AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Garçon ! Une immunité diplomatique svp ! [PV Joy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Carvey
Le marchand lapin
Le marchand lapin
avatar

Pouvoir : Marchand d'artefacts
Points de Puissance : 25 000 points
Points de Réputation : 35 000 points
Points du Membre : 330 points
Messages : 194

MessageSujet: Garçon ! Une immunité diplomatique svp ! [PV Joy]   Mar 14 Fév - 22:49

Je suis à l'entrée de Justicity accompagné de Joy. Je suis monté sur le dos de Bob et j'attends que mon ami voyageur gare son vanne tout déglingué avant d'entrer dans le royaume. Je lui ai conseillé d'abandonner l'idée de circuler en voiture dans le royaume des procéduriers par ce que ce serait un coup à finir très vite, approximativement en 12 secondes, avec une trentaines de PV sur le fion. Ouais, quand elle veut, l'administration peut être très rapide. Juste pour te faire chier j'ai remarqué. Sinon elle prend ton temps... juste pour te faire chier aussi. Pour ma part, je suis obligé de circulé à dos de Bob bien que ce soit risqué aussi pour mon cul. Mais je le fais par ce que la dernière fois que je suis venu ici, on a été foutu de me coller un procès pour publicité mensongère par ce que je suis "le marchand lapin" et que j'ai pas de lapin. Je crois que rien qu'en vous disant ça, vous prenez la mesure d'à quel point ce royaume peut être pète burne quand il le veut. Je vérifie mes papiers et autorisations. Par ce que ouais, avant de venir j'ai dû me procurer des autorisations et papiers divers pour justifier de certaines choses. J'ai fais appel à un spécialiste de ce genre de questions que j'ai dû payer assez chère pour m'assurer de me filer les autorisations et papiers suffisants pour pouvoir entrer dans la ville sans être trop emmerdé par n'importe quel juriste un peu zélé ou procureur pointilleuse qui voudrait faire un exemple pour le crime horrible d'avoir coupé mes cheveux 1 millimètre plus court que la réglementation pour une coiffure de cette catégorie. Sincèrement je me demande ce que les humains ont dans la tête pour penser à ce genre de conneries monumentales et former par leurs esprits un royaume comme ça. Je vois Joy revenir. Je l'ai pas mal briefé sur ce royaume.

Mais qu'est ce qu'on fout ici vous vous dites braves lecteurs déconcertés par le fait que mes dernières aventures à Rokhan, soit un peu l'autre bout de Dreamland se soient finit de façon aussi sèche sans même préciser ce que j'ai fais à Rokhan durant plusieurs nuits avant de venir ici. Bah j'ai un peu marchandé, bazardé du stocke pou me faire un peu d'argent. Vendu des trucs qui me servaient à rien et que je savais qu'il y aurait un repreneur. J'ai aussi pas mal glandé par ce que je savais que j'aurai un programme chargé dès que je quitterai le royaume. En effet, j'avais déjà à l'époque en tête de participer à va nuit du Kitsune s'annonçant, sachant qu'il y avait moyen de tirer profit de la merde qui surgira forcément d'un tel événement en une période aussi troublée. Et puis je dois cogiter à mon plan B. B comme « je Baise Deus !!! » Hum mais reprenons-nous et évitons les vulgarités qui pourraient choquer les enfants. Je vois Joy revenir vers mois. Il a dû se prendre la tête avec le gars du parking vu la tronche boudeuse qu'il tire. Ça m'arrache un léger sourire.

- Alors, ça c'est bien passé ? T'es prêt à y aller ?!

Mon ton est un brin sarcastique puis mon sourire s'efface alors que je pense à la chose qui nous attend.

- Bon. Par contre je te cache pas Joy que je suis pas forcément confiant. Law est reconnu pour être assez imprévisible. Par ce qu'il a une façon de penser tellement psychorigide qu'elle en devient complètement singulière. Certains diraient qu'il est mathématique mais je pense pas. Les math c'est trop logique pour décrire son comportement. Enfin c'est toi l'expert des math' qui pourra me dire ce que tu pense de lui à ce niveau. Bref, quand je t'ai dis qu'il pourrait t'aider par rapport à ce qui s'est passé à wordsmen. À vrais dire j'en sais rien. Il serait bien capable de t'enfoncer encore plus. Mais je pense que c'est un risque à prendre. Je comptais juste te redire ça avant qu'on se lance dans le bain.

Je regarde alors la citée de la justice qui s'étire devant nous. Je sors finalement d'une de mes poches accrochée à mon pantalon un petit bouquin que je lance à Joy.

- Et tiens ! Prends ça et surtout suis à la lettre ce qui est écrit. Et bienvenue dans mon monde ! Tu vas voir que rencontrer du gratin pour négocier c'est pas de tout repos.

J'adresse à Joy un léger sourire de connivence teinté d'affection. Je me rends compte que vraiment, j'apprécie beaucoup ce voyageur. Faut croire qu'à mes yeux il est pas tout à fait comme les autres. Je crois sincèrement que c'est l'une des rares personnes avec qui je prends autant de pvaisir à voyageur. Ou plutôt c'ets l'une des rares personnes avec qui je ne me lasse pas de voyager. Ah et au fait, vous vous demandez ce que c'est ce bouquin de poche ? « Code de l'étiquette » J'ai annoté personnellement la partie sur les rencontres avec un roi. Et vous me croirez ou non mais il y a un chapitre exprès pour Law ainsi qu'un autre pour Pompadour, va reine de l'étiquette et des manières. Non pas que Law soit maniéré ou tienne à l'étiquette. Juste qu'il se conforme aux codes de façon exacerbée et pour les attentions qu'on doit lui porter en tant que créature du peuple voulant le rencontrer, nous nous devons de nous reporter à ce code sous peine qu'il attente une procédure contre nous.

- En espérant qu'il daignera nous donner une audience. Par ce que je pense que pour toi comme pour moi, il n'y a que le juge suprême de Justicity qui pourra nous aider.

Ah oui ! J'ai pas dis pourquoi j'étais là moi au fait ?! Je veux que Law soit là pour valider ma futur transaction avec Deus pour justifier qu'elle soit bien faite dans les règles. Il y a des chances que Deus en ai rien à foutre de la loi qu'impose Law. N'empêche qu'aux yeux de Dreamland entier, je serai dans mon bon droit si j'arrive à me démerder comme je veux et Law sera le premier à me protéger d'une volonté de vendetta de Deus et d'autres se joindront à lui si lui me soutien. Avoir Law en soutien dans ce genre de situation est juste la meilleure chose à faire.

Nous commençons alors à entrer dans la ville. Je me demande si tout va se dérouler comme prévu. J'aimerais bien franchement. Mais vous enculés d vecteurs, vous voulez du rebondissement hein ?! Vous avez qu'une envie, c'est qu'il nous arrive des emmerdes ! Je vous hais bâtards !

Cordialement, votre marchand d'amour !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joy Killamanjiro
Indiana Joy
Indiana Joy
avatar

Pouvoir : contrôleur des chiffres
Points de Puissance : 40 000 points
Points de Réputation : 55 000 points
Points du Membre : 694 points
Double Compte : Diavolo Mayor
Messages : 677

MessageSujet: Re: Garçon ! Une immunité diplomatique svp ! [PV Joy]   Mer 15 Fév - 9:17

- Pour ceux qui partent du côté de Canin-ville, sachez que suite aux préparations de l’événement, les routes qui mènent à la capitale sont bouchées, on nous signale des ralentissements et des retards prévus sur les livraisons de croquettes.
- Va savoir où la nourriture va encore se nicher, n’est-ce pas Christine ?
- Merci Jean-Paul, une nouvelle fois RadioAuto remercie votre humour pour détendre les humeurs de nos conducteurs très patients.
- Encore un peu plus patients et ils finiront chez le médecin ! Voilà, j’attends vos réactions !
- Doucement tout de même, à force vous allez causer des accidents de rigolade.
- Mort de rigolade !
- Pour ceux qui approcheraient de la première zone…
- Idiota !
- Chut Mylène !
- Gilipollas !
- La ferme Mylène ! Et je te signale que je comprends l’espagnol !
- ...Il vous faudra patienter quelques petites heures en raison d’un accident dû à un choc frontal entre un boiteux de Tic Town et un poids lourds. On nous signale que le poids lourd est parti à l’hôpital et le boiteux git sur le bas côté.
- Très drôle celle là Christine !
- Pardon ?
- Rien rien. Avant l’arrivée de notre invité politique de la semaine, Super Sauveur, j’aimerais saluer le restaurant routier de la rocade nord de Firania, et son risotto qui m’a donné des envies d’aller cultiver du riz au Royaume Débridé. Voilà, j’attends vos réactions !
- Mais qu’est-ce que c’est que ces radios ?




Radio éteinte, Joy fonçait avec son van noir Mylène Farmer, pour changer de coin le temps d’une nuit. Il avait déjà été à Justicity, pour foutre le bordel dans une soirée privée de la Famille, mais là il avait été prévenu au dernier moment de l’arrivée de Carvey sur la zone, alors qu’il glandait joliment dans la Plaine Céleste sur le toit de Mylène, dans sa nuit réservée « lecture du Dreamag et touchette », le gros chill quoi. Il fonçait donc sur quatre roues à travers les plaines, en écoutant des groupes de musique oniriques et des speakers pour le moins étrange. On n’était pas loin de Radio Bonheur, avec le bonheur parfois en moins ! Avec tout ça, il se demandait bien ce que Carvey allait trouver comme arnaques cette nuit, parce qu’il était clair que le marchand avait depuis quelques temps de la suite dans les idées, de quoi le sortir de son anonymat, obligatoire pour un marchand qui désire vendre le monde entier. Tiens, la chanson passait justement à la radio, avec une reprise d’un émouvu des plus...déprimants mais sublimes.









Étrange comme cette chanson lui faisait penser à son lien avec les créatures en général, à celui tenu avec Carvey en particulier. Il y avait quelque chose de naturel, de non-dit mais que tous les deux comprenaient quand ils voyagaient ensemble, qui était là, présent, discret dans cette chanson fabuleuse, qui disait beaucoup sur eux deux, venus de deux mondes différents. Deux mondes vendus aux pires des marchands, les marchandes d’armes, les vendeurs d’âmes. Rois, reines, fous, laquais, pantins…

En réfléchissant, Joy zieuta dans la boîte à gants en faisant gueuler Mylène qui n’aimait jamais qu’on fouille son compartiment secret. Il avait des papelards par dizaines, dont un sur sa coupe de cheveux, un sur ses vêtements, un sur la place de parking et un autre sur son sac un peu en lambeaux. Justicity était tellement chiant qu’il valait mieux prévenir plutôt que guérir. La première fois, il était venu comme invité de marque, en costume vénitien, pour la Famille – autant dire qu’on lui avait foutu une paix royale, en dehors de toute législation. Mais là, il s’agissait de rencontrer le Roi, Law Legato. Un maniaque de la loi, de l’ordre et de la modération. Après Rokhan, ça ferait deux rois visités dans la même semaine quasiment, Joy se la jouait diplomate de cour. Mais tout cela, c’était pour Carvey, qui, de plus en plus, devenait un pote, un camarade de voyage, et un gars qu’il affectionnait tout particulièrement. Il était prêt à tout avec lui, et ça rendait les nuits encore plus marrantes à explorer, à provoquer parfois.

Il se gara à l’entrée du Royaume, mit une vignette pour justifier de la place de Mylène et alla saluer le marchand qui arrivait sur Bob son fidèle lapin destrier.




- Salut ! Prêt à y aller, comme d’hab ! Law Legato me fait pas peur, je suis sorti en vie du tribunal de Babel dirigé par la famille des Mots ha ha ha ! C’était pas drôle en fait…




Oui, une des raisons de la venue du matheux : éventuellement rendre le verdict de Dialeg invalidé par Law Legato. Il était neutre, sans alliance, et puis Joy n’irait pas forcément agiter la décision du Roi de la Justice sous les yeux de l’autre Roi, mais il garderait ça sous le coude en cas de force majeure, comme une venue obligatoire à Wordsmen. On ne savait jamais ce qui pouvait arriver, surtout maintenant que la guerre régnait sur toutes les zones.
Carvey fila au matheux un bouquin qu’il se mit à lire. « Le Code de l’Etiquette », manière de lui faire comprendre qu’il se comportait comme un rustre avec les créatures royales de Dreamland ? Pas faux, confère Palais de Deus pour ceux qui se posaient encore la question. Le temps de marcher, Joy lisait le bouquin en écoutant le marchand d’une voix distraite. Du coup, vous vous demandez sûrement ce que dit ce fameux « Code de l’Etiquette », non ? Coup de bol, Joy parlait à voix haute pour bien emmerder Carvey et Bobby, et leur rappeler à tout hasard ce qu’il faudra faire, comme une ultime révision, un peu !




- Introduction...je sens que ça va m’emmerder...
Les peuples sur qui nous régnons, ne pouvant pénétrer le fond des choses, règlent d'ordinaire leur jugement sur ce qu'ils voient au dehors, et c'est le plus souvent sur les préséances et les rangs qu'ils mesurent leur respect et leur obéissance »
Avec un calendrier et une montre, on peut à trois cents lieues d’ici dire ce qu’il fait
Grand un.
Les bienséances d’usage, de paroles et de comportements...blablaba oui bon...ah, tiens : le toucher, l’approcher, lui souffler dessus, invoquer un nuage de pluie éternelle, lui montrer des regalias ou des attributs ithyphalliques est formellement proscrit. Ses vêtements ne peuvent souffrir la moindre contrariété, ni sa coiffure, ni son ornementation journalière et nécessaire dans le cas de l’aliné huit point deux de la convention sur l’uniforme en vogue, décidé par le susnommé dénomme Roi de la prénommé Justicity. Surtout les gars évitez d’écrire avec des mots qu’on pourrait comprendre bordel ! Bon...ah tiens, sur les doléances : Law Legato a créé dix huits étapes pour correctement lui parler lors d’un passage de doléances. Une seule de ses étapes oubliée peut invalider et conclure le passage de doléances. Bah allez vous faire foutre quoi. Quoi, il faut s’incliner en plus ? Putain…
Grand deux
Des règles d’usage des appartements, du personnel et des transports pédestres. Sont sérieux ? Ils ont codifiés la manière de se déplacer au sein du palais de Legato ! Alors voyons...si la politesse est de mise face au susnommé régent, la même politesse sera de rigueur avec son personnel. Les règles autorisent le mépris, la condescendance, l’énervement soudain et deux frappes de petits calibres sur l’une des deux joues, si le petit personnel est prévenu d’avance et montre sa feuille de soins allouée mensuelle, dans le cadre du paragraphe cent vingt huit sur les coups et blessures reçus lors d’un travail effectué, remboursé à hauteur de trente cinq pour cent, si jamais la cotisation ne dépasse par le seuil des vingt cinq donnés hebdomadairement à la caisse de prévoyance de...attends y’a ça sur trois pages ! Royaume de barges !
Grand trois
Les complications sont réglées immédiatement par Law Legato ou ses greffiers, adjoints, avocats, juges, magistrats divers, ou toute personne désignée par un diplôme étatique capable et en capacité de rendre efficacement la justice. En cas de litige, des procédures de litiges doivent être déclarées au moment du litige, rendant ainsi le litige litigieux. Law Legato peut énoncer de nouvelles lois applicables immédiatement et rétroactives, comme le stipule le petit quatre de la déclaration de ses capacités régaliennes, l’absence de contre-pouvoir, et les pouvoirs sacrés du Roi de la ville dénommée précédemment….okay, on est des merdes quoi.





La ville commençait à être en vue, mais des troupes marchant au pas de l’oie venaient droit vers les deux compères. Ils marchaient tout en courant, ces soldats, ce qui donnait une impression vraiment étrange de course au ralenti, régulée par des lois précises et sûrement apprises par coeur. Les deux chefs de troupes, une fois à leur niveau, prirent la parole.



- Bonjour, créature, voyageur. Vous entrez sans prévention dans le territoire délimité présentement par mes pieds de Justicity, la ville de la Justice. Conformément à nos lois, avez-vous de quoi justifier votre entrée chez nous ?
- Je note le procès-verbal, créature, voyageur, pendant que mon collègue prend la parole. Tout ce que vous direz sera utilisé contre vous en cas de litige reconnu comme étant litigieux.
- Excusez-moi mais…
- Vous n’avez pas encore la parole, mon collègue n’a pas dit « vous pouvez nous répondre ».
- Oui, je ne l’ai pas dit. Vous pouvez maintenant nous répondre.
- Bon, Carvey, moi je lis le bouquin, tu t’occupes de ces messieurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carvey
Le marchand lapin
Le marchand lapin
avatar

Pouvoir : Marchand d'artefacts
Points de Puissance : 25 000 points
Points de Réputation : 35 000 points
Points du Membre : 330 points
Messages : 194

MessageSujet: Re: Garçon ! Une immunité diplomatique svp ! [PV Joy]   Lun 17 Avr - 18:06

J'étais au bord de la syncope quand Joy commence à répondre aux gardiens de la paix locaux. En pas 3 répliques il avait faillit les faire foutre en taule 6 fois. Ça promettait avec le juge suprême. Heureusement, j'ai un atout dans ma poche pour sauter les procédures. Par ce que sinon en effet, on y est encore dans 10 ans. Et dire que certains ont la patience d'attendre que toutes les procédures se règlent pour voir Law. Ce qui est marrant, c'est que des fois, des mecs entamaient des procédures pour avoir des audiences avec des roi de Justicity puis le roi mourrait juste avant que la procédure soit finit, ce qui fait qu'ils devaient recommencer du début avec le nouveau roi. Nan c'est pas marrant en fait. Mais moi j'aime bien les anecdotes. Nous voilà donc face à une petite troupe de type,un qui prend en note tout ce qui est dit et fait. Et les autres qui relèvent à peu près tout et n'importe quoi. Je me suis assuré de salir un peu le poil de Bob pour qu'il soit pas trop brillant et éviter un Procès pour atteinte oculaire. Bah ouais ! Son blanc est trop éclatant. Je vous donnerai pas la marque de son shampoing pour lapin sinon on va m'accuser de publicité dissimulé dans ma narration.

Heureusement en tous cas, Joy comprenant qu'il pige décidément rien à ces cinglés abandonne et me laisse gérer le bordel. Ce que je ne dis pas, c'est que moi même, j'ai jamais trop su comment gérer ces gros cons plus à cheval sur la loi que moi je suis à cheval sur mon lapin ou qu'Athia n'est à cheval sur moi. POPOPOOOOOOOOOOOOO !

Bon ça c'est fait ! Passons donc au dialogue avec les agents.

- Bonjour madame, messieurs les agents mobiles de la citée de Justicity. (faut rien oublier sinon on peut être taxé de discrimination ou autre) voilà nos papiers.
- Votre ami compte lire en marchant ? C'est dangereux. Mise en danger d'autrui...
- Au pire il pourra monter  sur mon lapin.
- Impossible. Votre permis montre une charge autorisée qui serait dépassée avec un passager supplémentaire.
-  Pouvez-vous me montrer l'article de loi qui interdit de lire en marchant madame messieurs les agents mobiles de la citée de Justicity. ?
- Bien sûr.


L'un d'eux fait alors apparaître un bouquin annoté qui était dans son sac : « Code du déplacement sur la voie publique » et ça semble aussi épais que le dico d'insultes gitanes.  Il me montre l'article de loi qui atteste ça. En effet on est bloqué... a moins que... Je regarde la jurice prudence.

- Je vois... Cependant, depuis l'affaire law legato contre Justicity, on a le droit de s'instruit à propos du droit en permanence. Or la lecture de mon collègue est en vue de s'instruir à propos de procédure de rencontre de sa majesté law legato Roi de Justicity.

Ils regardent l'ouvrage que tient Joy et finissent après une petite discussion entre eux par admettre que j'ai raison. Putain que je suis bon ! Mais les mecs ils lâchent rien de rien !

- Créature, vous avez dit vouloir rencontre sa Majesté Law Legato, roi de Justicity mais ce n'est écrit nulle part dans vos papiers. Les raisons d votre entrée en ville sont je cide « demande d'audite et de conseils juridique ».
- Eh bien madame messieurs les agents mobfiles de la citée de Justicity, c'est le cas. Mais nous demandons une audite auprès de Law Legato, roi de Justicity.
- Dans ce cas, pourquoi n'est-ce pas précisé ?! Vous devez savoir que la procédure est différente pour rencontrer le roi de Justicity.
- Certes oui. Mais les lois de Justicity autorisent à se diriger vers le spécialiste juridique de notre choix. Or nos questions sont de l'ordre du droit des royautés. Or tut le monde sait que Law Legato en est le plus grand expert.


Ouais il y a un droit spécial qui sapplique à tout ce qui concerne les décisions ou les traités royaux. Allez savoir pourquoi.

- Certes mais notre roi n'est pas un juriste comme les autres.
- Sauf votre respect, je ne suis pas un visiteur comme les autres.
- En quelle vertue ?
- En vertue des immunités diplomatiques.
- Vous êtes diplomate ? De Rokhan ? Il n'en est pas mention dans vos papiers.
- la procédure n'a pas été faite encore. C'est tout neuf.
- Bien... Alors dans ce cas, vous devez m’apporter un justificatif si votre situation n'a pas encore été régularisée.


Je sors d'une de mes bourses à ma ceinture le sceau royal que Maghior m'a confié. En fait je suis pas diplomate. Pas officiellement. Enfin, je l'ai été pour quelques nuits quand j'ai été à Saharia mais passons ces détails. En tous cas, ce sceau fait parfaitement foi de mon statut de diplomate. Et en effet, les diplomates sont comme les royaux, soumis à un droit particulier, disposant de passe droit et de coup-file pour aller voir law legato notamment.  Ils examinent l'objet. Font appeler un contrôleur des faux qui met 10 minutes à venir durant lesquels on a pas le droit de dire quoi que ce soit ou ça pourrait être considéré comme une tentative de subordination d 'agents publiques de l'ordre. Le type estime l'objet, estime que c'est un vrais. Nikel !

- Bien ! Tout est en règle alors. Vous pouvez entrer en ville.
- Merci de votre accueil et de votre bienveillante et légalisante pris en charge madame monsieur les agents mobiles de la citée de Justicity.

On nous laisse alors passer Joy et moi, nous entrons en ville. Je commence à me réjouir et je m'en vais faire profiter de ems réjouissance à Joy.

- Bon ! Ça c'est plutôt bien passé. Ouais je t'ai pas dit mais je peux avoir le statut de diplomate avec ce sceau que j'ai négocié à Maghior. Avec, ça donne pas mal de passe droit et de donner des coups de canifs dans certaines procédures. Et ce qui m'arrange le plus, c'est que les diplomates sont en partie soumis au droit de leur royaume d'origine et je pense que tu devines facilement que le droit de Rokhan est un peu moins lourd que celui de Justicity. Ça va surtout m'être utile pour l'étiquette. Par ce qu'autantvaw est atatché à l'étiquette, autant, il y a deux écoles de pensées en terme de coutumes diplomatiques. Soit tu pars du principe que tu dois te soumettre aux coutumes du royaume accueillant soit tu gardes tes propres coutumes. Heureusement, Law est un partisan de la seconde.  

Soit dit en passant, il est considéré comme une coutume de Rokhan de débarquer à l'improviste comme un connard. Ça m'arrange pas mal. J'ai pas 15 ans de paperace à perdre pour rencontrer un juriste ampoulé. Quand soudain... (j'adore cette réplique putain!) une troupe de créatures en uniforme et armée nous encercle. L'un d'eux nous gueule alors.

- Carvey ! Joy Killamanjiro ! Vous êtes sous le coup d'un mandat d'arrêt dans deux royaumes : Justicity et Albiana pour vol de relique, arnaque et trafique humain !
- Oh naaaaaaan ! Manquait plus qu'eux !

La police inter-royaumes qui dans les faits n'officie qu'à Justicity par ce que ce royaume signe toutes les demandes de mandat d'arrêt inter-royaumes. En gros, ils attendent que les gens se pointent à Justicity et les arrêtent. On les appelle... Inter-popol.  Non ! Pas comme Popol Mayor. Les mecs commencent à nous énoncer nos droits... on en a pour trois plombes sachant qu'ils commencent par dire qu'on a le droit de respirer durant la procédure. Eh mais... au passage... C'est moi où ils nous arrêtent pour la fois où on a volé un totem phallique à albiana en échange du pote de joy qu'est tout aussi phallique ? Je me tourne vers Joy en levant les bras au ciel.

- Par contre l'immunité diplomatique ça marche pas contre les mandats d'arrêt inter-royaumes. J'espère que t'as un bon avocat.

Je sens que ça va être long... mais long !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joy Killamanjiro
Indiana Joy
Indiana Joy
avatar

Pouvoir : contrôleur des chiffres
Points de Puissance : 40 000 points
Points de Réputation : 55 000 points
Points du Membre : 694 points
Double Compte : Diavolo Mayor
Messages : 677

MessageSujet: Re: Garçon ! Une immunité diplomatique svp ! [PV Joy]   Dim 30 Avr - 13:40

Le poto Carvey se chargeait des régler les histoires administratifs qui passaient au-dessus de la tête de Joy. Un matheux aurait pu pourtant faire un effort, mais le droit était une torture supplémentaire pour le jeune voyageur qui avait, comme tant de parlementaires, une phobie administrative aiguë, surtout au moment de payer des trucs à des gens, ou d'écouter un vague contrôleur débiter un livre de lois appris par cœur. Même dans Dreamland, les relous étaient légion. Joy se prit à sourire gentiment en écoutant son pote marchand essayer de se dégager des vases terribles de la communication dans Justicity, mais rapidement ça se mettait quand même à puer.

Le matheux reconnaissait un certain talent au marchand pour se sortir des mauvaises situations. Un peu de bagou, du répondant, de l'improvisation et un poil de culot, et le cocktail commercial marchait du feu de dieu. La conversation se retournait à leur avantage, de par les justifications tordues de Carvey, si bien que les créatures commençaient à chercher la faille avec difficulté. Chercher des failles, c'était finalement leur job, tout ce qu'on pouvait leur demander. Le droit plaçait des règles pour mieux observer les brèches et les colmater le plus vite possible. Le problème avec les brèches, c'est qu'une loi pour faire barrage peut à terme également bloquer une autre loi pour faire barrage. Ainsi, on se retrouve avec une loi pour tout, et finalement personne ne pouvant la respecter. Joy mit cette idée dans un coin de sa tête pour la suite de la nuit, se jurant de chercher des failles dans la ville. Les fous rigides des lois ne sauraient tolérer des failles dans leur propre royaume, alors il vaudrait mieux s'armer avec des failles observées ça et là, dans le doute.

Les deux compères finirent par passer grâce au talent de Carvey, et Joy reprit le cours de ses pensées vers la nuit qui les occupaient. Il écouta attentivement le marchand sur les manières de faire respecter la loi et ses détournements, tout en réfléchissant. L'adaptation au cas par cas, c'était une des possibilités...mais un grand danger. Première faille visible. Une loi soluble dans la masse ne sert plus à rien, elle devient une promesse, qui n'engage alors que ceux qui y croient encore. Une leçon pour les démocraties actuelles du monde réel, au passage. Les diplomates pouvaient donc agir différemment, mais dans le respect des royaumes respectifs. Le pouvoir et la puissance, une fois encore, n'étaient que les deux moteurs déguisés de la bonne marche de Dreamland.



- Diplomate hein ? J'y pensais, pour Mathematica. Une de ces prochaines nuits, je souhaite aller voir mon Seigneur, Euclide, pour obtenir un titre honorifique. Ton exemple me fait réfléchir, et si je veux avancer plus vite dans l'équilibre, il me faudra des soutiens qui comptent dans Dreamland, et pas uniquement chez les voyageurs.


Il prit ensuite un temps de silence pour réfléchir aux comportements liés à l'étiquette. Bien sûr, c'était une chose dont on pouvait aussi discuter dans le monde réel, mais la dualité du réel et du monde des rêves était telle que le matheux esquissa un sourire entendu, un peu narquois.


- C'est drôle, d'entendre qu'un Seigneur de Dreamland garde et fait garder les coutumes d'origine. Nous autres, voyageurs, on ne peut pas vraiment – pas toujours – garder les coutumes du monde réel, se comporter comme là-bas...on nous fait remarquer que nos coutumes ici ne sont pas souhaitées ni appréciées, alors on s'adapte. Ou pas. Finalement, il faudrait établir un livre de lois qui concernait les règles de vie essentielles entre voyageurs et créatures, pour qu'on sache un peu mieux ce qu'on doit faire, ce qu'on ne doit pas faire, qu'on soit des deux côtés du monde...qu'en dis-tu ?


Quand tout à coup (y'a un copyright sur celle-là) une troupe arriva sur eux et les encercla tandis que Joy finissait de questionner son camarade. Les emmerdes arrivaient comme un code civil balancé par un joueur de base-ball, comprenne qui comprendra, parfaitement !


- Carvey ! Joy Killamanjiro ! Vous êtes sous le coup d'un mandat d'arrêt dans deux royaumes : Justicity et Albiana pour vol de relique, arnaque et trafique humain !
- Oh naaaaaaan ! Manquait plus qu'eux !
- Vol de relique ? Il parle de quoi ?


Il n'y avait qu'une seule relique qui avait été volée, celle d'Albiana, le phallus du totem qu'ils avaient pris en tout légalité en échange de Jock. Le matheux écarquilla les yeux, ne pensant pas qu'une telle affaire continuerait bien plus tard ici, sur les terres de la Justice. Alors le village de créatures avait lancé un mandat contre eux, jugeant qu'il s'agissait donc d'un vol. Ouais, vu de leur point de vue de nudistes, c'était pas totalement faux, et franchement normal, mais ça tombait assez mal...Carvey se tourna vers son camarade et lui parla d'un avocat, et c'est alors qu'il apparut, un peu comme une invocation, dans un nuage de fumée, de feuilles et toussotements fragiles.


- Sasuke Uchiwa !
- Fais pas le mariole, Jock, on est dans la merde, j'ai dû t'invoquer en narration !
- Ah, on en est là ? J'ai pas tout compris, maintenant je me rétère...réétèré...teréere...réfère ! Je me réfère à ton ton à tata à ton ton pardon pour savoir ce que tu me veux ! Alors c'est quoi le souci ?
- Monsieur Jock, village natal de Kazinopolis, c'est bien vous ?


Les types étaient à genoux, les yeux en train de lâcher des constellations de larmes d'émotion, d'admiration, et sans doute une pointe d'amour refoulé, devant un Jock qui venait d'être invoqué alors qu'il semblait manifestement en train de déféquer, ou alors son absence de froc et sa posture étaient sans doute inexplicables. Jock, le doigt dans le pif et l'air complètement hagard les regardaient avec une curiosité maladive et complètement bovine.


- Qu'est-ce que vous me voulez ?
- Depuis quand t'as la voix de Pop Hip, Jock ?
- J'ai avalé de l'hélium méthanisée par les titans d'or de ma ville, y'a deux jours. Qu'est-ce qu'ils me veulent ceux-là ?
- Monsieur Jock, la terreur des avocats, le bandit des magistrats, le légendaire témoin, l'indic fabuleux et le paratonnerre aux deux neurones...les textes sacrés parlent de vous, de celui qui viendra dans Dreamland pour apporter tous les procès du monde !
- J'ai rien capté, mais ça a l'air cool.
- Concrètement les gars, ça veut dire quoi ?
- Outre que vous bafouez une dizaine de lois avec vos questions, Monsieur Jock est appelé « la fin de tous les livres ». Il est dans tous les livres, il répond à tout.
- A tout ? Ce serait nouveau tiens.
- Non, à tous les chefs d'inculpation. Il a fait toutes les transgressions possibles par rapport aux lois édictées par notre Seigneur, Law Legato...c'est une légende pour les jeunes avocats qui travaillent sur des exemples pris sur sa vie quotidienne.
- Waouh...je suis célèbre !
- Et cela vous amène à un total de 3,568,468,148 années de prison ! Et il est pour moi ! VOUS ÊTES TÉMOINS !
- Tu cries dans la rue, selon la loi sur le niveau sonore et les décibels du respect, tu es en infraction ! Nous t'arrêtons avec eux !
- Je m'en branle ! J'ai eu le légendaire accusé ! Jock en personne ! Je peux mourir en paix !


Le policier des lois sortit un flingue et se le plaça dans la bouche, avant de se faire sauter le caisson devant le trio médusé et les gardes. Jock, immobile, semblait être en train de disparaître sous sa propre légende.


- Waouh...je suis célèbre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carvey
Le marchand lapin
Le marchand lapin
avatar

Pouvoir : Marchand d'artefacts
Points de Puissance : 25 000 points
Points de Réputation : 35 000 points
Points du Membre : 330 points
Messages : 194

MessageSujet: Re: Garçon ! Une immunité diplomatique svp ! [PV Joy]   Sam 6 Mai - 21:27

Joy comprenait un peu ma démarche et semblait vouloir l'imiter. Et je ne pouvais que l'en encourager. En effet, mon objectif presque constant est de faire du réseau. Me faire des alliés, des personnes capable de me soutenir en toute situation. Bon, des fois je me fais des ennemis mais j'ai l'impression que j'arrive à me faire des connaissances positives plus que je ne me fais d'ennemis. Et des amis puissants si possible. S'ils ne sont puissants, je les préfère influent. Et si ce ne sont de réels amis, je veux que ce soit au moins des alliés. Par exemple, je pense que Buki Mayor est un allié. Je lui ai rendu plusieurs services, si j'avais un service à lui demander, il me le rendrait... enfin je pense. Pas dit en fait vu la pugnacité du gamin. Mais je m'éloigne du sujet initial. j’acquiesçais quand Joy me fait part de son idée de se rapprocher de son seigneur. Même si dans le fond, pour un voyageur, se rapprocher de son seigneur, c'est perdre de sa liberté. Personnellement, j'ai la chance d'appartenir à un royaume qui ne bride pas les libertés de ses habitants. Au contraire. Enfin, de la chance, c'est un choix il faut dire.

Puis Joy se mit à évoquer le cas des coutumes des voyageurs, ça m'arraché un petit rire.

- c'est marrant que tu parles de ça. Ça doit faire depuis à peu près 4 millénaires qu'une commission essaie de légiférer sur le cas des voyageurs ici même. Mais ça marche jamais. Ils arrivent jamais à se mettre d'accord ou il y a des vices de procédures à chaque fois pour cause de mort de vieillesse des membres de la commission. S'il y a qu'une chose pour laquelle Justicity n'a pas encore légiféré, c'est « à quel droit un voyageur doit-il répondre ? »  Comme va réponse n'est pas fixé, on considère qu'ils doivent se fier aux règles des royaumes qu'ils visitent. Techniquement c'est pas écrit dans le marbre de tables de la loi mais comme c’est comme ça qu'on a toujours fait, c'est comme ça que ça marche. Mais bref, y a des flous juridiques assez dingues sur les voyageurs. Tu souligne quelque chose de correct mais qui avancera jamais car ça n'intéresse personne 'autre que les juristes de justicity et même eux arrivent pas à savoir quoi faire de vous. Je pense qu'on est condamné à ce que ce soit le merdier.

Mais bon, finit d'être sérieux avec des paroles dans le passé. Revenons au fun fun fun ! Revenons à la situation présente et à notre arrestation à joy et moi. (et non pas moi et Joy, ce serait faire une entorse aux règles de la grammaire. Et à justicity c'est pas vraiment toléré). Tout d'un coup, apparut l'autre débile de pote de Joy, le fameux qu'avait fait l'objet d'un trafique humain. Apparemment, c'était lui l'avocat de Joy qui avait va capacité d’apparaître dans toutes les situations les plus merdiques du monde je crois. Et aussi le don de dire des conneries et d'empirer les situations merdique non ? Je me facepalm en voyant son apparition. Et je me re-facepalm  en découvrant qu'il est encore plus recherché que nous.

- Joy, me semble t'avoir dit que ce serait bien si t'avais un bon avocat... pas le pire avocat du monde .

Je constate soit dit en passant que l'anaconda qu'il a entre les jambes reste fidèle au souvenir que j'en avais. Être membré comme ça c'est juste pas permis ! Je savais pas que ce type était une telle « star » ici. Je me dis que ce mec doit avoir fait tellement de trucs délictuels qu'ils doivent s'annuler. Sa présence seule suffit à faire sauter ve sang froid des types d'interpopol et l'un d'entre eux, pris d'un enthousiasme fou n'hésite pas à se suicider sous leur regard. Classique quoi ! Il a utilisa son droit de décaissage qui autorise tout fonctionnaire à se faire sauter le caisson pour échapper en tout bien tout honneur à une condamnation. Je me masse les yeux. Je sens que la nuit va être longue et j'essuie un peu du sang qui a éclaté sur mon visage. Je regarde les autres agents pour tenter de nous sortir dans ce merdier que Jock semble empirer.

- euh... personellement je préfère me défendre moi même.
- Impossible. Seul les personnes inscrites au barreau de Justicity sont autorisé à défendre.
- Et lui il l'a son inscription ?
- Oui. C'est d'ailleurs pendant qu'il passait ses diplôme du barreau qu'il a enfrein ve plus de règles.
- Je peux être ton avocat si tu veux ! Je sais que tu m'as vendu comme un animal mais je t'en veux pas.
- Si tu veux être mon avocat et plaidoyer, va falloir le faire bien ! Commence par changer ta voix merde ! Plus sexy Jock ! Descends de quelques octaves !
-  ah... aaaaaaah.... aaaaaaaaaaaaah !
- Voiiiiiilà Jock ! Voiiiilà ! Une vrais voix d'avocat ! Bon maintenant...
- Chuuuuuuuuuut ! Tu as le droit de garder le silence !


La voix de Jock qui était redevenue grave et suave, une vrais voix de crooner et il posa son doigt sur mes lèvres pour me faire me la fermer. Venait d’arbitrairement sur lui une magnifique robe d'avocat de Justicity. Un code civil sous ve coude. Euh... c'est toléré de faire de transformations comme ça au milieu de la rue ?  Au passage, Jock venait de se protéger contre les poursuites car une loix garanti l'immunité judiciaire des avocats dans l'exercice de leurs fonction. En effet, certains juristes avaient commencé à une époque à faire accuser des avocats pour qu'ils ne puissent défendre leurs clients et pouvoir les faire incarcérer plus facilement. Mais bon, l'histoire du droit de justicity c'est chiant donc passons.

Les membres restant d'interpopol, qui laissaient le cadavre de leur pote par terre, n'étant pas autorisés à faire le ménage dans les rues de va ville, nous menèrent jusqu'à leur QG. Une sorte de commissariat/tribunal. On fut envoyé directement dans salle de comparution immédiate. Pour une fois, la justice est rapide. En générav interpopol est assez efficace en terme de vitesse de procédure. Le truc c'st juste qu'ivs sont inefficaces en dehors de Justicity alors que leur vocation première est de faire reigner un droit inter-royaumes mais bon... passons. On fut donc mené devant un juge, une très grande créature à côté de laquelle se trouvait un bulldog français géant. Mais alors français bien de chez nous. Il était borgne et quand on entra il se mit à lever sa patte droite en l'air. Étrange geste. Il a l'air un peu dégénéré cet animal mais bon, j'y prête pas plus attention que ça. Moi je suis toujours accompagné de Bob qui est considéré comme complice de notre crime à Joy et moi. Ou peut être qu'il est considéré comme pièce à conviction, ça dépend de la juridiction qu'ils emploieront.  J'en mène pas trop large par ce que ça m'emmerde. J'aimerais en finir. Qui sait, peut être que si Jock fait que répéter ce que moi ou Joy on dit... je dis à Jock de ne pas faire le con et juste dire ce qu'on l'autorise à dire. Ve juge avait l'air bougon, une tronche de fonctionnaire typique, en train de consulter un dossier de façon très mécanique. Sa gestuelle en est presque robotique. Il nous regarda rapidement avant de commencer son pitch et de commencer à énoncer les chefs d'inculpation avant de finalement poser à ock va question :

- Vous avez la parole Maitre Jock. Qu'avez-vous à dire pour la défense de vos clients ?
- Mes clients sont innocents des criumes éhontés dont on les accuse. Putain que je cause bien.
- et comment comptez-vous le prouver ?
- euh....


Jock se tourne alors vers nous.

- Tu penses que je peux dire « objection votre honneur » ?
- Tu fais ça, ils lâchent le chien.
- Ok ! … Objection votre honneur !
- Oh putain le con !


Le juge sembla ulcéré par les propos de Jock. Je crois qu'y a rien qui énerve pvus un juge de Justicity que cette expression qui veut juste rien dire. Le Juge se mit alors à hurler :

- Allez attaque ! Attaque Jean-Marie ! Attaque !

L'énorme chien borgne de positionna devant le juge et commença à grogner Jock qui semblait pas se dégonfler et arborait un regard bovin. Je crois que j'ai rarement autant été dans la mouise !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joy Killamanjiro
Indiana Joy
Indiana Joy
avatar

Pouvoir : contrôleur des chiffres
Points de Puissance : 40 000 points
Points de Réputation : 55 000 points
Points du Membre : 694 points
Double Compte : Diavolo Mayor
Messages : 677

MessageSujet: Re: Garçon ! Une immunité diplomatique svp ! [PV Joy]   Lun 8 Mai - 17:31

La question de la loi autour des voyageurs venait de piquer l’intérêt du matheux. Ça pourrait donner un échange intéressant entre Law Legato et lui, s’ils arrivaient à l’approcher un jour en esquivant toutes les lois qui se mettaient sur leur route. Une loi commune à tous les voyageurs, voilà qui était bigrement intéressant, et qui aurait pu gérer plus efficacement les déviances, les folies...comme dans le monde réel. Les Seigneurs ne se coalisaient pas pour limiter les voyageurs, ce qui était une forme de mépris, de distance, d’incompréhension, et les voyageurs le leur rendaient bien. Aucun d’entre eux ne s’offusquait de l’absence de lois, même minimes. Non, la législation selon les Royaumes, voilà qui permettait une totale liberté d’action d’un côté, et une inaction totale de l’autre. Si, simplement, un Roi ou quelqu’un se tirait les doigts pour légiférer, alors l’équilibre, du moins une certaine forme de paix pouvait émerger. Joy ne rêvait pas totalement, il savait que la guerre envoyait valser la loi ainsi que la morale, personne ne se préoccupait des états d’âme ou de ce qui est prétendument bien ou mal pendant une guerre. Mais la loi pouvait demeurer dans le marbre, et des accusations publiques pouvaient toujours avoir de l’effet. Pas concrètement, mais mentalement, dans les populations, dans les pensées et les discussions. Les changements de mentalité avaient toujours quelque chose d’insidieux, de sous-jacent. Cela prenait du temps, et du temps, Joy en avait à revendre pour Dreamland. Il mit cette idée dans un coin de sa tête, assuré que ça lui serait utile pour la suite des événements. Il croyait au karma, un jour les guerriers finiront par perdre.


- Le merdier dont tu parles, Carvey, c’est votre merdier autant que le nôtre. J’dis pas que ça va changer de suite, et vous ça doit sûrement vous convenir, mais vous parlez des comportements des voyageurs, qui viennent ici pour faire n’importe qui pour certains...qui viennent sans comprendre, interférer avec vos vies. Or, ce sont des gens qui dans leur monde, dans mon monde...des gens qui sont limités et contraints par la loi. Une loi pour les voyageurs, pour les nouvelles générations ne nous changerait pas tant que ça…


Il fit un temps de silence et fixa son ami marchand. Il n’aimait pas trop lancer les discussions sur le sujet. Les différences entre créatures et voyageurs, il en avait bien assez depuis le procès au Royaume des Mots, après Lili-Anna et les nuits passées chez elle, avec elle...Mais ce que soulignait Carvey avait le mérite à terme de réduire ces différences, du moins de les encadrer. Aucune législation commune, et on s’étonnait que ce soit encore et toujours le bordel...en même temps, comment fixer des lois dans un monde mouvant à chaque nuit ? La tâche était immense, et les Seigneurs préféraient se comporter comme les humains, plutôt que comme des Seigneurs.


Mais tout ça se passait déjà quelque part dans le passé, et l’heure était au procès, encore un. Joy avait l’impression de vivre continuellement comme un accusé, quelqu’un de coupable, alors qu’il avait des costumes débraillés et déchirés, pas de femme qui bosse pour rien, et qu’il n’avait aucun compte planqué dans un paradis fiscal onirique. Il n’aurait pas forcément ça pour Carvey, mais enfin il avait confiance dans le marchand-escargot, qui trimballait ses richesses sur le dos de sa monture. Pas le genre à épargner. Le matheux écoutait Jock et Carvey parler, et son ami de Kazinopolis prendre une voix plus crédible pour parler. Depuis les aventures nudistes et l’échappée à poil dans la mangrove, Jock s’était plutôt bien entendu avec le marchand. Ce dernier s’était bien sûr rendu compte de l’immense bêtise qui habitait le rouquin, mais aussi de la chance de cocu qui le suivait comme une mouche attirée par du miel. Jock avait en même temps une poisse légendaire et le cul bordé de nouilles comme c’était pas permis. Une des raisons qui l’avait amené à côtoyer Lili-Anna, notamment au Royaume des Superstitions, où Jock faillit prendre le pouvoir sur un coup de hasard complètement improbable, comme d’habitude. Il se transforma pour ressembler à un véritable avocat, et Joy esquissa un sourire : le grand n’importe quoi avait un dieu, et ce dieu venait de débarquer au meilleur moment. Selon ses calculs, dans dix minutes le Royaume sera en crise.



Les forces d’Interpopol amenèrent la fine équipe devant une énorme créature qui était le juge, accompagnée par un bouledogue, qui rappelait un truc à Joy, mais il ne savait pas dire quoi. Le chien mit sa patte bien droite en l’air et il était borgne. Ouais, il disait vraiment quelque chose au matheux, ça devait venir du regard ou de la bave qui pendait à ses babines effondrées. L’avocat Jock commença directement par se féliciter et se tournait vers ses potes-accusés en gueulant. Après une objection très courageuse, le chien bondit en gueulant.



- C’est une MYSTIFICATION ANTI JMP, n’est-ce pâââââs ?
- Mais qu’est-ce que tu racontes Médor ?
- Je me prénomme Jean-Marine du Penne, spécialiste des croquettes de Justicity, bien de chez nous, n’est-ce pâââââs ?
- Mais mais mais enfin ! On attaque pas un représentant de la justice de Justicity ! Je porte une robe, je suis à poil en dessous certes, mais je connais mes droits !
- J’vais te faire courir le rouquin, tu vas voir ! Hein, pédé !
- Quoi mais je...je tiens à vous dire que ce qu’il s’est passé dans cet hôtel avec cet homme des glaces n’était que purement fortuit...je pensais qu’il allait me vendre un nouveau parfum de Neige pour choper Marilou Charansson de ma classe de compta, et en fait il avait sur lui du lubrifiant et des menottes...y’a eu un jugement qui m’a été favorable, vous pouvez vérifier !
- C’est qu’un détail de l’histoire ça !
- Vous nieeez ! Vous nieeez ! Donc mes clients...pardon mes amis, sont innocents, je crois que c’est clair maintenant !
- Vous êtes un TARTARIN ! Un bluffeur, monsieur l’avocat...enfin si on peut vous donner le titre d’avocat, n’est-ce pâââââs ?
- J’ai eu mon diplôme, je suis quelqu’un d’éduqué et je suis contrairement à vous un bipède ! Quoique ça veuille dire !
- Pédé !
- Encore une insulte ! Vous, juge de Justicity, vous osez qu’un chien racé insulte au sein de votre cour ! Répondez, les accusés veulent savoir ! Est-ce ainsi qu’on traite maintenant les accusés sur le banc, maintenant ?
- Continuez et on fera une fournée la prochaine fois !
- Comment...qu’est-ce que vous avez dit ? Vous avez des liens avec Firania ? Attention parce que là je sens que ça va mal se mettre hein !
- JEAAAAAAAANNE AU SCOUUUUUURS !




Le chien se tourna vers la créature qui jugeait l’effondrement du procès. Le juge tapa mollement avec un petit marteau, soupira un bon coup et regarda les deux accusés qui, les yeux écarquillés, avaient suivi le dialogue d’une rare connerie avec une surprise à moitié amusée, à moitié complètement flippée.



- Bon, vous, là, la créature marchande, venez témoigner, qu’on en finisse.
- JEANNE !
- Oui Jean-Marie oui, mais pour l’instant tiens-toi tranquille !
- JEANNE ! Je vais leur mettre leurs caleçons sur la tête !
- Oui Jean-Marie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carvey
Le marchand lapin
Le marchand lapin
avatar

Pouvoir : Marchand d'artefacts
Points de Puissance : 25 000 points
Points de Réputation : 35 000 points
Points du Membre : 330 points
Messages : 194

MessageSujet: Re: Garçon ! Une immunité diplomatique svp ! [PV Joy]   Jeu 11 Mai - 17:04

Je croyais que la justice était aveugle, pas borgne. Comme quoi, on se fait des idées sur le droit. Tout ça pour dire que  Joy et moi, nous venons d'assister au dialogue le plus ubuesque qui soit, presque autant qu'un monologue de Diavolo. C'est dire. En même temps, vu les protagonistes de l'échange. Un chient radical, partouzeur de droite qui se situait donc bien évidemment bien bien à droite du juge et Jock le pire avocat du monde, une calamité ambulante. D'un côté il me rassure ce type par ce que, moi qui croyais avoir des mésaventures des fois... en le voyant je me rends compte que je suis bien lotis. Par contre il semble aussi avoir une de ces chances de cocu, même moi je l'ai pas alors que j'ai pas mal la baraka d'habitude. J'avais les yeux tout ronds à regarder cet échange d'ahuris. Je regarde Joy qui a l'air tout aussi circonspect que moi. Et non circoncis. Quoique, j'sais pas. j'suis pas allé vérifier. Tout ça pour dire qu'après un duel de connerie, de mauvaise foi et un peu de jeté de poudre de perlimpinpin dans les yeux, ouch ça picote. Je me demande d'ailleurs si c'est en se jetant sa propre poudre dans l’œil qu'il est devenu borgne l’engin. A moins que ce soit une sombre historie de baston de bar. Au terme de ce débat d'abrutis, le juge essaie de calmer son chien de garde, voyant que ce débat est complètement stérive et juste chargé d'idiotie d'un côté et d'agression de l'autre. On se croirait dans un débat d'entre deux tours de présidentielle ma parole. Je suis alors appelé à la barre pour témoigner et donner ma version des faits. J'obtempère en jetant un regard mauvais à Jock. Je lui avais bien dit de pas dire « objection ! » Il s'est pris pour qui ? Ace Atorney ? Je m'avance à la barre et subis alors l'interrogatoir du juge alors que son clebs de merde bavouille et fait une sieste en roupillant, balançant entre deux ronflement une réplique du genre « détail de l'histoire », « mort aux youpins » ou encore « c'est un complos bolchévico-anarcho-léniniste » et autres joyeusetés.

- Carvey le marchand. Jurez-vous sur les saints textes des lois de ne dire que la vérité rien que la vérité ?
- On m'a toujours appris à pas jurer mais puis que vous insistez... Je le jure.

Je constate l'absence totale de sourire du juge. Allergique à l'humour en plus. A peu près aussi aimable que les portes de la Cellpol le type. Un vrais juge comme on les aime pas.

- Racontez-nous les faits.
- eh bien, nous avons été chargés de récupérer une relique par le capitaine du Hollandais Volant.
- Avez-vous un contrat pour le prouver ?
- Un marchand de Rokhan ne fait jamais de contrat. On scelle l'acte par une poignée de main.
- Hmmmm c'est exacte qu'une poignet de main a valeur de contrat dans votre royaume en terme de commerce. Quelqu'un a-t-il assisté à la poignet de main ?
- Joy Killamanjiro ici présent.
- Cela ne fonctionne pas car il fait partie du contrat.
- Non. En fait, l'engagement ne concernait que moi. J'ai ensuite pris l'initiative de demander à Joy de m'accompagner.  
- C'est votre droit d'aventurier en aventure de prendre avec vous des amis pour participer à votre aventure. Je suppose qu'il n'y a pas de contrat non plus.
- Pourquoi vous posez la question alors que vous connaissez la réponse monsieur le juge ?
- C'est nous qu'on pose les questions ici n'est-ce pas ?!
- Du calmes Jean-marie du calmes ! Excusez-le, il est stressé, ça fait longtemps depuis sa dernière ratonnade.
- promenade vous voulez dire ?
- Non non. Ratonnade.

Je regarde le chien puis Joy avec un sourire en coin tandis que dans le fond j'entends des rires en boite. Je crois que c'est signe qu'il faut se marrer. Mince ! Je crois qu'ils en faut trop/. Ça tue le comique de la situation !

- Continuez.
- Donc on est allé à Albiana car c'est là que se trouvait la relique.  Suite à nos investigations, on a découvert que  la relique était utilisée comme appendice phallique pour un totem tantrique nudiste. Tiens, c'est marrant à dire. Totem tantrique.
- étiez-vous compté comme membres de l'équipage à ce moment ?
- Non pourquoi ?
- Par ce que dans ce cas vous auriez été dans votre bon droit car le code e la piraterie autorise le pillage.


J'ai manqué mon occasion de mentir. Même si je préfère pas sous serment. Vous voyez ça, c'est typiquement ce que j'aime dans le droit de dreamland. Mais en même temps ce que je déteste. C'est tellement tortueux que tu te fais piéger comme un rien. Mais d'un autre côté, t'as toujours un antique texte de loi pas abrogé pour t'autoriser à faire des trucs pas permis. Comme monter un lapin pour s'en servir de monture. Hahaha ! Qui serait assez con pour faire ça sérieux ? Euh...

- Ensuite.
- eh bah on a acheté le totem, en échange de Jock ici présent.
- Bien ! Pièce à conviction Jock veuillez vous présenter.
- Moi ?
- Oui toi pédéraste !
- Du calme Jean-Marie !

Jock se lève et se présente devant la cour puis arbore un air interrogatif devant la mine du juge qui semble attendre quelque chose de plus.

- Monsieur Jock, nous vous appelons ici en tant que pièce à conviction, arborez donc votre état de pièce à conviction.
- euh...
- A poil puis à la douche !


Jock s'exacuta et se mit à poil. Je pige pas trop l'utilité mais soit.

- Donc vous avez vendu Jock en échange du totem ?
- En gros.
- Et vous me direz que ce n'est pas du trafique humain ?!
- Ah non ! Pas du tout ! Chez moi, on appelle ça un échange de bon procédés. Ils n'avaient plus besoind e leur relique en bois alors qu'ils pouvaient en avoir une en chaire et en os... enfin en os... façon de parler. Tout le monde sait qu'il n'y a pas d'os dans le pénis. Jock était d'accord même. Hein pièce à conviction Jock !
- Oh oui alors ! Y avait plein de filles et en plus elles m’appelaient toutes « seigneur Jock ». c'était trop cool !
- M'voyez ?! ... n'est-ce pas.
- Rends moi mes répliques sale voleur de bougnoule !


Je Juge calme le chien en lui agitant une étoile jaune sous le nez qu'il s'empresse de déchiqueter. Ça le calme un peu. Quelle étrange animal !

- alors pourquoi n'avez-vous pas laissé Jock là-bas ? Serait-ce un kidnapping ?
- pas du tout ! Il voulait qu'on l'aide à partir.
- Mais... votre témoignage est incohérent.
- J'y peux rien si c'est un personnage incohérent !


Dans ta gueule 4° mur ! Et hop. On aère un peu tout ces gros paquets de dialogue avec une ou deux lignes de narration.

- Attendez ! Je ne comprends pas. Pourquoi vouliez vous rentrer alors que vous y étiez bien ?
- Bah c'est que le sexe, ça épuise à force. Puis des fois j'aime partir, tout déconnecter vous voyez. Et je voulais dire au revoir à lili-anne.
- lili-Anne... la princesse des mots ?
- Elle même.
- Que fait elle dans cette histoire ?
- Bah elle était sur le bateau des pirates.
- était elle prise en otage ?
- euh....


Jouons sur ves mots voulez-vous ? au lieu de jouer avec la princesse des mots hein. hahaha! p'tit chenapan de Joy !

- ce qui est certain c'est quelle ne pouvait pas partir tant qu'on était pas rentré avec la relique.
- Donc si je comprends bien, elle était retenue sur le navire  et ne pouvait le quitter tant que vous ne reveniez pas avec la relique. Comme une rançon.
- Hmmmm ! On peut dire ça oui !
-Hmmmm le code de l'aventure héroïque dit en effet que rien ne passe avant le sauvetage d'une princesse. Mais ceci dit, le code du féminisme réprimande ce genre d'actions. Votre aventure était elle héroïque ?
- ça commence dans un bar et ça finit avec Joy qui chope la princesse. Ça répond à votre question ?
- Hmmm ! En effet ! C'était bien héroïque dans ce cas. Vous pouvez retourner vous asseoir. Et maître Jock, rhabillez-vus que diable !


Je retourne m’asseoir à côté de Joy. Je crois qu'on s'en sort pas trop mal. Jock pendant se temps remet sa robe d'avocat. J'hésite à me moquer et lui dire de faire attention à sa teub, qu'il se prenne pas les pieds dedans quoi. Il risquerait de tomber. Mais nous sommes dans un tribunal. Ça ne se ferait pas voyons. Je fais un p'tit clin d’œil complice à Joy. Je pense qu'on risque de s'en tirer acquittés ou avec une toute petite peine de rien du tout. Peut être une amende. J'espère qu'on nous demandera pas de restituer le totem par ce qu'il doit pioncer dans une rivière d'albiana en ce moment même.Et j'espère qu'ils vont pas nous demander de restituer Jock. Pas envie d'être accusé de crime conter l'humanité si sa connerie finit par les génocider les nudistes.

- Qu'en penses tu Jean-Marie ?
- le travail rend libre n'est ce pas ?!
- Tu as raison. Du travail d'intérêt général semble une peine appropriée. Mais je préfère avoir quelques explications supplémentaire avant de prendre ma décision. Accusez Joy Killamanjiro, voyageur, venez nous apporter votre témoignage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joy Killamanjiro
Indiana Joy
Indiana Joy
avatar

Pouvoir : contrôleur des chiffres
Points de Puissance : 40 000 points
Points de Réputation : 55 000 points
Points du Membre : 694 points
Double Compte : Diavolo Mayor
Messages : 677

MessageSujet: Re: Garçon ! Une immunité diplomatique svp ! [PV Joy]   Ven 12 Mai - 20:56

- Tu as raison. Du travail d'intérêt général semble une peine appropriée. Mais je préfère avoir quelques explications supplémentaire avant de prendre ma décision. Accusez Joy Killamanjiro, voyageur, venez nous apporter votre témoignage.
- Oui tout de suite !
- Vous n’avez pas encore le droit de prendre la parole !
- Oh ça va, et la liberté d’expression alors ?
- Offense au tribunal ! La liberté d’expression, ce truc de bobos gauchisants d’écologistes végétariens, n’est-ce pas ? De mon temps on bouffait des glaouis de bicots, de melons et de frisés si jamais venait l’idée de l’ouvrir dans ce patois incompréhensible qu’est la langue de ces gens là !
- Doucement Jean-Marie, au-delà de trois phrases tu commences à surchauffer !
- Comment ?
- TU COMMENCES A SURCHAUFFER !
- Ah oui, encore les fours qui sont mal réglés ça ! Certains comme Patrick Bruel le savent bien, la température est primordiale pour une bonne fournée ! N’EST-CE PAS ?
- Bon, accusé futur condamné Joy Killamanjiro...c’est votre vrai nom ?
- Oui pourquoi ?
- J’ai une centaine de chefs d’accusation, de délits mineurs, majeurs, de contravention, exploitation des routes en toute illégalité, conduite en état d’ivresse vous concernant. Ah, et depuis quelques mois, on reçoit des dizaines de plaintes d’une dénommée Mylène Farmer de votre entourage. Étant donné que son lieu d’origine signalé et connu est le Royaume Obscur, on a classé ça sans suites, mais ce serait bien de pouvoir parler à cette personne.
- Mais c’est ma voiture !
- Votre...voiture...d’accord, bien...rajoutez, greffier. Le condamné est sous l’emprise de substances stupéfiantes lors de son procès. Non je vous l’ai dit, on tient des bons.
- Je peux parler, là ?
- C’est la cour qui vous donne l’autorisation. Vous pouvez y aller.
- Oui, alors, je crois que tout ça est un énorme malentendu.
- Voilà ! Un témoignage qui nous intéressera sûrement au moment de la libération, on a tous les éléments qu’il faut pour juger l’affaire et Jean-Marie doit aller faire ses besoins.
- J’ai des gaz à libérer, n’est-ce pas ?
- UNE MINUTE ! OBJECTIONNEEEEE !!!



La porte de tribunal s’ouvrit avec fracas, et une forme armurée, ailée et baignée de lumière apparût sur le seuil de la porte. Jock se fit littéralement immédiatement pipi dessus, Carvey faisait sûrement du Carvey, et Joy haussa un sourcil en voyant débouler d’un pas salvateur et maternel sa propre mère, Athénaïde Killamanjiro. Elle s’arrêta devant le bureau du Juge, pointa de son épée Jean-Marie le borgne, et clama à la cour d’une voix forte et fouteuse de merde, la marque de fabrique du clan Killamanjiro.




- Étant venue ici pour récupérer mon fils Peter, accusé plus ou moins à tort de consommation excessive de Sing Weed...bref, étant venue ici, j’ai appris que mon autre fils était jugé. Au nom de quels chefs d’accusation je vous prie ?
- Euh...c’est-à-dire qu’on avait terminé là…
- DOIS-JE MOI-MÊME VOUS RAPPELER A LA LOI ?  En vertu de l’article 48,97, un témoin inopiné se présentant pour la défense d’un accusé ne peut pas se voir refusé par la cour, sauf en cas de condamnations ne dépassant pas les quinze jours précédant le procès. Vous ne pouvez pas anéantir mon témoignage, Juge Jeanne. Punaise c’est toujours aussi dur à dire.
- Mais...mais...comment connaissez-vous cet article ? Il se trouve dans l’ajout numéro 428 section B rayon B12 des archives séculaires privées de Law Legato ! Nous travaillons uniquement sur des extraits !
- J’ai passé une année entière ici à tenter de comprendre les rouages de votre justice, dans le but de poursuivre en justice et de condamner à la prison jouxtant votre Royaume un voyageur killer au pouvoir de l’araignée, mais sans aucun succès. Ça m’a amené deux choses : une connaissance approfondie des textes de lois inconnus de Justicity, et une amie avocate qui suit toute la famille Killamanjiro depuis chaque naissance. En d’autres termes, mon fils ici présent à une avocate assermentée. Je rappelle aussi, Juge Jeanne, qu’en plus d’avoir eu votre poste de juge en raison d’une filiation entre vous et le Juge suprême, votre père, sans avocat pour le défendre mon fils, inscrit depuis sa naissance en tant que voyageur ne peut pas être jugé. La raison ? Vous la connaissez : personne, pas même vous, ne connaissez assez les lois de ce royaume pour juger correctement un accusé.
- Je n’ai pas de leçon à recevoir d’une voyageuse qui a un casier occupant toute une bibliothèque, pour des motifs tels que...tels que….attendez…
- Ne cherchez pas. J’ai absolument tous les chefs d’accusation possibles de Justicity, mais Law Legato m’a donné l’immunité justicière à vie. Je l’ai sorti d'une embuscade à l'époque où je travaillais pleinement pour les Anges. Il est coincé, certainement, mais il sait reconnaître les protecteurs de la Loi !
- Je...je...je...il n’en reste pas moins Carvey ! Il paiera pour ses crimes !
- Encore une fois, vous manquez à la loi ! Je vous rappelle que lors d’un procès jugeant deux personnes, les règles s’appliquant à l’un doivent s’appliquer à l’autre. Si on estime que les chefs d’accusation sont les mêmes, alors l’exécution du procès sera forcément identique ! Les magistrats sont des branleurs, ils ne veulent pas se fatiguer.
- Je….RRAAAAAAAH ! C’est une mystification !
- JEANNE ! Reprends-toi bon dieu ! J’ai mon dernier œil qui tourne de lui-même !
- Sur ordre de la cour, l’audience est suspendue. Vous serez déféré devant la Cour d’appel du Roi, à savoir Law Legato lui-même, quand il aura le temps…
- Non…
- Mehehehehehe…
- Juge Jeanne – putain c’est dur à dire – vous n’avez pas le droit !
- Avec le nombre de procès en attente, vous êtes donc logés dans nos cellules d’attente...le délai estimé est de 18 ans 14h et 36 minutes. En attendant, tout ce que vous direz sera dit contre vous.
- 18 ans ? Je m’attendais à pire. Carvey, Joy, je crois qu’on peut dire que c’est une victoire !
- JEANNE !
- Non mais c’est fini Jean-Marie, tu peux retourner défiler au pas de l’oie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carvey
Le marchand lapin
Le marchand lapin
avatar

Pouvoir : Marchand d'artefacts
Points de Puissance : 25 000 points
Points de Réputation : 35 000 points
Points du Membre : 330 points
Messages : 194

MessageSujet: Re: Garçon ! Une immunité diplomatique svp ! [PV Joy]   Sam 13 Mai - 20:01

Joy sait vraiment pas y faire avec les juges. Il a du mal à gérer la situation et il semble s'enfoncer avec cette histoire de voiture. Je lui avais dis de jeter cette caisse de merde. Ça fait du bruit, ça pue, ça pollue et en plus ça a pas la chaleur et va douceur d'un lapin. Puis en plus ça fait des plaintes contre son propriétaire. Maish là... elle arriva ! Un ange ! Putain joy ta mère me colle la gaule ! Nan mais sérieux ! Mattez moi cette entrée ! Ah une prestance théâtrale ça a m'a jamais laissé de marbre très franchement. Malheureusement pour elle, je ne suis le marchand que d'une femme et d'un lapin un peu collant. Vous croyez quoi ? Que je parvais de son p'tit boule en armure ? Très jolie armure soit dit en passant. Pour une milf elle est pas mal mais personnellement je les préfère plus jeunes... quand c'est des voyageuses. Par ce que pour les créatures, c'est une autre affaire. Disons qu'on vieillit mieux que les voyageurs. C'est va dure cruauté de la vie. Qui pourrait dire juste en me voyant que je me rapproche de la cinquantaine franchement ?! Nan puis c'est va mère de Joy quoi ! Et vous connaissez la règle. Pas les mamans. En plus nous somme dans un lieu de justice. Ça se fait pas de rompre des règles. En tous cas elle a de la gueule la maman. Et elle gère un peu plus le schmilblick que son fils. Je suis presque mort de rire alors que je l'écoute encore mir le juge. Elle lui balance n'importe quoi mais elle l'infantilise tellement qu'il en perd son latin et aussi son code pénal par ce qu'il a plus du tout de répondant. Cette femme sait parfaitement mettre en application un de mes crédo. Toujours avoir l'air sûr de soi quand on dit un truc. On a quand même l'air moins con et plus crédible quand on dit une connerie avec conviction que sans. Bon, par contre, le juge arrive à nous va mettre profond en nous collant aux assises du roi. Avec la queue de fou qu'y a, encore plus longue que celle de Jock, c'est dire, on en a pour ? 18 ans ? Oh on se démerde pas si mal. Ça me dégoutte de me dire que j'ai la même réaction que le dit Jock qui se satisfait quand même pas mal de la situation. Il a même l'impression de gagner son premier procès ce con là. Sa connerie abyssale m’impressionnera toujours.

On est alors gentiment et cordialement amené jusqu'à une prison. Fait chier ! J'aurais bien aimé une p'tite bavure policière qui aurait entraîné un vice de procédure. On est donc séparé d'athébnaïde qui peut pas persuader le juge de changer d'avis. Elle aurait peut être pas dû le titiller autant. M'est avis Je me retrouve donc dans une cellule avec Bob, Joy et Jock. Bob prend juste toute la place. J'suis pas bien par ce qu'on m'a confisqué mes effets personnels. Je me sens tout nu ! Surtout qu'ils ont même pris ultima sans s'en douter en fait. Je leur ai juste dis que c'était un grigri porte bonheur ce mini-oeuf carcéral. Mais bordel... il fout quoi en cellule avec nous Jock ?!

- Dis... tu peux me dire pourquoi t'es en prison avec nous ?
- je suis ce qu'on appelle un avocat total. Je partage la peine de mes clients.
- Je vois...


Si on devait décerner les Conneries Award, il gagnerait à toutes les catégories. Bon, je sens que ça va être long d'attendre ici. Mais bon, mest avis qu'Athénaïde va tenter de nous faire sortir de ce merdier. Je caresse donc Bob en attendant. Le bon point, c'est qu'ici on est assez libre d'agir et de dire ce qu'on veut entre nous sans être constamment contrôlé. On peut donc se lâcher un peu.

- Bon... voilà une affaire qui commence bien ! J'espère que c'est vrais que t'as une bonne avocate.
- Il a pas besoin d'une avocate il m'a moi.
- Raison de plus.
- Euh monsieur carvey ! Le lapin il mange ma robe.
- Bob craches ça ! Tu sais pas où ça a traîner !


Je tapote Bob pour le gourmander de sa connerie quand j'entend alors venant de la cellule d'en face provenir une voix.

- On m'a appelé ?

Je vois alors dans la cellule d'en face les kassos que joy m'a présenté au centre de l'île éphémère. Les spirituals si je remet bien. Une bande de voyageurs complètement débiles. Des voyageurs quoi. Accompagnés par une créature qui m'inspire pas trop confiance. On peut alors voir la tronche d'ahuri de leur chef de groupe, une dent en moins qui nous sourrit comme un abrutis quand il nous reconnais.

- Ooooooh mais regardez qui voilà !!! Joy et ses potes ! Vous êtes là pourquoi vous ?
- Oh une sombre histoire de vente d'esclave sexuels, d'arnaque et de vol de relique.
- La base quoi !
- Et vous ?
- Bah bob pour ébriété sur la voie publique. Il a insulté un agent en plus. En plus Wendy a pris une accusation pour tentative de meurtre sur notre avocate pas trop moche. Moi du coup pour harcèlement sexuel et possession de stupéfians. Et apparemment ils ont un dossier sur Meï mais c'est classifié.
- Bien joué !
- Je peux être votre avocat si vous voulez.
- T'as pas peur qu'ils te harcèlent ?
- Bah y a déjà ton lapin qui est en train de me mettre tout nu. Ça peut pas être pire je pense. Nan ?!
- Bob je te dis de lâcher ça !
- Pfeuh ! Quelle idée d'appeller son lapin bob ?! C'est pas un nom de lapin !
- hahahaha ouais javais zappé que t'avais un nom de lapin ! Hahaha !
- et pour ta dent ?
- Oh ça c'est wendy qui m'a mis un pain du coup. Hahaha ! Roh allez wendy fais pas va tête !
- pourquoi je suis obligé de partager ma cellule avec vous ?
- Tu peux la partager avec nous si tu veux !
- Mais trop bonne idée ! Gardiens ! Gardieeeeeeeeens !
- Putain je le sens pas !


Abah maintenant je le sens bien... le cul de Richard qui écrase mon pied. Ce con là a demandé à un gardien à ce qu'on partage notre cellule. Il lui a dit qu'il y en avait pas de plus grande mais lui il a dit que ça lui allait. On se retrouve donc à 8 dans 9m².... dont bob qui prend l'essentiel du volume à lui tout seul. Quand on pense que ça peut pas être pire... le pire c'est que ce con semble s'en foutre complet pareil pour ses potes. Comme quoi, ils doivent vivre tellement de merde que ça doit juste plus les choquer du tout ! Richard s'amuse alors à raconter des anecdotes à Joy pendant que Jock cause à Bob et Wendy qui caresse Bob avec Meï qui semble en admiration béate devant mon lapin. Je parle bien du rongeur hein... pas de mon pénis. Non je dis ça au cas où ça prêterait à confusion. Par ce qu'en général on n'admire pas mon pénis comme ça quoi. Je m'appelle pas Chupah ! C'est au beau milieu de cette situation à la con que la mère de Joy débarque devant les barreaux de va prison et se met à gueuler sur le geôlier en lui disant que c'est une violation du droit des animaux pour Bob. Le voyageur se sent un peu insulté avant de comprendre qu'elle parle du lapin.

- Ah j'y peux rien madame c'est eux qu'on voulu.
- Sérieusement ?!
- Bonjour madame la maman de Joy ! Ça va depuis célestia ?
- Vous deux ! Le marchand et le jeune toxico ! Vous avez sérieusement une mauvaise influence sur mon fils ! Ça me déplais passablement !
- Hey j'y peux rien s'il est en taule là.


L'attention d'Athénaïde se reporte alors sur moi. Merci Richard! belle preuve de solidarité !

- Vous dites ça par ce que je l'ai abandonné dans le désert ?
- Vous avez quoi ?
- C'était pour son bien ! Lui apprendre va vie. Puis bon après j'suis pas un connard. Je l'ai empêché de se faire vendre comme esclave. Je crois en la doctrine individualiste mais bon, des fois un coup de main...
- Vous... si j'arrive à vous faire sortir je...
- Belle armure vous avez là !
- Ne changez pas de sujet !
- C'est juste dommage qu'elle ai un petit défaut de fabrication ici !
- Vous... vous avez remarqué ?
- Je suis marchand d'objets magiques.
- Raaaah ! Je pensais que ça se verrait pas. Je n'ai pas pu l'amener faire réparer par mon forgeron habituel !
- les bons artisans se font rares de nos jours !
- J'vous l'fais pas dire ! L'autre jour un mec a essayé de me vendre sa beuh de merde et... ok je me tais.
- Ouais et même que moi l'autre jour y a un maçon, il m'a jeté à l'eau avec un parpaing.
- Tu sais que c'est pas par ce qu'il a un parpaing que c'est forcément un maçon !
- Ah bon ?
- Ouais ça peut aussi être un portugais.
- Comment t'as survécu ?
- J'ai été mangé par une baleine et avec une marionnette on s'est enfuit en sortant par son c*l !
- Normalement c'est pas comme ça dans le conte !
- Mais du coup, si vous voulez j'ai un produit pour rattraper les armures... une tuerie ! Vous m'en direz des nouvelles !
- Merci ! Je vous en prendrai alors. C'est chère ?!
- Mais non je vous l'offre ! Vous êtes va mère de Joy !
- Ah non ! J'insiste !
- Rooooh puisque vous insistez !

Je regarde alors Joy en sifflotant un peu. Je crois qu'il a compris que j'ai bien endormis sa mère et que je compte lui vendre un truc dont j'arrive pas à me débarrasser. Mais chut hein ! Faut pas le dire. Après, c'est pas non plus de la grosse merde outre mesure hein. Mais bon, c'est pas miracle. Disons que je suis juste bon commerçant. Je vends bien mes produits. J'aime pas le terme arnaque. C'est si vulgaire et rabaissant ! Bref ! Je trouve que j'ai dis bien assez de conneries pour ce soir alors je vais me calmer un peu et retourner à l'essentiel. Athénaïde qui sembla ne plus vouloir m'agresser, toujours de l'autre côté des barreaux qui nous séparent de notre liberté. Elle se penche pour nous faire part de ce qu'elle a pu trouver pour nous faire sortir ou accélérer va procédure.

- Il y a un moyen d'accélérer va procédure et de doubler tout le monde dans va procédure pour voire Law et régler ça vite fait bien fait. Il vous suffit de faire croire que vous êtes atteint d'une maladie incurable et qu'il ne vous reste pas longtemps à vivre. Law déteste juger des affaires à titre posthume. Vous passerez donc dans les prioritaires.
- Et comment on fait ça pour simuler une maladie incurable ?

Pour une fois il pose les bonnes question Jock !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joy Killamanjiro
Indiana Joy
Indiana Joy
avatar

Pouvoir : contrôleur des chiffres
Points de Puissance : 40 000 points
Points de Réputation : 55 000 points
Points du Membre : 694 points
Double Compte : Diavolo Mayor
Messages : 677

MessageSujet: Re: Garçon ! Une immunité diplomatique svp ! [PV Joy]   Dim 14 Mai - 13:52

Passez donc par la case prison, pendant...18 ans ? Hum, Joy espérait que sa mère, Carvey ou quelqu’un allait réduire cette peine. Il était possible aussi qu’il se réveille et passe ses nuits ailleurs, dès la nuit prochaine, car on n’avait pas posé de sceau sur le matheux. Par contre Carvey et Bobby, c’était une autre histoire, et il ne se sentait pas assez...de Rokhan pour les abandonner dans une prison. Lui, il n’abandonnait pas les potes dans la mouise, lui. Parlant de ça, le lapin prenait toute la place dans la cellule, si bien que Joy trouva un coin sur son flanc pour s’allonger en faisant défiler des formules sur le mur. Il pourrait le briser maintenant d’un coup de poing et d’un allégement, mais il se doutait que la meilleure stratégie, à présent, était de faire profil bas le temps que l’accusation se décante au plus haut niveau du Royaume. Le temps de réfléchir à tout ça, Bob commençait déjà à manger Jock sans aucune forme de respect. Dominé par le lapin qui était en principe plutôt impassible tel...bah tel un lapin, quoi, l’avocat de pacotille gueulait pour le faire bouger, ce qui eut pour effet de faire parler d’autres prisonniers pas loin, et Joy reconnut la voix qui venait de répondre entre mille. Bobby des Spirituals, l’armoire à glace rouge et buveur était dans une autre cellule. Ils étaient en face, tout serrés dans leur cellule, et Richard se mit à déconner comme d’habitude.



- Carvey, évite de leur demander de rejoindre leur groupe, ils sont du genre à te laisser les accompagner et te dire non à la fin…
- Woh Joyou, t’es encore là-dessus ? C’était pas moi, c’est Wendy qui t’a refusé !
- Parce que tu demandes à tout le monde de nous rejoindre, Richard !
- Non mais il est sympa le ptit Joy, même si on préfère sa maman hein Bob ?
- Carrément ! Tu te rappelles quand on a sorti son sosie à Mojoland ?
- Ah ça, c’était une sacrée nuit !
- Pardon ?
- T’étais pas là Wendy, laisse tomber ah ah !
- Les gars, vous avez bien conscience qu’une fois sorti dehors, j’vais vous humilier un truc de malade si vous continuez hein ?
- C’est bon Joy, on déconne ! Hey c’est pas comme si on avait parlé de ta petite princesse !
- Et si on parlait des tiennes Richou, notamment celles que tu laisses avec le pantalon sur les chevilles dans les bars de Celestia ?




Wendy grommela et mit une claque à Richard, qui continuait de rigoler tout en demandant de rejoindre le groupe lapinou dans la cellule. Les gardiens rangèrent la cellule comme à Tetris, si bien que Joy se retrouva entre le décolleté de Meï et la face hilare de Richard qui écrasait totalement Jock, qui lui-même reposait sur Bob qui le regardait en se foutant de sa gueule. Tandis que Bob et Wendy parlent avec Jock, que Meï s’intéresse au lapin plus qu’aux humains, Richard tapait sur l’épaule de Joy, qui était aussi la jambe de Carvey, en lui racontant des histoires bien sales ou bien marrantes depuis leur dernière rencontre.



- Et là tu vois Bob dit au mec « il reste un tabouret pour vous quatre, vous le retournez et vous faites pas chier ! ». Comme c’était le maire du village, on a commencé à se bastonner, et Meï a dit que le pendule désignait le maire, donc on l’a kidnappé mais en fait c’était la femme du maire qu’il fallait prendre en otage...bref, à la fin Wendy est revenue nous sortir de là, mais elle n’a pas voulu dire comment elle avait négocié avec le Seigneur.
- Waouh, et c’était dans la deuxième zone tu m’as dit ?
- Non la première, heureusement d’ailleurs parce qu’une partie de la deuxième zone nous a interdit de séjour. Avec Bob on a fait cramer un métro qu’est en réparation pour lancer une nouvelle ligne. D’ailleurs le lancement est prévu pour quand, Bobby ?
- Quand les ouvriers arrêteront de faire grève pour réclamer plus d’hologrammes.




Les conversations allaient bon train malgré les courbatures, si bien que Joy fut obligé de libérer de l’espace et se mit à léviter au plafond de la cellule. La mère du jeune voyageur apparut de nouveau devant la prison, rigola un coup puis engagea la conversation. Richard était toujours dans l’idée de la draguer, sans capter qu’il ressemblait un peu trop à son fils Peter Killamanjiro pour qu’elle ne pose qu’un seul regard sur lui. Carvey lui parla alors, notamment de choses dont Joy évitait de trop évoquer au sein du clan : Rokhan, le désert, les arnaques et puis ses aventures en général. Joy soupira quand il vit Carvey faire son numéro, et masqua même un petit rire amusé devant le bagou national du marchand qui entubait ou pas sa mère devant ses yeux. Ouep, il savait y faire, le Carvey, et il écouta avec malice sa mère se faire endormir gentiment en confiance comme il fallait. Un vrai pro le poto. Il n’intervint pas, pour plusieurs raisons. Déjà il savait que le marchand cachait un cœur d’or, donc qu’il n’irait pas réellement arnaquer la mère de son pote. Peut-être se faire une jolie marge, mais pas plus. Ensuite sa mère était assez grande pour savoir quand elle se faisait avoir ou pas. Enfin, et là résidait tout le génie du marchand...Joy ne pouvait pas vraiment dire si Carvey avait une véritable connaissance et des contacts pour réparer l’armure. Pour finir, il s’en fichait aussi un peu, c’était un détail de l’histoire, un de plus.


Sinon la mère Killamanjiro ne venait pas non plus pour les beaux yeux des Spirituals et des autres. Peut-être pour son fils, encore que. Elle présenta un moyen pour doubler tout le monde, et Jock eut un réflexe cognitif inquiétant pour lui, il disait quelque chose d’intelligent. Stupeur et tremblements dans la cellule, l’heure était grave. Le matheux, à l’énoncé du problème réfléchit un peu et proposa plusieurs solutions logiques.



- Cancer, leucémie, paralysie, sommeil profond...il y a du choix, reste à être convaincant. Jock, passe-moi ta lame steup.
- Oui, Joy, mais est-ce l’ablation des testiboules c’est une maladie incurable ?
- T’en fais pas.




Le matheux prit le couteau de son ami et coupa ses cheveux en quelques secondes, devant les yeux médusés du reste de la cellule, et de sa mère qui lâcha un sanglot de surprise étouffé. Il passa la lame au plus près de son crâne et finit totalement chauve, sa tignasse bleutée indigo et bouclée dispersée aux quatre coins de la cellule, c’est-à-dire sur Bobby ou sur les Spirituals. Il prit un peu de poussières et les plaça sur ses cernes, un peu sur ses paupières, et il tenta de diminuer l’afflux de sang dans son corps pour paraître plus blanc que blanc. Il lévitait, en tailleur, et regarda les autres l’air satisfait.



- Et un leucémique sur le point de mourir. Vous choisissez quoi ? Bob, une cirrhose ?
- Ah bah une cirrhose, ça s’arrose !
- Richard ? Cancer du poumon ?
- Keuf keuf. On va essayer ouais.
- Jock, dégénérescence des neurones amenant une débilité cérébrale et physique, tu vas marcher avec les jambes raides en boitant, et pour le cerveau, t’auras qu’à rester naturel.
- La vache, c’est ce que j’ai le plus de mal à faire !
- Carvey, t’es un grand garçon, et j’dis pas ça après ton passage à Kazinopolis hein.
- Pourquoi, qu’est-ce qui s’est passé à Kazinopolis ?
- Rien maman, juste Carvey et la Reine Athia...ouinc ouinc ouinc.
- Oh...oh je vois. On dirait pas en vous voyant ! Tiens, mais qui voilà !


Sur le devant de la prison, signant des autographes pour les gardes, Super Sauveur apparut et fit un signe du pouce à toute la cellule.



- Je suis votre avocat et votre médecin ! Vous avez choisi vos maladies c’est bon ?
- Ouep.
- Bien. Si ça ne fonctionne pas Joy, je t’évacue comme lors de la Celestiafest !
- Non mais ça va marcher...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carvey
Le marchand lapin
Le marchand lapin
avatar

Pouvoir : Marchand d'artefacts
Points de Puissance : 25 000 points
Points de Réputation : 35 000 points
Points du Membre : 330 points
Messages : 194

MessageSujet: Re: Garçon ! Une immunité diplomatique svp ! [PV Joy]   Mer 17 Mai - 18:49

Joy trouve très vite la réponse aux interrogations de Jock. Perso, je trouve ça un peu simple non ?! J'sais pas. Les mecs vont pas prendre l'idée de faire des examens histoire d'être certain qu'on leur ment pas ?! Je dis ça par ce que sinon tout le monde ferait pareil. Enfin, c'est certainement que les gens sont cons remarques. Il ne faut pas oublier que les gens sont cons. C'est pour ça que la plupart sont plus consommateur que conquérant. Mais alors les pire c'est les cons sanguins. Joy commence à distribuer les maladie. C'est marrant on se croirait au monopolie de Michel Cymes Je me permet d'apporter des corrections à cette distribution calamiteuse.

- Bob, dis plutôt que t'as choppé un coup de soleil massif.
- C'est raciste comme remarque !
- euh...
- Oh ça me choque pas ! Je suis Texan ! Haha


Pendant que je susi en train de causer au démon du rire, Joy en profite pour balancer des trucs sur ma vie sexuelle. Oh ! Ça concerne que moi d'abord !

- Hey j'te permet pas de causer de ça comme ça hein ! Et puis d'abord si j'ai carrément l'air d'un mec qu'est capable d'emballer va plus grande reine de Dreamland pourquoi !

Nan mais c'est vexant en vrais ! Je suis blessé au plus profond de mon petit cœur que mère et fils se sont amusés à piétiner. D'une est ce que je dis à tout le monde pour lui et lili-anne ?! Bon oui d'accord ! Je le dis à tout le monde mais c'est pas une raison de faire pareil. Pas par ce que je suis con et immature que tu dois l'être aussi. Quoique, plus logique venant de lui vu son âge. Et de deux ! Bah y a pas de deux ! Mais je suis très très en colère contre moi même ! Bon je voulais pas finir ma phrase comme ça mais la référence est venue d'elle même.

Puis là, il arriva ! Le clou du spectacle dans le cercueil de leur incompétence ou dans le spectacle de clown pas du tout milliardaire ou même géniaux auquel je suis forcé de participer. Dans le genre festival de débiles, ça empire au moment où je vois arriver l'un des voyageurs réputés comme les plus cons mais avec cependant un cul bordé d'nouilles pas possible. Super Sauveur ! Pourquoi il a du cul ce con-là ?! Par ce qu'il est arrivé à réunir tous les éléments de va panoplie du super héros. Ce qui était pas une chose simple à faire. Et j'ai entendu dire qu'il y est arrivé plus ou moins par chance. Et tu vas me dire que c'est lui l'avocat des Killamanjiro ?! Lui en plus des spirituavs, ça ajoute encore à la moyenne de connerie moi qui pensais que Jock était un gouffre à connerie. Je crois qu'on est en train de créer une rupture dans l'espace temps. Un trou de verre de connerie. Je me tourne vers Jock et lui pose va main sur l'épaule.

- Je suis désolé... je t'ai mal jugé.

A en juger par l'air définitivement bovin sur son visage, il a pas compris. Pas grave je lui en veux pas ! Je voulais juste exprimer cette pensée. Au passage, il fout quoi le super sauveur à nous aider à niquer la justice ?! J'dis ça par ce qu'il gueule partout où il passe qu'il défend va justice. Il fait certainement partie de cette catégorie de justiciers qui n'aime pas la justice judiciaire. Comme les politiques qui n'aime pas va politique politicienne. Super sauveur nous demande si on a tous trouvé notre maladie. On lui répond que oui. Il appelle les gardes en leur disant que ses clients sont atteint de graves maladies sévères et demandent à être jugés au plus vite. Les gardes répondent qu'on va nous conduire à un examen médical. Ah ! Voilà ! Je savais que ce serait pas aussi simple !

Bon, dans notre malchance, on a une certaine chance. Pour la bonne et simple raison que les mecs qui nous font les examens sont pas médecins et y connaissent rien. Pourquoi ? Par ce qu'aucun médecin n'accepte de bosser ici, sous la tyrannie de la procédure. Sans avoir le droit de faire des palpations de plus ou moins qu'un certain temps etc. Mais, ce qui nous sauve encore plus, c'est que les mecs non plus n'ont pas le droit de pratiquer de palpations par exemple par ce qu'ils ne sont pas médecins. On est donc mis les uns à la suite des autres, surveillés par super sauveur qui s'apprête à exfiltrer Joy à coup de grande tarte dans la gueule au cas où. Ça se passe pas trop mal pour les spirituals . On croit Bob avec son histoire de coup de soleil, richard avec celle du cancer du poumon, Wendy avec ses règles explosives. C'est suffisamment crade et génital pour pousser les gars à pas poser de question. Meï quand à elle, comme une vrais pro arrive à les endormir en faisant croire qu'elle subit un rapetissement osseux, d'où sa petite taille et qu'un jour ça la tuera incessamment sous peu d'anorexie par ce qu'elle aura perdu un os et non perdu les eaux. Elle ment bien la petite. C'est mon tour. Je fais face à deux agents de l'administration.

- Carvey le marchand de Rokhan ?
- Lui-même.

- Vous souffre d'une maladie incurable ?
- Je suis menteur compulsif. Un jour ça me tuera.

Là, les deux mecs sont tentés de dire que ce n'est pas une maladie et qu'ils ne voient pas trop en quoi c'est mortel. Puis, ils saisissent soudain le paradoxe dans lesquels je les coince.

- Attendez ! Si vous mentez tout le temps... vous n'allez pas mourir.
- Ouais mais s'il en meurt, ça veut dire qu'il peut dire la vérité, donc qu'il est en effet menteur compulsif et que ça peut le tuer.

Je sifflote en les regardant débattre sur cette connerie. Je sais pas pourquoi mais je sentais gros comme un building que leurs esprits débilement textuels, premier degré et cartésiens les feraient buter comme des cons sur cette simple phrase. Épuisés, ils finissent par accepter ma maladie et et me laissaient passer. Trop facile ! On me donne alors un ticket avec un numéro après m'avoire rendu mes effets. bah ouais! j'suis plus en détention, j'ai le droit d'avoir mes affaires. Je vérifie! tout est bien à sa place. Oh putain j'espère que je vais pas attendre trop longtemps ! J'ai pas que ça à foutre. Au moins, j'ai économisé plusieurs années à attendre dans une cellule. Bon, par contre, ce sera pas l'idéal pour bien commencer la discussion avec Law d'y aller en tant qu'accusé d'un crime. Je me planque derrière Bob (le voyageur) quand je croise du regarde des personnes que je connais et que j'ai déjà rencontré à pas 5 place devant nous. Des personnes à qui je devais.... comment dire ? Des petites faveurs sexuelles quoi. Vous savez les Valkyries qu'on a croisés avec Diavolo à Myriade.... les mêmes m'voyez ! pas dit qu'elles soient enchantées de me voir. ou peut être trop justement. Assez pour tenter un viol en réunion sur ma personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joy Killamanjiro
Indiana Joy
Indiana Joy
avatar

Pouvoir : contrôleur des chiffres
Points de Puissance : 40 000 points
Points de Réputation : 55 000 points
Points du Membre : 694 points
Double Compte : Diavolo Mayor
Messages : 677

MessageSujet: Re: Garçon ! Une immunité diplomatique svp ! [PV Joy]   Lun 5 Juin - 9:54

On le sentait vexé le petit Carvey. Il descendait d’un étage sûrement. Il prenait un peu moins d’altitude, de hauteur pour parler avec les voyageurs, tiens. Enfin, côtoyer des voyageurs un peu taquins lui donnerait sûrement un premier pas de géant pour mieux les comprendre, leur passer les moqueries, parce qu’on le disait jamais assez : ce n’est pas la taille qui compte. Enfin généralement on disait ça pour ceux qui avaient des trucs à compenser. Mais bon, un mec qui avait comme meilleur pote un lapin, tout son matos sur son dos comme un escargot, et des envies de richesses flippantes était sûrement quelqu’un d’assez sûr de lui, sans besoin de compenser quoi que ce soit...sûrement oui. Joy se marrait intérieurement en voyant Athénaïde le tacler gentiment, même pas en faisant exprès. Le marchand avait sa petite fierté à lui, il restait un homme sensible et quelque part doulouré dans ses sentiments...ce que Joy enleva bien vite de son esprit pour ne pas vomir...les sentiments de Carvey…


Après distribution des maladies aussi terribles que fausses, direction la visite médicale. Bon, on allait pas se mentir entre Joy et le reste du groupe, ça allait être du chacun pour soi. Chacun prenait sa maladie et son interprétation avec lui, et le succès ou l’échec dépendrait du talent...ce qui laissait quelques questions en suspens concernant Joy ou le talent de diplomatie de Wendy. Mais enfin, Joy passa devant les médecins...enfin les médecins qui n’avaient que le nom de médecins puisque personne voulait bosser avec ceux de Justicity. Trop compliqué, des règles, des lois partout, impossible d’exercer pour les médecins. Du coup niveau diagnostic précis et efficace, il y avait de quoi se poser pas mal de...ha bah pas tellement en fait, puisque tout le monde mentait.


Devant le voyageur, un groupe de blondes en armures, l’air pas commode du tout, parlait de retards, de reconnaissances d’enfants et de « il va payer cet enfoiré de Mayor », ce qui parut assez obscur au jeune matheux qui ne comprenait pas tout à l’échange des blondes bien remontées. Elles partirent de l’autre côté de la barrière de sécurité, et ce fut à son tour. Il marcha vers les examinateurs lentement, les yeux lourds, à moitié en bavant et en traînant la patte. Il avait pris un peu de poussière pour les yeux et le coin des lèvres. Acteur studio.



- Bon...jour...messieurs…
- Houla, je crois qu’on a devant nous un cas aggravé de nanisme !
- Pardon ? Mais pas du tout, je suis leucémique.
- C’est quel pays ça ?
- C’est pas un pays, c’est une maladie…incurable, comme maladie. On en meurt.
- Hum, c’est pas évident, moi je trouve qu’il est atteint de nanisme.
- Ouais, et c’est pas facile comme maladie incurable. Pour l’heure on n’a pas encore trouvé de remède, mais il paraît que la recherche avance.
- Bon, vous me faites le papelard ?
- Bien sûr monsieur, bien sûr. Et vous pouvez faire un autographe pour ma fille ? Elle adore regarde les jeux du fort de Justicity, alors si vous êtes pris dans l’émission pour accompagner les candidats, elle va montrer ça à toutes ses copines.
- Selon l’alinéa deux de la loi sur les démonstrations fanatiques, ta fille doit contrôler son hystérie sur une échelle de cinq, Bertrand.
- Elle est au courant, elle a déjà eu quelques rappels à l’ordre. Bon monsieur, tout semble correct. Vous voulez quelqu’un pour qu’on vous remarque dans la file ?
- Ça...ira…
- Et vous avez l’air un peu palot, vous avez dû prendre froid.
- On peut dire ça…



Une fois passés les charlatans, Joy se dirigea vers l’audience. Mais d’abord, d’abord...il vit devant lui un gigantesque hall avec des tentes, des barrières, des murs, des gens s’engueulant sur des textes de lois de camping, des quartiers de tentes surélevées, comme des lits superposés, mais pour des campeurs. Une foule immense se tenait là, vivait là, et semblait faire comme si la vie quotidienne suivait son cours. Joy remarqua des panneaux qui indiquait chaque quartier, jusqu’à se rendre compte qu’il avait perdu les autres. Dans cette ville de tentes, de feuilles, de dossiers et de bouquins de lois servant à faire des remparts, délimiter des jardins autour des bidonvilles et des installations de fortune, le voyageur se laissait aller à la contemplation. Et également à l’hypothèse que ça puait violemment pour la rapidité de traitement. Clairement, ces gens attendaient quelque chose, et ce quelque chose portait le nom de Law Legato, au fond du hall immense, sur une plaque en or sur une énorme porte blindée et surtout fermée. Bien sûr, dans cette ambiance, Joy ne pouvait pas être dans un endroit avec des tentes de camping sans en rencontrer la Princesse, qu’il apercevait derrière des piliers en train d’expliquer des piles de textes de lois à une dizaine de personnes. Elle leva la tête alors qu’il s’approchait, faisant silence autour de lui.


- La Princesse Camping est dans son élément ici.
- Je me demandais quand tu viendrais ici. Super Sauveur m’a contactée.
- Ah tiens, je suis surveillé, maintenant ?
- Toujours oui, mais ce n’était pas pour toi. Il est inquiet au sujet de Jock.
- Jock ? Pourquoi Jock ?
- Si y’a quelqu’un qui peut passer sa vie ici, c’est bien lui. Premièrement, il pige que dalle aux textes de lois, il dit que ça lui embrouille la tête.
- Faire cuire des pâtes lui embrouille aussi la tête…
- Deuxièmement, il a passé le concours du barreau de Justicity pour une bonne raison. Il fait partie des 2 687 personnes qui ont réussi à avoir tous les chefs d’inculpation possibles sans être encore condamnées.
- Mais qu’est-ce qu’on lui reproche au juste ?
- Tout.




Un silence passa dans l’assemblée, et les gens qui demandaient des explications s’en allèrent, laissant le couple discuter à l’aise dans une tente fermée, non sans avoir au préalable consommer quelques moments intimes. L’amour sous la tente avait quelque chose de fondamentalement hippie-romantique et un côté Jo le Clodo savoureux. Sur l’oreiller, Lili-Anna expliqua les raisons de la venue d’autant de gens pour défendre Jock, à sa demande à elle, sans quoi la catastrophe ambulante de Kazinopolis ne sortirait jamais du royaume. Pire encore, selon la liste de toutes les accusations possibles et inimaginables, il serait certainement envoyé dans une des prisons de Dreamland.



- Je vois, il faut qu’on le sorte de là sans jugement, ni sans se faire...reconnaître ? Mais il parle déjà en son nom propre !
- Jock possède un nom de code pour les dossiers sensibles. J’ai réussi à obtenir un dossier en copie, contre une remise de peine d’un juge corrompu, et je sais donc que Law Legato le connaît sous le nom du « rouquin qui en jette grave ».
- Rouquin qui en jette grave ?
- Apparemment, Jock aurait tenté de se faire passer pour un justicier quand il était plus jeune. Un jour Law Legato est venu avec sa brigade financière à Kazinopolis et Jock l’a entarté avec un rôti de bœuf. Oui il n’avait pas compris le principe du...bref ! Il a gueulé à tout le monde qu’il était le rouquin qui en jette grave, et il s’est barré comme un lapin…Depuis, Law a une fiche sur le rouquin qui en jette grave, et ignore son véritable nom. C’est là que ça devient bordélique, c’est que Jock est connu par les magistrats sous le nom de Jock, et les autres accusations sont sous le titre du rouquin qui en jette grave. Du coup…
- Du coup si Law Legato fait le lien, Jock est bon pour la peine maximale.
- Et on pourra lui dire adieu, oui.
- Bon, faut que j’aille voir Carvey.
- Pas avant le deuxième round.
- Mais je dois...bon, si tu le prends comme ça d’accord !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carvey
Le marchand lapin
Le marchand lapin
avatar

Pouvoir : Marchand d'artefacts
Points de Puissance : 25 000 points
Points de Réputation : 35 000 points
Points du Membre : 330 points
Messages : 194

MessageSujet: Re: Garçon ! Une immunité diplomatique svp ! [PV Joy]   Lun 5 Juin - 22:11

Je me cache du groupe de catcheuses blondes qui semblent encore une fois sévèrement alcoolisées et m'enfonce un peu dans la salle immense qui prend de plus en plus les atours d'une espèce de camp de réfugier. Je jette un œil derrière moi et vois Meï en train de faire un check aux faux médecins. La pas du tout célèbre poignet de main des charlatans. Comment je la connais ? T'occupe ! J'essaie de ne pas me faire voire. Grâce au ciel, les spirituals attirent très vite l’attention, ce qui me permet de me  fondre dans le décors, dans cette foule bigarrée alors même que je me trimbale à dos de lapin géant. Faut dire que pour se faire remarquer, les voyageurs font fort. Richard, à peine arrivé était en train de se faire un mini-harem en se mettant à jouer de la gratte comme un lover au bord d'un feu de camp alimenté par des Dalloz. Wendy quand à elle faisait sa deuxième séance de psychanalyse dirigée par un killamanjiro mais pas joy cette fois, ce qui explique pourquoi elle essaie pas de buter toutes ces connasses. N'empêche je me demande comment ce type fait pour pas se rendre compte qu'elle en pince pour lui. Et le mot est faible. Quant à bob... bah il était allé causer bières avec les valkyries. Je cherchais pour ma part un moyen de faire accélérer la procédure. Ou encore un moyen de griller tout le monde. Mais apparemment, ce sera pas simple vu que  les gens semblent défendre bec et ongle leur petite place et ne pas vouloir se faire griller. J'ai plusieurs idées en têtes. La plupart utilisent Jock comme bouc émissaire. Bah quoi ?! Une emmerde de plus à l'infinie liste d'emmerdes qu'il a déjà au cul c'est pas grand chose. Mais je suis persuadé que je peux trouver mieux.

J'observe les bivouacs et finit par afficher un grand sourire en découvrant une personne que je connaissais bien. Un marchand comme moi. Je savais pas qu'il était là. En tous cas il semble vendre des trucs à la criée. J'explose de rire quand je me rend compte que ce qu'il vend aux enchères, c'est des places plus au devant de la file et des coupe-file. Ça me fait rire par ce que ça lui ressemble tellement ! E mec est un professionnel de a spéculation. J’observe son petit manège et je comprends assez vite son système. C’est très malin et bien foutu. Ça lui permet de se faire de l'argent sans trop d'efforts en fait. Le truc, c'est qu'il échange par exemple la place de second sur la liste d'attente contre la place N°3 000. mais comme la seconde vaut carrément plus, il fait équilibrer le prix avec des compensations. Du coup, au final, il s'en sort avec  de l'argent et des places dans la file qui prennent de la valeur à mesure que la fil avance. Ça ressemble à un système d'intérêt bancaire. C'est dingue ce que les gens peuvent être imaginatifs pour s'enrichir. Je m'approche de lui une fois son enchère finit.

- Tiens mais regardez qui voilà ! Monsieur le marchand lapin en personne !
- Salut Drow ! Je vois que les affaires marchent bien.
- Hmouais bof !
- Te fous pas d'ma gueule ! T'as trouvé le filon d'or ma parole ! Tu dis ça pour éviter qu'on te le pique ! Si j'ai bien deviné ton système, je dois t'avouer que je suis assez admiratif que t'ai trouvé ce truc.
- Venant de toi, le roi de la magouille, je prends ça comme un très gros compliment !
- Nan vraiment ! C'est très ingénieux !
- Carvey...
- Oui ?
- Tu penses tout de même pas que c'est en me complimentant que je vais te faire un prix pour une place premium.
- Moi ?! Naaaaaaaaaan ! Jamais de la vie ! la flatterie c'est pas du tout mon truc ! et va franchise est ma principale qualité tu le sais bien ! En plus, tu sais parfaitement que j'ai  pas assez d'argent pour ça. Et surtout beaucoup trop de respect pour toi !
- hahaha ! Toujours aussi beau-parleur hein ?! Et radin ! Mets moi ton lapin en gage et ça s'arrange.
- hahaha ! Euh... t'étais sérieux là ?
- Bah oui ! C'est que c'est une belle bête tu sais.
- Désolé il est pas à vendre. Par contre, tu dirais quoi si j'arrive à faire doubler le prix de vente de tes places ?
- il se pourrait que si tu fais bien ton travail je t'en offre une. Par ce que c'est bien ça que tu veux hein ?!
- Aaaaaaah ! J'aime faire affaire avec de vrais marchands ! On parle le même langage et on perd pas trop de temps en palabre et négociations inutiles.


On se serre tous les deux la main en affichant un grand sourire. Et c'est quoi mon idée au fait ? J'vaix utiliser diverses techniques de prêteurs sur gage, de négociation ou encore bien connues des aficionados des enchères pour faire artificiellement monter les prix. Des bons coups classiques comme par exemple le truc du faux enchèreur qui fait monter les prix ou encore lancer quelques rumeurs comme quoi law est particulièrement bien luné en ce moment et a tendance à être plis clément sur ses verdicts. Mais il faut se dépêcher par ce qu'on sait pas combien de temps ça durera.  Ça marche plutôt, pas mal en tous cas. En fait, je me démerde juste pour faire monter la spéculation su le marché de la place d'attente. C'est assez simple vu que les gens sont des pigeons et es moutons.

Je me balade dans la salle d'attente prenant des allures de jungle juridique pour rependre mes rumeurs et faire monter la sauce quand je finis par voir un p'tit couple trop meugnon ! Un p'tit voyageur leucémique et une princesse aux cheveux gras ! Bah ouais le camping et les douches précaires ça pardonne pas toujours. Je m'installe alors derrière une tente dans le but d'espionner leur conversation en ayant évidemment confié Bob à richard au préalable, ce qui a passage faut monté sa cote de popularité auprès des campeuses. Le coup de l'animal de compagnie ça marche toujours. Bref, je suis couché comme une loque juste à côté de la tente et écoute leur conversation... pour leurs ébats. Bah quoi ?! On comble ses manques affectifs comme on peut ! J'vous rappelle que moi, ma dulcinée elle fait plusieurs mètres de haut et j'dois me droguer pour pouvoir faire des trucs et comme j'susi pas un enfoiré... je fais ça avec personne d'autre. Eh oui ! Qui l'eut cru ! Je suis un mec fidèle.  Ils recommencent à parler... puis remettent le couvert. Go for it joy ! Finalement Joy finit par sortir de va tente après avoir fait ses p'tites affaires. Mais qui v'attent pile à va sortir de la tente avec un sourire malicieux ? Sa mère ! Nan j'déconne ! C'est moi. Je le vois afficher un regard surpris. Avant qu'il ne puisse l'ouvrir je met un doigt devant sa bouche.

- Chuuuuut ! Je sais ce que tu te dis : « Mais enfin Carvey depuis combien de temps t'es là ?! Me dis pas que... » et je te réponds que j'exerce mon droit à ne pas répondre à cette question.  Et je viens aussi te dire que pendant que tu faisais tes p'tits exercices d'assouplissement de la langue.... t'as bien raison soit dit en passant, une bonne élocution c'est la base !  Moi j'ai pas chômé ! Suis-moi !

J'attire donc Joy vers mon ami le marchand Drow en récupérant au passage Bob, le lapin pas le voyageur. Je lui explique succinctement ce que j'ai fais. Soit dit en passant, le temps où je n'avais rien fais de particulier à part écouter les souffles éreintés de coïte d'un jeune voyageur, j'avais laissé la hype et l'effet des rumeurs que j'avais lancé se mettre en marche. Quand j'arrive vers Drow, il vient de conclure une enchère et semble se frotter les mains bien comme il faut.

- Carvey ! Je sais pas exactement ce que t'as fais mais les affaires ont pas aussi bien tournées depuis la célestiafest et l'absence de law qui avait causé une montée des prix.
- Oh une ou deux rumeurs et c'est fait !
- Vas-y ! Du coup tu veux une place ?
- Deux ! Les mieux placées possibles.
- Hmmm, vu ce que tu m'as permis de gagner, ça me parait honnête. Voilà... deux places dans les vingt premiers ! Avec ça vous avez pas plus de 3h à attendre. Par contre... pour que ce soit équitable, signez-moi ces actes de vente de vos places actuelles.

Ça me semble équitable. Puis faut bien qu'il alimente son système. Je regarde son papier, j'essaie de voir s'il est pas foutu d'essayer de nous enculer. Tout me semble réglo, je signe le truc. Voilà une affaire comme je les aimes ! Si on part du principe que le temps c'est de l'argent, à 1ev de l'heure , je viens de nous faire gagner dans les 10 000 EV d'attente ici chacun. Et l'histoire de Jock ? Et pas de place pour les spirituals et les lili-anne qui essaie de défendre Jock ? Bah nan ! J'suis pas venu ici pour ça. J'veux bien aider mais à vrais dire notre cas est déjà assez compliqué comme ça.  J'fais pas dans l'humanitaire personnellement. Le commerce c'est un peu plus ma branche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joy Killamanjiro
Indiana Joy
Indiana Joy
avatar

Pouvoir : contrôleur des chiffres
Points de Puissance : 40 000 points
Points de Réputation : 55 000 points
Points du Membre : 694 points
Double Compte : Diavolo Mayor
Messages : 677

MessageSujet: Re: Garçon ! Une immunité diplomatique svp ! [PV Joy]   Mar 6 Juin - 8:21

Une fois le deuxième et troisième rounds terminés, Joy sortit de la tente avec une légèreté nouvelle, laissant sa Princesse allongée, alanguie dans sa torpeur moite et souriante. Lui-même ne tenait plus trop sur ses petites jambes, mais en tant que prince Disney version Marc Dorcel, il se devait d’aller aider la veuve et l’orphelin, l’opprimé et le marchand lapin...qui le fixait d’ailleurs avec cet air à la fois entendu, chafouin et moqueur. Sous les remarques de Creepy Carvey, Joy préféra faire un facepalm qui en disait long. Mais en chemin, vérifiant que les Spirituals et sa mère n’étaient pas dans la zone, il brisa le silence gêné qui le hantait pour mettre les choses au point.



- Tu peux rigoler Carvey mais tu devrais comprendre...quand on n’a pas souvent l’occasion de...enfin de se détendre avec sa dulcinée, le moindre prétexte est pris d’assaut. T’as pas les mêmes soucis avec Athia ? J’veux dire pour faire le voyeur comme ça…Et t’as peut-être pas chômé mais moi non plus, bro. Elle a 840 piges la demoiselle ! Ok, Athia est géante, gnagnagna, mais 840 piges ! Si internet savait ça, il serait cassé en deux. Encore plus qu’avec une nouvelle vidéo d’Antoine Daniel.
- Ouais, il est voyageur en plus.
- T’es sérieux ? Ok merci pour l’info mec. Maintenant arrête de nous suivre.
- Vous allez encore me mettre une interdiction d’approcher à moins de cinq centimètres de vos nombrils ! Bandes d’enculois !
- Tssss...taré...



Le matheux souriant gentiment en taclant son pote marchand, manière de lui faire comprendre qu’entre potes, ça ne faisait pas tellement de s’espionner en train de faire ouinc ouinc, mais c’était après tout pas si grave. Pour cette fois. Après il installerait des pièges, des barbelés et de quoi étouffer les sons. Ou alors il trouverait des vannes à faire au hasard sur le couple formé par la Reine des richesses et le marchand. Un truc vraiment jamais fait quoi.

En revenant à plus de sérieux, Joy écouta les manœuvres commerciales, spéculatives et tout sauf connes de son ami marchand. Ce qu’il admirait chez lui, c’était la façon bien particulière qu’il avait de transcender les situations. Attention, qu’on s’entende bien, c’était pas un compliment en l’air. La plupart des gens était incapable de réfléchir au-delà du contexte et se laissait porter, dépassée par les événements. Mais Carvey, peut-être parce qu’à Rokhan c’était un réflexe immédiat aussi, il était capable de dépasser une situation en amenant à lui ses talents, ses idées, ses réflexions et ses plans avec une facilité et une efficacité déconcertantes. En se connaissant assez bien pour trouver ses propres ressources, n’importe quelle situation problématique trouvait une solution en lien avec ses talents naturels ou travaillés. Et ça, dans le monde réel comme dans Dreamland, c’était pas banal. Bien sûr Joy évita de lui dire, sans quoi le marchand était capable de lui rappeler dans dix ans que c’était un super commercial. Puis si on ramenait la manœuvre à une objectivité pure, il avait spéculé sur l’angoisse, l’attente et l’impatience des gens. On pouvait trouver ça malin, ou connard, au choix. Dans la situation présente, étant donné que c’était son ami, le matheux trouvait ça simplement...approprié ?


Ils entrèrent donc dans le top 20 de la file d’attente, un coup de boost monumental. Le voyageur signa le papier, en demanda une copie pour garantir sa place, et alla voir Lili-Anna qui s’occupait en lisant un énorme bouquin pour sauver Jock. Il croisa sa mère qui fit mine d’ignorer la Princesse des Mots, en continuant son chemin avec Wendy. Il prévint ainsi tout le monde, en évitant de dire que le marchand se fichait des autres – plutôt qu’il n’avait pu avoir que deux passe-droits et qu’il était bien désolé. Même si tout le monde savait de quoi il en retournait vraiment.

Il alla donc avec Carvey vers la zone où les premiers attendaient leurs tours. L’endroit était facile à reconnaître car il y avait bien moins de tentes et de gens qui semblaient prendre l’apéro ou jouer aux boules. Clichés quand vous nous tenez...Ceux qui attendaient arrivaient avec d’énormes dossiers, des sacs remplis de feuilles, d’affaires de camping et aussi beaucoup d’énervement et d’impatience cristallisés dans un point précis : la porte de la sortie. Joy prit place en affrontant les regards mauvais des gens qu’ils doublaient l’air de rien, si bien qu’il montra le papier désignant la place attitrée. Un vieux assis sur une chaise roulante mit alors sa béquille pour empêcher le marchand et le matheux de passer.




- J’attends depuis deux ans, vous n’aurez pas ma place les jeunes !
- Écoute papy, on a suivi les règles, comme tout le monde ici, fais pas le con.
- Ho Titouan, y’a deux jeunes conios qui viennent nous piquer la place ! TITOUAN !
- Ouaye papounet ?



Une sorte de demi-géant mesurant environ sept Joy et demi arriva depuis un pilier, une bouteille de gaz sous le bras et une plancha dans l’autre. Il portait sur ses épaules deux midinettes blondes qui lui faisaient manger des merguez depuis des piques. Habillé comme un catcheur, taillé pour la baston, il se présenta aux deux compères en penchant la tête et en gonflant ses muscles.



- Vous deux, vous dégagez derrière papounet ou je vous écrase comme des cafards.
- Écoute Titouan...on a des places, regarde, on a signé un…



Le géant prit le papier de Joy et le déchira en deux. Il regarda Carvey avec la main tendue pour en faire de même.


- J’aime pas qu’on me contredise, les nabots. Cassez-vous ou j’m’énerve !
- Titouan, rappelle-toi qu’on est là parce que tu as tordu un type en torsettes. Law ne te donnera pas de seconde chance si tu refais ça !
- Là c’est pas pareil papounet. Je peux juste en prendre un comme marteau, et l’autre comme clou. Ça se défend ça, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carvey
Le marchand lapin
Le marchand lapin
avatar

Pouvoir : Marchand d'artefacts
Points de Puissance : 25 000 points
Points de Réputation : 35 000 points
Points du Membre : 330 points
Messages : 194

MessageSujet: Re: Garçon ! Une immunité diplomatique svp ! [PV Joy]   Sam 24 Juin - 18:29

Pauvre joy ! C'est pas l'âge ou la taille qui compte. Il n'a définitivement toujours rien compris aux femmes. Ça viendra peut être avec le temps. Peut être que mon « voyeurisme » aura fait remarqué à ce brave petit voyageur que les sujets de fesse, c'est dans la sphère du privé. Eh ouais ! Les gens ils comprennent les concepts de liberté, d'égalité et de fraternité que quand on leur montre clairement ce que c'est de pas en avoir. Je me passe de lui faire une remarque et ve mène à mon pote marchand qui nous offre nos passes pour une comparution immédiate. Mais bon, comme une emmerde n'arrive jamais seule... on tombe sur un vieux récalcitrant qui n'a pas envie de nous laisser passer. Soit disant qu'on a pas à lui passer sous le nez comme ça. J'aurais bien envie de lui dire que c'est peut être pas moral mais c'est légal de faire ça. Mais bon, j'ai pas trop les sourcils taillés pour ce genre de répliques. Et puis, ça fait un peu trop sujet du bac de philo 2017 à mon goût. Puis au pire c'est qu'un p'tit viueux ! Il peut faire quoi ? A part appeler son fils qu'est juste une putain de brute qui va nous bully pour nous empêcher de le doubler ?!

Eh merde ! T'en fais pas mon pote ! Quand la violence ne résout pas le problème par ce que la violence de ton adversaire n'est que plus forte, l'esprit du capitalisme est là pour te protéger. Le colosse, je parle pas de ma bite mais du type en fasse de moi,  tend la main en s'attendant à ce que je lui donne mon précieux sésame pour doubler son pauvre vieux pair pour lequel je dois avouer que je ressens un peu de pitié. Mais alors un tout p'tit peu. Pas assez en tous cas pour vouloir lui donner mon précieux ! Je le  détaille de la tête au pied. Il a pas l'air assez intelligent pour avoir une conversation construite alors je préfère m'adresser au vieux qui semble vachement plus raisonnable.

- Euh... vous savez que la violence résout rien.
- Je sais. C'est même à cause de ça qu'on est ici. Mais c'est pas une raison de me laisser rouler.
- Et si je vous dis que vous pouvez sortir gagnant de tout ça. Vous en dites quoi ?!


Le vieux fait signe à son dégénéré de fils qui n'a pas été gâté par la nature en cellules grises mais que la nature comme elle est pas salope elle lui a bien rendu en muscle bien que ça manque d'huile je trouve. Le fils recule un peu et continue de manquer les béquées que lui donnaient deux bimbos. Il semble m'écouter attentivement mais pose le décors immédiatement.

- Je veux bien t'écouter mais... pas d'entourloupes ! Si je sens qu'on essaie de me rouler, je dis à Titou' de s'occuper de vous deux !
- Oh vous en faites pas ! Y a pas de risque ! Vous avez des soucis avec la justice du coup si j'ai bien compris.
- Qu'est ce que je ferais là sinon ?
- Pas faux. J'ai l'impression que  les finances ça va pas fort.
- ...
- Du coup vous avez pas de quoi payer un avocat pour vous protéger c'est ça ?
- En effet. Et ?!
- Si vous nous laissez passer, je peux vous présenter un avocat !
- Olaaaaaah ! Je vous vois venir ! J'veux pas d'un avocat merdique !
- Vous pensez que je veux vous arnaquer ? C'est pas mon genre !


Bah quoi ! C'est vraiment pas mon genre ! J'appelle Jock qui vient vers moi, bien trop content que je lui montre un peu d'intérêt. Je le pousse un peu pour qu'il me colle pas trop !

- Voici maître Jock !

Au moment où je dis ça, apparaît sur lui sa robe d'avocat. C'est marrant !

- Il connaît tous les cas par cœur ! Il a été sur toutes les affaires possibles et imaginables. Hein maître !
- Ah ouais ! J'ai tout fait à ce qui parait. Même que je suis star derrière les barreau.
- Du barreau. Il a même défendu Joy ici présent dans un procès à wordsmen. Il est arrivé à lui éviter la peine de mort !
- Ouais c'est grâce à moi !


Moi mentir ?! Naaaaaaan ! Disons juste que je forcis un peu les traits. Bah ouais, une technique de marchand de base. Mais nan votre appartement n'est pas vieux ! Il a du cachet ! Mais non votre voiture n'est pas vieille, elle est de collection ! Mais non Jock n'est pas un abrutis... enfin pas tant que ça !  Bref, vous voyez le truc. Je vais pas dire que je vends de va merde si je veux le vendre au prix d'un rêve. Je vends du rêve au prix du rêve.

- Marché conclu ?!
- Hmmmmmm.... marché conclu !
- Nikel ! Je vous laisse avec votre avocat ! A plus Jock ! Occupes toi bien d'eux !
- Vous en faites pas !


Je m'en vais en sifflotant en embarquant Joy, je lui dis que c'est pas grave pour son titre, un peu de scotch et ce sera comme neuf. On avance donc jusqu'à notre place. On attend un petit peu jusqu'à ce que soit notre tour. On entre ensemble dans une énorme salle d’audience où on nous indique le box des accusés. Trône au sommet d'un haut bureau law qui nous observe et commence à lire des conneries juridiques hyper procédurières un peu obligatoires selon lui, complètement optionnelles selon moi.

- Vous êtes donc accusés de...
- Euh... excusez moi ô juridiquement droit law legato, je souhaiterais vous dire que cette affaire est hors de votre juridiction. Si vous lisez attentivement le compte-rendu de l'audiance préliminaire en comparution immédiate, il est manifeste qu'on nous a redirigé vers votre honnorable cour sans raison manifeste si ce n'est celle de nous faire perdre du temps. Si je puis me permettre, c'est un jeu sur les procédures inqualifiable qui perverti la fonction que vous représentez.
- Comment osez-vous interrompre sa majesté qui lit vos chefs d'accusation ?!
- la loi dit que le temps de sa majesté est précieux et qu'il est un crime de le lui faire perdre. C'est afin d'éviter un aggrave ment du crime que je me suis permis de l'interrompre. La loi de justicity stipule que la seule raison qui peut autoriser un crime, c'est la volonté d'empêcher un autre crime.

Je laisse un court silence s'installer alors que j'observe law qui se saisit du compte-rendu de l'audience précédente afin de voir si les propos du marchand sont vrais. Il a une lecture très raide, digne d'un membre de la famille royale de wordmen soit dit en passant. Il faut bien ça pour lire autant de dossiers en si peu de temps. Il saisit son maillet et frappe sur sa table.

- les propos de Carvey, marchand de Rokhan, alias le marchand lapin sont justes. Je les renvoie donc vers la cours d'interpopol. Je convoque également le juche Marsoin pour des mesures disciplinaires. Affaire suivante !
- C'est nous ! Nous avons, Joy Kilvamanjiro et moi même deux cas à vous soumettre. Des cas autrement plus intéressants que ces cas tout pourris qu'on vous colle.
- Ceci n'est pas la cour des...
- Désolé de vous couper votre majesté mais je veux encore vous faire gagner du temps. En tant qu'émissaire, la loi dit que je peux demander audience auprès du roi à vue tant qu'il n'est pas au beau milieu du traitement d'une affaire. Or, vous n'avez pas encore laissé entré les suivants. Donc, j'ai le droit de vous le demander.
- Soit. Vos requêtes.

Je fais signe à Joy de passer devant. Par altruisme ?! Naaaaan ! J'suis persuadé que son cas va intéressé le roi qui est très friand selon les dires, de cas de ce genre. Je me dis que ça le mettra peut être dans de meilleurs dispositions pour analyser le mien après. Bon, et puis il sera dans de meilleurs dispositions pour analyser celui de joy qu'après le mien. Il est tout frais, tout concentré et tout. Et puis y a aussi que je parle depuis trop longtemps quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joy Killamanjiro
Indiana Joy
Indiana Joy
avatar

Pouvoir : contrôleur des chiffres
Points de Puissance : 40 000 points
Points de Réputation : 55 000 points
Points du Membre : 694 points
Double Compte : Diavolo Mayor
Messages : 677

MessageSujet: Re: Garçon ! Une immunité diplomatique svp ! [PV Joy]   Mar 4 Juil - 10:24

Quand un conflit arrivait, rien de tel que Carvey pour le résoudre avec le maximum d’escroquerie possible. Le matheux se rendit compte qu’en joignant Jock au marchand, la potentialité de fin du monde par escroquerie massive, abusée et donc à un moment forcément incontrôlée arrive plus que prévu. Il en parlerait un jour à Lili-Anna. Il sentait un vent d’apocalypse quand les deux créatures étaient réunies pour résoudre des situations. Car Carvey arnaquait la terre entière, et Jock, l’aimant à emmerdes de Dreamland, ne pouvait qu’empirer ce qui était déjà compliqué. Arnaque et poisse, pour ne pas dire bêtise...ça avait de quoi l’inquiéter, mais bon il n’était pas non plus là pour ça. Pas cette fois.



Une fois entré, Carvey commence à se défendre, et là le voyageur est franchement paumé. Ça va un peu trop vite pour lui, le marchand réagit au quart de tour de seconde et répond du tac au tac. On dit qu’un pouvoir dans Dreamland doit forcément envoyer du pâté, se montrer, être visible et donner des bouleversements majeurs, mais celui des marchands de Rokhan était vraiment, vraiment dingue quand on s’y attardait un peu. C’était pas le plus tape-à-l’œil c’était certain, mais alors ça tenait réellement d’un pouvoir que les autres créatures de Dreamland ne pouvaient pas avoir. Même avec de l’apprentissage, Joy doutait réellement que le bagou ou la répartie d’un mec de Rokhan s’apprenne comme ça...non, Carvey avait quelque chose d’unique, de puissant, de fort, qui le fascinait. Un don pour se sentir à l’aise partout, comme si tout n’était qu’un jeu et qu’une transaction, qu’un monde où tu arnaques avant de te faire arnaquer. Car c’était un monde d’escrocs où il fallait être le meilleur. Rokhan version amateur, en fait. Il fut tiré de ses pensées par l’appel du pied du marchand, qui lui donnait la parole devant la cour et Law Legato. Impressionnant comme Seigneur...pas le plus impressionnant, mais impressionnant par ce que Joy devinait du personnage. Moraliste, rigoureux, froid, glacial, précis, chirurgical.




- Bonjour, Roi de Justicity. Je n’ai pas encore appris tous les codes de votre Royaume, et d’ailleurs j’aimerais souligner les manquements à la loi concernant la connaissance des lois, au sujet du temps de lecture, des possibilités, de la taille des pages, des polices et typographies réglementaires. Il paraît qu’on pourrait vous mettre un procès que le Royaume perdrait, au regard des témoignages qui affluent en masse dès qu’on en parle. Je ne dis aucunement cela pour influencer la cour, mais je tiens à souligner un manquement crucial à vos propres lois. Je doute que l’incohérence de la Justice sied à la Justice, non ?
- Venez-en aux faits, monsieur Killamanjiro...Killamanjiro comme Athénaïde Killamanjiro ?
- Tout à fait, je suis son fils.
- D’accord, je comprends mieux votre introduction des plus...agaçantes. Poursuivez.
- Je viens ici pour vous présenter une affaire peu commune. Je suis depuis quelques mois banni à vie du Royaume des Mots, par la famille royale des Wordsmen.
- Oui j’ai entendu cette histoire. Vous vous êtes acoquiné avec la plus jeune des filles de Dialeg Ex-Casual, Roi des Mots et Patriarche des Wordsmen, je crois. A partir de là, que puis-je faire pour vous ? La justice des Mots vous a jugé. Coupable. Et banni.
- JE NE SUIS PAS D’ACCORD !
- Monsieur Killamanjiro, vous n’avez pas à donner votre avis sur une décision de justice !
- Je réclame un appel dans votre cour ! Et pour plusieurs raisons : tout d’abord, la justice des Mots dépasserait donc votre Justice ? Je pensais avant cela que Law Legato rendait la justice sur tout Dreamland. Oui, je sais, chaque royaume à sa propre justice, pour éviter les conflits et les incohérences – et aussi pour vous faire gagner du temps. Mais...dans ce cas, je me permets de le dire, à quoi servez-vous ? Je viens vous voir parce que moi, je sais à quoi vous servez ! Et vous servez la Justice, pas celle uniquement de Justicity, mais toute la Justice. Celle de Dreamland.
- Votre monologue m’est sympathique, mais ne balance pas en votre faveur…
- Ensuite, je remets en cause, en question et en objection les statuts de magistrats de la famille royale des Mots ! J’ai été jugé par la famille, par Dialeg Ex-Casual, Lexie, Data, Litote...je remets en cause leurs capacités de magistrats, leurs diplômes ainsi que, par conséquent, leur jugement. Je reviens à ce que j’ai dit sur l’apprentissage trop court pour permettre de pleinement satisfaire la Justice. Je demande la vérification de leurs compétences en matière de justice, et donc, à partir de là, un report de leur jugement à mon sujet.
- D’accord, votre requête est pleinement recevable, mais parlons plus sérieusement, monsieur Killamanjiro...vous avez...consommé votre liaison avec la Princesse sans en référer à sa famille, n’est-ce pas ?
- C’est réellement important ?
- D’après nos plus anciennes lois, courtiser un membre d’une famille royale, a fortiori une princesse non mariée, encore jeune de 844 ans et dans le plus grand secret...c’est passible d’une peine capitale, d’un exil à vie, d’une chasse à l’homme ou d’un écartèlement immédiat. Il faut qu’on protège nos beautés pures et fragiles des voyageurs, comprenez-vous…
- Alors dans ce cas, oui, nous avons consommé notre liaison, et je suis coupable et…
- Avez-vous pris du plaisir et de l’émotion ?
- …
- Monsieur Killamanjiro, dois-je répéter ma question ?
- Excusez-moi pour ma familiarité mais...kesse ça peut vous foutre ?
- Outrage à la cour, ça ne vous aidera pas vraiment. Répondez.
- Nous avons pris du plaisir...je crois...de l’émotion certainement. Nous nous aimons. Je doute qu’un texte de lois légifère sur l’amour cela dit.



Le matheux regarda fixement le Roi de la Justice, tout rouge de honte et de colère suite à la question personnelle posée. Le Seigneur, toujours impassible et froid prit un temps de silence, contempla son bureau d’un air absent et prit la parole d’une voix posée, calme, presque tranquille.



- La loi a connu quelques écueils. Il y a quelques siècles, j’ai eu les premiers contacts très rapprochés entre des princesses et des voyageurs. Notamment un cas de grossesse. Le voyageur avait été condamné à mort par la famille de la princesse, mais elle était enceinte et voulait garder l’enfant...l’enfant de l’amour, qui selon elle n’est pas l’enfant d’un style d’oreilles, ni l’enfant d’un monde ou d’un autre. J’ai décidé, en l’écoutant, de modifier les lois, et d’accorder une remise de peine dans le cas où les sentiments et le plaisir lors d’une relation sexuelle, mais aussi en dehors, sont avérées.
- Et comment pouvez-vous connaître les émotions et le plaisir d’une relation… ?
- C’est là tout ce qu’on m’avait reproché. La loi existe, mais il va falloir que je défère l’affaire devant un Juge. Mais je m’occuperai moi-même d’une certaine partie. Ainsi qu’une surveillance. Jusqu’à preuve du contraire, vous êtes en couple avec la jeune princesse des Mots, Lili-Anna de la famille des Wordsmen, et votre bannissement à vie est suspendu au nom de la cour de Justicity. Vous pouvez dispo...
- OBJECTION !



Une femme entrait à grandes enjambées dans la cour. Elle portait une armure et des ailes d’anges, et elle pointait du doigt Joy qui écarquilla les yeux à cette vision.



- Maman !
- Joy ! Ton cas n’est pas terminé ! Puisque tu passes devant Law Legato, je tiens à t’accuser de conduite en état d’ivresse, possession de stupéfiants et dépassement de vitesse, le tout dans le ciel de Celestia, Royaume de Deus ! Tout se paie mon garçon !
- Mais maman !
- Rien du tout ! Tu crois que j’avais passé l’éponge hein ! Non, ta mère n’oublie rien et elle a ses entrées partout ! J’ai pas entendu ce que tu as dit à propos de Lili-Anna, mais on va aussi en reparler à la maison ! Law Legato, prends ma déposition et fissa !
- Oui madame !
- Et voilà, encore cinq ans de psychanalyse à parler d’une mère castratrice…
- Joy, c’est pour ton bien ! Et vous Carvey...non rien, je vous apprécie beaucoup…
- Omg...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carvey
Le marchand lapin
Le marchand lapin
avatar

Pouvoir : Marchand d'artefacts
Points de Puissance : 25 000 points
Points de Réputation : 35 000 points
Points du Membre : 330 points
Messages : 194

MessageSujet: Re: Garçon ! Une immunité diplomatique svp ! [PV Joy]   Mar 4 Juil - 20:21

Je laisse Joy passer devant et raconter sa petite affaire. J'y connais pas forcément tant que ça à leurs conneries juridiques du coup ça me surprend et m'amuse un peu de voir la tournure de la discussion. Ça m’inquiète aussi. Attends moi aussi j'ai couché avec une reine alors que je suis qu'un roturier ! Est ce que je suis moi aussi dans la merde selon sa loi de merde où ça le fait par ce que je suis une créature ?! Par ce que bon, j'aimerais éviter d'avoir encore plus d'emmerdes ! Après, j'avoue que c'est pas cool pour Joy quoi. Je comprends que ça l'emmerde qu'on étale sa vie sentimentale devant tut une cour. Mais au final, au terme de cet échange assez étrange, tout se finit assez bien pour lui. Law finit par invalider la décision prise par le Roi des Wordsmen. Je regarde Joy et mime des applaudissement pour le féliciter, il  plutôt bien défendu son cas. Surtout face aux questions du roi de la justice qui est un personnage assez désappointant je dois le reconnaître. Je sais pas forcément comment j'aurais réagis à sa place. Puis, à noter qu'il n'est qu'un ado aussi. Ce qui ajoute un côté assez « impressionnant » à sa performance. Ça a dû lui demander de la retenue de pas envoyer chier le roi de la justice. Il a faillit cafouiller par moments mais s'en est assez bien sorti au final. Mais là ! C'est le drame ! Une personne inattendue entre dans la salle d’audience.

Putain Ahénaïde ! Je t'aime ! J'ai tellement envie d'exploser de rire quand elle débarque et vient lancer un gros drama contre son fils ! Désolé Joy mais la situation st trop drôle pour que j'ai envie de compatir pour toi. Je suis content de pas avoir de mère et de n'avoir eut pour m'élever qu'un père trop occupé au travail pour réellement s'occuper de moi. Par ce qu'au moins, personne ne venait me faire ce genre de plans foireux durant toute mon enfance. Je remercie ma mère d'avoir été absente de ma vie putain ! Qui que tu sois maman... je t'aime pour n'avoir pas été aussi pesante que celle que Joy et complètement inexistante.Bon après, c'est pute d'accuser son fils comme ça. Je fais quoi ? J'interviens et j'essaie d'aider mon p'tit pote et je m'oppose à une voyageuse de la ligue S ou je le laisse tomber comme une merde ? Très sincèrement, c'est une question qui se pose plus d'une fois. La camaraderie passe avant les femmes certes mais bon, les mamans c'est off limite.

Allez ! FUCK THAT !!! LES POTES AVANT LES MAMANS !!

- Euh... je peux me permettre d'apporter des éclaircissement sur cette affaire ? Vu que Joy n'est apparemment pas en état de se défendre face à va contrainte que représente sa mère.
- Vos compétences de défenseur du droit ont-elles validées par un huissier de justice ?
- Évidemment que non !
- Pourquoi ai-je posé la question ? Quelle est va nature de la preuve ? Je serai seul à décider de la validité de cette dernière.


Je déglutit en voyant le regard un peu mauvais de la mère killamanjiro. Je crois qu'elle m’apprécie tout de suite moins d'un coup dans ma tentative à venir de saper son autorité parentale. Puis réfléchis à ce que je vais dire. Pour être franc, là je suis un full improvisation, je sais juste pas ce que e vais dire. Je pense que si j'ouvre la bouche, chaque mot sortira l'un après l'autre dans une sorte de prise de parole automatique. En moins dadaïste ! Je crois que je me met dans la merde là. Mais près tout, ne dit-on pas... « qui dort dîne » ?!

- Déjà... une intervention... Pas détention de stupéfiants. Joy n'en était pas le propriétaire.
- Soit !


Comment je sais ça ? Joy m’avait raconté l'histoire avant que je l’abandonne dans le désert de Rokhan.

- Ensuite, la nuit de la célestiafest, si je ne trompe pas, le seigenur céveste a levé cette nuit là toute forme de règle.
- Comment cela ?
- Ce n'était pas explicitement dit. Mais vous avez été présent cette nuit-là ?! Vous avez vu et entendu Deus cette nuit-là.
- En effet.
- Il a implicitement dit que tout ce qui s'était passé durant la célestiafest était de son fait. Les meurtres, les combats de la veille. Il a endossé l'entière responsabilité de tous les méfaits commis dans son royaume cette nuit-là.
- Enfin law ! C'est n'importe quoi ! Deus n'a pas dit ça du tout !
- C'est une interprétation un peu hasardeuse de ses propos en effet !
- Consulte ta jurisprudence ô roi de la justice. Dans tes affaires résultant de la célestiafest, qui a été jugé responsable de cette guerre ?
- Deus. Pour avoir encouragé les hostilités par tous les moyens.
- C'est exactement ça ! Et il a également encouragé tout le bordel cette nuit là ! Si vous faites des interrogatoires aux personnes présentes, toutes vous diront que les gardes ont reçu pour ordre de laisser le bordel se rependre dans le royaume. Certainement sur ordre de Deus ! C'est Deus qui est responsable indirectement
- Objection ! Simple hypothèse
- Retenue.  Mais continue marchand ! Ton témoignage m'intéresse.
- Vous ne pouvez juger le cas de Joy tant que vous n'avez pas déterminé la responsabilité réelle des événements de la célestiafest dans leur ensemble. Seul une enquête vous le dira.

Le roi des lieux me regarde un instant et se tient le menton d'un air congestionné, en pleine réflexion. Il susurre quelques mots aux oreilles d'un huissier qui s'agite qui revient peu après avec un papier en main et le lui montre. Il y jette un rapide coup d'oeil. Avant d'ouvrir à nouveau va bouche etd e rompre le silence.

- Je gèle toutes les procédures lancées pour les événements de la célestiafest et ordonne l'ouverture d'une investigation sur va responsabilité de Deus dans toutes ces affaires. Si la responsabilité de Deus s'avère réelle telle que tu le postule, toutes les affaires seront classées comme non-lieu.

J'y crois pas ! Ça a marché ! Le vieux coup du : « C'est pas d'ma faute ! C'est celle des autres ! » Athénaïde me regarde un peu mauvais avant de quitter va pièce un peu furax. Je crois qu'elle me porte moins dans son cœur à présent. Mais bon, j'ai fais ça pour Joy. Après tout son amitié m'importe moins que celle de joy. Notre romance sera donc morte dans l’œuf. De toute façon, c'était trop off limit.  Je fais un clin d’œil à Joy ainsi qu'un pouce en l'air avant que law ne m'interpelle après avoir signé quelques papiers alors que les greffiers se hâtaient à prendre des notes.

- Avant que je réponde à tes questions Carvey, je voudrais que tu accède à une de mes requêtes. Je ne répondrai as avant que tu n'accède à ma demande.
- euh c'est légal ça ? C'est pas de l'abbus de pouvoir ?

Il frappe d'un coup de marteau sur son bureau.

- Maintenant oui !

Hmouais il a le droit d'abuser de son pouvoir c’est vrais. Enfoiré ! J'espère qu'il va pas me demander un truc trop relou ! Je grommelle un peu avant d'accepter.

- Ta démonstration plus tôt m'a confirmé ce que je pensais. Je suis très curieux du droit comme chacun le sait. Mais je n'ai jamais vraiment compris certaines formes de droit ou d'interprétation de celui-ci. Et je dois avouer que ça m'agace de ne pas comprendre les lois que je dois faire respecter. J'aimerais comprendre comment fonctionne le droit Rokhan, comment fonctionnent ves lois de ton peuple. Par ce que tu viens de me faire la preuve que tu pensais la loi, de manière très typique de ton peuple ! Je pense que tu peux m'aiguiller.
- hmmmm !

C'est pas pire que ce que j'aurais pû imaginer. Mais en un sens, je me méfie de cette question. Ça sent le piège. J'ai pas trop envie de me lancer dans un débat juridique avec Law. Non pas que ce soit inintéressant mais je sens que ça risque de peut être entraîner une situation contre laquelle je n'aurai plus de contrôle. Je le sens pas. Je réfléchis un peu. Je regarde Law dans les yeux. J'ai pas trop le choix. Il me laisse pas le choix avec son regard de merlan crevé  définitivement inexpressifs et rigides.

- Vous êtes conscient que les règles d'un peuples ne sont que le reflet de sa culture, son mode de pensée je suppose.
- C'est un principe fondamentale des lois. Pour des créatures de fightland pour lesquelles le combat est primordial, il semble évidant que le duel est une pratique autorisée.
- Exactement. Et je susi au regret de vous dire que je pense que vous ne comprendrez jamais le droit de mon royaume pour la bonne et simple raison que vous ne fonctionnerez jamais comment on fonctionne. Sans vouloir vous manquer de respect.
-  ...
- Pour nous... la vie est comme un jeu. Un jeu aux règles très complexes ! Comme le bastballe par exemple. Un jeu aux règles difficiles à toutes saisir tant il y en a, un jeu subtile dont l'objectif est de gagner. Mais comment gagner à ce jeu ?
- En se montrant plus performant ?
- Non ! On est pas à compet-land ! Nous on réfléchit autrement ! Pour nous, le meilleur ! C'est celui qui saura le mieux contourner les règles, les utiliser à son avantage et au désavantage des autres. Détourner les règles de leur usage premier à son avantage pour se protéger et attaquer ses ennemis.
- comme un avocat ?
- En quelque sorte. Après tout, les avocats ne sont ils pas autre chose que des marchands ? Des marchands de protection juridique.
- Hmmm je vois.
- Ah et aussi... la seconde clé de la réussite. C'est le compromis. Certains pensent que c'est par l'opposition frontale qu'on grandit. On est pas en désaccord fondamental avec ça. La  compétition peut nous grandir. Mais les individus et les groupes évoluent tant grâce à va confrontation qu'à va coopération. Et il faut savoir quand jouer sur un tableau plutôt que sur l'autre.
- Jauges les rapports de force pour arriver à des compromis comme dan le cas d'affaires  quand on juge que c'est le meilleur moyen de gagner l'affaire et ne pas faire de compromis quand on pense pouvoir gagner plus de dommages et intérêts en allant au bout de la procédure et non au compromis.
- C'est ça.
- Je vois... ça éclaire énormément la chose. C'est donc pour ça que les loirs de Rokhan sont si fluides, mouvantes.
- C'est que les limites de la lois sont comme celle d'une personnalité, d'une conscience, du monde. Elles bougent, elles ne sont pas fixe ! C'est presque pvus des codes de conduite qui disent comment se comporter entre nous que ça reste gérable tout en gardant un maximum de liberté individuelle par ce à quoi on tient le plus, c'est la liberté. Et on se sent vite enfermé par les règlements.


Law semblait intéressé par mes propos comme s'il apprenait vraiment quelque chose, comme si j'ouvrais ses chakras, qu'il découvrait une nouvelle conception de la loi. On sentait presque son regard vide pétiller d'intérêt à l’écoute de mes paroles. Ça m'amuse par ce qu'un type comme ça qui est énormément décrit comme une sorte de machine, de robot, le voir aussi passionné par mes explication, ça m'amuse. En fait, ce law, c'est juste un bon gros nerd du droit. Il est comme moi. Sauf qu'au lieu de penser à l'aventure, la liberté, le profit ou autre, il n'a d'yeux que pour les codes, règlements, les lois et tout ce qui se cache derrière. En lui expliquant ça, c'est comme si moi aussi j'ouvrais mes perspectives. C'est vrais que les lois , les règles ne sont que le reflet d'un peuple. Briser et jouer avec les lois d'un royaume, comme je le fais à longueurs de journées, c'est un peu jouer avec leur essence. Avec ce qu’ils sont au plus profond d'eux. C'est un peu chier sur ce en quoi ils croient. J'me dis sur le moment que je suis un connard en fait. Mais ça me passe vite quand je me dis que je vois pas pourquoi mon idéal, mon naturel devrait s'écraser devant celui des autres. Et puis je comprends aussi un peu cet intérêt pour les lois qu'a law, par ce que c'est ce qui nous permet de vivre ensemble. Au final, c'est un peu un idéaliste je pense qui espère trouver une sorte de règle, d'algorithme, de code pour réglementer la vie en société pour que tous soient heureux et se sente bien. J'ouvre ma perspective sur ce roi que tant détestent. En fait, penser comme ça, c'est penser au delà des règles. C'est un peu se détacher des contextes. On apprend à connaître les autres, pourquoi ils agissent, leurs motivations. Et on comprends les raisons de leurs faux pas. On ne les pardonne pas forcément mais on les comprend. En fait c'est une bonne démarche d'analyse du monde qu'il a Law avec le recule, il essaie d'éliminer les composantes personnelles. Mais en même temps, ça le rend incapable de saisir certaines nuances culturelles qui font le droit qu'il veut tant décortiquer et comprendre pour régler le monde. C'est à la fois sa chance et sa malédiction.

Mais bon ! On avance un peu quand même là ! Finit la parlote et la philo pseudo juridique de comptoir ! On va arrêter de faire genre je réfléchis à ce genre de choses et avancer le schmilblick. Je sais jamais comment ça s'écrit ce machin! Heureusement mon correcteur orthographique le sait.... mieux que repérer les fautes de frappe. Hum ! Law après un instant e réflexion comme s'il méditait sur mes révélations et mes paroles en se tenant le menton finit par relever les yeux vers moi.

- Quelle est ta doléance marchand.
- Roi de Justicity, vous avez été présent lors de la célestiafest. Vous m'avez donc vu tenter d'acheter une aile céleste à Deus.
- Oui.
- J'aimerais que vous validiez pour moi la transaction via un contrat en bonne et dû forme.
- Je ne suis pas expert en contrat. Pourquoi me demander à moi ?
- Par ce que vous seul a le pouvoir d'imposer une loi à Deus.
-Certes. Le contrat engage donc vos services loyaux en échange des ailes célestes.
- J'aimerais changer le terme de mon accord.
- Vous vous êtes engagés oralement à faire cet échange.
- J'ai engagé un délais de réflexion de 9 mois. Je peux me rétracter dans un tel délais. Et je compte le faire. Mais proposer un autre échange à Deus.
- Quel échange ?
- Je ne peux le dire pour le moment.
- Dans ce cas je ne peux valider votre contrat si je ne peux déterminer si le dit accord est juste.
- Pourrez-vous donc être présent lors de la signature de l'accord ? Vous pourrez donc faire loi et dire si la transaction est juste et les termes du contrat aussi le sont.
- Quand devez-vous effectuer la transaction ?
- 14 nuits après la nuit du Kitsune. 9 mois jour pour jour après la célestiafest.


Le rois sembla réfléchir. Il pensait à son emploi du temps.

- Hmmm je pourrai profiter de mon passage à celestia pour avancer mon investigation concernant les responsabilités à la célestiafest. J'accepte.

J'affiche un sourire. J'y suis arrivé ! Je suis arrivé à convaincre Law Legato. Mon sourire se rétracte un peu. Non je ne dois pas crier victoire. Law n'est pas de mon côté. Pas plus qu'il ne sera du côté de Deus. Il sera juste neutre et si je joue bien sur sa présence, il pourra me protéger des représailles de Deus. Mais rien n'est joué encore. Je dois faire en sorte que Law accepte notre accord, le valide, me protégeant, sans pour autant que les termes du contrat me piègent. Ce sera compliqué mais je vais y arriver !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joy Killamanjiro
Indiana Joy
Indiana Joy
avatar

Pouvoir : contrôleur des chiffres
Points de Puissance : 40 000 points
Points de Réputation : 55 000 points
Points du Membre : 694 points
Double Compte : Diavolo Mayor
Messages : 677

MessageSujet: Re: Garçon ! Une immunité diplomatique svp ! [PV Joy]   Mar 11 Juil - 14:24

- OUAIS C'EST TOUT DE LA FAUTE DE CE CONN...DE DEUS !


Le matheux suivait sans suivre l'intervention salutaire de son ami marchand, qui avait choisi de balancer toutes les responsabilités sur le dos du Seigneur Céleste. Il n'était pas du tout choqué par le choix de son ami, Deus pouvait bien prendre toutes les accusations du monde que Joy ne bougerait pas le petit doigt pour le défendre. Même l'ongle du petit doigt d'une petite main d'un petit corps. Donc oui, c'était tout de la faute de ce connard de Deus. Qui en plus avait endossé toute la responsabilité de la nuit qui s'était déroulée dans le drama et le sang. Après quoi sa mère ne trouva rien à redire, sa tentative un peu désespérée mais maternelle n'étant pas passée, elle quitta la salle sans autre forme...de procès. VOV. Son fils poussa un soupir de soulagement, sourit gentiment au pouce levé de Carvey qui l'avait défendu avec une vigueur et un brio tout à fait appréciables. Puis de toute façon, c'était quand même tout de la faute de Deus. Ce connard de Deus.


Law Legato n'en avait cependant pas fini avec eux – comme Athénaïde n'en avait pas fini avec son fils, il en était quasiment sûr. Il demanda une requête plutôt legit au marchand, à savoir les lois de Rokhan, du moins leurs explications. Compréhensible qu'il pédale dans la semoule, vu comment c'était le bordel de base dans le Royaume de Maghior. Joy, réconforté et maintenant hors de tout stress et de toute comparution immédiate, écouta attentivement la discussion entre les deux créatures. C'était bien l'occasion d'apprendre plus de choses sur elles, sur leur vie quotidienne, et surtout, écouter un Seigneur était pour le matheux toujours un énorme privilège. Il n'y avait pas que la puissance et l'influence, il y avait aussi la curiosité, le savoir et le côté mécène des puissants, à l’œuvre ici. Les rois du monde réel n'étaient pas seulement des chefs de guerre ni des politiciens. Ils accueillaient les artistes, les savants, les techniciens, bref des gens capables de leur apporter quelque chose d'inestimable car impossible à valoriser. Le savoir était une sacrée monnaie d'échange, non quantifiable, et Carvey vit bien qu'il avait tout intérêt à se montrer pédagogue. Une sorte de Léonard de Vinci du commerce, car oui Vinci se vendait au plus offrant en mettant surtout en avant ses talents d'ingénieur militaire…On arrête ici le cours d'histoire, oui, oui, j'ai compris.


Le matheux laissa Carvey et le Seigneur se mettre d'accord sur l'apprentissage des lois rokhaniennes,  et se mordit la langue pour ne pas rebondir sur la culture et les personnalités de Rokhan faisant du trafic d'esclaves comme pratique culturelle...Finalement, la discussion s'enchaîne sur la demande de Carvey, qui après avoir monnayé son savoir se fait payer par l'accord conclu rapidement au sujet de Deus. Law Legato apparaîssait alors au voyageur comme un drôle de type. Autant son royaume était d'un chiant pas permis, autant lui se montrait curieux et attentif, parfaitement objectif et typiquement magistrat, mais on pouvait parler et contourner ses règles, tant qu'on lui expliquait pourquoi ou qu'on lui répondait avec des tours de passe-passe qu'il semblait en réalité adorer, comme un jeu. Joy le comprit, il adorait simplement les règles, les règles comme jeu, comme outils immuables et inchangeables pour penser le monde. Simplement.


Il sortit de la salle devant Carvey et le remercia chaleureusement en lui faisant une accolade virile. A ce niveau là de dépannage et d'aide, de soutien moral, aussi, quelque part, nul besoin de mot. Le marchand savait très bien que le voyageur exprimait une gratitude sincère. Qui dépassait le cadre de la relation gagnant-gagnant que le marchand aimait installer avec ses autres amis, connaissances, proies privilégiées, Jock. Il chercha du regard Lili ou sa mère, et il les vit dans une grande discussion qui s'arrêta quand il apparût. Jock récitait ses exploits d'avocat au sujet de son meilleur client, c'est-à-dire lui-même, et tout ceux qui patientaient se tenaient autour de lui, même les gardes qui étaient pliés en deux, et qui donc s'adressaient eux-mêmes des procès verbaux pour tenues incorrectes lors de leur temps de surveillance.




- Carvey, je t'aurais bien proposé un verre ou un gueuleton pour fêter ça, mais cette ville est tellement relou que j'suis pas sûr qu'on profite. J'vais retourner voir ma Princesse...Merci pour tout, et tiens, prends ça.


Le matheux lui tendit un cube en bois blanc. Un objet qu'il avait acheté une nuit récente à Mathematica. UN petit objet qui permettait aux chercheurs de communiquer rapidement sans se déplacer, pour éviter de perdre du temps à retourner au Royaume, passer les murailles aléatoires et géométriquement assassines.



- C'est un cube codé par mes soins sur un langage alphabétique que j'ai mathématisé. Rudimentaire mais efficace. Seul hic, tu énonces ton message à voix haute et je le lis en code, mais l'inverse ne marche pas. Tu ne sauras pas si je l'ai bien reçu, mais t'en fais pas, ça marche assez bien. J'en utilise avec Lili quand Jock se met un peu trop dans la merde.


Il laissa le cube de code blanc au marchand, espérant qu'il ne le vende pas au premier venu juste pour se faire de la thune ou pour avoir un objet plus intéressant. C'était une manière de lui dire qu'il serait toujours disponible pour lui, mais bon, avec un gars de Rokhan c'était difficile de savoir ce qu'il en ferait. Il le salua et alla passer le reste de la nuit avec la Princesse des Mots, pour se remettre de ses émotions, rien ne valait d'autres émotions toutes aussi fortes.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carvey
Le marchand lapin
Le marchand lapin
avatar

Pouvoir : Marchand d'artefacts
Points de Puissance : 25 000 points
Points de Réputation : 35 000 points
Points du Membre : 330 points
Messages : 194

MessageSujet: Re: Garçon ! Une immunité diplomatique svp ! [PV Joy]   Mer 12 Juil - 20:45

Joy me remercia à plusieurs reprise, témoignant par la même occasion son admiration pour ma verve et mon verbe hauts en verdoyance. Ceci n'a strictement aucun sens ! J'ai essayé d’écrire un truc sympa mais ça a pas marché. On s'improvise pas poète comme ça il faut croire. Il tient même à me faire un cadeau pour me remercier. Ça me surprend un peu. Non pas qu'il soit pas du genre à faire des cadeaux. Plutôt que je pense pas nécessairement être du genre à en mériter. Puis je dois avouer que les cadeaux, j'aime pas ça tant que ça. Je pense qu'on doit avoir les choses qu'on mérite, qu'on a gagné. Mais bon... je préfère me dire que c'est un gage d'amitié donc une forme de récompense pour mon investissement dans notre amitié. Ouais je sais je dois vous paraître très étrange. Je met un pied devant l'autre pour quitter la salle d’audience quand Joy me prend à part pour faire ce cadeau alors que je suis suivis par Bob dont je tiens la bride.

- euh... Merci Joy. Je sais pas quoi dire. Sur le coup j'ai rien à te donner en échange,je suis désolé.

Il partit ensuite rejoindre lili Anne avec qui il passera certainement le reste de sa nuit, si celle ci ne se termine pas avant qu'il ne la retrouve. Pour ma part, en sortant j'évite scrupuleusement le vieux, Joke, les spirituals et les valkyries. Pas le moment de s'attirer d'autres emmerdes. Je fais juste un signe à Joy.

- En tous cas c'était sympa. A la prochaine fois. Je te recontacte !

Je lui montre du doigt le cube qu'il vient de m'offrir avec un sourire. Je monte sur le dos de Bob, lui grattouille un peu les oreilles et le front avant d’ausculter l'objet que vient de me donner Joy. Je pige pas trop comment il marche précisément. Le pouvoir des chiffres restera toujours énigmatique pour moi je crois. Peut être est-ce dans son essence. J'ai presque envie de démonter ce machin pour voir comment ça fonctionne à l'intérieur. Je sors du tribunal à dos de Bob et vois alors Athénaïde au loin en train de s'éloigner, prête à prendre son envole. Je donne un petit coup de talon à Bob qui fonce vers elle, je fais gaffe à renverser personne, un coup à me prendre un procès et j'appelle la voyageuse en même temps. Elle se retourne et prend un air ennuyé mais n'en va pas pour autant. Elle croise juste les bras sur le plastron de son armure puissante et assez attirante à l’œil avant de me demander d'une voix apparemment agacée ce que je lui voulais.

- Que me veux-tu Carvey ? Encore une fois saper mon autorité devant mon fils ? Je me demande ce qui me retient de lui interdire de te revoir.
- Eh bien, ce qui vous en empêche, c'est le fait que je peux protéger les arrières de votre fils d'une manière que vous ne pourrez jamais. Et l'autre c'est que ce serait assez injuste par ce que vous ne pouvez pas me demander de choisir entre vous et lui, sachant que je ne vous connais pas vraiment, c'est évident que je vais le choisir lui. Et je tiens à ajouter que je pense que votre attitude protectrice vis à vis de lui, bien que très compréhensive n'a que pour effet de le rendre toujours plus rebelle et indépendant et par conséquent de se mettre toujours pvus en danger.
- Tu as finit ?
- Non. Pour me faire pardonner tout de même, par ce que c'est vrais que je suis intervenu dans une affaire qui ne me concernait pas, je vous offre ça.
- Qu'est ce que c'est ?
- Un dispositif pour contacter Joy. Il vient de me le donner. Ça ne marche qu'en émission et non réception. Bref, si vous vous faites passer pour moi via votre message, vous pourriez avoir un minimum de contrôle sur lui si vous gérez bien votre truc.
- C'est pas toi qui viens de me dire que tu prendrais le partie de mon fils plutôt que le mien ? Pourquoi me donner ça ?
- En gage d'amitié à votre famille. Prenez ça comme un geste commercial. Et aussi par ce que Joy ne s'en rend pas toujours compte mais vous le protégez bien et le fait que vous ayez plus de contrôle sur lui ne peut pas lui faire que du mal.
- Qu'est ce qui te fait dire ça ?
- J'ai jamais eu de mère. Regardez comment j'ai tourné !


Elle me regarde d'un air peu convaincue. Elle s'empare du cube du matheux avant de s'envoler en me tirant la tronche. Je décèle qu'elle se force un peu, un peu comme pour tenter de me faire croire que c'est pas ce cadeau qui change quoi que ce soit de nos relation et qu'on est encore loin de l'entente cordiale. Mais bon, on m'la fait pas à moi. J'ai décelé un léger coin de sourire dans son expression. C'est salaud vis à vis de Joy de lui faire ce que je viens de faire ?! Maiiiiiiis naaaaaaaan ! Il s'en doute pas mais c'est pour son bien! Je décide donc de quitter la ville, pas le temps de la quitter que je reçois une convocation immédiate pour régler cette affaire de nudisme. Sur place, je dis que je peux me défendre seul et aussi Joy en son absence, il s'est certainement réveillé. J'arrive au prix de 5h de parlotte et de bidouillages juridiques à rendre nul le procès contre moi et Joy avant de m'en aller par ce que le magistrat est à deux poils de cul de me foutre d'autres procès pour insolence envers la cour. Putain que j'aime pas cette ville ! Allez ! Qu'importe ! Je la met derrière moi. Direction suivante, le royaume de la fumée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Garçon ! Une immunité diplomatique svp ! [PV Joy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Garçon ! Une immunité diplomatique svp ! [PV Joy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grands garçons musclés et bronzés
» Les garçons des mangas(Sujet réservé aux filles et Baptiste)
» De la Coutume Diplomatique Poitevine (Archives)
» LE RETOUR DE TU TUD PASSEPORT DIPLOMATIQUE EN POCHE
» Après l'effort, le réconfort ! (Épreuve d'immunité)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dream Land Infinity RPG :: RP :: Première Zone :: Justicity-
Sauter vers: