AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mémoire à peu près vive | Feat Markus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Drasur
L'homme aux 1 000 visages
 L'homme aux 1 000 visages
avatar

Surnom : La tornade blanche
Team : Iniquis
Pouvoir : Invocateur de masques
Points de Puissance : 16 500 points
Points de Réputation : 10 000 points
Points du Membre : 92 points
Messages : 127

MessageSujet: Mémoire à peu près vive | Feat Markus   Ven 5 Mai - 19:15


Se faire réveiller par un classique de la musique de cette manière, il n'y a rien de mieux pour débuter sa journée. Même si Duccio n'était pas vraiment du matin et qu'il savait qu'un peu moins de dix heures de travail l'attendait, il ouvrait doucement les yeux le sourire aux lèvres. Les draps de satin bordeaux qui le couvraient lui caressaient doucement la peau alors qu'il bougeait difficilement son bras encore à moitié endormi. Il l'envoya sur sa gauche, à la recherche de l'étreinte de sa fiancée mais fut accueilli par le vide total. Le son étouffé d'eau coulant à quelques mètres le réconforta, sa chère et tendre ne s'en était pas allée, elle prenait simplement sa douche.

Emilie, la femme qu'il a toujours aimé, qu'il a demandé en mariage il y a peu. S'approchant dangereusement de la moitié de sa trentaine, il était temps qu'il se case et il l'avait fait de la plus plaisante des manières. Cette histoire de mariage s'était vu accélérée depuis la naissance de leur petite fille mais le couple préférait largement prendre le temps de bien faire les choses. Sans compter qu'ils vivaient déjà en famille depuis quelques temps, le fils de 14 ans qu'Emilie a eu avec un autre homme vivait désormais avec eux. Duccio aimait cet enfant comme si il était le sien, l'ayant connu dès son plus jeune âge.

Il ne savait pas vraiment pourquoi mais subitement, tous ces souvenirs venaient l'assaillir, mais il aimait sa vie alors il appréciait ces petits flash backs. Il fut cependant ramené sur terre par les pleurs de la petite dernière. Il était temps d'être un père désormais, il ne pouvait plus se permettre de rester bien au chaud emmitouflé dans son lit. Ainsi il se leva, se prépara rapidement et pris dans ses bras le petit bout de chou de trois ans qui commençait à avoir un peu trop faim. Il descendit à la cuisine, en appréciant la maison pour laquelle il avait pris un crédit sur plusieurs décennies. Après tout ça ne le dérangeait pas, ce sacrifice il le faisait pour sa famille, pour ceux qu'il aime. Seul dans la cuisine, il entendait à l'étage sa fiancée se préparer, d'autres petits bruits provenant sans doute de l'adolescent galérant un peu à se réveiller. Duccio avala rapidement un des pancakes encore chaud qui l'attendait sur la table avant de nourrir le bébé. A ce moment sa chère et tendre descendit les escaliers, il l’accueilli d'un baiser avant de lui lancer.

« Bonjour chérie, bien dormi ?
- Superbement et toi ? J'espère que le petit déjeuner te plaît.
- Comme toujours ! J'ai donné son lait à la petite et je vais pas tarder à partir au boulot, tu veux que je le dépose à l'école sur le chemin ?
- Oui je préfère ça au bus, enfin si il se dépêche. Elle se tourna alors vers l'escalier avant de crier, Markus ! Dépèche toi ou ton père va être en retard !
- Je vais déjà sortir la voiture du garage dans ce cas, tu pourras lui dire de m'apporter mon café ? A ce soir ma belle, je t'aime. »

De bonne humeur, appréciant à chaque fois que sa fiancée ne parle de lui comme du père de son beau fils, il se dirigea vers la porte après avoir déposé un baiser sur le front de sa petite. Il sortit la voiture du garage et attendit sur l'allée que Markus n'arrive pour le déposer à l'école. Il voyait ses voisins partir pour le boulot, en salua quelques uns. Repensant au barbecue qu'il avait organisé l'été dernier, durant lequel il avait enfin pu rencontrer tout le voisinage. Ah sa vie était belle, ça c'est clair. Elle ressemblait un peu à la vie des familles modèles que l'on voit dans les fictions américaines, habitant dans les quartiers résidentiels pour classe moyenne. Il alluma la radio et ferma les yeux, appréciant la même musique que lors de son réveil, attendant patiemment son beau fils.

____

La mémoire est quelque chose de tellement fragile. La comparaison la plus appropriée serait de comparer la mémoire à des sculptures qui se forgent au fur et à mesure de la vie d'un individu, gravant dans le marbre ses bons moments, ses peurs, toutes ses expériences au final. Et la mémoire, comme la pierre, s’effrite au fil du temps. C'est un processus long et fastidieux mais au fil du temps, toute mémoire disparaît, à l'instar d'un buste de granit qui s'éroderait au fil des décennies. Pourtant, pour l'un comme pour l'autre, si l'on a les bons outils, si l'on sait comment s'y prendre, les détruire devient d'une facilité déconcertante. Enfin, tout cela n'est que de la branlette intellectuelle, si vous me pardonnez l'expression, surtout si l'on considère que ce genre d'idées trottaient dans l'esprit de notre héros, cogitant dans sa chambre. Il était un peu plus de 23 heures et il était allongé sur son lit, la pénombre impénétrable le couvrant ne disparaissant que par intervalles réguliers, chassée par la lueur du bout de sa cigarette dans un crépitement à peine perceptible. Ses yeux étaient grands ouverts et fixaient le plafond, son esprit embrumé par des dizaines de questions.

Il avait commencé par se souvenir de son père, vaguement. Ce dernier avait quitté sa vie alors qu'il était encore jeune, il n'avait ainsi que des bribes de souvenirs de moments partagés ensemble. Il arrivait à peine à visualiser son visage, tout était tellement flou. Quand il était parti, il appelait parfois son fils pour lui souhaiter son anniversaire, parfois il envoyait un chèque à Noel pour lui faire plaisir. Mais ça n'avait pas duré longtemps, après peu de temps, il se contenta simplement de ne plus donner signe de vie. Et c'était ça qui rongeait Drasur. Il se demandait ce qu'il s'était passé, si son père l'avait remplacé par un autre enfant, si il avait construit une toute autre famille ou si il avait tout simplement oublié. Comment quelqu'un peut il oublier son propre fils ? Quel genre de monstre égoïste ferait cela ? Ces questions enrageaient encore plus le jeune homme, grinçant des dents à l'idée de s'être fait abandonner. Il entendait à travers les murs les rires de son colocataire dans le salon avec son père qui rendait visite, c'était ça l'élément déclencheur de toute sa réflexion nostalgique. Peu à peu, il sombra dans le sommeil, n'ayant que deux mots en tête : père et oublier. Où allait il atterrir à Dreamland en ayant de telles pensées ? Il n'en avait aucune idée et s'en foutait un peu d'ailleurs, s'imaginant que rien de vraiment grave ne pourrait arriver. Naïf ...

_________________


Dernière édition par Drasur le Sam 6 Mai - 12:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Markus Kasai
L'héritier de la flamme
L'héritier de la flamme
avatar

Surnom : Mark
Team : Alliance élémentaire
Pouvoir : Contrôleur du feu
Points de Puissance : 4 750 points
Points de Réputation : 6 000 points
Points du Membre : 49 points
Messages : 80

MessageSujet: Re: Mémoire à peu près vive | Feat Markus   Sam 6 Mai - 12:08

Se lever le matin pour aller à l'école, n'est-ce pas la meilleure des choses ? En tout cas, ça n'était pas vraiment l'avis de Markus. Celui-ci se réveilla tout en maudissant le lundi. Il resta quelques minutes dans son afin d'être complétement réveillé puis il se leva pour se diriger vers la salle de bain afin de se débarbouiller. Une fois ça fait, Markus descendit dans la salle à manger afin de prendre son petit-déjeuner. Sa mère l'accueilli avec un grand sourire en lui annonçant le menu de ce matin :

Bonjour mon chéri, tu as bien dormis ?

Hello maman, oui j'ai bien dormi, et toi ?

Et bien moi c'est pareil. Ce matin je t'ai fait des pancakes comme je sais que tu aimes ça.

Markus lâcha "cool" avant d'en attraper un puis de l'enfourner dans sa bouche. Puis un deuxième pour la route. Il regarda la pendule et remarqua qu'il était temps qu'il s'habille. Markus grimpa alors les escaliers pour revenir dans sa chambre afin de se changer. L'adolescent finissait de s'habiller quand sa mère l'appela pour lui dire de se dépêcher afin d'éviter d'arriver en retard. Il redescendit alors en hâte, en constatant que Duccio l'attendait déjà dans la voiture. Markus enfila alors une veste, mit ses chaussures et embrassa sa mère sur la joue et sa petite soeur sur le front avant de rejoindre l'allée devant le garage pour partir en direction du collège. Le collégien ouvrit la porte de la voiture afin d'y déposer son sac de cours et aussi de s'asseoir au passage.

Salut Leo ! C'est gentil de m'amener, merci !

Markus avait beau aimer son beau-père comme si c'était son "véritable" père, il l'appelait rarement papa. Il préférait l'appeler par son surnom, comme on pouvait le faire avec un ami. En fait, Markus le considérait comme un ami, il savait qu'il pouvait lui faire confiance et qu'il pouvait tout lui dire.

Enfin bref, (beau-)père et (beau-)fils partirent tous deux en direction du collège dans leur magnifique Cadillac Eldorado rouge sang de 1955.

▬▬▬▬

A présent, vous vous demandez sûrement comment Markus en est arrivé là. Et bien c'est assez simple, il était presque minuit, et il n'arrivait pas à s'endormir. Kasaï pensait à tout et n'importe quoi, pensant vite s'endormir. Il repensait surtout à ce rêve, qui l'avait fait devenir un voyageur onirique. C'était si réel cette nuit là, il avait revit les mêmes instants que lors du drame : l'air étouffé à cause des flammes, la peur de ne pas sortir vivant de ce brasier, mais surtout, la grande peine d'être le seul survivant à sortir presque indemne de l’incendie. Ayant refusé l'orphelinat, on confia un petit studio à Markus. Oui oui, un enfant tout seul qui habite dans un appartement. Il y avait quand même le directeur de l'orphelinat qui lui rendait visite de temps en temps, mais sinon Markus vivait seul. Du coup, c'était sûrement dû au fait que Markus avait longuement repensé à cette nuit qu'il s'était retrouvé là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drasur
L'homme aux 1 000 visages
 L'homme aux 1 000 visages
avatar

Surnom : La tornade blanche
Team : Iniquis
Pouvoir : Invocateur de masques
Points de Puissance : 16 500 points
Points de Réputation : 10 000 points
Points du Membre : 92 points
Messages : 127

MessageSujet: Re: Mémoire à peu près vive | Feat Markus   Dim 7 Mai - 16:40

« Bah t'inquiètes pas, je me souviens de ce bus je le prenais quand j'avais ton âge. Crois moi, il vaut mieux l'éviter, avec tous ces sans abris et ces pauvres ... Merci pour le café champion ! »

Avant de démarrer, Duccio saisit le mug isotherme qu'avait amené avec lui Markus mais, face à la chaleur extrème de la tasse, l'a lâcha. Du café alla se renverser un peu partout dans la voiture, atteignant même le bas du pare brise un peu au dessus. Le père de famille avait beau avoir vraiment mal au cœur à la vue de ce qu'il faisait subir à sa voiture chérie, la douleur qu'il ressentait encore dans sa main était bien plus grande et suffisait à le calmer. Il sentait son cœur battre sous sa peau rougie par la chaleur. Un peu sous le choc, il commençait à nettoyer le café renversé à l'aide d'un torchon traînant dans la voiture, avant d'enfin poser la question qui lui brûlait, sans mauvais jeu de mot, la langue.

« La tasse était bouillante, comment t'as pu la tenir sans aucun problème Markus ?! J'crois que j'me suis brûlé au second degré ... Saloperie. »

Enfin, même sans sa dose journalière de caféine, Duccio n'avait pas vraiment de raison de rester ici plus longtemps. Il s'occuperait de sa main plus tard, pour le moment il valait mieux s'assurer que ni lui ni son beau fils n'arrivent en retard, au risque de mettre à mal la réputation des Leopon ! C'est ainsi que notre héros démarra la voiture et pris la route pour le collège. Après quelques minutes il y arriva enfin et déposa Markus en l'accompagnant d'une petite tape sur l'épaule pour l'encourager à durer sa journée. En le voyant partir, des souvenirs remontaient à la surface, il se souvenait aussi avoir été à ce collège, c'est ici qu'il avait rencontré Emilie, la femme de sa vie. Il espérait du fond du cœur que son beau fils ne trouve le même bonheur que lui ici, puis s'en alla pour rejoindre le boulot.

La circulation était relativement fluide, comme chaque matin. Le père de famille pouvait traverser le centre ville assez rapidement, afin d'enfiler sa casquette de comptable pour la journée. Au final c'était ça la vie d'adulte, la routine. Il avait une pensée émue pour ces pauvres gens sans ambition qui traversaient le monde sans réel but, à la recherche de l'aventure. Il considérait ces pauvres âmes comme perdues et remerciait les cieux de ne pas avoir terminé comme ça, il avait une vie parfaite et il ne l'échangerait pour rien au monde. Sa routine se brisa rapidement cependant, alors qu'il patientait tranquillement à un feu rouge. Trois hommes, dont deux cagoulés, sortirent en trombe du magasin général sur le trottoir d'à côté avant de se jeter dans sa voiture. Les deux cagoulés, visiblement armés, se posèrent à l'arrière alors que l'autre, un jeune homme plutôt androgyne se posa calmement à l'avant, aux côtés de notre héros.

« Allez roule roule ! Dépèche toi on a pas le temps !
- Je ... Je veux pas de problèmes pitié, j'ai une famille !
- Les problèmes tu les auras si TU METS PAS LA GOMME !
- Alors si je puis me permettre, je pense qu'il serait sage d'écouter ces messieurs, lança calmement le non cagoulé du côté passager.
- Ok ok, tout le monde se calme, on y va ... »

Contrait et ayant littéralement une arme sur la tempe, Duccio mis les gaz. Il était compliqué d'esquiver toutes les voitures dans le centre ville, surtout à la vitesse à laquelle il poussait sa voiture, mais il n'avait pas vraiment le choix. Les cagoulés semblaient vraiment dangereux, alors que l'androgyne absolument pas, il était calme, comme si il connaissait tout ça. En trombe, maîtrisant son véhicule comme il le pouvait sous les directions d'un des malfrats, Duccio était terrifié. Jamais il n'avait eu à subir une telle épreuve, jamais il n'aurait cru que malgré sa vie calme et saine, le hasard ne le rattrape et ne lui fasse vivre de telles situations, qu'il s'était efforcé d'éviter tout au long de sa vie. Après quelques minutes, la voiture pénétra dans une ruelle étroite et sombre où les deux cagoulés de l'arrière sortirent de la voiture. Le père de famille était en état de choc, alors que les sirènes de police résonnaient au loin. Voyant sa détresse, l'androgyne du siège passager lança alors la discussion.

« Hm, étonnant ça, d'habitude ce n'est pas vous qui êtes censés vous faire réquisitionner par ces messieurs.
- Qu... Quoi ? Ecoutez je sais pas ce qu'il se passe mais si vous êtes avec eux veuillez partir s'il vous plaît, je dois appeler ma fiancée et ...
- Non ne vous inquiétez pas, je ne suis pas vraiment avec eux, j'ai pensé qu'aujourd'hui je les suivrait eux oui mais je crois que votre cas sera beaucoup plus intéressant à voir.
- Ecoutez, je sais pas ce que vous voulez me faire mais j'ai une famille, je dois aller au boulot, j'suis qu'un trentenaire lambda s'il vous plait ...
- Trentenaire ? On dirait pas du tout, vous vieillissez plutôt bien.
- ... Merci ? J'imagine ... Vous êtes qui bon sang ?
- Mon nom complet est Knowledge, Lord pour être précis, mais tu peux juste m'appeler Know' si tu veux. Tiens prend ma main, deux ou trois choses devraient te revenir. »

Duccio un peu mal à l'aise, encore effrayé par ce qu'il s'était passé auparavant, pris la main de Know', ne sachant plus vraiment quoi faire. Au moment où sa peau toucha celle du Lord, des images lui apparurent dans la tête, des phrases. Ces visions avaient l'air d'être de la vie de quelqu'un d'autre, il entendait le nom "Drasur" être répété pas mal de fois, des masques étaient également mentionnés. Sous le choc, il lâcha la main de l'androgyne, plongé dans une incompréhension totale. Il balbutia alors quelques mots.

« Dra... Drasur ... Qui est-ce ? Je ne le connais pas pourtant ... Ce nom me semble familier ...
- Oui c'est normal ça, je t'expliquerais tout ça quand on aura trouvé l'autre voyageur.
- Voyageur ? Un vagabond ?
- Non loin de là, un voyageur des rêves, toi aussi tu en es un d'ailleurs.
- Ok, vous êtes bizarre quand même ... Et il est où ce voyageur ?
- Tu viens de le déposer à l'école.
- Markus ? Non c'est un gentil garçon, il n'irait pas vagabonder ou quoi que ce soit.
- Et si je vous dis qu'il est en danger actuellement ?
- Mais fallait commencer par là bon dieu ! Le collège est à quelques minutes, on devrait y arriver rapidement, accrochez vous ! »

Pour la seconde fois de la journée, Duccio poussa sa voiture dans ses derniers retranchements et démarra en trombe. Lui qui d'habitude était un citoyen modèle, ne daignant dépasser les limitations de vitesse, il fallait qu'il fasse une exception dans ce moment précis. C'était son rôle de père, non d'homme, que de protéger son beau fils. Tout ce qu'il espérait était qu'il ne soit pas trop tard ...

_________________


Dernière édition par Drasur le Lun 8 Mai - 2:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Markus Kasai
L'héritier de la flamme
L'héritier de la flamme
avatar

Surnom : Mark
Team : Alliance élémentaire
Pouvoir : Contrôleur du feu
Points de Puissance : 4 750 points
Points de Réputation : 6 000 points
Points du Membre : 49 points
Messages : 80

MessageSujet: Re: Mémoire à peu près vive | Feat Markus   Dim 7 Mai - 22:48

Tout content d'être emmené en voiture plutôt que de prendre le bus, Markus se rappela qu'il devait donner son café à Leopon. Il lui donna, mais à peine l'avait-il eue dans les mains que celui-ci la lâcha sur le sol de la voiture. Markus resta bouche bée devant ça. Quand il avait la tasse dans les mains, elle lui avait pourtant semblé bien tiède, comment ce faisait-il qu'elle ait été si brûlante que ça une fois passé dans les mains de Leo ? Le jeu ado fit part de sa stupeur à son beau-père :

M-Mais, je comprend pas, elle était pas chaude dans mes mains ! Excuse-moi Leo,  mais quand je la tenait elle était tiède, c'est vraiment bizarre !  

Heureusement pour lui, les habits de Markus n'étaient pas tâchés, il pouvait donc se rendre au collège sans devoir se changer.

Une fois arrivés aux abords du bâtiment, Duccio déposa Markus devant le grand portail de "la prison" comme aimait l'appeler le collégien. C'est pas qu'il avait une dent contre cet endroit, mais bon, il trouvait que c'était ennuyant de rester autant de temps dans un endroit pareil, alors qu'il pourrait être dehors sous l'air printanier. Enfin bref, Markus passa les portes de son collège, tout en entendant la voiture de son beau-père repartir.

Il se pressa de rejoindre son meilleur ami, Bruno Gardilho, un petit gars rondouillet à lunettes. Markus appréciait passer du temps avec lui, et tout les deux faisait souvent les 400 coups comme on dit. Notre jeune héros avait beau être pas mal populaire, il préférait rester avec Bruno plutôt qu'avec les autres. D'ailleurs, ceux-ci ne comprenaient pas pourquoi Kasaï trainait avec un gars comme Gardilho, qui était souvent le souffre-douleur du collège. Des grosses brutes aimait l'enfermer dans des casiers, ou lui faire le coup de la tête dans la cuvette. Mais lorsque Markus arrivait pour défendre son ami, les brutes le relâchaient souvent et s'enfuyaient à toutes jambes. Le jeune ado ne se battait pas souvent, mais lorsque qu'on le poussait à bout, son adversaire ne s'en sortait pas indemne. A cause de ça, il avait déjà finit trois fois chez le directeur depuis le début de l'année.

En dehors de Bruno, le blondinet parlait souvent à Ellen, sa petite-amie. Elle était pour lui l'amour de sa vie, en dehors des cours ils passaient souvent leurs après-midis dehors entre amoureux. D'après lui ,elle était si belle avec ses cheveux violets et ses beaux yeux dorés, un joli petit minois. Elle est belle comme pas deux, disait-il souvent à son son ami.

Mais sortons un peu de tout ça, et retrouvons notre petit héros en cours de français, sa matière préférée (la mienne aussi d'ailleurs, mais ça on s'en fiche). Allez savoir pourquoi, mais Markus était le plus fort de sa classe en français, le plus fort du collège même. Il n'était pas du genre à réviser ses leçons, mais le blondinet n'avait pas à se plaindre de ses notes, 17 de moyenne au trimestre dernier.

Aujourd'hui c'était cours d'orthographe, et Markus avait été appelé pour aller au tableau. Il se dirigea donc vers ce grand truc blanc pour y écrire avec un marqueur la réponse à l'exercice quand tout à coup, la professeur lui bondit dessus pour l'emprisonner de ses grands bras. Aucun élève ne réagit, tous étant sous le choc, Markus comprit.

Te voilà, je t'ai enfin ! Maintenant, tu vas gentiment me suivre et tout va bien se passer. Je vais t'emmener dans un endroit... Assez spécial. lâcha la prof de français, ordonnant à "l'intello-chouchou" de la classe de garder les élèves et de marquer leur prénom si le calme  n'était pas présent pendant son absence.

Markus essaya de se débattre, en vain puisque l'adulte maintenant fermement son emprise.

Mais lâchez-moi vielle folle ! Qu'est-ce que j'ai fais encore ?! Et pourquoi on va dans le bureau du dirlo ?!

La "vielle folle" ouvra la porte du bureau du principal, et lança Markus, sur une chaise.

Te voilà toi... Ne t'inquiète pas nous n'allons pas te faire de mal. Tu vas juste garder ton calme et on va te descendre dans la cour.

Markus ne comprenait rien à rien. Dernièrement il n'avait frappé personne, rien fait de mal... Alors pourquoi lui faire ça ? Il était donc obligé de les suivre pour savoir le pourquoi du comment ils voulaient le tuer. Le tuer ? Mais nan, il vont juste l'emmener en bas, pas le descendre le tuer !

C'est alors attaché avec des cordes et bâillonné que le blondinet était emmené de force dans la cours de récréation, où on le posa sur une chaise posée précédemment. Le directeur lui éclaircit les idées :

Alors voilà mon petit, le boss à échangé ta mémoire avec celle de quelqu'un d'autre. Je vais faire court, le boss était un phobique d'Alzheimer. Il échange les mémoires des gens pour s'amuser, et les tue après. Et moi, je suis un de ses  mon boulot à moi, c'est de m'assurer que les personnes à qui ont à volé la mémoire meurent. Pour être bien sûr que tu ne vas pas t'échapper et contre-carrer nos plans, je vais te tuer.

La vielle folle retira son bâillon à Markus, qu'il puisse s'exprimer :

Hein, quoi ? Phobie d'Alzheimer ? Changer les mémoires des gens ? Et surtout ME TUER ???!!! MAIS VOUS ÊTES PAS BIEN DANS VOTRE TÊTE MA PAROLE, ON BUTE PAS UN ENFANT QUI N'A RIEN DEMANDE !!!

Ah bah en fait je retire se que j'ai dis tout à l'heure, ils voulaient bel et bien le tuer, my bad.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drasur
L'homme aux 1 000 visages
 L'homme aux 1 000 visages
avatar

Surnom : La tornade blanche
Team : Iniquis
Pouvoir : Invocateur de masques
Points de Puissance : 16 500 points
Points de Réputation : 10 000 points
Points du Membre : 92 points
Messages : 127

MessageSujet: Re: Mémoire à peu près vive | Feat Markus   Jeu 11 Mai - 6:15


« Du coup ... C'était quoi ce que j'ai vu avant en vous touchant ?
- Tu le découvriras bien assez tôt.
- Parce que par exemple ... J'ai cru comprendre que ce "Drasur" dans les visions n'avait pas son permis. Pourtant je conduis bien là, donc je suis bien moi ?
- "Bien" reste un grand mot mais oui. Attend un petit peu, tu comprendras tout ça bientôt.
- Vous êtes vachement mystérieux quand même si je puis me permettre.
- ... »

Alors que le Lord prouvait encore une fois à quel point il était ténébreux, Duccio traversait les avenues à une vitesse folle. Lui qui avait l'habitude de suivre les règles, qui notait les plaques d'immatriculations de ceux qui daignaient ne pas respecter la moindre règle du code de la route. Dans sa vie, il avait toujours suivi la loi, les règles établies, considérant que ceux ne faisant pas de même ne sont que des parias et des marginaux qui ne méritent pas réellement de considération. C'était pour ça qu'ils préférait déposer Markus à l'école, pour l'éloigner le plus possible des déchets de la société. Les sans abris, les drogués, les chômeurs. Alors que ces mots traversaient son esprit, le terme "chômage" le fit tiquer, lui provoquant une sorte de vision d'une demie seconde. Cette journée était de plus en plus étrange, il avait des envies que jamais il n'avait eu auparavant. En voyant un passant une cigarette au bec par exemple, il eut des frissons et une envie profonde au creux de son plexus. C'était incompréhensible pour lui qui n'avait jamais pris ne serait-ce qu'une seule bouffée de ce qu'il considérait comme l'une des pires drogues. Pourtant les faits étaient là, son corps semblait en avoir besoin, il était plus stressé, tapotant de ses doigts sur le volant. Bien entendu, ce stress excessif peut aisément être dû au fait qu'il traversait la ville plus dangereusement que jamais en souhaitant sauver son beau fils d'un danger inconnu. Oui, le stress venait certainement de là.

Après quelques minutes de conduite des plus odieuses, ayant manqué de renverser trois poussettes et deux retraitées, la voiture arriva enfin en bordure de l'école. C'est à ce moment que Duccio fit une erreur fatale, alors que le véhicule s'approchait de l'établissement à une vitesse folle, il voulu demander plus de détails à Knowledge à propos de ce qu'il savait, par réflexe il posa sa main sur l'épaule du Lord. À ce moment précis, des visions qu'il ne comprenait toujours pas apparurent dans son esprit. Il retira bien évidemment sa main aussitôt mais le mal était déjà fait, il roulait assez proche de la centaine de kilomètres par heure et, ayant perdu sa concentration un peu plus d'une seconde, avait complètement perdu le contrôle. La voiture se dirigea ainsi à une vitesse folle vers la cour de récréation, défonçant une grosse parcelle du grillage l'entourant. La voiture se stoppa enfin, au milieu de la cour. Le père de famille pris quelques secondes afin de reprendre ses esprits et aperçu Markus au milieu de la cour, attaché à une chaise. Son sang ne fit qu'un tour alors qu'il se jeta hors de la voiture et se mit à courir vers son beau fils. Il se stoppa à quelques mètres, alors qu'un homme et une femme se trouvaient aux abords du jeune garçon. Levant les mains au niveau de son torse pour indiquer à tout le monde de se calmer, Duccio lança la discussion.

« Écoutez ... Je sais pas ce que vous voulez ni ce qu'il se passe mais s'il vous plaît, laissez le partir. Si vous ne le faites pas, je serais forcé de contacter le principal.
- T'étais pas censé être ici toi, et c'est moi le principal.
- ... D'accord dans ce cas je devrais contacter l'inspection et-
- Bon on se le fait ? Il est pas encore allé à son boulot et il est au courant de rien, on se le fait vite fait et on termine le gosse.
- T'es sûre ? C'est l'un des gars qui a rétamé Joe le loubard ça peut être dangereux.
- Il se souvient de rien, c'est une proie facile là, allez !
- Alors je vois où vous voulez en venir par contre moi j'ai aucune intention de me battre donc MAIS AÏE ça va pas ?! »

Alors qu'il s'approchait de la fin de son speech, Duccio se pris un bon vieux direct du droit de la part du principal qui le stoppa directement dans son élan. Le coup le frappa directement au ventre, lui coupant le souffle. Le principal enchaîna d'un coup de genou au visage avant de l'attraper par le col et le lancer un peu plus loin. Le père de famille atterrit sur le sol, du sang perlant sur son visage et avec pas mal de difficultés à respirer. Mais, étonnamment, il n'avait pas vraiment l'impression d'être gravement blessé. Il se leva, repris son souffle quelques secondes, essuya le sang sur ses lèvres et se sentait à nouveau partant. C'était assez étrange pour lui, il était sûr de ne s'être jamais battu de sa vie, il n'a même jamais reçu de simple fessée de ses parents, pourtant il encaissait. C'était comme si son corps était habitué à ça, malgré son manque d'expérience. Le principal revint à l'assaut et balança un crochet vers le visage du comptable qui esquiva en reculant la tête. Il écarquilla les yeux en constatant ce qu'il venait de faire, sous le choc. Il n'avait même pas vu le coup arriver, pourtant il s'était reculé pour l'éviter, par pur réflexe. Tout à coup beaucoup plus sûr de lui, il tenta d'envoyer un coup à son adversaire à son tour. Malheureusement, malgré sa confiance en soi, il rata et pas de peu. Le coup passa complètement à côté. Il décida d'essayer encore et encore, alors que certains coups se faisaient bloquer par le principal, il esquivait les autres. Puis, alors que la colère commençait à monter en lui, il réussit à placer un direct droit sur le nez du principal, l'envoyant au sol. Il était fier de lui mais déçu à la fois, il a toujours détesté les gens qui se battaient et il était l'un des leurs désormais. Mais il n'avait pas vraiment le temps de tergiverser à ce sujet. Alors que son adversaire se tenait le visage au sol, il constata que Markus n'était pas vraiment dans de beaux draps non plus, sa prof s'approchant dangereusement de lui un canif à la main. Il se jeta vers elle pour le protéger mais le principal au sol lui attrapa la jambe, l'envoyant directement percuter le bitume.

« Hé gamin, pense au feu. Imagine que tes sentiments, ta colère, ta frustration, ton incompréhension, c'est des flammes qui sortent de ton corps. Fais moi confiance ça devrait marcher, enfin normalement. »

Ces mots provenaient de Knowledge quelques mètres derrière, calmement assis sur le capot de la voiture, observant la scène devant lui. Duccio le lui aurait bien reproché mais il avait ses propres soucis dans l'immédiat, alors que son adversaire le rouait de coups au sol. Il ne comprenait pas vraiment ce que le Lord venait de conseiller à Markus mais espérait que ça l'aide à se sortir de sa galère car lui ne pouvait pas le sauver dans l'immédiat.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Markus Kasai
L'héritier de la flamme
L'héritier de la flamme
avatar

Surnom : Mark
Team : Alliance élémentaire
Pouvoir : Contrôleur du feu
Points de Puissance : 4 750 points
Points de Réputation : 6 000 points
Points du Membre : 49 points
Messages : 80

MessageSujet: Re: Mémoire à peu près vive | Feat Markus   Ven 12 Mai - 18:39

Un miracle, comme on pouvait en voir dans les films, c'était le définition de l'irruption de Duccio dans le collège. Mais la question était : que faisait-il ici ? Après ça n'était pas vraiment important, ce qui importait était qu'il soit venu sauver Markus. Et... Il n'était pas seul ? On pouvait apercevoir trois autres personnes à ses côtés dans la voiture. Étaient-ils venus pour lui porter secours aussi ? Beaucoup de questions d'un coup certes, mais le blondinet était tellement surpris que son beau-père soit au courant qu'on essayer de nuire à sa vie.

Essayer de taper la discute avec des assassins... Vraiment ? Comme lui aurait si bien dit Leopon "la violence ne mène à rien" mais là... Son beau-fils était sur le point de se faire tuer quand même ! D'ailleurs, cette méthode ne fonctionna pas du tout avec le directeur. Il commença les hostilités en lui décochant un direct dans le bide. Pauvre Duccio, lui qui n'avait pas l'habitude de se battre venait de tomber sur la mauvaise personne. Quant à Markus, la colère et l'incompréhension commençaient à fleurir dans son esprit, il essaya tant bien que mal d'essayer de se défaire de ses liens, mais impossible. Pourquoi faisaient-ils ça ? Pourquoi eux ? Ses questions plus les précédentes tournoyaient dans sa tête...

Quand son beau-père réussit enfin à toucher son ennemi, le blondinet ne pu s'empêcher de couiner de joie en sautillant sur sa chaise. Bizarrement, c'est ce bruit qui fit réagir la prof de français, qui dégaina une lame, afin d'en terminer avec l'adolescent. Le pauvre commençait à stresser de plus en plus, et encore davantage quand il vu que son beau-père venait d'être envoyé au sol et que l'autre "Lord" restait autour de la voiture à ne rien faire. D'ailleurs, celui-ci se manifesta en disant à Markus de se laisser envahir par ses émotions. "Mais c'est quoi ce conseil ? Pourquoi ils vient pas m'aider plutôt ?!" dans sa tête, Kasaï commença à péter un plomb, imaginant les pires scénario. Sa mère qui part en dépression après sa mort, sa petit-soeur qui n'aura aucun souvenir de son frère...

Il décida d'écouter le gringalet, se disant que son plan était quand même étrange. Les émotions se mélangeaient et se troublaient, donnant naissance à des flammes dans la tête de l'adolescent. Mais les flammes disparurent vite de sa tête, pour apparaitre autour de son corps. Cette sensation étrange de soudaine chaleur, et cette des cordes qui se consument. Voilà que maintenant c'était même la chaise qui fondait ! Markus se leva, maintenant libre et pouvant enfin parler.

Je... Je ne sais pas d'où sortent ces flammes, mais c'est elles qui vous feront périr.  Vous vouliez me tuer ? Et bien maintenant on va inverser les rôles.

Parlant avec un ton sûr, intérieurement l'ado l'était un peu moins. Se battre contre des élèves de son âge oui, mais avec des adultes ça ne va pas être de la tarte. En fait si, du moins avec la professeur de français. Markus concentra toute sa colère dans sa main, et effectua un geste, tout comme un coup de poing mais avec une grosse boule de feu en supplément.

Meurs. Lâcha-t-il froidement. Il n'était plus vraiment lui, il était envahit par ses émotions.

La vieille folle se prit se concentré de flammes de plein fouet, et vint terminer son petit vol plané contre le reste du portail. Voyant que sa partenaire venait de se faire éjecter, le directeur se releva, afin de prendre la relève. Il se dirigea vers Markus, en lui lançant plusieurs pics de métal. Kasaï re-concentra toute son énergie, et créa un petit dôme de feu afin de les faire fondre. C'était bizarre tout ça pour lui, mais il avait l'impression de bien maitriser ces flammes. Marchant toujours, le psychopathe avançaiit de plus en plus, désormais une lame dans la main. Il la sortit de son fourreau, et fit des moulinets dans l'air avec, avant de la lever en l'air pour l'abattre sur sa victime. Son dôme de feu l'empêchant de voir l'extérieur, Markus était comme "aveugle". Heureusement pour lui, il entendit une voix lui crier quelque chose :

Petit, esquive sur les côtés !

C'était le "débloqueur de pouvoirs" qui lui criait ça pour lui éviter d'être coupé en deux. Le flamboyant l'évita de peu, y laissant quelques cheveux. Son dôme de feu étant dissipé, Markus revoyait autour de lui, et prit un prit une position assez bizarre, comme à moitié assis, mais dans le vide. Il pointa ses index vers le directeur et lui balança plusieurs "billes" de flammes.

Fire gun ! cria-t-il dans son délire.

Il s'imaginait comme un super-héros maintenant, avec des supers-pouvoirs et des techniques qui carbonisaient. Le directeur ayant mit ses bras devant lui pour se protéger, ne vit ps l'adolescent s'approcher de lui, pour lui mettre une bonne ville balayette des familles. Il tomba au sol, sa tête tapant la première contre le bitume dur. Il était K.O. et Markus était assez fier de son combat. Il en profita pour souffler un coup, loin de l'autre fou.


Dernière édition par Markus Kasai le Jeu 18 Mai - 18:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drasur
L'homme aux 1 000 visages
 L'homme aux 1 000 visages
avatar

Surnom : La tornade blanche
Team : Iniquis
Pouvoir : Invocateur de masques
Points de Puissance : 16 500 points
Points de Réputation : 10 000 points
Points du Membre : 92 points
Messages : 127

MessageSujet: Re: Mémoire à peu près vive | Feat Markus   Lun 15 Mai - 10:25

Alors ça pour une surprise, c'en était une belle. Face aux mots du Lord, Drasur pensait qu'il tentait de transmettre une sorte de savoir shaolin bizarre qui consiste à visualiser ses émotions comme un feu de joie pour intérioriser tout ça et atteindre le calme. Il aurait difficilement pu plus se tromper que ça, Markus prenant littéralement feu. Le plus étonnant dans l'histoire, en dehors de cette combustion spontanée bien sûr, étant que le garçon ne semblait pas souffrir de ses flammes. Mais qu'est ce que c'est que ce bordel ? Un honnête père de famille ne peut donc pas avoir une journée tranquille sans voir son gosse prendre feu après s'être fait kidnapper ? Saleté de monde qui part en vrille. Dans tous les cas, l'adolescent flamboyant venait d'envoyer valser sa prof à une bonne dizaine de mètres. Oui, un enfant de 14 ans, a fait voler une adulte bien portante, à plusieurs mètres. Et avec du feu en plus mais bon, on en est plus là au niveau de l'étonnement de notre héros hein. Ce dernier était d'ailleurs littéralement cloué au sol, bouche bée, totalement dépassé par les événements. Il continuait de se demander, déjà, comment son beau fils faisait du feu ce qui est une question plus que légitime. Sans compter que Knowledge en sait visiblement beaucoup sur eux mais refuse de leur dévoiler quoi que ce soit. Un mélange de frustration et d'incompréhension tourbillonnait en lui, alors que le monde autour de lui continuait dans son délire total.

Le directeur ignora totalement Duccio à raison, se concentrant sur la menace principale, puis balança des pieux de métal vers Markus ce qui déjà, soulève la fameuse question du "d'où il sort ça". Mais nul n'avait le temps de répondre à cette interrogation car les pieux fondaient à travers les flammes entourant l'adolescent. Ce qui prouve donc que ces flammes dépassaient le millier de degrés au minimum, ce qui est, vous me l'accorderez volontiers, plutôt impressionnant. Le Lord lui même était plutôt surpris de voir une telle chose provenant du jeune homme dont il ne sentait pas une grande aura, ce qu'il venait de faire prouvait une maîtrise folle de son pouvoir, étant capable de les réunir à un point précis pour y faire augmenter la température jusqu'à plus de mille degrés ce qui, encore une fois, est loin d'être négligeable.

Le festival de mandales ne s'arrêta pas là d'ailleurs, alors que l'enflammé esquiva sans peine l'attaque du principal, guidé par le Lord qui semblait bien apprécier le gamin pour l'aider de la sorte. Ce dernier enchaîna donc sur une nouvelle attaque, qui avait déjà un nom plutôt explicite d'ailleurs, envoyant le principal au tapis. Un gamin venait de tabasser les deux ennemis alors que Duccio lui galérait à s'occuper de sa propre cible, quelle humiliation. Alors oui, le père de famille ne faisait pas de feu avec son corps mais tout de même. Rassuré mais également terrifié, il se leva doucement. Avant de constater que Markus tomba dans les pommes. Il se jeta à ses côtés afin de vérifier ses signes vitaux et constata avec soulagement qu'il n'avait rien de grave, pas même une brûlure. Son cœur battait relativement fort, à la limite de la tachycardie, de grosses gouttes lui coulant sur le front. Il le transporta immédiatement à la voiture, l'installant allongé sur la banquette arrière. Il lança alors la conversation avec le Lord, encore sous le choc.

« Qu'... Qu'est ce qu'il vient de se passer bordel ?
- Il n'a plus sa mémoire mais encore son corps, donc ses pouvoirs.
- Mais ... MAIS CA EXISTE PAS LES POUVOIRS POURQUOI VOUS EN PARLEZ COMME SI C’ÉTAIT NORMAL ?!
- Alors écoutez, en bordure de la ville il y a un arrêt de bus abandonné, près des champs du vieux Matthew. Allez y, vous devriez y trouver plus de réponses.
- Vous ... Venez pas avec nous ?
- Ce serait inutile, je suis incapable de vous rendre vos mémoires autrement que par bribes. Vous devez trouver les hôtes de vos souvenirs, bonne chance vous en aurez besoin.
- Mais ... Je ... »

Toujours dans l'incompréhension la plus totale, Duccio observait Knowledge s'en aller calmement, après avoir vérifié l'état de santé des employés de l'école au sol. D'un regard rapide suivi d'un hochement de tête, il confirma bien à notre héros qu'aucun des deux n'était décédé, juste bien blessés. Comme quoi, ils étaient plutôt résistants il faut bien l'avouer. Souhaitant trouver les réponses à ses trop nombreuses questions, il embarqua à nouveau dans la voiture avant de rejoindre la route, ne manquant pas d'amener une bonne partie du grillage avec lui dans sa marche arrière. Il pris la direction indiquée par le Lord, se souvenant vaguement de l'emplacement de cette fameuse ferme. Il n'avait aucune idée de ce qu'il se passait ni de ce qu'il allait trouver là bas, encore confus par les propos toujours plus mystérieux de l'androgyne. Tout ce qu'il espérait était de clarifier cette situation au plus vite et de rentrer retrouver sa chère et tendre, de préférence avec Markus réveillé de son inconscience et en bonne santé. Tout cela risquait de pas mal attendre cela dit, alors que deux voitures arrivèrent de chaque côté du véhicule et que des hommes sortirent par la fenêtre en demandant violemment à Duccio de se mettre sur le bas côté. Ce bordel était donc loin d'être terminé, voilà qu'il se retrouvait dans une course poursuite avec le gamin inconscient derrière, super.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Markus Kasai
L'héritier de la flamme
L'héritier de la flamme
avatar

Surnom : Mark
Team : Alliance élémentaire
Pouvoir : Contrôleur du feu
Points de Puissance : 4 750 points
Points de Réputation : 6 000 points
Points du Membre : 49 points
Messages : 80

MessageSujet: Re: Mémoire à peu près vive | Feat Markus   Jeu 18 Mai - 18:28

Bon, ok je vous l'accorde, un jeune ado qui met au tapis deux adultes à suivre, c'est pas commun. Je n'aurais qu'une chose à dire pour justifier cet évènement : la plupart des héros de fiction voient leur force se multiplier sous l'effet de la colère, et bien disons qu'il est arrivé un truc similaire à Markus. M'enfin bref, étant fatigué après cet affrontement (parce que oui, tirer des boules de feu en bougeant comme un gogole ça l'a fatigué), le blondinet s'était évanoui, pouvant un peu récupérer au passage. Duccio l'avait alors porté dans ses bras, et amené sur la banquette arrière de la voiture.

Après être avoir déposé son beau-fils, il discuta avec le Lord, qui lui expliqua qu'il ne comptait pas monter avec eux, que ça serait inutile. A la suite de ça, Leopon démarra la voiture, en direction de ce fameux arrêt de bus indiqué par Knowledge. Ils avaient à peine fait la moitié du chemin menant aux champs du vieux Matthew que deux voitures collèrent le véhicule de nos héros, en leur criant de se ranger. Le pauvre Markus fut réveillé par le bruit des deux autres automobiles dont les passagers étaient bruyants. Encore à moitié endormi, il essaya de comprendre qu'est-ce qu'il se passait. Le blondinet frotta ses yeux, et se mit en position assise sur le siège.

Hmmm ? Que veulent-ils ? Ils m'ont réveillé, je dormais moi !

Il comprit assez vite, quand il vu un des deux véhicules se rapprocha encore plus et que l'un des passagers brandit une batte de base-ball à travers la fenêtre.

On vous a dit d'arrêter votre auto ! Faites-le, ou on utilisera la force !

Ils criaient et criaient encore et encore, agaçant de plus en plus le semi-flamboyant. D'ailleurs, une question germait dans sa tête : comment avait-il fait naitre ses flammes, et... pourrait-il recommencer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drasur
L'homme aux 1 000 visages
 L'homme aux 1 000 visages
avatar

Surnom : La tornade blanche
Team : Iniquis
Pouvoir : Invocateur de masques
Points de Puissance : 16 500 points
Points de Réputation : 10 000 points
Points du Membre : 92 points
Messages : 127

MessageSujet: Re: Mémoire à peu près vive | Feat Markus   Sam 3 Juin - 5:53


Duccio était comme anesthésié, ses doigts engourdis agrippant le volant de cuir, le reste de ses membres comme transi, si il en avait la capacité mentale à ce moment, il aurait eu l'impression d'avoir quitté son corps et d'avoir laissé son cerveau en pilote automatique. Le bruit sourd des battements de son cœur résonnant dans sa poitrine, témoignant d'une tachycardie déjà bien avancée, se mêlait au larsen sifflant dans ses oreilles, couvrant le vacarme alentour. Il se sentait comme dans un rêve, un rêve dans lequel il réaliserait à peine se trouver, où il n'avait plus le contrôle de ses propres mouvements. Au fond de lui, il avait envie de se retourner, de savoir si Markus s'était réveillé, si il allait bien, il avait envie de comprendre la situation et de tenter de la résoudre, mais il ne pouvait pas. Il avait l'impression d'être dans un nuage de fumée épaisse, lui caressant l'épiderme tout en l'empêchant de voir clairement autour de lui. Au final, ce n'était que sa mémoire musculaire qui lui permettait de garder le véhicule sur la route et de ne pas valdinguer sur le côté dans une dizaine de tonneaux meurtriers.

N'importe quoi pouvait se passer autour de lui, il ne s'en rendrait absolument pas compte. Markus aurait très bien pu canarder les mecs dans les voitures alentours de boules de feu gigantesques, ou encore aurait pu grimper sur le toit comme dans un film d'action bon marché pour se jeter sur eux, il n'en aurait même pas conscience. Pour preuve, les automobilistes qui lui demandaient de se mettre sur le bas côté lui rentraient dedans de temps en temps, manquant à chaque tentative de les faire sortir de la route. L'un d'eux frappait avec sa batte sur la carlingue également, mais ce n'était qu'un autre bruit sourd que son esprit ignorait. Son état de choc était tellement avancé que même une balle dans le torse ne serait capable de le réveiller. C'était peut être mieux ainsi, avec tout ce qu'il s'était passé depuis son réveil, son cerveau ne réussissait pas à assimiler toutes ces informations. Chaque minute qui passait l'enfonçait dans un mystère plus profond et plus sombre qu'auparavant. Tout ce qu'il voulait c'était aller au boulot bordel, il n'avait pas que ça à foutre de se lancer dans cette aventure aussi loufoque que dangereuse qui lui a été imposée. Aucun choix ne lui avait été donné cependant, il était dans la merde jusqu'au cou qu'il le veuille ou non. C'était devant cette réalisation qu'il entra dans cet état de choc, comme si son esprit avait totalement abandonné l'idée même de s'en sortir, au fond il préférerait laisser les loubards qui les poursuivent le chopper, histoire d'en finir. Après tout il avait vécu une bien belle vie déjà, il ne laisserait pas tant de regrets derrière lui.

Après quelques minutes de conduite en mode pilote automatique, son esprit s'éveilla aussi subitement que brutalement à la vue d'un arrêt de bus sur le côté de la route de campagne, faisant écho aux indications données par Knowledge un peu plus tôt. Cet électrochoc ramena Duccio dans la réalité, lui faisant réaliser qu'il lui restait un espoir de s'en sortir, une chance qu'il ne pouvait se permettre de laisser passer. La voiture lancée à une vitesse folle, les deux autres véhicules l'encerclant toujours, il se devait de prendre une décision dans la seconde. Il braqua ainsi le volant vers la droite d'un geste vif, tirant le frein à main par la même occasion, envoyant la voiture dans un dérapage relativement peu contrôlé de toute beauté. La Cadillac perdait sa vitesse de manière exponentielle, l'un des véhicules la poursuivant s'éloignant un peu plus loin. Ce ne fut pas le cas du deuxième poursuivant cependant qui, lui, gardait la même vitesse que Duccio. Le véhicule de ce dernier se trouvant littéralement en perpendiculaire par rapport à l'autre, le père de famille vit l'autre véhicule lui rentrer dedans à toute vitesse. Les deux voitures partirent alors dans des tonneaux à répétition sur le bas côté. Tout se passa tellement vite, le comptable comprenant à peine ce qu'il se passait fut envoyé dans une inconscience forcée.

Après ce qui semblait comme une éternité, il ouvrit à nouveau les yeux. La Cadillac, la carrosserie complètement défoncée, à l'envers à la bordure d'un champ, dégageait une épaisse fumée noire. Duccio quant à lui se trouvait uniquement retenu par sa ceinture, la seule chose l'ayant d'ailleurs empêché de se briser la nuque pendant l'accident. Il se détacha difficilement, des dizaines de douleurs intenses provenant d'un peu partout dans son corps. Après un effort surhumain, il parvint à se sortir de la voiture par la fenêtre brisée, se laissant tomber lourdement au sol. Pour lui, c'était un miracle qu'il ne soit pas mort sur le coup. Après une rapide inspection des signaux envoyés par les nerfs endoloris sur l'intégralité de son être, il constata être couvert d'hématomes, quelques coupures sur les bras et le visage saignaient à peine, alors qu'une douleur plutôt vive provenait de son tibia droit. Sa volonté de savoir si Markus était toujours vivant étant plus forte que son propre instinct de survie, il se leva comme il le pouvait, avant d'analyser la scène autour de lui. Quelques mètres plus loin, la voiture des loubards ayant provoqués tout ce bordel se trouvait elle aussi en piteux état. D'après ce qu'il voyait, Duccio constata assez rapidement à quel point la scène était glauque, les passagers de ce véhicule n'ayant clairement pas eu la même chance que lui. Des litres d'hémoglobine se trouvaient un peu partout, alors que des parties de leur corps grossièrement arrachés par le choc gisaient sur le sol. Un haut le cœur pris l'estomac de notre héros à cette vue, alors qu'une panique palpable commençait à monter en lui, une seule question apparaissant clairement dans sa tête : et Markus ? Rien qu'à l'idée que le fils de la femme de sa vie ait perdu la vie dans de telles circonstances le traumatisait, alors qu'il se retournait vers la Cadillac pour tenter de le retrouver.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Markus Kasai
L'héritier de la flamme
L'héritier de la flamme
avatar

Surnom : Mark
Team : Alliance élémentaire
Pouvoir : Contrôleur du feu
Points de Puissance : 4 750 points
Points de Réputation : 6 000 points
Points du Membre : 49 points
Messages : 80

MessageSujet: Re: Mémoire à peu près vive | Feat Markus   Mer 14 Juin - 18:17

C'est en voyant les "méchants" frapper contre la carrosserie de la Cadillac que Markus comprit totalement ce qui se passait. Quand il avait perdu conscience, son beau-père l'avait déposé sur la banquette arrière et était parti en direction de l'arrêt de bus. Malheureusement, des hommes avait décidé que nos deux héros n'atteindraient pas leur objectif. Le blondinet les auraient bien canardé de boules de feu géantes mais il ne savait toujours pas comment les créer sans forcément être énervé comme précédemment. Sinon, il aurait même pût tenter de grimper sur le toit comme dans un film d'action bon marché pour se jeter sur eux, mais bon, il tenait à sa vie. La solution la plus sûre et la moins dangereuse pour l'existence du voyageur était donc de rester "sagement" assis sur son siège et de laisser le temps passer.

Mais Markus n'était pas de cette "catégorie", il prit se qui lui venait à la main -en l’occurrence deux "boites" contenant des boules de pétanques- et les lança de toutes ses forces sur les poursuivants et leurs véhicules afin de les arrêter, ou au moins de les ralentir. En commençant à se débarrasser de ses projectiles une idée vint dans le cerveau du blondinet, peut-être réussirait-il a enflammer les boules de pétanque pour faire plus de dégâts en les lançant ? Au final, il se dit qu'il n'y arriverait sûrement pas, et que de toutes façon il ne contrôlait vraiment pas ce "pouvoir".

Et puis, dans tout les cas il n'aurait pas eu le temps : Duccio freina un grand coup et la voiture se mit en travers de la route, suite à ça une des voitures de leurs poursuivants alla violemment s'écraser contre le côté de la Cadillac. Juste avant l'instant critique, Markus s'éloigna de la portière qui allait être la cible du choc et s'attacha sur la place de droite, priant pour s'en sortir indemne. L'impact fût rude et fit faire aux deux voitures des tonneaux incessants et meurtriers, et les envoyèrent de chaque côtés de la route. Le semi-flamboyant, quant à lui, à cause de la rencontre des véhicules et de tout les autres chocs perdit connaissance pendant un long moment. Il se réveilla dans ce qui restait de leur voiture, toujours attaché.

Il décida alors de se détacher afin de sortir de ce cadavre de véhicule. En réfléchissant à comment sortir, le semi-flamboyant remarqua que sa fenêtre était ouverte. Il prit alors le restant de force qu'il avait dans les bras pour se tirer hors de là. Plusieurs minutes passèrent et Markus peinait toujours à sortir complétement, il avait écarté le tiers de son corps à l'extérieur. N'en pouvant plus de puiser dans ses dernières forces et toujours fatigué de son dernier combat, il décida de s'arrêter là afin de récupérer un peu, espérant au passage que Leopon était lui aussi sortit vivant de cet accident et qu'il l'aiderait à se dégager d'ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drasur
L'homme aux 1 000 visages
 L'homme aux 1 000 visages
avatar

Surnom : La tornade blanche
Team : Iniquis
Pouvoir : Invocateur de masques
Points de Puissance : 16 500 points
Points de Réputation : 10 000 points
Points du Membre : 92 points
Messages : 127

MessageSujet: Re: Mémoire à peu près vive | Feat Markus   Sam 17 Juin - 12:59


Un son strident continuait de résonner dans les oreilles de notre héros, lui donnant l'impression de rebondir sur les parois de ses tympans dans un mouvement perpétuel créant un écho infini. L'adrénaline lui ayant permis de quitter le véhicule et de se rendre compte des dégâts sans vraiment prendre en compte son état de choc commençait à doucement disparaître, laissant place à une incompréhension des plus totales. Sa vision était relativement floue, lui donnant le sentiment de naviguer dans un rêve. Ce qui bien entendu était le cas, mais que lui ignorait complètement dans l'état actuel des choses. Il se frayait ainsi un chemin en titubant vers sa voiture retournée, à la recherche de Markus. Il manquait de trébucher tous les quelques pas, se rattrapant comme il le pouvait en posant l'une de ses mains sur le bas de caisse brûlant pointé vers le ciel, éloignant sa main à chaque tentative, avant de la reposer dessus par pur réflexe quelques secondes plus tard. Son avancée était compliquée, chacun de ses nerfs se contractant à son maximum au moindre de ses mouvements, ses dizaines d'hématomes lui donnant l'impression de se prendre des coups à chaque minuscule mouvement, à chaque respiration.

Après plusieurs secondes d'efforts surhumains déployés, un combat de chaque instant pour rester debout et ne pas s'écrouler comme une merde dans l'énorme flaque de sans plomb embaumant la scène d'une odeur insupportable, Duccio réussit enfin à atteindre l'autre côté de la voiture. Toute cette galère, qu'il imageait désormais dans son esprit comme l'un des travaux d'Hercule, toute cette douleur, fut balayée par un sentiment infini de réconfort : Markus était en un seul morceau. Et à en juger par les gonflements de son thorax, il semblait également en vie, fait que le père de famille s'empressa bien évidemment d'aller vérifier en se jetant aux côtés de l'adolescent pour vérifier son pouls. Malgré une légère tachycardie, il semblait stable, seulement dans les vapes.  Réunissant tout ce qu'il lui restait de force dans les bras, il souleva alors le jeune homme afin de l'éloigner de la carcasse de voiture qui, à en croire l'intégralité des films qu'avait visionné le comptable, n'allait certainement pas tarder à partir en fumée dans une explosion des plus impressionnantes. Fort heureusement pour lui, ce ne fut pas le cas, il pu ainsi s'éloigner sans se faire souffler par une boule de feu gigantesque. Même si, après réflexion, ce qui représentait le plus de danger vis à vis d'un incendie ou d'une combustion spontanée se trouvait dans ses bras. Il décida de ne plus trop penser aux événements traumatisants ayant eu lieu dans la cour de l'école et apporta Markus vers l'arrêt de bus non loin de là.

Son plan initial était de déposer le jeune homme sur le banc pour qu'il reprenne des forces et commencer à investiguer les environs à la recherche de réponses que lui avait promis Knowledge. Avec du recul, il réalisa qu'il allait sûrement s'enfoncer dans un nouveau mystère insoluble qui rendrait le tout encore plus incompréhensible qu'auparavant et, fut en effet accueilli par une scène plutôt hors du commun. Alors qu'il arriva au niveau de la station au bord de la route, il aperçut la seconde voiture quelques dizaines de mètres plus loin, celle qui l'harcelait mais qui avait eu l'intelligence de ne pas partir en tonneaux meurtriers comme son collègue. En plus de cela, à équidistance de l'arrêt et de la voiture, un combat semblait avoir lieu. D'abord hésitant, se disant qu'il vaudrait mieux pour sa propre sécurité qu'il reste là à attendre le prochain car, il décida finalement d'aller jeter un coup d’œil. Si il y avait des réponses quelques part, elles se trouvaient certainement chez ces racailles. Il posa alors délicatement Markus sur le banc, délicatement voulant dire qu'il le lâcha approximativement au bon endroit, avant de courir vers le groupe.

Ses blessures le faisait toujours autant souffrir mais ça lui ne lui importait plus, il y avait plus important. Il arriva ainsi à quelques mètres du combat, pouvant enfin discerner avec précision les personnes mêlées à la rixe semblant beaucoup plus violente une fois qu'il en était proche, malgré le fait qu'elle se déroule intégralement à mains nues. La querelle semblait opposer un jeune garçon, approximativement du même âge que Markus, ainsi qu'un quarantenaire à la calvitie bien avancée contre trois loubards. Le quarantenaire se défendait bien, enchaînant des esquives et des coups plutôt impressionnants, tenant en respect deux des "méchants". Le jeune homme de son côté, galérait un peu plus face à son unique adversaire mais se défendait plutôt bien compte tenu de son âge. Un instinct paternel palpable naquit alors en Duccio qui ne supportait pas de voir un adolescent prendre des coups. Il s'élança ainsi vers le loubard et lui colla une belle mandale, droit dans son angle mort, comme un bon gros traître. Le coup déstabilisa carrément l'homme qui se vit enchaîner par l'ado, alors que l'homme à la calvitie avancée enchaîna ses deux adversaires. Deux des loubards tombèrent k.o net, alors que le troisième pris ses jambes à son cou en direction de l'arrêt de bus. Alors que Duccio s'apprêta à poursuivre l'individu, le chauve plaça sa main sur son torse pour le stopper, avant de lever sa seconde main et d'annoncer :

« Ne t'inquiètes pas, je m'en occupe. Regarde, je vais invoquer un masque qui me permettra de le rattraper ...
- ... D'accord, il est censé apparaître quand ce masque ?
- C'est bizarre ça, d'habitude ça apparaît tout de suite cette putain de connerie !
- T'inquiètes, je vais lui envoyer une boule de feu ! »

Le spectacle offert à Duccio à ce moment précis était ... Médiocre, à la limite du supportable à vrai dire. En effet, les deux curieux personnages qu'il venait de rencontrer, le plus vieux ayant d'ailleurs un langage bien fleuri qui ne plaisait pas trop à notre héros mais passons, levaient tout deux leurs mains devant eux en attendant un résultat. Le bras du quadragénaire tremblait alors qu'il semblait se concentrer à un niveau inégalé pour faire apparaître un "masque" comme il l'avait décrit, alors que le plus jeune attendait patiemment que sa boule de feu n'apparaisse. Ce ne fut pas le cas. Et le loubard restant s'éloignait de plus en plus, rendant sa capture de moins en moins plausible et la probabilité qu'il contacte des renforts d'autant plus haute. Fort heureusement, alors que le loubard arriva au niveau de l'arrêt de bus, Markus le stoppa. Il semblerait qu'il se soit réveillé pile au bon moment et qu'il ai réussi à l'arrêter dans sa course folle, Duccio n'avait aucune idée de comment il avait fait, mais vu la distance il était compliqué de vraiment voir toute l'action. Les trois compères décidèrent alors de se diriger vers le jeune homme, alors que le quadragénaire lança la discussion.

« Moi c'est Drasur au fait, invocateur de masques. Enfin, d'habitude, là putain je sais pas pourquoi ça a pas marché ce bordel.
- ... D'accord, je vous crois j'imagine, j'ai vu tellement de choses époustouflantes aujourd'hui que je suis prêt à tout croire ... Et vous savez qui sont ces gens ?
- Nan aucune idée, on est là depuis des heures à pas comprendre ce qu'on fout là et quand ils se sont arrêtés j'ai juste eu envie de les tabasser. C'est un putain de miracle que t'ai survécu au crash mon pote.
- Oui j'imagine ... Le seul moyen d'obtenir plus de réponses serait d’interroger celui là.
- Oooh t'inquiètes pas mon con, je vais les lui faire chier ses réponses ! »

Alors que Duccio s'indignait intérieurement du langage utilisé par ce fameux Drasur, une nouvelle avalanche de questions vint assaillir son esprit. Le nom "Drasur" lui était déjà venu en tête plus tôt, lors des flashs donnés par Knowledge, qu'est ce que ça signifiait ? Il n'en avait aucune traître idée et le fait de rencontrer cet homme ne faisait qu'épaissir le mystère, encore une fois. Au bout de quelques secondes, le petit groupe arriva au niveau du loubard en fuite et de Markus. Drasur se mit à coller de grandes droites au loubard en lui hurlant des insanités du genre "pour qui tu bosses ?" "j'vais te buter et manger ton coeur" ou encore la fameuse "j'vais te pisser dessus tellement fort si tu nous dis pas pourquoi t'es là". Pendant ce temps là, Duccio s'horrifiait devant chaque coup, se disant que lui ne s'abaisserait jamais à de tels travers. Il se retourna rapidement pour éviter d'être témoin de ce massacre une seconde de plus avant d'indiquer à Markus :

« Au fait Markus, ce jeune homme a parlé de tirer des boules de feu ou je ne sais quoi. Sachant ce que t'as fait avant vous devriez en discuter ensemble, ça pourrait nous aider, oh non Drasur remonte ta braguette arrête ça ! »

Il se jeta alors sur le quadragénaire en espérant l'empêcher de faire l'impensable sur leur pauvre prisonnier, espérant fortement que des réponses viendraient du loubard, ou même de la discussion entre les deux adolescents. N'importe quelle information était bonne à prendre à leur niveau.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Markus Kasai
L'héritier de la flamme
L'héritier de la flamme
avatar

Surnom : Mark
Team : Alliance élémentaire
Pouvoir : Contrôleur du feu
Points de Puissance : 4 750 points
Points de Réputation : 6 000 points
Points du Membre : 49 points
Messages : 80

MessageSujet: Re: Mémoire à peu près vive | Feat Markus   Mer 21 Juin - 17:01

En se réveillant, Markus ne comprit pas tout de suite ce qui venait de lui arriver. Duccio devait l'avoir extirpé du cadavre de la voiture et déposé sur le banc de l'arrêt de bus. Reprenant des forces, le blondinet regarda sur son corps s'il n'était pas trop blessé, mis à part quelques bleus et des petites douleurs aux muscles, tout allait bien. En regardant autour de lui pour se mettre au courant des évènements, il découvrit un homme qui fuyait la direction où était Leopon. Se relevant ni une ni deux, Markus concentra son poing au niveau de son bassin et lança un direct du poing dans le vide.

Dans le vide, certes, mais une boule de feu pas très grande réussit à poursuivre la trajectoire du coup pour aller taper dans les jambes du fuyard. Celui-ci trébucha et se rétama au sol, avant que Leo accompagné de deux autres personnes viennent atour de lui. Markus les rejoint et comprit un peu plus sur ce qui se passa. L'homme qui fuyait était un de la voiture qui s'était arrêtée et essayait d'échapper aux griffes des deux nouveaux. D'ailleurs, qui étaient-ils ceux-là ? Il y avait un quadragénaire et un ado de l'âge de notre héros, ils avaient l'air de débarquer de nulles parts, et de s'être totalement incrustés dans "l'affaire" de Duccio/Markus et des sbires du grand méchant.

Leopon proposa alors au semi-flamboyant de discuter avec l'autre adolescent, car celui-ci sembla avoir parlé de boules de feu. Le blondinet engagea alors la conversation avec lui :

Yo, moi, c'est Markus et toi ?

Salut toi, c'est marrant parce qu'on a le même prénom, je m'appelle aussi Markus !

Sérieux ? C'est cool, et sinon, il parait que tu contrôles le feu ? Nan parce que tout à l'heure, j'ai aussi réussi à balancer des boules de feu.

Ben, ouais normalement. Mais depuis une dizaine de minutes, ben ça fonctionne plus. Mais au fait, si toi aussi, tu contrôles le feu, tu dois être un voyageur !

Un voyageur ? Ah non, je ne suis pas un gitan moi !

Non mais... Un voyageur onirique quoi !

...?

Les deux en même temps : Au pire allons voir les adultes, ils en sauront sûrement plus !

Ils se dirigèrent alors vers Duccio et l'autre chauve, espérant qu'ils leurs en apprendraient plus.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drasur
L'homme aux 1 000 visages
 L'homme aux 1 000 visages
avatar

Surnom : La tornade blanche
Team : Iniquis
Pouvoir : Invocateur de masques
Points de Puissance : 16 500 points
Points de Réputation : 10 000 points
Points du Membre : 92 points
Messages : 127

MessageSujet: Re: Mémoire à peu près vive | Feat Markus   Lun 3 Juil - 0:22


« PUTAIN TU VAS RÉPONDRE OU JE JURE DEVANT DIEU QUE JE TE CHIES DANS LES YEUX !
- Alors si je puis me permettre de vous donner un conseil, ce serait certainement mieux pour vous de répondre aux questions du monsieur, il a l'air vachement énervé quand même.
- Mais lâchez moi ! Je dirais rien !
- TU VEUX ME TESTER ? OK JE LANCE LE PINCE TÉTON !
- Nooon pas ça pitié nooon aaaaaaargh
- Drasur calme toi ! Si tu le tues il pourra rien nous dire ! Lâche ses tétons enfin !
- D'ABORD TU ME DIS POUR QUI TU BOSSES ! SINON J'AUGMENTE LA FORCE DE TORSION URAAAAAAA !! »

Les hurlements du pauvre prisonnier se faisant malmener les tétons résonnaient à des centaines de mètres à la ronde, avant qu'il ne se mette finalement à pleurer à chaudes larmes sous la torture incessante du quadragénaire visiblement psychopathe. Duccio tentait de le calmer autant que possible mais ne pouvait s'empêcher de ressentir un certain plaisir à voir ce salopard se faire malmener. Après tout, c'était lui et les siens qui faisaient de la journée du père de famille un véritable enfer, il méritait bien un bon vieux pince téton.  N'entendant toujours pas la réponse qu'il attendait patiemment, le chauve décida de passer à la vitesse supérieure. Il leva les manches du pauvre homme aux tétons ensanglantées, y plaça ses deux mains et les frotta contre la peau du malheureux, chacune dans un sens. Ce supplice avait un nom et vous l'avez certainement vous même subi ou fait subir lors de vos pérégrinations dans le monde cruel et sans pitié des cours de récréation : la brûlure indienne. Devant une telle douleur, le brigand ne fit pas le malin longtemps et déballa rapidement tout ce qu'il savait.

« Ok ok je vous dirais tout juste pitié ... Arrêtez j'en peux plus ...
- Bah vas y ouvre la ta gueule on a pas toute la journée !
- C'est notre boss qui voulait qu'on vous élimine ... Il a échangé vos mémoires pour que vous soyez des cibles faciles et qu'il puisse facilement monter le classement ... D'habitude ça marche sans accroc mais là c'est trop, je peux pas en supporter plus. A la base j'avais pris ce boulot pour payer l'école à mon fils qui-
- Ouais ouais pas la peine de nous raconter ta vie non plus, on le trouve où ton boss ?
- Herr Schnitzel reste à la ferme du vieux Matthew, derrière les champs à quelques centaines de mètres là bas ... C'est pour ça qu'il laisse les hôtes ici, pour garder un œil sur eux ... Laissez moi partir je vous en supplie je vous ai tout dit ...
- Ouais allez casse toi de là avant que j'te chies vraiment dans les yeux ! Dégage ! Cours ! Fuis ! Putain j'ai rien compris à ses conneries d'hôtes ou mémoire ou je sais pas, par contre ce que j'sais c'est que j'vais casser la gueule à son boss. Allez les gosses on bouge ! »

Le quadragénaire s'époussetait les mains alors que le pauvre homme torturé prenait ses jambes à son cou, disparaissant rapidement de leur champ de vision. Le petit groupe se mit enfin en quête du repère de ce fameux Schnitzel, alors que Duccio restait silencieux. Il n'avait plus dit un seul mot depuis les révélations du brigand, trop occupé à tenter d'éclaircir toute cette affaire. Il laissait ainsi Drasur, qui s'avérait être un leader pas trop horrible si l'on mettait de côté son langage de charretier, mener la petite troupe à travers les champs. Ils en avaient pour une bonne dizaine de minutes de marche, laissant bien le temps à notre héros de connecter tous les indices qu'il avait grappillé çà et là au fil de sa journée en enfer. Il entendait des discussions autour de lui mais n'y prêtait pas réellement attention, même si il s'avérait compliqué d'entièrement ignorer les plaintes constantes de Drasur ne parvenant pas à invoquer ses fameux masques malgré ses tentatives répétées.

L'esprit de Duccio ressemblait au bureau complètement désordonné d'un de ces détectives de film noir, des piles de dossiers menaçant de s'écrouler à tout moment. Il tentait comme il le pouvait de rationaliser tout ce qu'il avait appris jusque là mais la tâche s'avérait difficile, surtout pour lui qui menait une vie banale jusque là. Il y avait donc mention d'échange de mémoire, d'hôtes et d'un homme tuant pour grimper les échelons d'un classement ... Tout cela n'avait aucun sens pour lui. Sans compter les prouesses répétées de Markus qui créait des flammes comme si de rien n'était. Il ne put s'empêcher ainsi de tirer un parallèle entre son beau fils et l'autre jeune homme accompagnant l'homme à la calvitie avancée. Il avançait contrôler les flammes lui aussi mais n'y parvenait pas, contrairement à Markus qui ne semblait clairement pas être conscient d'en être capable mais le fit tout de même. En suivant cette logique, il se disait avoir lui la capacité d'invoquer des masques ? Non, c'était bien trop perché, il abandonné rapidement cette piste, même si il en était capable, il n'aurait aucune idée de comment procéder, tout cela étant nouveau pour lui. Le mystérieux Knowledge aussi avait parlé d'hôtes et de pouvoirs, avançant qu'ils puisaient leur source dans le corps et non dans la mémoire. C'était ainsi qu'il avait justifié l'utilisation de feu par Markus ...

Tout cela était flou, bien trop même, mais Duccio n'eut pas vraiment le temps de se pencher d'avantage sur la question. En effet, le petit groupe avait atteint la ferme du vieux Matthew, le responsable de tout ce merdier n'était plus très loin. La propriété était relativement modeste, une large maison de campagne à un étage trônait aux côtés d'une immense grange. Deux personnes semblaient garder l'entrée de la grange, s'excitant directement à la vue de l'arrivée de nos héros. Drasur, le sang complètement chaud, se jeta au combat, suivi de près par son jeune protégé. Dans un vacarme, la porte de la grange s'ouvrit alors que deux autres hommes aux allures similaires aux brigands d'auparavant en sortirent, prêts à se castagner. La scène pris rapidement l'allure d'une mêlée générale alors que Duccio se tenait là, sans bouger, voyant tous ses camarades se battre pour leur vie. Un mélange de peur et de curiosité bouillonnait en lui, il n'avait que faire de se battre, ce qu'il voulait c'était des réponses. Il se mit ainsi à courir aussi vite que possible, contournant les combats sous les hurlements de Drasur lui ordonnant de venir les aider. Il l'ignora complètement, ne faisant même pas attention au fait que son beau fils se battait très certainement lui aussi. Il pénétra dans la grange et vit enfin le visage du responsable de tout ce bordel. Un vieil homme, un costume noir et une cravate rouge. Il était assis sur un large trône semblant bricolé avec des matériaux de récupérations divers. Sous le choc, ne sachant trop que dire, il fut abordé par le vieil homme qui se mit à parler avec une voix grave qui résonna entre les planches de la bâtisse.

« Et bien, c'est toi qui me cause autant de soucis depuis le début de la nuit ? Tu n'aurais pas pu te laisser mourir comme tous les autres pour que MOI, le grand Franz puisse enfin atteindre le haut du classement ?! Maintenant que je te vois tu me parais bien faible, si c'est ça l'unique voyageur de Maskaria j'imagine même pas la faiblesse de ton seigneur haha !
- Donc tout ça c'était bien vous ? Mais pourquoi moi ? Je suis quelqu'un de lambda, pourquoi une telle fixette enfin ?!
- Mon pouvoir a l'air de t'avoir bien retourné le cerveau ... Tu n'as donc encore rien compris imbécile ? Mes sbires ne vont pas tarder à s'occuper de tes petits amis et tu es le prochain, tu es beaucoup plus haut que moi dans le classement, ça me vaudra un joli petit bond d'avoir ta tête haha ! Tu as perdu c'est fini !
- Je ... Je ne vais pas vous laisser nous malmener ainsi ! »

Duccio transpirait de colère alors qu'il entendait derrière lui le combat faire rage. Il savait qu'il n'était pas lui même un combattant, il n'avait aucune chance face à tous ces hommes. Il avait besoin de l'aide de Drasur, en espérant sincèrement que Markus ne se fasse pas tuer dans la mêlée. Il grinçait des dents en cherchant une solution miracle, si seulement il pouvait accéder à un pouvoir surnaturel lui aussi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Markus Kasai
L'héritier de la flamme
L'héritier de la flamme
avatar

Surnom : Mark
Team : Alliance élémentaire
Pouvoir : Contrôleur du feu
Points de Puissance : 4 750 points
Points de Réputation : 6 000 points
Points du Membre : 49 points
Messages : 80

MessageSujet: Re: Mémoire à peu près vive | Feat Markus   Mar 11 Juil - 17:06

Quand les deux garçons rejoignirent les adultes, ils ne s'attendaient sûrement pas à les voir torturer le "pauvre" homme. Pince-tétons puis brûlure indienne, drôles de façons de faire parler quelqu'un vous me direz. Étant donné quand temps normal, ces tortures sont plus destinées aux gros durs des cours de récréation qui veulent martyriser les plus faibles pour leur voler leur goûter. Quand les Markus virent ça, ils se mirent à pouffer de rire à n'en plus finir, voir un chauve martyriser un pauvre sbire de "grand méchant" c'est quand même bien marrant.

Une fois que leur victime avait dénoué sa langue et fournit les informations nécessaires, les autres hommes partirent ensemble vers une grande ferme, celle du vieux Matthew. Pendant cette excursion dans le champ, Markus eut pas mal de temps pour réfléchir à tout se qui lui arrivait, à la base il voulait juste aller au collège comme d'habitude ! Mais là, il se retrouvait embarqué dans on ne sait quelle aventure où il apprend qu'il contrôle des flammes et qu'on lui à volé sa mémoire. Vous imaginez, vous retrouver dans une situation pareille vous ? A devoir aller traquer le chef d'une organisation qui vole des mémoires ? C'est fou quand même pur quelqu'un de banal à la base, ou du moins, pour quelqu'un qui pense être banal...

Quand ils arrivèrent devant cette grange, Drasur s'excita rapidement et leur sauta dessus afin de les mettre hors d'état de nuire. Puis d'autres sortirent et ça se transforma rapidement en un combat de boxe géant. Tout le monde tapait sur tout les monde, à la limite d'oublier qui était avec qui. Le blondinet lui non plus ne se fit pas prier et se jeta en plein coeur du combat afin de ne pas rester planté là comme une certaine personne. Les coups valsaient dans toutes les directions, et les corps aussi. Certains sautaient carrément sur les autres. A un moment, Markus se sentit soulevé par le dos, et fût jeté en l'air, afin d'être expulsé du combat. Celui qui l'avait lancé devait avoir beaucoup de force puisque le flamboyant vola très loin de la zone du combat. Pendant son vol, Markus réussit à reconnaitre la silhouette de celui sur qui il volait : c'était Duccio.

L-Leo ! Pousse-toi pour éviter que je te tombe dessus !

Le blondinet espérait que son beau-père arriverait à esquiver à temps pour éviter qu'il ne lui atterrisse dessus et lui fasse mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drasur
L'homme aux 1 000 visages
 L'homme aux 1 000 visages
avatar

Surnom : La tornade blanche
Team : Iniquis
Pouvoir : Invocateur de masques
Points de Puissance : 16 500 points
Points de Réputation : 10 000 points
Points du Membre : 92 points
Messages : 127

MessageSujet: Re: Mémoire à peu près vive | Feat Markus   Ven 14 Juil - 13:02


La situation semblait désespérée pour le comptable, cas typique de classe moyenne embourgeoisée qui ne sait plus réagir au moindre problème dans sa vie. Il faisait face à celui qui était littéralement le responsable de tous ses tracas depuis plusieurs heures et pourtant, ne savait pas quoi faire. Un simple vieillard le toisait de haut, son corps de lâche reflétant ses tactiques de combat : laisser ses sbires faire le boulot. Il avait beau se creuser la tête, il ne pouvait se résoudre une solution autre que simplement aller le tabasser à mains nues et cela restait hors de question. Il s'était battu aujourd'hui, certes, mais parce qu'il y était forcé. Et si il s'en est sorti c'était par pur hasard, ne comprenant toujours pas comment il avait pu se débrouiller pour ne pas se faire assommer d'un uppercut bien placé. Puis, le sortant de ses pensées de faible, une voix qu'il connaissait bien résonna dans la grange : Markus était en danger. Enfin, en danger reste une hyperbole, il effectuait un bon vieux vol plané mais ça n'a jamais tué personne, si ? Dans tous les cas, Duccio était bien déterminé à le rattraper, malgré sa vitesse des plus grandes. Il tendit ainsi les bras, attrapant l’adolescent en vol du bout des doigts, s'agrippant à ses vêtements. Mais la vitesse du blondinet était trop grande, il avait pris bien trop d'élan. Il appliqua ainsi une force centrifuge monstre sur son beau père, le faisant tournoyer et perdre sa prise. L'adolescent vola ainsi plus loin, droit sur Franz.

L'impact fut violent, détruisant le trône du vieil homme sur le coup. Puis, soudainement une énorme migraine s'empara de l'esprit de notre héros. Le poussant à hurler, se laissant tomber au sol. Il avait l'impression que sa psyché lui était arrachée et remplacée par une autre, un déluge d'informations et d'images subliminales envahissant son cerveau. Cela ne dura que quelques pauvres secondes, mais restait une expérience atroce, s'apparentant à une sorte de viol mental. Puis, le bordelais se leva, tout était clair dans sa tête désormais. Il respirait fortement, son visage vers le sol, cachant ses yeux injectés de colère dans l'ombre de ses cheveux. Il tendit la main droite, un masque à gaz y apparut qu'il enfila immédiatement. Sa jambe gauche et son bras droit se transformèrent directement en membres robotiques, alors qu'il se jeta vers le vieil homme sur les débris de son trône. Il l'attrapa de sa main encore de chair et de sang et le leva à plusieurs centimètres du sol, ses yeux fixant l'âme de son adversaire. Il se mit alors à hurler.

« PUTAIN D'ENCULE ! T'AS JOUE AVEC LA MÉMOIRE DU MAUVAIS GARS CETTE NUIT ! T'AS OSE ME FAIRE CROIRE QUE J'ETAIS UN VIEUX COMPTABLE ? JE VAIS TE CASSER LA BOUCHE MAIS TEEEEELLEMENT FORT !
- J-Je-Je suis désolé je voulais pas c'est mes hommes qui m'ont poussés à ...
- FEEEERMEEE TAAA GUEUUUUUULE !!! »

Dans un hurlement presque animal, il recula son bras mécanique avant de l'envoyer de toutes ses forces percuter le visage du vieillard, l'envoyant traverser le mur de la grange dans un fracas assourdissant. La bâtisse menaçait de s'écrouler alors que Franz gisait au sol de l'autre côté, immobile, de la mousse s'échappant de sa bouche. Drasur transpirait la haine, comprenant enfin tout ce qu'il s'était passé cette nuit, pourquoi l'autre n'était pas capable d'invoquer des masques, pourquoi le blondinet balançait des boules de feu et surtout pourquoi sa fiancée était dégueulasse et sa vie aussi chiante. Il se tourna vers Markus, tout en révoquant son masque qui disparut dans un petit *pouf* de fumée.

« Et je me souviens de toi, t'es pas mon beau fils bordel de cul t'es le gosse contrôleur de feu que j'avais vu à Pokéland ! Putain ça aussi c'était une belle nuit de merde ! Vas y crame tout mec, j'vais niquer la gueule des autres ! Putain ils m'ont veneeeer ! »

Il se dirigea vers le groupe de sbires d'auparavant d'un pas décidé, tout en invoquant un de ses autres masques. Il l'enfila rapidement et un sabre japonais apparut subitement dans sa main. Il serra le manche de toutes ses forces, levant la lame vers les cieux. L'endroit où eu lieu la bagarre générale était en bordel complet, alors que le quadragénaire et son beau fils, oui on avait tous compris qui il étaient plus la peine de se cacher derrière des adjectifs mystérieux, étaient au sol, un choc palpable visible sur leurs visages. Les sbires de Franz quant à eux semblaient paniquer, réalisant que le processus d'échange avait été annulé. En effet, ils s'en rendirent bien compte alors que l'un d'eux se fit transpercer par derrière, s'écroulant dans une mare de sang. Les autres se relevèrent, terrifiés, tentant de paraître menaçant comme ils le pouvaient.

En temps normal, Drasur leur aurait laissé l'occasion de fuir, mais pas là, pas après qu'il ai passé la pire nuit de sa courte vie de voyageur : il lui fallait du sang. Il se jeta ainsi vers eux, comme un animal enragé, dans un carnage dont même Tarantino ne voudrait pas. Après quelques secondes de combat, ou d’exécutions sommaires cela dépend comment on se place, des membres arrachés et des corps inertes gisaient au sol, dans une mare de sang. Les deux créatures, témoins de ce massacre, semblaient encore plus choquées qu'auparavant. Il y avait fort à parier que ces images ne quitteront jamais leurs esprits et qu'un bon nombre d'années de thérapie seraient nécessaires pour l'adolescent. Bah, ce n'était pas le problème de l'invocateur, c'est le monde qui est cruel pas lui, ou juste un peu.

« Bon, avant que je me barre, déjà tu vas me rendre mon perfecto et mon cigare. Ensuite, mec, fait quelque chose pour ta vie, elle est chiante à en crever. Et puis ta femme, elle t'aimes pas ça crève les yeux, reprend ta vie en main bordel. Ah et toi le gosse, t'es grave grillé quand tu prends une douche d'une demie heure, tout le monde sait ce que tu fait. Assume putain. Bon allez, à plus les losers, en espérant jamais revoir vos tronches. »

Il enfila ainsi son blouson, se sentant clairement mieux là dedans, en sortit ses lunettes de soleil et alluma son cigare qui prit cette fois un arôme de fruits des bois. Il s'en alla ainsi, s'éloignant de la ferme croulant sous les flammes. Il espérait se réveiller dans peu de temps, ayant passé un réel mauvais moment dans ce royaume dont il ne connaissait toujours pas le nom d'ailleurs. Il aperçut Knowledge au loin, près de la route, l'observant. Il ne lui avait pas été d'une grande aide celui là, même si il avait fait de son mieux pour le guider malgré tout. Il esquissa ainsi un sourire tout en levant son bras bien haut et en présentant son majeur à l'attention du Lord. Ça lui apprendra, peut être que la prochaine fois cet enfoiré ne parlera pas en énigmes.

Tout en s'éloignant, Drasur réalisait à quel point ce monde pouvait le prendre par surprise. Si il était mort cette nuit, sans même s'en rendre compte, tout ce qu'il aurait construit jusqu'ici disparaîtrait subitement. Il serra les dents, se disant qu'il ne connaissait pas encore grand chose à propos de cette saleté d'endroit décidément. Il se consolait en se disant que cette nuit aura au moins servi à apprendre à un homme que son mariage tombe en lambeaux, ainsi qu'à un ado qu'il faut être plus discret lorsqu'il se paluche. Cela amenait à une réflexion, si Drasur avait eu accès à tous les souvenirs du comptable et pouvait tirer de telles conclusions, qu'en était il de l'autre ? Se souviendrait il de mémoires enfouies de notre héros ? La question semblait beaucoup trop compliquée pour mériter une réelle réponse, il valait mieux oublier tout ça. Est ce que le vieillard était mort au moins ? Sûrement pas, bah ce n'était plus son problème non plus. La seule chose qui le préoccupait était son réveil, il espérait du plus profond de son âme se réveiller dans son appartement miteux, l'odeur horrible du cendrier sur sa table de chevet lui prenant le nez dès l'ouverture de ses pupilles. C'était ça sa vie et pour le moment, il n'était pas prêt de l'échanger contre la vie du quadragénaire moyen, surtout pas celui dont il avait vécu la vie cette nuit ...

HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Markus Kasai
L'héritier de la flamme
L'héritier de la flamme
avatar

Surnom : Mark
Team : Alliance élémentaire
Pouvoir : Contrôleur du feu
Points de Puissance : 4 750 points
Points de Réputation : 6 000 points
Points du Membre : 49 points
Messages : 80

MessageSujet: Re: Mémoire à peu près vive | Feat Markus   Ven 21 Juil - 23:24

Ce vol plané effectué involontairement valut à notre petit héros une courte "sieste" à atterrissage. En effet, à cause de la force centrifuge qui prit possession de son corps et du choc sur le viel homme, Markus resta le yeux fermés pendant plusieurs minutes. Il fut réveillé par quelqu'un qui lui gueulait littéralement dessus : Drasur avait récupéré sa mémoire et hurlait sur le flamboyant comme quoi il n'était pas son beau-fils, qu'il devait tout cramer et qu'il c'étaient déjà vus à Pokéland.

Hein ? Beau-fils ? Cramer ? Et... On s'est déjà vu ? Peut-être que j'ai perdu un peu de mémoire, j'ai un mal de tête là... Vais me rendormir je crois.

Il ne se fit pas prier et retourna alors dans les bras de Morphée. Il émergea une vingtaine de minutes plus tard, avec cette fois toute sa mémoire et une sacrée haine envers un certain petit vieux.

AH ! BORDEL A CON ! MAIS OUI JE L'AVAIS DÉJÀ VU CE FOU A LUNETTES !

Il se retourna ensuite et regarda autour de luui, fou de rage et de tristesse à la fois : il cherchait Franz et voulait à tout prix déverser toute la haine qui s'accumulait en lui. Il ne tarda pas à le retrouver, quelques mètres plus loin, en dehors de la grange. Il semblait inconscient, et avait de la mousse blanche qui lui sortait de la bouche. Cela était totalement égal au blondinet, qui commença à le marteler de coups de poings dans la figure.

SALOPARD ! Tu as joué avec la mauvaise mémoire ce soir ! Bordel mais t'es vraiment une pourriture, tu m'as fais croire que j'avais une famille !!


Markus s'arrêta quelques instants, pour sécher les larmes qui coulaient sur ses joues et se remit à frapper Schnitzel de plus en plus fort.

UNE FAMILLE !! RACLURE, ALORS QUE JE SUIS ORPHELIN !! BORDEL A CON JE VAIS TE TUER !!!!

A force d'être frappé, le visage du vieux schnock commençait à ne ressembler à plus rien. Il était recouvert de sang et de bleus/hématomes. Markus commença à se calmer et à frapper moins fort quand il vu que Franz crachait du sang. Il voulait se venger, mais il n'était pas pour autant un meurtrier. Même si pour le coup, ça lui était égal que Schnitzel décède à cause de tous les coups reçus.

Le flamboyant s'écarta alors du vieux, calmé mais toujours énervé. Il marcha alors vers la sortie de la grange (celle avec une porte, pas celle créée avec le corps de Franz) et aperçu le chauve et l'autre ado. Il marcha jusqu'à lui et lui balança une bonne gifle des famille dans la joue.

Toi là, espèce de con, arrête de faire le beau avec ta moyenne de 17 ! Et ta "copine" si on peut appeler ça comme ça, elle t'aime pas ! Elle sort avec toi parce qu'elle a pitié !

Puis, il se tourna vers le chauve et lui balança la même gifle qu'à son fils.

Et vous là ! Putain mais changez le prénom de votre con de fils ! Bordel, il ne peut avoir qu'un Markus, et c'est moi, Markus Kasaï !!

Un peu plus calmé, le contrôleur du feu décida qu'il allait mettre son pouvoir à exécution comme le lui avait dit Drasur : il allait mettre le feu à cette grange pourrie. Il se précipita alors vers un des murs de planches, et concentra son énergie dans sa main gauche. Il sentit qu'une flamme se créait et bien vite tout le mur se mit à cramer. Markus pressa alors, loin de ce bâtiment en feu. C'est pas qu'il avait peur, mais il ne voulait pas qu'on le surprenne sur le fait. Il marchait désormais en plein sur la route, attendant que sa nuit se termine afin de s'éloigner à tout prix de cette vie pourrie que menait cet imbécile avec qui la mémoire avait été échangée.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mémoire à peu près vive | Feat Markus   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mémoire à peu près vive | Feat Markus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Le Palais National un symbole puissant dans la mémoire collective
» vive Chavez, vive Castro
» Le 30 mai 1431... Jeanne d'Arc est brulée vive à Rouen...
» Le Manoir Oublié

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dream Land Infinity RPG :: RP :: Deuxième Zone :: Vergessen-
Sauter vers: