AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand on arrive en ville...[PV Arès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Lysandre Videl
Pirate de l'Espace
Pirate de l'Espace
avatar

Team : Les Meteors
Pouvoir : Controleur du temps
Points de Puissance : 15 000 points
Points de Réputation : 23 400 points
Points du Membre : 162 points
Double Compte : Vladimir Icarus
Messages : 153

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Sam 4 Fév - 12:18



Lysandre, en mouvement, constata que la Dague du Temps n'avait pas travaillé la chair de son antagoniste comme il l'avait espéré. Il porta la lame au niveau de son regard pour constater une lichette de sang, tout juste suffisante pour indiquer une égratignure. Le Contrôleur du Temps afficha une moue contrariée. De son côté, le type se tenait toujours debout et se mit à baragouiner des insultes sur les mères avant de commencer à chanter et d'agiter son arme. Un spectacle somme toute grotesque aux yeux du jeune homme qui se mouvait tout autour.

Les créatures... Quand je pensais que le niveau d'absurdité ne pouvait pas descendre plus bas dans Dreamland.

You know nothing, Jon Snow ! Au même moment, une sorte d'abomination équestre et volatile jaillit de nulle part, coupant sa trajectoire accélérée. Lysandre s'immobilisa, dressa un sourcil et sonda la bête qui lui faisait face. Il s'agissait d'une créature obscure, à n'en pas douter. Manifestement, elle s'interposait sciemment entre lui et son adversaire. Un élément qui compliquait la donne.

Soudain, un hurlement retentit de derrière l'animal. Par réflexe, Lysandre esquissa un simple pas sur le côté, ponctué d'un "Leap Second" qui se glissa par-delà ses lèvres. Comme téléporté, il se retrouva à une dizaine de mètres dans la direction de son mouvement, dans l'idée de laisser le grand type réaliser son dropkick dans le vent.

Après quoi il l'observa enfourcher sa monture et bondir dans les airs, prenant la direction d'un toit. Fronçant les sourcils, le Voyageur temporel s'avança en courant dans sa direction alors qu'il s'éloignait du sol.

"Je connais ta gueule maintenant, l'absurdité ambulante, lança-t-il à l'intention du fuyard. Tu penses vraiment pouvoir te barrer tranquillement après avoir saigné l'un des miens ? "

L'idée du Meteor était très claire: il ne lâcherait pas cette créature avant que son existence trouve un sens. Et le seul sens possible pour un concept ayant détruit son créateur, c'était l'anéantissement. Toute considération artistique mise à part. A l'évidence, ce gars, dans ce qu'il représentait, n'était pas une œuvre d'art. Ou alors, une toile surréaliste, expression décousue d'un peintre dada.

Voyant la monture détaler par les toits, Lysandre jeta un coup d’œil à la ronde pour constater que les fuyards de la zone revenaient progressivement pour assister à la scène, alertés qu'ils étaient par les cris et les bruits d'affrontement. D'un regard entendu aux survivants de la première section, il convint avec eux d'évacuer les lieux en suivant la piste de la créature sur son abomination. Ils s'engouffrèrent dans une ruelle adjacente, Lysandre aidant la clé à molette à se relever pour repartir sur les chapeaux de roue. De son côté, le Meteor passe-muraille suivait la trajectoire de leur cible à travers les hauteurs.

En quelques secondes, une conclusion évidente s'imposa: la direction prise par le type était celle du palais. Courant aux côté de la clé à molette, qui reprenait progressivement ses esprits, Lysandre posa plusieurs questions à la volée:

"Hé, la monture agressive avec cette chimère, c'était une créature obscure, non ? Qu'est-ce que ça foutait là ? Le gars provient du Royaume obscur ? Ils ont des intérêts dans cette histoire ?"

La présence du Royaume obscur pour la nuit du Kitsune, bien qu'improbable, n'aurait pas été pas non plus dépourvue de sens. Il était logique que les enjeux de cet événement attirent d'autres players que les Meteors. Mais là encore, quels pourraient être l’objectif des ennemis déclarés de toute vie sur Dreamland ? Si la créature provenait bel et bien de l'obscurité et que son objectif se confirmait être le palais royal, alors Lysandre et la première section risquaient bien de devoir en finir une bonne fois pour toute avec cet énergumène. D'autant plus qu'il était dangereux pour l'ensemble de la mission, désormais.

"J'ai déjà informé le soldat d'élite Hamel et le général Sphinx de la situation. Dès que je l'ai en visuel je ralentis sa trame temporelle. Il ne faut pas qu'il s'enfuie. Quitte à se battre à l'intérieur du palais. On est d'accord là-dessus, les gars ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Game Master
D comme Dieu!
D comme Dieu!
avatar

Surnom : Dieu ou Maitre
Pouvoir : Modérer, kicker, administer et tout et tout quoi
Points de Puissance : 100 000 Points
Points de Réputation : 100 000 Points
Points du Membre : Over 9 000 !!!
Messages : 986

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Dim 5 Fév - 21:34

Diavolo tenta alors de frapper lysandre qui allait manger son drop kick qu'il destinait initialement à ses collègues. mais ce fut sans compter sans l'utilisation de son pouvoir qui sauva lysandre d'un choc d'une violence terrible en effectuant une esquive des plus surnaturelles. Mais cet échec ne coupas pas Diavolo dans son élan qui monta son familier et prit va route des toits, rapidement suivi par lysandre et un de ses collègues qui ne voulaient pas forcément perdre leur cible de vue.

Pendant ce temps, Ares fondit alors à l'attaque contre la jeune voyageuse, prêt à la tuer apparemment. Il voulait tester de toute évidence si elle était capable de se défendre seule. Et apparemment, non par ce qu'à peine les premiers assauts furent lancés que le loup apparut aussitôt. Mais pas forcément là où ares l'avait anticipé. En effet, le loup apparut dans l'ombre de la jeune voyageuse, entre ses jambes ce qui fit que le loup obscure devint assez vite une monture pour va jeune voyageuse pas encore très grande. Ainsi, elle put éviter tous les assauts de Ares qui tenta de va prendre à revers grâce aux esquives rapides de son invocation. Ce loup est vraiment problématique par ce qu'il est rapide ! il mord pas forcément très fort mais il file comme une anguille et il semble invulnérable.

Mais à ce moment là que diavolo apparut sur les toits, monté sur sa propre monture obscure. en voyant cela, le loup fit volte face et commença à fuir avec son invocatrice sur le dos. Ducmont pour sa part sembla un peu excité en sentant le parfum d'une créature obscure et serait presque tenté de fondre sur lui à sa poursuite. en tous cas, sentant que Ares avait du soutien, la jeune invocatrice prit la fuite se disant que c'est trop pour elle. enfin, son invocation prit va décision pour elle par ce qu'elle, elle lui disait d'y retourner par ce qu'ils devaient arrêter ares. le loup lui répondit alors par la négative et qu'ils feraient mieux de prévenir le palais de va menace qui approche. les obscures sont de la partie.

Et revenons du côté de notre trio de météors. Lysandre commença à donner des instructions aux deux autres soldats mais le plus costaud, le morpheur clé à molette interrompit lysandre qui commença à poursuivre diav' en le saisissant au poignet.

- Non on est pas d'accord là dessus !

Répondit-il à lyssandre d'un ton un peu sec avant de s'expliquer plus en détail. Il se touchait encore un peu le cou, douloureux.

- Je te remercie de nous avoir aider avec cette créature mais... la prendre en chasse était une erreur de notre part. On a vu qu'elle nous suivait, on a voulu s'en débarrasser mais elle a été plus forte que prévu. Mais on a dévié de notre objectif qui est de pacifier va ville des forces canines ! et tu n'es pas en position de m'ordonner de changer mon objectif. Tu n'es qu'un soldat je le rappelle.

En effet, lysandre semblait s'être assez arbitrairement donné pur mission de renverser va monarchie en place. Or, c'est vrais que ce n'est pas dans les plans des météors. Cela ne plaisait pas forcément au gros dure qui était un peu plus discipliné. ça aurait été un général qui lui aurait dit ça, il aurait obéis, mais il n'entendait pas forcément s'entendre dicté sa conduite par un autre soldat, surtout si c'est pour après se faire remonter les bretelles par un général par ce qu'il n'était plus à son poste qu'on avait besoin de lui. Il continua alors un peu son discours.

- Le général Paulo Monti nous a demandé de ne pas trop nous approcher du palais. il nous a demandé de rejoindre le général Stors positionné plus vers la périphérie de la ville avant de partir en tenue de civil pour une mission d'infiltration. Maintenant que... que Doro est mort, tu devrais te joindre à nous. plutôt que poursuivre cette créature. elle ne semble pas menacer directement nos plans.

ça semblait difficile pour lui d'évoquer va mort de son coéquipier toute fraiche. Mais en tous cas, il s'opposait assez clairement à la position de lysandre et son envie de progresser vers le palais préférant s'en tenir aux ordres de supérieurs et au plan. en un sens il n'avait pas tors, il ferait mieux de suivre les ordres. c'est vrais que lys' oubliait qu'ils n'étaient pas tous comme lui reçu pour mission d'être des agents dispersés sur le royaume pour intervenir selon les besoins du groupe et que d'autres avaient des plans plus fixes.

Et pendant ce temps, nos deux obscures compagnons étaient réunis. étaient ils partis pour faire une chasse à va jeune voyageuse ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dream-land.forumactif.org
Ares
L'Ombre de Minuit
L'Ombre de Minuit
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'obscurité
Points de Puissance : 44 500 points
Points de Réputation : 54 500 points
Points du Membre : 785 points
Double Compte : Eric & Sane
Messages : 660

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Lun 6 Fév - 20:34

Le combat n'allait sans doute pas être réglé en un instant, l'invocation apparut de nouveau, entre les jambes de son invocatrice. Ares plissa les yeux, s'attendant à une contre-attaque qui ne vint pas. Pour toute réponse à ses attaques il eu le droit à un spectacle d'esquives venant d'une créatures plus rapide que dangereuse. Le sicilien pesta intérieurement, il perdait un temps précieux à se battre contre un adversaire préférant l'esquive au combat. Quelque chose s'imposa rapidement dans l'esprit du voyageur obscur.

Cette créature était rapide, pouvait se battre, mais ne pouvait défendre et attaquer, définitivement à partir de l'instant ou Ares avait prit l'initiative le combat tournait en sa faveur, tant qu'il attaquerait son adversaire n'aurait aucune chance de répliquer, malgré sa vitesse il ne pouvait pas outrepasser à ce point la mobilité du voyageur obscur. Malgré tout il perdait un temps précieux, ainsi que de l'énergie qu'il n'avait clairement pas le luxe de gaspiller.

Diavolo avait engagé le combat avec les météores, si un général se pointait Ares doutait fort des capacités de Diavolo à le vaincre, il aurait donc à s'en charger, l'on échappe pas si facilement à un général. De même que si un Lord se pointait, ou pire, il aurait à sortir les crocs et à frapper fort, toute énergie gaspillée ici allait lui faire défaut après dans cette aventure. Le sicilien grinça des dents quand, de nouveau, l'une de ses attaques heurta le sol.

Un seul coup, un seul coup au but pourrait faire pencher la balance en sa faveur. Un seul coup et le loup n'aura pas suffit à protéger son invocatrice. Si elle ne pouvait pas se protéger d'elle-même, pouvait-elle survivre à une attaque de l'ex leader de la ligue B ? Cette donnée était une inconnue qu'il fallait remplir, qu'il fallait confirmer. Cette gamine ne devait plus être une entrave sur le chemin du voyageur obscur, il s'en débarrasserait puis irait filer un rapide coup de main à...

« Diavolo ? »

Ares s'immobilisa en voyant le taré des frères Mayors et son fidèle destrier... Ducon c'est ça ? Ouais c'est ça. Donc en voyant Diavolo et Ducon se balader de toit en toit Ares resta bouche bée, qu'est-ce que ce taré foutait là ? Enfin, dans tous les cas, ça semblait faire paniquer le loup qui s'enfuit malgré les protestations de son invocatrice. Ares se concentra de suite, ce n'était pas mieux là, s'il prévenait le château ça allait sérieusement leur compliquer la tâche.

Un détail attira bientôt l'oeil du voyageur obscur, le cheval du taré de Fightland semblait attirée par le loup, ou tout du moins excitée. De mémoire Ares croyait se souvenir qu'elle venait aussi du royaume obscur, peut-être une sorte d'alchimie entre créatures obscures. Une idée germa donc dans l'esprit d'Ares pour traquer cette bestiole. En parallèle de Ducmont le voyageur obscur se mit à courir puis adresse la parole à Diavolo.

« Oy, Diavolo ! La gamine qui s'est barrée, tu l'as vu ? Elle bosse pour le royaume, faut pas la laisser prévenir le château ! Elle invoque une créature obscure, est-ce que Ducon pour la pister ? »


Ares accéléra le pas et utilisa le même mouvement qu'au pied de la muraille obscure, contre Diavolo, il envoya son pouvoir obscur comme un fouet et s'en servit pour grimper, rejoignant le membre de la fratrie de la guerre. Il arriva derrière Diavolo à quelques mètres de là, tentant d'indiquer du bras la direction de l'invocatrice, espérant simplement que Ducon soit capable de pister une autre créature obscure.

« Si tu peux la retrouver intercepte là, je vais foncer au palais pour m'assurer d'y arriver avant elle ! Oublie les météors ainsi que la subtilité, on fonce, plus le temps ! »


Le temps était compté, si le palais passait en état d'alerte ça compliquerait définitivement la tâche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diavolo Mayor
Tyler Durden au chomedu
Tyler Durden au chomedu
avatar

Pouvoir : Guerrier Berserker
Points de Puissance : 34 000 points
Points de Réputation : 40 500 points
Points du Membre : 179 points
Double Compte : Joy Killamanjiro
Messages : 116

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Lun 13 Fév - 15:48

Bon, les débiles en collants étaient gérés. J’sais pas qui était le moustique avec l’arme chelou, mais il avait l’air d’être bien allumé du cigare dans son genre. C’pas possible de rencontrer des timbrés pareils de nos jours ? J’me demande toujours ce qu’ils branlent dans leur monde ces mecs là, vu le boxon qu’ils mettent par ici ça doit pas être jojo tous les jours. Mais bon, se concentrer sur des insectes éphémères, dont le taux de mortalité frôlait l’âge auquel je suis sorti de l’adolescence, sérieusement ça me fait mal à l’aorte. Kesse qu’on peut se faire emmerder par des futilités, bordayl ! Du coup je me concentre un peu mieux sur la conduite de Ducmuche, qu’est du genre à pas avoir les trous en face des yeux. Hop hop et hop, en deux trois mouvements dont j’ai le secret grâce à toutes les cochonnes que j’ai pu monter, on est sur les toits, avec le coupain Arès en visuel. Il me gueule un truc, comme quoi faut suivre une gosse. On les recrute au berceau maintenant ? Je mate la fuyarde montée comme moi sur une bestiole du genre intéressante. Tellement intéressante que Ducmont est grave au taquet, et j’peux vous dire que ça lui ressemble pas du tout.



En tout cas une gamine sur une bestiole bizarre dans le camp en face, ça fait beaucoup. Je pige l’excitation du voyageur et j’envoie Ducmonte tracer en suivant la piste du loup indiqué. Si j’ai bien compris la situation, une voyageuse obscure invocatrice d’une créature obscure traîne dans le coin et bosse du côté du Royaume….je le dis, je le répète, les voyageurs ne savent pas tenir leurs rangs naturels, et y’en a partout, absolument partout, c’est un énorme bordel on ne s’y retrouve plus. Mais bon, si elle prévient le palais, je vois assez bien ce que ça peut donner. Donc j’envoie Ducmont au pas de course traquer la mioche. Il va à fond la caisse, comme s’il avait senti le derrière d’une femelle en chaleur. J’espère que la gamine est prête à se prendre la fessée de sa vie, pasque papa Mayor arrive pour lui en administrer une maison. On fonce sur les toits, Ducmont tire la langue en mode bourrin des courses de canassons à dix balles la victoire, et on trace un truc de fou. Il m’a dit d’oublier la subtilité, alors je me lâche. Sur les toits, je lâche des trucs, des objets ramassés en route. Il me faudrait des grenades, pour les prochains gueuletons ! Mais ouais, je savais bien que j’avais oublié un truc essentiel, merde ! Mes grenades !


Je vois la queue du loup, ou du renard, j’sais plus, j’ai oublié. Je trace – enfin...Ducmont trace mais lui c’est moi et moi c’est lui, lui c’est les jambes et moi je suis l’entrejambe, tout ça est parfaitement logique m’enfin ! Mais la gamine sait courir, on peut le dire. La course est éreintante, même pour moi. Faut dire que Ducmont pense qu’il va pouvoir tirer sa crampe, alors je le comprends, et je supporte ses virages en épingle et à angle droit, mais c’est franchement limite. Finalement, à la bordure du palais, je vois la gamine qui se découvre au loin et je charge la forme sanglier. Je dis à Ducmont de continuer à foncer, tandis que je charge moitié mes jambes, moitié mes bras. Après quelques secondes, je saute en lançant Ducmont comme une flèche. Il est libéré de mon poids et il fait des trucs de malade niveau pointe de vitesse ! Wahou, je devrais l’inscrire dans des courses de lévriers un jour ! Lévriers obscurs. Assassins ? Ouais ça doit exister.



Moi ? Ah oui, c’est vrai que j’ai pas encore trop parlé de moi depuis le début. Moi je remets ma coiffure en état histoire de réceptionner le colis, et je bondis prestement dans les airs au-dessus des toits, et je me mets en position de Dropkick. Cette fois y’a pas de cible, c’est uniquement pour me donner le mouvement. Ensuite, ma stratégie est super simple, j’ai lancé Ducmont au niveau de la gamine et moi dans les airs pour faire un Diavolo Ex Machina inversé. C’est Ducmont qui est visible, pour que j’arrive par la voie des airs en ayant diverti la cible. Simple et efficace, fallait juste un Roi de la Guerre trop beau gosse et top classe pour y penser, quoi. Faites pas les jaloux bande de bâtards et allez plutôt lire ma légende.



Donc Ducmont charge droit sur la gamine ou sur son loup qu’il suit au flair, et moi je tombe directement sur la gamine depuis la voie des airs. J’sais pas encore ce que je vais lui faire. Je pourrais visiter son colon en mode gros connard de thaï, ou alors la donner à bouffer à Ducmont. Peut-être l’amener en cadeau de saint-valentin à Ambition ? Ouais, mais j’suis pas en kiff sur elle. Bon, dans le doute, je la fracasse en vol plané, et je verrais après. Si on me dit que j’ai le droit de rapporter le butin à la maison, je devrais bien en faire quelque chose. Comme débouche-chiottes ou paillasse pour Ducmont. J’arrive sur elle en gueulant.



- DIAVOLOOOOOOO EX MACHINAAAAAA ! C’est l’heure du goûter petite, viens goûter Popol BN Mayor, tu vas pouvoir lécher tout le chocolat !



Ouais c’est dégueulasse, je sais. Mais c’est vous qui avez l’esprit mal tourné. Je tiens à vous dire que je vous confierai jamais mon tamagochi. C’est Ducmont hein. Ca pourrait devenir la gosse aussi, mais j’sais pas ce que ça mange moi à cet âge. Quoi Popol ? On a dit non Popol, après y’a des messieurs en noir qui viennent te voir et tout, c’est galère. Ouais au pire je les tue. Mais c’est lassant au bout d’un moment.

_________________

Avec mon air aigri amer, galbé comme un fil de fer  
Affûté pour la guerre j'roule pour la maison mère
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysandre Videl
Pirate de l'Espace
Pirate de l'Espace
avatar

Team : Les Meteors
Pouvoir : Controleur du temps
Points de Puissance : 15 000 points
Points de Réputation : 23 400 points
Points du Membre : 162 points
Double Compte : Vladimir Icarus
Messages : 153

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Sam 18 Fév - 13:23



Interrompu dans sa course par la main ferme de son compagnon Meteor, Lysandre dressa un sourcil et posa les yeux sur lui. Il l'écouta exposer ses arguments, profitant de ce moment de calme pour ranger sa lame et épousseter ses vêtements. Le bruit de cavalcade de la créature noire commençait à s'éloigner, faisant intérieurement pester le Voyageur temporel. Tandis que la clé à molette expliquait la situation, le passe-muraille vint à leur niveau pour écouter la conversation.

"Je comprends votre point de vue, les gars, annonça-t-il d'un ton conciliant. Mais mes ordres à moi sont de saisir les opportunités qui se présentent. Ce gars-là n'était pas une créature canine, il ne lançait pas de flammes ou d'éclairs, et il était accompagné par une créature obscure."

Il fronça les sourcils, commençant à orienter son corps dans la direction du palais.

"S'il n'y a ne serait-ce qu'une chance pour que le Royaume obscur soit de la partie ce soir, alors on ne peut décemment pas la balayer d'un revers de la main. Est-ce que vous pensez pouvoir prévenir le général Stors de ce qui vient de se passer lorsque vous l'aurez rejoint ?"

Il se retourna complètement et commença à faire quelques pas dans la ruelle.

"Cette saloperie a tué... Doro, c'est ça ? C'est impardonnable. Je suis navré, je ne peux pas laisser passer ça. Je ne connaissais pas votre partenaire, mais la créature ne restera pas impunie. Si ce n'est pas pour cette nuit, ce sera pour une autre. De mon côté, on ne m'a pas interdit d'approcher le palais. On se retrouvera à l'Aube, ajouta-t-il en s'éloignant."

Il se mit à courir, quittant ses compagnons et contournant le pâté de maison pour aller récupérer le sac précédemment transporté par Gâteau. A l'intérieur, son uniforme. Avant la fin de la nuit, il en aurait forcément besoin.

Le Contrôleur du Temps continua sa progression à travers la ville, se rapprochant progressivement des contours du palais. En levant la tête vers le ciel, il chercha à repérer les signes de l'arrivée du Kitsune. Çà et là, entre deux altercations opposant Voyageurs et créatures qu'il prenait soin d'éviter par les petites artères, il percevait des bribes de discussion plus calmes. Certaines évoquaient l'apparition d'une forme obscure dans le ciel vers les faubourgs. Signe qu'il ne resterait plus très longtemps avant le moment tant attendu. C'était peut-être d'ailleurs désormais son seul point de repère.

Dans sa course, Lysandre consulta une nouvelle fois sa montre à gousset.  Le cadran tournait de façon très irrégulière, sans doute influencé par les flux qui couraient autour de lui. Habituellement, le jeune homme percevait de manière très intime le temps relatif de Dreamland. Mais la réponse qu'il cherchait auprès des aiguilles ne lui parvint pas. S'accumulaient peut-être tout simplement trop d'incertitudes à mesure que la nuit avançait. Tellement que sa conscience de l'écoulement temporel s'en trouvait perturbée.

Le Meteor arrêta sa course en découchant sur l'une des rues qui cernait l'enceinte du palais royal. Les hauts murs se dressaient devant lui, des gardes postés en hauteur s'agitant en pointant du doigt l'énorme fiole qui se trouvait de l'autre côte de l'édifice.

Gâteau et le morpheur ne devraient pas tarder à revenir dans la zone, songea-t-il. Il me suffit d'attendre leur retour pour prendre connaissance des instructions de Sphinx et de Hamel. En attendant... Où est-ce que tu te caches, créature à la con ?

Lysandre étudia les opportunités qui s'offraient à lui. Cherchant une position idéale pour observer les alentours du palais sans être trop exposé, il espérait pouvoir distinguer la silhouette improbable de la monture obscure. Avec elle se trouverait forcément l'assassin du Meteor.

Il aurait également le loisir d'observer ce qui se déroulait autour du palais, de mieux comprendre quelles étaient les forces en présence, et d'analyser la meilleure façon possible de s'infiltrer à l'intérieur. Le Contrôleur du Temps voulait que l'Aube du Kitsune soit un moment plus qu'historique pour le Royaume Canin. Loin de la démonstration vaine et sans substance de Tomoë, encore plus frappante que l'objectif initial des Meteors. Un point d'orgue, un moment de complétude. Et pour ça, il devait se montrer patient, attendre l'instant subtil où tout pourrait basculer en la faveur de l'armée des Voyageurs.

Tout ce dont il avait besoin, c'était un peu de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Game Master
D comme Dieu!
D comme Dieu!
avatar

Surnom : Dieu ou Maitre
Pouvoir : Modérer, kicker, administer et tout et tout quoi
Points de Puissance : 100 000 Points
Points de Réputation : 100 000 Points
Points du Membre : Over 9 000 !!!
Messages : 986

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Dim 19 Fév - 16:10

La gamine était en fuite, poursuivi par Ares, Diavolo et Ducmont. Montée sur le loup sombre comme un cheval, elle chevauchait en direction du palais. Mais Ducmont était rapide. Très rapide, plus que le loup qui n'avait plus sa vitesse d'en temps depuis qu'il est devenu une invocation pour une voyageuse à laquelle il avait finit par se lier malgré le peu de temps qu'ils avaient passés ensemble. Puis la gamine finit par descendre de sa monture pour courir d'elle même. Ducmont était à ses talons. Il l'avait presque attrapé. La gamine sans se retourner tend le bras sur le côté, son ombre touche celle d'un bâtiment. Le loup appairait alors sur le flan de Ducmont qui n'a aps le temps de se retourner qu'il est pris à la gorge par le loup qui plante ses crocs dans la chaine sombre de la créature obscure. De ses veines meurtries coulent alors un sang noir, presque pâteux comme du goudron. Ça calma bien va créature obscure qui cavalait moins avant que le loup d'ombre retourne dans l'ombre de sa maîtresse.

Mais Ce joli coup qui leur avait permis de se débarrasser d'un adversaire avait permis à un autre d'agir. Diavolo, lui aussi très rapide avait sauté d'un bâtiment d'où il poursuivait la gamine et s'apprêtait à s'écraser avec elle avec fracas. Je vous laisse deviner pour qui fracas il y a. Le loup n'eut pas le temps de se reformer pour protéger son invocatrice... Mais quelqu'un d’autre vint va protéger. En effet, les pieds de Diavolo furent saisit au vol par les crocs puissants d'une créature canine. Il put ressentir une brûlure sur son pied alors que d'un geste, cette gueule projette Diavolo un peu plus loin. Ares arrive juste derrière et Diavolo et lui découvrent alors qui leur fait face. C'est Arcos, le prince du royaume qui est venu pour protéger sa soldate.

- Va rejoindre le palais ! Je veux des personnes pour protéger mon père.
- Mais... vous n'allez pas les combattre seul ?!
- Je ne suis pas seul !

La créature canine de feu qui se dressait devant la porte du palais en bouchait l'entrée pour les deux agresseurs obscures. La gamine s'exécute et entre dans le palais alors que des gardes sortent au contraire pour venir donner main forte à leur prince qui avait il faut l'avouer une certaine prestance. Mais en même temps cet air un peu hautain qui le rend si détestable.

- tiens tiens tiens ! Qui voilà ?! Le faux tueur de duc et diavolo Mayor ! J'ose espérer que tes frères ne savent par ce que tu fais là ! Je pense que ça ne les dérangera pas si je te renvois un peu abîmer ! Prince de pacotille !

Il se demande un peu ce qu'un Mayor fout avec un voyageur et une créature obscure. Créature obscure qui soit dit en passant saigne lourdement. S'il n'est pas soigné, il se peut qu'il ne passe pas la nuit le Ducmont. En effet, l'attaque du loup avait frappé pile où il fallait et avait bien endommagé une artère. Le voyageur et va créayure se trouvaient donc face à une bonne vingtaine de chiens entraînés et Arcos qui sans être le pire des adversaires reste plutôt redoutable dans un combat singulier. Et il va de soit que des renforts peuvent peut être arriver à va rescousse de leur prince.

Pendant ce temps, lysandre qui a laissé ses deux compagnons rejoindre leur supérieur en leur demandant la faveur d'informer le dit supérieur de ses actions à lui ici. De sa position, il pouvait observer l'affrontement imminent entre les obscures et le prince qui était lui même la cible de lysandre. Peut être valait il mieux pour lui d'observer ce qui se passait le plus discrètement possible pour essayer de tirer avantage de la situation ? D'ailleurs, un garde commença à rergardr dans sa position d'un air interrogatif. Il aurait un point d'interrogation sur la tête qu'on le prendrait pour une version canine d'un garde de metal gear.

Pendant ce temps, entrait dans le quartier un homme habillé en tenu traditionnelle de la nuit du Kitsune accompagné d'une créature des plus ridicule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dream-land.forumactif.org
Ares
L'Ombre de Minuit
L'Ombre de Minuit
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'obscurité
Points de Puissance : 44 500 points
Points de Réputation : 54 500 points
Points du Membre : 785 points
Double Compte : Eric & Sane
Messages : 660

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Lun 20 Fév - 20:20

Et il y a alla. Si Diavolo était loin d'être fin, au moins il se donnait à fond. Sans chercher à comprendre plus, connaissant le principal, il se lança derrière la gamine et son loup. Derrière Ares s'arrêta un instant, pour contempler la situation. Il se tourna vers l'immense fiole du leader de la ligue M. Les regards étaient tournés vers lui, avec un peu de chance la majorité des forces du royaume seraient là-bas. De la même façon les météors étaient présent, une autre diversion de choix pour les obscurs.

Malgré tout il fallait être rapide, d'un point de vue numérique ils étaient les moins nombreux, aucun doute à cela, donc la rapidité d’exécution était primordiale. Le voyageur obscur avait dans l'intention de repartir aussitôt la princesse enlevée et le roi mort. S'ils pouvaient vraiment faire tout, dans le cas contraire il se contentera de la princesse, un symbole fort, le vieux roi fut blessé par les météors, quelque chose disait à Ares qu'ils étaient là pour terminer le travail.

Rapidement le voyageur obscur reprit sa route, depuis les toits il suivait tant bien que mal Ducon et son cavalier, ils étaient rapides, ils avaient une chance de rejoindre à temps le loup et son invocatrice pour mettre un terme définitif à cette fuite. De loin Ares assista à la scène, le loup attaqua en un éclair, blessant la monture de Diavolo, mais laissant l'invocatrice libre pour l'assaut du Mayor, excellent voilà une bonne chose de faite.

Ares ravala rapidement ses pensées en voyant le Mayor se faire arrêter en plein vol, pas un mince exploit. La créature repousse d'un seul coup Diavolo avec quelque chose ressemblant à du feu. Juste après Ares atterit à côté de son collègue, fixant son regard sur son adversaire, car c'était bel et bien ce qu'il était. Malgré le fait qu'il ne soit pas seul. Arcos, prince du royaume, fut bientôt rejoint par une horde de soldats venus se faire massacrer.

« Je suis suppose qu'on a à faire à quelqu'un d'un minimum important ? »

Cette créature semblait prendre de haut le voyageur obscur, ainsi que Diavolo, Ares l'ignora simplement, se contentant de compter le nombre de soldats et de préparer une marche à suivre. Un plan nacquit rapidement, il n'avait pas le temps de se livrer à un combat réel avec un adversaire de ce niveau, autant le piéger. S'il pouvait le recouvrir d'obscurité, il pourrait terminer le combat. Néanmoins si son adversaire était rapide il y échapperait, donc il fallait l'y forcer.

L'ex leader des babys perdit son regard autour de lui, cherchant une idée. Il s'immobilisa un instant sur Diavolo. Finalement ce type allait réellement être utile aujourd'hui. L'idée du voyageur obscur n'était pas compliquée, il allait attaquer de front puis utiliser son pouvoir pour frapper de dos en même temps. Il enchaînerait avec une masse obscure importante pour absorber Arcos et Diavolo interviendrait à ce moment pour pousser le prince dans l'obscurité. Un sourire hautain apparut sur les lèvres d'Ares tandis qu'il faisait quelques pas sur sa droite, passant tout proche de Diavolo, lui chuchotant quelques mots.

« Je vais y aller franco, toi, tu le pousse en plein de ma mélasse, je me charge du reste. »

Puis il termina son petit tour. Il se plaça en position de combat et dégaina ses pistolets, l'obscurité s'échappa alors de son corps, assombrissant le ciel autour de lui et donnant un air inquiétant au personnage redouté qu'était Ares. Son sourire disparut instantanément tandis qu'il bondissait vers sa cible. Il pointa une arme vers Arcos, tirant un bon gros ballon de rugby à toute vitesse, puis il leva vers le ciel son autre arme, appuyant sur la détente il tira une sorte de flux obscur qui prit une trajectoire courbe, venant se placer derrière Arcos pour le forcer à bouger.

Le voyageur obscur lâcha sa première arme, incantant une obscurité majeure autour de lui pour offrir à Diavolo l'opportunité de pousser Arcos dedans. Il n'attaqua pas avec, pas le temps ni d'intérêt à passer à l'assaut pour rien. Espérons simplement que Diavolo marche dedans, à l'instant ou Arcos passerait l'obscurité le voyageur obscur l'absorbera, une chance de terminer le combat rapidement, sinon il allait falloir passer au plan B. Et le plan B, il est pas joli joli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diavolo Mayor
Tyler Durden au chomedu
Tyler Durden au chomedu
avatar

Pouvoir : Guerrier Berserker
Points de Puissance : 34 000 points
Points de Réputation : 40 500 points
Points du Membre : 179 points
Double Compte : Joy Killamanjiro
Messages : 116

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Lun 20 Fév - 22:08

Au moment où tu penses que tu vas réussir en mode PGM de Fightland, y’a toujours un connard pour t’empêcher de valider le panier à trois points ! Pas possible ! Avant c’était Sento maintenant c’est...tiens tiens Arcos, je l’avais suivi dans des affaires assez louches pendant un temps, quand j’étais l’escort boy de Laya. Un gros con bien moulé à la louche, comme on n’en fait plus. C’est lui qui m’a stoppé, donc, je comprends mieux. Je passe ma langue sur mes lèvres, j’me dis que c’est exactement ce qu’il nous fallait à ce moment précis en fait ! Je le vois et je l’entends qui ouvre sa gueule, et je me dis qu’il oublie vite que c’est qu’un merdeux jaloux et débile...mais bon, avec son père dans le coma, qui qui va lui mettre des fessées pour qu’il rentre dans le droit chemin ? Oui, bien deviné, c’est bibiche Diavolette, pour te servir, face de clebs !



- Prince de pacotille ? Qu’ouis-je ? AHAHAHAHA ! Arcos, le boulet de Canin-ville qui m’insulte ! Si je pouvais je l’encadrerais dans mon salon, ou alors j’en ferais un tapis de bain ! Putain t’es trop fort mec ! Bon, c’est pas le tout, mais comme y’a plus de neurones dans ta queue que dans ta tête, on est venu checker ta frangine. Elle au moins elle vaut le détour, elle mérite qu’on lui pisse dessus pour marquer le territoire, si tu vois ce que j’veux dire…



Soudain, un gargouillement. Au début je crois que c’est mon estomac, j’ai bouffé trop de créatures ces derniers temps, la viande humaine ça passe toujours difficilement si t’es pas dans l’esprit du truc. Je me tiens le bide...non, rien. Alors machinalement je me tourne et là je vois mon Ducmont qui perd les eaux. Enfin son sang, pasque la seule chose qu’il pourrait accoucher, c’est uniquement de sa connerie lui. Je le vois couché et saignant abondamment, tandis qu’Arcos semble se marrer. Je me mets sur la bestiole, et j’essaie de voir à quel point c’est grave. Et on va pas s’mentir les gars, ma mère était une Princesse du Royaume de la Médecine, j’ai connu des trucs sur les champs de bataille, des mecs coupés en deux, des blessures improbables, et des gars qui clamsaient juste parce que la lame de leur épée était infectieuse. Ouais, on meurt tous comme des cons, certains étant cons de base, ça double la ration de loositude. Ducmont, typiquement, je pensais qu’il allait clamser en tringlant une commode en bois massif, ce genre de trucs vraiment intéressants, mais là je lui donne pas la fin du Kitsune...putain j’y crois pas, ils m’ont plombé Ducmont. Je le regarde, sa langue pendue, ses yeux bovins dans le vague, et je le vois d’un coup comme je ne l’avais jamais vu, comme un prince parti trop tôt, comme un guerrier brave et courageux qui s’est sacrifié pour moi. Putain, poto, tu vas vraiment clamser, merde…



J’entends Arès qui passe pour attaquer Arcos, mais je sens que y’a un truc qui me mouille le visage. Ah oui ça y est je remets : je chiale. Sans m’en apercevoir, et je viens de gueuler un truc super fort. J’active immédiatement toutes mes formes, et je charge dans tout mon corps toute la puissance disponible. Ducmont est mort cette nuit, enfin presque, et ils vont payer pour ça…



Comment Diav voit Ducmont à l'agonie:
 


Spoiler:
 




Je sens la rage m’envahir, la rage de Ducmont qui ne pourra jamais me voir prendre tous les trônes dans le plus sublime des chaos, chier dans la bouche du Seigneur Obscur et le transformer en plaid quand j’aurai froid. Je sens tous mes muscles tressaillir de haine, de colère et de rage, je sens la force de chaque muscle, l’impulsion de ma puissance, et mon pouvoir et ma terrifiante aura typique d’un Mayor qui aurait son jouet cassé, envelopper tout le monde. Ouais, j’ai des envies de meurtre, je chiale putain ! Ils m’ont buté Ducmuche ! ILS M’ONT BUTÉ DUCMUUUUCHE ! Je serre les poings jusqu’à faire couler du sang, tandis qu’Arès prépare son coup. Je dois aller l’aider, et il me vient qu’une seule phrase que je répète en boucle, comme un dément.



- Je vais leur faire bouffer les couilles…
Je vais leur faire bouffer les couilles…
Je vais leur faire bouffer les couilles…
Je vais leur faire bouffer les couilles…
Je vais leur faire bouffer les couilles…
JE VAIS LEUR FAIRE BOUFFER LES COUIIIIIIILLLES !




Je charge directement sur Arcos, avec la puissance du sanglier. Les autres peuvent venir m’en empêcher, ma force, ma vitesse sont décuplées, ma peau est devenue une arme, et ma rage passée en berserk est uniquement guidée par ma colère et l’envie de prendre Arcos et de l’empaler sur une broche de boucher. Plusieurs fois. Je me jette sur lui en mode plaquage de rugby – un sport de tafioles entre nous – avec tout le choc possible, en emportant et en renversant ses putains de larbins que j’écrase du pied et que j’effraie.


Spoiler:
 



Je le chope à la taille, et je gueule encore que je vais leur faire bouffer les couilles. Vous me connaissez, j’suis un homme de parole, du coup pendant que je le plaque dans le pouvoir noir et enveloppant d’Arès, moi je suis prêt à tout du moment qu’on me laisse Arcos pour défouler ma tristesse !!! Pendant que je le plaque, que je l’embarque dans les ténèbres, je sens ma peau brûler, le type se remet, et je descends ma main pour lui presser le paquet royal, droit dans son froc qui doit sentir le chien mouillé. Je serre au maximum pour les lui faire éclater. LES BURNES QUE JE VAIS FAIRE EXPLOSER !


- JVAIS TE LES FAIRE BOUFFER ! POUR DUUUUUUCMOOOOONT !


Maintenant c'est au poto obscur de jouer. Et de goûter une soupe de testiboules s'il veut. Chat-bite ! On peut pas toucher son père !

_________________

Avec mon air aigri amer, galbé comme un fil de fer  
Affûté pour la guerre j'roule pour la maison mère
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysandre Videl
Pirate de l'Espace
Pirate de l'Espace
avatar

Team : Les Meteors
Pouvoir : Controleur du temps
Points de Puissance : 15 000 points
Points de Réputation : 23 400 points
Points du Membre : 162 points
Double Compte : Vladimir Icarus
Messages : 153

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Dim 26 Fév - 11:30



Il est là !

Lysandre fronça les sourcils et empoigna le pommeau de la Dague du Temps, serrant si fort que le cuir émit un craquement de concert avec ses phalanges. La silhouette de la créature se découpait dans les airs, séparée de sa monture dans une espèce de chorégraphie de combat. La situation semblait assez nette : le type poursuivait une jeune Voyageuse montée sur un chien noir. Difficile, dès lors, de déterminer si la gamine était elle aussi une ressortissante du Royaume obscur ou une résidente du Royaume Canin. Plutôt que de se rapprocher du combat, Lysandre préféra l'observer depuis sa position.

Il se félicita de cette décision lorsque subitement, une forme flamboyante jaillit du palais pour s'interposer. Il reconnut immédiatement cette silhouette canine pour avoir été briefé à son propos: c'était Arcos.

Le Prince Canin était là, dans toute sa superbe, accompagné par une cohorte de gardes, en train de mâchouiller le mollet de la créature obscène que le Contrôleur du Temps poursuivait. Cette vision lui arracha malgré lui un sourire de satisfaction. Toutefois, il ne fut pas au bout de sa surprise en voyant arriver un troisième personnage dont le visage lui était familier. Il l'avait déjà vu dans le Dreamag, à propos d'un exploit usurpé, un prétendu meurtre de duc obscur. Il ne parvint toutefois pas à remettre un nom sur les mèches noires et les traits anguleux de cet individu.

De son côté, Arcos semblait le reconnaître, et, très curieusement, il semblait aussi connaître la créature dadaïste. Malheureusement de sa position, il ne fut pas en mesure de percevoir distinctement les quelques mots que le dauphin du royaume échangea avec ces types. Il n'entendit que les hurlements du foldingue lorsque ce dernier s'élança subitement dans le tas, visiblement très remonté par quelque chose qui échappait à Lysandre. Peut-être l'état sanguinolent dans lequel l'horrible monture se trouvait après l'assaut du loup noir.

C'est à ce moment que le Voyageur temporel sentit le regard du garde Metal Gear se poser sur lui. Il décida donc de se déplacer à l'opposé du combat, sans précipitation mais au rythme suffisamment rapide pour laisser imaginer qu'il était un simple Voyageur peu désireux de se retrouver entre deux feux aussi dangereux. Il contourna une bâtisse pour se retrouver hors de vue du soldat, mais sans s'éloigner du palais pour continuer d'avoir un point de vue sur la situation.

J'aurais préféré pouvoir m'occuper moi-même de l'enfoiré... Mais si lui et le cabot peuvent s'entre-choper la gorge, ça me laisse le champ libre.

A ce moment, un mouvement attira son attention derrière lui. Il reconnut immédiatement Gâteau, qui affichait l'air débile qu'arbore un Télétubbie lorsqu'il accomplit une mission. Ou en toute autre circonstance. A ses côté se tenait un type en tenue folklorique, que Lysandre rencontrait pour la première fois. Le gars était un petit peu plus grand que lui, physiquement plus imposant aussi. Le premier réflexe du Voyageur temporel fut de se tenir sur ses gardes. Puis, son valet prit la parole.

"M'sieur Lysandre, on vous a trouvé ! J'vous ramène m'sieur Hamel."

Le Contrôleur du Temps eut un instant de surprise.

"Oh. Soldat d'élite Hamel, content de vous voir ici. J'étais sur le point de m'infiltrer dans le palais. J'imagine que votre présence signe notre ambition commune pour les Meteors."

Il marqua un temps d'arrêt, invitant son interlocuteur à rejoindre son point de vue pour observer le combat qui débutait entre les supposés obscurs et le prince canin.

"Si nous devons entrer, c'est a priori maintenant ou jamais. Il est possible que cette créature et le Voyageur qui l'accompagne proviennent du Royaume obscur. Arcos a le regard braqué sur eux, quand le reste de Canin-ville tourne les yeux vers la fiole de Tomoë."

Il posa ses yeux d'acier sur le soldat d'élite en commençant à se déplacer en direction du palais. Gâteau bondit sur le sac à dos et s'y accrocha comme il semblait avoir l'habitude de le faire.

"J'avais dans l'idée d'achever Jocke et de laisser vivre la princesse. Si ces obscurs tuent Arcos, le Royaume Canin a toutes les chances de quitter l'Alliance élémentaire à la prise de pouvoir de Laya. Et si l'Alliance perd ce royaume, elle sera d'autant plus affaiblie. Avec ce qui va se passer cette nuit, les Meteors devraient penser à l'avenir. Faire en sorte que Laya s'asseye sur le trône est, à mon sens, un pas dans la direction de nos idéaux. La première Reine d'une génération de Seigneurs à la fois craintifs et respectueux à l'égard de l'existence des Voyageurs."

Il longeait le mur d'un bâtiment en prenant soin de ne pas se faire voir par les gardes.

"Je suis à vos ordres, soldat d'élite Hamel. Nous sommes deux, nous avons donc la possibilité de rencontrer le roi et son héritière en même temps. Nous devrions nous décider et définir un angle d'approche avant de nous séparer. Souhaitez-vous vous entretenir avec Laya, ou préférez-vous avoir vous-même l'honneur de mettre un terme à l'existence chimérique de Jocke ?"

Lysandre s'arrêta à l'angle. Il banda l'ensemble des muscles de ses jambes, s'apprêtant à déployer les flux pour accélérer sa course temporelle. Pendant que Joël lui exposait sa réponse, il se mit à caresser la poignée de la Dague du Temps du bout des doigts, empreint d'un sentiment d'exaltation nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joël Hamel
Combattant Du Feu Libre
Combattant Du Feu Libre
avatar

Team : Meteors
Pouvoir : contrôleur du feu
Points de Puissance : 34 400 points
Points de Réputation : 42 500 points
Points du Membre : 531 points
Double Compte : Maahes
Messages : 381

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Dim 26 Fév - 15:27

▬ Quand je pense que tu t’es perdu… Tu crains un peu comme messager t’es au courant ?
▬ J’y peux rien M’sieur d’habitude c’est les gens qui m’parlent, pas le contraire.
▬ T’aurais pas trop forcé sur la bouteille toi ?
▬ Bah j’ai ça dans l’sang M’sieur !

Je soupirais assez fort alors que je vagabondais dans les diverses rues de la cité, accompagné du petit Teletubbies qui n’arrêtait pas d’afficher une mine assez idiote. A sa place je serais pas trop content parce qu’à cause de lui j’ai un peu perdu du temps, parce que ce télé-toon alcoolique se souvenait même plus d’où il venait, donc impossible pour lui de retrouver la recrue qui m’a contacté ! Même si j’étais assez exaspéré je préférais pester intérieurement, laisser seulement ma mâchoire devenir de plus en plus carré alors que le sourire avait très vite disparue en-dessous du masque. En tout cas autour de moi ça commençait à être petit à petit la panique, les gens commençaient à courir un peu partout dans tous les sens, les bagarres se multipliant au fil des minutes… Comme quoi Tomoe a vraiment eu l’effet d’une bombe sur toute cette ville, avec une simple entrée en scène et après avoir relâché ses petits toutous tatoués sur la populace.

Mais de ce que j’ai compris grâce au petit zarbi à mes côtés, y’avait pas que les types du masqué qui commençaient à se taper. Y’avait aussi une créature un peu bizarre accompagnée d’une bête obscure, ça signifiait rien de bon. J’ai encore pas mal de cicatrices de ma rencontre avec Dagon et ses larbins, et j’ai pas envie d’en avoir d’autres aussi facilement. Au pire des cas si je rencontre des gars de l’obscure, je pouvais toujours tenter de les éviter… Mais ils sont du genre à s’attacher facilement à toi tant qu’ils t’ont pas buté, tu vois le genre ? Bref, j’improviserai, comme je le fais maintenant. Alors que je vois pas mal de gardes se prendre la tête avec des habitants du coin, tentant de calmer les ardeurs qui commençaient à sérieusement chauffer à cause des voyageurs qui encourageaient Tomoe. Parmi les gardes je remarquais qu’il y avait également un chat soldat ainsi qu’une créature d’un royaume élémentaire. Comme on le pensait les types de l’alliance allaient pas hésiter à débarquer…

Je décidais de faire profil bas en privilégiant les petites ruelles, sombres de préférence pour qu’on ne me remarque pas trop. Mais sur le trajet j’ai été interpellé par un homme-chien qui commençait à m’aboyer dessus. Tournant la tête dans sa direction, je remarquais que c’était un Dobermann assez musclé qui portait un débardeur en guise de haut, de quoi montrer des bras aussi gonflés que les miens. J’attendais de le laisser venir à moi tandis que Gâteau se cachait à moitié derrière ma jambe, penchant légèrement la tête pour voir le bonhomme.

▬ Toi là ! Ouais toi, je reconnais la chose derrière-toi, c’est lui qui était avec ce blondinet et qui est venu chercher des crosses à notre boss !
▬ T’es qui toi ? J’ai l’air de m’intéresser à tes histoires ? Va faire mu-muse ailleurs tu veux, j’ai pas le temps de jouer avec des clébards.
▬ Espèce de…

Je le voyais qui serrait les poings et ne tarda pas à tenter de m’en mettre une dans la bouche. J’ai préférais éviter le coup en ayant pas mal anticipé ses intentions avant de plaquer une de mes mains contre sa gueule animale et de lancer en continue des flammes à l’intérieur de sa bouche, façon lance-flamme. Je sentais deux ou trois de ses crocs se planter légèrement contre ma main tandis qu’il s’accrochait à mon bras pour essayer de me tirer de là, mais j’intensifiais mon Feu qui traversait le long de sa gorge. Cela fut fatal pour cette pauvre créature qui ne devait pas s’attendre à croiser un contrôleur de Feu ici. Je retirais ma main alors que le Dobermann tombait lourdement par-terre, de la fumée noire s’échappant lentement de sa gueule grande ouverte, des flammes commençant à le lécher au niveau du visage et du corps. J’agitais ma main de droite à gauche pour dégager la salive que j’avais sur moi, avant de reprendre la route, adressant un regard assez amusé mais froid à l’attention de Gâteau.

▬ Ca fait du bien de se lâcher de temps en temps, et je crois bien que j’en ai pas encore fini ce soir hahaha.

♦♦♦♦♦

Au final j’ai bien réussi à me rapprocher du palais sans trop encombres, mis à part ce chien qui apparemment faisait partie d’un des gangs locaux du coin. Ces types sont à la recherche active des Meteors, il y a moyen que ça nous cause des problèmes pour plus tard… Mais une cible à la fois. Si j’ai décidé de venir jusqu’ici c’était bel et bien pour signer l’arrêt de mort d’un ou deux membres de la famille royale, tout en incendiant leur joli palais. Selon moi ça devrait servir de leçon a toutes les créatures présentes ici et devraient affoler la milice de la ville. De quoi laisser le champ libre aux autres Meteors. Très rapidement une tête blonde s’approcha de Gâteau et moi, la créature n’hésitant pas à se diriger vers lui pour le saluer. Videl qu’il l’appelait, c’était donc lui la fameuse recrue qu’avait ramené Sphinx d’une de ses missions. Un contrôleur du temps c’est ça ? Intéressant.

▬ Yo, Lysandre c’est ça ? Fais-moi un topo rapide sur la situation, on a pas beaucoup de temps.

Rapidement il me guida sur un point d’observation qui m’a permis d’entrapercevoir ce qui se passait pas loin de l’entrée du palais. De mes propres yeux et avec les explications du blondinet, j’avais pu comprendre qu’Arcos avait décidé de se prendre la tête avec le type aux cheveux longs et…

▬ Ares ?! Putain je pensais pas le revoir ici. Si lui aussi il vise le palais royal va vraiment falloir qu’on se bouge.

Sur mon petit commentaire on s’extirpait de notre cachette pour traverser les rues les moins surveillées. Pendant qu’on marchait j’écoutais d’une oreille attentive ce que me disait la recrue. Même si j’étais un peu choqué de l’entendre dire qu’il fallait épargner la princesse Laya, je préférais rester silencieux et l’écouter jusqu’au bout. Peut-être bien qu’il avait un plan, et ça ne me coûtait rien de l’écouter surtout que pour le moment j’étais pas encore à même de décider du sort de cette Laya. Lysandre me parlait de l’avenir, de la possibilité que Laya quitte l’alliance élémentaire une fois nommée reine d’un royaume grandement affaiblie. Je réfléchissais un instant en me posant sérieusement la question : est-ce qu’elle ferait vraiment ça alors qu’on aura quand même tué son père ainsi que son frère, indirectement ? Peut-être qu’elle développera un sentiment de vengeance et sera enclin à engager son royaume dans un conflit encore plus grand contre nous. Ou bien… Elle pourrait tout aussi bien laisser tomber l’alliance et tenter de recoller les morceaux cassés par cette nuit.

Bien que j’étais partis dans l’idée de tous les tuer tout en mettant à Feu leur palais, l’alternative du blondinet venait remettre en question mon plan d’action… Mais son idée n’empêchait pas la mienne, du moins pas totalement. Je le regardais d’un air franc tout en retirant mon masque, posant ma main sur son épaule.

▬ Ecoute, en temps normal je m’en foutrais un peu de tout ça et je me contenterais de tuer ceux qui sont contre nous. Donc voilà ce que je te propose : je te laisse te charger de la princesse pendant que moi je me force un passage jusqu’au roi. Je sais pas si ton idée est bonne ou si elle va tomber à l’eau, mais c’est ton plan et je préfère te laisser gérer ça. Maintenant suis-moi, je connais une entrée de service à l’arrière du palais, on va s’en servir pour s’infiltrer par derrière pendant que la majorité des gardes sont avec Arcos.

Je reprenais le pas sur notre avancée alors que nous continuons de faire gaffe à ne pas croiser la route de certains renforts qui partiraient en direction de leur prince. Je sais pas si le chien de Feu allait pouvoir tenir longtemps face à Ares, mais s’il le pouvait ça m’arrangerait. Sur le chemin je racontais à Lysandre l’altercation que j’ai pu avoir avec le fameux gangster local, je me doutais bien que quand il parlait d’un blondinet accompagnant Gâteau se serait lui mais je ne suis pas allé jusqu’à lui inculper tout ça. Après tout ce n’est pas comme si tout le gang m’était tombé dessus. Une fois arrivé au bout d’une des ruelles, on pouvait apercevoir la porte de service qui était utilisée pour le départ de convois du palais jusqu’à certains points dans la ville, mais également pour transporter certaines marchandises d’Arcos jusqu’aux membres de l’Alliance en guise de cadeaux. Je regardais à droite puis à gauche pour voir si l’endroit était surveillé, auquel cas j’étais prêt à rentrer dans le tas et nous créer notre propre passage.

▬ Une fois à l’intérieur je pourrais pas couvrir tes arrières, donc fais attention à toi. Et ne tardes pas trop à l’intérieur, parce que mes flammes vont très vite ravager l’endroit et toi avec si tu y restes trop longtemps. Donc va voir ta princesse, dis-lui de se barrer si elle t’écoute et dégage fissa. Prêt ? Action !

Une fois que j’ai eu l’accord de Lysandre je fonçais en direction de l’entrée de service, le poing serré et la peau devenant de plus en plus chaude. J’étais vraiment bouillant à l’idée de relâcher tout le Feu en moi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Game Master
D comme Dieu!
D comme Dieu!
avatar

Surnom : Dieu ou Maitre
Pouvoir : Modérer, kicker, administer et tout et tout quoi
Points de Puissance : 100 000 Points
Points de Réputation : 100 000 Points
Points du Membre : Over 9 000 !!!
Messages : 986

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Dim 26 Fév - 19:45

Tiens ! Prends ça entité improbable ! Quoi ? J'ai pas le droit de me réjouir de la mort de cette sale bestiole qu'a bouffé ma collection de timbre ?! Bah ouais ! Diavolo la ramenait tout le temps dans la zone des admin' et elle pissait partout et en plus prenait les meilleurs fauteuils rien que pour elle ! Une vrais saleté ! J'suis pas mécontent d'en être débarrassé ! Puis en plus... ça me permet de prendre des photo de diavolo en train e chialer ! J'vais en faire un album photo ! Mieux ! Un calendrier vistaprint ! Encore mieux ! J'vais en faire des cartes de visites. Imaginez ma carte pro de MJ avec marqué « MJ démoniaque » et diavolo en train de pleurer ! Ce serait carrément dans le thème ! Plus qu'une teub' comme la carte de visite de chupah ! Mais bon ! Nous festoierons à va mort de Ducmont l'intrépide plus tard. Revenons au jeu car c'est l'heure du.... dudududududududududuel !

Enfin pas vraiment par ce que comme son nom l'indique, un duel c'est à deux. Or là, si on compte tous les gardes vous êtes à peu près.... *compte toute la peuplade* 798 ! Quoi ? J'vous avais pas dit qu'il s'était ramené avec 20 bataillons le Arcos ?! Roh c'est bon je déconne ! Aucun humour cette bande de joueurs là ! Z'êtes pas sympa ! Moi j'fais bien semblant de rire quand vous faites des blagues pas drôles hein ! Vous pourriez au moins faire un effort pour moi ! Votre très chère MJ-sama

Du coup pour le combat... vous le saurez au prochain épisode !

Revenons à nos deux danseuses étoiles apparemment reconverties à la musique contemporaine au vu de leur goût de costumes vu que leur pote portait une tenir des plus étranges. Ah merde c'est pas un costume c’est sa tronche ! Mes condoléances à ton chirurgien esthétique petit machin ! Les deux voyageurs accompagnés du truc là... d'ailleurs je sais pas pourquoi mais soudainement j'ai envie de tuer des trucs. J'ai bien envie de me faire un gâteau... et un ragoût de lapin ! Si vous voyez ce que je veux dire ! Mouahahahahahaha ! Ils prirent une entrée à l'arrière du pavais mais qui n'était pas moins gardée. Ils défoncèrent quelques gardes... bah ouais ! Vous pensez vraiment qu'en plein état d'urgence les cuisines de l’Élisée seront pas gardés et que les mecs foutront des gardes qu'aux portes d'entrée ?! C'est beau de rêver ! Mais les choses se corsèrent un p'tit peu quand une troupe de... laissez moi compter... roh c'est bon lâchez vos flingues je déconne ! Quand une troupe de 20 soldats se pointa pour arrêter les deux voyageurs. Mais ils furent encore plus dans la merde quand de l'autre côté une bonne quarantaine de membres d'un gang de rue de canin-ville venait les prendre en sandwich. Eh ouais ! Ils avaient pistés Joel¨à la trace depuis l'endroit où il avait foutu le feu à leur pote. Ils avaient pu le suivre à l'odeur. Franchement fais un effort et laves toi un peu quoi ! Ils se retrouvaient donc coincés tous les deux entre deux troupes de chiens qui avaient envie d'en découdre !

- On vous laissera pas avancer plus loin voyageurs !
- Pour une fois on va tomber d'accord avec vous les condé par ce qu'on a des comptes à régler avec ces enflures !


Bon bah deal with it !

Bon maintenant revenons aux deux autres là ! Ouais j'étais arrivé à botter en touche par ce que j'avais pas envie de m'en occuper mais bon.... quand y faut ! Y faut ! Botter en touche... expression de rugby soit dit en passant. Signe que je suis dans la continuité du poste des mes très chères membres tellement je suis un game master impliqué sa race !

Alors si je résume bien on a Ares qui tente d'attaquer Arcos qui évite sa première attaque, ce qui le place en difficulté, dos au mur de ténèbres alors que Diavolo tel un *insérer le poste de rugbymen le plus bourrin par ce que wesh moi j'connais pas le nom des postes et alors tu vas faire quoi ?! Hein ! Tu vas faire quoi ?! Tu va tu va tu va faire quoi ? Fatal bazooka rpz maggle. * Putain je crois que ce poste devient trop bordélique ! Je suis trop entré dans le ton de Diavolo je crois. Il avait va ferme intention de le pousser droit dans les ténèbres en plus de lui broyer ses bijoux de famille. Pas très propre tout ça surtout qu'en tant que prince lui même, il devrait savoir que c'est précieux ! Sauf que bon, tout se passa pas tout à fait comme prévu par ce qu'un garde, assez costaud et très dévoué bouscula Arcos sur le côté et se prit l'assaut de Diavolo pour son prince. RIP sa descendance qu'il n'aura jamais. De plus la charge de Diavolo avait envoyer bouler au moins quelques gardes dans les ombres de Ares. Au passage, tous les gardes ne furent pas pris là dedans et unn garde parvint , grâce à leur avantage du nombre à tenter de coller un coup de lance dans le torse de Ares pendant que Arcos qui avait été bousculé par son garde se relève et serre les crocs avant de pousser un rugissement puissant tout en se mettant à vomir des flammes puissantes en direction de Diavolo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dream-land.forumactif.org
Ares
L'Ombre de Minuit
L'Ombre de Minuit
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'obscurité
Points de Puissance : 44 500 points
Points de Réputation : 54 500 points
Points du Membre : 785 points
Double Compte : Eric & Sane
Messages : 660

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Lun 27 Fév - 17:43

Diavolo suivit le plan, ou tout du moins essaya. Tandis qu'Ares faisait diversion le frère de la guerre chargeait droit sur Arcos et tenta de le bousculer. Un fin sourire se posa sur le visage d'Ares tandis qu'il voyait la fin du combat arriver, poussé dans une rage folle le Mayor était sans doute encore plus chiant à combattre qu'avant ceci. Hélas quelque chose dérapa. L'un des gardes dégagea Arcos de là et fut emporté à sa place, avant pas mal d'autres gardes défoncés par le Mayor.

Dans le tas l'un d'entre eux réussit à passer sur le côté de l'obscurité et à frapper Ares. Le voyageur obscur grimaça tandis que la lance arivait au niveau de son torse. En un instant il leva son pistolet et tira vers la tête du garde, pas d'absorption, un trou, un simple trou. Puis il révoqua son obscurité, emportant un bon paquet de gardes avec lui, mais hélas pas Arcos. Dommage. Ca aurait été assez fun d'emporter le capitaine de la garde.

« Dommage. Ca aurait écourté cet affrontement. »

Ares restait de marbre, malgré le fait qu'une main couvrait son torse, sa chemise commençait à se tâcher de sang. La lance ne l'avait pas perforée de part en part, et avait manqué un point vital. Mais elle avait tout de même entaillé son torse sur quelques bons centimètres, le blessant encore un peu plus que lors du combat face à l'invocatrice un peu plus tôt. Le visage d'Ares passa sur les gardes restant et sur Arcos, le combat n'allait pas être réglé aussi vite que prévu, d'autant plus qu'Arcos passait à l'assaut.

Du feu, bien sur. Ares était toujours un peu plus sur de pouvoir le vaincre dans un combat en un contre un, mais là il n'avait pas vraiment le luxe de perdre du temps à l'affronter, si le capitaine des gardes était là alors ça pouvait encore empirer et surtout voir le palais se refermer sur lui-même. Tant pis. Ares se décida lui-même à laisser tomber l'idée de vaincre toute la famille royale, ou tout du moins ici et maintenant. Peut-être qu'Arcos hésitera un peu plus une fois à l'intérieur du palais.

Le chien de feu attaqua Diavolo, Ares aurait sans doute put l'arrêter, ne serait-ce que grâce au pouvoir obscur contre un pouvoir élémentaire. Mais il avait autre-chose en tête dans l'immédiat. Ares fit un pas en arrière et relâcha de nouveau son pouvoir obscur, le laissant absorber sa force physique pour la remplacer par de la puissance brute, du contrôle de son pouvoir. L'obscurité gagna les bâtiments autour, les absorbant pour venir concevoir le plan d'Ares.

Suite à cela le voyageur obscur lâcha ses armes, les transformant de nouveau en fées, puis créa une boule obscur, un big bang. Il lança la boule au-dessus du groupe de gardes et d'Arcos, puis activa son pouvoir, un sourire vicieux sur les lèvres. A pleine vitesse des morceaux de pierre, des cadavres et des créatures vivantes absorbées plus tôt en sortirent, tombant à pleine vitesse sur les gardes, brisant la pierre à l'impact.

« Big Bang. »

Puis Ares s'élança sur le côté, faisant signe à Diavolo de se diriger vers le palais, cherchant à prendre de vitesse Arcos et ses soldats, s'ils engageaient le combat dans le Palais, avec un peu de chance Arcos sera contenu et en plus ils pourront accomplir leur objectif sans grand mal, rejoindre la princesse et le roi rapidement, laissant derrière Arcos, au pire Ares pouvait sacrifier Diavolo... On l'envoyer sur la princesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diavolo Mayor
Tyler Durden au chomedu
Tyler Durden au chomedu
avatar

Pouvoir : Guerrier Berserker
Points de Puissance : 34 000 points
Points de Réputation : 40 500 points
Points du Membre : 179 points
Double Compte : Joy Killamanjiro
Messages : 116

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Dim 5 Mar - 18:23

J’crois qu’on est obligé de reconnaître que l’attaque est un échec. Ok bon j’ai serré des boules, mais pas les bonnes, et rien que ça, ça me file de l’urticaire. Toucher des bijoux non royaux, c’est assez insultant pour un beau gosse de prince de seigneur tel que moi  quoi ! Le putain de garde de sa mère la pute s’est positionné héroïquement pour sauver son prince, et il finit avec les boules broyées, adios, pas de bébé soldat de prévu pour l’avenir. Mais ça n’arrange pas nos affaires, Arcos s’en tire, les soldats contre-attaquent et grosso modo, c’est la merde. Sans parler de la lance rentrée dans le poitrail du poto Arès, qui doit théoriquement lui faire un mal de chien, mouahahaha ! t’as saisi la blague, espèce de merde ! Un mal de chien ! Putain j’m’aime.


Avec tout ça, l’Arcos décide de rentrer dans le fight pour de bon et lance des flammes en ma direction. Le chien de feu à l’oeuvre, rien que ça ! J’en pâlirai de beauté, si c’était pas moi qu’étais chargé de le réduire en pâté pour iench. Les flammes vont directement sur ma guiche, et je les encaisse en mode trop grosbill, comme avec vos mamans. Je fonce sur Arcos en souffrant parmi ses flammes, en sentant le brûlé et en prenant feu, mais rien à foutre. Ils m’ont buté Ducmont, ni le feu ni un prince de merdaille ne pourront me faire reculer !! Pas maintenant, alors que je porte le deuil d’un ami qui acceptait tous mes coups et toutes mes blessures ! DUCMONT PUTAIN TU ME MANQUES ! REPOSE EN PAIX AVEC DES PUTES QUADRUPÈDES, TU LE MÉRITES ! Je goûte à la joie des flammes et je remonte tous les soldats, j’essaie de le frapper un à un en venant vers Arcos qui se prend pour j’sais pas quoi. Les trois formes activées, avec le loup pour l’endurance, le sanglier pour ma peau hyper résistante, comme une armure, et le berserk pour ne pas lâcher la cible. Parmi les flammes je m’élance et je tente…



- DIAVOLOOOOO DURUPUUUUUU KIKOOOOOO !


Mon dropkick classique droit vers le bide d’Arcos, histoire de le calmer un peu, et de lui laisser la marque de mes bottes sur la tronche, en signe de respect. Dans le même temps, Arès, que j’ai capté direct, passe à l’attaque et balance la sauce à sa manière. Une pluie de morts maison, le truc bien sale et bien dégueu. J’essaie de voir si Arcos a pris mes petons comme il le méritait, mais pas le temps de rester, le poto Arès me dit de décaler, et c’est vrai qu’on n’a pas le temps. On n’a plus le temps, maintenant. Encore un peu et le prince mettrait en péril toute la réussite de notre mission. Je me dégage comme je peux et je suis le poto obscur foncer vers le palais. C’est alors que j’ai compris le truc. Le plan ne tenait pas, pas comme ça, pas avec moi, en fait. Non, moi j’suis un malade, un taré, et Arcos, ce petit clebs de rien du tout, doit encore le savoir. Pis Ducmont a donné sa vie pour moi, pour que je survive, et l’idée de lui chier encore une fois, même mort, dans la bouche, est trop tentante. J’suis comme ça, arrêtez de me stigmatiser bordel.



- Ca y est, père, j’y suis. La bataille où je comprends quelle est ma place.



Je me concentre tandis que les soldats survivants m’entourent. Mes vêtements sont encore en feu, je suis brûlé à plusieurs endroits, mais tout s’évapore. Je suis ici chez moi sur le champ de bataille. J’entends absolument tout, je ressens tout, je vois tout, je comprends les mouvements à faire, j’anticipe chaque homme qui vient vers moi. Je suis fait pour ça, pour ce moment précis où la mort me tend les bras, et où je dois lui crever les yeux. Non Arès, je ne fuirai pas avec toi. Je te donne le temps de faire ce que tu as à faire. On est du Royaume Obscur, les sentiments, l’appréciation mutuelle ou le regret de voir un camarade se sacrifier, c’est pas pour nous. On est là pour la guerre, et la guerre, c’est moi. C’est moi putain.



- Je suis Diavolo Mayor, Seigneur de la Guerre, Seigneur de guerre, Fils héritier de Prime Mayor et héritier couillu du trône des deux Royaumes. Vous étiez des braves, maintenant, il est quand même venu. Le temps du « j’vous botte le cul « !!!!!!



Je sors MC Bokken de son fourreau, et là je sors l’épée que je conservais à l’intérieur du bokken depuis ma fuite de mes royaumes. En déclipsant un point sur la garde, la deuxième arme sort de la première. Un train peut en cacher un autre. En l’occurrence une épée ici. Une épée classique, acier bleu gravé à mon nom, comme un kéké de base, affûtée pour la guerre, qui roule pour la maison mère. Une épée digne de son Seigneur. Fatality, que je l’ai appelée. Fabriquée à ma taille, légère, rapide, tranchante, insultante de richesse et de technique. Je tranche dans le vif, et je cherche Arcos. Lui bouffer la gorge, les oreilles, ou lui planter mon phallus en acier en plein coeur. Au choix. Je suis chez moi ici, et j’ai pas invité tout ce monde, surtout pas ceux qui sentent le chien mouillé. Il va y avoir du sport et des morts !



- J’VAIS FAIRE LE MÉNAGE ! AU NOM DES MAYOOOOOOOORS !

_________________

Avec mon air aigri amer, galbé comme un fil de fer  
Affûté pour la guerre j'roule pour la maison mère
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joël Hamel
Combattant Du Feu Libre
Combattant Du Feu Libre
avatar

Team : Meteors
Pouvoir : contrôleur du feu
Points de Puissance : 34 400 points
Points de Réputation : 42 500 points
Points du Membre : 531 points
Double Compte : Maahes
Messages : 381

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Mer 8 Mar - 19:18

Sans attendre Lysandre et moi-même foncions dans l’une des entrées du palais, moi qui pensais qu’elle serait un poil moins gardée avec tout le bordel qui se passait devant le palais, on pouvait dire que je m’étais quelque peu gouré. Mais ce n’était pas comme si quelques gardes canins allaient pouvoir nous stopper dans notre course, le temps qu’ils lancent leurs menaces en aboyant j’avais l’occasion de plaquer mes mains contre leur gueule animale et de relâcher des gerbes de flammes modérées, mais capable de tuer sur le coup. Un peu comme avec l’autre mafieux de tout à l’heure. Je pense aussi que Lysandre n’aura eu aucun mal à se débarrasser de ses propres soucis de chiens, sa dague avait l’air… Particulière. Elle vibrait d’une aura familière, semblable à Anchor dans un sens même si contrairement à l’énorme morceau de métal, celle-ci avait l’air d’être liée avec ses pouvoirs temporels. Pour le coup je me posais sincèrement la question : comment on pouvait bien se servir d’un tel pouvoir ? Il peut arrêter le temps ? Le remonter ? L’accélérer ? Si c’est le cas je dois avouer que c’est assez puissant, voir même très dangereux.

Ce genre de pouvoir je les range dans une catégorie bien à part, comme le pouvoir de l’infini contre lequel j’ai déjà perdu une fois. Avec le temps et l’expérience, il y a moyen que des voyageurs avec le même pouvoir de Lysandre puissent devenir si puissants… Alors pourquoi y’en a-t-il aussi peu ? J’imagine que ça doit être une phobie bien spécifique, bien qu’étrange qu’il n’y ait dans le monde qu’un seul homme qui ait réussi à surmonter cette peur. Enfin je dis ça mais peut-être qu’il y a aussi le facteur Seigneur bien chiant derrière, le genre de Behemus par exemple. S’il a un Seigneur qui veut te tuer si tu le dévisages un peu trop longtemps alors je comprends mieux maintenant, c’est peut-être pour ça que le blondinet était devenu Meteor. Je connais pas si bien que ça Lysandre, mais j’imagine que ce soir était bien l’occasion de le voir en action. A commencer par son plan assez audacieux avec la princesse.

Mais bien sûr, à force de penser je finis par ne pas faire attention à ce qui se trouve devant moi puis je finis par me faire engueuler par une vingtaine de soldats en face de nous. Derrière nous on pouvait déjà apercevoir l’ombre de nouvelles créatures mais contrairement à ce que je m’imaginais ce n’était pas des soldats mais des gangsters chiens, tous à notre poursuite. A ma poursuite, plus précisément. Grinçant des dents, j’imagine qu’il fallait jamais sous-estimer le flair naturel de ces bestiaux-là, de quoi foutre en l’air notre infiltration. Tout en soupirant, je retirais mon bras de l’une des manches de mon yukata, laissant à mes pieds les petites tongs que j’utilisais jusqu’à maintenant. Mon bras commençait à s’enflammer alors que je faisais des moulinets avec ce dernier, mon autre main allant se placer sur mon épaule. Un sourire assez carnassier se dessinait lentement sur mon visage alors que je faisais quelques pas en avant afin de me séparer de quelques mètres de Lysandre.

▬ C’est le moment de se séparer blondinet, taille-toi ta propre route et attention à ne pas te brûler !
▬ Faites gaffes c’est un contrôleur de Feu ! Il a déjà eu un de nos potes !

L’un des mafieux beugla du milieu de la foule qui nous encerclait mais sans hésiter je tournais sur moi-même, passant ma main juste au-dessus de la tête de Lysandre afin de projeter d’un revers du bras une Fire Wave qui alla se déverser sur la partie gauche des gangsters. Ceux qui étaient tout devant n’eurent sûrement pas la chance d’éviter cela et même pour ceux derrière ça allait être difficile de s’en sortir en un seul morceau, parce que les flammes avaient la vilaine manie de se disperser rapidement. Mais avant que ce ne soit le cas je profitais de mon élan pour utiliser mon autre main et réorienter le Feu de la vague de flammes, ces dernières obéissant presque machinalement alors que je les dirigeais sur la deuxième moitié de chiens mafieux qui furent très rapidement encerclés par les flammes, à leur tour.

▬ Mort aux intrus !

Les soldats commencèrent à bouger à leur tour, le plus près d’entre eux prenant en main une lance avec laquelle il tenta de m’empaler. J’essayais de réagir à temps mais mon timing fut quelque peu juste, la pointe d’acier frôlant mon flanc gauche alors que je sentais une douleur assez vache au niveau de mes côtes. D’un regard je pouvais voir une entaille saignante, mais probablement pas assez profonde pour représenter un énorme danger sur le moment. Le regard dur, je venais à empoigner le manche de la lance tout en donnant un violent coup de pied au niveau du torse du soldat, ce dernier tombant à la renverse alors que je m’apprêtais à l’achever avec sa propre arme. Si ce n’était pas pour l’apparition soudaine de ses alliés, il serait sûrement mort empalé. Lorsque j’ai vu du coin de l’œil trois de ses amis qui s’avancèrent pour me déchiqueter avec leur lame, je décidais de bondir en arrière. Inspirant profondément, je gardais la lance dans ma main gauche tandis que dans ma main droite s’accumulait du Feu, Feu qui se montrait de plus en plus instable alors que je fixais l’horizon en face de moi. Les soldats devaient penser que je les regarder eux, mais en réalité j’étais davantage intéressé par la sortie qui se trouvait derrière eux.

▬ Je vais pas me permettre de perdre du temps avec du menu fretin ! Dégagez !

En projetant ma main enflammée en avant, les flammes concentrées finirent par se relâcher en un puissant souffle qui se transforma en une Colonne de Flammes, balayant les gardes qui me faisaient face tout en séparant en deux parties distinctes le groupe de soldats. Je profitais du chaos généré en marchant par-dessus les cadavres calcinés des soldats canins, les restes de la colonne ayant créé de belles flambées qui menaçaient de brûler quiconque tenterait de traverser par inadvertance. Je passais ainsi à travers l’une des sorties de la salle, m’engageant dans les premiers escaliers que je croisais afin de monter vers les niveaux supérieurs du palais. Ma cible c’était le roi, Jock, pas ses larbins. Je n’avais pas besoin de conquérir le palais dans sa totalité, seule la tête du serpent m’intéressait. J’espérais semer dans un premier temps tout le beau monde que j’avais croisé en bas, préférant d’abord trouver ma cible, l’éliminer, puis commencer à ravager l’endroit, même si un bel incendie c’était déjà enclenché dans une partie du rez-de-chaussée.

▬ Le premier que je trouve, je le bâillonne et je le force à me dire où est le roi !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysandre Videl
Pirate de l'Espace
Pirate de l'Espace
avatar

Team : Les Meteors
Pouvoir : Controleur du temps
Points de Puissance : 15 000 points
Points de Réputation : 23 400 points
Points du Membre : 162 points
Double Compte : Vladimir Icarus
Messages : 153

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Dim 12 Mar - 9:40



Ares ? Songea Lysandre. Mais oui, c'est ça le nom du type. Faut avoir de sacrées burnes pour prétendre avoir tué un duc et continuer de se montrer après la révélation du pot aux roses. Donc c'est bien des obscurs, et ils visent Arcos. Laissons-les se battre entre eux.

Le soldat d'élite exposa ensuite sa vision des choses, lui laissant globalement carte blanche à condition qu'il se dépêche. Cela convenait parfaitement au Contrôleur du Temps. Les deux Meteors s'élancèrent en direction de l'entrée indiquée par Joël, rencontrant une petite résistance au moment où ils arrivèrent en vue de la porte en question. Tandis que le Contrôleur du Feu calcinait l'intérieur de ses deux canidés, le Voyageur temporal glissait un petit "Underhand Trick" entre ses lèvres, Dague du Temps au clair. Son bras donna brièvement l'impression de se démultiplier alors que la lame s'engouffrait dans un couloir aux flux mélangés. Les deux gardes se firent saigner la gorge presque même moment, tentant de parer une attaque qu'ils pensaient arriver au niveau du cœur, une seconde trop tôt. Lysandre fut derrière eux avant même que les deux malheureux ne tombent à genoux, mains plaquées sur la glotte en émettant des gargouillis de détresse.

Le duo pénétra à l'intérieur du palais, traversant une grande pièce aux dimensions d'entrepôt avant de pénétrer dans un salon où leur progression fut stoppée par l'arrivée inattendue d'une vingtaine de soldats. Le Voyageur du temps pesta intérieurement, mais c'est un véritable juron qui s'étrangla dans sa gorge lorsqu'en tournant brièvement la tête sur le côté, il perçut l'arrivée tonitruante d'une quarantaine d'autres créatures dans leur dos.

Bordel de merde. Les Yamchiens. Ces enfoirés nous ont suivis jusqu'ici. Je jure sur tout ce qui compte pour moi que je reviendrai à Canin-Ville pour égorger moi-même ce connard de Don si j'en ai pas l'occasion cette nuit.

Don Yamchien, la créature foldingue tueuse de Meteor... Doucement, une liste commençait à voir le jour. Lysandre Arya Stark fronça les sourcils, bandant tous les muscles de son corps pour se tenir prêt à combattre. Jusqu'à présent, il n'avait jamais eu affaire à un nombre d'adversaires si élevé. C'était peut-être bien l'occasion de voir ce qu'il valait vraiment, au cœur de la mêlée. Alors que l'adrénaline lui battait les tempes, la voix de Joël s'éleva, comme pour le décharger de toute la tension qui s'accumulait progressivement en lui. Le surnom"blondinet" le fit tiquer, d'autant qu'il n'était pas foncièrement plus petit que son interlocuteur. A-t-on déjà lu quelque part que Lysandre était égocentrique ?

Il voulut répliquer, à la fois pour remercier son supérieur et le gratifier d'une répartie en sous-marin, lorsque la chaleur lui fit instinctivement incliner la tête. Il n'aurait pas été surpris de découvrir quelques-uns de ses cheveux calcinés sur le haut de son crâne. Le bras massif du soldat d'élite vint projeter des flammes par-dessus lui, et la température augmenta sensiblement aux alentours. Toute idée d'estocade rhétorique disparut de l'intention première du Contrôleur du Temps, qui fut un instant scié par la puissance dégagée par son partenaire. On lui avait parlé du comportement flamboyant de Joël Hamel, mais le voir en action n'avait rien de commun avec les histoires entendues. L'homme n'usurpait pas sa position.

Il était effectivement temps de se séparer. La force destructrice du Contrôleur du Feu était en mesure de gérer cette masse d'ennemis. Lysandre salua le colosse des flammes d'un geste des doigts sur le front, activa sa technique Swift Tailor et profita de la confusion semée par le départ d'incendie partout dans le salon pour contourner les soldats. Il devint un flou visuel se déplaçant à toute allure en longeant les murs de la salle, ciblant l'ouverture la plus accessible. A savoir, une arche du côté droit, qui n'était séparée de lui que de deux soldats dont l'attention était focalisée sur les flammes et le soldat d'élite. Profitant de la subite confusion, le jeune homme afficha un sourire et glissa à toute vitesse la pointe de sa Dague sous la partie molle de la mâchoire du premier, enfonçant l'arme jusqu'à la garde pour s'assurer de toucher l'appareil cognitif. Le type s'effondra, et il passa au suivant, dont il dut se contenter de sectionner les arrières-genoux compte tenu du casque qui lui protégeait les zones tendres. Sans demander son reste, le Voyageur temporel disparut en forme noire brouillée, traversant l'arche.

Il désactiva son pouvoir une fois hors de vue des adversaires, commençant à se déplacer silencieusement dans les couloirs, glissant un coup d’œil à chaque angle pour s'assurer de n'être surpris par aucune patrouille. A mesure qu'il avançait dans les salles silencieuses, il se mit à réfléchir sur ses chances de succès.

Que reste-t-il ? Arcos et ses meilleurs hommes sont dehors, les armées sont dispersées dans toute la ville ou se chargent de Tomoë... Est-ce qu'il y aurait des Lords ? Si le brief est correct, Athom est le plus dangereux, et je ne suis clairement pas de taille à faire face à un truc pareil. Mais il doit être occupé avec le tatoueur. Et Joël se charge en ce moment des soldats et des Yamchiens. Les obstacles qui se dressent devant moi sont donc quasiment nuls.

Les surprises pouvaient toujours survenir, comme en témoignait l'arrivée plus qu'agaçante des gangsters canins. Mais globalement, le jeune homme estimait avoir le temps de trouver les quartiers de la princesse avant que le Feu de Joël Hamel se répande au sein de tout l'édifice. Tout en se déplaçant, il retira le sac à dos auquel était toujours accroché le Télétubbie ivrogne, et le secoua pour le faire descendre. La petite créature bondit et se mit à marcher à ses côtés.

"Mon antenne a chauffé quand le poing de m'sieur Hamel a frôlé votre visage, m'sieur Lysandre, fit la petite chose à voix basse, se massant les phalanges nerveusement.
- Focalise-toi sur la mission, Gâteau, commença le grand blond en ouvrant le sac duquel il sortit son masque, plaçant celui-ci dans sa poche. Tu es sur un champ de guerre ici, tu risques ta vie comme moi.
- Je sais bien, m'sieur Lysandre, mais je me suis accroché comme un fou à votre sac et mes doigts m'font mal maintenant. Pis vos accélérations du temps me donnent toujours autant la nausée.
- Cesse de te plaindre. Une idée sur la direction à prendre ?
- Pas la moindre, j'suis pas très intelligent pour ça, vous savez bien.
- Ça coûtait rien de demander, conclut le Meteor en remettant son sac en place."

Ils continuèrent de progresser, débouchant finalement dans un corridor plus large que les autres. Le Contrôleur du Temps glissa un coup d’œil à l'angle. Cette fois, postés devant une large porte à double battants, deux gardes se tenaient fermement en faction. Ils semblaient échanger quelques mots, que Lysandre ne parvenait pas à percevoir depuis sa position. S'ils gardaient quelque chose, c'était sans doute important. Ne restait plus qu'à découvrir s'il s'agissait de la chambre rose de Laya, de l'armurerie du palais ou bien encore du garde-manger.

"Gâteau... Souffla le Meteor à son écuyer. Diversion silencieuse.
- Oh, non, pas encore...
- Exécution, soldat."

La petite chose soupira, et bondit en plein milieu du corridor, en se dandinant grossièrement. L'attention incrédule des soldats étant captée, Lysandre susurra "Swift Tailor" et fondit sur eux, visant leurs zones découvertes pour les assassiner avant qu'ils n'aient le temps de dire bonjour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Game Master
D comme Dieu!
D comme Dieu!
avatar

Surnom : Dieu ou Maitre
Pouvoir : Modérer, kicker, administer et tout et tout quoi
Points de Puissance : 100 000 Points
Points de Réputation : 100 000 Points
Points du Membre : Over 9 000 !!!
Messages : 986

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Dim 12 Mar - 17:00

Diavolo malgré la brûlure était enragé. Ou peut être même que c'était encore pire du fait du feu que projetait Arcos. Il tenta de le calmer en lui envoyant son fameux drop kick. Technique familiale ancestrale des Mayor depuis 12 générations. Le prince canin se prit alors les deux pieds du prince de la guerre dans les dents ce qui en fit sauter une et surtout le fit arrêter de souffler des flammes en plus d'être projeté quelques mètres plus loin avant de se rétablir bien sir ses quatre pattes. Ça lui avait fait assez mal mais il en avait vu d'autres. Il était plus solide que ça le Arcos ! Il a quand même été entraîné en partie par Athom. Mais il fut pas mal déconcentré, lui ainsi que ses soldats par la chute de débris et de corps d'autres soldats , certains se prirent des projectiles et d'autre perdirent leur concentration ce qui permit à Ares de filer à l'anglaise vers le palais pendant que Diavolo, fou de rage continuait de tailler en pièce du chien-chien. Désorientés et apeurés par la folie de Diavolo et sa force mais aussi beaucoup la pluie de cadavre sous leur nes, ves gardes se faisaient assez joyeusement massacrer par Diavolo qui avait révélé son arme secrète... le sabreception ! Putain 2° fois que je fais cette référence dans mes postes GM du weekend. Faut que je me renouvelle ! Allez ! Un p'tit taquet gratuit à joy ça va me changer ! Diantre non ! Pas possible c'est déjà fait aussi ! Je crois que j'ai épuisé mon réservoir de blagues ! Me voilà donc condamné à être sérieux ! Quel triste sort !

Alors pendant que Diav faisait du hachi de chien. ça change du hachi de cheval tiens ! Arcos contourna ce dernier qui le vit venir et qui envoya un swig de son épée que le prince canin esquiva de justesse, se payant au passage un p'tit toilettage gratuit avant de foncer sur Diavolo et lui saisit une jambe qu'il serra de toute ses force dans sa mâchoire. Il parvint tout juste à pénétrer la peau de Diav mais quand même, la morsure était en même temps une brûlure. Sentant un coup de sabre qui allait s'abattre sur son cou, Arcos secoue la tête tout en tenant fermement la guibolle de Diavolo ce qui a pour effet de projeter Diav un peu plus lion. Arcos le poursuit, apparemment sacrément furax.

- Tu veux apporter la guerre dans mon royaume ! Bien ! Tu vas l'avoir ta guerre !

Le prince canin fondait à présent sur Diavolo, tous deux séparés des soldats canins mis en déroute complète. Il esquivait les assaut de sabre de Diavolo tout en projetant parfois des flammes sur lui pour le blesser plus encore. On sentait la rage en chacun d'eux, les assauts pleuvaient et aucun ne faisait de concession pour son adversaire. En fait, ils se ressemblaient assez tous les deux. Deux princes laissant leur rage prendre le dessus dans un combat survolté et d'une violence inouïe.

Pendant ce temps Ares entrait dans ve palais, la garde n'opposait face à lui qu'une assez faible résistance au passage de la première porte, une partie de la garde ayant suivi Arcos dans son avancée sur le prince de la guerre ou attirés par le grabuge fait par Joël de l'autre côté du palais ou trop occupés à surveiller d'autres points d'importance. Ares avait le champ libre et pouvait se reposer un p'tit peu a tête pour se pré »parer à un prochain affrontement. Il est vrais qu'il avait enchaîné les affrontements depuis quelques minutes et il commençait à faiblir et être recouvert de blessures plus ou moins graves. C'est au moment le plus calme et où il s'y attendait le moins,a lors qu'il courrait seul dans un grand couloir après avoir vaincu ou aspiré plusieurs gardes qu'une espèce d'énorme poing e glace vint le percuter dans son angle mort. Le choc le propulsa conter le mur qui se brisa et qu'il traversa donc pour se retrouver dans une sorte de hall devant une grande porte devant laquelle se trouvait deux gardes canins morts, lysandre ainsi qu'une créature grotesque. Ares se releva et une 4° personne entra alors par le trou causé dans le mur par l'énorme poing de glace. Un voyageur, noir de peau avec de petites dread, un sourire sympathique qui fit craquer ses cervicales avant de faire apparaître des pics de glace dans ses mains.

- Nikel ! 3 intrus dans le palais pour le prix d'un !

Le voyageur de la glace semblait satisfait de sa prise. Eh oui les gens, faut pas oublier que les élémentaires aussi sont venus en renfort des chiens. Au passage, pour Lysandre, va discrétion c'était finit, se retrouvant dans la même place que l'obscure et un élémentaire garde du palais d'une nuit. Était-ce le début d'un triel ? (un duel en un contre un contre un quoi!Oui je comptas pas l'autre ivrogne dégueulasse là!) On dirait que lys' est tombé sur un os, lui qui était si proche de la chambre toute rose !

Pendant ce temps Joël, grâce à son pouvoir pas mal taillé pour ça il faut l'avouer, faisait un carnage parmi les chiens, aussi bien gardes que voyous sans faire la moindre distinction, mais leur surnombre leur permettait de parfois le toucher, lui infligeant une morsure, griffure, le frappant avec une arme ou lui collant un coup mais ne parvenant jamais à lui infliger une blessure sévère. Mais se battre seul contre tant d'adversaire demandait uen certaine concentration et pas mal d'efforts. Tant et si bien que Joël ne parvint pas à percevoir un nouvel adversaire qui était arrivé dans l'ombre. Dans son angle mort, un projectile partit en direction de sa tête et le toucha. Mais sans lui faire le moindre dégât. Joël sentit une légèrement piqûre sur sa tempe quand soudain, il eu comme des flash d'images diverses qui venaient à un rythme aléatoire dans son esprit. Comme si ces images apparaissaient en pop-up alors qu'il veut tranquille mater son film de boule pendant que sa femme est parti chercher sa fille à la garderie. Et cela le déconcentrait tellement qu'un des hommes de yamchien arrivant de côté arriva à planter son couteau dans le dos de joel un peu au dessus des reins. Puis le flot d'images disparut. Un nouveau projectile partit vers la tête de Joël, envoyé à distance par une créature de la foudre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dream-land.forumactif.org
Ares
L'Ombre de Minuit
L'Ombre de Minuit
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'obscurité
Points de Puissance : 44 500 points
Points de Réputation : 54 500 points
Points du Membre : 785 points
Double Compte : Eric & Sane
Messages : 660

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Mer 15 Mar - 18:05


Tandis qu'Ares avait pour objectif de boucler ça rapidement les ennuis se multipliaient. Bientôt Diavolo décida de rester en arrière, offrant à Ares un peu de temps. Très bien. Au pire, s'il meurt, ça ne fera pas grand chose au contrôleur de l'obscurité. Enfin, dans tous les cas le voyageur obscur ne se retourna pas, laissant le frère de la guerre faire face au prince du royaume tandis qu'il cherchait à buter le roi, emporter la princesse et au pire, au retour, il buterait le prince aussi.

Une envie de massacre ? Bah, simplement qu'autant faire en sorte que cette nuit soit mémorable et utile à la guerre. Pas simplement une couille parmi tant d'autres. Et puis les obscurs n'auraient pas une autre occasion comme celle-là, Tomoe en personne leur offrait une magnifique occasion. Le sicilien avait bien l'intention de transformer l'essai. Dans le palais les pauvres gardes ne savaient pas trop comment réagir.

Ils finirent bien vite tous dans le réservoir obscur d'Ares, rechargeant un peu ses batteries. Punaise, vous imaginez s'il pouvait foutre des trucs dangereux là-dedans ? Il y aurait vraiment moyen de faire un truc cool... Cette idée fit son petit bonhomme de chemin tandis qu'Ares pensait à la suite des évènements, il avait une idée pour après cette nuit, mais pour l'instant. Il allait se chargeait de cette famille royale, une bonne fois pour toute.

Tandis que le voyageur obscur rappelait à lui ses armes il fut frapper par un poing de glace. A peine eut-il le temps d'empoigner les deux fées qu'il passait à travers le mur le plus proche. Le contrôleur de l'obscurité secoua la tête en fixant celui qui l'avait attaqué. Un élémentaire. Bien sur, faut que les lourdingues de l'alliance s'en mêlent aussi. Rapidement Ares observa la salle autour de lui. Un autre voyageur, deux gardes morts. Ok, soit allié, soit ennemi.

Brièvement le voyageur obscur esquissa un plan pour continuer le combat. Dans le même moment le voyageur de la glace prenait la parole. Apparemment il se réjouissait de combattre des intrus. Pourquoi tout le monde dans ce royaume nourrissait une envie parfaite de combat, alors que tout pouvait être reglé sans plus d’effusion de sang que la centaine de cadavres depuis le début. Ou plus, bon ok, pour le coup, il n'y a pas de compte.

« Oy, gamin. Je sais pas qui t'es, je sais pas ce que tu veux, je m'en branle. Ecoute, dans tous les cas ce touriste ne voudra pas te laisser passer, ni toi, ni moi. On le bute en deux-deux, puis on reprend notre chemin, ni bonjour, ni au revoir, on laisse l'autre tranquille faire ce qu'il veut. Ca nous économisera du temps et de l'énergie. »


Bon, à bien y réfléchir il n'y avait pas trente six-milles raisons pour que l'autre soit là. Il n'était pas un des voyageurs obscurs, Tomoe avait ses potes avec lui et les yeux étaient tous tournés vers le Leader de la Ligue Major. Donc soit c'est juste un fou... Soit c'est un météor. Ce deuxième point était sans doute de loin le plus probable des deux, mais Ares n'y fit pas attention. Au pire ça jouerait peut-être en sa faveur. Après tout, Ares avait déjà battu un général des météors, Stors. Il avait été rival d'un ancien, Liam Barret, et rival d'un actuel, Sphinx. Donc dans le pire des cas, si les météors sont pas trop cons, il vont juste acceptés son idée.

Sinon. Advienne que pourra. Il y aura deux cadavres au lieu d'un. Si jamais combat il y avait lieu. Le voyageur obscur nourrissait encore l'idée de filer à l'anglaise, préférant toujours éviter le combat avant d'avoir terminer son objectif de foutre un beau bordel dans ce palais à la con. Mais pas le temps de niaiser. L'ancien mafieux leva son pistolet et tira vers le voyageur des glaces, trois balles tout ce qu'il y a de plus ordinaires, pour le jauger et voir la réaction de l'autre voyageur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joël Hamel
Combattant Du Feu Libre
Combattant Du Feu Libre
avatar

Team : Meteors
Pouvoir : contrôleur du feu
Points de Puissance : 34 400 points
Points de Réputation : 42 500 points
Points du Membre : 531 points
Double Compte : Maahes
Messages : 381

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Jeu 16 Mar - 21:19

Très rapidement je me suis retrouvé encerclé par les soldats du palais et les gangsters canins, seul. Pas vraiment le meilleur endroit du monde pour taper la discute mais j’étais pas vraiment ici dans ce but. Comme l’a si bien dit le MJ mon pouvoir été probablement l’un des plus efficaces contre autant d’adversaires à la fois, même si ça me demandait une concentration plus qu’énorme pour voir venir les attaques autour de moi et les éviter au dernier moment, de sorte à m’épargner de lourdes blessures. Si je devais décrire précisément ce qu’il se passait, je dirais qu’une véritable mêlée à prit vie entre les murs de ce palais. Sauf qu’au lieu que deux équipes de rugbys armées se battent pour un ballon, elles se battaient ensembles contre moi qui était au centre. Les flammes produites par mon pouvoir dansaient littéralement sur ce petit champ de bataille, allant serpenter entre les rangs ennemis alors que je n’hésitais pas à utiliser la lance légèrement écorchées par de nombreuses entailles. J’avais tenté de bloquer un maximum avec cette arme mais je sentais qu’elle atteindrait rapidement sa limite, alors je n’ai pas tenté le diable et j’ai préféré m’en débarrasser en la lançant droit sur l’un des hommes du Don, la pointe transperçant sa cage thoracique alors qu’il tombait dans les bras de ses collègues.

Je pourrais essayer d’écourter au plus vite le combat en utilisant mes techniques les plus puissantes et sans pause, mais selon moi ce ne serait pas le meilleur des choix. Le Feu qui brûle en moi n’est pas illimité et à volonté, si j’en abuse trop rapidement je pourrais me retrouver sans élément pendant quelques minutes, et s’il y a encore des ennemis autour de moi à ce moment-là et ben j’étais juste foutu. Je ne me pressais pas, j’esquivais, attaquais, esquivais, attaquais, etc. Je m’économisais sans trop me forcer, même si cette stratégie avait comme conséquence de me fatiguer physiquement. Je sentais mon souffle devenir de plus en plus rauque alors que la sueur coulait le long de mes muscles. Après quelques minutes le nombre d’ennemis avait drastiquement baissé, mais on pouvait déjà voir les blessures sur mon corps qui s’ajoutaient au fil des assauts ennemis. Traces de morsures, entailles, début d’ecchymoses, etc. Je m’étais arrêté de bougé un instant, respiration à grands coups d’inspiration, voyant un soldat canin qui profitait de l’occasion pour me poignarder avec sa lame. Serrant les dents je me rapprochais de lui au lieu de l’esquiver, passant son bras armé sous le mien pour lui saisir l’avant-bras et donc le bloquer dans son élan. Je sentais la lame qui écorcha la peau nue de mon bras mais je n’allais pas me stopper face à ce genre de douleur, tournant sur moi-même pour présenter le coude de mon bras libre directement dans le museau du soldat.

Pendant qu’il volait en arrière avec ses crocs cassés, je commençais à sentir mes poings devenir de plus en plus chaud alors que j’allais chercher à en terminer une bonne fois pour toutes, même si au moment de lancer une attaque particulièrement puissante je sentis quelque chose me toucher directement dans la tête. Je me suis stoppé net, pensant que je m’étais pris quelque chose d’impardonnable, genre une flèche ou un couteau de lancer. Le genre de truc fatal, tu vois ? Mais le soudain mal de tête en plus de voir apparaître d’images brouillées et incompréhensibles me tira de ma torpeur, me laissant plutôt dans la surprise et… Dans la douleur de recevoir un coup de couteau dans le dos. L’attaque fit remonter le sang jusque dans ma gorge, me faisant cracher le liquide rouge avant que je ne décide de me retourner pour lancer une gerbe enflammée sur le gangster impertinent. Je reculais de quelques pas en tentant de saisir le couteau dans mon dos, mes doigts prenant en main la poignée que je retirais d’un coup sec avant de jeter la lame par terre.

*Merde, maintenant que j’ai été directement touché les autres vont prendre confiance… Je vais devoir passer à la vitesse supérieure.*

En relevant les yeux je pouvais apercevoir une ombre un peu différente du profil des soldats et mafieux restants, une silhouette qui ne ressemblait à rien d’un chien et qui finit par balancer un projectile lumineux dans ma direction. Ouvrant grand les yeux je décidais de faire un rapide pas de côté afin d’éviter « l’attaque », même si en suivant des yeux le projectile qui percutait de plein fouet un pilier je ne vis rien d’extraordinaire. Même pas un petit impact. Je retournais mon attention sur l’étrange créature, voyant quelques filets électriques qui entouraient sa main. Un large sourire se dessiner sur mes lèvres alors que je m’arrêtais un instant, craquant mes doigts tout en fixant la créature élémentaire.

▬ Ha ! Un élémentaire, et une oreille pointue en plus. J’aurais dû me douter que vous pointeriez le bout de votre nez, après tout tous les arguments sont bons pour contrôler ce royaume à l’avenir.

Alors que je faisais un pas dans sa direction je pouvais voir les chiens restants qui se mettaient en garde, prêts à m’encercler de nouveau. Je soupirais, tournant l’œil dans leur direction tout en faisant gaffe à la créature électrique – il a prouvé qu’il pouvait me tirer dessus pendant que j’étais au milieu de la mêlée – en quelques secondes les flammes recouvraient mon corps jusqu’à former un manteau de Feu à peu près consistant, arrivant jusqu’à mes mollets. Les flammes brulées d’une couleur vive bien que pour moi c’était comme porter une couverture bien chaude et confortable. Même si je tiquais pas mal sur la douleur qu’occasionnait le Feu sur mes blessures, cautérisant lentement au passage. Je faisais style de rien, ne voulant pas paraître faible face à mes adversaires alors qu’au contraire j’essayais d’intimider les plus démunis d’entre eux.

▬ Vous voulez vraiment continuer ? Vous n’avez toujours pas compris que même avec 60 d’entre vous, vous n’avez rien pu faire contre moi ? Regardez-vous ! Combien ont survécus ? 10 ? 15 ? Vous vous êtes pris à la mauvaise personne. J’ai pas besoin de vous tuer, alors je ne vous retiens pas. Ceux qui veulent rejoindre leurs camarades fumants, avancez. Ceux qui veulent vivre, partez.

Le ton était de mise. Pendant que je parlais je prenais le temps de me ressourcer comme je le pouvais, reprenant une respiration plus calme et contrôlée. Pour l’instant un statut quo venait de s’imposer entre moi et les créatures, l’arrivée du soldat de Voltera ayant en quelque sorte changé la mise. J’allais donc attendre de voir leur réaction, même si dans tous les cas je n’allais pas attendre longtemps avant de repartir à l’assaut. Je leur laissé 1 minute pour se décider, auquel cas ils le paieront de la volonté de ma flamme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diavolo Mayor
Tyler Durden au chomedu
Tyler Durden au chomedu
avatar

Pouvoir : Guerrier Berserker
Points de Puissance : 34 000 points
Points de Réputation : 40 500 points
Points du Membre : 179 points
Double Compte : Joy Killamanjiro
Messages : 116

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Ven 17 Mar - 17:00

- HUUUMOUIIII FA-TA-LI-TY !



Je m’incline en mode mousquetaire de vieux films en noir et blanc cramés dans le Royaume du Cinoche, quand je ramenais des guerrières au grand cœur voir des comédies romantiques, des peloches de capes et d’épées, pour les préparer à la capote et à mon épée ensuite, dans le noir, dans le grésillement tendre, chaud, doux des salles obscures vides, parce que tu as tué tout le monde pour troncher la Denise. Bref, le truc super classe, qui me ressemble forcément. J’agite ma lame, je m’incline et je la remets dans MC Bokken d’un geste vif, comme un SAMURAIIIIIIILLE ! Samuraille le Sage, c’est moi les gars. Au moment où le bois touche la garde de l’épée, y’a une voiture qui explose avec les parois vaginales de vos mères. BOOOOOOM ! Hé ouaye.


Vous allez me dire que je fais autant de remplissage qu’un MJ ne sachant pas tacler Joy Killamanjiro, et vous savez quoi ? C’est exagéré. J’aime parler, m’entendre, me faire résonner et tirer tes oreilles vers l’arrière que je te savonne l’arrière-train avec ma...bref, tout ça pour dire qu’Arcos est du genre solide. Entre nous, on va pas se la jouer fausse modestie, j’en attendais pas moins d’un Prince de Dreamland. Je sais de source sûre aka sa grande sœur que c’est un glandu maison, mais ça reste le fils de son père, donc ouais, un putain de Prince. Y’a le troufion de base, celui que tu taillades et que tu laisses en vie pour que sa vie pue la misère jusqu’à sa toute fin, et puis y’a le Prince dont le fight passe bien sur le CV, surtout quand t’as géré avant quelques fights clubs, et que tu es aussi le fils de ton père. J’veux dire, en un sens je le comprends, mais je trouve qu’il manque un poil de prudence. Il est clair et net que son père va être ciblé ce soir, que sa sœur est un peu trop bonne pour rester célib’, et que lui est un parfait glandu...du coup je me marre en le voyant à fond dans le combat. Allez mec, reste encore un peu, et ta vie va s’effondrer. Tu vas toucher le fond, c’est bien. Je suis la haine de Diav. Je suis son poing qui s’occupe de ta maman. J’roule sur ton crew et tu m’astiques le manche…MC BOKKEN C’EST À TOI !








- J’ai le luxe de faire ce que je suis, contrairement à d’auuuuutres
Mon sang bout tout le temps,  la rage est mon apôôôôôôôtre
T'es comme tous mes frères d'arme qui ont la tête dans l'Game
J'veux pas d'amalgame, parce c'est ça qui nous mène


- J'suis bad et bondissant en phase avec Duuuucmoooont
C'est l'aspect incontournable de mooooon ..
Qui a fait de moi un parano de bonne foi
Sanguin, tendu mais jamais froid
J’ai le manche en main pendant que tu l’astiques par à couuuuuuups
J'roule sur la gueule de ta mère et ton creeeeeeeew





A force de chanter comme une super star, forcément le Clebs princier en profite et me bouffe la gueule. Je prépare une riposte mais il m’envoie par-dessus la troisième corde ! Okay mec, on va la jouer comme ça. Je sens ma jambe qui saigne mais j’en ai rien à foutre. On l’a senti tous les deux, ce combat va faire parler de lui cette nuit, si l’autre Prince n’est pas une fiotte de première. Un vrai gland, j’espère qu’Arès va profiter de ça ! J’étire un sourire sadique, carnassier, amusé et moqueur. Le mec me parle de la guerre comme si c’était grave, alors que c’est mon pouvoir. MON POUVOIR BORDEL ! JE SUIS LA GUERRE !



- Je suis l’expert de la maison-guerre, débile de clebs ! J’APPORTE PAS LA GUERRE DANS TON ROYAUME, MAIS DANS TOUT DREAMLAND ! JE SUIS L’OBSCUR, JE SUIS LE SEIGNEUR DU CHAOS, SEIGNEUR DE LA GUERRE, et j’vais te manger en pâté, en croquettes, et ta frangine va finir sa carrière en me mordillant l’os pénien !



Ce crétin me fonce dessus, et comme je suis aussi con que lui, j’en rajoute et je fonce droit sur lui. MC Bokken est sorti, l’épée est rangée pour le moment. Je veux lui briser les os et en faire un jouet éducatif pour Ducmont II. DUCMOOOOOONT ! Je pousse un hurlement, et j’active les trois formes en me mangeant des flammes ofzedead. Je tue des soldats chiens à tout va, rien à foutre de ces connards, c’est sérieux ce qui est en train de se passer. Arcos me vise de mieux en mieux, et ma peau armurée commence à sentir sérieusement le brûlé. Fort heureusement, j’en ai vu d’autres…



- JE SUIS LA GUERRE ! VIENS PAS TESTER LES MAYORS, PUTAIN D’INUTILE !



Je sens le médaillon des Enfants-Rois s’allumer et déchirer ma peau en la brûlant. L’ambition est de retour, la Duchesse me regarde, et je décide cette fois d’y aller à fond. Je sais, d’habitude je suis calme, je me tiens tranquille, mais là c’est pas pareil, là je dois défoncer ce mec, cet adversaire. Ce con croit qu’il est Prince, alors qu’il est juste un combattant juste plus puissant que les autres. La guerre le reconnaît comme un officier, un général à la limite, mais la guerre c’est moi. Hors de question de lâcher mes potagers, les gars, et je décide d’y aller avec toute ma puissance. Forme berserk en mode relâchement total, c’est-à-dire que je me laisse aller vers l’inconscience pour me déchaîner, faire un maximum de dégâts sans ressentir les miens. Le contrecoup va être énorme, mais cette soirée est ÉNOOOORME ! Je deviens dingue putain ! Je sens la conscience et la maîtrise de moi-même m’abandonner, et les deux autres formes arrivent. Les crocs de la forme Loup poussent sur mes dents, et mon endurance augmente considérablement. Cette technique me permettait de rivaliser avec Sento, pendant quelques heures. Ensuite la Sanglier. Ma peau armurée, je ne charge aucun coup, je laisse faire la forme Ours du berserker. Enfin je charge droit sur Arcos en gueulant avec le Hamrammr, le cri de guerre qui me fait ressembler à un animal. Je finis d’achever les soldats tout autour de nous, et je me jette sur lui, gueule ouvert sur son cou, décidé à lui ouvrir la carotide et avec mes mains, l’ouvrir en deux à coups de coups de poings de coups de coups de coups de poings pieds de coups de poings pieds de coups à coups de poings pieds et puis...je hurle un nom, et ma conscience part en vrille. Adios les gars.



- NNNNEEEEFERYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYNNN ! C’est vrai quoi.

_________________

Avec mon air aigri amer, galbé comme un fil de fer  
Affûté pour la guerre j'roule pour la maison mère
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysandre Videl
Pirate de l'Espace
Pirate de l'Espace
avatar

Team : Les Meteors
Pouvoir : Controleur du temps
Points de Puissance : 15 000 points
Points de Réputation : 23 400 points
Points du Membre : 162 points
Double Compte : Vladimir Icarus
Messages : 153

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Sam 18 Mar - 16:59



Lysandre essuya sa lame sur le vêtement du deuxième garde à être tombé, un sourire satisfait sur le visage. C'était donc le moment, sa cible se trouvait très probablement derrière cette porte, seule, sans protection. Prête à être cueillie comme la jolie fleur qu'elle était. Il fit signe de la tête à Gâteau pour qu'il le suive et franchit les deux pas qui le séparaient d'un des battants. Mais alors même qu'il approchait sa main de la poignée, son mouvement fut stoppé par un fracas monumental. Dans un sursaut, son bras s'éloigna des chromes pour se reporter de nouveau sur la poignée de son arme, qu'il fit chanter.

Ce qu'il vit arriver dans le couloir ne lui plut pas du tout. Imperceptiblement, il fronça les sourcils. A quelques mètres se relevait une silhouette que le Contrôleur du Temps n'eut pas vraiment de peine à reconnaître. Il avait la même chevelure sombre, les mêmes traits anguleux, le même regard acéré que l'obscur qui quelques minutes plus tôt se battait à l'extérieur contre Arcos en compagnie de la créature foldingue. Fallait-il en conclure que cette dernière et le prince canin avaient fini par s’entre-tuer ? Pour l'heure aucun doute, c'était bien le fameux Ares qui se tenait là.

Juste en face, se faufilant par un pan de mur écroulé, un autre protagoniste. De prime abord sympathique, ses expressions s'enveloppèrent d'une connotation agressive lorsqu'il fit apparaître des pics de glace le long de ses phalanges. Un élémentaire, bien sûr. Quoi d'autre ? La raison qui poussait Lysandre à vouloir mettre Laya sur le trône était les liens qui unissaient les chiens à l'Alliance. Preuve était faite de l'épine du pied que représentaient ces laquais de Seigneurs.

♪ The Cold, the Dark and the Clocky ♪

Les trois forces en opposition dans cette guerre étaient représentées dans le corridor, tandis qu'au dehors, se jouait le destin du Kitsune. Comme toujours, la grande Histoire camouflait celle des coulisses, les événements muets qui l'accompagnaient. Le regard de Lysandre passa d'un adversaire à un autre, conservant un silence de marbre alors même que le type aux dreads l'identifiait comme un intrus. La tension monta d'un cran quand le ténébreux lui adressa directement la parole, menaçant le Contrôleur de Glace de manière ouverte. Lysandre dressa un sourcil à l'invective.

... Gamin ?

Il laissa Ares dérouler son discours, qui se déclinait en ce qui ressemblait à une proposition. Le Contrôleur du Temps laissa alors un sourire s'étendre sur ses lèvres.

Que viens-tu faire ici, toi le Voyageur obscur au nom si porteur de sens ? Songea le grand blond en sondant le moindre mouvement de ses deux adversaires. Je pensais qu'il en voulait à Arcos, mais il veut plus que ça n'est-ce pas ? S'il est là, au même niveau que moi, au même moment... Il n'y a rien d'incohérent à ce que le roi et la princesse soient dans son collimateur. Le pourquoi m'échappe, mais... S'il vise Laya, il est sur ma route. Pour avoir surfé sur la vague d'un faux assassinat de Duc, il ne doit pas être si fort... si ?

A ce moment, l'obscur leva son arme à feu en direction du Contrôleur de Glace. Par réflexe, le Meteor arqua ses jambes et déploya les flux temporels autour de lui. Dans le quart de seconde où la détonation partit, il dut prendre une décision définitive. Chercher sa cible, joindre l'affrontement ou tuer Ares. Ce fut comme si un bullet time s'activait, Gâteau bondissant au ralenti sur le sac de son supérieur alors que la balle fusait vers l'homme des glaces. A la manière de ces jeux vidéos à choix multiples, à droite pour les nichons, à gauche pour les armes, au milieu pour la gloire. THIS IS IT !

"Je suis navré, mais le temps file, et les jolies femmes n'attendent pas même les meilleurs amants."

Lysandre activa sa technique Swift Tailor pour accélérer sa propre trame temporelle, pesa de tout son poids sur la poignée de porte, passa de l'autre côté, ferma les yeux, et referma la porte derrière lui. De l'autre côté de la cloison, les bruits d'affrontement explosaient dans tous les sens. Combien de temps tiendrait le gars des glaces face à l'obscur ? Combien de temps tiendrait le ténébreux face aux dreadlocks ? Le Meteor, plus que jamais, savait que son chrono personnel se réduisait comme peau de chagrin à présent qu'il était découvert. Il ouvrit les paupières. Si Laya lui faisait face, il lui tendrait la main, lui adresserait son plus beau sourire, et déclamerait:

"Princesse. En d'autres circonstances, je me présenterai dignement et vous ferai la cour. Mais comme vous pouvez l'entendre, la trotteuse est déréglée. Vous faites face au choix le plus important de votre vie. Votre dernier rempart affronte un Voyageur obscur de l'autre côté de ce mur, en ce moment même. Lorsque j'ai croisé votre frère il y a quelques minutes à peine, il faisait déjà face à ce même individu. Je vous laisse tirer les conclusions qui en découlent. Quant à votre père, l'un des miens est en ce moment-même en route pour mettre un terme à ses souffrances avant de mettre le feu à votre palais. Le constat est accablant, et je m'impose avec dureté à vous le présenter. Tout le monde n'accorde pas la même importance à l'avenir."

Il sortit son masque et l'agita brièvement avant de le remettre dans sa poche.

"Mais l'avenir de votre Royaume dépend de vous et de vous seule désormais. Le temps vous manque. Je suis la solution à ce problème. Il n'y a que vous pour reconstruire quelque chose de viable sur les cendres de ce qui restera. Aussi difficile à entendre que ce soit, vous allez devoir faire votre choix maintenant, et faire confiance à un Voyageur. Un être aux oreilles rondes que vous ne connaissez pas, qui s'est introduit dans vos quartiers sans la moindre vergogne en traçant son chemin au fil d'une lame. Qui plus est un Meteor, de ceux qui s'en sont déjà pris à votre famille. Qui d'autre, pourtant, en ce moment précis, vous offre une alternative ?"

Il avait parlé en toute transparence. Rien ne servait de mentir alors qu'en face de lui, la jeune femme avait sans doute déjà tout compris. Il demeura la main tendue, signe qu'il n'était absolument pas agressif. Le moindre tendon de ses jambes était prêt à partir, si Laya acceptait son aide, dans le sprint temporel de sa vie onirique. Tout dépendait de la décision de la splendide créature -toute chimérique qu'elle soit- à présent.

"Appelez-moi Lysandre."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Game Master
D comme Dieu!
D comme Dieu!
avatar

Surnom : Dieu ou Maitre
Pouvoir : Modérer, kicker, administer et tout et tout quoi
Points de Puissance : 100 000 Points
Points de Réputation : 100 000 Points
Points du Membre : Over 9 000 !!!
Messages : 986

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Sam 1 Avr - 23:35

Bon... allez... le meilleur pour la fin! Ha! nan trop pas! surtout le plus chiant par ce que c'est un bordel monstre ! entre Diavolo qui pète juste une durite tant sur le fond que sur la forme de sa narration, Lysandre qui crois que la vie est aussi simple que dans un album de oui-oui, Joel qui... bah qui fait son Joël et ares qui.... bah qui fait son ares... bah vous avez le secret de la recette ancestrale du merdier intégral. Mais il manque un ingrédient secret ! Mais je le dirai pas. Bon ok! J'vais vous le dire ! C'est du papillon !

Pour faire simple ! On a ares qui décide de faire une coalition avec lysandre contre ve contrôleur de va glace avant de partir à v'attaque. mais le contrôveur du temps a décidé de voir la chose sous un angle tout autre en fait. Il décide de laisser ares gérer va question tout seul pour aller voir la princesse dans sa chambre toute rose en scred. Quel enculey ! Puisque c'est ça! j'dirai ce qui lui arrive dans un autre paragraphe. Occupons-nous plutôt de Ares et de son combat contre la machine à glaçons ambulante. l'obscure comme souvent tira des balles sombres avant tout pour jauger son adversaire et causer une réaction qui pourra laisser l'ouverture pour une attaque plus dévastatrice. C'est assez facilement que le contrôleur de la glace arrive à passer outre cet assaut en se créant un bouclier de glace. Il ne perdit ensuite pas une seconde et envoya un pique de glace dans la direction de lysandre en train de passer la porte. Il tentait de l’attaquer en traitre pendant qu'il avait le dos tourné ? Non! Pas du tout ! le pic de glace se planta au sol et forma un mur qui vint obstruer le passage, enfermant Lysandre dans la pièce et l'isolant de ares. le givré arbora un grand sourire.

- On dirait qu'un combat à 3 le branchait pas. ça me dérange pas tant que ça personnellement !

Tout comme ares, il passa ensuite à l'attaque et envoya un salle d'une douzaine de pics de glace vers Ares tout en se mettant à bouger pour éviter un éventuel assaut de l'obscure.

Qu'en est il de noter Lyssandre alors ?! il restait alors bloqué dans l'immense salle où il put voir une silhouette d'une personne avec 9 queues. ça ne pouvait être que Laya, la princesse du royaume canin ! Lysandre lui fit son beau speech comme quoi malgré le fait qu'il soit un connard, il reste sympa et qu'il est là pour l'aider ! ouais ! on y croit! Puis... va princesse qui était ans la pénombre s'approcha du météor et se mit à lui parler d'une voix suraiguë. Une voix de castra pourrait on dire. une voix tellement aiguë qu'elle en fait pas du tout naturel.

- Oh oui! sauvez moi de mes oppresseurs! mon grand et puissant météoooooooor !

là... Lysandre put va voir vraiment... je devrais peut être pas dire ça mais... je l'imaginais pas comme ça laya... bah ouais ! je sais qu'on est au royaume des chiens, que ça a des poils mais je l'imaginais pas avoir une barbe naissante mal rasée va princesse. Puis, elle est un peu foutu comme un rugbyman. Soit dit en passant, un de ses nichons tombe vachement plus que l'autre. et ses queues sont étrangement statiques. Puis on a comme l'impression qu'elles sont faites de papier mâché. Je pensais qu'elle aurait le poil plus soyeux la laya quoi. pas trop l'image qu'on se fait d'une princesse. elle est pas sexy pour deux sous. Alors qu'elle s'approche de lysandre pour lui sauter dans les bras, on constate même qu'une de ses queues tombe au sol dans un petit "crac". étrange ! c'est marrant ! c'est comme si un garde s'était déguisé en Laya mais alors super mal ! hahaha ! mais nan ! c'est pas possible. naaaan ! ivs seraient pas assez con pour faire un déguisement aussi raté quand même. A mesure que Laya s'approchait de Lysandre, il se rendait compte qu'en plus, elle sentait va vinasse. Aaaaaaah! les princesse de nos jours ! toutes des dévergondées ! j'suis sûr qu'elle porte même pas de culotte ! Nan mais y a pas de raison de penser que c'est pas laya.... elle parle en rose. preuve que c'est laya! bah ouais ! c'est une fille, elle parle donc en rose. Y a que les filles qui parlent en rose... en étant enfermées dans leurs chambres roses !

Du côté de Diavolo... que se passe-t-il ?! Bah... il continue de s'enfoncer toujours et encore plus dans sa folie du combat contre Arcos, son homologue prince canin. Mais bon... manque de chance... Il allait foncer à la gorge d'Arcos quand soudain... il se pris un gros insecte dans la courge qui vint ve percuter à pleine vitesse. en effet, Sphinx se dirigeait en volant vers le palais... Mais il n'était pas du tout le seul à en faire de même. Athom qui était à peu près dans le même secteur que lui en faisait de même. Il vit alors sur sa route Sphinx qui avait de toute évidence vaincu Axel. En le voyant, Athom effectua alors un bond surprenant pour arriver au niveau de Sphinx et abattre de toute ses force l'une de ses pattes sur le voyageur qui vit l'attaque venir et put va parer pour prévenir une partit des dégâts. Cela ne l'empêcha cependant pas de choir à toute vitesse vers le sol pour apparaitre en plein sur Diavolo. Quelle coïncidence ! C'est trop gros pour être honnête tout ça ! m'en branle c'est moi l'patron ! Athom partit alors rejoindre le prince pour faire face au météor et au prince de la guerre.

- Vous n'êtes pas trop blessé mon prince.
- ça va... Il est coriace !
- C'est... Mais c'est le prince de la guerre !
- lui même ! il a rejoins ces maudits obscures apparemment et veut s'en prendre au palais !
- de mon côté j'ai avec moi général des météors.
- Je le connais...


Mais cette petite retrouvaille entre le prince et le protecteur de la famille royale fut interrompu par l’apparition du Kitsune. En effet. Il commença par se manifester par ses cris avant d’apparaitre derrière le palais dans toute sa majesté. Il observa la fiole d'encre et Tomoe avant de poser son regard amusé vers le palais pendant qu'on pouvait voir un nuage d'encre s'approcher du palais.

Du côté de Joel, il proposa à ses adversaire de se rendre pile au moment où ve cri du kitsune se fit entendre. Cela créa une sorte d'instant de flottement puis d'incompréhension quand ses cris se répétèrent. Puis finalement, le Kitsune fut visible depuis les fenêtre. il était là... juste à côté du palais. la vision du Kitsune commença même à galvaniser les créatures canines qui comprenaient d'autant plus pourquoi ils se sacrifiaient. Ils ne se sacrifiaient pas pour une famille royale, pas pour un territoire ou un deal de drogue... Ils se sacrifiaient pour leur dieu qui n'est dans le fond qu'une partie d'eux même. Ils s'apprêtaient à foncer sur Joel quand soudain, une voix aboya l'ordre de ne pas attaquer. Une créature canine arriva. Elle était armée d'une faux et avait un air quelque peu terrifiant. Un chien cauchemar qui s'approchait lentement du lieu du combat. C'était le plus puissant combattant de Dom Yamchien.

- Cassez-vous ! me trainez pas dans les pattes !
- S... Samy... on va t'aider à...
- tirez-vous ! j'ai pas besoin de vous pour buter un voyageur ! Fut il un élémentaire !


Les gardes comme les mafieux s'éloignèrent, laissant va place à va créature qui fumait la pipe. ils restèrent cependant pour observer. La créature électrique comprit qu'elle ferait mieux de ne pas se mêler de ce combat, sentant que ce membre de la famille serait foutu de le buter s'il intervenait dans ce combat singulier. Il s'éclipsa, préférant aller quelque part où il pourrait être utile. le dénomé Samy, pas un nom de caïd si vous voulez mon avis faisait à présent face à Joël.

- C'est toi le costumé qu'a menacé le Dom ?

Il tira sur sa pipe avant de la vider de son contenu sur le sol.

- Pffff ! en fait ça n'a aucune importance. le dom veut voir tous les météors présents dans ce royaume mourir.

Il se mit en harde et fondit droit sur Joel en abattant sa faux sur lui afin de tenter de le trancher en deux au niveau des épaules. il avait une force et une vitesse surprenante ! il n'est certainement pas du niveau d'un lord mais... il n'as pas tant de chose à leur envier si vous voulez mon avis.

Le Kitsune était juste là... mais visiblement, ça ne changeait pas du tout l'envie d'en découdre des attaquants du palais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dream-land.forumactif.org
Ares
L'Ombre de Minuit
L'Ombre de Minuit
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'obscurité
Points de Puissance : 44 500 points
Points de Réputation : 54 500 points
Points du Membre : 785 points
Double Compte : Eric & Sane
Messages : 660

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Dim 2 Avr - 11:17

C'est mauvais. Très mauvais. La situation échappait totalement à Ares. Voilà que le météor se décidait à partir comme un connard, une action digne d'Ares, pour rejoindre la chambre la plus proche. L'élémentaire en scella l'entrée rapidemment avec un mur de glace, ça sent le piège à plein nez ça. Le disciple d'Ades était presque content de devoir combattre l'élémentaire du coup. Celui-ci c'était protégé avec un bouclier de glace, visiblement il était plutôt content de combattre.

« Hélas pour moi j'ai déjà tué bien assez d'élémentaires de la glace pour plusieurs vies, ça va être d'un chiant... Je ne vais pas te faire l'affront de te proposer de fuir ou te dire que c'est ta seule chance. Je suppose que tu savais déjà à quoi tu t'attaquais quand tu as fais ton erreur. »

De la fumée obscure s'échappa d'Ares tandis qu'il finissait sa phrase, face à lui l'élémentaire attaqua. L'obscurité fouetta l'air, matérialisant de la mélasse qui vint absorber les pics. L'air devint plus sombre, dans un espace aussi restreint l'obscurité d'Ares se concentrant pour masquer d'autant plus la vue. Le voyageur obscur pointa l'un de ses pistolets vers son adversaire et tira, profitant de l'obscurité. Mais il n'envoya pas un projectile obscur, non plus rigolo. Il largua l'un des pics de glace absorbés précédemment vers son adversaire, à la vitesse d'une balle cette fois.

Pendant ce temps l'obscurité gagnait du terrain dans le palais. Ares en profita, il bondit sur le côté et tira un deuxième cône absorbé, usant de l'obscurité pour se mouvoir un minimum discrètement. Puis il s'éloigna du combat tandis qu'il en tirait un troisième. Le contrôleur de l'obscurité réfléchit calmement tout en passant la première porte venue, en prenant soin de semer un maximum d'obscurité dans le palais pour masquer ses traces.

Il n'avait toujours pas le temps pour les combats, encore moins maintenant. Entre les défenseurs élémentaires, les météors, les p'tits cons, les lord et Arcos, la situation allait vite devenir explosive, le voyageur obscur devait rapidement réagir. Très bien. Quitte à... Ares s'immobilisa après avoir passé à un escalier, par la fenêtre il pouvait voir le Kitsune. L'énorme Renard était juste à côté du Palais Royal. Attends voir... S'il est là, Tomoe va ramener sa fraise aussi ? Ca va vraiment être le bordel...

Enfin, une idée finit par naître dans l'esprit d'Ares. Il pointa son pistolet vers le mur et fit un pas en arrière, appuya sur la détente et tira un trait obscur vers le dieu chien, par la fenêtre, emportant des roches avec lui, jusqu'à percer une partie du mur et de laisser l'attaque faire son chemin sans s'en soucier. Il reprit sa course et tira un coup dans un mur, le brisant pour foutre un peu plus la merde. Il réfléchit encore un peu. S'arrêter pour Lava ou le Roi serait perdre trop de temps, d'autant plus qu'ils doivent encore être protégés, donc il fallait faire autrement. S'il ne pouvait plus s'en prendre à la famille royale, il allait faire son nécessaire pour foutre un bordel aussi monstrueux que possible.

Forçant sur son pouvoir il fit toujours grossir la fumée, avec pour objectif final d'en coller un maximum dans le palais. Objectif ? Briser un maximum de trucs à l'intérieur avec, si possible, les colonnes et murs porteurs. Faire s'écrouler le palais, à défaut de pouvoir combattre, autant briser par la force des choses. Ares continuait à courir sans réel sens de le palais, perçant des murs par-ci par là, tout en cherchant des escaliers, il voulait rejoindre le toit après tout, et foutre un boxon monstrueux.

Le plus gros problème dans l'histoire était toujours le même, s'il devait engager un combat ça n'allait pas être simple. Quoi que, si Tomoe se ramenait il avait peut-être un coup à jouer pour gagner du temps et faire péter le bâtiment, c'était un pari à faire après tout.Espérons juste que ça puisse fonctionner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diavolo Mayor
Tyler Durden au chomedu
Tyler Durden au chomedu
avatar

Pouvoir : Guerrier Berserker
Points de Puissance : 34 000 points
Points de Réputation : 40 500 points
Points du Membre : 179 points
Double Compte : Joy Killamanjiro
Messages : 116

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Jeu 6 Avr - 8:58

Ecoutez les amiches, j'sais pas si c'est la folie ou le papillard qui me frappe durant mon instant trop badass, trop classe, trop tenace, mais je me sens remis dans l'ordre à l'intérieur de moi-même, de manière interne dans mon moi ouech. Je regarde Arcos, qui est accompagné d'un larbin et d'un voyageur. Bon...plus on est de Fû, moins y'a de riz, comme on dit chez les wacistes. Je me mange le voyageur sur le râble et je me dégage d'un geste de beau gosse en l'ignorant. Pas question de voler mon combat ce soir ! Je fixe Arcos d'un sourire carnassier, les yeux ne cillent pas, j'ai des envies de meurtre, un truc de malade. Ca tombe bien, je suis un gros malade, un taré, un fou furieux de la baston. J'sais pas pourquoi, me reviennent les images de mon club, l'ennui certains soirs du manque de bons combattants, aucun rival sérieux. Ce soir je sens que j'suis pas forcément le plus fort, et j'adore ça. Ca me rappelle les combats éternels entre Sento et moi, entre Buki et moi, entre Ambition et moi, entre Moi et moi. Ouais, maintenant, il s'agit d'entrer dans l'Arène, n'est-ce pas MC Bokky ?






- Quand je rentre dans l'arène
J'suis comme un dieu qui s'amène
Même l'infini me mène j'suis impérieux et suprême
La démesure bien huilée, la masse crie "Ave"
J'suis porté transporté, tu ne cesses d'exister
A TOI MC BOKKYYYYYYYY !

- Tu ne peux que capituler
Tu sens mon aura rayonner
J'suis comme une vielle bâtisse
Capable de tenir des siècles
Quand je rentre dans l'arène, non plus rien ne me freine
C'est inscrit dans mes gènes
C'est comme mon ADN
A TOI DIAVOLOUUUUUUUUCHE

- Oh parlez, Pleurez, Priez
Guerriers glaives en main dans l'arène nous sommes des seigneurs
Portés par le pouvoir
Pire qu'un gladiateur
Dans l'arène nous sommes les seigneurs





Ouais, nous sommes les Seigneurs, et je déchaîne les enfers des Mayors, je pousse un cri de rage, de jouissance, de terreur et de rage en fonçant encore sur Arcos. Au pire Athom vient s'interposer contre moi, mon corps tendu, musclé est prêt à envoyer un coup de poing comme un coup de tonnerre, pour foudroyer n'importe qui. Pendant que je chantais avec MC Bokky, j'ai chargé mon coup dans mon bras droit, dans mon poing, de par la forme Sanglier du paternel. Coup chargé, il m'est arrivé de décapiter un mec en le chargeant trop longtemps. Amenez-vous bande de bâtard. Mais tout devient flou, et je ne sais pas ce qui s'est passé, on m'a stoppé, quelqu'un a pris le coup, j'ai tapé le vide, mais rien ne se passe. Magi magi magicarpe. Je regarde Arcos, qui me défie avec cet air princier que je connais bien, et que je méprise à la fois. Arcos a l'orgueil de mes frangins, mais tu sens le mec qui n'a jamais porté la culotte remplie par ses couilles. Je me fiche du voyageur qui s'est amené avec le petit garde du corps d'Arcos, je suis fixé sur le Prince des Ienchs, je ne vais pas le lâcher, je veux qu'il crève cette nuit, même si je dois y laisser ma vie. Je rejoindrai Ducmont au paradis des Ducmonts, et je pourrais le frapper dans l'éternité. Grosse teuf.




- On s'amuse bien Arcos, mais t'es rien qu'une merde. Une chiasse qu'a jamais su prendre correctement le pouvoir, un chialeur de fils à papa de merde. Meurs donc sous mon art de la guerre, je vais m'occuper de faire régner ta sœur sur Popol Mayor, la couronne dans son fion.


J'me sens comme un dieu maintenant
J'ai les deux pieds dans l'arène maintenant
Jeune titan bipolaire paré pour la guerre et pire maintenant
Laisse du sang des larmes et des ruines derrière nous
Grandiose depuis le début transformé par la foule
Ah bah ouais j'suis dans l'arène
Comme un dieu qui s'amène
Le ciel guide mes gestes
Les enfers nous mènent
La force est calme et sereine
Mon son règne, domine
J'suis un seigneur
J'marche plus je lévite





Je fonce une nouvelle fois sur lui, cette fois j'ai chargé la puissance dans mes jambes, pour me propulser assez rapidement pour surprendre d'éventuels obstacles. Je vais le plaquer en mode rugby, le bras au niveau de son cou, et ensuite je plonge les crocs en avant, la gueule en avant, en hurlant, pour lui arracher la carotide avec les dents, le mordre jusqu'au sang. Je trace vers lui, crochet, pas de côté, deux trois crochets et j'essaie de le choper en le prenant à la gorge après deux trois feintes de virages, et qu'importe le feu, qu'importe les blessures, je le chope autant que je peux et je lui ouvre le cou avec mes crocs qui se referment sur lui. HUUUUUUM CHARAAAAAL !

_________________

Avec mon air aigri amer, galbé comme un fil de fer  
Affûté pour la guerre j'roule pour la maison mère
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysandre Videl
Pirate de l'Espace
Pirate de l'Espace
avatar

Team : Les Meteors
Pouvoir : Controleur du temps
Points de Puissance : 15 000 points
Points de Réputation : 23 400 points
Points du Membre : 162 points
Double Compte : Vladimir Icarus
Messages : 153

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Dim 9 Avr - 9:01



"DEGAGE !"

Lysandre écrasa un poing survitaminé sur la joue de la Princesse, le visage animé d'une expression mêlant terreur, fureur et dégoût. Cet assaut patriarcal bénéficiait d'une force magique, celle de sa tension sexuelle retombée comme un soufflé, c'est pourquoi sa victime décolla du sol et alla s'encastrer dans le lit à baldaquin duquel elle venait. Les colonnes et les rideaux de lin roses s'effondrèrent sur la Princesse. Le Contrôleur du Temps, les yeux clos, le poing dressé devant lui et la veine temporale palpitante, émit une respiration lourde.

Lorsqu'il rouvrit les paupières, il découvrit l'énorme silhouette translucide du Kitsune par les fenêtres de la pièce. Cette vision l'arracha un instant à son état de stupeur, et il se perdit malgré lui dans la contemplation d'une telle créature. Ce sont les bruits d'affrontement qui ébranlaient tout l'étage qui le ramenèrent dans l'instant présent. Visiblement, l'obscur et le Contrôleur de Glace s'en donnaient à cœur joie. A tel point que le Meteor se demanda si Joël aurait le temps d'incendier l'édifice avant que celui-ci ne tombe de lui-même. Mais il y avait pire: si le Kitsune était près d'ici, les trouble-fêtes en tout genre viendraient perturber ses propres plans. Le seul avantage à cette situation était que lui et le soldat d'élite pourraient épauler les Juges au plus vite. Mais il devait se dépêcher, car rien ne disait qu'Ares ou le type aux dreadlocks ne débarqueraient pas avant tous les autres.

"C'est ça le Kitsune, m'sieur Lysandre ? Fit Gâteau en bondissant du sac sur le sol, trottinant jusqu'à une fenêtre."

Le Voyageur temporel ne répondit pas, il se contenta de franchir la distance qui le séparait du lit effondré, de saisir la Princesse par le col et de soulever le haut de son buste pour approcher son visage du sien, la pointe de la Dague du Temps directement placée sous la carotide. Il puait vraiment l'alcool.

"Ecoute-moi bien enfoiré, je suis vraiment contrarié en ce moment, alors je vais être le plus clair possible pour que tu comprennes sans que j'aie à le répéter. Je cherche ta Princesse pour la sortir de ce merdier avant que quelqu'un d'autre de moins sympa que moi la trouve. Quoi, tu penses déjà que je suis pas commode ? Imagine la suite. Je suis un Meteor, je pourrais te saigner comme si je mangeais des corn flakes, ça ne me coûterait absolument rien. Alors t'as le choix."

Lysandre redressa la tête en direction du Kitsune, dont l'un des yeux passa près de la fenêtre située à sa droite. Il fronça les sourcils. Plus que jamais, le temps était compté. Tout allait se jouer dans les prochaines minutes. Reportant son attention sur la Princesse, il appuya plus profondément la pointe de son artefact sur la partie tendre de son cou.

"Ou tu crèves, ici, maintenant, sans avoir réussi en autre chose au cours de ta vie militaire que dans ce piège ridicule..."

Dans lequel je suis tombé, bordel.

"... ou tu sers à quelque chose et tu peux continuer, potentiellement, à servir ta famille royale sur le déclin. Parce que si t'as bien écouté ce que j'ai dit en entrant dans cette pièce, tu sais que le prochain souverain de ce Royaume sera une souveraine. Tu peux déjà commencer à la protéger en me disant où elle se trouve."

Il fusilla la Princesse du regard. L'expression toute entière de son visage s'assombrit et il resserra l'étreinte de ses doigts autour du col qu'il tirait fermement vers lui.

"Où est Laya !"

Sa voix était subitement descendue dans les graves alors qu'il jouait sur les flux temporels afin de réduire la vitesse de vibration de ses cordes vocales. A la manière du meilleur détective du monde, Batman, il misa sur la terreur pour faire parler son captif.

"Où est-elle !"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joël Hamel
Combattant Du Feu Libre
Combattant Du Feu Libre
avatar

Team : Meteors
Pouvoir : contrôleur du feu
Points de Puissance : 34 400 points
Points de Réputation : 42 500 points
Points du Membre : 531 points
Double Compte : Maahes
Messages : 381

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   Dim 16 Avr - 12:37

Je gardais la tête assez haute malgré que la sacré douleur entre mes côtes, me permettant d’allégrement remercier le petit fumier qui m’avait planté par derrière. J’inspirais rapidement avant d’expirer d’une façon plus lourde, mon cœur reprenant un rythme assez normal après autant de tensions en quelques minutes. Je zieutais toute la salle pour observer les « obstacles » restants, des soldats et des gangsters… Voilà une situation qui ferait bien rire la société dans mon monde. Même si dans les séries télévisées ou les romans on arrive à facilement imaginer une coopération entre les forces de l’ordre et une organisation criminelle, dans le but d’affronter un ennemi commun, ça reste une autre chose de l’imaginer dans ma réalité. Le monde est assez compliqué avec les politiques et les terroristes, donc ce n’est même pas la peine de penser que ce genre d’union est possible. Mais bon, on est à Dreamland ici, et faut croire que le cerveau des créatures canines est assez moisi pour laisser ce genre de chose se réaliser. Pas grave, pour moi ça ne faisait qu’augmenter le nombre de têtes à brûler.

Peu importe le nombre de cul qui s’assoit sur un feu de camp, il en faudra plus que ça pour étouffer les flammes. M’enfin je dis ça mais pour l’instant personne à essayer de bloquer mon pouvoir avec son coxis, et je leur conseille pas vraiment. Alors que je me préparais à donner un dernier décompte pour les survivants canins, un cri strident résonnait dans tout le palais alors qu’une figure s’élevait par-delà les grandes fenêtres donnant une vue sur l’extérieur. Comme tout le monde je tournais la tête, vachement surpris de voir débarquer ce que je présumais être le « Kitsune ». On avait beau se préparait à la venue de ce truc, je peux affirmer que le voir en vrai c’est une toute autre histoire. Il était… Plutôt cool en fait, j’avoue que si j’avais une divinité comme ça je serais honoré par sa présence et fier d’être un de ses fidèles. En tout cas j’étais vraiment content pour le coup… Qu’il apparaisse aussi près du palais, c’était comme me donner toutes les raisons pour me dépêcher à tuer ma cible afin de m’en prendre au véritable objectif de cette soirée.

Je tournais lentement ma tête vers les chiens, voyant qu’ils gardaient fermement leurs armes en main alors que quelque chose dans leur regard avait changé. On aurait dit qu’une toute nouvelle flamme venait de s’allumer dans leurs yeux, un nouveau souffle qui venait à réveiller leur esprit combatif. Même si l’idée de devoir me battre contre des chiens boostés moralement me rebutait pas mal, ça avait quand même l’effet de me motiver. Bah quoi ? Vous pensiez que c’était mon kiff de maltraiter de pauvres PNJs fatigués et déboussolés par la perte de leurs camarades ? Je préfère loin de là affronter ce genre d’adversaires. Ça peut me retarder pour ma mission ou tout ce que vous voulez, ces types risquent tout de même de vivre leurs derniers instants face à moi. Je pouvais au moins leur accorder toute mon attention, aussi peu valeureuse soit-elle. M’enfin, je disais ça mais dans les instants qui suivaient une autre créature fit son apparition. Un chien qui semblait davantage en imposer, au vu de la façon dont la plus part des autres créatures canines lui adressait la parole. Je fronçais les sourcils alors que le chien à la gueule de chacal ordonnait aux autres de s’écarter, faut croire qu’il avait les galons pour mettre un peu d’ordre dans le semblant de chaos que j’avais mis. Derrière moi je pouvais sentir le Feu se propager lentement mais sûrement, l’air autour de nous devenant de plus en plus chaude et difficile à supporter pour ceux qui ne sont pas liés au Royaume du Feu. Sans parler de la fumée…

A ma grande surprise les chiens ainsi que la créature de foudre s’écartaient, les soldats et gangsters dessinant un cercle autour d’Anubis et moi-même, donnant un décor davantage orienté vers l’arène des gladiateurs. Je fixais le fameux Samy tout en restant sur mes gardes, déjà que j’avais pas l’habitude de me battre contre des types avec des faux, mais le fait de penser qu’il devait largement se débrouiller mieux que les autres ne me rassurait pas tant que ça. Il finissait par enfin s’adresser à moi, me demandant si j’étais celui qui avait menacé son patron. Un sourire se fendait entre mes lèvres alors que j’haussais les épaules.

▬ Si le Dom est encore en vie alors c’est qu’il ne m’a pas encore rencontré.

Petit taunt gratuit, on n’est pas à ça de près. Samy vidait sa pipe, laissant la cendre encore légèrement embrasées tomber au sol. Bon réflexe, toujours éviter d’avoir quelque chose d’enflammé sous la main lorsqu’on s’apprête à affronter un élémentaire de Feu. Je me ressaisissais rapidement en sentant que ça allait très très vite partir en couille. Le chien en face de moi avait en main une faux, ce serait plutôt dangereux de s’attaquer à lui au corps-à-corps. Et même si j’arrivais à passer au travers d’une de ses attaques, il a toujours sa matraque à la ceinture pour me cueillir comme une petite fleur. Un plan commençait à se dessiner dans ma tête jusqu’à ce que la créature pousse une dernière annonce, fondant directement sur moi. Sa vitesse avait de quoi me surprendre, vu qu’elle était bien supérieure à celles des autres. Voyant l’ombre s’approchait un peu trop dangereusement à mon coup, j’essayais d’enclencher ma fuite en me servant des flammes à mes pieds pour me projeter avec vitesse en arrière, mais il faut croire que j’avais sérieusement sous-estimer la portée d’une faux.

Alors que je reculais le chien plaçait ses pattes au bout du manche non armé de son arme, augmentant drastiquement son allonge alors que la lame approchait dangereusement de ma tête. Serrant les dents, j’essayais tant bien que mal d’orienter ma tête dans la directement inverse à laquelle venais la faux, mais la pointe se planta directement contre la surface de mon nez, taillant sans difficulté dans l’os avant de poursuivre son chemin vers mon arcade sourcilière situé au-dessus de mon œil gauche. J’étais toujours à un mètre du sol alors que j’avais été touché et que j’avais reculé avec mon Speed Fire, alors que je perdais une bonne partie de ma vision à cause du sang je plaquais l’une de mes mains contre le sol pour m’en servir d’appui et pouvoir reculer davantage en finalisant mon salto arrière improvisé, posant un genou au sol. On pouvait dire que je n’étais pas très beau à voir avec une entaille ensanglantée qui partait depuis le milieu de l’arrête de mon nez jusqu’à mon œil gauche. J’essayais de garder mon adversaire dans mon champ de vision restant alors que je me relevais, lançant sans tarder une contre-attaque. Plus le combat durerait et plus je serais désavantagé, surtout contre un adversaire orienté physique.

J’amenais à moi une partie des flammes dans la salle pour les projeter dans la directement de Samy sous la forme d’une vague de Feu. Il fallait que je profite de mon contrôle sur mon élément, et c’est ce que j’allais faire alors que je décidais d’orienter les flammes de la Fire Wave de sorte à ce qu’elle essaye encercle le chien noir, au moins lui couper toute retraite vers l’arrière. Je ne souhaitais pas lui laisser de répit et même si j’allais devoir écouler les réserves que j’avais économisées jusque-là, je ne devais pas hésiter. J’attendais de voir comment réagirait la créature, même si j’étais déjà décidé à utiliser comme réponse à toutes éventualités ma Colonne de Feu qui pourra être tirée entre Samy et moi-même, qui devrait pouvoir le couper dans son élan et le blesser s’il n’arrive pas à l’esquiver. Le « boss » voulait en découdre, j’allais lui offrir de quoi se défouler en beauté !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...[PV Arès]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand on arrive en ville...[PV Arès]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quand on arrive en ville[terminé]
» Quand on arrive en ville...[PV Arès]
» « Quand on arrive en ville. »
» Quand on arrive en ville! Cassie Johnson | Terminée
» Quand on arrive en ville ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dream Land Infinity RPG :: RP :: Troisième Zone :: Royaume canin :: L'aube du Kitsune [Ancien event]-
Sauter vers: