AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chopez le Horseman ! [Drasur]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vladimir Icarus
Soleil
Soleil
avatar

Surnom : Le "Great-Rider"
Pouvoir : Invocateur de Chevaux
Points de Puissance : 24 500 points
Points de Réputation : 27 000 points
Points du Membre : 277 points
Double Compte : Lysandre Videl
Messages : 165

MessageSujet: Chopez le Horseman ! [Drasur]   Sam 4 Fév - 17:16




« Et tu fais attention en chemin, chef, d'accord ? Je n'ai pas envie de payer une nouvelle amende à cause d'une autre maladresse de ta part. »

Les bras chargé de caisses, Sadi le marchand adressa un regard appuyé à Vladimir alors qu'il franchissait le porche de la boutique pour rattraper reste du groupe. Gêné, le garçon afficha une mine qui se voulait rassurante et se frotta l'arrière de la tête, incapable de vraiment se justifier. Cela faisait plusieurs nuits maintenant que la petite escorte de Voyageurs avait conduit le marchand Touwarem à bon port.

Mais l'installation n'avait pas été de tout repos. Lors de leur première arrivée à Justicity, il avait fallu que Sadi déploie une énergie considérable à justifier son déménagement et sa présence dans la ville. Un contingent de policiers en uniforme spécial les avaient tous tenus en respect le temps que les formalités soient remplis et que le règlement intérieur de base leur soit énoncé par une créature en robe de magistrat. On leur avait alors annoncé que depuis la Celestiafest, des mesures supplémentaires avaient été prises afin de renforcer la sécurité à l'intérieur de la cité. Ce à quoi Grani avait réagi en poussant un gémissement d'appréhension pendant qu'il fixait son Rider.

La première nuit, avant même de rejoindre l'emplacement de boutique acheté quelques semaines plus tôt par le marchand Touwarem, Vladimir eut le temps de violer trois règles de base. Il avait marché à droite en face d'un juge, bousculé par inadvertance un local pressé, et violé la priorité d'engagement dans une rue à fort trafic piéton. Résultat, Sadi avait dû régler plusieurs amendes pour éviter au Voyageur de se retrouver devant un tribunal immédiat. En arrivant dans les locaux, il avait affecté le garçon au nettoyage de la poussière, au moins pour le tenir à l’œil pendant que la charrette était déchargée par les filles et le petit Ethel. L'Invocateur de Chevaux, trop embarrassé par ses erreurs pour refuser, avait bien sûr accepté.

Les nuits suivantes, comme la créature avait toujours besoin de bras pour finir son installation, il avait confié à l'ensemble du groupe la tâche d'aller chercher les fournitures nécessaires à l'ameublement de la boutique. Vladimir, ayant terminé son ménage, avait négocié pour pouvoir sortir en compagnie des Irlandaises et du gamin, promettant de faire très attention au règlement. Le malheur de Sadi avait été d'accepter, puisqu'au fil des jours, la note s'était rapidement élevée à plusieurs centaines d'essences de vie. Il avait même dû chercher Vladimir au seuil d'un tribunal ambulant pour le sortir d'affaire sur les suppliques des deux jeunes femmes. Le seuil qui avait semblé trouver de l'amusement dans les derniers événements était Ethel, qui trouvait manifestement plus de joie à Voyager en groupe que tout seul.

Le Groupe:
 

En quelques foulées, Vladimir franchit la distance qui le séparait des autres après être sorti de la boutique. Il fut accueilli par le doigt dressé de Maureen, dont le visage exprimait l'inquiétude.

« Vladimir, fais attention, tu ne devrais pas courir comme ça, fit-elle d'une voix sérieuse. Tu sais que ça peut nous jouer des tours.
- Oui, je sais... Il n'y avait pas de juge en vue, du coup j'me suis dit que je risquais rien.
- Comme quand tu as renversé la glace de ce magistrat sur ses chaussures parce que tu avais tourné trop rapidement au coin de la rue ? Rétorqua Grani en levant les yeux au ciel.
- Y'a trop de règles dans cette ville ! Je suis incapable de toutes les retenir, j'essaie vraiment pourtant !
- C'est bien là le problème, ricana le Guide chevalin.
- Vivement qu'on finisse cette nuit pour que notre contrat avec m'sieur Sadi se termine. Il reste quoi à récupérer ?
- Un comptoir pour la caisse enregistreuse, commença à énoncer Luaine en dégainant une liste de courses, une armoire pour les vêtements de m'sieur Sadi, un présentoir supplémentaire, parce qu'il en manquait au final, un bac à légumes... Il y a encore beaucoup de choses en fait. Il va encore falloir qu'on aille au Marché Légal.
- Ha non, pas le Marché Légal... Protesta Vladimir en affichant une mine ennuyée. Il y a quinze juges mobiles au mètre carré et si on a le malheur d'en regarder un dans les yeux, on peut se faire coller un procès au cul...
- Ha ha ha ! Ricana Ethel en entendant le vocabulaire du jeune homme.
- Vlad ! S'indigna Maureen. Il y a un petit avec nous maintenant !
- Hé, je suis pas un petit !
- Il est assez grand pour entendre ce genre de choses, non ? S'enquit l'Invocateur de Chevaux en réfléchissant sérieusement à sa question. Avec mes petits frères et mes cousins, je sais que...
- Hé là ! Intervint alors une voix monocorde sur leur gauche en l'interrompant, tandis qu'ils s'engageaient dans une avenue relativement bondée. Premier et dernier avertissement, le mot "cul" employé par le Voyageur n° 2150 est répréhensible. »

Nouvelle rigolade pour Ethel. Lorsqu'ils se retournèrent, ils découvrirent une créature de petite taille en tenue de juge, un appareil électronique branché sur l’œil en prenant la forme d'un petit écran de données.

« Ouak ! Gémit Vladimir en ayant un mouvement de recul. C'est mon numéro ça ! J'suis désolé, m'sieur le juge, je recommencerai pas !
- En vertu de l'article n°54 de la Loi sur le comportement de bienséance en quartier à forte densité de circulation, reprit le magistrait sur le même ton robotique, une déclaration verbale sur l'honneur est insuffisante. Les Voyageurs déjà appréhendés pour délits mineurs doivent être pistés à l'aide d'un appareil de traçage réglementaire, aussi appelé "mouchard". Veuillez présenter votre col, ajouta la créature en tendant les mains en avant, tenant entre son pouce et son index un petit pins clignotant. »

Profondément ennuyé, Vladimir s'inclina en avant et laissa leur interlocuteur épingler le minuscule dispositif à son blouson.

« Merci de votre coopération. Au prochain rappel de bienséance, vous serez convoqué au poste de régulation le plus proche. Si vous ne vous présentez pas dans les délais autorisés, vous serez pris en chasse par une escouade. Veuillez passer une agréable journée. »

Profondément ennuyé par cette situation trop étouffante pour lui, Vladimir afficha une moue contrite et observa le juge s'éloigner dans la foule.

« J'ai beau faire des études de Droit, je ne suis plus certaine de vouloir devenir avocate... Avoua Maureen. »

Une fois que la créature fut hors de vue, le jeune homme haussa les épaules et afficha finalement une mine amusée.

« Allez, ça peut pas être pire. Direction le Marché Légal ! Tout va bien se passer ! »

N'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drasur
L'homme aux 1 000 visages
 L'homme aux 1 000 visages
avatar

Surnom : La tornade blanche
Team : Iniquis
Pouvoir : Invocateur de masques
Points de Puissance : 16 500 points
Points de Réputation : 10 000 points
Points du Membre : 92 points
Messages : 127

MessageSujet: Re: Chopez le Horseman ! [Drasur]   Dim 12 Fév - 2:37

Quelle galère ... Pourquoi lui ? Pourquoi ici ? Le seigneur avait une tonne de sujets, sans compter les servants qu'il créait à partir d'un pan de mur sur lequel un masque était placé. Il avait littéralement le pouvoir de créer des êtres capables d'accomplir ses sales besognes et pourtant, c'était Drasur qui avait hérité de cette tâche ingrate. Quelle tâche vous vous demandez, celle d'aller attendre des heures dans des files d'attentes infinies, menant à des guichets derrière lesquels le personnel le moins compétent du monde onirique opérait. Le seigneur de Maskaria avait en effet chargé son voyageur de chercher un certificat légal et ratifié par la cour onirique et pour cela, ce dernier se devait de crapahuter à Justicity pour la nuit.

Une larme coulait doucement sur les joues du jeune homme lorsqu'il s'imaginait les aventures épiques et folles que vivait l'intégralité des autres voyageurs foulant le sol de ces terres oniriques, alors que lui patientait pour la septième heure consécutive dans une salle aux murs beiges, aux portes beiges et aux travailleurs beiges, la grande ambiance donc. Il froissait son ticket entre ses doigts, ce dernier affichant le numéro dix-sept, cela peut sembler raisonnable d'attendre le passage de seize personnes avant soi dans une quelconque administration il est vrai, mais pas dans Dreamland. Ici, l'écran qui faisait défiler les numéros semblait doué de sa propre conscience et pouvait afficher des choses comme "n° Dauphin" ou encore "n° quatre cent trois mille deux cent vingt-six". Mais après quelques temps, et alors que la colère du jeune homme atteignait son paroxysme et n'allait pas tarder à exploser, le numéro dix sept apparut enfin sur ce satané écran qui, assez étrangement, ricana en voyant l'invocateur se lever pour se diriger vers le guichet approprié. Il parvenait à peine à faire tenir en équilibre la pile de formulaires et autres mandats qu'il avait accumulé depuis son arrivée ici, pile grandissant au fur et à mesure, certains des papiers semblant se multiplier avec le temps. Arrivant difficilement au guichet, tentant de perdre le minimum de documents sur le chemin, Drasur donna son ticket d'attente à la guichetière.

« C'est pas le bon numéro ça monsieur.

- Bah si c'est le dix sept je veux dire j'ai vu l'écran et ...

- Non monsieur ce que vous m'avez donné c'est un chapeau, votre tour va arriver d'ici 16 854 149 secondes ou à la prochaine lune rouge, ça dépend ce qui arrivera en premier.

- Mais c'est pas un chap ... Putain mais le ticket s'est transformé en chapeau ?! Bon écoutez, il me faut un formulaire 38b, j'ai remplis le 784², on m'a donné le cyan, du coup j'ai déposé au guichet 356 le formulaire 784² bis et on m'a envoyé ici.

- Mais enfin monsieur, le formulaire 38b c'est au guichet 356, c'est à l'autre bout de la ville qu'est ce que vous faites ici enfin.

- Ecoutez... Je suis à bout de nerfs, je vais pas tarder à chialer et je suis persuadé que je vais me réveiller d'ici pas longtemps, il me faut tout ça je vous en supplie.

- Mais non, dans nos bureaux le temps va seize fois moins vite monsieur, pour qu'on puisse s'occuper de tout plus rapidement, vous avez encore le temps. Allez au guichet 654 pour un formulaire qui vous donnera l'autorisation de faire une crise de nerfs si vous en avez besoin. Reprenez un ticket, moi je prend ma pause.

- Mais je ... Je ... C'est ouf ... AAAAH»

Transcendé par sa colère, son impatience, tout cela saupoudré d'un sentiment profond de s'être fait prendre pour un con toute la nuit, Drasur laissa exploser tout ça et envoya valser ses documents. Les centaines de feuilles de papier pleuvaient sur la salle d'attente alors qu'il se dirigea d'un pas décidé vers la sortie, les larmes aux yeux. Il aperçut sur un mur une inscription indiquant bien que le temps passait beaucoup plus lentement à l'intérieur. Cela ne faisait donc pas plusieurs heures qu'il attendait, mais un peu plus d'une demie heure seulement ? Il avait l'impression que ça avait duré des jours, c'était donc bien ça l'enfer, rester impuissant et se faire envoyer un peu partout pour récupérer des formulaires dont on est à peine sûr de l'existence. Les mains tremblantes, Drasur enfin dehors alluma son cigare pour tenter de décompresser, sa crise de nerfs avait été plus puissante que prévu. Bien qu'il avait vécu sa plus grande phobie en devenant un voyageur, le jeune homme souffrait toujours d'une phobie administrative extrêmement prononcée. Tout en tirant sur sa cigarette onirique, il remerciait les dieux de ne pas l'avoir fait vaincre cette peur administrative, qui sait ce qu'il serait advenu de lui si ce royaume, qui doit certainement être le onzième cercle de l'enfer, était son royaume natal.

Vous devez sûrement vous demander pourquoi notre héros subit cette torture actuellement, quelle est la profonde raison de sa venue ici ? Un caprice de son seigneur, c'est aussi simple que ça. Ce dernier s'étant mis en tête qu'aucune créature onirique ou autre voyageur ne provenant pas de Maskaria ou n'ayant pas sa bénédiction ne puisse se pavaner en Dreamland un masque sur le visage. Il considérait en effet que toutes ces personnes portant des masques nuisaient à sa réputation, foutant le bordel ou se battant pour des causes qui lui était contraire. Il envoya ainsi son unique voyageur en tant qu'émissaire au royaume légal pour qu'une loi à ce sujet soit ratifiée, empêchant quiconque de porter un masque sans son autorisation. Pour n'importe qui de censé, c'est une idée loufoque et tirée par les cheveux, digne du seigneur d'un petit royaume qu'il était, souhaitant simplement avoir son moment de gloire et un minimum d'importance dans ce monde. Cela devait en effet l'enrager que plusieurs des voyageurs les mieux classés, mieux classés que le sien d'ailleurs, se promènent un peu partout le visage masqué.

Ne partageant pas vraiment les idées de son seigneur, Drasur souhaitait tout de même intérieurement que ce plan fonctionne, il serait alors l'unique voyageur masqué de Dreamland et ça, ça ferait très certainement du bien à son égo. Mais ça ne valait clairement pas de passer une seconde de plus derrière un quelconque guichet ni à remplir la moindre case d'un foutu formulaire. C'est ainsi, qu'ayant complètement abandonné sa mission, les yeux vides affichant clairement qu'il était mort à l'intérieur, le jeune homme décida de passer le reste de sa nuit à faire autre chose. S'engouffrant dans les rues bondées de la cité, expirant une fumée épaisse à l'odeur de citron, il partit à la recherche de quoi que ce soit pouvant sauver la fin de sa nuit, de préférence quelque chose d'alcoolisé qui serait sûrement la seule chose à pouvoir lui redonner une quelconque envie de vivre ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Icarus
Soleil
Soleil
avatar

Surnom : Le "Great-Rider"
Pouvoir : Invocateur de Chevaux
Points de Puissance : 24 500 points
Points de Réputation : 27 000 points
Points du Membre : 277 points
Double Compte : Lysandre Videl
Messages : 165

MessageSujet: Re: Chopez le Horseman ! [Drasur]   Dim 12 Fév - 12:23



Les quatre Voyageurs et de la petite créature équestre arrivèrent finalement au Marché Légal, presque miraculeusement sans que Vladimir ne cause la moindre interpellation supplémentaire. Ils eurent l'occasion, en route, d'assister à la chasse d'un Voyageur apeuré par une escouade de trois gardes arborant la tenue du fameux Judge Dredd.

Le pauvre type, aux dire des créatures auprès desquelles ils s'étaient renseignés, avait simplement commis l'impair de hausser le ton contre un commerçant du coin qui l'avait roulé en jouant sur les termes de leur contrat d'association. Contrat qui prévoyait justement une clause en petits caractères contre l'énervement. Appréhendé brutalement, le Voyageur avait fini par se rendre avant d'être conduit au tribunal le plus proche par les trois colosses qui l'escortaient.

Le Groupe avait alors continué son chemin jusqu'à parvenir aux premiers cercles de la galerie marchande. Ici, la densité de population était encore plus importante que dans le reste de la ville. C'était l'un des centres d'affluence les plus imposants de Justicity, parce qu'il se trouvait à la croisée de la route du Palais de Justice et de trois des principales artères de la cité.

« M'sieur Sadi a bien dit qu'il couvrirait toutes nos dépenses persos ? S'enquit soudainement Luaine lorsque son regard fut capté par la rutilance d'un présentoir rempli de bijoux en provenance de Kazinopolis.
- Essaie de ne pas abuser non plus. Il a été très généreux avec nous depuis le début, rétorqua sa cousine. »

Luaine remit la liste des fournitures à Ethel et se détacha des autres pour se rapprocher du commerçant, qui l'accueillit en se frottant les mains. Le reste du groupe continua d'avancer en direction du cœur du marché. Les tonnelles, les boutiques et les tentes se multipliaient à mesure qu'ils avançaient, et les harangues des marchands se perdaient dans un brouhaha très vivant. Les premiers juges mobiles pointèrent progressivement le bout de leur nez, certains agitant des matraques dans leur dos, d'autres ne clignant jamais des yeux tout en suivant du regard les visiteurs. Vladimir sentit immédiatement la pression tomber sur ses épaules, mais il s'efforça d'arborer le même sourire confiant qu'il avait adopté quelques minutes plus tôt.

Ils entreprirent donc, tranquillement, de commencer à rassembler les articles listés par le marchand Touwarem. Avec l'autorisation d'un des magistrats présents sur place, Vladimir invoqua Celeris pour que l'étalon les aide à porter les objets les plus lourds. L'apparition de la monture causa une surprise éphémère sur le marché, avant que les événements reprennent leur cours. Les créatures se contentaient de contourner l'animal lorsqu'elles arrivaient à proximité.

Luaine les rejoignit au bout d'un moment, les poches pleines de babioles clinquantes malgré le regard réprobateur de Maureen, et ils continuèrent leurs emplettes dans le plus grand calme. Une fois arrivé au véritable centre du Marché Légal, la circulation devint de plus en plus compliquée. Ils arrivèrent même à un point où plus personne ne pouvait avancer. Alors qu'ils demeuraient immobiles depuis quelques minutes, Grani manifesta son inquiétude.

« La dernière fois, on pouvait avancer sans souci à ce niveau-là. Il doit se passer quelque chose.
- Il vaudrait peut-être mieux qu'on fasse demi-tour ? S'enquit Maureen en regardant le Guide.
- Ça ma jolie, c'est pas trop possible ! Lança un type rondouillard qui se trouvait juste derrière eux parmi la foule immobile. C'est bloqué dans les deux sens. »

A leur droite, un commerçant dressait la tête pour essayer de distinguer ce qui se passait à l'autre bout. En apercevant Vladimir, il le héla.

« Hé, toi, le grand là ! Ouais, toi, le Voyageur !
- Ouais ?
- Qu'est-ce que tu vois du haut ta taille ?
- Des têtes et des têtes. Pas grand chose d'autre.
- Rah. J'vais devoir appeler mon pote Giscard du fond de l'allée pour savoir s'il a des infos. »

Là-dessus, la créature s'empara d'un énorme téléphone digne des années 90, dont il dégaina l'antenne afin de composer un numéro. Il s'éloigna en direction de ses stocks pour entamer une discussion qui semblait houleuse. Pendant ce temps, la tension semblait grimper aux alentours et de plus en plus de visiteurs semblaient s'impatienter. Certains rouspétaient, d'autres soupiraient, et un plus petit nombre commença à invectiver directement les juges à proximité, qui demeuraient impassible. Ces derniers se contentaient de rappeler les plus téméraires à l'ordre, à base de « Veuillez conserver votre calme, la situation est en cours de traitement. » Finalement, le commerçant raccrocha et revint à sa place, informant les gens qui pouvaient l'entendre.

« Apparemment c'est un convoi spécial de prisonniers qui doit passer par le Marché Légal. Plusieurs escouades sont détachées et préparent son passage. Il arrive par ici, faudra vous pousser m'sieurs dames. Si vous voulez, y'a un peu de place derrière mon présentoir. Par contre, je prends pas le cheval, conclut-il en désignant Celeris. »

Vladimir haussa les épaules. Là-dessus, le gros gaillard qui avait adressé la parole à Maureen se faufila jusque derrière la table de bois en compagnie d'une poignée d'autres visiteurs, ce qui permit au reste des personnes en présence de respirer davantage. Ce répit ne fut toutefois que de courtes durée, puisque bientôt, un mouvement agita les rangées de devant. Les gens s'écartaient en se comprimant sur le côté de l'allée, pour certain au prix de vraies difficultés à pouvoir respirer convenablement.

Bientôt, les premiers gardes apparurent dans le champ de vision des Voyageurs, se disposant à la manière d'un cordon de sécurité pour dessiner un large passage libre entre les passants. Lorsqu'ils arrivèrent au niveau du groupe, ils eurent un moment d'hésitation en voyant l'étalon qui poussa un hennissement à leur approche. Vladimir l'apaisa en lui caressant l'encolure, l'encourageant à faire quelques par de côté malgré sa masse imposante. L'une des répliques de Judge Dredd sembla s'impatienter et s'approcha du cheval en ayant l'air déterminé à le bousculer. Le Great-Rider fronça les sourcils et contourna sa monture pour s'interposer, malgré les protestations de Grani.

« Hé, doucement, ok ?
- Si votre bête ne veut pas coopérer, révoquez-la, Voyageur n° 2150, répondit la créature sur un ton monocorde.
- Je peux pas, on a besoin de Celeris pour porter des charges lourdes.
- Un convoi est sur le point d'arriver. Si vous ne vous décidez pas à obtempérer, je vais devoir procéder à des sanctions, fit le type en dégainant une matraque télescopique.
- Hé ! Cria alors le marchand depuis l'arrière de son présentoir. Pourquoi vous faites passer ce convoi par le Marché Légal, déjà ? Ça aurait pas été plus simple de le contourner ? »

Vladimir se retournait pour aider Celeris à s'écarter, mais la tension qui grimpait de seconde en seconde n'aidait pas l'animal, qui semblait s'agiter. La situation sembla s'aggraver justement lorsque le fameux convoi pointa le bout de son nez. Il s'agissait d'une énorme cage hermétique montée sur roues, tractée par ce qui ressemblait à un moteur automatique. Elle avançait très lentement au milieu de la foule écartée, les gardes situés tout autour veillant fermement à ce que personne n'interrompe sa progression.

Au moment où le convoi approcha de la position de Vladimir, il y eut cependant un imprévu. Quelqu'un, dans la foule, lança quelques chose au sol, provoquant une explosion de lumière qui éblouit toute l'assemblée. Il y eut des cris, des grognements, et un bruit de fracas monumental. Celeris s'affola, se cabra, et partit au galop dans la foule en renversant les visiteurs et en semant ses fournitures dans son sillage. Une fois que Vladimir retrouva un sens de la vue à peu près correct, il pesta intérieurement et révoqua sa monture avant qu'elle ne soit hors de portée de son champ de vision.

Au milieu de l'allée, la cage hermétique était renversée sur le côté, complètement détruite. Le garde agressif poussa un juron pas très réglementaire et s'élança en compagnie de ses clones en direction de plusieurs silhouettes qui s'éloignaient en bondissant sur les étales et les boutiques du marché. Pendant que la situation se stabilisait un minimum, le Great-Rider s'assura que les siens n'avaient rien.

Une autre silhouette émergea alors de la prison détruite, stupéfiant un grand nombre des individus aux alentours. Il s'agissait d'une créature humanoïde à moitié nue, masculine au regard de l'appendice qui pendait au niveau de son entrejambe. Un corps d'homme, pour un visage de cheval. La réaction de Grani fut immédiate.

« Putain, un Horseman ! »

Vlad lui adressa un regard interrogatif, avant de reporter son attention sur l'étrange créature. Celle-ci se mit soudainement à danser en agitant son sexe, adressant la parole à la foule d'une voix forte.

« Salutations, je suis Jimmy Horseman ! Très honoré de faire votre connaissan... BOIS MON SPERME ! Claqua-t-il soudainement à une jeune femme qui se trouvait non loin de lui. La malheureuse sursauta sous la surprise. Je ne vais malheureusement pas pouvoir rester parmi v... CONNARDS ! Cria-t-il à l'intention du groupe de Vladimir. »

Il sembla distinguer quelque chose dans l'aura du jeune homme, quelque chose qui le liait irrémédiablement à lui, par nature. Cela ne sembla pas lui plaire du tout, puisqu'il se mit à faire tournoyer son chibre en faisant des doigts d'honneur à l'assemblée, qui semblait complètement captivée par ses gestes et ses propos. Après quoi il esquissa un révérence, et bondit sur une tente pour gagner le toit le plus proche et s'enfuir.

Là-dessus, un des juges mobiles retrouva ses esprits avant les autres et souffla avec force dans son sifflet, tandis qu'un autre s'emparait d'un micro qui fit résonner sa voix à travers les hauts parleurs de toute la ville:

« Alerte générale ! Alerte générale ! Les cinq prisonniers du convoi n° 45-Circulation Alternée se sont échappés. Ils bénéficient de la complicité d'un sixième individu dont le signalement est encore à déterminer. Toutes les escouades doivent cesser leurs activités sur le champ pour appréhender les évadés. »

Là-dessus, un troisième magistrat s'approcha de Vladimir et héla un autre Voyageur qui se trouvait non loin de là, un type en costume et lunettes de soleil. Il semblait fouiller dans les données fournies par son appareil électronique oculaire.

« N° 17-Chapeau et n° 2 150, le Criminel dénommé Jimmy Horseman n'est pas une priorité des escouades mais constitue une menace préoccupante pour la stabilité de Justicity. Toute aide citoyenne sera récompensée à sa juste valeur. Coopérez en aidant à sa capture et vous bénéficierez chacun d'une rétribution légale. N° 17-Chapeau, vos démarches administratives seront allégées de 99%. N° 2 150, vous bénéficierez d'un effacement des délits mineurs figurant sur votre casier judiciaire. »

Il dégaina un carton blanc de sa poche.

« Vous serez munis de la carte blanche suivante, qui vous autorisera à mettre en œuvre tous les moyens à votre disposition pour l'appréhender. Sont exclus de cette dérogation l'intégralité des délits majeurs.
- Vlad, les Horsemen sont des chevaux de Dreamland, intervint alors Grani dans l'oreille de l'Invocateur. T'es le Great-Rider, et ça peut être chiant de le dire, mais au-delà de ton casier, t'as un peu une responsabilité vis-à-vis de cette créature.
- Ha, bah si on a carte blanche ! J'vais m'occuper de ce Jimmy m'sieur le juge. T'es avec nous, mec ? Lança-t-il à l'intention de l'autre Voyageur en lui souriant, tout en s'emparant du carton tendu par le juge. Puis, en se tournant vers Ethel et les filles. Vous venez ?
- Si tu veux, on peut le suivre par les rues, annonça Maureen en riant, apparemment très amusée par la situation. »

Vlad acquiesça de la tête, laissant les Irlandaises et le petit garçon s'élancer dans une artère parallèle. Là-dessus, le jeune homme invoqua Ch'gvo dans sa main, et l'élança en direction du toit par lequel s'était esquivée la créature. Les dents du cheval-grappin se fichèrent dans la pierre, et Vladimir tendit son autre main au Voyageur pour l'inviter à se hisser en sa compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drasur
L'homme aux 1 000 visages
 L'homme aux 1 000 visages
avatar

Surnom : La tornade blanche
Team : Iniquis
Pouvoir : Invocateur de masques
Points de Puissance : 16 500 points
Points de Réputation : 10 000 points
Points du Membre : 92 points
Messages : 127

MessageSujet: Re: Chopez le Horseman ! [Drasur]   Lun 13 Fév - 10:36

« Donc, une tentative de corruption, vous aggravez votre cas monsieur, annonça la créature, écrivant à une vitesse surhumaine sur un bout de papier.

- Non mais quand je disais qu'on peut s'arranger je voulais dire que ... Puis sérieusement, une amende pour avoir parlé en verlan ? Vous êtes sûr que ça figure dans le code pénal ? Je peux voir ces lois ?

- La loi c'est moi, monsieur. Vous avez également dégradé des locaux publics en y laissant traîner des déchets.

- Non mais je vous l'ai dis j'ai glissé et mes documents ... Drasur souffla, visiblement agacé par la situation avant de renchérir, écoutez, contactez le seigneur de Maskaria, je suis là en son nom il s'occupera du paiement.

- Bien, mais c'est votre dernière chance. Et boutonnez moi cette chemise jusqu'en haut enfin, un peu de dignité. »

Cela faisait un petit peu plus d'une minute que Drasur avait pu enfin quitter l'enfer administratif qu'il avait laissé derrière lui, ayant parcouru au bas mot une vingtaine de mètres, c'était suffisant pour que l'un des juges de la ville ne l'accoste et ne lui présente les crimes dont il était coupable. Le terme "crime" ressemblant cependant plus à une hyperbole pour toute personne sain d'esprit, c'est à dire n'importe qui vivant hors de ce royaume guindé et pète sec, si vous me pardonnez l'expression. En effet, il était reproché au voyageur d'avoir fait usage d'un langage inapproprié en prononçant un mot à l'envers ainsi que d'avoir laissé délibérément des déchets sur le sol des locaux qu'il venait de quitter. Pour lui, sa prononciation différente des mots était une preuve de sa jeunesse et de son potentiel de "coolitude", comme il aime l'appeler. Il est cependant vrai que toute personne de plus d'une vingtaine d'années cesse habituellement de s'exprimer ainsi, au risque de passer pour un enfant, concept qui passait complètement au dessus de la tête du jeune homme.

Une once d'inquiétude commençait à le ronger alors qu'il s'éloignait du bâtiment beige et fade, laissant l'incarnation même de tous ses cauchemars derrière lui. Il avait réussi à esquiver de peu l'amende qui lui a été délivrée, mais quelle sera la réaction de son seigneur au moment où il la recevra ? Une boule de stress se formait dans l'estomac du voyageur, semblable à celle qu'il avait à l'époque en attendant que ses parents ne reçoivent les courriers indiquant ses dizaines de demies-journées d'absence. La sentence sera irrévocable, elle sera justifiée, mais quel sera son degré de violence ? Telle était la question qui flottait dans son esprit, accompagnée par des flashbacks de ceintures, lancers de sandales et autres punitions qu'il a reçu par le passé. Celles de parents sont violentes, mais celle d'un seigneur onirique ... Il préférait ne plus y penser. Sans compter qu'il lui restait tout de même une solution, si il parvenait à remplir sa mission et à rentrer à Maskaria avec un décret fraîchement signé qui transformerait quiconque porte un masque sans autorisation un criminel, il serait accueillit tel un héros national. Un souci demeurait malgré tout, comment ?

Tout en se triturant l'esprit, Drasur suivait les trottoirs serrés, se tenant droit comme le balais probablement enfoncé dans l'orifice des forces de l'ordre patrouillant un peu partout autour de lui. Ces copies conformes du juge ayant précédemment, n'ayons pas peur des mots, mis à l'amende le voyageur avaient réussis à briser le mental habituellement rebelle de l'invocateur. Il faisait son maximum pour ne pas froisser ces policiers au visage masqué et pour la première fois de sa vie, avait compris sa leçon. Avançant relativement aléatoirement, se contentant de suivre des passants, il explorait intérieurement les options qui s'offraient à lui.

La première et plus évidente était de retourner aux bureaux, attendre des heures voir des jours, remplir à nouveau tous les formulaires qu'il avait balancé et se faire balader de guichet en guichet. Il était absolument hors de question qu'il y retourne, quitte à rentrer au royaume les mains vides, c'était la pire option. Il fallait qu'il réfléchisse à quelque chose d'autre, qui pourrait accélérer la procédure, il fallait examiner toutes les possibilités ... Kidnapper le fils d'un magistrat et exiger la passation de la loi en rançon ? Non, trop dangereux, au mieux il se ferait séquestrer à vie, au pire les juges se feront une joie de faire de son crâne une tarte au plomb. Il pourrait peut être mettre le feu aux archives et essayer de convaincre un responsable que son dossier terminé s'y trouvait et qu'il en avait besoin urgemment ? Non, cette alternative se révèle finalement être une idée encore plus dangereuse que la précédente, sans compter que son pourcentage de succès frôle le néant. Laisser une tête de cheval dans le lit d'un magistrat haut placé ? Non, trop cliché, sans compter qu'il ne portait pas les chevaux dans son cœur. Puis, une idée qu'il qualifia immédiatement de géniale, apparut dans son esprit : se faire passer pour l'émissaire d'un royaume puissant, afin d'utiliser la peur qu'ils évoquent pour accélérer le tout. Fier de lui et persuadé du succès de son plan, il aborda immédiatement le juge le plus proche et lui clama.

« Bien le bonjour, je suis ici au nom de Behemus, vous savez celui qui ne laisse que des cendres de ceux qui ne lui obéissent pas ?

- C'est faux monsieur, souffla sèchement le juge.

- Non mais je voulais dire, j'ai confondu, je euh, balbutia difficilement le voyageur, la panique commençant à l'ensevelir. Du royaume obscur ! Ouais les ténèbres m'ont chargés de ...

- Vous êtes un voyageur du royaume des masques monsieur, si vous avez perdu la mémoire, je vous demanderais de remplir le formulaire approprié afin d'appliquer la jurisprudence qui ...

Le juge continua d'expliquer des procédés compliqués pour que Drasur ait le droit d'avoir oublié son passé, il se fit également une joie de lui énumérer ce qu'il avait accomplis depuis qu'il est devenu voyageur, donnant même l'heure exacte à laquelle il avait vaincu sa phobie, à la minute près. Cette impressionnante démonstration d'omniscience démotiva complètement l'invocateur dont le plan était certes stupide au possible, mais c'était sa seule idée et il n'avait plus aucune alternative désormais. Il avait eu de la chance cela dit, il était tombé sur un juge plutôt conciliant, ou juste con ça dépend du point de vue. Il aurait très bien pu l'envoyer au cachot pour usurpation d'identité, tentative d'intimidation ou quoi que ce soit de ce genre. Complètement démotivé et commençant à sérieusement envisager d'abandonner sa mission et à simplement fuguer de son royaume -oui, il a un rapport à son royaume assez bizarre, comme une sorte de complexe d’œdipe étrange- pour éviter les répercussions de ses actions.

Il n'avait plus qu'une seule idée en tête : il fallait qu'il aille boire un verre. Ou que ce soit, quoi que ce soit, il lui fallait un verre pour oublier ce début de nuit des plus déprimant. Il aperçut alors un attroupement de personnes relativement important, rassemblés dans un marché aux proportions dignes du monde onirique. Si il y avait bien un endroit où il pourrait trouver à boire dans le noble but de se mettre une bonne vieille race, c'était ici. Il s'engouffra alors dans ce marché à la recherche du liquide salvateur, prenant soin de s'excuser envers toute personne bousculée dans la foule, de peur de réveiller un des trop nombreux juges présents sur place. Chaque stand aperçut le décevait un peu plus, pas une bouteille à l'horizon, pas une tireuse à bière ne montrant le bout de son nez. En y réfléchissant, il n'est absolument pas étonnant qu'une ville aux mœurs si conservatrices et aux habitants tant à cheval sur les règles ne pratique une prohibition des boissons alcoolisées. En parlant de cheval, il en aperçut un au milieu de la foule, ravivant l'espace d'une seconde son idée de récupérer sa tête pour la placer gentiment sous les draps d'un haut placé de la ville.

Cette pensée fut rapidement balayée alors que la foule se compressait peu à peu autour de lui, réveillant des souvenirs de claustrophobie refoulés et douloureux du jeune homme. Ne sachant pas vraiment ce qu'il se passait, il se laissait porter par la foule en évitant encore une fois de bousculer ou gêner qui que ce soit, les juges semblant pas mal sur les nerfs depuis quelques instants. Un énorme cube évoquant une cage apparut alors aux yeux du jeune homme, entourée d'un cordon de forces de l'ordre se frayant difficilement un chemin dans la foule toujours plus dense, la pressant plus que ne la traversant. Les esprits s'échauffaient peu à peu et la situation semblait doucement échapper aux juges, haussant exponentiellement le ton employé pour demander aux passants de s'écarter.

Un événement visiblement imprévu pour les soldats vint cependant faire éclater la tension désormais palpable : un flash lumineux aussi puissant que soudain. Puis, le cheval aperçut auparavant décida de galoper en plein milieu de la foule, percutant notre héros de tout son poids et l'envoyant se percuter sur le bitume. Au sol, à la limite de se faire piétiner, les yeux complètement aveuglés par la lumière d'auparavant, Drasur baignait dans une incompréhension totale. Puis sa vue lui revint après un bruit sourd, le monde apparut à nouveau devant lui. Il pu apercevoir la cage d'auparavant sur le sol, brisée et à quelques centimètres de lui, couvrant le soleil comme une éclipse : un bon vieux zgeg. Son propriétaire à la tête de cheval prenait d'ailleurs un malin plaisir à le faire tournoyer, insultant tout le monde aux alentours. Entre une admiration sans faille et une sensation de dégoût assez prononcée, le jeune homme réussit enfin à se lever, pouvant apercevoir l'homme, ou plutôt la créature, le petit singe à l'air, se hisser sur un immeuble environnant. Ayant à peine repris ses esprits, l'un des juges s'adressa à lui.

« N° 17-Chapeau et n° 2 150, le Criminel dénommé Jimmy Horseman n'est pas une priorité des escouades mais constitue une menace préoccupante pour la stabilité de Justicity. Toute aide citoyenne sera récompensée à sa juste valeur. Coopérez en aidant à sa capture et vous bénéficierez chacun d'une rétribution légale. N° 17-Chapeau, vos démarches administratives seront allégées de 99%. N° 2 150, vous bénéficierez d'un effacement des délits mineurs figurant sur votre casier judiciaire. »

C'était un miracle, la solution qu'il avait tant cherché se présentait d'elle même, il lui suffisait de faire équipe avec l'autre voyageur aux cheveux rouges pour appréhender l’exhibitionniste et tous ses soucis s'envoleront. Enfin, il n'était pas encore sûr de vouloir livrer un tel héros aux autorités, mais il fallait qu'il le retrouve quoi qu'il arrive, ne serait ce que pour le féliciter et lui faire un high-five de légende. Drasur s'était adapté au moule de cette ville, s'était calmé et avait suivi les règles, mais ça ne lui avait apporté rien de bon. L'hybride chevalin lui avait ouvert les yeux, il fallait conserver sa folie pour garder sa liberté, même si ça implique de faire tournoyer son membre devant des badauds, dont certains devaient très certainement être des enfants d'ailleurs. Le juge tendit une carte blanche aux deux voyageurs et leur indiqua qu'elle leur servirait à pouvoir user des moyens nécessaires pour récupérer le criminel sans se soucier des répercussions légales. "On peut foutre le bordel, tranquille", c'était comme ça qu'il l'avait compris, c'était l'idée générale non ? L'homologue voyageur tendit alors la main à notre héros, l'invitant à le suivre sur les toits sur lequel une sorte de grappin ... cheval était fixé. Galvanisé par ce dont il venait d'être témoin et motivé comme jamais à retrouver celui qu'il considérait comme le héros de toute une génération, Drasur attrapa le bras du roux et lui adressa, un sourire assumé traversant son visage :

« Allez, on va retrouver ce chibre mon pote ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Icarus
Soleil
Soleil
avatar

Surnom : Le "Great-Rider"
Pouvoir : Invocateur de Chevaux
Points de Puissance : 24 500 points
Points de Réputation : 27 000 points
Points du Membre : 277 points
Double Compte : Lysandre Videl
Messages : 165

MessageSujet: Re: Chopez le Horseman ! [Drasur]   Sam 18 Fév - 18:26



Saisissant le bras de son nouveau partenaire, Vlad fit se rétracter l'échine de Ch'gvo, qui les hissa tous les deux jusqu'au niveau du toit. Une fois en haut, il révoqua sa créature et se présenta simplement:

« Moi c'est Vladimir, au passage. Content de faire ta connaissance. Lui c'est Grani, ajouta-t-il ensuite en présentant le petit cheval de trait volant qui battait des ailes près de son oreille. Mon Guide.
- J'espère que t'as un peu plus de jugeote que mon ahuri de Voyageur, se manifesta le petit canasson. Sinon on est mal barrés. »

Un coup d’œil en contrebas permit à l'ahuri de Voyageur de distinguer la course des deux filles et du petit garçon, qui filaient dans une rue en levant la tête vers le Horseman. Celui-ci commençait d'ailleurs à prendre de la distance, bondissant d'une manière relativement agile de bâtisse en bâtisse. Signe qu'il avait l'habitude d'être en cavale. Le toit où se trouvaient les deux Voyageurs présentait l'avantage d'offrir une vue relativement exhaustive de la ville.

Plus haut que les autres bâtiments d'une dizaine de mètres, le Palais de Justice qui abritait le Seigneur des lieux se dressait au loin. Dans cinq directions différentes et à une distance déjà conséquente, de nombreux petits points noirs qui devaient être des gardes poursuivaient d'autres silhouettes, sans doute les criminels évadés. Aucun Judge Dredd ne semblait accorder une réelle importance à Jimmy Horseman, signe que l'individu n'était sans doute pas aussi dangereux que les autres.

« Donc d'après toi Grani, commença le jeune homme en s'élançant à la poursuite de l'homme-cheval, il fait vraiment partie des chevaux de Dreamland ?
- C'est une espèce comme une autre. Y'a pas beaucoup de spécimens et ils vivent souvent tout seuls. Mais ouais, il répondent à Epona Regina. Je sais pas comment celui-ci s'est retrouvé à Justicity... Mais il a dû en faire de belles pour être parqué dans une boîte pareille.
- Les gens avaient vraiment l'air captivés tout à l'heure.
- C'est le pouvoir des Horsemen. Ils capturent l'attention et la fixent sur leurs âneries. Si on a le malheur de poser les yeux sur eux, on a souvent du mal à s'en détacher, sauf si on est plus puissant que la créature en question, si on est une créature équestre... ou si on est le Great-Rider. Avec un peu de chance, ton pouvoir est censé avoir la même essence que le sien. Du coup ça doit te faire bénéficier d'une certaine forme de résistance. Mais on sait jamais, alors sois sur tes gardes. »

Puis le Guide chevalin posa les yeux sur le Voyageur qui les accompagnait.

« Toi aussi. Quel est ton pouvoir d'ailleurs ? T'as peut-être moyen d'échapper au phénomène également, va savoir.
- Te sens pas obligé de répondre. Grani peut être un peu brut de décoffrage, je t'en voudrais pas si tu l'ignores.
- Toujours le même refrain !
- Je pourrais dire la même chose ! »

Le jeune homme partit d'un rire franc tandis qu'il sautait d'une toiture à une autre, se réceptionnant sur les tuiles en pliant le genou, prenant appui sur le plat de la main pour se redresser et repartir au pas de course. La distance qui séparait les Voyageurs de la créature ne semblait pas se réduire. Un peu contrarié, l'Invocateur de Chevaux décida de pousser le sprint. Ils continuèrent de traverser les toits de la ville de cette manière pendant un certain temps, grignotant quelques mètres à chaque seconde. Une sensation de liberté gagnait progressivement le Great-Rider, qui laissa un sourire se dessiner sur son visage.

« C'est la première fois depuis plusieurs nuits que je me sens aussi bien !
- C'est sans doute l'effet carte blanche. Courir sur les toits hier t'aurait sûrement valu un procès.
- Merci au Horseman ?
- J'irai pas jusque-là. Tu changeras peut-être de disque quand tu l'auras de nouveau en face de toi. »

Le jeune homme émit un ricanement, jetant un coup d’œil amusé à son partenaire. Lui aussi avait l'air de s'amuser, ce qui était une bonne chose aux yeux de Vladimir. Dreamland l'enchantait pour ces petits moments de folie, où rien ne comptait à part s'amuser en pourchassant l'absurde.

Au bout de quelques minutes, ils parvinrent à rattraper leur cible, qui ne se trouvait plus qu'à une toiture de leur trajectoire. Jimmy Horseman jetait de temps en temps des coups d’œil agacés dans leur direction. Vlad estima que le moment était venu de l'attraper. Il força sur ses cuisses et allongea la distance de son saut, atterrissant à deux pas de la créature.

Seulement, celle-ci confirma ne pas en être à son coup d'essai. Elle s'arrêta subitement, se retourna à la volée, et flanqua une baffe magistrale au Voyageur, qui ne s'y attendit pas. Déstabilisé par un tel coup, le jeune homme ne parvint pas à se réceptionner convenablement et glissa sur les tuiles, basculant dans le vide. Il sa rattrapa du bout des doigts juste avant de tomber, poussant un juron. Pendant ce temps, Jimmy se remit à courir en agitant ses coudes à la manière d'une poule, tout en poussant des simili-caquètements.

« Merde !
- Et voilà...
- Continue, j'te rattraperai ! Fit Vlad à l'intention de son compagnon Voyageur.  »

Tout en poussant des grognements, il essaya de se stabiliser en posant ses pieds contre la paroi du mur, cherchant à assurer ses appuis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drasur
L'homme aux 1 000 visages
 L'homme aux 1 000 visages
avatar

Surnom : La tornade blanche
Team : Iniquis
Pouvoir : Invocateur de masques
Points de Puissance : 16 500 points
Points de Réputation : 10 000 points
Points du Membre : 92 points
Messages : 127

MessageSujet: Re: Chopez le Horseman ! [Drasur]   Dim 19 Fév - 11:49


Inutile de passer par quatre chemins, ce voyageur qu'il venait de rencontrer impressionnait pas mal notre héros. Il eu à peine le temps de lui attraper le bras qu'une force vertigineuse les propulsa sur le toit du bâtiment dans lequel la sorte de cheval grappin avait enfoncé ses dents. Avoir un grappin c'est cool, en avoir un avec des dents, c'est encore mieux. Ayant pris un élan considérable, l'invocateur de masques tenta une roulade en guise de réception sur le toit de la bâtisse, roulade qu'il effectua en effet, mais dont la réception plus qu'hasardeuse laissait clairement à désirer. Il dépoussiéra rapidement son blazer, replaça son col de manière un minimum convenable et pu enfin apercevoir la vue qui s'offrait à eux. La vue imprenable que leur offrait la hauteur du toit qu'ils foulaient coupa le souffle de Drasur, lui qui détestait cette ville il y a moins de dix minutes. Le voyageur roux lui adressa alors la parole, accompagné d'un ... cheval miniature virevoltant autour de lui.

« Moi c'est Vladimir, au passage. Content de faire ta connaissance. Lui c'est Grani, mon Guide, tout en désignant le pégase miniature.

- J'espère que t'as un peu plus de jugeote que mon ahuri de Voyageur, enchaîna le cheval volant. Sinon on est mal barrés.

- Enchanté, moi c'est Drasur ! Répondit il enjoué, avant de continuer, niveau jugeote je suis pas le mieux placé, mais t'inquiètes petit cheval ailé, on a carte blanche wouhou ! »

Un sourire reliant ses deux oreilles, le voyageur secouait la carte blanche, se sentant invincible. Cela facilitait clairement la situation, il n'aurait pas osé se lancer dans cette course poursuite après les traumatismes vécus auparavant, le caractère beaucoup trop procédurier des gens de cette ville l'ayant clairement refroidi. Mais il pouvait désormais être lui même sans vraiment se soucier des conséquences, sans compter que cette petite aventure en plus de promettre d'être plutôt fun, allait permettre de régler tous ses soucis actuels. C'est donc plus motivé que jamais qu'il s'élança à la suite de son homologue sur le toit d'en face, avant de se mettre à parcourir les toits les uns après les autres.

Le roux était en pleine conversation avec son pégase, conversation dont Drasur ne comprenait pas tous les tenants et aboutissants mais ça lui importait peu, pouvoir courir de toit en toit était un rêve de gosse qu'il accomplissait enfin et ça, c'était plus important que tout. Une pensée lui vint cependant, gâchant son plaisir de cascadeur de l’extrême. Vous devez sûrement vous souvenir lecteur que lors d'une narration précédente, nous affirmions que Drasur n'appréciait pas vraiment les chevaux, lecteur assidu que vous êtes, cela ne devrait vous poser aucun problème. Enfin, pour en revenir au sujet, le bordelais ne nourrissait pas une haine profonde envers les équidés loin de là. Mais une raison simple le poussait à ne pas s'approcher trop près de ces nobles animaux : il en était violemment allergique. Plusieurs questions se posent désormais, les allergies sont elles les mêmes dans le monde onirique ? Le poil d'une créature invoquée était il différent d'un animal de la même espèce dans le monde réel ? Tant de questions auxquelles aucune réponse définitive ne pourra être donnée dans l'immédiat. Mais un voyageur ayant un grappin chevalin, un cheval dans la foule plus tôt l'ayant percuté, un homme à moitié cheval qu'ils poursuivaient actuellement, un cheval miniature volant. Cela n'augurait rien de bon pour notre héros et ses pauvres glandes lacrymales.

Il fut cependant rapidement sorti de son train de pensée par le pégase de trait qui s'adressa directement à lui, lui demandant la nature de ses pouvoirs. Son maître enchaîna directement, lui indiquant qu'il n'était pas forcé de répondre, montrant une certaine rivalité non sans une bonne dose de complicité entre les deux êtres. Drasur suivi alors son compagnon dans un rire franc et prononcé, avant de tenter de répondre mais rater lamentablement, manquant de glisser sur l'une des tuiles. Il ne pu articuler qu'un "Je ... Ah merde", ceci agrémenté du bruit sourd de son genou percutant un coin de tuile, ce qui si vous vous le demandez, fais plutôt mal. Une fois sa course plus stabilisée, il répondit enfin à la question posée plus tôt.

« Pour te répondre Grani, j'suis un invocateur moi aussi, de masques ! Ça paraît un peu nul dis comme ça mais, pfiou, sa respiration se faisait de plus en plus forte, l'effort physique commençant à l'user, ça peut avoir son utilité ! »

Le roux se mit alors subitement à accélérer le mouvement, partant sur un sprint d'une vitesse honorable, surtout si l'on prend en compte la difficulté de garder un équilibre décent aussi haut. Notre héros, bien que commençant à sentir que ces années à grignoter devant le pc ne lui faisaient pas le plus grand bien dans une situation aussi athlétique que celle ci, emboîta le pas à Vladimir. Il se trouvait à un peu moins de deux mètres en arrière, le roux étant tout de même plus rapide que lui. Malgré sa difficulté à garder le rythme, Drasur se rendit tout de même compte d'une chose, à laquelle il ne pensait pas assez souvent. Dreamland lui permettait de faire des choses dont il serait incapable dans la réalité, cela ferait bien longtemps qu'il se serait brisé la nuque au détour d'une tuile glissante si ce n'était grâce à sa dextérité onirique. Sans compter l'effort physique, il aurait du s'arrêter de courir et vomir dans un coin il y a bien une centaine de mètres déjà si il avait été forcé de faire ça dans la réalité.

Ces pensées coïncidaient parfaitement avec l'état d'esprit de son homologue, indiquant à sa mascotte qu'il se sentait mieux que jamais. C'était également le cas de l'invocateur de masque, si l'on enlevait le fait que ses poumons se décrassaient de manière assez douloureuse. Il se sentait libre, c'est ce qu'il avait toujours voulu finalement, il l'avait enfin trouvée cette fameuse liberté. C'était plutôt ironique de se sentir libre comme le vent en courant sur les toits des bâtiments abritant les créatures le plus coincées de la création, mais c'était mieux que rien.  

Vladimir s'éloignait de plus en plus du jeune homme le suivant, laissant trois bons mètres les séparant. Mais cette vitesse n'avait pas servi à rien, l'invocateur chevalin avait enfin réussi à rattraper le fameux Horseman. D'un bond aussi majestueux qu'efficace, le roux parvint enfin à atterrir à proximité de sa cible. Ce dernier cependant, lui asséna une claque magistrale, claque que les connaisseurs pourraient aisément qualifier "de cow-boy". Un toit derrière, Drasur fut le spectateur impuissant la chute de son homologue. Fort heureusement, ce dernier se rattrapa de justesse. Rejoignant le toit duquel pendait difficilement son homologue, le jeune homme était tiraillé entre leur cible commune s'éloignant à nouveau et son camarade en situation plus que dangereuse. Puis, alors qu'il s'apprêtait à sauter au secours de l'autre voyageur, il lui demande de continuer. Une hésitation profonde se formait alors en lui, le laissant quelques secondes sur place, l'autre allait il vraiment s'en sortir ? Le temps qu'il prenait à prendre sa décision était compté, plus il réfléchissait, plus le Horseman s'éloignait. Il lança alors :

« T'es sûr ?! Bon je m'occupe de l'exhib' du coup, fais gaffe à toi ! »

Il s'élança alors à la poursuite de l'hybride, ce dernier ayant pris une avance de quelques toits à nouveau. Sa rapidité et sa dextérité étaient légendaires et contrairement à notre héros, ce n'était clairement pas la première fois qu'il arpentait les hauteurs de la cité. L'écart se creusait doucement mais sûrement entre le poursuivant et le Horseman, poussant Drasur à analyser les options qui s'offraient à lui. Il était bien en possession de masques qui pourrait l'aider à rattraper le fuyard, mais aucune option viable ne semblait se présenter. Après quelques minutes et une dizaine de toits parcourus cependant, un élément perturbateur le stoppa dans sa réflexion, et l’exhibitionniste dans sa course folle par la même occasion. Une personne se trouvait en face de lui, personne que Drasur ne pu identifier dans l'immédiat. Était ce un allié du prisonnier en fuite ? Un des juges ayant rejoint les toits pour terminer le travail lui même ? Voir même un simple civil monté là haut pour profiter de la vue ? Il n'en avait aucune idée, le Horseman se stoppa net en face de cet inconnu, c'est tout ce que notre héros pouvait constater.

Il décida alors de passer à l'action, trop d'options étaient possibles. Si l'inconnu était un juge, il valait mieux le neutraliser, l'objectif était de ramener le prisonnier aux autorités certes, mais le jeune homme aurait préféré discuter avec lui en premier lieu, ne serait ce que pour le féliciter de son génie créatif en tant que fouteur de merde. Si la silhouette était un de ses alliés, elle n'allait que compliquer la tâche assignée aux deux voyageurs. Et si c'était un civil et bien ... Disons qu'il était simplement au mauvais endroit au mauvais moment, ce genre de choses peut arriver, sans compter que si c'était le cas, cela permettrait de voir jusqu'où le potentiel de la carte blanche pouvait aller.

Sans hésiter une seule seconde, Drasur tendit alors le bras et invoqua son masque de capitaine. Il l'enfila et une fois arrivé sur le toit adjacent à celui où se trouvaient les deux individus, leva sa main droite en leur direction en lançant son invocation. Il n'avait absolument aucune idée de ce qui allait être invoqué, la magie du hasard allait s'en occuper. Quoi qu'il arrive, si il s'agissait d'une invocation de petite ou moyenne taille, elle apparaîtrait dans sa main. Si par contre, c'était une invocation plus grosse, comme le bateau ou le coffre par exemple, elle apparaîtrait juste au dessus de l'inconnu, deux bons mètres dans les airs. Priant intérieurement pour avoir quelque chose d'utile, il ferma les yeux en sentant son pouvoir s'activer.

Spoiler:
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Icarus
Soleil
Soleil
avatar

Surnom : Le "Great-Rider"
Pouvoir : Invocateur de Chevaux
Points de Puissance : 24 500 points
Points de Réputation : 27 000 points
Points du Membre : 277 points
Double Compte : Lysandre Videl
Messages : 165

MessageSujet: Re: Chopez le Horseman ! [Drasur]   Dim 19 Fév - 14:45



« Rah, merde, rouspéta Vladimir. »

Drasur continua sa course après un temps d'hésitation. De son côté, Vladimir jouait des bras pour essayer de se hisser au-dessus de la toiture, le corps arqué par-dessus la gouttière dans une position un peu ridicule. Il avait le torse à demi plaqué contre l'inclinaison de la charpente, ses bras grappillant centimètres par centimètres en se détachant brièvement des tuiles pour mieux s'y accrocher. Il jeta un coup d’œil à la créature et au Voyageur qui s'éloignaient rapidement, et poussa un autre juron.

« Je t'avais prévenu.
- C'est pas le moment Grani ! Souffla le jeune homme en effectuant un mouvement de bascule du bassin pour lancer sa jambe par-dessus la gouttière. »

Sa botte atterrit sur une tuile endommagée, ripa et retomba dans le vide, le faisant redescendre. Grognant entre ses dents, il patienta quelques secondes le temps de reprendre son souffle. Puis il retenta l'opération avec l'autre jambe. Il s'assura de bien frapper la toiture du talon, calant celui-ci entre deux tuiles. Cette fois-ci, il put bénéficier d'un appui sûr et appuya sur ses cuisses pour hisser le reste de son corps, s'aidant de ses bras dans l'effort. Il finit par rouler sur le dos, de nouveau stable quoiqu'un peu essoufflé, en s'assurant de ne pas glisser une nouvelle fois.

C'est pas le moment de faire la sieste ! Se dit-il après quelques secondes, se redressant pour s'agenouiller et faire un point sur la situation.

Il allait devoir redoubler d'efforts pour rattraper Drasur, qui était déjà loin. Dans un soupir, il se remit debout et repartit au pas de course, tout en jetant un coup d’œil à la ronde pour faire un point sur les autres poursuites qui avaient lieu au même moment dans la ville. Et contre toute attente, les choses avaient changé pendant qu'il s'était démené.

Parmi les groupes de points noirs qui se découpaient au-dessus des toits lointains, seuls deux d'entre eux étaient encore en mouvement. Les trois amoncellements de silhouettes semblaient statiques, comme si leur course était arrivée à leur terme.

« Quelques-uns des évadés ont dû être repris, supposa Grani en remarquant le centre d'intérêt de son Rider.
- Peut-être ouais. »

Focalisant de nouveau son attention sur son objectif, le Great-Rider accéléra le pas pour rattraper son retard. La rupture de rythme avait entamé son second souffle, et il dut souffrir un peu le temps de retrouver une cadence de croisière. Une fois de nouveau dans la course, il put commencer à regagner du terrain. Ce n'est qu'au bout de quelques minutes de foulées qui ne s'interrompaient que pour passer d'un toit à un autre, qu'il remarqua l'arrivée d'une autre personne au loin. Cet individu lui fit instantanément froncer les sourcils, comme gagné par un mauvais pressentiment. Cela tenait sans doute au fait que les déplacements du type n'étaient pas normaux. Dans sa manière de bouger, il connaissait parfaitement sa destination. Aucun doute quant à cette dernière: il s'agissait de Jimmy Horseman et de Drasur.

Ce constat n'aurait pas inquiété Vladimir si la silhouette qui arrivait correspondait à celle d'un juge ou d'un garde de la cité. Mais ce n'était pas le cas, c'est pourquoi le jeune homme accéléra encore la cadence. Alors qu'il ne lui restait plus que quelques toits à franchir pour se retrouver à portée de voix de Drasur, l'inconnu arriva au niveau du Horseman, qui s'immobilisa. Cet arrêt salutaire pour le Great-Rider lui offrit l'opportunité de se rapprocher. Il y eut un moment de flottement durant lequel seul le bruit des bottes de Vladimir résonnaient sur les tuiles environnantes, rythmant le brouhaha de la rue en contrebas. L'inconnu prononça alors quelques mots à l'intention Jimmy, qui parvinrent à peu près distinctement aux oreilles des deux Voyageurs.

« Salut Jimmy. Il paraît que t'as pas mal discuté avec Joe la Débrouille, dans le Cube. Du coup, j'crois que t'as pas mal de choses à nous raconter. »

Jimmy ne sembla pas vouloir répondre, se contentant d'adresser un bras d'honneur à son interlocuteur. C'est à ce moment que le coffre au trésor de Drasur apparut au-dessus du nouveau venu, s'écrasant lourdement sur son crâne. Le type s'effondra face contre terre alors que le bois se brisait dans un fracas terrible. Comme s'il s'était attendu à un tel résultat, le Horseman s'empara de son sexe et commença à uriner sur le corps inanimé, ponctuant sa démarche d'une rafale bien sentie.

« Pute pute pute pute pute... SALOPE ! »

Vladimir, finalement, bondit et atterrit près de Drasur. L'homme-cheval se retourna alors vers eux et leva le pouce à l'intention de l'Invocateur des Masques comme pour le remercier. Après quoi il poussa un cri d'enthousiasme et bondit du toit en direction de la rue, empruntant une succession échafaudages qui lui servirent d'escalier. De là haut, les Voyageurs purent percevoir des cris de surprise et d'indignation.

« J'ai pas compris ce qui s'est passé, annonça Vladimir en se grattant l'arrière du crâne, la mine franchement perplexe.
- A vrai dire moi non plus. Hé, Drasur, t'as pas une explication ? »

Vladimir ne chercha pas à attendre que la situation soit éclaircie. Il haussa les épaules, indiqua la direction du Horseman d'un signe de la tête à son partenaire, bondit sur le toit d'en face et choisit d'ignorer complètement le type assommé sur les tuiles. Grani leva les yeux au ciel en volant dans le sillage de son Rider. Ce dernier se contenta d'emprunter le même passage que Jimmy, arrivant au niveau d'une rue chargée où tous les regards étaient braqués sur le postérieur de l'homme-cheval qui disparaissait à l'angle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drasur
L'homme aux 1 000 visages
 L'homme aux 1 000 visages
avatar

Surnom : La tornade blanche
Team : Iniquis
Pouvoir : Invocateur de masques
Points de Puissance : 16 500 points
Points de Réputation : 10 000 points
Points du Membre : 92 points
Messages : 127

MessageSujet: Re: Chopez le Horseman ! [Drasur]   Ven 24 Fév - 16:13

Ça pour une surprise, c'en était une de taille et c'était le cas de le dire. En lançant son invocation aléatoire, Drasur était loin de s'imaginer qu'une de ses rares invocations utile n'apparaisse et désamorce entièrement la situation. Pour le coup, c'était un bon vieux coffre en bois, des dorures entourant son couvercle. Et bien que le dit coffre ne soit entièrement vide, malgré l'attrait qu'il inspire généralement à ceux qui le voient, il pesait son poids mine de rien. Et ça, ça n'allait certainement pas être le gus au sol, du sang coulant lentement de sa tempe, qui dirait le contraire. Il est vrai qu'un tel impact fait toujours mal et cette situation avait plutôt l'air d'arranger le fameux Horseman qui s'empressa de se soulager, littéralement, sur le corps inerte de l'homme lui ayant adressé la parole auparavant. Au vu de la réponse plutôt salée que l’exhibitionniste chevalin avait lancé à ses propos auparavant, l'homme au sol ne semblait pas être un de ses alliés et ça, c'était plutôt rassurant.

Puis, alors que notre héros était en admiration devant l'hybride homme cheval, après tout qui n'a jamais rêvé de pisser sur le cadavre d'un mec qui vous a allègrement fait chier je vous le demande, il se retourna et adressa un magnifique pouce levé à l'attention de l'invocateur de masques. Cette vision lui mit pratiquement les larmes aux yeux, tant il était heureux qu'un tel homme ne le remercie. Il n'eut cependant pas le temps d'adresser la moindre parole à son idole qui s'empressa de prendre la fuite à nouveau, rejoignant la rue bondée en contrebas. Puis, Vladimir et Grani ayant rejoint la position du jeune homme depuis quelques secondes maintenant et qui avaient visiblement été témoins de la scène, demandèrent quelques explications au bordelais.

« J'ai pas compris ce qui s'est passé, lança le roux, ses yeux montrant très clairement qu'il était perdu par la situation.

- A vrai dire moi non plus. Hé, Drasur, t'as pas une explication ?

- Ouais ! En fait j'ai vu le gars arriver et j'me suis dit bon faut réagir donc j'ai ... Ah t'es parti donc, d'accord. Vous êtes comme ça vous, travail travail travail, vachement carré comme gars quand même. Le jeune homme lança alors un regard vers l'homme qu'il avait envoyé au tapis avant de relancer plus fort, bon bah je vous rejoins hein ! Je vais vérifier un truc d'abord ! »

Appréciant pleinement le moment de solitude qu'il s'était pris de plein fouet, Drasur pu voir Vladimir s'engouffrer dans la rue plus bas, à la poursuite de leur cible commune. Ce n'était pas plus mal que son collègue garde la trace du fuyard, cela lui permettrait de vérifier quelque chose qui le titillait pas mal : mais qui était donc cette personne gisant au sol ? Il avait bien entendu la tirade de l'évanoui, nommant un certain "Joe la débrouille" et demandant quelques explications à son sujet au Horseman, mais ça ne révélait pas grand chose. Ainsi, aussi intrigué que curieux, il s'approcha de sa victime et mis un genou à terre, afin de la voir de plus près. Il colla d'abord deux doigts sur sa gorge pour vérifier qu'il n'avait pas accompli un meurtre sans vraiment le vouloir, un pouls assez irrégulier et faible le conforta dans l'idée qu'il était encore vivant, visiblement de peu, mais au moins il n'était pas mort sur le coup. Rien n'assurait que la carte blanche ne couvre un meurtre de sang froid, c'était sans doute mieux ainsi, dans le doute.

Il retourna alors l'homme sur le dos, balayant de son avant bras les restes de bout de bois de son coffre détruit. L'homme au sol, appelons le Bob pour plus de simplicité, portait une veste de cuir à franges, typique des loubards d'il y a plusieurs décennies de cela. En le fouillant un peu, il trouva également un couteau papillon dans sa poche, Bob ressemblait beaucoup à un cliché, mais il n'avait clairement pas l'air d'un tendre, il y avait d'ailleurs énormément de gravures sur le manche de l'arme. Remontant ses manches de cuir, Drasur pu apercevoir une dizaine de tatouages, des têtes de mort, des noms, ça ressemblait beaucoup à des tatouages de gang pour le coup, de gang de motard même. Dans l'une de ses poches, un petit papier froissé indiquait "mot de passe : zonard fatal", était ce le mot de passe pour accéder à une planque de loubard ? Le voyageur n'en avait pour le moment aucune idée, mais commençait à apprécier ce qu'il se passait, tout ça semblait un peu cliché il est vrai, mais toute bonne histoire se doit d'avoir un minimum de cliché n'est ce pas ?

Drasur pris alors soin de placer le corps inerte de Bob de côté, en position latérale de sécurité comme on appelle ça, histoire d'éviter qu'il s'étouffe avec sa propre langue, embarqua le couteau papillon et le papier froissé et se dirigea vers le bord de la toiture. Il avait perdu deux bonnes minutes par rapport à Vladimir, si ce n'est plus, et il fallait qu'il rattrape le petit groupe rapidement. La situation ne s'éclaircissait pas le moins du monde et il était possible que d'autres éléments perturbateurs ne viennent entraver la mission de son homologue. Il jeta un coup d’œil aux échafaudages en contrebas, qui n'avaient plus l'air très stables après avoir servis à son collègue et à l'exhibitionniste de rejoindre la rue. En effet, quelques planches étaient clairement fendues, il pouvait également apercevoir des vis dépassant de plusieurs centimètres de leurs boulons, rien de bien rassurant donc. Ne se voyant pas tenter l'expérience pour finir dix mètres plus bas la nuque brisée, l'invocateur prit l'initiative de continuer sa course sur les toits. C'était une alternative tout aussi dangereuse mais jusque là, ça avait plutôt bien marché.

Il s'élança donc vers le toit d'en face et continua sa course, sautant de toit en toit. Se faisant, il jetait des coups d’œil rapides à la rue, suivant les civils sous le choc, les bébés qui pleuraient et les étals de vendeurs de rue sur le sol. Avec un tel chaos laissé derrière lui, il était sûr de pouvoir remonter la piste de celui qu'il pourchassait. Puis, après plusieurs minutes de course, il pu enfin apercevoir une tignasse familière, des cheveux assez rouges pour que l'on puisse les voir de loin, il avait réussi à rattraper l'autre voyageur. Malheureusement, sa joie fut de courte durée lorsqu'il constata que la situation n'avait pas l'air des plus sûres pour son camarade. Il se plaça alors au bord du toit sur lequel il était, à un peu plus d'une dizaine de mètres du sol, analysant autour de lui ce qui pourrait lui permettre d'atteindre le sol pour prêter main forte à son collègue de galère. Il n'y avait pas grand chose, la seule chose pouvant lui permettre de descendre était un lampadaire relativement éloigné de sa position, sauter pour l’attraper et atteindre le sol en se glissant dessus relèverait de l'exploit, voir du miracle, mais si la situation s'envenimait, il n'aurait clairement pas le choix ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Icarus
Soleil
Soleil
avatar

Surnom : Le "Great-Rider"
Pouvoir : Invocateur de Chevaux
Points de Puissance : 24 500 points
Points de Réputation : 27 000 points
Points du Membre : 277 points
Double Compte : Lysandre Videl
Messages : 165

MessageSujet: Re: Chopez le Horseman ! [Drasur]   Dim 26 Fév - 14:09



Vladimir s'élança dans la rue à peine eut-il posé le pied sur les pavés. Le chemin étant déjà tracé par le passage du Horseman, il n'eut aucun mal à progresser parmi la foule indignée. En tournant la tête à droite et à gauche, il se rendit compte que chacun tentait de reprendre ses esprits, juges y compris. Instinctivement, il comprit qu'il devait s'agir du pouvoir de fascination dont lui avait parlé Grani. L'idée lui arracha un sourire, trouvant finalement la situation encore plus amusante. Il était même très curieux de voir comment il réagirait lui-même lorsqu'il se retrouverait en face de l'évadé.

Le Great-Rider tourna donc au coin de l'angle, et fut alors rejoint par le reste du groupe, qui arriva d'un ruelle parallèle. Les filles affichèrent simultanément une expression de surprise de découvrir Vladimir au niveau du sol, étant restées sur l'idée qu'il continuerait sa course par les toits. Le jeune homme stabilisa son rythme à hauteur de Maureen, qui s'enquit immédiatement de la situation:

« Qu'est-ce qui se passe ?
- Il est descendu par un échafaudage, exposa le rouquin sans lâcher des yeux la silhouette lointaine du Horseman, parmi les visiteurs de Justicity qui se retournaient sur son passage.
- Il est trop drôle, ricana Ethel, pourquoi il montre son zizi à tout le monde ?
- Dites, les filles, intervint Grani tandis que Maureen réprimandait le petit garçon, ça vous dit quelque chose, "Joe la Débrouille" ?
- On a entendu des juges parler d'un gars comme ça ! Réagit aussitôt Luaine. Ils disaient que c'était un des évadés ! Où est le Voyageur qui était avec toi ?
- Il devrait pas tarder. D'ailleurs, interrogea Vladimir en tournant les yeux vers l'ado, y'en a qu'on été rattrapés nan ? On a vu que des gardes avaient arrêté d'en poursuivre deux ou trois.
- On sait pas du tout, Vlad. »

Le mauvais pressentiment que le Great-Rider avait perçu à l'approche de l'inconnu sur les toitures gagna de nouveau son esprit. Mais alors qu'il ne parvenait pas à comprendre pourquoi, ce fut Maureen qui réussit à mettre des mots sur son trouble.

« Ce serait plutôt le genre des juges d'avertir la population s'ils étaient arrivés à les capturer de nouveau. Tu dis qu'ils ont arrêté de les poursuivre ?
- C'était trop loin, mais ouais c'est comme si les gars avaient été pris aux piège par les gros juges-soldats. En tout cas ils avaient arrêté de courir.
- Il s'est peut-être passé quelque chose d'autre ?
- Je sais pas... Faites attention les filles, continuez par là, je prends à droite. Si vous avez des ennuis, laissez tomber ! Je veux pas que vous soyez en danger. »

Déterminé à en finir au plus vite avec cette course-poursuite qui commençait à s'étirer dans le temps et peser sur son endurance physique, le jeune homme n'attendit pas de réponse et s'engouffra dans une rue perpendiculaire en jouant des coudes pour se frayer un chemin. L'idée était de couper la route au fuyard en prenant un raccourci. Sachant qu'il n'avait presque aucun sens de l'orientation, Grani sembla inquiet de cette décision.

« Heu... T'es sûr que c'est un bon plan dans cette direction ?
- Aucune idée Grani, on verra bien !
- Mais bon sang ! »

Sur la route, Vladimir renversa un passant relativement robuste qui avait les bras chargés de caisses. Ces dernières explosèrent en milliers d'esquilles, comme dans un jeu vidéo, et le gars commença à pousser des hurlements de colère. Dégainant sa carte blanche et l'agitant dans les airs sans se retourner, l'Invocateur de Chevaux parvint à calmer les ardeurs du malheureux qui n'eut plus que ses yeux pour pleurer.

Il finit par voir le bout de sa rue, et déboucha à toute pompe sur une place bondée de monde. Apparemment, des ventes aux enchères avaient lieu ici, sous la tutelle de juges-priseurs au regard sévère qui veillaient à ce qu'aucune fraude n'ait lieu. L'idée d'enchères dans un contexte aussi réglementé que Justicity donna le vertige à Vlad, qui s'en oublia un instant. Il percuta quelques chose de plein fouet. La chose allait d'ailleurs elle-même à un rythme si soutenu que l'impact fut relativement violent. Tous les deux retombèrent sur le cul. Le temps de comprendre ce qui venait de se passait, le jeune homme posa les yeux sur Jimmy Horseman, qui se massait le coccyx d'une mine douloureuse.

Pari gagnant pour l'Invocateur de Chevaux, donc, que d'avoir emprunté cette rue au pif. Ou pas.

Tout autour, les gens commencèrent à se retourner. Vladimir lui-même, qui était le plus proche de l'hybride, sentit son attention se faire capter par son visage vide d'expression. Il eut la présence d'esprit de se foutre à lui-même un coup de poing dans la mâchoire. La douleur eut quant à elle le mérite de le faire revenir dans l'instant présent. Jimmy se dressa au même moment sur ses pieds, entreprenant une chorégraphie étrange aux mouvements d'opéra, qui faisait intervenir pénis et bras d'honneur. Une sorte de Lac des Chibres.

L'activité de la place cessa instantanément. Les gens présents n'avaient d'yeux que pour le Horseman, à la fois trop choqués et trop surpris pour que leur cerveau procède à une analyse pertinente de la situation. Soudain, plusieurs sifflements se firent entendre de chaque côté de la place. Jimmy Horseman sembla s'affoler et cessa sa danse, repartant au pas de course dans la direction opposée. Poussant un juron, Vladimir se tira de sa torpeur et bondit, s'élançant une nouvelle fois à sa poursuite. Il courut dans son sillage, presque à portée de bras, jusqu'à atteindre une rue étroite où la créature décida finalement de s'arrêter. Le jeune homme, essoufflé, porta les mains à ses genoux et s'immobilisa à son tour.

« Pfiou... Fini de courir, Jimmy. Rends-toi mon gars !
- Toi t'es le Great-Rider pas vrai ? 'culé. Se prononça l'homme-cheval sans se retourner. Tu remercieras ton copain au coffre pour moi.
- Tu vas pouvoir le faire toi-même. Allez hop ! »

Le jeune homme tendit la main pour pour la poser sur l'épaule de son interlocuteur. Mais ce dernier esquissa un pas en avant au dernier moment, et se retourna en dressant un doigt obscène à son intention. Vladimir fronça les sourcils.

« La Bande à Joe est déjà là, le Great-Rider. Putes putes putes. Il vont vouloir le code.
- Je capte rien bordel.
- Joe ? Demanda Grani. Joe la Débrouille ?
- SALOPARDS ! »

Aussitôt, une demi-douzaine de silhouettes jaillirent de nulle part, encadrant toutes les issues de la rue déserte. Vladimir tourna lentement sur lui-même, la mine contrariée.

C'est qui encore ceux-là ?

« Ton copain à cheveux rouges a raison, Jimmy ! Clama l'une des silhouettes. T'arrives en bout de course, le canasson. On en a déjà fini avec le sosie de Carvey le Marchand, l'homme-trompe et l'autre abruti de cyclope. Si tu nous files le code gentiment, on te fera pas autant de mal qu'aux autres.
- Carvey ? Retint simplement Vladimir du discours. Vous voulez dire qu'il y a un type qui ressemble à Carvey, le marchand avec son lapin ?
- Ouais, et maintenant il est K.O. Lança un autre individu en parlant à Vladimir. Qu'est-ce que ça peut te foutre, tu le connais, le Carvey ? Il a rien à voir dans l'affaire cet arnaqueur, c'est juste que l'autre empaffé du Cube lui ressemblait, c'est tout. Et t'es qui toi, connard, d'ailleurs ?  Casse-toi le jeune, sinon on va te crever avec ton pote à tête de cheval. »

Jimmy attrapa son sexe et lança une salve d'insultes, se mettant en position de batteur de Baseball, comme prêt à se battre. Fronçant les sourcils, Vladimir comprenait de moins en moins ce qui était en train de se dérouler sous ses yeux, mais percevait pleinement l'hostilité dont faisait preuve les gars qui les cernaient.

« Vlad, cette histoire nous dépasse ! Prévint Grani. Comme d'habitude, tu nous fous dans des emmerdes pas croyables !
- Je sais pas ce qui passe les mecs, annonça l'Invocateur de Chevaux en ignorant son Guide, je sais pas non plus pourquoi vous parlez de Carvey s'il a rien à voir avec votre histoire. Mais si vous cherchez la bagarre vous allez la trouver, conclut-il en armant ses poings. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drasur
L'homme aux 1 000 visages
 L'homme aux 1 000 visages
avatar

Surnom : La tornade blanche
Team : Iniquis
Pouvoir : Invocateur de masques
Points de Puissance : 16 500 points
Points de Réputation : 10 000 points
Points du Membre : 92 points
Messages : 127

MessageSujet: Re: Chopez le Horseman ! [Drasur]   Dim 26 Fév - 20:43


La situation était loin d'être idéale pour nos deux voyageurs. Replaçons le contexte si vous le voulez bien, Vladimir faisait face à plusieurs types au visage patibulaire, l'entourant lui et le Horseman. Malheureusement pour eux, ces hommes n'avaient clairement pas l'air pleins de bonnes intentions, loin de là. Au dessus, au bord d'un toit, se trouvait Drasur, se demandant ce qu'il allait bien pouvoir faire pour venir en aide à son collègue. Comme précisé précédemment, il se trouvait à une bonne dizaine de mètres du sol, un saut pour rejoindre le plancher des vaches s’avérait bien trop dangereux, au mieux il se foulerait la cheville, au pire il se briserait la nuque. Aucune de ces deux alternatives ne semblait optimale, la seule chose qu'il parviendrait à faire en se laissant tomber serait de servir de punching-ball humain aux loubards qui viendraient certainement le savater au sol, avant de retourner à leurs occupations.

Du haut de son perchoir, il ne pouvait absolument pas entendre ce qui se disait en contrebas, mais constata rapidement le sérieux de la situation en voyant l'expression du roux et de son cheval miniature changer. Il fallait qu'il agisse, mais son éventail de possibilité se réduisait seconde après seconde. Voyant Vladimir lever ses poings et se préparer à la bataille, il décida de se lancer, si il ne pouvait pas le rejoindre dans l'immédiat, il essaierais au moins de lui faire gagner un peu de temps. Il arracha une des tuiles à ses pieds et la lança au milieu des loubards, le projectile percutant le visage d'un des assaillants de tout son poids. Il se mit alors à hurler, profitant des regards de son auditoire s'étant levé vers lui.

« Tu l'a pas volée celle là ! Bah alors les loubards, ça cherche la castagne ? Ah mais non, vous préférez vous mettre à plusieurs sur deux gars, mais attendez ... Il se gratta la tête, mimant la réflexion, mais du coup ça fait de vous des tafioles nan ?! Bon allez, salut les losers ! »

Il se permis d'ajouter un majeur levé à l'attention du groupe de voyous et s'éclipsa, se ruant vers le bord opposé du toit. Une fois arrivé, il se stoppa net et pris quelques secondes pour analyser la situation, si son plan de fortune avait fonctionné, quelques uns des loubards devraient s'être lancés à sa poursuite. Et pour se rendre vraiment utile, il fallait qu'il quitte ce satané toit. Se trouvant à hauteur équivalente d'un quatrième étage, il se devait de trouver une solution plus ou moins sûre pour descendre. Il pu alors apercevoir en dessous de lu, à environ deux étages de là, un balcon menant à un appartement. C'était sa porte de sortie.

Il tendit son bras droit et murmura pour lui même : Blank. Un masque blanc à l'apparence des plus basique apparu alors dans sa main. L'invocateur l'enfila rapidement et se laissa tomber sur le balcon en contrebas. L’atterrissage fut rude, le jeune homme se réceptionnant à moitié sur son épaule mais à part quelques bleus qui se révéleraient d'ici quelques minutes, il n'avait rien de grave. Il entreprit alors rapidement de pénétrer dans l'appartement par la porte grande ouverte et le traversa, prenant une allure des plus naturelles possible. Il y avait des civils dans cet appartement, mais ils ne firent même pas attention au voyageur qui traversait leur lieu de résidence sur le moment.

Tel était le pouvoir du masque qu'il venait d'utiliser, il lui permettait de passer inaperçu. La famille de créature de rêve avait bien aperçu quelqu'un traverser leur salon dans le plus grand des calmes, mais pour eux cela semblait normal, ils ne firent pas attention à lui comme si c'était normal qu'il soit là. Ainsi, Drasur atteignit la porte d'entrée et s'engouffra dans le couloir de l'immeuble. Les habitants de l'appartement qu'il venait de traverser et dont il venait, d'une certaine manière, de violer l'intimité, se rendraient compte de ce qu'il vient de se passer d'ici quelques minutes. Mais à ce moment, il sera déjà bien loin, c'est du moins ce qu'il espérait.

Il pu enfin atteindre la rue, rassuré de ne plus avoir à se demander si la prochaine tuile se décrochera et le fera chuter.  A quelques mètres de lui, il aperçut trois des loubards auparavant provoqués, visiblement à sa recherche. Portant toujours son masque, il prenait soin de ne pas faire de gestes brusques, son masque lui permettait de ne pas être reconnu, mais il ne faisait pas de miracles non plus. Il s'approcha donc d'eux, les mains dans la poche. L'un des loubards saignait de l'arcade, devant sûrement être celui qui s'était pris la tuile un peu plus tôt, il était également celui qui semblait le plus sur les nerfs ce qui était plutôt compréhensible.

Les trois voyous donc, se démenaient pour retrouver la trace de celui qui avait osé les insulter, jetant la plupart de leurs regards vers les toits, semblant chercher un moyen d'atteindre ces hauteurs où se trouvait sûrement leur agresseur, d'après eux du moins. Drasur arriva enfin à leur niveau, les trois créatures ne faisant absolument pas attention à lui, il pu s'approcher de l'un d'eux jusqu'à que seuls quelques centimètres ne les séparent. Il leva alors sa main, attrapa le visage de sa cible et l'envoya de toutes ses forces vers le sol. Le visage du bougre percuta le bitume avec une vitesse loin d'être négligeable, le faisant perdre connaissance sur le coup.

Ses deux acolytes ne furent alors plus touchés par l'illusion crée par le masque et se lancèrent à l'assaut de leur agresseur, leur charge bien évidemment agrémentée de quelques insultes bien senties. L'invocateur fit disparaître son masque et eu le temps d'esquisser un sourire avant de se lancer au combat à son tour. Celui à l’arcade ouverte lui envoya un direct du droit empli de haine que le jeune homme pu esquiver d'un pas de côté. Il lança alors à son tour un crochet à l'attention de l'autre s'approchant dangereusement, qui a pu atteindre la joue de l'assaillant, le faisant reculer de quelques centimètres. Le voyageur décida de concentrer ses attaques sur celui ci, enchaînant sur un uppercut rapide dirigé droit vers son bas ventre. L'autre eu le temps de reprendre ses esprits et écrasa son poing contre les côtes de notre héros. Ce dernier serra les dents sur le coup de la douleur mais décocha tout de même un dernier direct droit vers la tempe de celui qu'il visait, l'envoyant au tapis sur le coup.

Il ne restait donc plus qu'un seul adversaire, qui se faisait une joie de balancer un autre coup droit dans les côtes de Drasur, lui coupant la respiration et l'envoyant à terre. Le jeune homme se prit alors quelques coups de pieds droits sur ses cuisses, avant de réagir et d'attraper la cheville de son assaillant. Il tira dessus de toutes ses forces, l'envoyant au sol également. Il s'appuya rapidement sur son bras pour se relever et leva son coude, il frappa sa paume dessus par trois fois avant de se laisser chuter vers son adversaire. Il fit atterrir son coude droit dans la cage thoracique du voyou et se mis sur ses genoux, afin de lui décocher un bon bourre-pif droit sur le nez. Ce dernier coup mis alors fin au combat.

Ayant encore un peu de mal à respirer, essoufflé et ayant mal un peu partout, Drasur se releva aussi rapidement que possible. Il n'aurait pas refusé une petite pause après tout ça mais n'avait pas le temps, il en restait d'autres dans la ruelle parallèle et son acolyte avait sûrement besoin d'aide. Il s'épousseta rapidement, replaça ses lunettes de soleil droit sur le nez et se mit à courir vers la ruelle, afin de rejoindre Vladimir et Jimmy, en espérant que rien de grave ne leur soit arrivé entre temps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Icarus
Soleil
Soleil
avatar

Surnom : Le "Great-Rider"
Pouvoir : Invocateur de Chevaux
Points de Puissance : 24 500 points
Points de Réputation : 27 000 points
Points du Membre : 277 points
Double Compte : Lysandre Videl
Messages : 165

MessageSujet: Re: Chopez le Horseman ! [Drasur]   Dim 5 Mar - 15:42



Une tuile s'écrasa sur le crâne d'un des voyous, attirant immanquablement l'ensemble des regards en direction des hauteurs. Vladimir esquissa un sourire en reconnaissant la silhouette et la voix de Drasur, qui s'éclipsa après avoir provoqué l'ire de trois de leurs adversaires. Les trois autres poussèrent des jurons et s'élancèrent droit sur le Horseman. Ce dernier poussa un cri de stupeur. Contrairement à ce qu'il avait laissé entendre en adoptant sa position de combat des plus incongrues, il n'était pas du tout prêt à se battre. Il partit en sens inverse, lâchant une série d'insultes et de pets sonores.

Le Great-Rider décida de simplement s'interposer. Il commençait à en avoir assez de ne rien comprendre à cette histoire. Le meilleur de moyen de régler une situation quand personne ne voulait s'expliquer clairement, c'était encore de distribuer quelques mandales. Grani s'envola en jurant, au moment où les phalanges du jeune homme s'écrasaient sur le premier visage qui croisa leur route. Séché, le premier des trois loubards s'écrasa lourdement sur le dos. Les deux autres s'arrêtèrent illico, hésitants après une telle démonstration de force. Il échangèrent un regard, semblant vouloir s'encourager, puis décidèrent finalement de continuer leur assaut. Le premier ceintura l'Invocateur de Chevaux, le soulevant du sol tandis que le deuxième abattait son poing dans sa direction.

Par réflexe, Vlad croisa les bras devant son visage et encaissa le choc. Mais l'autre type le renversa, l'entraînant parterre avec lui. Ils roulèrent l'un sur l'autre, échangeant des coups au hasard alors que leur champ de gravité bougeait dans un sens et dans l'autre.

Pas besoin d'invoquer qui que ce soit pour ces connards, songea le jeune homme en trouvant finalement la mâchoire du type sous son poing serré.

Celle-ci émit un craquement, et le voyou poussa un hurlement en gesticulant sur le sol, les mains plaquées sur des dents qui semblaient avoir disparu. Vociférant, le dernier adversaire se jeta sur Vladimir avant qu'il n'ait le temps de se relever. Il y eut un échange de grommellement, des tirages de vêtement même une salade à base de crête de punk, puisque le jeune homme se retrouva malencontreusement avec la chevelure de son adversaire entre les dents. Il finit par régler la question d'un coup de genou dans la glotte, qui calma le loubard sur le champ. Vladimir se releva, épousseta ses vêtements, et jeta un coup d’œil aux trois types étendus parterre. L'un était toujours inconscient, quand les deux autres remuaient doucement sur le sol en gémissant.

« Bordel mais vous êtes qui ? Questionna le garçon sans vraiment attendre de réponse de leur part dans cet état.
- Mais tu comprends pas que c'est des gars de Joe la Débrouille ? Fit Grani en redescendant.
- Mais on sait même pas qui c'est ce gars.
- Ça t'arrive jamais de réfléchir ? C'était un des prisonniers évadés. Il était avec Jimmy dans la cage, et apparemment il lui a parlé d'un "code". Il a dû en parler aussi aux autres captifs, c'est pour ça que ces gars-là les pourchassent, pour les trouver avant les juges et leur soutirer des informations.
- Mais c'est con.
- Venant de toi c'est ironique.
- Bah je sais pas, mais si ce gars-là est leur chef, pourquoi il les envoie récupérer des infos qu'il connaît déjà ? »

La question laissa sans voix le Guide chevalin, qui partit pour dire quelque chose avant de se rendre compte qu'il n'avait pas le moindre argument. En résultait une mine assez ridicule sur le visage de l'animal. Pour la première fois, Vladimir lui clouait le bec, et il ne trouvait pas ses mots.

« Peu... Peu importe ! Où est le Horseman ?
- Merde, c'est vrai, Jimmy ! »

Vladimir s'élança aussitôt dans la direction où s'était échappée la créature. Il courut un instant au hasard, cherchant à se repérer aux sons les plus bizarres en suivant le chemin de désordre laissé par l'hybride. Très tôt, il croisa la de nouveau la route de Drasur, à qui il lança un high five en lui adressant un sourire complice. Tous les deux suivirent les traces de leur objectif, jusqu'au moment où ils débouchèrent sur une nouvelle place, cette fois circulaire. Complètement vide, ou presque.

Tout au milieu se trouvait l'homme-cheval, dont les mouvements de tête de droite à gauche semblaient indiquer qu'il paniquait réellement. Il était dans une position crispée, lâchant un flot d'insultes mélangées, réinventant complètement toute forme de langage au prisme de son vocabulaire fleuri. D'une main tremblante, il menaçait à l'aide de son sexe les individus qui l'encerclaient. La situation s'avérait compliquée pour l'hybride. Il y avait là une bonne quarantaine d'individus: une moitié étant constituée de robustes juges-soldats et l'autre moitié de voyous en blouson de cuir, aux coiffures improbables et à l'allure plus solide que les précédents loubards. Les deux camps se jaugeaient mutuellement tout en surveillant l'attitude de leur cible commune, en une sorte de grand mexican standoff où le moindre mouvement signerait l'ouverture des hostilités. D'autre part, tous les protagonistes semblaient lutter pour ne pas céder à l'influence du pouvoir de Jimmy.

A l'entrée de la place, la foule s'amassait pour observer l'événement, c'est pourquoi les deux Voyageurs durent jouer des coudes pour dépasser les premiers rangs. En découvrant cette scène, Vladimir ralentit sa course et fronça les sourcils en s'immobilisant à quelques pas du Horseman. Il jeta un coup d'oeil à son partenaire, désignant Jimmy du doigt et en se plaçant devant lui pour lui parler. Avant qu'il n'ait pu prononcer un mot, un juge éleva la voix depuis un haut-parleur.

« Voyageurs, veuillez évacuer les lieux. La situation est en cours de traitement et ne nécessite aucune intervention extérieure.
- On a carte blanche ! Cria le jeune homme en agitant son carton.
- Le pouvoir exécutif exceptionnel qui vous a été accordé n'est plus valable dans ce cadre juridique. Deuxième et dernier avertissement: veuillez évacuer les lieux au risque d'être reconnus coupables d'entrave à la justice.
- Hé, les condés ! Vociféra soudain l'un des punks. Filez-nous le Horseman deux minutes, après on laisse votre ville pénarde.
- Négatif, rétorqua le haut-parleur. Vos intentions sont jugées hostiles à l'encontre de la sécurité du prévenu sus-nommé, et vos refus récidivistes d'obtempérer vous désignent comme potentiellement dangereux pour l'ensemble des citoyens de Justicity. »

Vlad poussa un grognement. Il y eut un mouvement commun de la part des deux camps, qui firent un pas l'un vers l'autre. Jimmy tressaillit et s'agita de plus belle. Il ne pouvait plus s'échapper désormais.

« J'veux pas retourner en prison... Chiasse. J'veux pas me faire taper non plus. »

Il se frottait la crinière d'une main tout en se pinçant un téton de l'autre, secouant le bassin d'un air distrait. De leur côté les flics et les voyous se rapprochaient pas à pas, armes sorties, mines renfrognées. Vlad tournait la tête de droite à gauche, prêt à patater les premiers qui s'en prendraient à lui ou à Drasur. On lui avait confié une tâche, il avait bien l'intention de la remplir sans que qui que ce soit le lui interdise.

« Hé, Great-Rider ! 'culé.
- Hein ? Fit le concerné en tournant la tête dans la direction de l'hybride.
- Catin.
- Heu...
- Tu t'appelles comment salope ?
- Vladimir, mais j'suis pas sûr que ce soit l'moment de...
- Ta gueule ta gueule TA GUEULE ! J'ai pas l'choix ! J'ai pas l'choix putain ! ENCULAAAAAAYYYYY ! »

Sans prévenir, la créature bondit sur Vlad, jambes et bras écartés. Surpris, ce dernier plaça ses mains en avant pour limiter le contact et ferma les yeux, poussant un petit "Ouak !" de stupeur... mais rien ne se passa. Il y eut une intense lumière au moment où les doigts de l'homme-cheval se refermèrent sur les épaules de l'Invocateur, suivie d'un "pouf !" qui se noya dans un nuage de fumée. Vladimir se sentit progressivement investi d'une nouvelle force, entrouvrant un œil de peur de trouver un chibre flasque s'agiter à quelques centimètres de son visage. Mais Jimmy avait bel et bien disparu.

« Mais qu'est-ce que... ? S'étonna le jeune homme en regardant successivement Grani et Drasur dans l'espoir qu'ils lui donnent une explication.
- Ooooh... Sembla percuter le petit Guide équestre en affichant une expression déconfite. Nan, nan, nan... Nan me dis pas que... Il aurait pas osé... L'enfoiré ! »

Vlad se gratta la tête d'un air contrarié. Mais comme si la situation n'était pas déjà suffisamment étrange, les choses s'envenimèrent. La disparition pure et simple de la créature avait un instant gelé la progression des Judge Dredd et des méchants de Ken le Survivant. Ce phénomène sembla tous les irriter au plus haut point, puisque d'un cri commun, ils s'élancèrent simultanément les uns sur les autres, plongeant les deux Voyageurs... au cœur de la mêlée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drasur
L'homme aux 1 000 visages
 L'homme aux 1 000 visages
avatar

Surnom : La tornade blanche
Team : Iniquis
Pouvoir : Invocateur de masques
Points de Puissance : 16 500 points
Points de Réputation : 10 000 points
Points du Membre : 92 points
Messages : 127

MessageSujet: Re: Chopez le Horseman ! [Drasur]   Dim 12 Mar - 11:16

Il n'était plus là. Drasur était enfin arrivé dans la ruelle où il avait laissé son comparse quelques minutes plus tôt mais il s'était déjà volatilisé. La scène ne présentait rien d'inquiétant cependant, les loubards au sol, certains se tortillant de douleur émettant de longs râles de douleur, d'autres totalement inconscients, attestaient que Vladimir s'en était sorti avec brio. Un sourire apparu alors sur le visage de l'invocateur désormais rassuré, il ne connaissait pas vraiment l'invocateur chevalin depuis longtemps, mais ça l'aurait vraiment fait chier de le retrouver à moitié mort sur les pavés. La seule explication logique de son absence serait qu'à nouveau, Jimmy en ai profité pour s'enfuir, comme il en avait l'habitude et que le roux s'était lancé à sa poursuite. Le corps encore endolori par son combat, ayant à peine eu le temps de récupérer son souffle, le bordelais s'élança donc à la poursuite de son homologue voyageur.

Cette poursuite était des plus aléatoire, rien ne pouvait vraiment assurer au jeune homme qu'il était sur la bonne voie. Même si à ce stade de notre histoire, vous imaginez bien que quelqu'un comme Jimmy Horseman ne se déplace pas vraiment en faisant preuve d'une grande discrétion. Il était ainsi relativement simple pour notre héros de suivre à peu près la piste laissée par l'hybride chevalin. Après quelques minutes de course, alors qu'il abandonnait doucement l'idée d'un jour retrouver la trace de son camarade, ce dernier apparut comme par magie. Comme un enfant qui venait de retrouver sa mère, Drasur sauta de joie en direction du roux qui l'accueillit d'un bon high five des familles bien mérité. Après cette réunification des plus classes, il entreprirent de continuer leur course mais cette fois, ensemble.

Ils arrivèrent enfin au niveau d'un attroupement de civils, observant tous avec attention la place qu'ils entouraient, certainement à observer une des nouvelles danse agrémentée de jurons de toutes sortes de l'exhib', dont certains arrivaient à l'oreille de l'invocateur de masque. Après avoir traversé la foule non sans difficulté, l'hypothèse ne s'avéra qu'à moitié vraie, cet attroupement de badauds concernait bien Jimmy, mais il semblait beaucoup moins serein que d'habitude. Il était en effet pris entre deux feux, les loubards et les forces de l'ordre se faisant face dans un final digne d'un West Side Story onirique.

Vladimir s'approcha de l'exhibitionniste et se fit rapidement réprimander par l'un des juges, la tension était palpable et aucun des deux camps ne voulait lâcher l'affaire. Le juge avança qu'ils avaient la situation sous contrôle et que l'intervention des deux voyageurs n'était plus utile, cet imbécile ... Il y avait bien plus que ça, il est vrai que c'était cette mission de récupération de Jimmy qui avait réuni les deux invocateurs mais désormais Drasur n'était pas là pour appréhender un suspect et faire avancer une démarche administrative, il était là pour sauver une créature qu'il admirait. Même si ça impliquait de se faire castagner par une quarantaine d'individus plutôt énervés. Le roux était en pleine discussion avec le Horseman et le bordelais s'était placé de manière à couvrir ses arrières d'une quelconque attaque surprise. Même si, soyons honnêtes, il n'aurait pas pu faire grand chose contre toutes les personnes présentes sur la place, mais il avait au moins le mérite d'essayer.

Puis, subitement, Jimmy disparut après s'être élancé de tout son poids sur Vlad, sous les regards abasourdis de toutes les âmes présentes. C'était la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, l'étincelle qui embrasa le tonneau de poudre, le mot de trop, enfin vous voyez où je veux en venir : c'était la merde. Les deux partis s'élancèrent comme un seul homme les uns vers les autres, prenant les deux invocateurs dans un feu croisé des plus dangereux. La disparition pure et simple de leur cible commune avait visiblement agacé les deux camps qui ne devaient attendre que ça, d'enfin pouvoir se mettre sur la gueule comme des sauvages.

La situation pour les deux compères étaient loin d'être idéale cependant et avant même que Drasur ne puisse réagir, il réceptionna une bonne grosse patate de forain  sur la joue, lui ôtant toute vision claire de la situation et le plongeant dans une sorte de confusion guerrière. Il n'était plus lui même, ne savait pas vraiment ce qu'il se passait, mais au vu des coups qu'il se prenait, décida rapidement de contre attaquer. Il envoyait des coups aléatoirement autour de lui, frappant tout ce qui passait à sa portée, sans vraiment comprendre lui même ce qu'il faisait. Par pur instinct, il invoqua l'un de ses masques et l'enfila rapidement. Il n'était plus un voyageur de 22 ans dans une situation désespérée, pour lui, il était un guerrier dans le feu de l'action et tout ce qu'il savait dans l'immédiat, c'est qu'il devait casser des bouches pour espérer s'en sortir.

Une fois son masque enfilé, son bras droit se transforma en membre robotique, ce qui eu comme effet immédiat de surprendre le loubard face à lui. Ce dernier n'eut d'ailleurs même pas le temps de se demander ce qu'il se passait qu'un poing d'acier vint lui briser le plexus, l'envoyant atterrir sur ses collègues un peu plus loin. Complètement enragé, le voyageur envoyait des coups de poing en ligne droite devant lui, ne se souciant pas une seule seconde de qui il percuterait, il voulait juste casser un maximum de gueules. Malheureusement pour lui, il n'avait absolument aucune expérience de combat de ce type, où les coups pleuvaient d'un peu partout. Il était plus habitués aux bons vieux duels, où on pouvait avoir le temps d'établir une stratégie viable. Dans cette mêlée, c'était loin d'être le cas et appréhender autant d'adversaires à la fois était impossible pour lui. C'est ainsi qu'après quelques secondes, bien qu'il ai fait des dégâts dans les deux camps, un coup de coude droit dans la mâchoire l'envoya au tapis alors qu'il chargeait assez de vapeur dans son bras pour envoyer un coup dévastateur. Il perdit immédiatement connaissance, avant même de percuter le sol.


Il ouvrit difficilement les yeux, son corps endolori comme si un troupeau de bisons avaient décidés de le piétiner et s'étonna lui même d'être encore en vie. Il tenta en vain de se relever, la douleur était trop forte et il était certain de s'être fait briser plusieurs os dans cette foutue mêlée. Le combat ne s'était d'ailleurs pas stoppé et sans vraiment savoir comment, Drasur se trouvait à quelques mètres du conflit. Plusieurs autres victimes de cette mêlée bordélique se trouvaient près de lui, évanouis ou hurlant à la mort. L'un des loubards allongé à ses côtés, se tenant les côtes, engagea la conversation avec le voyageur.

« Putain ... Tout ça pour un mot de passe qu'on a déjà ... Je comprendrais jamais les motivations du boss ...

- Attends ... Tout ça c'est pour récupérer le mot de passe ?

- Ouais je crois, enfin on me dit pas grand chose à moi, j'suis surtout venu parce qu'on m'a dit de le faire hein. Raah on se fait défoncer ... Les juges c'est loin d'être des tendres ... »

Ils récoltaient donc des mots de passe, c'est pour ça qu'ils étaient à la poursuite de Jimmy depuis le début. Drasur essayait tant bien que mal de trouver un sens à toute cette histoire, tentant de lier ce qu'il avait trouvé sur le corps inerte du voyou sur les toits avec ce qu'il se passait actuellement. Le code qu'il avait sur lui, c'était pour vérifier que le Horseman lui donnerait le bon ? Il n'en avait absolument aucune idée, mais il était sûr d'une chose : il allait tenter quelque chose. Il tenta à nouveau de se lever, ce fut difficile mais il y arriva malgré tout, la douleur parcourant son corps se faisant de plus en plus grande. Il ne savait pas vraiment depuis combien de temps il était au sol, si ça faisait à peine quelques minutes ou beaucoup plus, mais si il avait le moyen de stopper ça, il le ferait. Il fouilla alors sa poche à la recherche du papier froissé pris à Bob le loubard plus tôt dans la nuit, mais plus rien. Ce n'était pas vraiment étonnant, le papier avait du tomber pendant la mêlée. Il cria alors en direction des combattants restants, espérant faire une différence.

« OH ! C'est le mot de passe que vous voulez c'est ça ?! Je l'ai votre putain de code moi ! C'est ... Euh ... Loubard mortel ! Ouais c'est ça ! »

Il avait visiblement attiré l'attention de certains des voyous, mais avait il seulement conscience qu'il leur avait donné un code totalement différent de celui qu'il avait trouvé auparavant ? Pas vraiment, il était certain de leur avoir donné le bon et se félicitait déjà intérieurement d'avoir pu contribuer à stopper tout ce bordel. A moins que cela n'empire encore la situation, ça il n'en avait aucune idée dans l'immédiat ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Icarus
Soleil
Soleil
avatar

Surnom : Le "Great-Rider"
Pouvoir : Invocateur de Chevaux
Points de Puissance : 24 500 points
Points de Réputation : 27 000 points
Points du Membre : 277 points
Double Compte : Lysandre Videl
Messages : 165

MessageSujet: Re: Chopez le Horseman ! [Drasur]   Dim 12 Mar - 14:15



Grani s'envola en copiant les jurons de Jimmy. Par réflexe, Vladimir serra les deux poings et les projeta de part et d'autre de lui-même au moment où les deux camps se rentraient l'un dans l'autre. Il toucha simultanément les mâchoires d'un juge et d'un loubard, n'ayant d'autre choix que de continuer à se battre pour ne pas se prendre un mauvais coup de matraque télescopique ou de batte de baseball.

Du coin de l’œil, il s'aperçut que Drasur se battait comme un beau diable, utilisant un bras mécanique intrigant. Il voulut se rapprocher de lui pour le soutenir, mais le flot des corps et des coups l'en empêcha. Dans un premier temps en pleine maîtrise de ses adversaires immédiats, il fut bien vite submergé par les assauts, et en vint à se couvrir le visage des bras, quelqu'un lui chassant la jambe pour le faire tomber sur les pavés. Un peu piétiné, un peu cogné, il ne se releva pas immédiatement tant la complexité de la situation l'empêchait de trouver de véritables appuis.

Une fois de nouveau debout, il avait encaissé un nombre de coups relativement impressionnant, comme en témoignaient les contusions qui lui parcouraient la peau. Tout autour, les troupes s'étaient clairsemées. Des individus sonnés appartenant aux de camps se tenaient allongés non loin, parmi lesquels il reconnut son partenaire. Le combat se déplaçait plus loin, et plus personne ne semblait s'intéresser à eux, les juges et les voyous étant complètement accaparés par la violence brutale. Les battes et les matraques volaient dans tous les sens, les phalanges s'écrasaient dans les mâchoires, les insultes volaient en même temps que les grognements de guerre.

Ce combat n'était pas celui de Vladimir, qui se contenta d'observer la scène en se grattant l'arrière du crâne. Il n'était plus question pour les antagonistes que de se foutre sur la gueule pour se foutre sur la gueule. Aucune cause n'était engagée, aucun enjeu. S'il en croyait sa brève expérience de Justicity, les juges eux-mêmes devaient bien être en train de violer plus d'une centaines de règles à la con. La situation était donc si absurde que le jeune homme ne ressentit même pas le besoin de les calmer, se disant plutôt que les hommes engagés dans cette bagarre le faisaient avant tout pour se soulager les nerfs.

Soudainement, au milieu de ce chaos, la voix de Drasur s'éleva. Le Great-Rider jeta un regard dans sa direction, affichant un sourire bienveillant. Mais la réaction ne se fit pas attendre. Certains loubards s'arrêtèrent instantanément de se battre en tournant la tête dans sa direction. Par instinct, Vladimir s'approcha de son partenaire les poings serrés, prêt à le défendre de toute réaction hostile. Mais contre attente, les voyous interpellés allèrent prévenir ceux qui se battaient encore ou se déplacèrent pour récupérer certains de leurs camarades étendus, avant de commencer à évacuer la place au pas de course. Une dizaine de juges s'élancèrent alors à leur poursuite. L'Invocateur de Chevaux observait la scène d'un air curieux, tandis que les juges restants finissaient le ménage en interpellant ceux qui demeuraient incapables de bouger, et ceux qui finirent par se rendre. En un clin d’œil, des paires de menottes furent verrouillées, et les prévenus alignés le long d'un bâtiment. Peu de temps après, un duo de Judge Dredd s'approcha des deux Voyageurs. Leur tenue et leur casque, un peu différents des autres, leur donnait des allures de Daft Punk.

« La situation est devenue hors de contrôle suite à votre intervention, Voyageurs. De plus, vous avez été observés par certains représentants de l'ordre public en flagrant délit d'opposition à la justice. Un tribunal volant exceptionnel s'ouvre donc immédiatement pour statuer sur votre cas.
- Hé, attendez, protesta Vladimir en fronçant les sourcils. C'est Drasur qu'a arrêté l'émeute. Et si on s'est battus c'était pour se défendre. En plus on avait la putain de carte de blanche, ajouta-t-il en agitant, une fois n'est pas coutume, le carton blanc désormais un peu déchiré et couvert de saletés. On mérite une récompense en fait !
- Déposition recueillie. Veuillez vous éloigner de dix pas le temps que le tribunal volant détermine son verdict. »

En poussant un grommellement d'affirmation, le garçon aida l'Invocateur des Masques à se relever et passa un bras par-dessous son épaule pour l'aider à se déplacer.

« C'est un peu parti en vrille, désolé. J'ai pas compris ce qui s'est passé. Comment tu te sens ? »

Le regard de la foule qui observait la scène à l'entrée de la place pesait sur les deux Voyageurs. Vlad s'en rendit compte mais haussa machinalement les épaules. A ce moment, les deux gardes-juges leur firent signe de s'approcher de nouveau. Le rouquin soutint son partenaire et ils revinrent à portée de voix. A ce moment, les filles et Ethel jaillirent de la foule et s'approchèrent. A l'approche des siens, le visage du jeune homme s'illumina.

« Halte, ce périmètre est encore sous restriction.
- Je suis avocate ! Clama Maureen en dressant son index, s'interposant entre les deux accusés et leurs juges.
- De quoi ? Fit Vladimir de la manière la plus honnête du monde. Mais je croyais que t'étais encore étu...
- Ferme-la toi ! Fit Luaine en lui sautant au cou, plaquant ses deux mains sur sa bouche pour l'empêcher de prononcer un mot de plus. Hé hé, bonjour messieurs les gardes-juges !
- Ces informations sur la Voyageuse n° Eclat-2 ne figuraient pas dans nos fichiers. Est-ce votre avocate, Voyageurs ?
- Bien sûr que je le suis ! Vous pouvez continuer, je défendrai mes clients.
- ... Accordé, fit la créature après un temps d'hésitation. Le tribunal volant a statué que vous bénéficiez de circonstances atténuantes. Vos délits non couverts par le pouvoir exceptionnel qui vous a précédemment été attribué seront inscrits sur votre casier judiciaire mais n'entraîneront pas de poursuite pénale. La force d'ordre de Justicity reconnaît un entraînement émotionnel causé par le pouvoir de Jimmy Horseman, qui a faussé le jugement et les initiatives de ses troupes.
- J'ai pas tout compris, mais ça a l'air positif, annonça le jeune homme en souriant de toutes ses dents.
- Reste le cas Jimmy Horseman. Vous êtes accusés de l'avoir aidé à s'enfuir. Qu'avez-vous à répondre à cela ?
- Alors là heu... Perso je l'ai juste vu disparaître.
- Si je puis me permettre... Intervint Grani en se rapprochant soudainement du niveau du sol.
- De qui s'agit-il ? S'enquit le deuxième juge à l'intention du premier.
- La créature Grani, liée au Voyageur n°2 150, répondit l'autre avant de s'adresser directement à l'intéressé. Vous parlerez en tant que témoin à crédibilité subjective, créature.
- Tout ce que vous voulez. J'ai rien à cacher de toute façon. Il s'est passé un truc spécifique, Jimmy Horseman n'a pas disparu. Il s'est imposé à son Invocateur. Je vois pas d'autre explication.
- Hein ? Fit Vladimir d'un air surpris.
- Ouais, il a forcé le pacte. C'est possible sous certaines circonstances... en tout cas en ce qui concerne les Great-Riders. En gros maintenant c'est une de tes invocations. Vous les juges, vous pouvez fouiller dans vos fichiers, y'a forcément déjà eu des précédents.
- ... Affirmatif, lança le premier garde après avoir actionné l'appareil oculaire qui lui ornait le côté droit du visage.
- Ça veut dire que vous ne pourrez pas mettre Jimmy en prison tant que Vlad sera en vie dans Dreamland. J'suis navré de vous l'annoncer.
- J'ai donc une objection, dit Maureen comme si elle venait d'avoir une idée. Ces deux Voyageurs ont rempli la mission qui leur avait été attribuée. Alors certes, le Horseman n'est plus sous votre juridiction, mais il n'est plus en totale liberté. Il devra répondre aux commandes de Vladimir.
- Hé mais attends, j'ai pas du tout mon mot à dire dans l'affaire ?
- Tu te sens violé, sali ? Demanda Grani. C'est normal. Mais c'est comme ça, cet enfoiré s'est imposé, tu peux rien y faire. Y'a juste un truc qui me chiffonne, c'est que pour y parvenir faut que y'ait une très grande résonance des pouvoirs entre la créature et son invocateur. Il a dû voir en toi un truc qui lui a vraiment plu.
- Objection accordée, Maître n° Eclat-2. Ce témoignage est hors de propos, créature Grani.
- Non pas vraiment, reprit la Voyageuse avec un sourire malicieux sur les lèvres. Parce que ça veut dire que vous devez à ces deux Voyageurs la rétribution qu'ils méritent. Un effacement du casier de Vladimir, et un allègement des démarches pour Drasur, si je me souviens bien. J'ai pas écorché ton prénom ? Ajouta-t-elle ensuite à voix très basse à l'intention de l'Invocateur des Masques. »

Les deux créatures échangèrent un regard, et cette fois choisirent de s'éloigner pour délibérer. Elles revinrent peu de temps après, pendant que leurs collègues commençaient à évacuer les voyous appréhendés, et que des ambulanciers arrivaient pour soigner les blessés.

« Décision doit être rendue en présence du nommé Jimmy Horseman. Invocateur, veuillez faire appel à lui. »

Encouragé par Grani et Ethel qui semblait crever d'envie de revoir les pitreries de l'hybride, Vladimir fronça les sourcils et croisa les bras. Il ne savait même pas comment invoquer cette nouvelle créature, il devrait donc adopter une position de débourrage à l'instinct. Dans un soupir, il imita un mouvement de danse de l'homme-cheval. Echec. Les deux juges se regardèrent. Deuxième tentative. Echec. Grani leva les yeux au ciel.

« Votre gestuelle est un manque de respect à la Cour ici présente, Voyageur. Les tentatives de déstabilisation seront punies.
- Attendez, attendez... J'aimerais bien vous y voir. »

Le troisième essai fut le bon. Se pinçant un téton tout en mimant l’hélico-bite chéri par l'hybride -sans sortir quoi que ce soit de son pantalon, cela va de soi- le Great-Rider prononça distinctement son nom: « Jimmy Horseman ! ». Les rires d'Ethel répondirent en écho au rayon de lumière et au pouf de fumée desquels jaillit la silhouette du Criminel Obscène.

« Je vous ai manqué ? Salopes ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drasur
L'homme aux 1 000 visages
 L'homme aux 1 000 visages
avatar

Surnom : La tornade blanche
Team : Iniquis
Pouvoir : Invocateur de masques
Points de Puissance : 16 500 points
Points de Réputation : 10 000 points
Points du Membre : 92 points
Messages : 127

MessageSujet: Re: Chopez le Horseman ! [Drasur]   Dim 12 Mar - 16:59


Et bien, ça c'était une bonne surprise. Bien qu'il l'espérait fortement, Drasur ne s'attendait pas forcément à ce que son plan de divulgation du mot de passe stoppe réellement l'affrontement. C'était bien évidemment mieux ainsi, mais le fait que ce soit aussi simple le titillait malgré tout. Et si il avait enclenché quelque chose d'autrement plus grave que cette mêlée en révélant ce code ? Pour que des racailles déploient autant d'énergie et soient prêts à tenir tête aux fameux juges jurés et surtout bourreaux qu'étaient les forces de l'ordre de cette ville, c'était forcément pour quelque chose d'important. A moins que leur leader ne soit qu'un abruti qui a envoyé ses hommes dans une quête aussi inutile que de trouver des codes qu'ils avaient déjà, c'est possible aussi. Dans tous les cas, l'invocateur était plutôt content de retrouver un peu de tranquillité et surtout de voir que son compagnon de galère s'en soit sorti lui aussi. Ce dernier avait d'ailleurs rejoint notre héros, qui lui s'était à nouveau effondré au sol après s'être adressé à la foule quelques secondes plus tôt.

Les loubards quittaient la place peu à peu et des juges aux allures de DJ s'approchaient des voyageurs. Sentant son cœur battre dans la moitié de son corps, le bordelais laissa la tâche de négocier avec les forces de l'ordre à Vladimir. Il ne suivait pas vraiment la conversation mais il semblerait que malgré leur service rendu, les invocateurs n'étaient pas vraiment les bienvenues ici et ils n'allaient pas tarder à se faire juger. Fort heureusement, le roux aida l'estropié qu'était actuellement Drasur et l'aida à s'éloigner, comme l'avait demandé l'un des disc jockey.

« C'est un peu parti en vrille, désolé. J'ai pas compris ce qui s'est passé. Comment tu te sens ?

- Ça pique putain ... Haha j'ai pris cher, merci de m'aider mec. Il cracha un peu de sang sur le sol avant de continuer, tu te souviens du gars sur les toits sur qui Jimmy a pissé ? Il avait un mot de passe sur lui, c'est ça que j'ai crié avant *KOF* Rah ils m'ont pas ratés les salauds ... »

En effet, ils ne l'avaient pas raté. Une douleur aiguë provenait de ses côtes gauches, rendant sa respiration assez compliquée. Il ne sentait plus le bas de son visage et vu la douleur qui provenait de sa jambe gauche, son tibia ou son péroné étaient au minimum fêlés, voir en miettes. Sans l'aide précieuse de l'invocateur chevalin, sur lequel il s'appuyait d'ailleurs de tout son poids, il aurait été impossible pour lui de bouger. Ils furent d'ailleurs à nouveau appelés vers les juges, ces saletés d'ingrats qui forçaient en plus un pauvre blessé à faire des allers retours inutiles. Mais alors qu'il s'apprêtait à copieusement insulter les juges de tous les noms dans une explosion de frustration, ce qui aurait certainement scellé l'avenir des deux voyageurs, il fut stoppé dans son élan par l'arrivée d'autres voyageurs. Dont l'une qui le captiva au plus haut point, lui faisant oublier tous les maux qui l'accablaient actuellement.

Une longue discussion s'engagea alors entre le petit groupe et les juges présents, les nouveaux arrivants semblant être les compagnons de voyage de Vladimir. Drasur suivait à peine le débat, qui le concernait tout de même directement, il était bien trop occupé à observer la blonde qui s'était jetée au cou de Vladimir, cet enfoiré était chanceux. Bien que totalement à l'ouest, il suivait vaguement l'avancement de l'histoire d'une oreille distraite, une des jeune fille ayant eu la présence d'esprit de se faire passer pour leur avocate ne manquait pas de ressources et s'en sortait avec brio. Cette scène illustrait parfaitement le cliché selon lequel les femmes étaient plus malignes et réfléchies que les hommes, ces derniers s'étant fourré dans un pétrin plus ou moins volontairement que la jeune femme tentait de démêler comme elle le pouvait. Drasur fut d'ailleurs sorti de son pseudo coma alors que la rousse évoquait son nom.

« Parce que ça veut dire que vous devez à ces deux Voyageurs la rétribution qu'ils méritent. Un effacement du casier de Vladimir, et un allègement des démarches pour Drasur, si je me souviens bien. J'ai pas écorché ton prénom ?

- Je t'aim ... Euh ouais nan haha tu l'a bien prononcé ! Il se frotta l'arrière de la tête avant de lancer à l'attention des juges, ouais c'est vrai ça, on veut la rétribution bande d'ingrats ! Ouhla j'suis pas bien moi ... J'vais ... M'asseoir hein. »

Il se laissa alors tomber sur le sol, atterrissant sur les fesses comme un bambin. Il sortit son cigare de sa poche droite tout en observant Vladimir tenter tant bien que mal d'invoquer Jimmy. En sortant son cigare il se rendit compte de quelque chose, le papier qu'il pensait perdu se trouvait simplement dans son autre poche. Il n'avait pas pensé à vérifier cette poche ci plus tôt dans le feu de l'action, erreur de débutant. Il y jeta un coup d’œil rapide et constata que le code qu'il avait hurlé à qui voulait bien l'entendre était bel et bien le mauvais. Ah. Il espérait simplement que ça ne se retourne pas contre lui et rangea le papier sans en informer qui que ce soit, ils avaient tous assez de problèmes dans l'immédiat pour se soucier de ça en plus.

« Je vous ai manqué ? Salopes !

- OH PUTAIN ! Il lança un regard rapide au jeune garçon, pardon faut pas répéter des mots comme ça hein gamin ? Il se leva d'un coup, ignorant totalement ses os brisés et se jeta sur l'hybride, T'ES MON HEROS MEC JE TE KIFFES ! »

Jimmy en grand ingrat qu'il était fit simplement un pas de côté et laissa Drasur se vautrer sur le sol, dans l'hilarité générale. Il ne put s'empêcher de rire à son tour, même si il avait plus envie de pleurer au vu des signaux envoyés par son corps. Il laissa s'échapper un râle d'agonie de sa bouche avant de douloureusement se mettre en position assise. Maintenant que Jimmy était invoqué, la situation des voyageurs devrait être réglée, enfin ça c'était la théorie. Cette fois le bordelais voulait tenter d'écouter attentivement la discussion entre la pseudo avocate et les juges, mais toute son attention fut à nouveau aspirée par la blondinette dont le sourire le faisait fondre. Il ne faisait même plus vraiment attention à Jimmy, qu'il s'était pourtant fait une joie de retrouver tout le long de cette nuit. Puis il sentit que le ton montait dans la discussion et décida, comme le sagouin qu'il était, de prodigieusement couper la parole à la personne qui parlait afin de donner son avis.

« Ecoutez, si ça peut faciliter la résolution de tout ce bordel, vous occupez pas de mes démarches, faites sauter le casier de Vlad' et on va dire que ce sera suffisant. Par contre envoyez bien mes amendes à Maskaria hein, mon seigneur est chiant ces derniers temps et ça lui passera l'envie de m'envoyer comme un coursier quand il verra ces factures ! Par contre si vous avez un antidouleur ou quoi que ce soit je dis pas non ... »

Il alluma alors son cigare et se laissa tomber sur le sol. Est ce que son intervention a vraiment été utile ? Il était trop occupé à avoir mal pour s'en préoccuper. Sans compter qu'il devait trouver un moyen de faire bonne figure devant la blonde, elle avait un sacré pouvoir de distraction ça il fallait bien l'avouer ...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Icarus
Soleil
Soleil
avatar

Surnom : Le "Great-Rider"
Pouvoir : Invocateur de Chevaux
Points de Puissance : 24 500 points
Points de Réputation : 27 000 points
Points du Membre : 277 points
Double Compte : Lysandre Videl
Messages : 165

MessageSujet: Re: Chopez le Horseman ! [Drasur]   Dim 19 Mar - 11:04



Vlad émit un rire franc en voyant Drasur manifester sa satisfaction de retrouver le Horseman. Rire qui s'intensifia et qui fut suivi par les autres membres du groupe devant la scène qui suivit, l'hybride s'esquivant lorsque l'Invocateur des Masques tenta de l'attraper. Jimmy se mit à gesticuler devant les deux Daft Judges, qui commencèrent à s'agiter devant son comportement.

« Halte, prévenu Jimmy Horseman ! Fit le premier en l'attrapant par l'épaule.
- Sans couilles ! Touche moi pas ! Rétorqua l'intéressé en se signant d'un dab.
- Votre attitude dépasse l'entendement, créature. Si votre impunité n'était pas si relative... Menaça le second. »

Vladimir et Ethel continuèrent de ricaner, jusqu'à ce que la situation finisse à peu près par se calmer. Entendre par là jusqu'à ce que Jimmy ne soit plus secoué que par le mime d'un coït plus ou moins sage. Entre temps, l'activité dans la place avait cours quasi normal, l'attroupement de l'avenue adjacente s'étant progressivement dispersé lorsque les autres Judges avaient entrepris d'évacuer les loubards appréhendés. Là-dessus, le premier juge se racla la gorge et reprit le fil du procès.

« Nous allons rendre à présent notre verdict.
- Verdict sans appel, ajouta l'autre. »

C'est à ce moment que Drasur intervint en faveur de Vladimir. Une interruption que le concerné apprécia énormément. Il avait un excellent sentiment à propos de ce Voyageur qu'il venait de rencontrer, et au bout du compte, peu lui importait désormais de conserver son casier ou non. Si une pénalité devait tomber, il ne comptait pas le laisser en endosser seul la responsabilité.

« Tiens ! Fit Luaine en se détachant de Vlad tout en fouillant dans l'une de ses sacoches. Elle en sortit une petite boîte de cachets rouges qu'elle tendit au grand blessé dans un sourire. Ça vient de Babyland, on en donne aux petits quand ils se font des bobos apparemment. C'est du mercurochrome concentré à ingérer, en gros. Ça te soulagera peut-être un peu. Tu sais, Vlad va pas te laisser tout seul dans cette histoire. Il a participé, et c'est pas le genre à laisser ses partenaires dans la panade. »

Au même moment, Maureen s'adressait aux juges.

« De quel genre de verdict parle-t-on ici ? »

Les deux créatures échangèrent un regard par casque interposé.

« Jimmy Horseman ici présent bénéficie d'une immunité onirique provisoire. Il ne peut donc réaliser sa peine complète. Nous avons statué que le Voyage de l'accusé n°2 150 constituera une peine alternative au prévenu, dont la liberté sera restreinte. De plus, la force d'ordre de Justicity a déjà reconnu sa part de responsabilité dans les dégâts occasionnés. L'accord passé en amont de cette nuit sera donc respecté, et les deux accusés obtiendront leur rétribution. Nous procédons immédiatement à l'effacement du casier judiciaire du n°2 150... Fit le juge en désignant son collègue d'un geste de la main. Ce dernier sortit une sorte de tablette graphique sur laquelle il se mit à tapoter. Nous remettons également le laisser-passer A38 au n° 17-Chapeau. Il sortit une enveloppe de son long manteau et la tendit au concerné. En la présentant au guichet n°IV, vous obtiendrez le formulaire à remplir pour la requête du Seigneur de Maskaria.
- Je me demande à quoi ressemble Maskaria ! Lança Vlad qui n'écoutait manifestement plus la conversation.
- Par ailleurs, Jimmy Horseman est interdit de séjour à Justicity jusqu'à la disparition de son Invocateur. Invocateur, veuillez révoquer la créature sus-mentionnée.
- Super, je suis liiiibre ! Pute !
- Non pas vraiment, rétorqua Grani en levant les yeux au ciel.
- Ha ? Ok. »

Vlad fit disparaître l'hybride dans un petit nuage de fumée, la silhouette de l'énergumène s'imprimant un instant sur leur rétine à tous dans une position équivoque.

« La séance est levée. »

Là-dessus, les deux Daft Punk disparurent d'un bond prodigieux, par-dessus les toitures environnantes. Le Great-Rider se tourna vers les siens, rayonnant.

« Tout s'est bien passé, finalement ! »

***

« T'es sûr que t'arriveras à t'en sortir tout seul, maintenant, m'sieur Sadi ? Demanda Vladimir au vieux Touwarem d'un air inquiet.
- T'inquiète pas, chef ! Répondit la créature en répondant à l'étreinte de Luaine.
- Vous allez nous manquer, confia Maureen, les yeux un peu humides. Merci pour tout. »

La petite troupe se trouvait à l'extérieur de la boutique du marchand. C'était le moment des adieux, après plusieurs semaines passées à escorter le vieil homme. L'Invocateur de Chevaux s'approcha de lui après que la petite blonde s'en soit écartée, lui sourit, et le prit à son tour dans ses bras.

« Donnez-moi régulièrement de vos nouvelles, jeunes gens.
- On t'oubliera pas, m'sieur Sadi.
- Vous avez finalement trouvé un nom à inscrire sur cette enseigne flambant neuve ? Demanda Grani en se perchant sur la tignasse de son Rider.
- Après votre dernière aventure, je pensais... "Shoppez le Horseman". »

Il y eut un petit fou-rire général, suivi d'un moment de silence. La fin du voyage pour Sadi signait le début d'une nouvelle étape pour celui des jeunes Voyageurs. Au sentiment de tristesse qui accompagnait la séparation s'ajoutait l'appréhension de ce qui venait ensuite. L'inconnu, à nouveau.

C'est Vladimir qui brisa le malaise en se retournant vers la sortie de la ville. Il plaqua une main sur la hanche et pointa cette direction du doigt, éclatant de rire en regardant vers le ciel.

« Allez c'est parti ! Direction la Deuxième Zone ! Claqua-t-il d'une voix forte en marchant dans cette direction.
- C'est de l'autre côté, lança simplement Grani. »

Le jeune homme s'arrêta, une goutte de sueur perlant à son front, puis pivota de nouveau sur ses talons et reprit sa route en ricanant. Il y eut un nouveau rire collectif, puis c'est tout le groupe qui se mit en marche, le vieux marchand les regardant s'éloigner en leur faisant du bras. Le petit Ethel lui rendit son geste jusqu'à ce que la créature disparaisse de leur champ de vision.

***

« C'est sympa d'avoir attendu qu'on dise aurevoir à m'sieur Sadi, Drasur ! Nota Vladimir lorsque le groupe retrouva l'Invocateur des Masques à la sortie de la ville, après avoir passé un ultime point de contrôle.
- Tu as pu obtenir ce que tu voulais pour ton Seigneur ? Lui demanda Maureen. »

Le Great-Rider donna une grande tape dans l'épaule de son partenaire de la nuit, puis passa son bras autour de son cou et l'entraîna à sa suite en désignant l'horizon.

« Un jour j'irais bien à Maskaria. Grani m'a dit que c'était dans la Première Zone, mais derrière nous déjà. Du coup je voulais te demander si on pourrait s'y retrouver une nuit prochaine. D'ici quelques semaines, peut-être, quand on aura un peu découvert la Deuxième Zone.
- Si tu veux que Personae t'interdise d'amener des invités, fais venir Vladimir, assura le Guide équestre à l'Invocateur des Masques. Qui se ressemble s'assemble, t'as bien vu comment Jimmy lui a sauté dans les bras !
- Fais pas ton rabat-joie Grani ! Son Royaume doit être génial ! Tu fais un bout de chemin avec nous cette nuit Drasur ? On a plein de choses à se dire, j'en suis sûr ! »

Partant d'un rire franc, l'Invocateur de Chevaux laissa du leste au Voyageur, et le petit groupe pénétra dans les faubourgs de la ville de Justice, laissant derrière eux une nuit un peu folle. Vladimir se mit à questionner son partenaire de toute part à propos de son Royaume, le noyant dans un flot de curiosité intarissable. Alors qu'ils disparaissaient au loin, un des loubards de la Bande à Joe s'empara d'un talkie walkie et grinça quelques mots à son interlocuteur.

« ... ouaip, j'ai entendu Maskaria. Faut prévoir le coup et les attendre le jour où ils y seront. Cet enfoiré de mytho va regretter de nous avoir filé un mauvais code. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drasur
L'homme aux 1 000 visages
 L'homme aux 1 000 visages
avatar

Surnom : La tornade blanche
Team : Iniquis
Pouvoir : Invocateur de masques
Points de Puissance : 16 500 points
Points de Réputation : 10 000 points
Points du Membre : 92 points
Messages : 127

MessageSujet: Re: Chopez le Horseman ! [Drasur]   Lun 20 Mar - 2:26


« Et donc ? Ils se sont contentés de te dire que ce n'était pas possible ? Donc tu n'a pas effectué ta tâche c'est ça que tu essaie de m'expliquer c'est bien ça ?
- Franchement j'ai essayé ! J'ai fait mon maximum,assura Drasur tout en sirotant un verre rempli d'un liquide verdâtre. Le style docteur peste vous va bien d'ailleurs, un peu flippant mais ...
- Donc si j'ai bien compris, je suis censé payer ces amendes d'un montant exorbitant, qui vaudraient bien la moitié de ton âme, je préfère le préciser, alors que tu n'as absolument pas fait avancer les démarches pour lesquelles je t'ai envoyé là bas ? Alors que je t'ai offert un masque pour l'occasion ? Tu te foutrais pas un PETIT peu de ma gueule ?
- Il m'a été bien utile ce masque d'ailleurs, enchaîna le jeune homme tout en ignorant le début de crise de nerfs de son interlocuteur, je m'attendais pas à ce qu'il marche à ce point, j'veux dire j'ai traversé un appartement les mecs ont rien vus haha !
- Dégradation de lieux publics par deux fois, tentative de corruption d'un agent, boitement non autorisé ... Et c'était quoi l'histoire avec cet autre voyageur que j'ai vu passer dans le Dreammag ?
- Les juges nous ont proposés de récupérer un Horseman fraîchement évadé, contre quoi ils faciliteraient les démarches administratives dont j'avais besoin.
- Et donc ? Ca a du être assez simple si tu étais accompagné du Great Rider non ?
- On a pas réussi à le chopper ce Horseman, pourtant on s'est démenés avec Vlad'. Great Rider ? C'est classe comme nom ça, faudrait que je m'en trouve un de ce type,il se tourna alors vers la timide jeune femme un peu plus loin avant de continuer, d'ailleurs Ana il te plairait bien Jimmy, c'est ton exact opposé il te décoincerait peut être un peu haha !
- Je ... T'as dis qu'il était constamment nu tout de même ... Je sais pas ... , balbutia la lieutenant.
- Cesse d'embêter la petite. Ana, tu peux vaquer à tes occupations c'est bon. Il leva sa main en direction de la porte, accompagnant ses mots pour indiquer la sortie de manière assez méprisante à sa subordonnée.
- Oui seigneur je ... Vais patrouiller ou faire un tour ou ... Pleurer dans un coin peut être je sais pas ... »

La jeune fille quitta doucement la salle de réunion, tout en continuant de murmurer pour elle même. Personæ se leva alors et fit quelques pas, décrivant un cercle. Il marchait lentement comme si quelque chose le tracassait, avant d'envoyer au voyageur affalé sur le large canapé occupant une grande partie de la pièce.

« Et pour la régulation des masqués alors ? C'était une chance unique de faire briller le royaume, ce serait fâcheux que cette idée brillante ne mène à rien ...
- Bah on va trouver une autre solution c'est booon ! J'aurais qu'à dire un peu partout que je cherche tous les voyageurs qui portent un masque pour le leur prendre. Ça devrait attirer les plus courageux d'entre eux, je règle ça avec des bons vieux pieds-bouche et au fur et à mesure il y en aura de plus en plus qui viendront prendre une branlée !
- Donc ça inclut le leader de la ligue major et l'intégralité des Meteors ? Je te souhaites bien du courage, heureux les pauvres d'esprit ...
- Mais c'est bon ohlalaa ! Ayez un peu confiance ! Puis si vous me donniez des masques surpuissants tout de suite ce serait plus simple aussi ...
- ... Tu m'exaspères par moment, vraiment, ça m'angoisse de voir à quel point tu es naïf, au point que je m'étonnes encore que tu ai survécu si longtemps.Il se stoppa alors devant une fenêtre, se taisant quelques secondes avant de conclure, comme si il venait d'avoir une idée lumineuse. Faute de mieux, on va suivre ton plan pour le moment, aussi barbare et stupide soit-il. Mais ! Tu n'iras pas voir le Kitsune.
- Mais ... Quoi ?! Il y aura tout le gratin ! Déjà que j'ai raté la Celestia, comment je me fais connaître si je participe à aucun événement majeur comme ça ?!
- Justement, il y aura des voyageurs beaucoup plus puissants que toi, dont Tomoe très certainement. Sans compter ces saletés de Meteors ... Tu restes ici jusqu'à que ce soit terminé, point final. Sinon t'auras plus de masques.
- Maiiiiheuu ! Vas y t'façons j'men fout là j'suis pas un gamin p'tain j'fais ce que je veux ...
- Comment ?!
- ... Non c'est bon rien ... »

________

Après cet interlude à la limite du digeste où notre héros prouve encore une fois son intellect supérieur et sa grande maturité, revenons à la nuit précédente où sa route croisa celle de l'invocateur équestre. Affalé sur le sol, ruminant sa douleur de râles rauques, il attendait que la sentence tombe. C'est à ce moment précis que la jeune blondinette se rua vers lui et lui offrit de quoi aller mieux, des médicaments de Babyland il semblerait. Il n'avait pas vraiment écouté tout ce qu'elle avait dit, son regard se perdant dans ses grands yeux bleus. Il voulait lui répondre, la remercier, lui proposer de fuir avec lui, de s'installer dans une petite ferme loin de tout, loin de toute cette violence et de commencer une vie paisible ensemble. Mais tout ce qu'il réussit à faire fut de cracher un peu de sang et de balbutier des onomatopées incompréhensibles comme un pré-pubère dont les hormones viennent de découvrir l'existence du sexe opposé.

Il avala alors une grande partie des cachets rouges vifs d'une traite, même sans avoir véritablement entendu les explications de l'irlandaise, il était persuadé qu'elle ne lui voulait pas de mal. Ne nous leurrons pas, il les aurait avalés même si elle avait précisé que ces pilules lui ôteraient la vie dans la minute, il était bien trop occupé à fondre intérieurement face à son grand sourire. Il se contenta ainsi de remercier la jeune fille d'un pouce levé, la bouche pleine, du sang dégoulinant encore sur son menton. Doucement, son corps reprenait du poil de la bête. Il n'était pas totalement rétabli loin de là, il avait même l'impression que seule la douleur avait disparue mais ses blessures restaient. Il se leva difficilement, mais cette fois sans douleur, pouvant assister au grand final du jugement.

A sa grande surprise, les juges accordèrent bien aux deux voyageurs ce qu'ils leur avaient promis. C'est ainsi que le casier judiciaire de Vladimir fut effacé et qu'une lettre fut donné à Drasur, afin qu'il aille récupérer un ultime formulaire pour en terminer avec ces satanés démarches administratives. Tout était bien qui finissait bien finalement, Jimmy était libre, enfin à peu près, le roux n'avait plus à craindre les foudres des juges de cette ville pour ses délits passés et Drasur lui ... Cette victoire avait un goût légèrement amère pour lui. Il considérait en effet avoir déjà donné assez de lui même pour son seigneur cette nuit et n'avait absolument aucune envie de retourner derrière un quelconque guichet. Que les juges acceptent sa proposition précédente l'aurait pas mal arrangé à vrai dire, mais n'allons pas nous plaindre que de tels procéduriers aient pour une fois été un minimum laxistes tout de même, ce n'est certainement pas tous les jours que ce genre de chose arrive.

Il fut malheureusement contraint de faire ses corvées, le petit groupe du Great Rider devant se séparer de lui quelques temps pour dire adieu à l'un de leurs amis. Bien que l'idée de végéter sur le sol et fantasmer sur la blondinette tout en tirant sur son cigare comme un vieil homme d'affaire dans un strip-club l'attirait énormément, l'endroit où il était censé retrouver les autres plus tard était plus proche du guichet administratif que de la place imbibée de sang sur laquelle il se trouvait. Armé de son courage et surtout grâce aux soins lui ayant été prodigués plus tôt, il se dirigea ainsi vers cet ultime bâtiment administratif. Tout en boitant et soupirant quelques injures en marchant comme un vieil aigri, ne plus ressentir la douleur de ses membres cassés est pratique mais se déplacer reste compliqué soulignons le, il avançait lentement dans les rues de la ville, ce qui lui valut d'ailleurs une amende de plus.

La fin, vous la connaissez, il n'a finalement pas apporté le document signé et validé par l'administration à Maskaria, comme l'a montré plus tôt un flash forward des plus subtil. Voyons désormais comment cet échec s'est passé. C'était assez simple finalement, Drasur était arrivé au fameux guichet numéro IV, et non numéro quatre où il s'est présenté avant de se faire rembarrer, les classements numériques se faisant visiblement de manière aléatoire ici. Ayant présenté le courrier lui ayant été donné, la guichetière aussi peu aimable que ses collègues lui tendit un formulaire qu'il pu remplir assez rapidement. Alors là, il était épaté, il s'attendait en effet à une accélération du processus comme les juges le lui avaient promis, mais clairement pas à ce point. Sa joie disparut cependant assez rapidement, après qu'une autre page lui soit donnée, sur laquelle il pu lire en tout petit sur le coin inférieur droit de la feuille "Page 2/247". C'est ainsi qu'il réitéra, il lança ses feuilles en l'air et quitta le bâtiment, un ticket indiquant l'annulation de toute démarche lancée cette nuit par vice de procédure en poche. C'était comme si le destin ne voulait pas qu'il revienne avec ce papier, ou comme il le pensait lui même, que cette ville était totalement cinglée.

Tout en se jurant qu'il ne remettrait plus jamais les pieds dans un quelconque bâtiment administratif de sa vie, que ce soit à Dreamland ou dans la vie réelle, il pu enfin rejoindre le petit groupe.

« C'est sympa d'avoir attendu qu'on dise aurevoir à m'sieur Sadi, Drasur ! Lui lança Vlad.
- Pas de soucis, l'épicier en bas de chez moi s'appelle Monsieur Sadi tiens ... Hm sûrement une coïncidence. Votre Sadi vend tout à des prix exorbitants aussi ?
- Tu as pu obtenir ce que tu voulais pour ton Seigneur ? Lui questionna la rousse.
- Pas vraiment, mais bon c'est pas grave je trouverais une excuse, Personae m'aime trop pour me punir de toutes façons haha !»

Il ne savait pas à quel point il avait tort, pauvre naïf. Tout en affirmant ces bêtises, il secoua son ticket de refus avant de le laisser voler au vent. Il préférait laisser tous les souvenirs douloureux accumulés ici derrière lui. Ce qu'il se passe à Justicity reste à Justicity. Sauf bien entendu l'histoire de leur rencontre qu'il racontera plus tard à ses enfants, appuyant bien sur le fait que leur mère a sauvé le pauvre homme blessé qu'il était. Vlad pris le bordelais sous son épaule d'une étreinte amicale et ils avancèrent, s'éloignant de cette ville de malheur, dans la bonne humeur.

« Un jour j'irais bien à Maskaria. Grani m'a dit que c'était dans la Première Zone, mais derrière nous déjà. Du coup je voulais te demander si on pourrait s'y retrouver une nuit prochaine. D'ici quelques semaines, peut-être, quand on aura un peu découvert la Deuxième Zone.
- Si tu veux que Personae t'interdise d'amener des invités, fais venir Vladimir, lança Grani.Qui se ressemble s'assemble, t'as bien vu comment Jimmy lui a sauté dans les bras !
- Haha t'inquiètes Grani, il me supporte depuis plus d'un an maintenant, crois moi il en a vu des choses ! Il tourna alors la tête vers le reste du petit groupe avant de continuer. Venez quand vous voulez ce sera avec plaisir, il vaut peut être mieux attendre quelques semaines le temps que certaines tensions géopolitiques se calment mais sinon ce serait parfait ! Notre carnaval va être lancé en retard cette année, venez à ce moment là, au moins on sera sûrs que le vieux sera de bonne humeur !
- Fais pas ton rabat-joie Grani ! Son Royaume doit être génial ! Tu fais un bout de chemin avec nous cette nuit Drasur ? On a plein de choses à se dire, j'en suis sûr !
- Oh ouais carrément, je veux tout savoir sur votre petit groupe ! »

C'est ainsi que l'invocateur de masques termina sa nuit en très bonne compagnie. Ce petit groupe était le premier qu'il avait rencontré depuis ses débuts à Dreamland et il était plutôt ému d'être tombé sur des personnes aussi bonnes -sans mauvais jeu de mot bien évidemment-. Il sentait qu'ils prenaient tous du plaisir à voyager ensemble et à arpenter les terres oniriques dans la bonne humeur. Il répondit ainsi à toutes les questions du roux qui était décidément trop curieux, lui racontant comment il avait vaincu sa phobie, la galère qu'il avait à essayer de faire passer des messages subliminaux à son coloc' pour qu'il réussisse à enfin vaincre sa peur, la guerre dans laquelle son seigneur l'avait entraîné. Il passa bien évidemment les détails plus glauques comme la mort sous ses yeux d'une créature du royaume ou la fois où il a récupéré les informations personnelles d'un voyageur pour lui casser la gueule en vrai. Il se tenait aux bonnes histoires pour ne pas gâcher l'ambiance, se dirigeant doucement vers son réveil, le sourire aux lèvres.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chopez le Horseman ! [Drasur]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chopez le Horseman ! [Drasur]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mission Sith : Chopez-le ! [Echouée]
» Gagner de l'argent : création de fiche
» Le Festival du Foutre (Flocon de) | Feat Drasur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dream Land Infinity RPG :: RP :: Première Zone :: Justicity-
Sauter vers: