer ce que lui avait dit Ares. Mais après tout c'était peut être par ce qu'il y a du vrais dans ce qu'il dit. Après tout, il la traite comme une gamine mais c’est par ce qu'elle l'est. Cette possibilité lui vint à l'esprit alors qu'elle était assise sur le sable, sur une plage sombre. Elle observait les étoiles et se calmait peu à peu. Elle se disait qu'elle avait dut aller loin avec le pauvre Ares. Bah quoi, mine de rien il est sympa avec elle, ça se voit qu'elle l'emmerde mais il se plie quand même à ses petites exigences de gamine sans forcément faire l'effort de sourire mais en essayant au moins de ne pas être trop désagréable et il la protège même. Tandis qu'elle, elle l'envoie chier, elle le force à balancer son passé douloureux et fait pas forcément preuve de gentillesse en retour. En se calmant, elle se rendait compte que peut être il avait raison et qu'elle n'est pas assez mature et qu'elle agis sans réfléchir. Un comportement pas forcément répréhensible. c'est normal pour un ado d'agir sans réfléchir. On est jeune, on est fou, on a envie d'essayer des trucs et qu'importe si c'est mal. mais c'est typiquement un comportement d'ado qui a pas encore su trouver ses limites ou prendre conscience qu'il faut faire attention et assumer ses actes. Elle réfléchissait un peu et se disait que le coup de 'autre fou dans le bar chez elle aux états unis, ça se trouve c'était de sa faute. Puis plusieurs fois ses frères se sont battus contre de ses ex ou l'ont défendu alors que des mecs la traitaient de trainée, à raison. Peut être avait il raison. Peut être qu'elle n'était qu'une ado stupide et ingrate par dessus le marché.

Eh oui, quand la colère tombe, des fois on prend du recule sur ce qu'on a dit ou fait et on se rend compte que c'est pas forcément bon. même si les propos de maria avaient on fond de vérité puisque de son côté, Ares aussi était en proie à une profonde réflexion sur lui même, une remise en question de son mode de vie. Ouah! comment on est métaphysique! Mais bon trève de réflexion ma grande! c'est qu'il fait froid et il s'fait tard! tu commence à te peler les c**illes. Bah ouais mais en même temps t'as qu'à te fringuer un peu plus chaudement. je sais qu'il fait pas froid en Sicile l'été mais bon, la nuit ça reste a nuit. Surtout sur la plage avec le vent et tout. Elle commença par quitter la plage puis longer celle ci jusqu'à trouver par où elle était entrée. Elle était arrivé à se repérer par des repères à la con genre une église, une place. Bref des points de repère. Elle se perdit un peu à un moment mais arriva tout de même à trouver son chemin.

Elle trouva l'immeuble où habitait Ares, l'entrée n'était pas sécurisée. certainement la raison pour laquelle Ares avait un gun. Elle entra dans l'appartement après avoir frappé à la porte. bah ouais, se signaler que l'autre con crois pas que c'est un cambrioleur. La jeune femme trouva alors son cousin en traind e regarder la télé avec une tronche plus ou moins de déterré ou du moins pas en forme. Il avait une bouteille non loin et son flingue sur l'accoudoir. Il était tard, il devait être genre 3h du matin et Ares ne dormait toujours pas. Il était dans le noir en train de regarder la télé. c'était un peu sinistre comme ambiance. ça faisait encore plus ressortir les aspect que critiquait Maria un peu plus tôt. Elle alluma la lumière.

- ça te dérange pas d'être dans le noir comme ça? je trouve ça déprimant.

Elle ne savait pas forcément que Ares avait la phobie de l'obscurité avant de devenir voyageur. Elle se posa juste à côté de lui, vu la tronche qu'elle tirait, ça se sentait qu'elle était pas fière d'elle, comme si elle lui annonçait qu'elle avait fait une connerie.

- Écoute euh... désolé pour ce que j'ai dis tout à l'heure. Je... j'ai été trop loin. j'ai réfléchis un peu et c'est toi qui as raison. J'devrais faire plus attention à ce que je fais. J'suis plus une ado'. Et... Merci.

Elle le remercie en fait pour tout ce qu'il fait pour elle par ce que n'empêche ça se voit qu'il fait u effort de ouf pour l'accueillir. Comme si elle avait soulagé son cœur d'un poids, elle se leva, toute tranquille puis reprit sa tronche et son ton habituelle de p'tite pouf.

- Bon j'vais me coucher moi! à demain!

Connasse! Elle partit donc se coucher.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ares
L'Ombre de Minuit
L'Ombre de Minuit
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'obscurité
Points de Réputation : 73 750 points
Double Compte : Eric & Sane
Messages : 654

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Lun 8 Sep - 18:06

Sacrée série mine de rien, la manière qu'ils ont d'ouvrir les portes en fonçant dedans pour trouver le gamin recherché mais qu'en fait il est plus là c'est assez impressionnant... Sauf que dans les faits en général quand on fait ça on se pète la gueule, mais bon c'est la téloche alors on va pas critiquer. Ares fixait l'écran dans le noir, portant régulièrement à sa bouche la précieuse boisson qu'il avait était cherché. Son autre main était posée sur son arme à feu.

Alors que c'était en pleine course-poursuite à mobylette quelqu'un toqua à la porte. Le sicilien bougea son arme en entendant le bruit mais la relâcha bien rapidement en voyant sa cousine pénétrer dans sa maison. Il ne dit rien, portant de nouveau son verre à la bouche, laissant son arme tranquille et sa cousine également. La jeune femme alluma la lumière, demandant à Ares si ça ne le dérangeait pas d'être dans le noir, elle trouvait ça déprimant. Le barman esquissa un sourire avant de répondre.


« Disons que l'obscurité et moi avons du temps à rattraper. »


Maria vint alors se poser à côté d'Ares, elle n'avait pas l'air vraiment fier, peut-être allait-elle... S'excuser ? Nan, aucune chance, le sicilien n'y croyait absolument pas. Il fixa la télé sans bouger, froid et calme comme d'habitude, attendant que la jeune femme ne parle. Et bien entendu, comme il s'y attendait elle s'excusa, comme quoi Ares avait raison et le remercia... Attends quoi ? Ares tourna la tête avec une expression assez what the fuckesque sur le visage, il avait du mal à croire ce qu'il avait entendu.


« Ma foi... Je n'aurais jamais cru t'entendre t'excuser. En tout cas si tu as compris c'est déjà ça, fais gaffe à toi. Je suppose que je ne suis pas le seul à te le dire hein ? »

Il en était pratiquement certain même, enfin, au moins avait-elle comprit. Ares lui ne s'excuse pas, il fait ce qu'il a faire et peu importe si les autres apprécient ou non. La jeune femme voulait ensuite aller se coucher, elle le fit savoir au sicilien, celui-ci hocha la tête et la laissa partir, sans aucun mot superflu. Pas question de parler du fait qu'elle l'avait un peu fait réfléchir, faut pas exagérer. Une fois que sa cousine fut partie la première chose qu'il fit fut aller fermer la porte d'entrée à clé, bah ouais quand même...

Ceci fait il retourna à son canapé, terminant son verre il le posa au sol et éteint la télé. Enlevant chemise, t-shirt et pantalon il s'installa calmement dans son canapé pour dormir, prenant la couverture qu'il avait préparé pour le couvrir. Au passage il rangea le flingue dans sa mallette et la glissa sous le canapé, flemme d'aller la ranger pour le coup. Croisant les bras derrière la tête il fixa quelques instants le plafond, repensant un peu à ce que lui avait dit sa cousine... Boarf au final... Il avait raison non ? Non ? C'est du pareil au même, au moins il vit c'est déjà ça.

Le sicilien ferma les yeux, se laissant porter pour une nouvelle nuit à Dreamland, ironiquement la chose à laquelle il pensait avant de dormir c'était le noir, la remarque que lui avait faite sa cousine le faisant un peu marrer à vrai dire. Du coup c'est sans surprise qu'il allait se retrouver chez son boss. Le voyageur obscur fit son petit train-train au pays des rêves avant qu'il ne se réveille doucement le lendemain matin, tournant la tête il put apercevoir la bouteille de rhum... AH ouais elle était pas rangée.

[HRP : Ceci me va, je posterais à la suite pour boucler le rp donc ^^.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maria
Ligue B
Ligue B
avatar

Pouvoir : Invocatrice d'escaliers
Points de Réputation : 16 600 points
Messages : 86

MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   Jeu 11 Sep - 10:08

Ares est vraiment qu'un sale fils de pute de connard d'enfoiré! Non mais franchement! Elle, elle prend sur elle, elle fait de l'introspection, elle s'excuse et en plus elle reconnait ses tors mais lui quedale et il en profite encore plus pour se la jouer papa qu'a la maturité et presque rajouter qu'il avait raison et qu'elle avait tors. Bordel mais exprime des émotions sale enfoiré! Chiale un coup et montre ta sensibilité merde! c'est pas qu'un truc de nana. Pour une fois que t'as l'occasion de montrer ta sensibilité et que t'as du cœur. mais non tu préfère rester un gros con! Gros con! Mais bref, Maria alla se coucher dans le lit de Ares. il avait un rand lit en plus! Bref, elle devait trop super bien dormir par rapport à lui. Elle s'endormit assez vite. Bah oui il s'fait tard. elle passa une bonne petite nuit à Dreamland dans un royaume quelconque. ça n'a que peu d'importance tout ça.

Le reste des vacances se passa un peu mieux et sans trop de conflits. Enfin pas autant que ce premier jour. La rencontre, ou du moins, la rencontre dans le monde réel avait été un peu tumultueuse en raison de leur première rencontre à Dreamland qui s'était mal passée. Mais bon, c'était toujours pas le grand grand amour entre les deux voyageurs, mais une sorte de complicité semblait s'installer entre les deux jeunes gens. Au début du voyage que la jeune femme en Sicile, les deux voyageur ne se retrouvaient pas à dreamland mais au bout d'un moment, par accident, ils arrivèrent à se retrouver ensemble à Dreamland. Au final ça se passa pas trop mal les quelques nuits qu'ils passèrent dans le monde des rêves. Et puis avec ces aventures, et le fait de vivre ensemble pendant plusieurs jours, une forme étrange de complicité se forma entre les deux voyageurs. Ils apprenaient à se connaitre, un peu comme de vrais cousins. Mais bon, ça empêchait pas qu'ils avaient un peu du mal à se supporter et qu'ils passaient la plupart du temps à s'envoyer des trucs à la gueule ou à se faire des crasses.

Du côté du monde réel, Maria s'était calmée un peu, mais ça l'empêcha pas d'avoir ramené un mec chez ares et d'avoir couché avec lui, dans le lit de ares même, la connasse. Eh ouais mec! elle a souillé ton lit mec! Elle avait profité qu'il bossait pour faire ça la connasse. Mais sinon, elle avait pas mal suivit les conseils de Ares sur les quartiers et personnes à ne pas fréquenter. mais bon, elle changeait pas non plus du tout au tout en deux semaines la petite. ça restait une petite garce un peu pute qui aime faire la fête comme une grosse pouf. Du coup elle le força quand même à l'emmener dans des endroits chiants. enfin, chiant pour lui. Par ce que pour Maria c'est cool. Et puis bon, elle passa pas toutes les vacances seule avec Ares, elle passa aussi un peu de temps avec ses parents et ses frères. Ce qui laissait un peu de temps libre à Ares. Il a de la chance dans sa malchance. Mais bref, tout ça finit par prendre fin. Oui, Ares est mort. écrasé par un camion. Adieu ares. On t'aimait bien! Enfin, on aimait bien se moquer de toi. Maiiiiiiis non! j'déconne! personne t'aimait! Enfin, bref, tout ça pour rire et dire qu'en fait Maria finit par retourner aux etats unis. Bah oui, les vacances ça doit finir. Maria dit un p'tit au revoir à Ares, mais bon au pire, pourront toujours se recroiser à dreamland les bougres. Sinon bah voilà. Finit. Ah si, détail notable. Elle a couché avec un stewart dans l'avion. oui c'est important. par ce que le cul... c'est la vie. Et ares! ça lui arrive d'avoir une vie sexuelle?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]
» Réunion de famille (pv Aaron)
» Réunion de famille [Arianne Martell]
» Réunion de famille[Pv Amaterasu]
» Réunion de famille [PV : Rafael Di Marzio]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dream Land Infinity RPG :: RP :: Le Monde Réel :: Europe-
Sauter vers: