AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Cécilia Loguen
Grande méchante louve
Grande méchante louve
avatar

Surnom : Lia
Pouvoir : Morpheuse Louve
Points de Réputation : 0 points
Messages : 41

MessageSujet: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Lun 20 Fév - 20:00

Et avec ceci ? Ce sera tout ?



De : Cassidy
A : Cécilia

Message reçu le 18 février 2017 à 19h42, du numéro 06…..96.
Bip. Coucou ma Lia ! Bon on ne s’est pas vues depuis…disons 12 heures. Tu te rends compte ? Il faut immédiatement remédier à cela. Tu me manques terriblement et j’ai des tonnes de choses à te raconter. Mac Do ce soir au centre-ville ?
Pour réécouter le message, faites le 1. Pour le sauvegarder, faites le 2. Pour le supprimer, faites le 3.
Je clique sur 2, parce que je garde toujours les messages de Cassidy. Je reste persuadée qu’un jour ils deviendront des perles rares tellement ils sont incroyables.
De : Cécilia
A : Cassidy

Rendez-vous 20h sortie du métro, bisous ma belle !


Je laisse tomber mon téléphone sur mon lit et tourne sur moi-même, excitée à l’idée de voir ma meilleure amie. Dandinant du derrière, j’allume rapidement ma chaine hi-fi et met le CD de Starmania (ne me jugez pas). Chantant à tue-tête les paroles, je monte le son et me détend sous la douche, ne trainant pas trop puisque je n’ai pas toute la nuit.

En serviette de bain, je me pose les questions existentielles de l’univers des filles telles que : « Qu’est-ce-que je me mets ? », ou encore « Mon dieu, je n’ai rien à me mettre ! ».
Plantée devant mon armoire, je détaille mes vêtements un à un, les sélectionnant comme s’ils passaient le casting de leur vie. A ce rythme-là, aucun d’entre eux ne va être sélectionné. Pauvres vêtements qui étaient si motivés pour le rôle…Tant pis. Le monde est parfois cruel.
Je soupire d’agacement, et, entre deux robes qui me semblent tellement immondes que je me demande si je ne les ai pas achetées quand j’étais bourrée, je remarque la perle rare. Le vêtement qui se détache du lot, celui qui se fait remarquer. Celui pour lequel on dit « Woah, c’est lui qu’il me faut. Vous êtes engagé ! »

L’ensemble conviendra donc pour ce soir : un chemisier saumon rentré dans un slim noir taille haute, le tout avec des bottines plates noires. Je décide de remonter mes cheveux en queue de cheval, et d’enfiler une veste noire pour ne pas avoir froid : me voilà prête à sortir.

Vingt minutes plus tard, je suis sur le lieu de rendez-vous. Cassy n’est pas là, j’ai l’habitude, elle est toujours en retard, et moi, je suis toujours en avance. Elle arrive donc à 20h15, essoufflée, me racontant le périple de sa vie.
L’excuse pour cette fois ? Elle a failli se faire renverser en voiture, puis un chat noir est passé devant elle et elle a frôlé l’arrêt cardiaque, avant de se retrouver dans le métro qui s’est bloqué.


-Rien que ça ? Cassidy, tu me surprendras toujours.


-Ne m’en parles pas, j’ai vu ma vie défiler sous mes yeux. Bon, et si on allait manger ? J’ai une faim de loup moi !
Dit-elle avec un sourire malicieux.


Je la regarde en espérant que mes yeux pourront la faire taire. Elle me sort cette phrase à chaque fois pour me taquiner, et la plupart du temps je ne parviens pas à manger grand-chose, trop obnubilée par la nuit qui m’attend avec les loups souhaitant faire de moi leur plat principal. « J’ai une faim de loup », ah ahah, très intelligent !
Mais c’est différent, depuis quelques temps. Et j’avoue que cela me fait du bien, de ne plus ressentir de peur et d’angoisse lorsque j’entends le mot « loup ».

Nous pénétrons dans l’enceinte du bâtiment et nous passons commande aux bornes, trouvant cela très attractif de taper sur un écran bourré de microbes qui n’attendant qu’une chose : visiter notre petit corps et pourquoi pas nous clouer au lit avec un bon état grippal ! Mais bon, pour le moment, on mange à Mc Donald’s, alors on pensera aux conséquences de nos actes quand il sera trop tard, c’est-à-dire après le repas.
Pour ma part, je prends un Ice-tea, des nuggets (six cette fois-ci, j’essaie de faire attention à ce que je mange !), des potatoes et la sauce barbecue.

Après avoir récupéré nos commandes, nous nous installons au deuxième étage, puis qu’étonnement, tous les niçois ont décidé de venir manger à ce Mc Donald’s en même temps que nous. Quand je vous dis que nous sommes maudites.
Une fois installée, j’ouvre en premier ma boite de nuggets et je commence à les compter. 1, 2, 3, 4, 5…5 ? Il est censé y en avoir six et ce n’est pas la première fois que cela arrive. Cassidy comprend de suite, elle sait que je compte toujours mes nuggets parce que j’ai peur qu’il en manque. Je referme ma boite de nuggets et me lève en faisant grincer ma chaise.
Décidée à récupérer mon nugget, je me présente au comptoir après avoir descendu les deux étages aux escaliers tournants.

Un jeune homme arrive devant moi, brun aux yeux noisette, assez grand, et -on ne va pas se mentir -très agréable à regarder. J’offre mon plus beau sourire et prend la parole.

-Bonsoir. J’ai commandé une boite de six nuggets et il n’y en a que cinq à l’intérieur. Pouvez-vous m’en rajouter un s’il vous plait ?
Codage par Libella sur Graphiorum, changement des couleurs par Cécilia


Dernière édition par Cécilia Loguen le Mer 22 Fév - 16:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sphinx
♥ Méchant & Papillon ♠
♥ Méchant & Papillon ♠
avatar

Surnom : Sphinx
Team : Général des Météors
Pouvoir : Morpheur Sphinx (papillon de nuit)
Points de Puissance : 44 500 Points
Points de Réputation : 57 500 points
Points du Membre : 833 points
Double Compte : Bébert
Messages : 651

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Lun 20 Fév - 20:01

Les nuits d'Henri étaient très agitées en ce moment. Pas dans le sens où il ne parvenait pas à dormir, ni dans celui où il partageait ses nuits avec des inconnues à la peau douce. Non, ses nuits étaient agités car il se passait pas mal de choses à Dreamland, surtout depuis qu'il était devenu général du groupuscule de Voyageurs révolutionnaires nommés météors. Il lui arrivait de plus en plus fréquemment de diriger des missions importantes pour le compte des météors et d'être responsable de la vie d'une dizaine de Voyageurs.

À seulement vingt-deux ans, le masqué n'en demandait pas tant. Il réalisait que c'était bien d'apprendre les stratégies et le commandement dans des bouquins japonais écrits par des sages mais que la réalité (si on pouvait considérer Dreamland comme étant réel) était toute autre. Être soldat lui avait été facile mais assurer le commandement d'une troupe était très difficile à gérer pour lui. Il dissimulait son inexpérience et son jeune âge derrière son masque et une certaine économie de mots mais cela ne suffisait pas à le rassurer sur sa légitimité à assumer cette position.

Et puis... Il y avait la trahison de Liam qui avait beaucoup pesé sur sa conscience. Il en voulait beaucoup à Silva et aux Juges, et son investissement au sein du groupe en pâtissait. Tout comme son moral, même lorsqu'il était réveillé, d'où son air taciturne alors qu'il prenait les commandes d'un énième niçois.

Car oui, Henri avait emménagé à Nice quelques semaines auparavant car vivre à Paris lui était devenu bien trop cher. Et bien que les prix de l'immobilier n'étaient pas des plus raisonnables près de la Côte d'Azur, cela restait bien plus abordable. Il avait trouvé une petite collocation avec deux jeunes étudiants, le temps de trouver un boulot qu'il avait fini par obtenir après une semaine de recherche intensive, au MacDo du centre-ville. Il envisageait donc, à présent, de chercher un appartement où il serait seul afin de ne plus avoir à supporter les retours nocturnes (voire matinaux) de ses colocataires, mais attendait que tout se tasse à Dreamland pour prendre une nouvelle décision importante dans le monde réel.

- Je voudrais un Maxi Best Of Big Mac, avec frite et coca, demandait un jeune homme qui semblait pressé.
- Et avec ceci ? Ce sera tout ? glissa le jeune homme afin de justifier du titre du RP.

Le jeune homme lui déclara que oui et alla attendre sa commande sur le côté, ses écouteurs de nouveau enfoncés dans les oreilles. Un énième client alla se bousculer devant Henri pour lui cracher sa commande, s'énervant lorsque le jeune homme lui demandait de répéter car il avait mal compris tel ou tel nom de sandwich. Faut dire que l'anglais de certains n'était pas au beau fixe et qu'un "Mac Chicken" pouvait facilement se transformer en "Maque Shicane", ce qui n'était pas très compréhensible lorsqu'on a une sévère migraine et que cela fait deux heures qu'on doit supporter une queue de malade...

- Tu devrais passer en salle, Henri.

L'alter-ego de Sphinx remercia vivement son manager. Passer en salle équivalait à une pause durant les heures de pointe. Le manager, qui avait compris que le jeune homme pouvait être aussi explosif qu'efficace, essayait de limiter les facteurs de stress afin de ne pas avoir à le licencier trop rapidement (c'est que les formations ne sont pas données et que c'est bien plus rentable de garder un employé que de le licencier).

Le jeune homme alla donc s'occuper de sortir les poubelles et de passer le balais, histoire de montrer qu'il ne foutait pas rien et qu'il travaillait malgré tout. Puis, un peu calmé, il décida de retourner en caisse. Ce fut ce moment-là que choisit une cliente pour débarquer en déclarant avoir commandé une boîte de six nuggets et n'en avoir reçu que cinq. Elle semblait totalement dans son droit mais cela n'empêcha pas Henri d'être agacé, si bien qu'il ignora totalement le fait que la jeune femme était plutôt jolie et qu'il aurait bien aimé avoir des nuits agitées par sa faute.

- Qu'est-ce qui nous prouve que c'est pas vous qui l'avez mangé ? Si vous vouliez plus qu'une boîte de six nuggets, fallait en prendre neuf.

La pauvre Cécilia était arrivée au mauvais endroit, au mauvais moment. Heureusement, la voix intérieure du jeune homme lui susurra que le client était roi et qu'il avait intérêt à désamorcer la situation afin d'éviter de perdre son emploi en se prenant la tête avec la demoiselle puis en cassant une bouteille d'eau sur la tête de son manager.

- Veuillez m'excuser, je passe une soirée difficile. Vous avez tout à fait raison, il est intolérable que vous n'ayez eu que cinq portions alors que vous en avez acheté six. Je vais tout de suite vous en chercher une en cuisine.

Et il tendit la main afin d'attraper la boîte et de passer en cuisine pour qu'on la lui remplisse.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cécilia Loguen
Grande méchante louve
Grande méchante louve
avatar

Surnom : Lia
Pouvoir : Morpheuse Louve
Points de Réputation : 0 points
Messages : 41

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Lun 20 Fév - 20:08

- Qu'est-ce qui nous prouve que c'est pas vous qui l'avez mangé ? Si vous vouliez plus qu'une boîte de six nuggets, fallait en prendre neuf.


A l’entente de ses paroles, mon sang ne fit qu’un tour. Mon corps entier se raidit, et je sens la colère monter en moi à vitesse grand V. De quel droit se permet-il de me répondre ? Non, plutôt, de quel droit me traite-t’il de menteuse ? Mes poings se serrent tellement qu’ils manquent de réduire la boite des cinq misérables nuggets en pâté pour chat. Sentant le rouge me monter aux joues, je décide de prendre une grande inspiration pour répondre la chose la plus intelligente possible et bien lui clouer le bec, à ce serveur de chez Mc Donald’s. J’ouvre ma bouche, levant la boite de nuggets pour lui rappeler que nous parlons de mes nuggets que j’ai payés avec mes sous.

Seulement, au moment où j’allais lui répondre avec une telle répartie qu’il allait sûrement mourir de honte, il reprend la parole, visiblement plus détendu qu’auparavant.


- Veuillez m'excuser, je passe une soirée difficile. Vous avez tout à fait raison, il est intolérable que vous n'ayez eu que cinq portions alors que vous en avez acheté six. Je vais tout de suite vous en chercher une en cuisine.


Cette fois, c’est l’incompréhension qui me prend. Il ne serait pas du genre lunatique celui-là ? Je hausse un sourcil, ce qu’il m’a dit est rentré par une oreille et est sorti par l’autre (oui, je me vexe assez facilement). La colère qui m’habitait jusqu’à présent s’est légèrement calmée, mais je sens que je ne vais pas pouvoir me taire. J’ai été frustrée, et je n’aime pas quand on me coupe alors que j’allais prendre la parole. Lorsqu’il tend la main afin d’attraper la boite, je fais exprès de croiser mes bras et un sourire narquois apparait au coin de mes lèvres. C’est ce moment précis que Cassy choisit pour débarquer.


-Lia mais qu’est-ce-que tu fais depuis tout à l’heure ? Mon hamburger va être froid et j’ai fini mon Coca cherry à force de t’attendre, résultat je me suis noyé l’estomac…


Je laisse échapper un rire et je la regarde, son verre de Coca light à la main. Il me tarde de lui raconter la fabuleuse histoire du serveur qui a failli ne pas vouloir me rendre mon nugget. Cassy comprend vite qu’il s’agit de mes nuggets puisque son regard varie de ma boite de nuggets à moi, puis au serveur. Je décroise mes bras et commence à faire de petits gestes, préparant ma prise de parole.


-Et bien, vois-tu, ce jeune serveur m’a traité de menteuse, en avançant que j’ai mangé le sixième. Parce que tu vois, je n’ai que ça à faire de manger un nugget, et de descendre les deux étages pour aller me plaindre qu’il en manque un. Donc selon ce même serveur, j’aurais dû prendre une boite de neuf si je voulais avoir mon sixième nugget. Ensuite, il s’est excusé et il m’a dit qu’il allait le rapporter pour me donner mon fameux nugget. Mais, tu me connais, malheureusement pour lui, son discours est rentré par une oreille et sorti par l’autre.


Je lance enfin un regard malicieux au serveur, guettant sa réaction. Derrière lui, j’aperçois un homme d’une trentaine d’années qui, je le crains, est le supérieur du pauvre serveur. Je perds un peu mon sourire : j’aime faire l’intéressante mais je n’ai pas voulu qu’il se fasse virer. Avant même que je n’ai pu dire quelque chose pour rattraper ma gourde, le patron chuchote quelque chose à l’oreille du serveur. Je me recule, surprise de la tournure des événements et légèrement gênée.
Les deux jeunes hommes s’en vont et je déglutis légèrement. Bon, j’avoue que j’ai merdé. Il s’est excusé et j’ai fait comme si ce n’était pas le cas, je peux être une vraie fourbe quand je m’y mets. Non, je dirais plutôt une petite peste. Cassidy me jette un regard rempli de reproches, et je sais déjà qu’elle va me dire que j’ai abusé. Je décide de laisser tomber l’histoire des nuggets et de remonter finir mon repas, j’irais régler le problème après avoir terminé de manger, sinon ma meilleure amie va râler parce que son repas est froid.

Une fois nos ventres pleins, je dis à Cassidy qu’elle peut rentrer chez elle parce que je vais essayer de rattraper mon coup auprès du serveur et du patron qui avait l’air plutôt énervé. J’espère qu’il ne s’est pas fait virer, et si c’est le cas, j’espère qu’il va le reprendre, parce que je m’en voudrais vraiment sinon. Une fois à l’accueil, je cherche du regard le serveur mais je ne le vois pas. Légèrement stressée à l’idée qu’il soit déjà parti, je pince mes lèvres et tripote nerveusement mon bracelet. Je demande à un autre serveur si le patron est là, il me dit qu’il est parti il y a dix minutes. Mince. J’aurais dû y aller avant de manger.

Dépitée, je sors du fast-food et je me dirige vers le métro. En marchant, je crois reconnaitre le serveur, pas loin de l’entrée du Mc Donald’s. Je m’arrête, hésitante. Je commence à me diriger vers lui, mais je suis vraiment mal à l’aise, alors je fais demi-tour. Je perds de manière ridicule mon courage, mais je me ressaisis vite. Allez Lia, tu as merdé, il faut que tu ailles t’excuser.
Une fois devant lui, je toussote légèrement pour qu’il lève la tête.


-Hum, salut ! Je voulais m’excuser pour tout à l’heure, j’ai vraiment merdé. Je suis un peu rancunière et j’ai vraiment fait ma peste. Il ne t’a pas viré, j’espère ?


Je m’autorise à respirer à nouveau normalement, gardant quand-même une petite boule au ventre. Moi qui suis souvent à l’aise avec les gens, ce n’est pas le cas ici. Ma fierté en prend un coup, mais j’assume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sphinx
♥ Méchant & Papillon ♠
♥ Méchant & Papillon ♠
avatar

Surnom : Sphinx
Team : Général des Météors
Pouvoir : Morpheur Sphinx (papillon de nuit)
Points de Puissance : 44 500 Points
Points de Réputation : 57 500 points
Points du Membre : 833 points
Double Compte : Bébert
Messages : 651

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Lun 20 Fév - 20:09

La situation prenait une tournure vraiment mauvaise. La cliente n'avait pas été conquise par le changement de ton du jeune homme et refusait de coopérer. Elle croisait les bras et le regardait avec un sourire narquois sur les lèvres, alors qu'elle semblait très en colère quelques minutes plus tôt.

* Aïe, ça sent pas bon... *

Pour ne rien arranger à la situation, une fille du même âge se ramena et commença à lui parler, donnant l'occasion à la cliente outragée de se donner en spectacle. Ce qui n'échappa, hélas, pas au manager qui s'approcha de Henri afin de lui glisser quelques mots à l'oreille.

- Je t'accorde une pause et c'est ainsi que tu me récompenses ? Suis-moi.

Henri s'éloigne avec le manager tandis qu'une de ses collègues s'approche du comptoir pour satisfaire la cliente à sa place. Cependant, la jeune femme s'éclipse avec son amie et la collègue de Henri se retrouve donc à servir un vieil homme un peu paumé qui a du mal à faire son choix.

Le manager rejoint Henri au niveau du coin fumeur et ferme la porte derrière-lui.

- Ecoute, Henri, si tu veux réussir dans le monde du travail, il faut vraiment que t'apprenne à laisser ton cynisme sur le pas de ta porte. Ici, la réputation de l'entreprise a bien plus d'importance que ton ego de merde. Alors soit tu te lèves le matin avec le désir de satisfaire les moindres désirs de nos clients, soit tu ne franchiras le pas de cette porte que pour commander des frites et des Big Mac, t'as compris ?

Le jeune homme se contenta de hocher la tête, l'air dépité. Il s'en voulait de s'être comporté de cette façon alors que son manager avait tout fait pour le préserver et lui donner l'occasion d'évacuer son agacement croissant. À peine sorti de sa pause, le voilà qui remballe une cliente...

- Maintenant, rentre chez toi et réfléchis-y. Et estime-toi heureux de ne pas être licencié et qu'une autre hôtesse d'accueil rattrape tes conneries.

Le profil bas et le moral dans les chaussettes, le jeune homme resta là où il était tandis que le manager rentrait de nouveau à l'intérieur. À quoi bon rentrer maintenant ? Si ses nuits à Dreamland avaient été plus intéressantes, il n'aurait eu aucun problème à se coucher plus tôt, mais ce n'était pas le cas. Son existence onirique était plutôt bof et celle dans le monde réel commençait également à se révéler plutôt triste.

Il se ressaisit, s'obligeant à regarder la situation avec un regard externe. Il avait merdé sur ce coup-là et devait en assumer les conséquences. Si, à l'avenir, il se montrait irréprochable, il n'aurait plus de soucis avec son manager et conserverait son boulot.

Comme pour le récompenser de ses pensées positives, la cliente de toute à l'heure débarqua, manifestant sa présence par un petit toussotement assez amusant. Elle s'excusait pour son comportement et lui déclarait espérer que son patron ne l'avait pas viré. Henri trouva la sollicitude de la jeune femme plutôt touchante : ce n'était pas tout le monde qui se serait excusé, d'autant plus qu'elle n'était pas dans son tort même si elle avait peut-être un peu trop profité de la situation.

De près, éclairée par la lumière tamisée du lampadaire, elle était plutôt jolie. Son visage ovale était encadré par une chevelure brune plutôt bien entretenue et ses lèvres dévoilaient des dents aussi brillantes que des perles à chaque fois qu'elle ouvrait la bouche pour parler. Une de ses mèches lui dissimulait l'œil droit et Henri mourut d'envie d'approcher sa main pour la lui replacer. Il trouva plus prudent de se contenter de lui répondre.

- Ne vous... pardon, ne t'excuse pas, voyons. C'est moi qui ais merdé et c'est normal que vous ayez réagi comme ça. Quant à mon boulot, eh bien mon patron s'est contenté de me sermonner et seul mon ego en a pris un coup.

Henri eut alors une idée : de quoi égayer la suite de sa soirée. Il n'était pas bien tard après tout.

- Que diriez-vous... ahem, que dirais-tu que je t'offre un verre dans un bar au coin de la rue ? Ce n'est pas bien loin et il est pas bien tard, on pourrait fêter la conservation de mon boulot et nos excuses mutuelles ? À moins que votre amie ne vous attende...

Bon, elle ne le connaissait pas et n'était qu'une cliente. Il serait donc normal qu'elle refuse poliment son invitation, d'autant qu'elle pouvait paraître un brin étrange. Peut-être que la jeune femme aurait l'impression qu'il la draguait, alors que ce n'était pas du tout le cas.

Enfin, pas totalement le cas, disons. Il préférait passer du temps avec une personne à l'attitude amicale plutôt que de retrouver ses deux collocs ou Dreamland. S'il pouvait se faire une amie de plus dans cette ville plutôt nouvelle pour lui, ce serait cool, d'autant plus que ça lui permettrait de découvrir son cercle d'amis et d'avoir des gens avec qui sortir.

Et si elle voulait devenir un peu plus qu'une amie, ou une amie assez intime... Eh bien, elle était plutôt bien faite de sa personne et avait l'air d'être une personne assez fière pour que cela intéresse Henri. Du temps où il était un grand coureur de jupons, il avait toujours aimé les brunes passionnées et fières.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cécilia Loguen
Grande méchante louve
Grande méchante louve
avatar

Surnom : Lia
Pouvoir : Morpheuse Louve
Points de Réputation : 0 points
Messages : 41

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Lun 20 Fév - 20:51


Je relevais les yeux pour la première fois depuis que j’étais appuyée sur ce poteau. Le sol me paraissait très intéressant, mais je me dois de le regarder, sinon je ne paraitrais pas crédible avec mes excuses. Mon regard croise le sien, il me regarde. Non, il me détaille. Moment gênant où tu ne sais pas vraiment quoi faire. Lorsqu’il prend la parole, je retiens ma respiration, ayant peur de me prendre les foudres de sa colère en pleine face, chose que j’aurais amplement mérité.


- Ne vous... pardon, ne t'excuse pas, voyons. C'est moi qui ais merdé et c'est normal que vous ayez réagi comme ça. Quant à mon boulot, eh bien mon patron s'est contenté de me sermonner et seul mon ego en a pris un coup.


J’émets un léger rire, son hésitation à me tutoyer est définitivement attendrissante. Je perds le peu d’angoisse qu’il me restait de me détends totalement, arrêtant ainsi de triturer nerveusement mon bracelet. Il ne s’est pas fait virer, ouf. C’est bien la première fois que quelqu’un me dit que ma réaction est normale. Je ne sais pas si je dois bien le prendre, parce que je n’aime pas quand j’agis comme cela, mais cette facette de ma personnalité fait partie de moi, ça veut dire qu’il accepte les défauts des gens. Un bon point. Je remets une mèche de cheveu en place, parce qu’elle me cachait la vue, et lorsque j’allais prendre la parole, il me devance.


- Que diriez-vous...  ahem, que dirais-tu que je t'offre un verre dans un bar au coin de la rue ? Ce n'est pas bien loin et il est pas bien tard, on pourrait fêter la conservation de mon boulot et nos excuses mutuelles ? À moins que votre amie ne vous attende...


J’eus un léger hoquet de surprise. Mais qui est assez fou pour proposer un verre au vu des conditions dans lesquelles on s’est rencontrés, et surtout quand on regarde le premier échange que l’on a eu, qui n’était pas des plus cordiaux. Soudain, les autres poteaux à sa gauche et à sa droite deviennent très intéressants. Leur couleur dans la nuit les rend plus majestueux, la lune se reflète dessus…Lia. Il faut arrêter de faire la gamine. Je commence à réfléchir ce que je pourrais répondre, sauf que je ne sais même pas si je veux aller voire un verre ou si je veux rentrer chez moi. Je trouve enfin le courage de le regarder dans les yeux dont la couleur noisette ressort avec l’éclairage de la lune. Je décide de me lancer, parce que sinon il va vraiment être mal à l’aise, et j’estime l’avoir assez mis mal à l’aise pour la soirée.


-Hum, après tout je te dois bien un verre, avec tout ce que je t’ai fait endurer ! Non, j’ai demandé à mon amie de rentrer parce que je voulais réparer les dégâts, je pensais que ton patron allait te virer, et j’irais lui expliquer la situation quand je reviendrais au Mc Do la prochaine fois. Tu sais, j’ai aussi un job étudiant, alors je suis vraiment désolée pour ce que je t’ai fait…


Je mords ma joue intérieure en me maudissant, Cécilia, tu parles trop ! Comme d’habitude, tu ne sais pas t’arrêter. Quelle sotte. Je soupire légèrement et je décide de commencer à marcher vers le bar, que je connais plus que bien : j’y passe mes week-ends dans ce bar. Il n’y en a qu’un au bout de cette rue, alors je ne pense pas me tromper. Heureusement qu’il fait nuit et qu’il ne peut pas me voir très bien dans le reflet de la lune, parce que je me taperais sérieusement la honte sinon.
Une fois arrivés au bar, je pousse la porte d’entrée, et je vais m’installer au comptoir, gardant une place au serveur. D’ailleurs, je ne sais même pas comment il s’appelle.
De toute façon, je ne fais rien de mal, c’est vrai, c’est juste pour faire connaissance. Et pour me faire pardonner, aussi. Je commande un verre de rosé, j’adore le rosé. Je me retourne alors vers l’inconnu qui a subi mes foudres quelques heures avant, le sourire aux lèvres.


-Qu’est-ce-que tu veux à boire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sphinx
♥ Méchant & Papillon ♠
♥ Méchant & Papillon ♠
avatar

Surnom : Sphinx
Team : Général des Météors
Pouvoir : Morpheur Sphinx (papillon de nuit)
Points de Puissance : 44 500 Points
Points de Réputation : 57 500 points
Points du Membre : 833 points
Double Compte : Bébert
Messages : 651

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Lun 20 Fév - 20:52

Henri avait presque oublié tous ses problèmes tant la situation lui semblait irréelle. La jeune femme avait renouvelée ses excuses et avait accepté sa proposition d'aller boire un verre en déclarant qu'elle lui devait bien ça après l'avoir mis dans une sale situation. Elle lui expliqua qu'elle comptait repartir au Mcdo afin d'exposer à son manager une nouvelle version des faits puis se mit à marcher en direction du bar.

Henri se mit également à marcher, soutenant son allure pour rester à son niveau.

- Je suis touché par ta gentillesse mais ce n'est pas la peine d'en parler à mon manager, cela m'apprendra à mieux traiter mes clients.

Il n'ajouta rien, ne sachant pas trop quoi dire. Il avait l'impression que s'il la remerciait d'avoir accepté son invitation, la jeune femme allait réaliser l'incongru de la situation et se raviser. Il savourait donc sa chance et se taisait, un sourire niais aux lèvres. Marcher aux côtés d'une jeune femme plutôt jolie, qu'il venait de rencontrer et dans une ville où il ne connaissait bien que deux personnes, était vraiment très agréable.

Ils arrivèrent devant le bar et le jeune homme laissa passer sa compagne en première. Comme si elle était une habituée des lieux, elle se précipita vers le comptoir et commanda un verre de rosé. Puis, elle lui demanda ce qu'il voulait.

- Un petit verre de blanc, s'il te plaît. Puis-je t'offrir ton verre ou préfères-tu qu'on partage les frais ?

Le barman ne tarde pas à leur apporter leurs verres et Henri y trempe ses lèvres : c'est pas le meilleur blanc qu'il ait bu mais la boisson garde un arôme intéressant qui ravit son palais, surtout après une journée aussi longue.

- Par contre, j'ai pas encore mangé donc je vais éviter de trop boire, ahah. J'évite de manger là où je travaille, puis MacDonalds n'est franchement pas l'un de mes restaurants favoris. Au fait, je ne connais même pas ton prénom ! Je m'appelle Henri et toi ?

Il attendit tranquillement sa réponse, sirotant son verre de blanc. Généralement, il évitait de boire de l'alcool mais s'était laissé tenter par la jeune femme. Et puis, même s'il était du genre un peu radin, il ne voulait pas lui donner une mauvaise opinion de lui d'où sa proposition de lui offrir le verre. Après tout, en achetant sa boîte de nuggets, c'était un peu elle qui lui versait indirectement son salaire.

- Tu connais quelques bonnes adresses où bien manger pour pas trop cher ? Je commence à en avoir un peu marre de subir ma propre cuisine !

Il laissa échapper un petit rire. La soirée était passée de triste à excellente et il commençait à apprécier Nice et ses habitantes.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cécilia Loguen
Grande méchante louve
Grande méchante louve
avatar

Surnom : Lia
Pouvoir : Morpheuse Louve
Points de Réputation : 0 points
Messages : 41

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Lun 20 Fév - 20:54

- Un petit verre de blanc, s'il te plaît. Puis-je t'offrir ou préfères-tu qu'on partage les frais ?


Je souris légèrement en entendant son offre. Il est galant, c’est un autre bon point. Balançant le pour et le contre, je mordille mes lèvres et tapote légèrement le bois du comptoir qui s’étend sur plusieurs mètres devant nous. Réflexion faite, je plante mon regard dans le sien et annonce mon choix fatidique.


-Merci pour ta proposition, mais je préfère t’offrir ce verre, si ça ne te dérange pas. Comme ça, je me serais définitivement faite pardonner ! Et puis, si tu y tiens, tu pourras m’offrir un autre verre après celui-ci, ou même un autre jour…


Me rendant compte de ce que je suis en train de dire, je me ressaisis vite et tente de rattraper ma gourde monumentale tant bien que mal.


-Enfin c’est comme tu veux hein, si tu veux qu’on se revoie, cela sera avec plaisir, mais sinon…sinon cela sera très bien aussi !


Pathétique. J’ai pitié de moi-même. J’ai définitivement un problème. Pourquoi je suis mal à l’aise alors que je ne suis pas censée l’être ? C’est de sa faute…il m’intimide. Je soupire légèrement, agacée par mon manque de maturité et honteuse de montrer cette facette de ma personnalité que je n’aime pas forcément et qui me fait monter le rouge aux joues.
Ensuite, comme s’il avait compris mon malaise, il reprend la parole, et me donne son prénom : Henri. Original, j’aime bien. Il me demande automatiquement le mien, et je me remets légèrement en place sur ma chaise, essayant de me détendre du mieux que je peux en buvant une gorgée de mon rosé.


- Enchantée Henri, je m’appelle Cécilia, mais je préfère que tu m’appelles Lia. Je m’excuse, cette fois-ci pour ma façon d’agir, je suis totalement ridicule et j’espère que je ne fais pas trop flipper. Quel âge as-tu ?


Après tout, le ridicule ne tue pas. Et il vaut mieux dire les choses, de toute façon, que je lui dise ou pas, il le sait que je suis mal à l’aise. Alors, qu’est-ce-que cela change ? J’attends patiemment sa réponse, buvant une autre gorgée de mon rosé qui est plutôt bon. Pour la première fois depuis que je suis arrivée, j’observe les alentours et je remarque que le bar est rempli à moitié, ce qui est plutôt inhabituel pour un samedi soir à Nice. Je fronce légèrement les sourcils et reporte mon attention sur Henri lorsqu’il me demande des conseils pour manger bien, mais pas trop cher. Je laisse échapper un léger rire et hausse les épaules en buvant mon rosé, tout en gardant mon regard ancré au sien.


-Tu es à Nice ici, quad tu dis « pas trop cher », tu entends quoi par-là ? D’ailleurs, tu viens d’où ? Je suis niçoise de base, alors je connais assez bien les alentours, je te filerais les bons plans si tu veux ! Mais comme le tuyau viendra de moi et que je te sauverais la vie, tu devras en choisir un parmi la liste, et m’inviter un soir. Marché conclu ?


J’affiche mon plus beau sourire de petit ange. Cette tête, tous mes proches la connaissent. Cassidy, elle, y a droit à peu près toutes les semaines, quand je veux qu’elle fasse quelque chose pour moi.
Mes parents, eux, y avaient droit quand je faisais des petits caprices de gosse de riche, caprices qu’ils ne laissaient jamais passer, c’est pourquoi j’ai conscience de la valeur des choses aujourd’hui. Mes parents, ils me manquent. Lorsque je repense à ce qu’il leur est arrivé, la tristesse me gagne. Je sens mon visage changer d’expression, et je préfère éviter les questions concernant mon changement d’état de la part de mon interlocuteur, alors je reprends mon sourire angélique et je le regarde, espérant une réponse positive de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sphinx
♥ Méchant & Papillon ♠
♥ Méchant & Papillon ♠
avatar

Surnom : Sphinx
Team : Général des Météors
Pouvoir : Morpheur Sphinx (papillon de nuit)
Points de Puissance : 44 500 Points
Points de Réputation : 57 500 points
Points du Membre : 833 points
Double Compte : Bébert
Messages : 651

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Mar 21 Fév - 17:16

Célicia… Un prénom pas bien commun. Elle s’était excusée de son comportement et Henri avait trouvé ça plutôt attendrissant. Elle ne semblait pas déborder de confiance en elle et le brun trouvait cette sorte de fragilité plutôt touchante. D’autant plus que la jeune femme ne manquait pas de courage puisqu’elle osait lui en parler plutôt que de tenter de noyer le poisson.

Mentalement, Henri épingla la proposition faite maladroitement par la jeune femme. Oui, il comptait bien lui offrir un autre verre, un autre jour : ne serait-ce que pour le plaisir de se plonger à nouveau dans ces délicates pupilles couleur noisette, tout en évitant les regards discrets destinés à la poitrine de la jeune femme. Du peu qu’il avait eu l’occasion de voir lorsqu’elle avait cessé de regarder Henri pour attraper son verre, elle avait de quoi troubler le sommeil de beaucoup de jeunes adolescents.

* Mais ce genre de beauté n’est pas pour les prépubères, pas de chance pour vous les gars ! * fanfaronna-t-il en pensée alors que l’image de Joy venait à son esprit.

Lorsqu’il était ado, Henri avait toujours regardé les jeunes femmes avec envie. Puis, plus âgé, il en avait fait chavirer plus d’une du mauvais côté de l’Amour, leur apprenant à se méfier des beaux parleurs et des séducteurs : ce qu’était alors Henri. Mais cela faisait maintenant un peu plus d’un an qu’il avait changé et n’avait quasiment plus eu de contact avec le sexe opposé, au point d’avoir presque l’impression de retrouver sa virginité.

Assis en face de la jeune femme, Henri s’efforça de croiser les jambes afin de dissimuler les conséquences de toutes ses pensées de « presque-puceau ». S’obligeant à ne pas fantasmer sur comment pourrait finir la soirée s’il se laissait aller et que la jeune femme était du genre entreprenante, il s’efforça de se concentrer sur la jeune femme.

- Excuse-moi, j’étais perdu dans mes pensées : l’alcool me rend tête en l’air. Tu m’as demandé mon âge, c’est ça ? Eh bien j’ai 22 ans, et toi ? Pitié, dis-moi que tu n’as pas 15 ans, je détesterais aller en prison pour avoir permis à une mineure de boire en ma compagnie !

Petite technique de séduction afin de ne pas passer pour un trou du cul qui ne fait pas attention à ce qu’elle dit, lorsqu’elle vous prend en flagrant délit de rêverie, faites-la rire ! Bien sûr, cette technique est moins efficace si vous êtes comptable ou si vous êtes resté taciturne toute la soirée.

Une fois qu’elle a répondu, Henri lui demande si elle n’a pas des bons plans sur Nice, niveau restauration. La jeune femme laisse échapper un léger rire (qu’est-ce que je vous disais, les gars !) et lui demande ce qu’il entend par pas cher et lui propose de lui filer des bons plans, en échange d’une invitation de sa part, un de ces soirs. Eh bien ! Voilà qui plaît grandement au jeune homme qui se retient de sourire triomphalement.

- Eh bien, je te dois un verre donc j’suppose que j’ai pas trop le choix, ahaha. (Toujours se montrer hésitant, afin de continuer à faire mariner et douter la jeune femme. Cela ne marche pas avec toutes les femmes, mais certaines finissent par devenir plus que de bonnes copines !) Sinon, par pas cher, j’entendais « restaurants qui ne ruineraient pas le maigre salaire d’un mec bossant au Macdo », ahah.

Et voilà, Henri est trop fier de sa tirade. Puis, il se rend compte de ce qu’il est en train de faire et débat silencieusement avec sa conscience pour se prouver qu’il n’est pas en train de tenter de la séduire et que, même si c’était le cas, il ne lui briserait pas le cœur comme tant d’autres filles par le passé.

Il avait changé !

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cécilia Loguen
Grande méchante louve
Grande méchante louve
avatar

Surnom : Lia
Pouvoir : Morpheuse Louve
Points de Réputation : 0 points
Messages : 41

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Mar 21 Fév - 23:50



- Excuse-moi, j’étais perdu dans mes pensées : l’alcool me rend tête en l’air. Tu m’as demandé mon âge, c’est ça ? Eh bien j’ai 22 ans, et toi ? Pitié, dis-moi que tu n’as pas 15 ans, je détesterais aller en prison pour avoir permis à une mineure de boire en ma compagnie !


Je laisse échapper un léger rire, j'avoue qu'il est plutôt drôle. L'alcool le rend tête en l'air ? Cela promet des révélations intéressantes pour la suite de la soirée. 22 ans, c'est parfait tout ça, ni trop jeune, ni trop vieux...mais qu'est-ce-que je raconte moi? Cécilia, tu t'es promis de ne plus accorder ta confiance aussi facilement.
Finissant mon verre de rosé, je le repose et soupire doucement en secouant la tête de gauche à droite en repensant à ses paroles.


-J'ai 20 ans, tu penses que c'est trop jeune ? Dis-je en rigolant doucement.


Une fois qu'il m'a demandé des informations sur Nice et que je lui ai répondu, je me détends un peu plus, les premiers effets de l'alcool faisant leur apparition. Je commence à apprécier cette soirée et je réalise que demain matin je commence à neuf heures à la boulangerie. Je soupire donc, manquant de courage à l'idée de me lever aux aurores afin d'aller travailler. Sans que je ne m'y attende, mon interlocuteur reprend la parole.


- Eh bien, je te dois un verre donc j’suppose que j’ai pas trop le choix, ahaha. Sinon, par pas cher, j’entendais « restaurants qui ne ruineraient pas le maigre salaire d’un mec bossant au Macdo ».


Mes lèvre s'étirent en un sourire, au diable le réveil à six heures cinquante qui m'attend diaboliquement. Il se fait passer pour un faible, et surtout il donne l'impression d'être forcé. Cramé Oui, j'ai reconnu sa tactique. Je pense qu'il me drague, mais je n'en suis pas sûre. En fait, je doute souvent, donc je ne vais pas prendre de risques et ne pas lancer le sujet.

Me rendant compte que mon verre est vide, je constate que je l'ai peut-être bu un peu vite, et j'ai encore soif. J'ai toujours soif, en fait. Je regarde soudainement mon verre, mais reporte vite mon attention sur Henri, qui, je l'avoue, m'intrigue et me plait assez.
Je suis partagée entre ma bonne humeur, et ma hantise. Je me suis promise de ne plus me laisser berner, et j'ai l'impression que je ne peux rien faire face à ce bonheur qui m'envahit alors que je le connais depuis quelques minutes. Je dois me ressaisir, rester polie, mais ne pas me laisser avoir. S'il faut, il est comme mon ex, un manipulateur qui va se servir de moi comme si je n'étais qu'un pantin. Alors il ne faut pas que j'oublie ce que j'ai vécu, ce qui m'a rendu plus forte.


-Je suis sûre que cette idée te plait bien plus que tu ne le laisses paraitre, Henri.


J'avais prononcé son prénom de manière appuyée avant de laisser mes lèvres s'étirer en un sourire qui, je l'avoue, est légèrement charmeur. Bon, je dois dire que la situation ne me déplait pas et que je  trouve cette entrevue plutôt amusante. J'ai envie de voir où cette soirée va me mener, rester prudente, mais ne pas se mettre de barrières inutiles. Je n'ai pas envie de passer pour une fille débutante, quand-même.


-Sinon, concernant les restaurants, je vais te donner quelques noms, mais je garde les meilleurs secrets pour l'instant. Comme ça, ça t'obligera à me revoir.


Je me permets un léger clin d'oeil qui n'a pas trop de sous-entendus, et je me rends compte que je m'amuse peut-être un peu trop. On va mettre ça sur le compte de l'alcool. Fichu rosé.
Au bout d'un certain temps, je réalise que je ne sais rien de lui à part son nom, son âge et le fait qu'il travaille au Mc Donald's. Intriguée et curieuse de nature, je décide de remédier à ce manque évident d'informations. Et puis, j'ai envie de le connaitre. Alors je me lance, le plus naturellement du monde, plantant mon regard dans le sien.

-Sinon, tu fais des études de quoi ? Et quelles sont tes passions ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sphinx
♥ Méchant & Papillon ♠
♥ Méchant & Papillon ♠
avatar

Surnom : Sphinx
Team : Général des Météors
Pouvoir : Morpheur Sphinx (papillon de nuit)
Points de Puissance : 44 500 Points
Points de Réputation : 57 500 points
Points du Membre : 833 points
Double Compte : Bébert
Messages : 651

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Jeu 23 Fév - 17:59

Elle essayait de le percer à jour avec son « Je suis sûr que… » et Henri s’efforça de ne pas manifester de réaction, continuant de sourire. Ils jouaient au jeu du chat et de la souris et c’était parfait comme ça : cela les amusait tous deux. Le jeune homme comptait continuer ce petit jeu de séduction pendant longtemps encore, afin d’en savoir plus sur cette jeune femme tout en évitant de s’engager.

Il ne se sentait pas prêt à avoir une relation sérieuse avec quiconque, d’un autre côté il mourrait d’envie de la revoir. Il ne voulait pas faire du mal à quiconque et abuser des sentiments d’une jeune femme, mais se désespérait de ne pouvoir jeter un coup d’œil à ses seins sans qu’elle s’en aperçoive, et avait des sueurs de l’imaginer nue, sous lui.

Beaucoup trop de paradoxes pour qu’il soit totalement à l’aise et plus la soirée avançait, plus la jeune femme lui plaisait et plus il buvait son verre lentement afin de ne pas avoir à en reprendre un autre et de ne pas se faire guider par le jugement erroné de l’alcool.

Elle continue de jouer avec lui, lui déclarant qu’elle compte l’obliger à la revoir avant de ponctuer sa remarque avec un clin d’œil. Le jeune homme encaisse alors qu’une image de Cécilia nue flotte de nouveau devant ses yeux, créant une bosse quelque part. Putain ! Elle aurait pu éviter les sous-entendus scabreux…

Elle se décide à lui poser des questions d’ordre plus personnel, afin d’en savoir plus sur lui. Le jeune homme décide de jouer la carte de la transparence.

- Je ne fais plus d’études et mon travail à MacDo n’est pas un emploi étudiant mais permanent. Pour être totalement honnête, je n’ai plus mes parents et n’ai donc plus assez d’argent pour pouvoir payer un loyer et poursuivre mes études. Et puis, j’étais dans une fac de lettres modernes donc, à part faire prof de lettres, je n’aurais pas eu des masses de débouchés. Sinon, niveau passion, j’adore la lecture mais surtout la poésie, mais également boire en la compagnie de jolies jeunes femmes.

Il ponctua sa dernière tirade avec un clin d’œil.

- Et toi, ce sont quoi les passe-temps qui te font fondre, lorsque tu ne viens pas te plaindre d’avoir des nuggets en trop ?

Il laissa échapper un rire de bon cœur, maintenant très amusé des circonstances de leur rencontre. Peut-être que ne mettre que cing nuggets dans des boîtes de six serait le nouveau plan drague des jeunes employées de MacDo en 2017 ?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cécilia Loguen
Grande méchante louve
Grande méchante louve
avatar

Surnom : Lia
Pouvoir : Morpheuse Louve
Points de Réputation : 0 points
Messages : 41

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Ven 24 Fév - 15:54


Au bout d’une vingtaine de minutes, je remarquais que son verre descendait à petite vitesse. Deux conclusions s’offrent à moi. La première : il ne tient pas l’alcool et ne souhaite pas que j’en apprenne trop sur lui dès le premier rendez-vous. La deuxième : il souhaite faire durer notre entrevue le plus longtemps possible, et c’est très flatteur.
Attendant sa réponse à ma question, je me permets de le regarder à nouveau, l’alcool me faisant me sentir totalement à l’aise.


- Je ne fais plus d’études et mon travail à MacDo n’est pas un emploi étudiant mais permanent. Pour être totalement honnête, je n’ai plus mes parents et n’ai donc plus assez d’argent pour pouvoir payer un loyer et poursuivre mes études. Et puis, j’étais dans une fac de lettres modernes donc, à part faire prof de lettres, je n’aurais pas eu des masses de débouchés. Sinon, niveau passion, j’adore la lecture mais surtout la poésie, mais également boire en la compagnie de jolies jeunes femmes.


Il m’adresse un clin d’œil et je sens mes joues rosir légèrement (j’ai dit légèrement). Avant que je ne puisse réfléchir à ce qu’il vient de me dire, il reprend la parole.


- Et toi, ce sont quoi les passe-temps qui te font fondre, lorsque tu ne viens pas te plaindre d’avoir des nuggets en trop ?


Je le vois rigoler, et mon rire se mêle au sien. Il a beaucoup d’humeur, cet Henri.
Je repense à sa prise de parole précédente par rapport à la perte de ses parents. Ma curiosité étant plus grande que ma raison, je sais déjà que je ne vais pas pouvoir me retenir de lui demander des détails, ayant perdu mes parents moi aussi. Un côté sombre de ma courte vie vient d’être abordé, sans le faire exprès, par mon interlocuteur. Mon regard perd un peu de son pétillement habituel, mais l’endroit où je me trouve et surtout le jeune homme qui me tient compagnie me font vite retrouver ma joie de vivre. Je remarque que nous avons plusieurs points communs, il a un emploi étudiant pour payer son loyer, comme moi.
J’aime aussi beaucoup lire et écrire. Heureuse de savoir que nous partageons des passions communes, je m’empresse de répondre.


-Tu sais, on a pas mal de points communs. Pour payer mon loyer, je bosse dans une boulangerie le week-end. Moi aussi, j’ai perdu mes parents, tu ne m’en voudras pas si je te demande ce qu’il leur est arrivé ? Je suis très curieuse…
En ce qui concerne mes passions, je fais de la danse depuis que j’ai 3 ans, six heures par semaine. J'alterne entre le classique et le jazz. J’aime aussi la lecture, et j’écris pas mal aussi.



Je jette un léger regard vers son verre, désormais presque vide. Une légère tristesse s’empare de moi. Je me doute que la soirée va bientôt se terminer, et j’aurais aimé que notre entrevue dure un peu plus longtemps. Mais bon, on  n’a pas toujours tout ce qu’on veut dans la vie, et ça, mes parents me l’ont bien appris.
En temps normal, je n’aborde pas le sujet de mes parents. Le fait n’est pas qu’il soit trop sensible, mais il me rappelle que je n’étais pas avec eux et me fait me sentir coupable. Seulement, ici, avec Henri, j’ai l’impression que c’est différent. Je sens dans son regard qu’il a traversé beaucoup de choses dans sa vie, et je me doute que celles-ci n’étaient pas toujours faciles à accepter.
J’ai le sentiment que nous avons vécu des étapes similaires, et cela me donne envie de parler de ce que j’ai vécu et ressenti. Il reste une chose à savoir, est-ce-que lui, il en a envie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sphinx
♥ Méchant & Papillon ♠
♥ Méchant & Papillon ♠
avatar

Surnom : Sphinx
Team : Général des Météors
Pouvoir : Morpheur Sphinx (papillon de nuit)
Points de Puissance : 44 500 Points
Points de Réputation : 57 500 points
Points du Membre : 833 points
Double Compte : Bébert
Messages : 651

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Mer 1 Mar - 22:13

Les deux jeunes gens avaient pas mal de points communs, comme le faisait remarquer Cécilia, et ce n'était pas pour déplaire au jeune homme. Bon, elle lui posait des questions d'ordre personnel mais elle le faisait avec pas mal de tact, donc ça passait. Et puis, la blessure avait eu le temps de cicatriser depuis...

Elle faisait de la danse, aimait la lecture et écrivait pas mal : voilà qui était plutôt bien ! C'était pas tous les jours que le jeune homme croisait une jeune femme qui s'intéressait à la lecture, à l'écriture ET qui était bien foutue. Ouf, c'est très salement dit et des féministes sont certainement en train de taper à ma porte donc je vais modifier mes propos : que ce soit des mecs ou des filles, beaucoup d'amateurs de lecture ou d'écriture avaient un physique ingrat car ils préféraient accorder leur temps à l'écriture plutôt qu'à leur hygiène. D'ailleurs, il serait temps que le narrateur aille se brosser les dents...

Voilà qui est mieux ! Le narrateur se sent déjà beaucoup plus propre et hygiénique.

- T'as pas mal de passions, c'est vraiment cool ! Sinon, ce n'est pas juste mes parents mais ma famille entière que j'ai perdu dans un accident de voiture. J'avais également des frères et sœurs. Et maintenant, je suis seul. Enfin, pas seul, vu que ce soir je suis bien accompagné.

Il laissa échapper un petit sourire plutôt contrit. Même si la blessure était cicatrisée, en parler n'était pas facile, bien au contraire. Il n'avait plus rien et avait dû subir de longues séances de psychanalyse avant de sortir de dépression, et cela pendant plusieurs mois.

-Bon, j'avais prévu de pas me resservir d'autre verre et si on commence à parler de ce genre e sujet, je risque d'en avoir bien besoin... Mais si tu veux parler de tes parents, n'hésite pas, comme ça on pourra pleurer tous ensemble !

Il valait mieux en rire que d'en pleurer, même si penser à sa petite sœur lui serrait le cœur. Elle aurait fêté ses neuf ans cette année...

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cécilia Loguen
Grande méchante louve
Grande méchante louve
avatar

Surnom : Lia
Pouvoir : Morpheuse Louve
Points de Réputation : 0 points
Messages : 41

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Lun 3 Avr - 18:03

Prise de légers tremblements, je réalise qu’il serait temps que je rentre chez moi, la fatigue commençant à me gagner. Je soupire légèrement et me remet correctement sur ma chaise, dépliant par la même occasion mes jambes endolories. J’ai besoin de bouger, je sens des fourmis dans mes pieds et cela me dérange.
bon, je verrais après.

- T'as pas mal de passions, c'est vraiment cool ! Sinon, ce n'est pas juste mes parents mais ma famille entière que j'ai perdu dans un accident de voiture. J'avais également des frères et sœurs. Et maintenant, je suis seul. Enfin, pas seul, vu que ce soir je suis bien accompagné.

Il laissa échapper un petit sourire plutôt contrit. Je me sens tout de suite mal, comme si j’avais posé trop de questions et que ma curiosité avait pris le dessus, encore une fois. Je tords nerveusement mes lèvres et tressaute légèrement avec mes jambes. Heureusement qu’il a clôturé sa prise de parole sur une bonne note. Apparemment, je ne suis pas de mauvaise compagnie. Intéressant.
J’allais prendre la parole pour tenter de rattraper la gourde que je viens de faire : lancer un sujet qu’il n’aurait pas fallu aborder, mais je n’en ai pas le temps.

-Bon, j'avais prévu de pas me resservir d'autre verre et si on commence à parler de ce genre e sujet, je risque d'en avoir bien besoin... Mais si tu veux parler de tes parents, n'hésite pas, comme ça on pourra pleurer tous ensemble !

Il veut vraiment me mettre mal à l’aise ou je me fais des films ? Me resservir un verre signifie rester assise sur cette fichue chaise plus longtemps, et ça, il en est hors de question. En revanche, passer encore un moment avec le jeune homme face à moi ne me dérangerait pas.
Je soupire silencieusement et lève les yeux en l’air, réfléchissant. Finalement, je décide de ne pas trop me prendre la tête et de me lancer.

-Je suis désolée d’avoir lancé ce sujet. Mes parents étaient…ils étaient des gens très bien. Des médecins. Je propose de clore le sujet, qu’en penses-tu ? Je…je pense qu’on pourra parler de ces choses un peu plus tard, lorsqu’on se connaitra mieux…d’ailleurs, j’en ai marre de rester assise. On va marcher ?

Je me lève, n’attendant pas sa réponse. Je ne compte pas rester une seconde de plus assise sur cette chaise, mes pieds me démangent et je laisse échapper une grimace en posant mes pieds parterre. Aie, j’ai mal. J’enfile ma veste et fait passer mes cheveux au-dessus (je déteste lorsqu’ils restent coincés dessous, cela me chatouille le cou). J’attrape mon sac à mains et sort ma carte bleue dans l’intention de payer les verres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sphinx
♥ Méchant & Papillon ♠
♥ Méchant & Papillon ♠
avatar

Surnom : Sphinx
Team : Général des Météors
Pouvoir : Morpheur Sphinx (papillon de nuit)
Points de Puissance : 44 500 Points
Points de Réputation : 57 500 points
Points du Membre : 833 points
Double Compte : Bébert
Messages : 651

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Lun 3 Avr - 18:37

Henri Hoefgen ou l'incroyable histoire de l'homme possédant le don de briser les ambiances lorsqu'on ne s'y attend pas. La jeune femme semblait super mal à l'aise, comme si elle était assise sur un vélo sans selle et que ça lui rentrait dans le... Enfin bref, elle n'avait pas l'air dans son assiette et c'est d'une petite voix qu'elle répondit à la question du jeune homme. Elle déclara d'ailleurs qu'ils feraient mieux d'en reparler lorsqu'ils se connaîtraient davantage.

Elle avait raison et Henri s'y était pris comme un manche. Si son objectif avait été de balayer les envies de la jeune femme de faire plus intime connaissance avec lui, c'était réussi ! Mais elle semblai toujours vouloir passer un moment avec lui et même marcher dehors en sa compagnie.

Comme il était convenu, il la laissa régler leurs dépenses et garda pour lui son " C'est parce que t'as payé que j'vais finir ma soirée avec toi, j'suis pas un mec facile !" qui aurait pu la faire rire dans d'autres circonstances. L'ambiance était morose et assez froide. S'ils avaient été dans un film connu et romantique, Henri aurait très certainement remplacé un certain Leonardo Dicaprio : il était en train de se noyer dans les eaux glaciales d'une atmosphère pesante et tristounette.

Après que la jeune femme ait réglé, Henri se tourna vers elle.

- Je te propose d'aller se balader au petit Chinatown lyonnais, histoire de nous dégoter quelques nems. J'en ai entendu parler il y a quelques jours par l'un de mes collègues et je t'avoue que j'ai vraiment l'estomac dans les talons. Cela ne te dérange pas ?

Il attendit sa réponse, tout en quittant l'établissement. Alors qu'ils marchaient, un mec d'une vingtaine d'années, blond, du style beau gosse, fonça tout droit sur Cécilia et la prit dans ses bras, avant de lui faire la bise avec empressement sans même calculer Henri.

- Lia ! Mais que fais-tu ici ?! Tu m'avais pas dit que tu sortais...

L'air boudeur, les yeux d'un bleu pétillant, il était vraiment craquant et il était légèrement plus grand que Henri. Le jeune homme savait reconnaître un concurrent lorsqu'il en voyait un. Très cordial, le blondinet finit par remarquer sa présence et à lui faire un grand sourire.

- Ah, tu n'es pas seule ? Désolé, je ne t'avais pas vu. Enchanté, moi c'est Vincent !
- Enchanté de même, je suis Henri.
- C'est la première fois qu'on se voit, cela fait longtemps que vous vous connaissez avec Lia ?
- Bah elle est juste à côté de toi, ça fait bizarre si tu parles d'elle à la troisième personne. Je vous laisse quelques secondes, j'ai manqué un appel assez urgent, il faut que je rappelle mon patron.

Et non, ce n'était même pas une feinte, le patron d'Henri l'avait bien appelé et il s'éloigna donc afin de savoir de quoi il en retourner, laissant Cécilia aux griffes de ce Don Juan à la chevelure blonde et au sourire éblouissant qui semblait bien trop curieux pour sa santé.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cécilia Loguen
Grande méchante louve
Grande méchante louve
avatar

Surnom : Lia
Pouvoir : Morpheuse Louve
Points de Réputation : 0 points
Messages : 41

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Mer 19 Avr - 17:57

L’ambiance était assez morose et froide. Décidément, je suis douée pour tout gâcher. En poussant la porte, je me rends compte que les températures ont bien baissé et je sens mon corps tout entier frissonner, je secoue donc légèrement les épaules, espérant secrètement que mon corps se réchauffe comme par magie. Je soupire intérieurement et me retourne en entendant Henri me parler.

- Je te propose d'aller se balader au petit Chinatown lyonnais, histoire de nous dégoter quelques nems. J'en ai entendu parler il y a quelques jours par l'un de mes collègues et je t'avoue que j'ai vraiment l'estomac dans les talons. Cela ne te dérange pas ?

Un sourire apparaît sur mon visage, il est vraiment fort. J’adore Chinatown, littéralement. Un nouveau soupir s’échappe de mes lèvres, je m’avoue vaincue. Je vais répondre positivement et je le sais. Je l’aurais un jour, je l’aurais (efficace et pas cher, c’est la MAAF que je préfère, c’est la MAAF).

- Eh bien écoute, je ne peux pas refu…

Je sens deux bras m’enlacer et je reconnais immédiatement Vincent. Il m’a tellement surprise que je n’ai même pas terminé ma phrase.
Il me fait la bise et je laisse échapper un léger rire parce qu’il est très tactile et cela me surprend toujours.

- Lia ! Mais que fais-tu ici ?! Tu m'avais pas dit que tu sortais...

Je soupire et lève les yeux en l’air. Il ne peut pas le deviner, mais même si j’étais sortie sans le prévenir, cela n’aurait pas été grave. Il faut qu’il comprenne que même si je l’aime beaucoup, j’ai d’autres préoccupations. Par contre, il n’a toujours pas dit bonjour à Henri et je me sens mal pour ça. Je m’empresse alors de les présenter.

- Ce n’était pas prévu que je sorte blondinet ! Et je te présente…

Avant même que je ne puisse terminer ma phrase, blondinet m’a devancé, comme d’habitude. Rapide comme l’éclair. Je souris légèrement et secoue la tête, avant de me dire qu’il se débrouille très bien sans moi.

- Ah, tu n'es pas seule ? Désolé, je ne t'avais pas vu. Enchanté, moi c'est Vincent !
- Enchanté de même, je suis Henri.
- C'est la première fois qu'on se voit, cela fait longtemps que vous vous connaissez avec Lia ?
- Bah elle est juste à côté de toi, ça fait bizarre si tu parles d'elle à la troisième personne. Je vous laisse quelques secondes, j'ai manqué un appel assez urgent, il faut que je rappelle mon patron.

Le ton d’Henri était devenu anormalement froid et je pense avoir compris pourquoi. Vincent, on l’aime, ou on ne l’aime pas. Il n’y a pas de milieu avec lui. Il pose beaucoup de questions et peut paraître intrusif lorsqu’on ne le connait pas. J’espère seulement que ça ne va pas le faire fuir, et je me contente de le regarder s’éloigner avec son téléphone collé à son oreille.

- Bon mon blondinet, tu fais quoi toi ? On se prévoie quelque chose très vite, d’accord ?
- Et pourquoi pas maintenant ? Je sortais au ciné, voir un film.
- Eh bien, j’aimerais passer ma fin de soirée avec Henri, et puis je dois me faire pardonner. Je te raconterais !
- Tu le connais bien au moins ? T’es sûre que c’est pas un malade ?
- Vincent, fais-moi confiance s’il te plait. Allez, zou, disparais !

Vincent me fait un gros câlin et s’éloigne en me faisant des signes de téléphone, me faisant comprendre qu’il fallait que je lui téléphone très vite. Je rigole légèrement et me retourne vers Henri, toujours au téléphone. Je le regarde discrètement et m’appuie contre le mur, frottant mes mains entre elles afin de me réchauffer un minimum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sphinx
♥ Méchant & Papillon ♠
♥ Méchant & Papillon ♠
avatar

Surnom : Sphinx
Team : Général des Météors
Pouvoir : Morpheur Sphinx (papillon de nuit)
Points de Puissance : 44 500 Points
Points de Réputation : 57 500 points
Points du Membre : 833 points
Double Compte : Bébert
Messages : 651

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Lun 5 Juin - 15:26

- Bonsoir. Vous m'avez appelé, monsieur Foisseau ?
 - Oui, c'est bien ça, Henri. Je tenais à te présenter mes excuses pour mon emportement de tout à l'heure. Nous étions en plein rush et je ne pensais pas ce que je disais. Une de tes collègues m'a expliqué que tu t'étais fait incendier pour une histoire de nuggets.
- C'est moi qui vous présente mes excuses, monsieur Foisseau. J'aurais tout simplement dû donner à cette cliente ce qu'elle voulait sans la juger ni montrer mon agacement. Nous étions tous un peu sur les nerfs, ce soir...
- Oui... Bon, je te voies demain à 18h, c'est bien ça ?
- Exact, à demain ! Passez une bonne soirée !
- Toi aussi, bye !
 
Et l'appel se termina, laissant Henri avec un léger sourire aux lèvres. Il n'avait pas perdu son job et son manager s'était même excusé : il allait neiger cette nuit. Il jeta un coup d'œil à Cécilia, qui l'attendait en se frottant les mains. Elle était toute mignonne, à agir comme une jeune demoiselle surprise par la fraicheur de la nuit. L'employé de McDo hésitait à l'entourer de ses bras pour la réchauffer mais il se retint.
 
- Alors, on y va à ce petit Chinatown lyonnais ?
 
Et sans lui laisser le temps de répondre, l'humeur légère, il se mit à courir légèrement dans les rues éclairés de Lyon, jetant des coups d'œil rapides derrière lui pour voir si la jeune femme allait le rattraper. Il agissait un peu comme un gamin mais les excuses de son manager le désinhibait davantage que tout l'alcool du monde. Il avait un rapport assez particulier avec l'autorité et voir que les gens pouvaient rester relativement sympa tout en ayant du pouvoir lui rendait un peu foi en ses congénères.
 
- Eh bien, Cécilia, t'en mets du... temps ?
 
Le jeune homme s'est retourné, sans trouver Cécilia derrière lui. Où pouvait se trouver la jeune femme ? Il s'en voulait d'avoir couru comme un con. Il se mit à revenir sur ses pas, cherchant la jeune femme sans oser crier de peur de passer pour un bolosse. Après tout, elle était grande, même s'il se faisait tard, il n'allait rien arriver à une jeune femme dans une rue bien éclairée de Lyon.
 

N'est-ce pas  ?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cécilia Loguen
Grande méchante louve
Grande méchante louve
avatar

Surnom : Lia
Pouvoir : Morpheuse Louve
Points de Réputation : 0 points
Messages : 41

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Lun 5 Juin - 16:47

Une fois que Henri eut raccroché, je le vis se diriger vers moi. Je sentis que quelque chose avait changé dans son état, il me parait plus serein, plus souriant. Peut-être l'appel était-il une bonne nouvelle ? Ma curiosité m'incita à lui demander, mais je me retins, j'estime que nous ne nous connaissons pas assez pour que je pose cette question, surtout quand on voit le froid que ça a jeté tout à l'heure lorsqu'on a osé parler de ça.

- Alors, on y va à ce petit Chinatown lyonnais ?

Sans que je ne réalise, Henri se mit à courir en direction du Chinatown de Lyon. Je me met alors à sa poursuite en trottinant légèrement, ne sachant pas si je vais réussir à suivre le rythme. Ma tachycardie me limite dans ma vie quotidienne, et c'est dans ce genre de situations que je me souviens de ma faiblesse cardiaque. Après quelques instants, je ralentis, obligée de me reposer pour que mon coeur se calme. Essouflée, je ne peux pas appeler Henri pour lui demander de m'attendre.
Je posais alors une main sur ma poitrine et fermais les yeux en me concentrant sur ma respiration, espérant reprendre un souffle normal rapidement.
D'un coup, je me sentis happée en arrière, comme si quelqu'un m'avait attrapé. Premièrement, je me dis que c'est Henri, mais une main sur ma bouche me fait avoir un doute. Mon coeur, qui commençait à peine à se calmer, se mit à battre la chamade. La panique m'atteint rapidement et je me sens projetée contre un mur. Heureusement, mon premier réflexe et de mettre mes mains derrière ma tête pour la protéger, et je remercie ma conscience pour cela. Je sens le mur râper ces dernières et la douleur m'envahit.
Je rouvre les yeux, qui jusque-là étaient fermés et j'aperçois une silhouette trop peu éclairée à cause de la pénombre que je ne peux reconnaitre.

- Qui es-tu ?

Cette personne me veut du mal. Ou veut quelque chose que je possède. De l'argent?
Je n'ai pas le temps de me poser plus de questions, n'ayant obtenu aucune réponse de l'individu se tenant face à moi, j'aperçois enfin le visage de ce dernier : mes yeux se sont habitués à l'obscurité. Un homme, les traits durs, un sourire mauvais qui me fait immédiatement comprendre ce qu'il va se passer si je ne déguerpis pas rapidement. Prise d'un élan de courage, je lui donne un coup de pied dans l'entrejambe, et je profite de son moment de douleur pour déguerpir en vitesse.
Cependant, c'était sans compter sur mon coeur qui ne s'était pas encore calmé. Essoufflée, je ralentis obligatoirement et jette un regard derrière moi. Je vois l'inconnu arriver en courant et la panique qui m'atteint brouille mon regard. J'ai peur de ce qu'il pourrait se passer.
Apeurée, je tente une dernière chose : l'appel à l'aide, et particulièrement auprès de Henri, qui, je l'espère, va m'entendre.

- Au secours ! Henri !

A peine ai-je terminé ma phrase que deux mains me couvrent le visage et le nez, si bien que je ne peux plus respirer. Je me débats du mieux que je peux mais je me sens de plus en plus faible. Mes coups de coude passent à côté, mes coups de pied me semblent ratés...j'ai l'impression que je ne parviens pas à le blesser. Je sens son souffle dans mon cou et je peux imaginer son rire. J'ai envie qu'il me lâche, j'ai envie de savoir me battre mieux que ça, pourquoi n'ai-je pas pris des cours de boxe ? En difficulté respiratoire, je sens mes yeux se fermer et l'air manquer terriblement dans mes poumons, tout mon corps s'affaiblit, et je commence à ne plus rien à voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sphinx
♥ Méchant & Papillon ♠
♥ Méchant & Papillon ♠
avatar

Surnom : Sphinx
Team : Général des Météors
Pouvoir : Morpheur Sphinx (papillon de nuit)
Points de Puissance : 44 500 Points
Points de Réputation : 57 500 points
Points du Membre : 833 points
Double Compte : Bébert
Messages : 651

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Lun 19 Juin - 10:54

À tout hasard, je profite de mon statut de narrateur omnipotent pour préciser que dans la réalité, même s’il y a beaucoup de dangers, les chances pour une jeune femme de se faire agresser dans des rues assez fréquentées par de jeunes étudiants sont faibles, très faibles, surtout avant minuit. Bien entendu, cela peut tout de même arriver et je vous conseille donc d’être prudent(e) sans pour autant arrêter de vivre ou de sortir. Evitez donc de courir quand vous avez des problèmes de cœur.

D’ailleurs, si vous avez des problèmes de cœur, je ne saurais trop vous recommander de :
·Ne pas fumer ;
·Ne pas boire trop d'alcool ;
·Manger équilibré ;
·Eviter le stress ;
·Pratiquer une activité sportive régulière.
Ceci étant dit, je m’en vais de cette plume reprendre la narration, tout en vous souhaitant une agréable lecture.

♦♦♦

Henri commençait à s’inquiéter. Il revint sur ses pas en courant, remarquant que les rues étaient peu fréquentées. Il n’avait pas réalisé que la jeune femme pouvait courir un réel danger, dans les rues lyonnaises, mais les récents faits d’hiver qu’il avait lu dans le journal lui revinrent en mémoire. Viols, règlements de compte : même durant l’été ces méfaits pouvaient survenir… Et imbibé d’alcool, le moindre adolescent ou étudiant bien intentionné pouvait se transformer en violeur qui s’ignore.

Il dressa l’oreille tout en ralentissant l’allure. Encore cent mètres et il serait de nouveau devant le bar qu’ils avaient quitté. Cécilia ne pouvait pas être si loin… Etait-elle rentrée chez elle ? Hum, cela aurait été plutôt étrange vu qu’elle semblait passer une bonne soirée. Ou alors, elle avait croisé un ami et parlait avec lui. Peut-être même qu’il l’avait amené dans un bar, quelques rues plus loin, pour qu’elle passe le bonjour à d’autres potes.

* J’aurais dû prendre son numéro, quel con ! *

C’est alors qu’il eut un soubresaut, comme un chien qui se fait siffler par son maître. Il lui semblait avoir entendu son nom, porté par le vent. Mais c’était vraiment léger… Cela semblait venir de derrière lui. Il revint sur ses pas, courant sur quelques dizaines de mètres avant de s’arrêter et d’écouter, se forçant au calme.

Au début, il n’entendit que sa propre respiration, encore saccadée par l’effort. Puis, il se mit à entendre des espèces de cris étouffés. Son cœur s’emballa et, pris de sueur froide, il s’engagea dans une ruelle plutôt sombre. Une forme indistincte s’agitait au-dessus d’une autre forme tout aussi plongée dans la pénombre. Les deux s’agitent, celle la plus basse se débat, donnant l’image de quelqu’un qui ne sait pas nager et qui est en train de se noyer.

Henri ne réfléchit pas, il bondit et frappe. Arrivant dans le dos de l’individu, il lui balance un violent coup de poing à l’arrière de la tête puis un coup de genou dans les côtes. L’agresseur laisse échapper un hoquet de stupéfaction puis lâche sa victime pour se tenir les cotes.

Henri n’a jamais su se battre mais son corps se remémore ses aventures oniriques et agit à sa place. Lorsqu’il reconnaît Célicia, qui a les yeux fermées et semble en pleine crise, la fureur obscurcit son jugement. Il se met à rouer de coups l’homme au sol, foulant du pied son arcade, son nez, sa tempe, son épaule, son bras. Il cartographie et tamponne le corps de l’homme avec d’énormes bleus violacés, ne se souciant pas du fait que l’individu pisse le sang et qu’il soit dans la réalité.

Durant un instant, le jeune homme semble être un Sphinx incarné dans le monde réel. Puis, il se reprend, réalise ce qu’il est en train de faire et que, s’il continue, il s’apprête à commettre l’irréparable. Il s’arrête donc de frapper la masse de chair frémissante et gémissante, et se tourne vers la jeune femme dont il vérifie le pouls. Son cœur bat vite, trop vite, mais se calme peu à peu.

- Célicia… Célicia… Tout va bien, tout est fini… Je suis là… C’est moi, Henri… Ton agresseur ne pourra plus rien te faire… Dès que tu te sens prête, je peux t’aider à te relever.

Il essuya ses mains pleines de sang (il avait dû se briser une ou deux phalanges dans l’histoire) et attrapa la jeune femme qu’il blottit contre lui. Il la berça un petit peu, attendant son signal pour l’aider à se relever.

Lorsque la jeune femme serait prête, le jeune homme lui demanderait ce qu’elle souhaiterait faire. Il lui déclarerait qu’il préférait cependant ne pas appeler la police ou les urgences car vu dans quel état était l’agresseur, Henri risquait d’être placé en garde à vue puis condamné.

De toute façon, dans la tête du jeune homme, l’agresseur était juste un anonyme salopard dont la mort ne lui laisserait aucune séquelle.

Du moins le croyait-il…

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cécilia Loguen
Grande méchante louve
Grande méchante louve
avatar

Surnom : Lia
Pouvoir : Morpheuse Louve
Points de Réputation : 0 points
Messages : 41

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Lun 19 Juin - 11:55


D'un coup, mes yeux se rouvrent instantanément. Je me sens tomber au sol, mais j'ai tellement peur que je ne ressens aucune douleur. Je me recroqueville sur moi-même et tente de comprendre ce qu'il se passe. Pourquoi m'a-t'il lâché ? Peu à peu, mes yeux découvrent un individu, qui a l'air de frapper mon agresseur. Ce dernier semble en mauvaise posture et je comprends que c'est Henri qui vient de me sauver. C'est Henri qui le roue de coups. Habituellement, j'aurais été profondément choquée par ce qui se déroule sous mes yeux. Mais là, dans la situation actuelle, j'ai moi aussi envie que cette ordure disparaisse. Mais je me rends vite compte qu'il faut que Henri s'arrête, sinon il va finir par le tuer. Prise de panique à cette idée, je tente de me relever mais j'ai l'impression que tout mon corps est cloué au sol. Je sens mon coeur tambouriner dans ma poitrine et mes yeux se referment doucement, je ne sais plus où je suis, ni ce qu'il vient de m'arriver.

- Célicia… Célicia… Tout va bien, tout est fini… Je suis là… C’est moi, Henri… Ton agresseur ne pourra plus rien te faire… Dès que tu te sens prête, je peux t’aider à te relever.

Ses paroles arrivent jusqu'à mon cerveau et je tente de rouvrir mes yeux embués par les larmes. Je sens deux bras autour de moi et je ne doute pas qu'il s'agit de ceux de Henri. Je reconnaitrais l'odeur de mon agresseur, et je sais que ce n'est pas lui. Il me berce doucement et j'en profite pour tenter de calmer les battements effrénés de mon coeur. Après quelques instants, je tente de prononcer quelques mots, inquiète sur l'état de santé de Henri. En effet, je viens d'ouvrir les yeux et je vois ses mains ensanglantées.

- Tu...n'as rien ?

Je prends délicatement ses mains qui entouraient mon corps et effleure sa peau endolorie avec mes doigts, intacts. Je suis prise d'un léger pincement au coeur en voyant qu'il n'a pas hésité à se blesser pour me protéger alors qu'il me connait à peine.
Me sentant fautive et faible, je tente de me relever et retombe encore une fois. Exaspérée, je prends finalement appui sur l'épaule que me tend Henri et je sens mes jambes trembler. C'est pourquoi je ne lâche pas de suite les avant-bras de Henri, de peur de tomber une nouvelle fois. Je n'ose pas le regarder dans les yeux, je n'ai pas pu me débrouiller seule et il est blessé à cause de moi.

-Merci...je suis désolée de ne pas avoir pu gérer ça seule et que tu ai eu à intervenir.

J'avais prononcé ces mots tout doucement et j'avais dégluti difficilement. Je me sens terriblement honteuse et surtout très inquiète quant à l'état de santé de Henri. Quant à mon agresseur, je lui jette un dernier regard plein de haine, et s'il n'y avait pas eu Henri, j'aurais appelé la police (pour être sûre qu'il ne recommence pas). Mais Henri l'a vraiment amoché, et je suis bien heureuse que ce type soit à terre. Je relève finalement mes yeux vers Henri et trouve la force de bouger mes pieds, jusque là immobiles. Avec le peu de forces qu'il me reste, je tire légèrement les avant-bras de Henri et nous emmène doucement dans la rue éclairée. Une fois arrivée, je l'observe et grimace légèrement. Le voir comme ça, rempli de sang, augmente ma culpabilité et je tique légèrement.

-Tu n'aurais pas dû te mettre en danger pour moi. Il faut soigner tes mains, j'habite à quinze minutes à pied d'ici, tu viens ?

Ma question n'en était pas vraiment une, puisque je comptais soigner ses mains, quoiqu'il en pense. J'avoue aussi que je me sentais très faible et que je ne pensais pas pouvoir tenir longtemps debout. Attendant sa réponse, je remarque que je n'ai toujours pas enlevé mes mains de ses avant-bras que j'ai visiblement un peu trop serrés. J'écarquille les yeux et retire immédiatement mes mains en mordillant ma lève intérieure.

-Désolé, pour tes avants-bras. Je ne me rendais pas compte que je serrais aussi fort, tu aurais dû me le dire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sphinx
♥ Méchant & Papillon ♠
♥ Méchant & Papillon ♠
avatar

Surnom : Sphinx
Team : Général des Météors
Pouvoir : Morpheur Sphinx (papillon de nuit)
Points de Puissance : 44 500 Points
Points de Réputation : 57 500 points
Points du Membre : 833 points
Double Compte : Bébert
Messages : 651

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Jeu 22 Juin - 21:25

La jeune femme avait attrapé les mains de Henri et entrepris de les caresser avec douceur, comme si elle craignait de lui faire mal. Elle regardait ses blessures et semblait s'en vouloir, comme si c'était de sa faute si ce détraqué mental se baladait dans la nature ! Elle alla même jusqu'à s'excuser, ce qui déclencha chez le jeune homme une légère pointe de colère. Il l'aida à se relever, puis cessa de retenir sa langue.

- Qu'est-ce que tu racontes ? Ne t'excuse pas ! En plus, ce salopard a dû te prendre par surprise, c'est normal que tu n'ais pu te défendre.

La jeune femme ne répondit pas et commença à tirer sur les avants-bras du jeune homme, qui se laisse traîner jusqu'à l'extérieur de la ruelle, tout en restant alerte, prêt à rattraper Cécilia si elle devait chanceler ou tomber. Il écouta ensuite ce qu'elle avait à dire, son visage s'empourprant lorsqu'elle parla du fait d'aller chez elle. Il s'en voulait d'avoir tout de suite pensé à ce que pouvait signifier une telle proposition.

* T'es con, Henri. Elle te connaît à peine et a certainement autre chose à foutre que s'envoyer en l'air, après une aussi dramatique fin de soirée... Va donc chez elle mais reste très courtois et prudent.*

-Merci de ta proposition, je t'avoue que je préfère éviter de prendre le métro en étant couvert de sang, j'ai peur que quelqu'un appelle les flics et j'aimerais pas finir ma soirée au poste... Et t'inquiète pas pour mes avant-bras, ils en ont vu d'autres. C'est surtout toi qui devrais être examinée par un médecin, j'espère que ça pourra attendre demain... En tout cas, je te suis, indique-moi le chemin à prendre.

Il suivit donc la jeune femme jusqu'à son domicile, lui proposant son épaule afin qu'elle puisse s'appuyer sur lui et faciliter sa marche. Leur traversée de Lyon ne fut pas des plus faciles, surtout que Henri tentait de rester dans la pénombre afin que les rares promeneurs qui croisaient leur route ne voient pas le sang qui maculait ses vêtements. Aux quelques curieux, le jeune homme déclara s'être blessé parce qu'il avait trop bu et était tombé sur des éclats de verre, et que sa copine le ramenait pour le soigner.

Il s'excusa ensuite auprès de Cécilia.

- Les gens se poseront moins de questions si je leur dis que tu es ma copine. Si je leur disais la vérité, ils auraient peur pour toi car on ne laisse pas une jeune femme ramener chez elle un étranger couvert de sang. Mais j'espère que ce mensonge ne te dérange pas...

Le trajet dura encore plusieurs minutes et ils finirent par atteindre le domicile de Cécilia.

Une fois arrivé dans l'appartement, le jeune homme demanda à la jeune femme où se trouvaient les compresses et le désinfectant, voulant que la jeune femme se repose.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cécilia Loguen
Grande méchante louve
Grande méchante louve
avatar

Surnom : Lia
Pouvoir : Morpheuse Louve
Points de Réputation : 0 points
Messages : 41

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Jeu 29 Juin - 11:39

Lorsque je m'excusais, ce qui me semblait normal, je vis que Henri tiqua légèrement. Après qu'il m'ait aidé à me relever, il me fit face et je sentis que ce qu'il allait dire n'allait pas me plaire.

- Qu'est-ce que tu racontes ? Ne t'excuse pas ! En plus, ce salopard a dû te prendre par surprise, c'est normal que tu n'ais pu te défendre.

Je préférais ne rien dire, me contentant de tirer sur ses avants-bras. Je ne souhaite pas le contredire, après tout, il vient de me rendre un grand service. Lorsque je lui proposais de se rendre chez moi, je sentis mes joues rougir et je me maudis pour cela. J'espérais juste qu'il n'allait pas s'imaginer des choses. J'ai l'impression qu'il a l'air pensif et cela m'inquiète légèrement quant à ses intentions, mais je me dis que c'est peut être le choc que je viens de subir qui me fait penser comme cela.

-Merci de ta proposition, je t'avoue que je préfère éviter de prendre le métro en étant couvert de sang, j'ai peur que quelqu'un appelle les flics et j'aimerais pas finir ma soirée au poste... Et t'inquiète pas pour mes avant-bras, ils en ont vu d'autres. C'est surtout toi qui devrais être examinée par un médecin, j'espère que ça pourra attendre demain... En tout cas, je te suis, indique-moi le chemin à prendre.

A ce moment-là, deux sentiments m'envahirent. Le premier fut du soulagement, libérée de la peur qu'il n'accepte pas mon invitation et paniquée à l'idée de rentrer seule. La deuxième fut de l'anxiété, à l'idée de ce qu'il pourrait croire et qu'il tente des choses. Chassant ces images de mon esprit, j'esquisse un léger sourire lorsque je vois l'épaule que me tend Henri afin que je m'y appuie. Je peux le dire, j'ai eu beaucoup de chance de tomber sur lui. Quelques fois, nous croisions des passants qui paraissaient troublés en nous voyant, ce que je peux comprendre. Voyant leur regard insistant, Henri s'était empressé de trouver des excuses nous présentant comme un couple. Même si cela était dû à la situation, cela me fit sourire légèrement.

- Les gens se poseront moins de questions si je leur dis que tu es ma copine. Si je leur disais la vérité, ils auraient peur pour toi car on ne laisse pas une jeune femme ramener chez elle un étranger couvert de sang. Mais j'espère que ce mensonge ne te dérange pas...

Je laisse échapper un léger rire et secoue doucement la tête en regardant légèrement Henri. Voir le sang me fit tourner la tête, alors je détourne rapidement le regard et observe la route, droit devant moi. Je constate que nous arrivons bientôt.

-Non, ne t'inquiète pas. Je trouve ça plutôt drôle en fait, malgré la situation.

Je ne sais pas trop pourquoi j'ai dit cela, et je le regrette rapidement. Non mais quelle idiote. En quoi est-ce-que cela est drôle ? Des fois, je me demande ce qui se passe dans ma tête. Je soupire intérieurement et suis soulagée de voir que nous arrivons. Je me décale légèrement de Henri et attrape les clefs dans mon sac. Je déverrouille la porte d'en bas et nous prenons l'ascenseur, puis j'ouvre ma porte et la referme doucement.

A peine arrivés, Henri me demande où se trouvent les compresses et le désinfectant et je fronce légèrement les sourcils, mimant un non avec mon doigt.

-Ah non, toi tu t'assois, et moi je m'occupe de tout. Je vais chercher tout ça, installe-toi.

Je me rends alors dans la salle de bains et attrape la trousse de premiers secours, puis je reviens au salon avant de me rendre dans la cuisine et d'attraper un verre. Je le remplis d'eau et l'apporte au salon. Je le pose devant Henri.

-Je t'ai apporté ça, si jamais tu as soif.

Je m'installe alors sur un pouf en face du canapé où est installé Henri et je commence à ouvrir la boite de premiers secours. Mes mains tremblent légèrement, à cause du choc que je viens de vivre. Je ferme les paupières et les rouvre, expirant doucement. J'attrape finalement une compresse et du désinfectant, puis je reporte mon attention sur Henri, toujours devant moi. Avant même de lui demander, je sens mes joues rosir. On se connait à peine alors je suis un peu gênée.

-Hum, il va falloir que tu enlèves ta chemise.

Si je pouvais me cacher sous terre comme les autruches, je pense que je le ferais, quitte à être ridicule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sphinx
♥ Méchant & Papillon ♠
♥ Méchant & Papillon ♠
avatar

Surnom : Sphinx
Team : Général des Météors
Pouvoir : Morpheur Sphinx (papillon de nuit)
Points de Puissance : 44 500 Points
Points de Réputation : 57 500 points
Points du Membre : 833 points
Double Compte : Bébert
Messages : 651

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Mar 18 Juil - 21:48

Cécilia ne laissa pas le loisir à Henri d’aller fouiller son appartement en quête de quoi se soigner. Elle lui intima de s’asseoir, ce que fit le jeune homme à contrecœur : il n’était pas chez lui et n’allait donc pas insister lourdement. Se montrer contrariant risquait même d’inquiéter la jeune femme et c’était la dernière chose qu’il souhaitait faire après la dure soirée qu’elle venait de vivre.

- D’accord, d’accord. Je t’attends là.

Elle s’affaira dans la salle de bain pendant que le jeune homme examinait la salle dans laquelle il se trouvait. C’était bien mieux rangé que chez lui et décoré par de nombreux bibelots et cadres photos. Il vit la jeune femme passer de la salle de bains à la cuisine et l’entendit ouvrir le robinet d’eau. Était-elle en train de lui servir un verre ? Lorsque la jeune femme revint, le jeune homme vit ses soupçons se confirmer : elle tenait un verre à la main, qu’elle posa sur la table en face de lui. Elle lui expliqua qu’elle le lui apportait dans l’hypothèse où il aurait soif.

- Merci beaucoup, c’est très attentionné de ta part !.

Il attrapa le verre et le vida d’une traite, sentant avec plaisir l’eau fraiche couler le long de sa gorge. Puis, il se concentra sur ce que faisait la jeune femme. Elle semblait prête à endosser le rôle d'infirmière à domicile et Henri se dit qu'il avait de la chance d'en avoir une aussi jeune et jolie. Généralement, elles avaient plutôt la quarantaine voire la cinquantaine.

Il remarqua avec inquiétude qu'elle tremblait et peinait à se saisir du désinfectant et de la compresse. Son inquiétude fut toutefois balayé par de la surprise lorsqu'elle lui demanda d'enlever sa chemise. Il pencha sa tête en avant, afin de l'inspecter du regard : en effet, elle était couverte de tâches de sang. Se pouvait-il qu'il soit blessé au ventre malgré l'absence de douleur ou s'agissait-il seulement du sang de l'agresseur de la jeune femme ?

Il retira donc sa chemise, sans se soucier de ce qu'elle abritait : oui, il n'avait pas d'abdos mais plutôt des restes de brioche. Il avait tout de même des pectoraux assez dessinés car il s'entraînait quand même afin d'améliorer sa forme physique dans le monde réel (pour ne pas trop envier celle qu'il a à Dreamland), mais il faisait vraiment aucun effort pour sculpter son ventre, trouvant les abdominaux purement esthétiques. Bon,, c'était également assez pratique pour encaisser les coups, mais Henri avait besoin d'excuses pour justifier sa flemme.

Il observa la jeune femme nettoyer son corps avec la compresse et le désinfectant, tressaillant un peu lorsque la solution oxygénée entrait au contact des plaies. Bientôt, ses poings furent entièrement propres, tout comme son torse qui n'avait finalement aucune plaie.

- Je me disais aussi que je n'avais aucune plaie sur le torse, ahah. En tout cas, merci beaucoup des soins, je t'avoue que j'aurais pu les faire moi-même mais tu as beaucoup insisté et puis, je dois te l'avouer, tu t'y prends bien mieux que moi...

Il essaya de ne pas faire (trop) de sous-entendus, ne voulant pas mettre la jeune femme mal-à-l'aise. D'un autre côté, il avait eu pas mal à rester de marbre lorsque la jeune femme, penchée vers lui, effleurait les poils de son torse avec ses mains douces en voulant nettoyer les taches de sang afin de vérifier l'absence de plaies.

-Aurais-tu un tee-shirt uni ou quoi que ce soit que je puisse mettre en attendant ? Et serait-il possible de laver mes affaires chez toi, genre t'as une machine à laver ou un truc comme ça ? Sinon, je les mettrais dans un sac hermétique et je les ramènerais chez moi, t'inquiète pas !

Il observa la jeune femme et remarqua qu'elle aussi avait quelques traces de sang et qu'elle semblait pas mal blessée, ses mains étant sanguinolentes. Elles avaient certainement dû se râper contre le mur lorsque leur propriétaire avait été projetée contre le mur.

Henri attrapa une compresse propre et prit le désinfectant des mains de la jeune femme, avant de se lever et de lui faire signe de s'asseoir.

- Maintenant, c'est à moi de te soigner. Enlève ton haut.

Il laisse écouler quelques secondes. Il s'en veut un peu d'avoir balancé ça, sur le ton de la déconne, mais on n'a qu'une vie et il avait vraiment envie de maintenir une espèce de relation tendancieuse, même si c'était loin d'être le meilleur moment pour cela.

- Je plaisante, bien entendu ! Commençons par tes mains...

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cécilia Loguen
Grande méchante louve
Grande méchante louve
avatar

Surnom : Lia
Pouvoir : Morpheuse Louve
Points de Réputation : 0 points
Messages : 41

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Mer 9 Aoû - 14:33

Lorsque je m'affairais dans la salle de bains afin de récupérer la trousse de premiers secours, j'entendis Henri marmonner depuis le salon qu'il m'attendrais là-bas. Satisfaite de sa réponse, j'émettais un léger sourire et revenais au salon.
En me rendant à la cuisine, je remarquais que Henri observait les éléments accrochés au mur, je me demandais alors s'il aimait ma décoration.
Une fois revenue avec le verre d'eau que je posais sur la table, je réalisais que j'avais eu une bonne idée en l'entendant me remercier, mais surtout en le voyant vider le verre d'une traite. Mon sourire s'élargit à cette vue.

Sentir le regard de Henri me détailler pendant que je lui demandais d'enlever sa chemise me fit rosir les joues. Après que j'ai formulé ma requête, il se pencha en avant et observa sa chemise. Puis il l'enleva, comme si de rien n'était, et la laissa tomber sur le canapé. Durant la seconde où sa vision était cachée par la chemise qu'il faisait passer au-dessus de sa tête, je m'autorisais à observer son torse. Musclé, mais pas trop. Un ventre très mignon qui lui donnait un air enfantin, mais des épaules carrés et un poitrail masculin lui donnaient largement 20 ans. Rapidement, je regardais mes compresses et mon désinfectant, avant de me faire griller.

Je commençais alors à nettoyer son torse avec la compresse, et j'essayais de ne pas être gênée lorsque je le sentis frissonner sous mes gestes. Je pense que cela est dû au froid que lui procure la compresse, rien de plus. Ou bien peut-être est-ce autre chose...

Une fois que j'eus terminé de désinfecter ses mains, je me redressais légèrement et plantais mon regard dans celui de Henri.

- Je me disais aussi que je n'avais aucune plaie sur le torse, ahah. En tout cas, merci beaucoup des soins, je t'avoue que j'aurais pu les faire moi-même mais tu as beaucoup insisté et puis, je dois te l'avouer, tu t'y prends bien mieux que moi...

Sa dernière remarque me fit rougir et je secouais alors la tête avant de légèrement rigoler. Il a le don de me mettre mal à l'aise, mais de me faire apprécier la situation. Je me contredis et je déteste cela, mais j'aime qu'il me mette dans cet état. Je suis vraiment incompréhensible. J'allais lancer un sujet de conversation, mais il me devança.

-Aurais-tu un tee-shirt uni ou quoi que ce soit que je puisse mettre en attendant ? Et serait-il possible de laver mes affaires chez toi, genre t'as une machine à laver ou un truc comme ça ? Sinon, je les mettrais dans un sac hermétique et je les ramènerais chez moi, t'inquiète pas !

Il se mit alors à m'observer et à me détailler. Ayant soudainement très chaud, je me levais et ramassais les compresses usagées avant d'aller les mettre à la poubelle. Mes jambes me firent assez mal lorsque je marchais, signe que j'étais réellement fatiguée. Mais je n'avais pas envie que Henri parte, aussi surprenant que cela puisse paraitre. Me retrouver seule me ferait ressasser les souvenirs de cette soirée et de cet inconnu, qui m'a légèrement traumatisé. En repassant devant Henri, je marquais un arrêt.

- Je vais te chercher un tee-shirt, je reviens.

Une fois que je suis revenue et que je lui ai tendu son tee-shirt, je le vis attraper une compresse propre et prendre du désinfectant. Henri se lève et me fait signe de m'asseoir à sa place, ce que je fais. Je le remercie intérieurement parce que je commençais à ne plus tenir sur mes jambes.

- Maintenant, c'est à moi de te soigner. Enlève ton haut.

Mon coeur rata un battement à l'entente de ses derniers mots. Est-il sérieux ? Je veux dire, vraiment sérieux ? Mon regard soutient le sien, hors de question que je baisse les yeux, cela serait un signe de faiblesse. Je m'apprêtais alors à répliquer.

-Je ne c...

- Je plaisante, bien entendu ! Commençons par tes mains...

Henri me coupa la parole et, malgré le fait que je déteste que l'on me coupe la parole, je sentis mon corps tout entier se détendre et je laissais échapper un rire franc avant de secouer la tête. Non mais quel idiot ! Je me permis alors de le pousser légèrement avec ma main droite avant de le foudroyer -gentiment bien sûr- du regard.

- Tu fais ce genre de blagues, toi ? Surprenant.

J'avais dit cela de manière mystérieuse, souhaitant rentrer dans ce jeu dangereux que je ne connais pas assez. Puis, souhaitant me venger pour la peur qu'il m'a procurée, je me penche doucement jusqu'à son oreille avant de murmurer quelques mots, qui, je l'espère, vont le perturber comme moi je l'ai été.

- N'empêche, je suis sûre que cela ne t'aurait pas dérangé, si j'avais enlevé mon haut. Tu plaisantes toujours, là ?

J'avais dit cela tout doucement, comme si je n'assumais pas totalement ce que j'étais en train de dire,
mais que j'avais besoin de le dire. Un sourire était né sur mes lèvres et j'avais rigolé avant de me reculer et de faire comme si de rien n'était, parce que je ne voulais pas être prise à mon propre jeu et être gênée par la situation. Je lui tendis alors mes mains pour qu'il me soigne, et chacun de ses gestes me fit frissonner. Pas à cause du froid, non, plutôt parce que ses gestes étaient doux, mais assurés. Et je me surpris à imaginer s'il avait a même attitude dans d'autres circonstances...avant de chasser cette image de mon esprit. Foutues hormones. Il faut absolument que je trouve un sujet à aborder, parce que je ne veux pas qu'il parte, je ne veux pas rester seule ce soir, pas après ce qu'il a fallu se produire. Prenant une légèrement inspiration, je relève la tête et observe les yeux de Henri, occupés à observer mes mains endolories. Afin de capter son attention, je l'appelle par son prénom en murmurant légèrement.

- Henri...

Lorsque ses yeux croisent les miens, j'ai l'impression que la température monte  de dix degrés en l'espace de quelques secondes et je me demande ce que je suis en train de faire.

- Je...je voulais te dire que...Bon. Je vais te dire la vérité et tant pis si je me tape la honte. Je, je voulais trouver un sujet de conversation, une conversation qui durerait très longtemps, tellement longtemps que tu resterais ici, avec moi, toute la nuit. Parce que je ne veux pas rester seule, pas ce soir, pas après ce qu'il s'est passé, et je n'ai pas le droit de te demander ça, de te forcer à rester ou d'utiliser ma détresse pour te forcer à rester, mais je le fais quand-même parce que tu arrives à me faire oublier ce qu'il s'est passé tout à l'heure. Et lorsque je serais seule, je ne penserais plus qu'à cela, et j'aurais peur. Parce que je suis une fille, et même si je n'aime pas dire cela, j'ai besoin que tu restes, si cela ne te dérange pas, et si tu le peux. Mais, je ne veux pas te forcer, surtout pas...et si tu veux rentrer chez toi, je ne t'en voudrais pas. Saches-le.

J'avais débité tout cela calmement, quoiqu'un peu anxieuse, tout en gardant mes yeux plantés dans les siens. Mes mains s'étaient mises à trembler, alors qu'Henri était toujours en train de les soigner, et j'espérais qu'il ne le remarque pas. Mais j'assumais ce que je venais de dire, j'assumais le fait d'être faible et d'avoir besoin de quelqu'un pour m'épauler. Et j'espérais juste qu'il allait rester.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sphinx
♥ Méchant & Papillon ♠
♥ Méchant & Papillon ♠
avatar

Surnom : Sphinx
Team : Général des Météors
Pouvoir : Morpheur Sphinx (papillon de nuit)
Points de Puissance : 44 500 Points
Points de Réputation : 57 500 points
Points du Membre : 833 points
Double Compte : Bébert
Messages : 651

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Jeu 10 Aoû - 11:52

La réaction de la jeune femme fut celle escomptée. Elle semblait assez gênée par la blague et le jeune homme avait bien fait de bien vite se rattraper afin d’éviter que la situation ne devienne trop gênante.

Elle finit par laisser échapper un rire et par le pousser de la main avant de river son regard dans le sien. Elle laissa échapper qu’elle trouvait surprenant qu’il fasse ce genre de blagues, et le jeune homme ne répondit pas.

Si Cécilia apprenait ce qu’il faisait habituellement avec les jeunes femmes qu’il rencontrait en soirée, elle se demanderait où finissait la plaisanterie et où commençait l’invitation.

Comme si elle avait lu dans ses pensées et qu’elle voulait jeter toute entière dans les flammes de l’autel de la séduction, elle se pencha vers lui et lui posa une question assez sensuelle, avant de rire doucement et de s’éloigner.

Le jeune homme eut la bonté de rester muet et résista à la tentation de lui apprendre que si toute cette scène s’était passée un an plus tôt, elle aurait passée les cinq prochaines minutes à répondre à ses baisers fougueux avant d’être gentiment déposée sur le lit, et de découvrir de quelle manière le jeune homme s’y prenait lorsqu’il voulait être sûr qu’une de ses conquêtes lui rende visite régulièrement.

Il était passé en pilotage automatique et laissait libre cours à ses pensées tandis qu’il soignait tendrement les mains frisonnantes de la jeune femme. Des images, bien moins ingénues, dérivaient dans sa tête et il s’efforçait de les contenir.

En vain. La jeune femme avait ce qu’il fallait de fragilité, d’hésitation et d’innocence pour donner envie à une partie de lui de lui faire découvrir de nombreuses choses, pendant les prochaines heures. Et l’autre partie, celle qu’il avait éveillé après l’accident de ses parents, tentait de botter le cul à la première, avec cependant beaucoup de mal.

La mention de son prénom ramena le jeune homme à la réalité et il plongea son regard dans les yeux noisette de Cécilia, écoutant patiemment ce qu’elle avait à dire. Elle était vraiment trop mignonne et, en lui proposant de rester, elle faisait ronronner de contentement la sale bestiole qu’il avait enfermé dans un recoin de sa tête.

Et le pire, c’était que cette bestiole faisait partie de lui, même s’il tentait de le nier : il avait envie de faire l’amour à cette jeune femme, d’attraper fièvreusement chacune partie de son corps, d’alterner moments de passion et moments de calme jusqu’à ce qu’elle finisse par totalement oublier les mauvais moments de cette soirée. Ce n’est pas de la gnangnantise, c’est un fait.

Mais il s’était juré d’arrêter avec tout ça, de se consacrer tout entier à maintenir une intégrité physique et morale, à respecter un certain nombre de commandements qui subsistait dans les œuvres conseillées par son psy. Et coucher avec une cliente rencontrée dans la même soirée, dont il savait peu de choses hormis le fait qu’elle tenait à ses six nuggets, qu’elle avait un pote assez relou et qu’elle l’attirait mentalement et sexuellement… Bah, ça ne faisait pas partie de ses actuelles convictions.

- Ecoute, tu n’es ni en train de te taper la honte, ni en train de me forcer à rester. Si j’ai envie de partir, je partirais et tu auras beau me supplier, je ne suis pas homme à être malmené par les caprices de la gente féminine.

Il laissa échapper un petit rire, avant de reprendre.

- Mais ce que tu es en train de faire n’est pas un caprice et j’ai conscience que tu viens de vivre une expérience particulièrement traumatisante. Si cela peut t’aider à la surmonter, je veux bien rester et dormir sur ton canapé si tu m’apportes une couverture assez confortable. Par contre, même si tu ne supportes pas de rester seule dans ton lit, ne me propose pas de te rejoindre. Je ne veux pas qu’il y ait d’ambiguité entre nous, alors autant te le dire : je ne suis pas intéressé par les femmes. Pas sexuellement du moins.

C’était un demi-mensonge et Henri savait qu’elle allait le prendre pour un gay. Ce qui l’aiderait à ne pas trop se mouiller dans toute cette histoire. Il observa sa réaction. Si elle était toujours d’accord pour qu’il reste et dorme sur le canapé, il comptait tenter d’en apprendre davantage sur elle.

- Je me demandais : quand tu n’es pas occupée à faire virer des employés de MacDo, que fais-tu de ton temps libre ? Et puisque je suis dans le sujet, c’est quoi ta cuisine préférée ? Au fait, t’aurais pas quelque chose à manger, avec toute cette histoire j’ai totalement oublié que je n’avais pas mangé…

Henri dans le rôle du meilleur pote gay, relou, affamé et tout de même attentionné.

Mais au fond de lui, sa partie lubrique continuait de lui envoyer des images et des films assez sympathique, dont le scénario expliquait comment un type qui avait été pris pour un gay par une fille transformait une soirée pyjama/film d’horreur en une véritable orgie…

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cécilia Loguen
Grande méchante louve
Grande méchante louve
avatar

Surnom : Lia
Pouvoir : Morpheuse Louve
Points de Réputation : 0 points
Messages : 41

MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   Jeu 10 Aoû - 15:38

Henri ne répondit pas lorsque je chuchotais la phrase explosive, et je me demandais ce à quoi il pouvait bien penser. Il avait l'air perdu dans ses pensées, et j'étais mitigée sur sa réaction. Peut-être qu'il n'ose pas me dire non ? Ou alors, est-il trop poli pour me dire que je ne lui plait pas ? Je me fais trop de films, c'est toujours pareil.

Lorsque je mentionnais son prénom, ses yeux plongèrent dans les miens et je m'efforçais de soutenir son regard profond. J'aurais aimé déceler ce qu'il tente de cacher, ses pensées les plus profondes. Si j'avais pu, j'aurais écouté les paroles dans sa tête, même si je ne le connais que depuis quelques heures. J'eus l'impression que le silence durait trop longtemps, jusqu'au moment où il me répondit.

- Ecoute, tu n’es ni en train de te taper la honte, ni en train de me forcer à rester. Si j’ai envie de partir, je partirais et tu auras beau me supplier, je ne suis pas homme à être malmené par les caprices de la gente féminine.

Il laissa échapper un petit rire craquant qui me fit sourire de soulagement. Avant que je n'ai pu dire quoi que ce soit, il enchaîna.

- Mais ce que tu es en train de faire n’est pas un caprice et j’ai conscience que tu viens de vivre une expérience particulièrement traumatisante. Si cela peut t’aider à la surmonter, je veux bien rester et dormir sur ton canapé si tu m’apportes une couverture assez confortable. Par contre, même si tu ne supportes pas de rester seule dans ton lit, ne me propose pas de te rejoindre. Je ne veux pas qu’il y ait d’ambiguité entre nous, alors autant te le dire : je ne suis pas intéressé par les femmes. Pas sexuellement du moins.

Heureusement que je n'étais pas en train de manger, ou de boire, et que j'étais assise au moment où il a prononcé ces mots. Pour une surprise, c'est une surprise. Je suis tellement choquée que je ne sais même pas comment réagir, je n'avais pas envisagé une seule seconde la possibilité qu'il ne soit pas attiré par les femmes, parce qu'il m'a donné l'impression du contraire toute la soirée. Après le choc, vient la déception. J'avais un bon feeling avec lui, même si je ne le connais que depuis quelques heures. Je pense qu'il aurait pu me correspondre, et puis...physiquement, j'aime beaucoup. Cécilia...arrête de te torturer, il n'y aura rien. Nada. Je soupire intérieurement et affiche un sourire -mince- mais sincère.

- Oh, d'accord ! Il n'y a aucun soucis, tu peux quand-même rester, si cela te va ?

Henri me demanda ensuite ce que je faisais de mon temps libre, à part embêter les employés du Mc Donald's, chose qui me fit rire. Ensuite, il poursuivit en parlant de cuisine, et me fit remarquer qu'il avait faim. Oh oui, il n'a pas mangé lui !

-Je te propose de t'expliquer tout cela pendant que je te prépare quelque chose à manger ? Désolé mais je n'ai pas fait les courses, j'ai des pâtes, ou du riz...qu'est-ce-que tu préfères ?

Pendant ce temps, je m'étais levée et j'avais décidé de préparer les ustensiles. J'ai sorti la casserole, pus j'ai allumé la plaque de cuisson. Ensuite, je me suis lavée les mains.

- Je t'avoue qu'embêter les employés du Mc Do me prend énormément de temps...ceci dit, j'ai quand-même un peu de temps libre, et je pratique de la danse, six heures par semaine : du jazz et du classique. Je bosse dans une boulangerie le samedi et le dimanche pour payer mon loyer, d'ailleurs je m'excuse en avance mais demain matin je devrais partir tôt...et sinon ma cuisine préférée, c'est le poulet à la noix de coco. Et toi ? Dis-moi, quels sont tes passe-temps ? Et ta cuisine préférée ?

Pendant ce temps, j'avais cuisiné et je lui apportais son plat sur la table basse du salon, avec fourchettes, eau, et couverts. Je m'installais ensuite face à lui,
et posais ma tête sur mes coudes. Pensive, je me rappelais les circonstances de notre rencontre et me mis à rire.

- C'est quand-même dingue, quand tu repenses à la manière donc on s'est abordé ! Je suis quand-même soulagée que ton boss ne t'ai pas viré, je m'en serais voulu terriblement.

Je fais une légère moue et pince mes lèvres en pensant à ce qu'auraient pu être les conséquences de ma méchanceté. Je n'aime pas être comme ça, mais je n'ai pas envie de me laisser faire et c'est plus fort que moi.

- Du coup, encore désolée pour le coup des nuggets, et surtout merci pour...tu sais...pour tout à l'heure.

Et voilà, je réussis toujours à me gêner moi-même. Je n'ai besoin de personne,
la preuve. Voilà que je triture mes mains nerveusement en repensant à l'action héroique de Henri, mais aussi au fait que j'ai imaginé des choses alors qu'il n'y a aucune chance qu'elles ne se produisent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et avec ceci ? Ce sera tout ? [PV Sphinx]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» TNT - la télé tout numérique
» ON VA BIEN PLUS LOIN AVEC UN MOT GENTIL ET UN FLINGUE, QU'AVEC UN MOT GENTIL TOUT SEUL.
» Oeufs au lait ou crème caramel.
» un lien avec Miss Je sais tout
» Skrillex Tous ses titres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dream Land Infinity RPG :: RP :: Le Monde Réel :: Europe-
Sauter vers: