AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Drasur le voyageur aux masques | Terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Drasur
L'homme aux 1 000 visages
 L'homme aux 1 000 visages
avatar

Surnom : La tornade blanche
Team : Iniquis
Pouvoir : Invocateur de masques
Points de Puissance : 16 500 points
Points de Réputation : 10 000 points
Points du Membre : 92 points
Messages : 123

MessageSujet: Drasur le voyageur aux masques | Terminée   Mar 17 Jan - 13:09


Drasur
Fuck money, get bitches
Ton personnage...
-----------------------------------





Nom : Leopon
Prénom : Duccio
Surnom : Drasur
Age : 22 balais
Sexe : Bon vieux mâle
Où habites-tu ? : Bordeaux, France
Activité : Chômeur en attente d'un miracle qui lui paierait son école
Ton histoire...
-----------------------------------



♠ Description Physique :


Drasur n'est pas le genre de personne qui passe inaperçu. En premier lieu, il frôle le mètre quatre-vingt-douze, surplombant la plupart de ses connaissances, mis à part son coloc qui le dépasse de deux bons centimètres juste pour l'humilier. Malgré sa taille, il n'est pas très large. Entre le fin et le musclé, Drasur est le genre d'homme chanceux qui garde un corps relativement sain malgré une hygiène de vie déplorable. Sans avoir d'abdominaux puissants et visibles à des centaines de mètres, il peut avoir un corps objectivement pas si mal qui pourrait attirer une catégorie de personnes pas si restreinte que ça. Disons qu'une mère célibataire en jachère depuis quelques semaines pourrait se retourner en le voyant passer à la plage, c'est déjà pas si mal.

En dehors de son aspect général, le jeune homme possède un visage aux traits relativement fins, un nez retroussé et de fines lèvre. Ces dernières affichent d'ailleurs généralement un sourire narquois en coin, exprimant le mépris, le rire ou simplement lorsqu'il tente tant bien que mal de se donner un air cool. La véritable particularité que l'on note assez rapidement étant la couleur de ses yeux : violette. Comment la mélanine de sa pupille a pu en arriver là est un véritable mystère, tant pour Drasur que son médecin traitant qui ne comprend pas vraiment non plus. Illuminés par le soleil, ses yeux donnent l'impression que deux améthystes y ont été insérées en guise de prunelle. Malgré la particularité de ses yeux, il arbore la plupart du temps un regard de poisson mort, entre la mort cérébrale et le mépris total. Pour palier à ce souci et se donner un air à peu près classe, le jeune homme porte quasiment constamment des lunettes de soleil, que ce soit en Dreamland ou dans la réalité d'ailleurs. Cela augmente quelque peu son quota de "beaugossitude" mais malheureusement, il est genre de mec à les garder en toutes circonstances. Vous visualisez la personne qui garde ses lunettes en boîte pour lequel on pense "j'espère qu'il est aveugle sinon c'est un gros enfoiré" ? Oui, c'est lui ce type. Fort heureusement, ses lunettes sont souvent cachées et recouvertes de mèches de cheveux. Drasur en grand fainéant qu'il est a décidé d'adopter la coupe de "j'irais chez le coiffeur quand j'aurais pas la flemme et on verra ce que ça fait en attendant". Au final une coupe de cheveux mi-longes s'est installée au fil du temps qui d'ailleurs, heureusement pour lui, ne rend pas si mal. Ses cheveux sont d'un noir de jais mais peuvent avoir des reflets plus clairs tirant vers le violent sous le soleil. Ses sourcils eux restent constamment noir, ce qui est assez étonnant au vu de l'obsession que semble avoir son corps vis à vis du violet.

Au niveau vestimentaire, notre héros ne se démarque pas spécialement. Dans la vie civile, il porte généralement des hauts assez basiques, la plupart ont des motifs imprégnés de pop culture, ce genre de haut qu'on ne met pas pour aller au restaurant par exemple. Son seul critère de choix par rapport à ça c'est  qu'ils ne puent pas trop quand il les récupère sur la pile grandissante sur sa chaise. Pour le reste, il porte généralement des jeans assez basiques, certains ont des trous à des endroits mal placés mais il les cache assez bien donc c'est comme si ils étaient en parfait état non ? La seule chose sur laquelle il accorde un minimum d'attention sont ses chaussures. Il met un point d'honneur pour avoir les dernières baskets à la mode, généralement montantes et plutôt voyantes.

A Dreamland cependant, son accoutrement est tout autre. Son seigneur lui ayant permis de choisir la tenue de son choix en guise d'uniforme, il choisit d'être légèrement plus classe que dans la réalité. Il opta donc pour une chemise relativement cintrée, généralement bleu foncée ou mauve pour aller avec ses yeux. Là dessus une cravate blanche, la chemise couverte par une veste de costume légère noire. Un pantalon de la même matière, noir également, recouvrant à peine des Mephistos du meilleur effet. Tout cela bien entendu agrémenté des lunettes de soleil évoquées plus tôt. Cet accoutrement lui permet de combattre tout en étant plutôt à l'aise tout en le rendant un minimum présentable. Les mauvaises langues diront qu'il a choisi de s'habiller ainsi car il n'aurais certainement l'argent nécessaire dans la réalité pour le faire et essaye de sur compenser dans le monde onirique mais ces personnes n'auraient qu'à moitié raison.

♠ Caractère :

"Quoi, mon ex ? Han si tu savais ma chérie, il était pas méchant mais je me voyais pas faire ma vie avec lui. Tu vois ce genre de mec qui repousse toujours tout, les procrastinateurs de l'extrême ? C'était lui, à partir du moment où il devait faire quelque chose, il calculait toujours l'énergie qu'il utiliserait à le faire par rapport à ce que ça lui apporterait dans l'immédiat. Tu sais ce qu'il m'a dit un jour ? Que la vaisselle ne valait pas le coup d'être faite tout de suite, que son soi du futur s'en occuperait certainement mieux grâce à la sagesse accumulée avec le temps. Du pur foutage de gueule.

Après il était gentil malgré tout, un peu fragile par moment d'ailleurs. Dès qu'il voyait un chat, un bébé ou quoi que ce soit d'à peu près mignon il prenait une voix nasillarde et se sentait obligé de parler comme une gamine. D'ailleurs, voir des films d'horreur avec lui c'était un calvaire, il faisait le mec viril au début puis au moindre jumpscare il hurlait avec la voix la plus féminine que j'ai jamais entendu. Et les jeux ... Parfois il jouait pendant que je dormais, le nombre de fois où il m'a réveillé en criant, c'était insupportable. Mais attend, il jouait pas à des jeux d'horreur ! Après c'était mignon j'avoue, le gars qui frise les deux mètres et qui s'attendrit devant des chatons et hurle à la moindre apparition un peu flippante, ça reste appréciable.

Par contre ça passait pas sur un point, autant il était pas si mauvais au pieu, même si il se sentait comme un alpha et pouvait pas s'empêcher de faire le mec fort, à la fin il pleurait une fois sur deux. C'était vraiment un tue l'amour à l'extrême. Parfois il me manque un peu mais bon, on pouvait pas rester ensemble, depuis qu'il est au chômage il passe son temps sur son pc à discuter sur Skype et à jouer, il était à moitié dépressif et franchement j'avais pas l'impression que me voir le faisait aller mieux donc bon ... Bon allez on prend l'addition et on y va ?"

"Duccio ? Ouais c'est mon pote depuis quelques temps, on s'est jamais vus mais on passe mal de temps en appel sur Skype ou à jouer. C'est assez bizarre, en début d'année il était pas mal déprimé, sortait plus, depuis qu'il s'est fait virer et que dans la foulée sa copine l'a lâché c'était dur pour lui. Je crois même qu'il s'est mis à boire seul chez lui, sachant que son coloc touche pas à ça, des situations gênantes et un peu humiliantes ont dû se passer. Mais depuis quelques mois j'ai l'impression qu'il a changé, il m'a dit qu'il avait trouvé un nouveau jeu dont il pouvait pas me parler et que c'était génial. Il se couche beaucoup plus tôt, avant on pouvait jouer jusqu'à 3h du matin mais maintenant il se déconnecte à 21h maximum. Il m'a dit que sa faction avait besoin de lui pour gérer une guerre ou je sais pas quoi et qu'il devait s'entraîner pour la gagner et venger un pote. C'est étrange, il a jamais été fan de MMO donc bon.

Sinon à part ça il est plutôt sympa, vachement radin -le gars connaît quand même le prix de tout ce qu'il achète par cœur- mais si t'as besoin d'aide et que c'est pas trop compliqué il sera là. Il est vachement complexé par son vrai nom aussi, tu me diras s'appeler "Leopon" c'est vrai que c'est chaud, du coup il se présente souvent juste comme Drasur, même à de vraies personnes, c'est un peu chelou de donner son pseudo de jeu dans la vie de tous les jours mais comme dit je peux comprendre. Il veut devenir animateur radio d'ailleurs, ça lui irait pas mal il a de la discussion et peut être assez drôle, enfin faudrait encore qu'il se bouge pour ça.

Par contre ce que je peux te dire c'est qu'il passe sa vie à jouer, il doit être plus habitué à être par son pseudo du coup. Alors autant c'est un gros fainéant, autant il est super compétitif quand ça concerne un jeu qui lui plaît. Quitte à y passer des heures, il lui faut tous les succès, si il y a un classement il faut qu'il aille le plus haut possible. Il m'a d'ailleurs dit que c'est ce qu'il comptait faire sur son jeu secret où il passe ses nuits, qu'il arrêterait pas avant d'avoir tout découvert et être le premier mondial. Ça me fait pas mal chier qu'il veuille pas m'en parler de ce jeu, il est tout enjoué quand il en parle, ça doit être vraiment pas mal ..."


♠ Histoire :


27 octobre 2016 | 19h28


"Tu vois ce pied de biche à ta droite ? Ouais, c'est ça que je vais utiliser. C'était facile avant hein, quand vous étiez plusieurs et moi seul. Ouais ça avait l'air fun, bon allez on va te faire gerber du sang."."


Un faible rayon de soleil traversait une fenêtre à moitié brisée, éclairant à peine une pièce aux murs en béton. Un filet de fumée et une légère lumière incandescente apparaissant à un rythme régulier, révélant un homme aux cheveux noirs adossé contre un établi, au fond de la pièce, les yeux rivés droit devant lui tout en tirant sur sa cigarette. En face de lui, un autre homme à l'air patibulaire fixait le sol, d'imposantes gouttes coulant de son visage alimentant une tâche rouge vive sur le sol. Ses bras étaient croisés dans son dos, collés à la chaise en bois chancelante lui servant de siège. L'homme portait un costume trois pièce relativement élégant, à l'exception près de toutes les déchirures et autres traces de lutte le recouvrant. L'homme à la cigarette se leva et s'approcha de l'homme au costard et lui chuchota :


"Quand tout ça sera terminé, je veux que tout le monde le sache, si vous faites chier Drasur, vous perdez vos rotules."


Notre héros approcha ainsi lentement sa main droite, tenant la moitié restante de son tube incandescent, de l’œil de l'homme lui faisant face. Le mouvement lent de Drasur donnait l'impression à sa victime que le temps passait au ralenti, que ce moment ne s'arrêterait jamais. Il avait beau tenter d'hurler, ses cris étaient camouflés par la bande de scotch collée à ses lèvres. Le dernier hurlement de douleur était cependant clairement audible, outrepassant le vulgaire plastique qui l'empêchait de s'exprimer, poussé par la douleur d'un homme qui venait de perdre un oeil d'une des pires manière qui soit. Les cris et débattements vains de l'homme furent alors remplacé par un râle rauque, le corps semblant sans vie se laissant tomber vers l'avant seulement retenu par les liens le gardant sur la chaise. Notre héros attrapa alors le pied de biche mentionné auparavant, le leva aussi haut qu'il le pouvait et le percuta contre le genou gauche du, désormais, borgne. Les coups ne s'arrêtaient plus, portés avec haine et acharnement, ne touchant pas toujours le genou ciblé mais faisant tout de même des dégâts considérables qui peu à peu  tirèrent l'homme assis de son évanouissement. Après plusieurs minutes d'acharnement, changeant de genou de temps en temps, Drasur était à bout de force et asséna un dernier coup à son adversaire, cette fois porté au visage, plongeant l'homme dans un long sommeil dont il ne se réveillerait peut être pas. Un silence pesant s'était désormais imposé en maître en ces lieux, seulement brisé par l'outil lâché sur le sol par le tortionnaire.


____________

27 octobre 2016 | 14h36

Le centre ville de cette modeste ville était assez animé, comparé à sa superficie relativement restreinte. Une grande partie des badauds se trouvait dans un parc, une fontaine en marbre trônant au centre, observant un jongleur de rue. Les mouvements de ce dernier semblaient automatiques, se jouant en une boucle infinie. C'était également le cas des passants, certains faisaient des allers retours sans vraiment sembler avoir de but. Drasur, affalé sur l'un des bancs, sirotait une boisson fraîche en observant autour de lui l'air distrait. A ce moment précis, il se demandait quoi faire, l'ennui commençait à se faire sentir, ce qui frustrait d'autant plus notre héros qui avait déboursé une bonne partie de son allocation chômage pour venir ici. Il cherchait une quête, une mission, voir juste quelqu'un avec qui faire quoi que ce soit. Poussé par son ennui, il décida enfin à se lever pour faire un tour et trouver quelque chose à faire, en profitant pour s'allumer une tige pour la route. Son sac à dos étant plein, il se contenta de jeter son gobelet à moitié plein au sol, cela ne dérangerait personne sachant qu'il disparaîtrait d'ici quelques minutes.

Après quelques minutes de marche notre héros trouva enfin une activité qui semblait digne d’intérêt. Un bâtiment imposant et illuminé à outrance par beaucoup trop de néons qui semblait être un casino. Il traversa la porte automatique et, après quelques secondes de noir, apparut enfin à l'intérieur. Déambulant dans les allées de l'établissement sans grand intérêt, il fut attiré par son pêché mignon : une table de Blackjack. Il prit place aux côtés d'un vieil homme d'origine clairement asiatique, son ventre proéminent et la bimbo sur ses genoux riant aux éclats toutes les quatre secondes en faisait le parfait cliché du consommateur classique de jeu de hasards, notre héros l'interpella :

"- Ça vous dérange pas si je me joins à votre partie hein ?

- Vous devriez vous méfier de La Famiglia, ils surveillent cet endroit avec attention !

- ... D'accord chelou, mais merci pour l'info.

- Vous devriez vous méfier de La Famiglia, ils surveillent cet endroit avec attention !

- Bon bah on va jouer alors, mettez moi pour 20 000 de jetons.

- Vous devriez vous méfier de La Famiglia ..."


Visiblement agacé par son camarade de jeu répétant le même discours, de plus avec un accent à couper au couteau à la limite du raciste, Drasur se concentrait sur le jeu. Il observa ses cartes, une Reine et un Valet, le croupier avait un 8, il doubla alors sa mise, passant à 12 000 sur la table. Le croupier tira une autre carte, un roi, puis un 10. Les yeux de notre héros brillaient, il venait de se faire 24 000 dollars en quelques secondes. C'est ainsi que la partie continua sous les cris de joie réguliers de Drasur et des rires forcés de la bimbo clairement attirée par la masse de jeton de l'homme pouvant être son père. La pile du jeune homme augmentait également tout doucement, l'ennui avait enfin été vaincu et de manière plutôt rentable d'ailleurs. La partie fut cependant stoppée rapidement, un homme en costard et aux lunettes noires demandant à Drasur de le suivre. Pas vraiment rassuré, il le suivit jusqu'à une arrière salle de l'établissement puis il lui fut demandé de fournir une pièce d'identité, après l'avoir balayée du regard un court instant l'homme la glissa dans sa poche. Puis, plusieurs hommes à l'accoutrement semblable à l'homme aux lunettes débarquèrent et, sans crier gare, se jetèrent sur notre héros. Il tenta bien de se défendre, il réussit à décocher un direct du gauche à l'un d'eux mais ça ne servait à rien, il fut rapidement immobilisé et passé à tabac, à grands coups de matraques. La raison de cette violence était assez floue, mais la seule idée ayant pu passer dans l'esprit de notre héros, entre deux coups de matraques dans la tempe, était qu'il avait du trop gagner, saleté de chance ... Avant de tourner de l’œil il pu apercevoir un nouvel homme pénétrer dans la salle, un masque d'ancien Président sur le visage, rappelant des souvenirs douloureux à notre héros.   


____________

20 février 2001 | 18h02

"Allez c'est bon, tu te prends un doliprane et on y va, dépêche toi Duccio on va rater la parade !"

C'est à contre cœur que le jeune Drasur avala la pilule blanche lui donnant l'impression de remplir son gosier jusqu'à l'étouffement. Traînant les pieds et portant un déguisement de pirate assez pathétique par son aspect bon marché, l'enfant attrapa la main de sa mère et sorti du modeste appartement. L'ambiance dans les rues bondées était à la fête, comme chaque année le carnaval de Venise, événement connu mondialement, faisait honneur à son nom. La famille Leopon était revenue sur ses terres d'origine précisément pour cet événement, dont les enfants n'avaient qu'entendu sous forme d'histoires et anecdotes plus fantasques les unes que les autres. Il était enfin temps qu'ils découvrent leur héritage culturel leurs parents nés et élevés dans ces rues. Drasur n'était pas très à l'aise dans ce genre d'environnement, peinant à avancer, tiré par la main de sa mère, seul roc auquel il pouvait s'accrocher pour survivre à cette cohue. Une certaine tension s'était d'ailleurs installé en lui avant qu'ils quittent leur demeure de vacances, sa mère portait un masque intégral blanc aux reflets rosés, typique de ce genre de carnaval. Cela mettait le jeune garçon mal à l'aise, ne pas voir le visage familier de sa maman était loin d'être rassurant, mais sentir sa main contre la sienne l'apaisait malgré tout.

Puis, ce qu'il pouvait arriver de pire arriva. Un des passants sûrement saoul jusqu'à la moelle percuta l'enfant, le faisant lâcher la main de sa mère qui s'éloigna sans le vouloir, comme avalée par la foule. La panique montait de plus en plus dans l'esprit du jeune homme, un char brisait l’agglutinement de fêtards devant lui, l'éloignant encore plus de sa mère. Tentant de se débattre comme il le pouvait avec son petit corps, il manquait de chuter à chaque pas, s'accrochant aux manches des personnes autour de lui en hurlant "MAMAN" aussi fort qu'il le pouvait. Malheureusement pour lui, tout le monde portait des masques, il avait l'impression d'être en enfer. Certains fêtards moins enivrés que les autres tentaient de parler au jeune garçon, mais leur langue lui était complètement inconnue à l'exception de quelques mots relativement inutiles dans cette situation -comme savoir dire à la perfection et sans accent de "fermer la fenêtre" par exemple- ne faisait qu'empirer la panique dans laquelle il sombrait. Après ce qui lui semblait être des heures, entouré par ce qu'il voyait comme des monstres, pleurant à chaudes larmes, le jeune homme fut enfin pris en charge par un agent de police un minimum responsable qui l'amena avec lui au poste le plus proche. Essayant de le calmer comme ils le pouvaient une fois sur place, le peu d'agents présents baragouinaient maladroitement les rares mots qu'ils connaissaient en français. Après plusieurs heures d'angoisse, empirées par le passage de plusieurs carnavaliers complètement saouls et hurlants qui bien entendu, portaient toujours des masques, et menés en cellule de dégrisement, Drasur fut enfin récupéré.

Depuis ce jour dont il se souvient parfaitement, le jeune homme fut complètement traumatisé et nourrissait une peur panique envers toute personne portant un masque. Le simple fait de ne pas voir le visage de quelqu'un l'angoissait déjà énormément, ne serait ce qu'une personne se couvrant la moitié du visage avec une écharpe en hiver. La maskaphobie peut sembler relativement simple à vivre, mais même si l'on y est pas confronté tous les jours, cela peut être pas mal handicapant. Du clown sortant par surprise d'un gâteau géant au goûter d'anniversaire de son meilleur ami et le faisant perdre connaissance alors que tous les autres bambins étaient aux anges, en passant par les jeux et autres films de braquage où les masques étaient au centre de l'intrigue, sans compter la récurrence des gens chantant en cœur qu'ils étaient à un bal masque en soirée cela pouvait être compliqué. Le dernier pc de notre héros fut d'ailleurs une des victimes de cette phobie, lorsqu'un ami lui partagea la vidéo d'un "critique de rap sur YouTube vachement marrant" qui déclencha un coup de pied nerveux et meurtrier vers l'unité centrale, qui avait au moins le mérite d'enlever ce fameux masqué de son écran.

____________

27 octobre 2016 | 17h54

Notre héros ouvrit les yeux quelques secondes après avoir perdu connaissance et se trouvait sur le parvis de l’hôpital de la ville. Après une rapide vérification, ses poches étaient bien entendu vides. C'est à ce moment précis que la colère montait peu à peu dans son esprit, le mot "Vendetta" l'obsédant tout à coup. Il en était sûr, ceux là étaient des vrais gens et il devait leur montrer ce qu'il en coûtait de s'en prendre à lui. S'avançant d'un pas déterminé vers le parking, il remarqua une belle voiture de sport noire qui lui faisait de l’œil. Après quelques secondes de bidouillage -saleté de quick time event- il réussit à en ouvrir la porte et démarra l'engin, son rugissement sauvage envahissant le parking. Ne possédant pas le permis de conduite, le jeune homme se débrouillait tout de même pas mal et après quelques minutes se gara à une rue adjacente du casino, se positionnant à un angle parfait lui donnant une bonne vision sur l'arrière de l'établissement et l'entrée des livraisons. Il patienta calmement, fermement décidé à prendre sa revanche. Après quelques minutes, il reconnut deux des hommes ayant participé à son lynchage. Ils pénétrèrent dans un 4x4 noir et s'éloignaient, armé de sa plus grande discrétion, Drasur les pris en filature, phares éteints.

Les hommes s'éloignaient du centre ville et se rapprochaient de la banlieue qui semblait loin d'être accueillante. Les deux cibles stoppèrent enfin leur véhicule à une station service déserte au bord de la route. L'un d'eux s'adossa à la voiture à côté d'une des pompes, attendant que le plein soit fait, pendant que l'autre s'éloignait vers le parking de la station. C'était l'occasion parfaite et notre héros le savait, il alluma ainsi ses phares et appuya sur le champignon, prenant de la vitesse assez rapidement afin, une fois arrivé au niveau du parking, de percuter un de ses bourreaux. Le choc fut violent et envoya valser l'homme sur le pare brise, qui se fissura, avant de percuter le bitume avec violence. Son corps sans vie gisait là, avant de disparaître. après quelques secondes. Le collègue du macchabée étant désormais alerté, la voiture de sport partait de plus belle, cette fois en marche arrière, et percuta l'homme qui eut la mauvaise idée de faire le tour de sa voiture par l'arrière pour rejoindre le siège conducteur. Le choc était beaucoup moins puissant que le précédent et la cible ne devait être qu'assommée. Drasur descendit alors rapidement de la voiture et asséna des bons vieux coups de pieds sur le visage de sa cible, avant de le jeter dans le coffre. En bon ravisseur qu'il était, le jeune homme prit alors la direction de la banlieue proche et traîna sa victime vers une cave dont le verrou était brisé. Avec énormément de chance, il trouva dans cette cave un établi, une boîte à outils de taille non négligeable et une chaise, c'était parfait pour ce qu'il prévoyait de faire. Il s'occupa d'attacher grâce à une corde qui traînait par là sa victime visiblement affaiblie à la chaise et s'adossa à l'établi avant de s'allumer une cigarette, savourant sa victoire.


____________

27 octobre 2016 | 19h58

Ayant terminé son office, notre héros se dirigea vers la sortie de la cave, un sentiment de badassitude infini en lui. La surprise qui l'attendait n'était pas prévu cependant. Une bonne quinzaine d'hommes entouraient son véhicule, le même accoutrement que les hommes de main d'auparavant. Le plan du jeune homme qui lui semblait pourtant parfait, ne semblait pas avoir fonctionné comme prévu. Il n'avait aucune idée de comment ces hommes l'avaient retrouvés puis eu sa réponse en quelques secondes, voyant l'homme qu'il avait percuté à mort à la station service indemne au milieu du groupe. Tous se mirent à parler en même temps, certaines voix ressemblant à celles d'adolescents pré-pubères, c'était incompréhensible, chaque voix en couvrant une autre et la plupart des micros saturaient violemment, mais le discours était généralement négatif et plusieurs insultes se démarquaient. Se préparant à mener son dernier combat, la hargne du jeune homme fut vite calmée par la vision d'un chiffre : "762". Le monde tournait alors au ralenti autour de lui, ses adversaires ayant l'air de se téléporter vers lui. Dans cet état, il ne pouvait se défendre et voyait, impuissant, sa santé baisser rapidement. Alors qu'il était à l'article de la mort, les sbires cessèrent de le frapper et s’écartèrent, laissant l'homme au masque d'auparavant surplomber notre héros au sol, couvert de sang. Il jeta la carte d'identité volée plus tôt au visage de sa victime, dégaina un neuf millimètre, le colla sur le front de sa victime et ...

Connection with server lost, ping too high

Le jeune homme poussa sur le sol et éloigna sa chaise du bureau en face de lui, l'inscription en gras sur son écran. Il cria alors en direction de la porte de sa chambre.

" ENCORE EN TRAIN DE TELECHARGER DU PORNO ? TU BOUFFES TOUTE LA CONNEXION BORDEL, T'AS DE LA CHANCE QUE CA M'A SAUVE LE CUL ! "

Même si il semblait se plaindre, Drasur restait rassuré au fond, son personnage pour lequel il avait farmé des heures n'était pas mort définitivement et ça restait une bonne nouvelle. Cela faisait des mois qu'il attendait la sortie de ce jeu, l'ayant pré commandé depuis une éternité, la simulation la plus réaliste du marché de vie avec un penchant pour les activités plus ou moins licites dans une ville peuplée de joueurs aux métiers divers jouant avec le meilleur rôle play possible armés de leurs micros et de PNJ plus ou moins utiles et où la mort du personnage était définitive, c'est tout ce qu'il avait toujours voulu dans un jeu en ligne. Ayant fixé son écran plusieurs heures d'affilé, il se dirigea vers la cuisine, pris une gorgée de lait qui au vu de son goût était périmé, maudit son coloc qui avait comme d'habitude laissé un fond traîner dans le frigo et fut interrompu dans ses insultes mentales par la vibration de son téléphone.  


Bon tu seras là pour 21h du coup ? Me fait pas un sale coup comme la dernière fois ! Biz

 
Ouais ouais tkt, j'ai pris une bouteille exprès, je serais peut être là pour 22h cela dit, flemme de prendre le tram je viens à pieds


Tant que tu te ramènes cette fois, ça me va. A toute sois pas trop en retard !!!!!


____________

27 octobre 2016 | 23h16

Légèrement en retard, notre héros ayant enfilé sa chemise la moins honteuse mais ayant tout de même gardé ses baskets possédées depuis plus d'une dizaine d'année, frappa à la porte. Le quotidien de Drasur ressemblait à ça, il avait mené la vie basique de n'importe quel enfant élevé dans une famille de classe moyenne, s'intéressant très tôt à tout ce qui concernait la culture populaire à laquelle il s'identifiait. Il avait échangé des cartes Pokemon à la récrée, était fan de Star Wars, buvait à outrance en soirée ... Il était donc le cliché du jeune homme d'une vingtaine d'année, mis à part son traumatisme rien de spécial ne s'est jamais passé. C'est à ça que ressemblait sa vie aujourd'hui, il se réveille difficilement, prend un verre de céréales à moitié réveillé et passe la journée sur le canapé à végéter avec son coloc ou à jouer dans sa chambre.

Déjà dans le couloir, la musique résonnait et annonçait une bonne soirée au jeune homme qui avait déjà hâte de complètement détruire sa bouteille de rosé bon marché. Lorsque la porte s'ouvra, un homme entièrement déguisée en lapin pris le jeune homme dans ses bras, collant son imposant masque sur son visage, ne lui rappelant pas les meilleurs souvenirs qu'il avait crée dans le royaume onirique. A la limite de la syncope, une seule phrase s'échappa de sa bouche :

"Bordel de merde ...."

♠ Dreamland :

Pour une fois, ce cauchemar n'était pas si mal. C'était incroyablement douloureux et super angoissant, mais au moins la poitrine de sa tortionnaire couverte d'une combinaison intégrale, et disons le extrêmement moulante, l'aidait à détourner les yeux de son "visage". La sadique semblait avoir des traits fins et semblait assez jolie, c'était du moins le fantasme qu'avait notre héros en tête, sachant que le visage de la femme était couvert d'un masque de cuir, une ouverture éclair le traversant verticalement. Drasur avait l'habitude ce genre de cauchemars, en temps normal il se faisait courser par des clowns, parfois des gamins aux masques dégueulasses en papier mâché l'attaquaient à grands coups de crayon dans la gorge, cela dépendait. Mais ce qui était sûr c'est qu'il tombait constamment dans le piège, ne réussissant pas à comprendre qu'à chaque fois que quelqu'un de masqué apparaissait pour le tabasser d'une quelconque manière, c'était un rêve. C'était donc la première fois qu'il pouvait au moins se rincer l’œil pendant une nuit de terreur, même si sa position était loin d'être confortable. En effet, le rêveur était littéralement cloué à une grande croix de bois, de longs clous de cercueil lui traversant les poignets, suspendu dans le vide à 10 mètres du sol -oui c'était une grande croix-, la femme flottant sur une sorte de nuage face à lui. Le symbolisme religieux à la limite du messianique assez clairement représenté n'intéressait cependant pas le rêveur, occupé à encaisser les coups d'une cravache géante tout en focalisant son attention sur le corps de sa tortionnaire et non son masque.

Après ce qui semblait une éternité de passage à tabac, qui en réalité n'a pas duré plus d'une vingtaine de minutes, la tourmenteuse stoppa et lâcha sa cravache, visiblement épuisée. Elle tourna alors le dos à sa victime et se pencha vers un énorme sac en cuir, cherchant un nouvel instrument de torture à l'intérieur quelques minutes durant. Drasur n'en pouvait plus, il était à sa limite et ne pouvait en supporter d'avantage, il fallait qu'il agisse, c'était trop pour un seul homme. Je parle évidemment de l'excitation palpable qui l'habitait depuis quelques minutes, poussée à son paroxysme par la chute de rein de la magnifique créature lui faisant face. Il le fallait, il devait tenter un truc, même si il était loin d'être un tant soit peu attirant affublé d'un slip kangourou des plus absurdes, sans compter les nombreuses traces de torture sur son corps dénudé  ainsi que les énormes clous dans les poignets. Mais il avait foi en lui même, il allait la draguer et peut être même la charmer. C'est alors qu'en puisant toute la force qu'il pouvait du postérieur remuant à quelques centimètres de lui, il poussa comme un forcené sur ses mains clouées, n'arrêtant jamais de fixer le boule qui lui donnait tout cette force. Après quelques secondes, outrepassant la douleur atroce par une simple pensée répétée en boucle dans son esprit "JE VEUX ME LA FAIRE JE VEUX ME LA FAIRE JE VE-", Drasur réussit enfin à s'extirper de sa captivité et constata avec effroi la terrible faille dans son plan : les 10 mètres le séparant du sol. Ah.

Après être passé à deux doigts de se briser la nuque, le rêveur se leva péniblement du sol. La chute avait été rude mais il n'avait pas l'impression de souffrir tant que ça, la douleur semblait vague et lointaine. Il fallait maintenant qu'il se demande ce qu'il allait faire. Son plan initial lui semblait légèrement extrême maintenant qu'il y pensais, à la limite de l'harcèlement sexuel. Le fait qu'il se faisait frapper en continu par une maîtresse sadique le faisait déculpabiliser un minimum, ce n'est pas lui qui avait décidé de partir sur quelque chose d'aussi sexuel. Malgré tout, maintenant qu'il était libre de ses mouvements, il jeta un œil autour de lui et aperçut, au loin, le corps de la femme qui l'avait assez motivé pour qu'il se libère de sa captivité. Ne réfléchissant pas plus d'une seconde, il se rua vers elle. Le monde autour de lui était à la limite de l'abstrait, sa muse avait l'air de courir et de s'éloigner peu à peu dans une sorte de brume, empêchant notre héros de l'apercevoir clairement mais le laissant tout de même entrevoir sa silhouette. Ses intentions étaient moins belliqueuses qu'il ne semblaient, voir un homme en caleçon courir après une femme n'est jamais bon signe, mais tout ce qu'il voulait désormais était lui demander son numéro, peut être l'inviter à boire un coup, pour faire connaissance et éventuellement savoir pourquoi elle s'acharnait tant à lui faire du mal plus tôt.

Les minutes passaient, les forces du rêveur commençaient à disparaître, c'est à ce moment précis qu'un sentiment de regret l'envahit, en se souvenant de tous ces cours de sport qu'il avait raté pour dormir dans la réserve de tatami. La chance semblait pourtant de son côté, à mesure que sa vitesse diminuait, celle de la jeune femme également, jusqu'à ce qu'elle s'arrête. Galvanisé par cette chance que le destin lui avait offert, Drasur entama un dernier sprint avec toutes ses forces restantes. Il fut toutefois stoppé net dans son élan, en effet des ombres surgirent soudainement de la brume environnante, l'encerclant et s'avançant lentement vers lui. Peu à peu, les ombres révélèrent des silhouettes vêtues de longues robes noires, chacune portant un masque différent. Des masques de médecin de peste, des masques vénitiens, des masques de hockey, de cheval, toutes les plus grandes frayeurs du rêveur. Au fur et à mesure de l'avancée inexorable de ses ennemis, la terreur grandissant dans l'esprit du jeune homme empêchait tout mouvement, il était intégralement paralysé par la peur. Puis, alors que les silhouettes masquées s'approchaient dangereusement de lui, les bras tendues de manière alarmante, il aperçut l'incarnation de tous ses fantasmes au loin. Le conflit de sentiments contraire en lui le mena à, pour la première fois de sa vie, réagir face à sa phobie : il leva son bras, ferma son poing et pour la première fois depuis le carnaval de Venise il y a 15 ans, fixa droit dans les yeux le masqué en face de lui. Il lança alors son poing avec toute la rage qu'il avait accumulé toutes ces années, la libérant en hurlant de toutes ses forces et percuta dans un bruit sourd le masque de médecin de peste qui se brisa en des centaines de fragments.

"CASSEZ VOUS PUTAIN !"

La silhouette s'étant pris le coup disparut en quelques secondes dans un épais nuage de fumée d'un noir de jais, accompagnée par ses congénères dont le masque se brisa également, suivis par leur corps s'évaporant de la même manière que la première victime. Sous le choc de ce qui venait de se dérouler sous les yeux, Drasur ressentit tout de même une fierté inégalable, celle de s'être enfin levé et opposé à sa phobie, cette fois il n'a pas fui, il n'était pas tombé dans les pommes, il s'était battu. La femme ayant permis tout ça s'approcha alors de lui et s'apprêtait à enfin révéler son visage, tirant doucement sur la languette de l'ouverture éclair de son masque de cuir, l'excitation du jeune homme était palpable, effaçant toutes les questions sur ce qu'il venait de se passer de son esprit. Rien ne pouvait cependant le préparer à ce qu'il s'apprêtait à voir, le masque enlevé révéla le visage d'un homme aux proportions fantasques, une longue moustache se terminant en tourbillons, un nez pointu à la limite du ridicule, des cheveux en bataille mi-longs et surtout des yeux noirs au dessus d'un sourire immense affichant  beaucoup plus de dents qu'une personne normale. Choqué et visiblement déçu, le nouveau voyageur balbutia à son interlocuteur au corps de femme parfaite magnifiquement moulé dans du cuir et au visage à la limite du disgracieux :

" Mais ... Mais ... BORDEL MAIS QUOI ?!

- Il était temps ! Bienvenue dans mon royaume voyageur ! Cela fait quelques temps que j'essaye de t'aider à faire la transition, il a fallu que je fasse appel à tes plus bas instincts pour qu'enfin tu combattes ta peur, suis moi et laisse moi t'expliquer."

L'homme aida alors le jeune homme à se relever et posant sa main sur son épaule, le mena avec lui. La brume entourant la scène depuis le début disparut peu à peu et révéla les environs. Un paysage des plus bucoliques entourait les environs depuis le début, une grande forêt aux apparences féeriques se trouvait derrière les deux protagonistes, devant eux un petit village faisait face à un masque de théâtre géant à l'apparence joyeuse. Un long escalier de marbre blanc montait jusqu'à la bouche de l'imposant masque. L'homme à la moustache fit alors apparaître un masque dans sa main droite et l'enfila, changeant entièrement son apparence, son visage prit l'apparence d'un roi à la barbe brune touffue, une couronne d'or apparut sur sa tête et son accoutrement passa d'une tenue en simili cuir à des habits d'aristocrate du 16 ème siècle, plaçant également une longue cape aux parures dorées sur son dos. Le corps du désormais roi changea également du tout, ses proportions semblaient plus masculine désormais.

"Ici, c'est le royaume des masques et j'en suis le seigneur. Nous sommes un royaume assez petit et généralement pacifique, cependant une guerre ne va pas tarder à se déclarer et nous avions cruellement besoin de quelqu'un comme toi, tu sais nous ...

- MAIS ON EST OU PUTAIN

- Il est vrai que dois être plutôt secoué, tu es à Dreamland, le monde onirique. Je t'expliquerais tous les détails plus tard mais pour l'instant je te serais gré de ne pas couper ton seigneur. Je disais donc, deux voyageurs ont déjà été accueillis ici mais ils étaient trop impétueux et ne m'ont pas laissé les former, ils se sont lancés à l'assaut de l'aventure et n'ont pas survécus plus de quelques nuits. Les phobiques comme vous sont assez rares ici, peu de gens sont éligibles pour rejoindre nos rangs, la plupart sont des enfants et ...

- Ah j'ai compris, vous m'avez kidnappé, vous allez tourner un snuff movie et vous allez me tuer c'est ça ?

- C'est la deuxième fois que tu me coupes haha. J'ai sué sang et eau pour te faire venir ici alors je te demanderais avec tout le respect que j'ai pour toi de gentiment la fermer maintenant. Je disais DONC, tu vas représenter le royaume désormais et tu nous seras d'une grande aide dans la guerre qui arrive bientôt, les ennemis ont deux voyageurs dans leurs rangs et tu ne seras clairement pas de trop. Ces sagouins veulent annexer ces terres aux leurs et il faut empêcher ça à tout prix. Mais d'abord, ton cadeau de bienvenue, met donc ça."

Le seigneur fit alors apparaître un masque d'Oni rouge avant de le tendre au voyageur. Au maximum de la confusion, le jeune homme enfila le masque qui se colla à son visage, il était désormais comme une deuxième peau et ne semblait pas pouvoir être retiré. Un katana assez simple apparut dans son fourreau, accroché par une corde noire à son caleçon. Il ne pouvait décrire son sentiment mais il se sentait tout à coup plus fort, des techniques de combat lui apparaissaient de manière désordonné, il avait l'impression qu'il était capable de trancher une armée entière. Dégainant le katana de son fourreau il avait le sentiment de pouvoir maîtriser l'arme à la perfection, il effectua quelques passes dans le vide devant lui afin de vérifier qu'il était en effet possesseur d'un nouveau savoir et cela semblait naturel pour lui, il n'aurait jamais pu faire ça il y a quelques secondes. Après quelques minutes, le seigneur retira le masque avec une facilité déconcertante alors que le jeune homme avait clairement oublié qu'il portait quoi que ce soit. Ce dernier disparut alors accompagné par le sabre, le seigneur tout en continuant de s'avancer vers le château expliqua les bases du pouvoir nouvellement acquis à notre héros dans une tirade qui semblait interminable. Le voyageur était donc devenu capable d'invoquer des masques lui donnant des pouvoirs divers, toujours en rapport avec le motif et la nature du masque avec qui il devait se lier pour pouvoir l'invoquer et le porter à sa guise. En grand fan de jeu vidéo qu'il était, il comprit rapidement le concept de ce pouvoir et cela lui plaisait pas mal. Cependant, le savoir qu'il pensait acquis en ayant enfilé le masque avait disparu, il se sentait à nouveau comme une personne lambda ce qui multiplia la confusion du voyageur.

Les deux hommes s'approchèrent enfin de la bouche du masque géant et l'une des dents d'une bonne dizaine de mètres s'ouvrit devant eux à la manière d'une énorme porte. L'intérieur ressemblait à un château dont les murs et sols étaient quasiment intégralement en bois. Des centaines de masques, de taille normale cette fois, étaient accrochés sur tous les murs. Le seigneur claqua alors des doigts et l'un des masques sur le mur de ce qui ressemblait à la grande salle se mit à vibrer, avant qu'une forme humaine ne s'extirpe du mur en bois, laissant un trou de sa taille dans la bâtisse. Le pantin de bois mena le jeune homme à une table de banquet aux côtés de son seigneur. Après quelques secondes le seigneur fit apparaître un nouveau masque ressemblant à un démon et l'enfila, des flammes sortirent alors de ses yeux et ses cheveux se transformèrent en un feu de joie miniature.

"Et là je suis un des anciens seigneurs du feu haha ! Bon tu trouverais ça plus marrant si tu savais qui c'était, il paraît qu'il mangeait des gens il était taré. Bon, il nous reste pas mal de temps, je vais t'expliquer les bases de ce monde, écoute bien parce que c'est important !"

Les yeux pétillants tels ceux d'un enfant le matin de Noël, Drasur tenta d'assimiler toutes les informations qui lui étaient balancés. Pour une fois, il ne regrettait pas une seule seconde d'avoir choisi de faire une grasse matinée en débranchant son réveil et ce cauchemar ne s'était pas terminé en une flaque d'urine inondant les draps, c'était une victoire.


J'aime -
1. Damien Chevalier
2. Scarlett Johansson
3. Francis Cabrel
4. Le bourbon
5. La Funk
Je n'aime pas -
1. Damien Chevalier
2. Les ragequit
3. Les DLC
4. Toute forme de ménage
5. Tout ce qui coûte plus cher qu'un euro symbolique


- Phobie : Maskaphobie : la peur irraisonnée de voir quelqu'un porter un masque

- Pouvoir : Drasur est capable d'invoquer des masques lui conférant des capacités diverses en rapport avec le motif du masque

- Objet magique : Le cigare infini : un cigare qui ne se termine jamais et change de goût selon la volonté de l'utilisateur.

• Le personnage sur ton avatar : Jolly d'Arcana Famiglia
• Rang spécial désiré : L'homme aux 1 000 visages
• Relation prédéfinie : Mon coloc, Damien Chevalier
• Code du règlement :

Derrière l'écran...
-----------------------------------


• Prénom ou pseudo: Sam
• age: 22 piges my man
• comment as-tu connu le forum ? J'y étais il y a deux ans et ai voulu renouveler l'expérience !
• Connais-tu Dreamland ? S'être fait l'intégrale à chaque sortie de tome depuis le neuvième ça compte ?
• Depuis quand fais-tu du rp ? Quelques année à l'époque, puis une pause, puis une petite année, puis une pause puis maintenant
• Pourquoi as tu choisi ce forum? Parce que vous m'avez manqués ♥
• Des critiques sur le forum ? Pas pour le moment
• Une remarque ? Il y a un Dreammag que j'ai pas trouvé ? Si c'est pas le cas ce serait cool, si ça l'est j'excuse mon imbécillité


Dernière édition par Drasur le Jeu 26 Jan - 20:05, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drasur
L'homme aux 1 000 visages
 L'homme aux 1 000 visages
avatar

Surnom : La tornade blanche
Team : Iniquis
Pouvoir : Invocateur de masques
Points de Puissance : 16 500 points
Points de Réputation : 10 000 points
Points du Membre : 92 points
Messages : 123

MessageSujet: Re: Drasur le voyageur aux masques | Terminée   Sam 21 Jan - 22:06

♠ Les chroniques d'un Baby :

" Mec, il y a un monde dans les rêves et SPAM PAS LES HADOUKEN PUTAIN ! Ouais et t'as des pouvoirs et tout, c'est cool.

- Hm ok. T'as racheté du fanta ?"

C'était la troisième fois depuis ses débuts à Dreamland que Drasur tentait d'en parler à son coloc qui, de toutes évidences, n'en avait rien à secouer. Le voyageur ne pouvait le blâmer cependant, il était certain que sa réaction aurait été similaire, de l'indifférence mêlé à un soupçon de mépris, se disant simplement que l'autre avait encore accepté des pilules magiques dans des toilettes publiques. Réfléchissant à la manière de faire passer son ami de rêveur à voyageur, l'invocateur se prit une bonne raclée sur Street Fighter et décida d'aller se coucher, même si il n'était que 20h. Il avait en effet promis à son Seigneur qu'il passerait le plus de temps possible en Dreamland, les tensions entre son royaume et ses deux rivaux s'aggravaient jour après jour. S'endormant avec une flemme incroyable, sachant pertinemment que sa nuit ne serait pas des plus excitantes, il pensa aussi fort qu'il le pouvait à son partenaire d'entraînement, un jeune soldat du royaume se nommant Satoru. C'était la seule solution qu'il avait trouver pour se retrouver au royaume, en effet le Seigneur n'ayant pas réellement d'apparence précise, il était plutôt compliqué d'y arriver en pensant à lui, les premières nuit du jeune homme atterrissant dans des royaumes aléatoires de la première zone sans qu'il ne sache  ce qu'il faisait là en témoignent. Après quelques minutes, le jeune homme ouvrit enfin les yeux dans la grande salle et fut accueilli par un dragon à l'apparence des plus cartoonesque. Relativement terrifié devant ce monstre, le voyageur invoqua rapidement son masque d'Oni pour se préparer au combat mais la créature lui lança :

"HAHAHA T'es tombé dans le panneau, je suis un dragon t'as vu ? C'est cool hein ?

- Mais je veux grave ce masque !

- Beaucoup trop puissant pour toi, il te détruirait, en plus c'est un de mes préférés et puis j'ai pas envie. Bon allez, cette nuit tu vas garder la forêt de l'est, je sais de source sûre qu'ils vont envoyer des éclaireurs. Allez hop hop on se dépêche !"

Le seigneur prit alors son envol et sortit avec fracas du château. Agacé au plus profond de son être, imaginant ce qu'il aurait pu faire avec un tel masque, Drasur se dirigea en traînant les pattes vers l'endroit qui lui avait été indiqué, voyant son seigneur faire des loopings dans le ciel en crachant du feu. Il ne pouvait pas la surveiller lui même de là haut cette forêt ? Deux cent trente-six nuit, c'était le total que le jeune homme avait passé à Dreamland et pas une seule aventure épique. Il avait passé le plus clair de ses nuits à s'entraîner, au début c'était assez excitant d'apprendre à maîtriser ses pouvoirs mais depuis, il est forcé de faire des rondes, de surveiller des entrées stratégiques ou même parfois de s'occuper de vulgaires créatures sauvages qui menacent les habitants.

Revenons en d'ailleurs à l'une de ces attaques qui fut l'un des seuls points culminants de la vie de voyageur du jeune homme. Cela faisait environ un mois qu'il avait rejoint le monde onirique, il avait compris ses codes et maîtrisait à peu près son pouvoir, même si cela restait plutôt compliqué. Même si l'unique masque qu'il possédait augmentait ses capacités physiques et qu'il savait à peu près se battre grâce à lui, il continuait de se prendre des roustes monumentales par son camarade d'entraînement. Bloqué dans le royaume et Satoru assigné hors de la ville entourant le château, le jeune homme se retrouvait seul. Sachant qu'un entraînement seul ne lui apporterait rien, il décida de se balader en ville, histoire de découvrir un peu le mode de vie des habitants de ce royaume. Il rejoint alors la taverne en ville et passa un moment pas si mal, les habitants n'avaient pas énormément de conversation mais au moins ils étaient de bonne compagnie et surtout, les boissons n'étaient pas si mauvaises. La soirée fut cependant stoppée assez rapidement quant une des habitantes entra en trombe dans l'établissement, hurlant qu'une bête sauvage la poursuivait. Intrigué et mené par son instinct de héros, sans compter qu'il n'avait jamais vu d'autres créatures que les habitants du royaume et était vachement curieux, Drasur sortit de la taverne en assurant à tout le monde qu'il s'en occupait. Une fois dehors, il aperçut que le chaos régnait en ville, les habitants courant dans tous les sens, certains chutant et hurlant. Suivant les fuyards, l'invocateur arriva devant ce qui ressemblait à un mélange entre un chien et un ours. Une créature à quatre pattes d'une cinquantaine de centimètres de haut arborant une fourrure dense et brune, deux petites cornes dépassant de son front. La créature avait l'air relativement mignonne et faisait tranquillement ses besoins contre la porte d'une maison. Réalisant que les habitants avaient fait une montagne d'une taupinière, il se baissa et appela la bête vers lui. Elle s'approcha doucement, semblant plutôt sympathique. Le jeune homme plongea sa main dans la fourrure de l'animal et la caressa quelques secondes. Puis le pire arriva, la bête leva la patte arrière et se soulagea, encore une fois, contre les jambes du voyageur. Furieux et sous le choc, il lâcha un hurlement qui effraya la bête qui se mit à courir. Déterminé à prendre sa revanche, le jeune homme la coursa aussi vite qu'il le pouvait. Malheureusement pour lui, la créature était plutôt rapide. Une fois acculée dans un coin, Drasur pensait pouvoir enfin l'attraper, il se jeta alors sur elle de tout son poids, les mains tendues vers l'avant. Rapide comme l'éclair l'hybride chien-ours esquiva la tentative du voyageur qui s'écrasa contre le mur en brique devant lui. Toute la nuit se passait ainsi, l'invocateur pensait avoir coincé la bête, se jetait sur elle et la ratait. Chaque tentative ratée devenait plus humiliante pour le jeune homme dont la colère augmentait exponentiellement. C'était donc ça, l'une des nuits les plus excitantes depuis qu'il est voyageur : courir après un gros chien qui pissait partout, beaucoup trop lent pour lui mettre la main dessus.

Le programme depuis le début était donc loin d'être fou et c'est la raison principale de l'envie du jeune homme de faire de son coloc un voyageur, au moins ça lui permettrait de tuer le temps. Le seigneur lui avait promis qu'une fois ce conflit réglé, il serait libre d'arpenter le monde onirique comme il le souhaitait. Enfin, conflit reste un grand mot, il n'y avait eu aucun affrontement depuis son arrivée, à chaque fois qu'une "source sûre" donnait une information sur un déplacement de troupe ou sur des présumés éclaireurs c'était absolument faux et surtout, le seigneur n'a jamais révélé les deux royaumes rivaux à Drasur, prétextant que "ça sera une bonne surprise haha". Tout ça commençait à pas mal agacer le voyageur mais bon, pour avoir plus d'invocations et ne pas être trop faible en parcourant les terres oniriques qu'on lui avait décrit comme des champs de batailles constants où un combat pouvait arriver à tout moment, il se devait de devenir plus puissant.

Enfin arrivé à la forêt, l'invocateur fut interpellé par un sifflement au dessus de lui, il aperçut alors son partenaire d'entraînement assis sur une épaisse branche. Satoru avait l'allure d'un jeune homme, relativement musclé, une longue lance dans le dos. Son visage était caché par un masque blanc relativement basique, épousant simplement les formes de son visage, à moins que le masque ne soit son visage, notre héros ne l'a jamais vraiment su. Satoru était également un guerrier du royaume dont la puissance était loin d'être à négliger, c'était pour cette raison qu'il effectuait souvent ses missions aux côtés du voyageur et qu'il était chargé de le former au combat. Bien entendu, un bon guerrier dans un royaume faible était loin d'être une bête de combat capable de rivaliser avec les plus grandes créatures, cette armée étant d'ailleurs constituée de 12 autres créatures ressemblant fortement à Satoru mais aux masques et tailles différentes. Il se débrouillait tout de même relativement bien et avait un potentiel non négligeable qu'il découvrirait certainement avec le temps, mettant en difficulté notre héros durant les premières nuit d'entraînement, Drasur prit cependant l'avantage au bout de quelques mois, aidé par ses pouvoirs nouvellement acquis et en constante expansion. Toutes ces nuits ensemble couplées au caractère du guerrier relativement similaire à celui du rêveur leur permit de construire une amitié plutôt forte.

" T'es en retard mec, bon si les éclaireurs font une ligne droite de leur royaume, ils arriveront par là. Sachant qu'ils ont pas l'air d'être les mecs le plus aptes au combat, il y a de grandes chances que ce soit le cas.

- Comme les 60 dernières fois tu veux dire ? J'espère que t'as de quoi passer le temps"

Pliant ses jambes, Drasur effectua un saut et décolla du sol, tendit la main et fut attrapé par son ami, le tirant sur la même branche que lui. Prenant appui sur le bout de la branche, il effectua un autre saut vers l'avant pour rejoindre une branche assez large pendant de l'arbre d'en face. Après s'être à moitié allongé sur le tronc, la créature de rêve lui envoya une bouteille, quitte à passer la nuit à surveiller du vide dans la forêt, autant le faire avec une petite bière. Puis les deux hommes débutèrent leur rituel, chacun racontait des anecdotes de leur monde natal à l'autre. L'invocateur lui racontait l'histoire de Bruce Willis, grand héros et protecteur du peuple, se sacrifiant sur un astéroïde immense pour sauver le monde, son histoire ayant été adapté en un reportage réaliste et tellement émouvant qu'il fut ajouté aux programmes scolaires. Oui il trichait mais bon, c'était plus fun à raconter que la Guerre du Golfe et autres génocides non ? La créature de rêve quant à elle, lui contait les légendes de Dreamland, lui parlait de la nuit du Kitsune qui aurait lieu d'ici quelques mois et lui conseilla fortement de ne pas la louper, des légendes horribles concernant le royaume de l'obscurité ainsi que les anciennes guerres qui redéfinirent entièrement le monde des rêves. Notre héros était à la fois excité comme un enfant à l'idée de bientôt pouvoir fouler ces terres tout en réalisant la dangerosité de certains royaumes. La nuit se passait paisiblement, autour de fous rires, Satoru envoyant son objet magique, un cigare infini au goût fabuleux à son camarade de temps en temps, sans jamais oublier de lui resservir une bouteille pleine à chaque fois que l'invocateur terminait l'actuelle et criait "[color:0039=#firebrick]LA PETITE SOEUR".

Le calme fut cependant rapidement brisé, lorsque des voix se mirent à résonner à quelques mètres de là. Se préparant au combat, étonnés qu'une information de leur seigneur s'avérait enfin vraie, les deux soldats du royaume des masques purent enfin apercevoir l'origine de ces discussions : deux créatures de rêve et ce qui ressemblait fortement à deux voyageurs à l'aspect humain. Les créatures les accompagnant avaient forme à peu près humaine mais pas de visage, ce qui éveilla un sentiment d'angoisse en notre héros. Ils étaient en supériorité numérique mais il était impossible pour Drasur et Satoru de rester sans agir, pour une fois qu'une réelle menace apparaissait, il était impossible qu'ils évitent le combat. Se laissant tomber de leur perchoir, nos deux héros firent face à leurs ennemis et l'un des voyageurs très sûr de lui amorça immédiatement la conversation.

" Ah enfin, on commençait à se dire qu'on ne rencontrerait aucune résistance et qu'on allait être obligés de raser tout le royaume, la reconnaissance c'est trop chiant. Je me présente, je suis l'Illusion, mon ami ici présent se prénomme Candy, je suis ici pour représenter le royaume des chapeaux et je vous demanderais gentiment de vous rendre qu'on puisse vous prendre en otage, merci d'avance. Tu es clairement un voyageur toi, où sont tes manières ?

- Drasur. Et quand tu rentreras chez ton seigneur avec un oeil et une dizaine de dents en moins, n'oublie surtout pas de mentionner mon nom et dis lui aussi que ce sera la même chose pour tous les autres. Ça te va comme présentation ou tu veux aussi mon numéro de sécu ?

- Reste derrière Candy, il est à moi ce petit con."

Changeant son ton du tout au tout, l'homme s'approcha doucement de notre héros, craquant ses poings. Avec un hochement de tête à son partenaire, Drasur lui indiqua qu'il fallait passer à l'action. N'ayant aucune chance contre un voyageur, Satoru s'éloigna rapidement, et fut de suitesuivi par les deux créatures sans visage un peu plus loin dans la forêt. Le voyageur qui avait gardé son silence , vêtu d'une blouse de médecin recula instantanément, décidant de laisser son coéquipier s'occuper de ça. Illusion tendit la main et invoqua un chapeau en paille conique, clairement aux allures asiatiques et l'enfila. Une fois le chapeau cachant son crâne et une bonne partie de son visage, un long bâton apparut dans sa main et il se mit en garde, une garde rappelant celles du Kung fu. Se disant que c'était vachement cliché et un peu raciste, Drasur invoqua son masque d'Oni et alors qu'il l'enfila, le chapeauté se jeta vers lui, prêt à lui asséner un énorme coup de bâton. De justesse, notre héros dégaina son katana apparut une demie seconde plus tôt et bloqua l'attaque. Le choc le propulsa en arrière de quelques mètres, les deux combattants se jaugeaient alors. Cette fois, c'était notre héros qui se rua à l'assaut, il lança un enchaînement de trois coups en diagonal à l'aide de son sabre qui fut contré par son adversaire qui semblait tout de même en difficulté. Un coup de bâton, lancé par l'extrémité basse du bâton prit notre héros par surprise qui le percuta sur le menton. A peine sonné, il put réagir et contre attaquer, tentant une balayette de la jambe gauche facilement esquivé par son adversaire, avant de lancer une attaque horizontale avec son katana en sa direction. La seconde attaque était trop rapide pour l'invocateur de chapeaux et malgré sa tentative d'esquive en arrière, il fut tout de même lacéré au niveau des côtés, laissant du sang lentement se répandre sur son haut. Tenant sa blessure, le voyageur recula.

" Putain t'es pas mauvais ... Je peux l'utiliser qu'une seule fois par nuit mais tu vas pas être déçu enfoiré !"

Le chapeau chinois disparut alors dans un léger nuage de fumée et un chapeau de sorcière apparut à la place. S'attendant à une attaque magique ou au moins quelque chose de dangereux, le masqué fit quelques pas en arrière. Son adversaire se mit alors à rire et ne bougeait pas d'un cil. Notre héros à une bonne dizaine de mètres de son adversaire pensait avoir crée une zone plutôt sûre entre eux, quelle que soit l'attaque il aurait au moins le temps de l'esquiver. Son adversaire continuait de s'esclaffer, ajoutant des "mais vas y éloigne toi vas y !" entre ses rires, se moquant clairement de la tactique objectivement pas si mauvaise de Drasur. Après quelques secondes, ce dernier se stoppa et se mit en garde, son sabre en diagonal couvrant une bonne partie de son torse et son visage, la main gauche tendue pour pouvoir contrer l'attaque inconnue qui allait irrémédiablement arriver. Puis, l'homme au chapeau disparut, tournant la tête paniqué notre héros tentait tant bien que mal de le retrouve. Il comprit enfin ce qu'il c'était passé mais c'était trop tard, son adversaire était derrière lui, le bloquant en l'attrapant par le dessous des aisselles pour complètement le bloquer. Pris par surprise, Drasur n'avait aucune alternative et était complètement sans défense, ayant lâché son sabre. L'invocateur de chapeau se mit alors à rire encore plus fort :

"C'est con t'avais le dessus hahahaha, tu pensais vraiment que j'allais continuer seul alors qu'on est deux ? Allez Candy, fait ton office !"

Le voyageur à la tenue de médecin dégaina alors un masque de lapin géant de son dos et l'enfila. La confusion chez notre héros était à son paroxysme, un autre utilisateur de masques ? Comment était ce possible ? Son seigneur l'avait pourtant assuré qu'il était le seul voyageur encore vivant détenteur de ce pouvoir. Les jambes de Candy prirent alors la forme de jambes de lapin à taille humaine. Il se baissa quelques secondes, laissant le temps à Drasur de regretter sa vie de voyageur qu'il était certain de perdre sous peu, incapable de se défaire de la prise de son adversaire, puis entama son saut. Le lapin se lança alors en avant avec une force incommensurable, traversant une dizaine de mètres en un peu plus d'une seconde, la main droite et le bras tendu en arrière, prêt à asséner un coup fatal. notre héros ferma les yeux et accepta sa fin, après tout il avait passé de bons moments ici, dommage qu'il ne se souviendra de rien. Entendant le bruit de l'impact et sentant du sang couleur sur ses jambes, notre héros s'étonna de ne rien sentir, l'amélioration de ses capacités au combat par son masque étaient elles si hautes qu'elles couvraient la douleur ? Ouvrant les yeux, une vision d'horreur s'offrit à lui : Satoru à quelques centimètres de lui, le bras de leur assaillant lui traversant la cage thoracique. Visiblement blessé sur tout le reste du corps, la créature de rêve avait semble-t-il terminé son combat et était arrivé à temps pour bloquer le coup, ou plutôt le subir de plein fouet. L'homme aux jambes de lapin lança son bras sur le côté, comme pour éloigner une mouche, la créature de rêve à moitié consciente  fut alors envoyée valdinguer avec force, percutant un arbre environnant dans un bruit sourd et le fissurant sur toute sa longueur. Il concentra alors à nouveau son attention sur notre héros, esquissant un énorme sourire. Le sacrifice de son ami avait donc été inutile ? Ils y passeraient tous les deux malgré tout et n'avaient aucune chance depuis le début ? Le destin en décida autrement cependant et le meurtrier disparut dans un *pouf* sans laisser de traces.

"Nan nan NAN PUTAIN ME DIS PAS QU'IL S'EST RÉVEILLÉ BORDEL NAN"

Une cascade de sentiments se déchaînaient alors dans l'esprit de Drasur, il venait d'échapper à la mort, mais pas son ami, son frère d'arme. Le tourbillon de pensée se stoppa et se focalisa sur une seule d'entre elles : vengeance. Usant de toute la haine qu'il avait accumulé, notre héros pris appui sur ses jambes et se lança en arrière, décollant du sol avec l'homme au chapeau toujours accroché à ses bras, subissant toute la force de la chute. Vif comme l'éclair, l'invocateur se releva, attrapa son katana et le planta dans son adversaire, les mouvements paniqués de l'homme au sol le sauvèrent d'une attaque droit dans le cœur et il ne fut poignardé qu'au niveau de l'épaule gauche, lâchant un hurlement de douleur qui résonna dans toute la forêt. Pensant son problème réglé, Drasur se rua vers son ami au sol, ce dernier ne bougeant plus d'un poil, les yeux fermés . Était il déjà passé de l'autre côté ? Ou était il simplement évanoui à cause de l'impact ? Il ne pouvait rien faire pour l'instant et les insultes de chartier de son adversaire encore en vie lui rappelèrent qu'il fallait qu'il termine ce qu'il avait commencé, pas pour le royaume, pas pour lui, mais pour Satoru. Il était la première victime de cette guerre mais le compte allait être rééquilibré d'ici quelques secondes, chaque royaume allait perdre un soldat important cette nuit. Se retournant vers l'endroit où il avait laissé sa victime, il constata qu'elle tentait de fuir, se tenant l'épaule et laissant des gerbes de sang derrière elle.

" Enfoiré de lâche, MAINTENANT QUE T'ES SEUL TU FUIS ? TU VAS BOUFFER !"

Tout en hurlant ces menaces, Drasur s'approcha à grands pas de l'autre voyageur, l'arme à la main, prêt à en finir. l'invocateur de chapeau fit disparaître son chapeau de sorcier qui semblait ne plus avoir d'utilité et invoqua un Stetson, une fois enfilé il fit apparaître un revolver à barillet. Tout en continuant sa fuite, il se retournait et tentait de tirer sur notre héros, utilisant le bras à l'épaule blessé et ratant de ce fait chacun de ses tirs, tentant de trottiner comme il le pouvait en ressentant une douleur atroce provenant de ses deux entailles. L'une des balles réussit à se loger dans la jambe de notre héros qui continua son chemin d'un pas décidé, sans flancher une seule seconde. Il ne le pouvait pas, il lui était interdit de flancher, pas maintenant. Dans la panique, le cow-boy trébucha sur une racine et chuta, lâchant son revolver par la même occasion. Drasur le rattrapa enfin et sans un mot, lui asséna un coup de pied dans la tempe. D'un mouvement de main il arracha son masque qui disparut aussitôt, replaça sa cible visiblement sonnée par le dernier coup sur le dos et s'en approcha.

"Je veux que tu vois mon visage, je veux que tu vois mes yeux quand tu souhaiteras ne jamais avoir été voyageur."

Puis il enfonça son pouce dans la blessure à l'épaule de son ennemi, le tortillant pour que la souffrance ressentie soit à son paroxysme. Après une bonne dizaine de secondes de torture, agrémentés par les hurlements de l'homme au sol, Drasur récupéra le six coups sur le sol et se leva. Il tira d'abord une balle dans la jambe de son ennemi, une autre dans la cuisse, puis une dans le bas du ventre, montant peu à peu. Puis il s'approcha à nouveau et enfonça le canon du revolver dans la blessure à l'épaule qu'il avait légèrement écarté par ses actions précédentes. Il l'enfonça autant que possible et tira, puis à nouveau quelques secondes plus tard l'enfonçant toujours, puis un troisième coup. Sa victime se tordait de douleur et alors qu'il se leva à nouveau, l'invocateur de chapeau hurlait à la mort, tentant de former des mots entre ses cris, demandant la pitié de son bourreau. Drasur se dirigea alors à nouveau vers son ami et constata cette fois avec certitude qu'il n'était plus de ce monde. Lui fermant doucement les yeux, il aperçut le cigare fétiche du soldat dans sa paume ouverte. Il le récupéra, fit son dernier adieu à son ami, craqua une des allumettes de la créature de rêve pour allumer son cigare, la lança dans un tas de feuille qui prit immédiatement feu et s'éloigna, les derniers hurlements d'Illusion accompagnaient ses pas, avant de s'arrêter définitivement. Atteignant enfin la ville entourant le château du royaume, l'invocateur se tourna vers la forêt en flamme, les habitants se ruant vers elle pour tenter de contrôler l'incendie. Après avoir inspiré quelques secondes sur son cigare, il chuchota simplement :

"T'es avec Bruce Willis et maintenant c'est toi le héros, adieu mon pote."


Spoiler:
 


Dernière édition par Drasur le Jeu 26 Jan - 8:17, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drasur
L'homme aux 1 000 visages
 L'homme aux 1 000 visages
avatar

Surnom : La tornade blanche
Team : Iniquis
Pouvoir : Invocateur de masques
Points de Puissance : 16 500 points
Points de Réputation : 10 000 points
Points du Membre : 92 points
Messages : 123

MessageSujet: Re: Drasur le voyageur aux masques | Terminée   Dim 22 Jan - 5:21

♠ Test RP:

Quatre cents quarante-trois. Cela faisait très exactement quatre cents quarante-trois nuits que Drasur était un voyageur et que sa routine continuait à chaque fois qu'il rejoignait les bras de Morphée. Tout le royaume ne cessait de parler de cette fameuse guerre, tout tournait autour de ça. Rien n'avait réellement changé pourtant pour les habitants, il n'y avait eu qu'une seule victime à déplorer actuellement. C'est d'ailleurs ce qui désolait le plus l'invocateur, tout ce qu'il voulait c'était continuer le combat. Même si cela faisait plusieurs mois, il n'avait jamais réussi à avaler la défaite qu'il avait subi à l'époque. Il avait certes vaincu un voyageur mais il était le faible du groupe, celui qui aboyait plus qu'il ne mordait et cette vérité le torturait. Il n'avait absolument rien pu faire contre l'autre, celui qui avait complètement retourné l'issue du combat et avait emmené son ami avec lui. Satoru était tellement jeune, il avait toute la vie devant lui, il aurait pu devenir un grand guerrier. Mais Drasur était incapable de le protéger, trop faible, tout comme le royaume qui l'avait conçu. La créature des rêves faisait partie des grands, elle progressait lentement mais sûrement, elle était destinée à de grandes choses mais maintenant il n'est plus rien. Et pourquoi ? Pour sauver un voyageur détestant de plus en plus, nuit après nuit sa condition. Bloqué, emprisonné, ne pouvant agir, ne pouvant quitter son royaume. La guerre, un bien grand mot, utilisé uniquement pour pousser trois royaumes insignifiants à ne pas s'ennuyer, éloignés des vrais problématiques et conflits du reste du monde onirique. Après l'incident, le seigneur de l'invocateur lui révéla enfin le nom des deux royaumes ennemis : celui des déguisements et celui des chapeaux, dont il appris l'existence en combat. Chacun de ces royaumes possédait un voyageur dans ses rangs et c'est la raison pour laquelle Drasur semblait si important à son arrivée. Que convoitait vraiment le seigneur en l'aidant à assurer sa transition en tant que voyageur ? Sa capacité à se développer plus rapidement qu'une créature de rêve ? Le prestige apporté au royaume lorsqu'il arpentera Dreamland ? Ou souhaitait il seulement s'amuser à voir ses pouvoirs utilisés par quelqu'un d'autre ?L'invocateur visitait souvent le royaume et pouvait observer des rêveurs passer par là de temps en temps, il y avait très peu de cauchemars dans ces contrées et, confirmant les dires de son seigneur à son arrivée, la plupart des rêveurs se faisant tourmenter étaient en effet des enfants. Se pensant à l'origine privilégié, il commençait à croire qu'il n'était finalement que le choix par défaut. Cette nuit encore, il fut accueilli par son seigneur, qui cette fois avait l'apparence d'un gentleman anglais d'après guerre, qui lui ordonna de garder la frontière, encore une fois, mais cette fois la réponse donnée fut différente.

" Vous croyez que je m'entraîne depuis des mois pour garder une putain de plaine ? Vous m'avez assuré que j'allais jouer un rôle dans ce conflit quand je suis arrivé et depuis plus rien, je m'entraîne pas depuis la disparition de Satoru pour glander le reste des nuits bordel !

- Calme toi, tu es encore jeune et je peux comprendre ta réaction. Mais la guerre ce n'est pas que le combat, la guerre c'est de la stratégie, savoir quand frapper et comment. Nous sommes encerclés par nos ennemis et même si nos armées sont similaires en taille et en puissance à celles des deux autres royaumes, ils sont deux et nous n'avons clairement pas l'avantage.

- Donc c'est ça le souci ? Qu'ils soient deux ? C'est tout ?

- C'est infiniment plus compliqué mais si ça réussit à te calmer oui, c'est parce qu'ils sont deux royaumes. Va désormais"

Drasur quitta le château plus agacé que jamais. Le mépris dont avait preuve son seigneur à son égard accompagné par des réponses vagues sans réelles informations l'avait poussé à ignorer ses ordres. Tout ce qu'il voulait était explorer le monde, à part quelques nuits terminées à Délirium City des suites de soirées arrosées imprévues, il n'avait rien vu d'autres de ce monde. Satoru le lui décrivait pendant des heures, lui aussi souhaitait l'explorer de fond en comble, en découvrir tous les recoins. Mais il n'avait que deux masques pour l'instant et même si il s'était entraîné la haine au ventre pendant des mois et avait sûrement doublé sa
puissance, il ne pouvait pas se contenter de ce pouvoir. Si il abandonnait son seigneur, son pouvoir n'évoluerait plus et ça c'était inconcevable. Il lui restait donc une seule solution pour changer sa foutue routine : terminer cette guerre. Bien entendu, il n'était pas assez vaniteux pour penser aller affronter les deux ennemis du royaume seul et dans l'immédiat, mais il avait tout de même une idée en tête. D'après les rumeurs qui circulaient parmi les soldats, le royaume des chapeaux relativement faible de base, en effet peu de rêveurs y atterrissaient que ce soit pour rêver ou cauchemarder, avait perdu beaucoup à la mort de son unique voyageur ainsi que deux de leurs soldats. Si ces rumeurs étaient vraies, sans compter ce qu'affirmait son seigneur sur la puissance militaire des trois royaumes, il pouvait retourner cette guerre seul cette nuit. Il se dirigea ainsi vers le royaume des chapeaux d'un pas décidé.

Après quelques heures de marche, il avait l'impression d'être arrivé à destination. Il apercevait au loin un Fedora immense, flottant au dessus de plusieurs bâtiments. L'on pouvait apercevoir des tours relativement grandes au centre, entrant dans le trou du chapeau. Aux abords de ces trous, des villages entouraient le centre du royaume. Durant son voyage, le voyageur avait préparé un plan, il ne pourrait bien évidemment pas raser le royaume de la carte, même si cela lui aurait fait énormément plaisir. Il allait prendre son temps et simplement affaiblir les forces de l'ennemie, si elles sont bien similaires à celles du royaume des masques, il ne devrait pas y avoir plus d'une vingtaine d'individus. Pénétrant alors dans le premier village du royaume, ressemblant à n'importe quel village mis à part les toits étant tous des chapeaux de différentes sortes, Drasur débuta son plan. Les rues n'étaient pas pleines mais quelques créatures de rêves se baladaient par là. Il s'approcha de l'une d'entre elle, ayant une apparence masculine et sans crier gare lui colla un bon bourre pif, l'envoyant valser à quelques mètres avant de s'écraser violemment sur le sol. La victime hurla des menaces et autres insultes au voyageur, accompagnée par les autres passants et après quelques secondes pris ses jambes à son cou. L'invocateur invoqua alors son masque d'Oni et, profitant de ses capacités améliorées, sauta sur l'un des toits environnant. Il patienta là, l'arme dégainée et prêt à intervenir.

Son attente fut plutôt courte, et exactement comme prévu, deux hommes ressemblant fortement à des gardes débarquèrent. Ils arboraient des costumes cintrés, leur donnant un air plutôt classes, portaient des Fedora et n'avaient pas vraiment de visage. Ils avaient bien une tête sur laquelle trônait leur chapeau bien entendu, mais elle était complètement noire, leur donnant un air de mafieux d'ombre. Les deux créatures de rêves étaient armées, l'une d'elle possédait une hache dans le dos et l'autre un sabre court médiéval à la ceinture. Profitant de la confusion des soldats, Drasur se jeta du haut du toit sur celui qui portait un sabre, son katana vers le bas et le planta directement dans son dos. L'autre étant alerté, il retira difficilement son arme de la colonne vertébrale de sa victime et emprunta également l'arme encore rangée de la créature se vidant doucement de son sang. Les deux sabres en main, il se jeta à l'assaut du dernier qui était déjà prêt au combat, sa hache serré entre ses deux mains. Profitant du savoir en combat que lui procurait son masque, l'invocateur envoya plusieurs attaques avec ses deux armes, mettant en difficulté son adversaire qui avait du mal à bouger sa lourde arme assez rapidement pour tout contrer. Après quelques secondes, c'est la créature qui balança son arme vers le voyageur de toutes ses forces, il plaça un coup à l'horizontal qui fut esquivé de peu par notre héros puis leva son imposante arme vers les cieux avant de l'abattre à nouveau sur sa cible, qui grâce à un petit saut en arrière pu esquiver le puissant coup qui planta la hache dans le sol. Ce dernier mena alors la contre attaque immédiatement, posant un pied sur la hache encore au sol, prenant appui dessus et se lançant vers le garde, les deux sabres en avant. Ces dernières se plantèrent alors droit dans le torse du soldat qui s'écroula en arrière. Drasur retira sa propre arme et laissa l'autre dans le sternum de sa victime, la laissant se vider de son sang. Notre héros s'éloigna alors de la scène, laissant les badauds se rendre compte que deux des soldats du royaume s'étaient fait brutalement tués sous leurs yeux. Il s'adossa alors contre l'un des murs environnant, à quelques mètres de la boucherie dont il était l'instigateur et alluma son cigare avant de retirer son masque, attendant que la suite de son plan ne se déroule, ça faisait déjà deux de moins. Il s'adressa alors à la foule, encore sous le choc.

"Le menu fretin c'est bon, qu'on m'amène ce qu'il y a de plus fort chez vous."

Après quelques minutes, une autre patrouille arriva en grandes pompe, ils étaient trois cette fois. Ils ressemblaient tous comme deux gouttes d'eau aux gardes d'auparavant, à la différence près que celui du milieu qui semblait mener le petit groupe portait un chapeau melon au lieu du Fedora habituel. Ce dernier resta d'ailleurs en retrait et laissa ses deux camarades s'avancer silencieusement. L'un d'eux portait des gants de métal et l'autre une dague droite d'une bonne vingtaine de centimètres. Ils s'avançaient ainsi, silencieusement et lentement vers le voyageur, tout en tournant la tête de temps en temps vers les corps de leurs camarades tombés au combat. Il était temps pour Drasur de passer à l'action, il frotta donc le bout de son cigare sur le bâtiment qui lui servait d'accoudoir, le rangea dans la poche avant de sa veste de costume et invoqua un masque dans sa main. Cette fois, ce n'était pas le masque d'Oni, celui ci ressemblait à un masque de cuir, la partie basse du masque étant un masque à gaz et le haut  était constitué de larges lunettes entourées de cuir également. Il l'enfila alors, le masque se colla et la partie "lunettes" s'ajusta aux yeux de son invocateur. Un nuage de vapeur apparut alors autour de lui, le masquant complètement aux yeux de ses adversaires. Celui armé de la dague réagit alors immédiatement, s'attendant à une attaque surprise, il attrapa cinq couteaux de lancers cachés sous sa ceinture et les lança avec précision dans le nuage de fumée. Un bruit métallique se fit entendre puis la fumée se dissipa peu à peu. Drasur avait quelque peu changé avec son nouveau masque, en effet son bras droit avait disparu et avait laissé place à un bras de métal aux ornements dorés. Le bras de métal était plus long qu'un bras normal d'une vingtaine de centimètres et la main en elle même avait également grossi, de la vapeur s'échappait de plusieurs orifices du bras artificiel mais surtout au niveau de la paume et de l'épaule. Ce nouveau bras n'était cependant pas le seul changement apporté par le masque, en effet la jambe gauche de notre héros avait pris une apparence similaire au bras et de la vapeur s'échappait en fins filets d'elle également. Notre héros tenait son bras à l'horizontal en guise de protection, quatre couteaux se trouvant su sol devant lui. L'un d'eux avait cependant réussit à prendre le voyageur par surprise, il s'était en effet logé au niveau de ses côtes gauches. L'arrachant de sa chair d'un geste brusque, Drasur s'adressa alors à ses ennemis.

"Le Steampunk ça vous dit quelque chose ? Si c'est pas le cas vous allez apprendre et toi tu va regretter le jour où tu t'es dis que t'allais lancer des couteaux mon con."

Puis la vapeur s'échappant des deux membres en métal se stoppa net quelques secondes avant de jaillir d'un coup de la plante du pied artificiel, envoyant notre héros vers la créature aux gants en métal à une vitesse folle. Le soldat tenta une contre attaque en lançant un direct du gauche devant lui, espérant toucher son adversaire avant son attaque. L'invocateur n'était cependant clairement pas du même avis et leva son bras droit avant de le percuter sur le gant de métal du garde. Le choc fut violent, les deux attaques s'entrechoquant, mais le gant de métal du soldat chapeau se brisa à l'impact, donnant un avantage clair au voyageur. Ce dernier lança alors une attaque au visage de son adversaire aidé par son bras robotique, l'attaque bien que semblant puissante et ayant un rayon d'action assez large en rapport avec sa taille, elle fut facilement évitée par l'homme aux gants qui se baissa simplement. L'erreur de notre héros dans l'immédiat fut de focaliser son attention sur la personne devant lui. En effet, l'autre soldat profita de cet échange de coups pour lancer deux autres couteaux qui se plantèrent droit dans la jambe droite de Drasur qui était restée de chair et de sang. La douleur était assez brutale mais la contre attaque se préparait déjà dans son esprit. Levant son bras mécanique à nouveau à l'attention de l'adversaire lui faisant face, ce dernier se baissa à nouveau, pensant éviter la même attaque qu'auparavant. De la vapeur s'échappa cependant de la jambe transformée de l'invocateur qui se vit alors propulsé directement vers le lanceur de couteau, le percutant de plein fouet avec tout son élan. La créature l'ayant déjà blessé trois fois se trouvait à ses pieds, il était temps de le faire payer. De la vapeur s'échappa alors de l'épaule droite de Drasur, envoyant cette fois le bras en métal dont la main formait un poing à une vitesse folle droit sur le visage de sa victime. L'impact souleva de la poussière à un mètre à la ronde, mettant ce soldat hors combat. C'est alors que celui qui semblait être le leader décida d'intervenir. Alors que notre héros se réjouissait d'avoir rééquilibré le combat en brisant la mâchoire de l'un des soldats, le chapeau melon du leader vola à travers la rue et déchira la peau du bras gauche du voyageur sur plusieurs centimètres avant de retourner vers son possesseur. Son arme à lui était donc son chapeau, dont les bords étaient des lames de métal affûtées, génial.

Le voyageur commençait à accumuler les blessures et le combat devenait de plus en plus difficile, même si il semblait avoir l'avantage, ce n'était clairement plus les sous-fifres de base qu'il affrontait, la cavalerie était bel et bien arrivée. Tentant de se calmer et de réfléchir, notre héros pris une grande inspiration. Il se jeta alors à nouveau sur son précédent adversaire aux poings d'acier, esquivant de peu un autre lancer de chapeau tranchant sur le chemin, effectuant une roulade qui le déstabilisa grandement à cause de la taille anormale de son bras de métal. Une fois relevé, ayant perdu tout élan, son adversaire lui colla un bon uppercut de sa main encore gantée. Encore un coup comme ça et il était cuit. Se relevant difficilement, du sang coulant de ses blessures, il était décidé à terminer tout ça. Le leader envoya son chapeau une troisième fois vers notre héros qui le bloqua cette fois grâce à son bras artificiel, le chapeau rebondissant sur le métal et retournant vers son propriétaire à nouveau. Son autre adversaire cru apercevoir une ouverture et lança un direct du droit devant lui. Avant que l'attaque n'atteigne sa cible, une autre poussée de vapeur au niveau du talon de la jambe métallisé la propulsa droit vers le bas ventre de la créature. Le choc envoya le soldat se percuter vers le mur d'une maison derrière lui. Avant de le laisser reprendre ses esprits, Drasur lui fonça dessus et attrapa le haut de son crâne dans la large paume de main de son bras métallique. Il pressa alors de toutes ses forces, le soldat tentant de s'échapper, ne poussant pas un seul bruit. Puis une gerbe de sang jaillit de sa bouche avant qu'un *crac* se fasse entendre. Drasur le lâcha sur le sol et s'écroula. Son nouveau masque était diablement efficace au combat mais il lui pompait une quantité énorme d'énergie. Il le fit donc disparaître et se dirigea sans arme vers le dernier soldat pour en terminer. Bien évidemment, il ne se laissa pas faire et envoya son arme tranchante à nouveau vers le voyageur qui lui semblait faible et incapable d'esquiver. Son analyse n'était en effet pas fausse, sa dernière esquive s'était faite de manière assez brouillonne et il n'avait plus de membres métalliques pour contrer quoi que ce soit, mais c'était sans compter la détermination folle du jeune homme couplée à son manque total d'instinct de survie, qui pourrait même être interprétée comme du courage. Il leva donc le bras droit, un de ses seuls membres encore intact et pris l'attaque tranchante de plein fouet en plein dans l'avant bras. Un sourire se dessina alors sur son visage, ignorant complètement la douleur qui l'attaquait sur le moment. Prendre l'attaque directement était une mauvaise idée pour son état c'est vrai, mais maintenant, l'arme était bien enfoncée dans son bras et complètement bloquée. Il continua donc sa marche inexorable vers sa prochaine victime qui semblait, malgré son absence de visage, assez désemparée. Une fois arrivée à son niveau, Drasur lui décocha un crochet en plein visage et continua de le frapper sans relâche, utilisant sa douleur comme carburant pour continuer de faire pleuvoir les coups. Après un certain moment, le soldat se trouva à terre. Le jeune homme retira difficilement le chapeau encore planté dans son bras et le jeta au sol, il s'approcha alors de son interlocuteur tout en appuyant son genou sur son sternum.

"A ton avis, combien peuvent encore me stopper, si je reviens la nuit prochaine, et celle d'après, puis celle d'après jusqu'à ce qu'il n'y ait plus personne ? Et si notre armée débarquait là tout de suite, qui les stopperait ? Vous êtes pas beaucoup je le sais et je me suis occupé personnellement de vous cinq et de votre unique voyageur, qu'est ce que tu penses qu'il va se passer si on lance une attaque générale ? Ouais c'est ça, vous allez tous crever. Tes trois potes sont morts et l'autre a sûrement une bonne vieille commotion. Toi t'es vivant pour deux raisons, déjà tu va me donner le nom exact du voyageur de l'autre royaume qui était envoyé avec le vôtre.

- ...

- T'es du genre silencieux, tu veux jouer ? On va jouer. Tu dois penser que vous pourrez résister quoi qu'on fasse c'est ça ? Laisse moi te poser une question, vous avez assez d'hommes pour protéger chaque maison, chaque famille, chaque civil ? Vous vouliez entrer en guerre va falloir assumer le putain de génocide qui arrive si tu restes muet.

- ... "

Malgré les menaces la créature ne semblait pas vouloir flancher et restait complètement silencieuse, tout comme les autres soldats qui n'avaient pas prononcés un seul mot, pas lâché un seul cri de douleur malgré tout ce, qu'ils subissaient. Ce silence constant devait sûrement être lié à leur absence de bouche d'ailleurs. Puis, le soldat réagit enfin, bougeant difficilement ses doigts pour écrire sur le sol. C'était assez brouillon mais notre héros pu difficilement déchiffrer le message gravé dans la terre qui indiquait "Benja Coline". C'était donc ça le vrai nom du fameux Candy, ça allait lui être sacrément utile.

- Je veux que t'expliques tout ça à ton seigneur, mais tu vas pas partir sans un petit souvenir quand même."

Puis il se leva, posa son pied sur le poignet droit de la créature au sol, attrapa son coude de ses deux bras et le tira d'un coup sec vers le haut, lui brisant le bras. Il répéta la même opération sur le bras gauche, laissant le soldat au sol. Chancelant et ayant utilisé ses dernières forces, Drasur se retira et quitta le village. Une fois en dehors du royaume, il se laissa chuter dans l'herbe et tentait tant bien que mal d'appuyer sur ses plaies pour limiter la perte de sang, il fallait qu'il survive jusqu'à son réveil. Et en effet, après quelques dizaines de minutes à végéter au sol, il ouvrit enfin les yeux dans sa chambre en bordel. Pour la première fois depuis qu'il arpentait le monde onirique, le jeune homme ressentait une violente et profonde culpabilité. Il avait torturé psychologiquement une créature de rêve, menacé des pauvres citoyens et surtout tué plusieurs soldats. Pour lui, Dreamland n'était qu'un jeu vidéo plus avancé, quelque chose de complètement différent de la réalité, où tout semblait possible et aucun acte ne pouvait apporter de réelles conséquences dans sa vie "normale". Il n'agissait plus comme lui même, il avait l'impression de se voir derrière un écran, utilisant n'importe quoi pour arriver à ses fins et dans ce cas là surtout la violence. Pouvait on considérer les habitants permanents de ce monde comme des êtres vivants, ou bien leur monde crée uniquement par l'imaginaire humain permettait à ces derniers d'agir sans impunité ? Pendant quelques minutes, ces pensées hantaient réellement le voyageur qui réalisait à peine les conséquences de ses actes, la ligne à ne pas dépasser était de plus en plus floue.

Mais il avait lancé les hostilités lui même et il se devait d'en terminer, ou quelqu'un d'autre en paierait les conséquences. Il avait un nom à mettre sur la personne qui fut le premier à le pousser sur cette pente dans laquelle il tombait, autre chose qu'un simple surnom. Essayant tant bien que mal de relativiser sur ce qu'il venait de vivre, il ressentait des douleurs fantômes sur son corps aux endroits blessés lors de la nuit précédente, son esprit peinait à faire la différence tant le traumatisme de passer si proche de la mort était difficile. Se prenant un café bien brûlant et s'allumant une clope, il alluma son pc pour débuter ses recherches. "Benja Coline", le soldat était exténué et n'avait pas vraiment le temps de faire attention à son orthographe, sans compter le moyen plutôt rustre utilisé pour communiquer l'information. Le jeune homme débuta alors ses recherches sur les réseaux sociaux les plus utilisés, variant les orthographes : Benjamin Coline, Ben Coline, Benjamin Colline, Ben Colin. Tout y passait, le jeune homme essayait également de lier le surnom Candy à ses recherches histoire des les étoffer le plus possible.

Après un peu plus de deux heures de recherche, un profil Facebook fut enfin trouvé. Si Drasur était aussi insistant sur ses recherches c'est qu'il avait la quasi certitude que la personne qu'il recherchait résidait en France, un tel nom est plutôt rare autre part. Et le profil en ligne confirma ses doutes : Benjamin Colline, 25 ans, Paris 10ème. La photo ressemblait en effet exactement à la personne aperçu dans Dreamland, des piercings en dessous des lèvres, deux autres sur le haut du nez et pas mal de boucles d'oreilles en dessous de cheveux blonds mi-longs, c'était bien lui. Utilisant la photo de profil pour une recherche inversée, Drasur trouva plusieurs autres pages, dont une Linkedin qui lui indiquait qu'il était développeur web en recherche d'emploi et une page Twitter relativement active. Un de ces tweet retint l'attention de notre héros : "Demain soir concert Funkindustry au Molodoï, ça va être le feu venez les soutenir ! #BarBlindé #NuitBlanche #ReleaseParty". Le tweet datait de la veille. Il était tant d'en finir.

Après une vérification rapide des horaires de train après 14 heures, le jeune homme s'habilla, emprunta quelques billets dans le porte feuille de son coloc et se dirigea vers la gare centrale le plus rapidement possible, un TGV arrivant dans l'heure. Le jeune homme n'avait aucun plan dans l'immédiat, mais il fallait qu'il fasse quelque chose. Si lui avait pu s'occuper de cinq gardes en une seule soirée, l'autre ayant prouvé par le passé qu'il était largement plus puissant que lui était capable de bien pire. Il allait devoir improviser, même si bien entendu le code pénal l'empêchait d'aller trop loin. Il fallait s'occuper du mal à la racine et si Candy lui était bien supérieur à Dreamland, ils jouaient à armes égales dans la réalité. Le trajet dura à peu près quatre heures, une fois arrivé il était 19 heures passées, laissant un peu de temps à notre héros pour se préparer.

Se perdant une bonne dizaine de fois dans le métro, il réussit enfin à rejoindre le bar où le concert devait avoir lieu. C'était un bar relativement grand, une scène au milieu placée pour accueillir les groupes. Se commandant une bière, il patienta calmement. Le bar se remplissait de plus en plus, le groupe avait l'air d'avoir du succès. Ils commencèrent d'ailleurs à jouer un peu moins de deux heures après l'arrivée du voyageur, qui scrutait la salle bondée avec difficulté pour trouver celui qu'il recherchait, le groupe n'était d'ailleurs pas mauvais du tout, ce qui rendait la situation beaucoup moins désagréable. Puis il le trouva enfin, entouré d'un groupe d'amis, faisant tranquillement la fête avec plusieurs bouteilles sur la table. L'ayant enfin repéré, Drasur l'observa toute la soirée. Plusieurs heures passèrent, Benjamin s'enfilant des shots, dansant avec ses amis, son niveau d'alcoolémie augmentait de plus en plus. Puis, à 2h du matin, le bar vida la salle pour fermer ses portes. Le jeune homme tentait autant qu'il le pouvait de se dissimuler dans la foule pour passer inaperçu, si il se faisait repérer maintenant tout ça aurait été inutile. Il s'éloigna lentement du bar, observant toujours sa cible qui chancelait, chantant et hurlant, prouvant son état d'ébriété à quiconque voulait bien l'entendre. Puis après une attente qui semblait interminable, Candy bougea enfin. Il salua ses amis, s'écroulant à moitié sur eux et s'éloigna, rapidement suivi par notre héros. Les rues étaient froides et vides, cela valait mieux pour lui, il pourrait agir sans problème. La filature se termina alors brusquement alors que le voyageur parisien sortit ses clés pour ouvrir une porte, à une centaine de mètres derrière, Drasur l'interpella alors d'un "Hey !" pour que le saoulard se stoppe net, puis s'approcha rapidement de lui.

"Nan mais j'ai pas de clopes j'suis désolURGH"

Candy se fit stopper net, le bordelais se jetant sur lui et le plaquant au sol. Ce n'était pas compliqué, complètement imbibé et à l'ouest, sa cible n'avait aucun moyen de se défendre. A califourchon sur sa victime, Drasur lui colla un bon direct du droit dans la mâchoire pour le réveiller puis colla son avant bras droit sur son cou. Il approcha alors son visage de lui.

"Mon visage te dit quelque chose ? Tu te souviens de moi ? Ouais t'as buté mon pote enculé. Dans Dreamland tu te sens plus c'est ça ? Le problème c'est que là tu peux rien faire. Je pourrais te planter là tout de suite et tu me poserais plus jamais problème.

- Fais pas le con, je vais te traquer toutes les nuits jusqu'à ce que je te butes putain tu vas voir, la dernière fois t'as juste eu de la chance que mon chat me réveille.

- Nan nan, ça marche pas comme ça la vie. Si tu me tues dans Dreamland, j'ai des notes partout chez moi avec ton nom, ton adresse et surtout ta photo. Tu sais ce qu'il y a marqué juste en dessous ? "Ce gars a baisé ta meuf". Et j'suis un mec extrêmement jaloux tu sais, j'aurais même pas besoin de prendre le métro pour venir te terminer, juste à traverser quelques rues.

- Putain t'es un psychopathe, t'es un malade laisse moi tranquille je vais appeler les flics putain ...

- Appelle les vas y, pose une main courante même, mais tu feras quoi quand ils te demanderont un nom ? Donc ce que tu vas faire, tu vas te casser de ton royaume, tu vas faire ta vie ce que tu veux, j'en ai rien à foutre. Mais si je te croises de nouveau là haut, ça va chier ici."

Puis il se leva, plaça un dernier coup de pied dans les côtes du jeune homme au sol, lui cracha au visage et s'éloigna. Ce qu'il venait de faire était dangereux, très dangereux même. Mais son speech était digne de celui d'un tueur en série, ça devrait au moins faire réfléchir Candy à deux fois avant d'entreprendre quoi que ce soit contre le royaume des masques et, ayant constaté sa puissance par le passé, ça valait mieux pour le royaume. Attendant des heures en dehors de la gare dans le froid qu'elle ouvre enfin, qu'il prenne le premier TGV, Drasur pensait à tout ce qu'il avait entreprit depuis qu'il était voyageur. Lui qui n'a parfois pas mangé pendant une journée entière car il avait la flemme d'aller faire les courses traversait maintenant le pays pour menacer des gens comme un psychopathe. Mais avait il vraiment le choix ? Ça fait partie du jeu finalement, il a été entraîné dans quelque chose de beaucoup plus grand que lui et il faisait de son mieux pour en terminer le plus rapidement possible pour enfin pouvoir découvrir ce qui valait le coup dans le monde onirique. Monde qu'il rejoint d'ailleurs rapidement une fois dans le train, cette nuit blanche remplie de voyage l'avait mis à bout et il s'endormit une boule au ventre. L'issue du conflit avait du se régler ces dernières 24 heures, sans compter que Candy avait du s'endormir depuis, et il allait enfin connaître les conséquences de ses actes. Après quelques minutes, il atteint enfin le monde des rêves et ouvrit les yeux pour apercevoir comme d'habitude, la grande salle du château masqué. Réalisant à peine qu'il était enfin à Dreamland, Drasur se prit une bonne gifle d'une puissance rare.


"Je t'ai donné UN ordre, un ordre simple et t'as pas pu t'empêcher de faire ta crise d'adolescence et d'aller te battre seul. Et cette nuit t'étais où, tu fous une MERDE incommensurable et tu reviens pas le lendemain ? Ah d'ailleurs, la guerre est finie ouais youpi, bravo à toi, t'as tué des pauvres soldats et terrorisé des civils on est tous fiers de toi.

- Comment ça terminée ?

- Le royaume du chapeau s'est retiré, ils n'ont pas donnés de raison exacte mais j'ai un rapport bien détaillé de Relouland sur ce que t'as fait l'autre soir. J'ai fait en sorte que ce soit pas publié, qu'on passe pas pour un royaume de psychopathes. Du coup, le royaume des déguisements n'assume plus les menaces qu'ils se sont fait un plaisir de nous balancer quand ils avaient une alliance et qu'ils nous entouraient. Je pense pas qu'on s'entendra pendant encore un bon demi siècle mais au moins ils n'attaqueront pas, ET TOI NON PLUS D'AILLEURS TU ARRÊTES TES CONNERIES.

- Ça a marché non ? C'est le principal, il y a quand même eu moins de victimes que si il y avait eu une vraie bataille.

- Tu m'exaspères tellement ... C'est tellement évident que tu voulais te venger de la mort de Satoru et passer tes nerfs sur quelqu'un. D'ailleurs j'ai appris aux négociations de cette nuit que le voyageur qui l'a eu a quitté son royaume, il est pas mal classé en ligue M du coup on a eu énormément de chance sur ce coup.

- On se recroisera bien un jour lui et moi.

- Désespérant, vraiment, t'essaies beaucoup trop de te donner un air sombre et ça marche pas, arrête ça. Et puis ton discours de 20 minutes au pauvre gars qui agonisait ... T'étais obligé de lui casser les DEUX bras ? Bon allez viens, on va aller choisir tes nouveaux masques. Tu m'a déjà assez foutu la honte, si en plus tu te fais bouffer par je sais pas quoi ta première semaine de voyage en dehors du royaume, je sais pas pourquoi je passerais moi.


Contre toute attente, son plan avait fonctionné bien mieux que ce qu'il avait imaginé. Il pensait au mieux calmer le royaume des chapeaux et pensait que celui des déguisements maintiendrait ses positions avec leur voyageur ayant une envie de vengeance folle mais il semblerait que les braves qui menacent d'annexer d'autres terres sont bien moins bavards quand ils se font attaquer à leur tour. Dans le pire des cas, il s'attendait à une attaque pour se venger des deux côtés qui mènerait son royaume à sa perte. Dans tous les cas tout ça c'était relativement bien terminé et il était enfin libre. Armé de nouveaux pouvoirs, il pouvait désormais découvrir le reste du monde onirique et l'arpenter jusqu'au bout. Il fallait juste que son coloc se décide enfin à se bouger et devienne un voyageur, il fallait aussi qu'il lui rembourse les deux cents balles de billets de train, c'était pas gagné tout ça ...




Spoiler:
 


Dernière édition par Drasur le Jeu 26 Jan - 8:45, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joy Killamanjiro
Indiana Joy
Indiana Joy
avatar

Pouvoir : contrôleur des chiffres
Points de Puissance : 40 650 points
Points de Réputation : 56 500 points
Points du Membre : 741 points
Double Compte : Diavolo Mayor
Messages : 687

MessageSujet: Re: Drasur le voyageur aux masques | Terminée   Mar 24 Jan - 21:47

Re-bienvenue à toi ! On te l’a déjà souhaité mais on va pas chipoter sur les détails.

Une fiche de qualité, on sent un boulot assez conséquent derrière, notamment dans la mise en scène de l’histoire ou des parties dans Dreamland. Je n’ai pas vu énormément de fautes, le plus souvent des petits oublis mais sans plus, ce qui fait que la lecture était agréable et très fluide. On regrettera juste un petit manque d’éléments à propos de ton personnage que ce soit au niveau de l’histoire ou de son caractère, mais t’auras tout le temps de développer tout ça dans les rp !

Par contre il va falloir changer certains points dans ta chronique qui ne sont pas très logiques avec l’univers. A commencer par l’échelle de puissance un peu incohérente entre les différents personnages (Satoru qui est censé être le N°1 du royaume après le Seigneur mais qui s’est fait rapidement surpassé par Drasur, et qui en plus s’écarte à l’approche d’un voyageur ennemi…). On est pas contre le fait qu’il existe des créatures plus faibles que les voyageurs, mais il n’y a pas que les seigneurs qui sont supérieurs aux voyageurs. De plus j’ai un peu du mal avec la vision du royaume vis-à-vis de ton personnage, où là on a l’impression de faire face à « l’élu ». Un voyageur peut avoir des responsabilités plus ou moins importantes dans un royaume mais cela ne fait pas de lui le pilier de ce dernier, donc attention de ce côté-là.

Sinon ta chronique est bien écrite mais elle donne davantage l’impression d’un test rp plutôt qu’une véritable chronique. A la base si cette partie existe c’est pour qu’on ait un aperçu sur l’évolution du personnage de ses débuts jusqu’à son intégration dans la ligue M. Un peu comme si on avait un regard d’horizon sur son parcours.

Donc je te propose de remanier ta chronique de sorte à ce qu’on puisse juger de sa progression. Le test rp quant à lui et bien c’est simple : fais ce que tu veux ! Que ce soit le lieu, le moment ou le contexte… Tu es libre de nous écrire ce que tu souhaites, pense juste à y inclure une scène de combat au minimum pour qu’on puisse juger la façon dont tu te modères. Bonne chance !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drasur
L'homme aux 1 000 visages
 L'homme aux 1 000 visages
avatar

Surnom : La tornade blanche
Team : Iniquis
Pouvoir : Invocateur de masques
Points de Puissance : 16 500 points
Points de Réputation : 10 000 points
Points du Membre : 92 points
Messages : 123

MessageSujet: Re: Drasur le voyageur aux masques | Terminée   Jeu 26 Jan - 8:39

Test RP terminé !

J'ai fait quelques changements au niveau des chroniques, c'est vrai qu'il n'y a aucune évolution de donnée mais c'est ce que je voulais, que même si il devient un voyageur, il se fasse quand même chier sachant qu'il reste dans le même royaume.

J'ai du coup ajouté une petite anecdote (cf 3ème chapitre de la chronique) de la seule autre nuit un minimum palpitante qu'il a passé quelques mois plus tôt, c'est la seule évolution qu'il a vraiment vécu finalement.

J'ai fait le changement à propos de Satoru aussi, c'est vrai que "le plus puissant" c'était un peu de l'abus, je voyais le royaume comme plutôt faible du coup je me suis un peu lâché (comme pour les deux autres royaumes d'ailleurs qui n'ont pas une puissance militaire folle).

J'espère que ces justifications sont pas de trop, je voulais juste expliquer comment je vois la chose. Du coup j'ai un peu plus exploré la lassitude de Drasur vis à vis de son "enfermement" au royaume dans le Test RP, en espérant que ça aille, j'ai tenté quelques trucs.

Enjoy !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joy Killamanjiro
Indiana Joy
Indiana Joy
avatar

Pouvoir : contrôleur des chiffres
Points de Puissance : 40 650 points
Points de Réputation : 56 500 points
Points du Membre : 741 points
Double Compte : Diavolo Mayor
Messages : 687

MessageSujet: Re: Drasur le voyageur aux masques | Terminée   Dim 29 Jan - 9:59

Salut !



Le test RP est très satisfaisant, assez travaillé dans la globalité et j’ai bien apprécié que tu ne te centre pas uniquement sur Dreamland mais que tu fasses des transitions DL/IRL (bon, même si dans les faits Drasur fait plutôt flipper pour le coup haha).


Un défaut - un seul, c'est que ton personnage manque de vraies difficultés. Les combats donnent une impression de god play - il tient alors qu'il ne devrait pas forcément tenir, et se laisse aller après le combat. Il faudra faire attention aux facilités que tu t'accordes en rp libre, tu risques d'être surpris en events, par exemple. Attention aux réactions en combat, qui manquent parfois d'une certaine logique. Sinon c'est très bien écrit, et décrit ! Félicitations !



J’ai apprécié lire ce test rp de très bonne facture. De ce fait je te valide en tant que N°2756 de la ligue M ! N’oublie pas que Dreamland est un monde de rêves mais également rempli de dangereux cauchemars, alors arme-toi bien de ta Fiche Technique et n’hésites pas à faciliter la tâche des reporters de Relouland avec ta Fiche de Suivi !



Bonne chance, voyageur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drasur
L'homme aux 1 000 visages
 L'homme aux 1 000 visages
avatar

Surnom : La tornade blanche
Team : Iniquis
Pouvoir : Invocateur de masques
Points de Puissance : 16 500 points
Points de Réputation : 10 000 points
Points du Membre : 92 points
Messages : 123

MessageSujet: Re: Drasur le voyageur aux masques | Terminée   Dim 29 Jan - 10:09

Merci bien !

Je me permet de répondre parce que déjà, ça fait plaisir et aussi pour te rassurer, le côté "god play" là c'était surtout pour terminer un peu plus rapidement, la prez' commençait un peu à traîner.

Merci encore et au plaisir de se croiser !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Drasur le voyageur aux masques | Terminée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Drasur le voyageur aux masques | Terminée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yho Sétano [voyageur]
» [HRP] Informations RP sur Ryes et l'arrivée de tout voyageur
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Voyageur sanguinaire cherche partenaire pour gentil massacre de la veuve et de l'orphelin.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dream Land Infinity RPG :: Administration :: Personnage :: Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers: