AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Palais de Deus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Game Master
D comme Dieu!
D comme Dieu!
avatar

Surnom : Dieu ou Maitre
Pouvoir : Modérer, kicker, administer et tout et tout quoi
Points de Puissance : 100 000 Points
Points de Réputation : 100 000 Points
Points du Membre : Over 9 000 !!!
Messages : 986

MessageSujet: Re: Le Palais de Deus   Sam 5 Nov - 18:58

Deus ne releva même pas les paroles de Joy qu'il avait pourtant entendu, comme beaucoup de monde. Il ne daigna même pas regarder le voyageur. par contre, il eut droit à un regard foudroyant de la part des gardes royaux. Joël pour sa part ne trouva rien de plus amusant à faire que de d’applaudir le geste de Deus contre le jeune voyageur avec une amertume clairement visible sur son visage. Mais une 3° personne vint attirer l'attention sur lui. c'était cette fois une créature. Ce n'était même pas un seigneur. Ce n'était qu'un simple marchand ambulant qui prit la parole et interpella Deus en lui parlant presque comme son égal, ce qui déplut fortement aux gardes royaux. Il fit une proposition complètement folle à Deus qui en rit. Surprenant en effet de voir Deus rire. mais comme il l'avait dit, ça faisait des siècles depuis qu'on lui avait fait ce genre de propositions indécentes et complètement folles. ça l'amusait et le surprenait. Mais il ne perdait pas le nord. Ce marchand se prenait pour le plus malin. Il ne manquerait pas de lui faire comprendre qui est le dieu et qui est la fourmi. La réponse de deus à cette proposition eut pour effet de surprendre le marchand qui ne se dégonfla pas tout à fait et finit par différer sa réponse. Deus se considérait gagnant car il était arrivé à briser au moins un peu le marchand. il savait qu'en apparence, il gardait la face mais qu'intérieurement il avait été vaincu par lui. Ce dernier tenta un dernier coup d'éclat en tentant de venir serrer la main du roi céleste qui le snoba royalement.

Puis c'est après le retour à sa place de Carvey que d'autres applaudissements se firent entendre. Quel putain de manque d'originalité. Mais les regards se tournèrent tout de même dans la direction de l'autre énergumène qui osait imiter l'attitude d'un voyageur. Les regards se tournèrent vers l'entrée de la grande pièce dans laquelle trois créatures avançaient. Plus d'un n'en crurent pas leurs yeux en les voyant. beaucoup ne les reconnurent même pas. Les météors ne furent eux pas surpris de les voir car Silva avait pu confirmer leur présence la veille : Les Ducs obscures.

Trois duc s'avançaient lentement, le premier d'entre eux, le plus grand, Varniak en train d’applaudir tout aussi lentement qu'il avançait suivi par Dagon qui arborait un large sourire sadique et excité au côté de Krumber qui pour sa part restait complètement impassible en avançant au rythme de ses collègues. On sentait que du côté de l'alliance élémentaire, certains se retenaient très fort de ne pas foncer. mais cette fois, ce n'était pas tant Béhémus mais plus Voltera qui trépignait d'impatience à l'idée d'en découdre avec les obscures. Alors qu'ils approchaient. le sourire de Deus resta le même que depuis tout à l'heur. il ouvrit les bras en signe d'accueil.

- Varniak, Dagon et Krumber... mes invités d'honneur ! J'espère que vous avez fait bon voyage et que mon royaume vous est agréable.
- Nos respects seigneur Deus. Merci encore de votre aimable invitation. Nous vous présentons les salutations de la par t de notre seigneur et maitre le seigneur obscure.


Les trois ducs s’inclinèrent légèrement devant Deus. Toutes les autres personnes présentes restèrent silencieuses, spectatrices. Toutes ?! Non ! Une irréductible et électrisante créature ne put retenir sa fureur. il s'agir de Voltera la Déesse survoltée. Elle intervint en prenant la parole de façon énergique. On sentait sa colère du fait de la présence de ses ennemis qu'elle ne supportait pas de voir ici.

- Deus ! Ne me dis pas que tu as invité ces...
- Et bien oui Voltera. Ce sont mes invités d'honneur. Cela fait des siècles que je n'ai vu personne venant du royaume obscure. Je les ai donc spécialement invités cette nuit. Cela te poserait il un problème... Voltera ?
- Mais tu ne peux pas ce ne sont...
- Pas des seigneurs ? Tout comme les voyageurs et créatures qui sont arrivés jusqu'ici... Et puis... Je dispose du droit d'inviter qui je veux dans ma demeure. Est ce que je viens te dire qui inviter à Volt City ?

Mise à défaut dans cet enchainement de parole, elle serra les poings et une veine de se gonfla sur la tempe de la reine de la foudre autour de laquelle quelques petits arcs électriques faisaient leur apparition. Deus quand à lui la regardait avec un grand sourire comme s'il se délectait de sa colère. Dans son dos, Dagon ricanait en se moquant de Voltera tandis que les deux autres ducs restaient plutôt calmes. Dagon finit par faire un doigt à Frost qui lui faisait des coucous. il y a pas de raison que le jeu d'intimidation et de chercheur d'embrouilles n'aille que dans un sens. La situation était... électrique. tout le monde ici se rendait compte qu'une bataille pouvait éclater à tout instant ici même. Mais Voltera se retint d'attaquer, retenue par la personne de Deus et surtout par le fait qu'en terme diplomatique, si elle attaquait, ce serait elle qui déclencherait la bataille et donc elle qui serait en faute. Puis Varniak finit par prendre la parole sous les yeux courroucés de Voltera.

- Mais, permettez-vous seigneur Deus que je m'adresse à vos autres invitez ?
- Parfaitement.
- Je vous salue tous seigneurs et rois de Dreamland que nous n'avons pas pour habitude de rencontrer car nous avons l'habitude de rester en nos temples afin de veiller à notre devoir, terroriser les rêveurs et surveiller notre royaume. Nous n'avons pas pour coutume nous autres du royaume obscure de nous intéresser à ce qui se passe en dehors... Mais cela fait depuis quelques années que certains d'entre vous semblent bien décidés à former une coalition pour venir à bout de nous qui sommes pourtant pacifistes. Notre maitre dans son immense mansuétude n'a jamais trouvé l'intérêt de punir ces rois et reines belliqueux. Mais vous le savez tous. il y a plus d'un an à présent, cette coalition a attaqué nos terres. Notre maitre s'en est vu fort attristé et nous a donc chargé de vous passer à tous, Grands de Dreamland et plus particulièrement ceux qui ont décidés de nous prendre pour cible...


Varniak ouvrit alors sa bouche d'un noir intense et une voix sortit de cette dernière. Varniak a la capacité avec ses ténèbres d'absorber absolument tout, et ce même les sons. Une voix caverneuse et puissante se fit entendre à travers la bouche de Varniak. Cette voix, c'était celle du seigneur obscure. Ania cru tressaillir en entendant cette voix qu'elle n'entendrait plus Jamais. Une sorte de hoquet de rire manqua de sortir de la bouche de Deus. La voix était grave et profonde mais assez calme et douce à la fois. cette voix laissait les poils se hérisser dans le dos de ceux qui l'entendaient.

- Vous qui osez nous attaquer... Sachez que j'ai été magnanime, j'ai été calme et doux vis à vis de vous tous. Je n'ai jamais attaqué aucun d'entre vous alors qu'il est en mon pouvoir de le faire. Je ne me suis même jamais réellement défendu de toutes les attaques contre on royaume au fil des siècles. Mais vous avez usé de ma patience.

La voix de la créature changea pour devenir plus agressive, plus grondante et terrifiante. Comment une simple voix désincarnée, le simple écho de paroles prononcées il y a de cela plusieurs jours pouvait-il procurer une telle angoisse ?!

- Si c'est une guerre que vous voulez... Vous l'aurez ! Mais préparez vous à recevoir au centuple chaque attaque qui nous sera adressé. Le moindre meurtre sur mes terres se transformera en un bain de sang et de larmes. Des royaumes seront rasés de la carte par dizaines tant que nous ne nous serons pas vengés de nos agresseurs. Vous voulez une guerre totale... Bien ! Vous l'avez. Mais sachez que depuis des siècles, j'empêche tant que je peux les voyageurs de naitre avec mon pouvoir. A compté de cette nuit... C'est finit. Je laisserai des voyageurs au pouvoir obscure se répandre sur dreamland et s'il le faut tout ravager en mon nom. Vous avez pensé pouvoir utiliser la force des voyageurs contre moi... C'est que vous n'avez jamais goûté au désespoir des ténèbres.

Les paroles s'arrêtèrent et Varniak ferma la bouche. C'était une réelle déclaration de guerre officielle adressé à quiconque tenterait d'attaquer le royaume obscure. Une déclaration de guerre du royaume obscure. c'était tout simplement du jamais vu dans l'histoire de Dreamland. Ce royaume qui avait toujours été un monstre tranquille, imposant mais reposant paisiblement sans réellement nuire à quiconque. Ce royaume entrait en guerre. Des murmures paniqués commencèrent à se faire entendre dans l'assemblée. Certains rois commençaient à craindre le pire. Une guerre ouverte entre l'alliance et le royaume obscure ferait forcément des victimes collatérales. Des royaumes disparaitraient, des millions de créatures mourraient au cours d'une telle guerre. Certains regardaient déjà d'un air accusateur les leaders de l'alliance élémentaire, les accusant d'avoir causé le courroux du seigneur obscure qui jusqu'à présent était pacifique et qui risquait de faire de nombreuses victimes. Dans un coin de la salle était réapparu Raas'En'Haal qui s'était isolé hors de cette salle depuis la nuit précédente. Il semblait comme se délecter du spectacle de son air carnassier. Puis, la voix de Varniak fit taire tous les racontars alors qu'il reprit la parole.

- Sur notre route, nous avons croisé l'un des vôtres... Il était mal-en-point et nous avons décidé de l'emporter avec nous.

Varniak ouvrit à nouveau la bouche pour faire apparaitre une sorte de brume noir de laquelle sortit une silhouette titubante. L'ombre s'éclaircit et apparait sous les traits du roi des sucreries, le Baron Von Zucker. Lui qui était d'habitude si souriant, il était cette fois en train de faire une grimace de souffrance. on voyait qu'il était couvert de blessures. il se vidait de son sang et vite. il tomba sur le ventre à terre, portant un regard suppliant de l'aide à Voltera et au reste de l'alliance. Mais Dagon s'approcha de lui d'un pas vif, large sourire dévoilant ses crocs acérés qui lui donnaient un air terrifiant.

- Haaaaaan... Le pauvre ! Regardez comme il souffre, ce serait dommage de le laisser dans cet état non ?!

Dagon tendit sa main vers le Baron, Voltera en voyant ce mouvement commença à se mouvoir. Une sphère d'ombre apparut dans la main du Duc. Voltera fit sa première foulée, des arcs électriques jaillissent de sa peau alors qu'elle affiche un regard plein de fureur. Krumber en fait de même et avance. Varniak reste immobile, impassible. Lux, seigneur de la lumière qui avait bien envie d'en découdre avec les obscures imite Voltera avec un temps de retard. La sphère d'ombre part et touche la tête du baron qui disparait immédiatement. privé de son chef, le roi des sucreries expire dans la seconde et n'est plus que viande froide sous le regard hilare de Dagon qui se tourne immédiatement vers Voltera prêt à l'accueillir. Krumber se positionne sur la trajectoire de Lux.

Les gardes royaux eux aussi se mettent en mouvement et viennent se positionner chacun devant un des 4 protagonistes sur le point de se battre au milieu de cette réunion qui avait à présent tourné au meurtre en publique. Tous se freinèrent en voyant l'intervention des gardes des cieux. Voltera porta son regard plein d'une colère intense sur Deus qui restait de marbre, ailes déployées en train de sourire légèrement.

- DEUS TU PROTÈGES CES MEURTRIERS QUI MASSACRENT SOUS TES YEUX UN DE TES INVITÉS ?
- Vas-y Deus laisse tes piafs en dehors de ça, on a des comptes à régler elle et nous !


Dagon continuait de chercher le conflit. Les météors restèrent de marbre. Regarder les seigneurs s'entredéchirer était juste ce qu'ils voulaient. D'autres voyageurs comme Ania décidaient ne pas intervenir, pensant qu'il n'était pas de leur pouvoir de le faire et que deus ne les laisserait pas faire et que Deus semblait même vouloir empêcher le combat. D'autres comme Tomoe restaient simples spectateurs des forces en présences, d'autres commençaient à avoir peur de ce qui se passait ou se passerait. de la tournure que prenait cette célestiafest. Quelques uns semblaient plutôt se délecter sdu spectacle. Comme Deus et Raas'En'Haal.

- DEUS !
- Voltera, calmes tes hardeurs. Dagon ici présent n'a fait qu'abréger les souffrance d'un de nos pairs mourrant.
- Foutaises ! Tu sais comme moi que c'est eux qui l'ont mutilés et amené jusqu'ici pour l'achever sous nos yeux ! Tu vas pas laisser faire ça !
- Penses tu pouvoir me dicter ma conduite Voltera ?
- Je te rappelles que je t'ai rendu un service en te renvoyant un de tes prisonniers fuyard !
- Et je t'en remercie, mais cette faveur que tu m'as rendu ne te permet pas de faire couler le sang en mon palais.
- Et eux le peuvent ?
- Je n'ai pas vu de meurtre. juste les souffrances de mon ami le Baron qui furent abrégés vite.
- Foutaises ! Si t'es de leur côté, alors tu est mon ennemi aussi !


Voltera s'apprêtait à Frapper Alea qui se trouvait devant elle quand la main de Forst de posa sur son épaule pour la raviser. Le seigneur de la glace se prit un bon coup de jus dans la main mais resta impassible. il murmura à l'oreille de Voltera.

- Si on combat Deus et ses anges ici... On épuisera nos cartes pour combattre notre vrais ennemi.

Voltera poussa alors un cri de colère et une pique de foudre vint s'abattre aux pieds d'Alée avant que la reine de la foudre ne se retourne pour s'en retourner à sa place, furibarde, suivie par Lux. Elle ruminait toute sa colère en murmurant à elle même.

- Vous ne perdez rien pour attendre. Vous avez gagné cette bataille... Mais pas la guerre !

Elle se tourne vers Forst qui la regarde souriant pour tenter de la calmer.

- ça va aller. Ne perds pas de vue nos objectifs.
- Je ne les perds pas de vue. Mon objectif c'est le seigneur obscure... Mais je peux te dire à présent que ma cible N°2 c'est cet enfoiré de Deus !

Dagon fit un gros doigt à Voltera avant de s'en retourner à sa place avec un large sourire sadique, ne manquant pas de piétiner le corps du Baron comme si ce n'était qu'un vulgaire tapis. L'assemblait était choquée par ce qu'elle venait de voir, des murmures, certains de colère se faisaient entendre. Que Deus remettre à sa place un voyageur ou tue un de ses propres voyageurs, c'est ses affaires. Mais qu'il tolère qu'on tue un de ses invités dans son palais durant sa fête qu'il organise, c'était trop. On sentait presque un vent de révolte commencer à souffler. mais deus s'en nourrissait. il appréciait la situation. Voltera quant à elle comprit que Deus n'avait à présent plus rien à faire de sa position de seigneur la position de son royaume sur l'échiquier, ni de la diplomatie. Et elle en prenait note car ce sera à l'avenir sa meilleure arme contre lui.

L'un des roi apostropha même deus.

- Deus ! Est ce donc ainsi que tu conduis tes festivités ?!
- Si par "comme ça", vous sous-entendez que j'empêche une bataille pouvant faire de nombreuses victimes collatérales parmi vousmes invités ?
- Et pourquoi ne pas avoir empêché les événements causant cette bataille alors ? Pourquoi ne pas avoir empêcher Dagon de tuer le pauvre Baron ?! demanda un autre roi.
- Je ne suis pas omniscient. La tournure qu'a pris les événement m'a surpris.


Ses paroles puaient le faux. une dispute n'allait pas tarder à éclater quand soudain... Un rire explosa. Les regards se tournèrent vers l'auteur de ce rire. Ce n'était autre que Kyle Dango le second juge des météors qui était tellement mort de rire à nouveau qu'il s'en tapait la cuisse et prenait à partie ses collègues météors.

- Hahahahaha ! Qu'il est bon ce spectacle ! Alors là Deus bravo ! hahaha ! Nan mais sérieux ! Quelle poilade ! Regarder des seignerus qui se foputent sur la gueule comme ça, je crois qu'y a absolument rien de plus satisfaisant vous trouvez pas ls gars ?!

Les paroles de Kyle eurent pour effet de jeter un froid sur la salle et le silence y régna à nouveau. le faitq ue des voyageurs se réjouissent de la situation avait en quelque sorte distrait les attentions qui se portaient à présent sur les météors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dream-land.forumactif.org
Joy Killamanjiro
Indiana Joy
Indiana Joy
avatar

Pouvoir : contrôleur des chiffres
Points de Puissance : 40 650 points
Points de Réputation : 56 500 points
Points du Membre : 741 points
Double Compte : Diavolo Mayor
Messages : 691

MessageSujet: Re: Le Palais de Deus   Dim 6 Nov - 9:49





Il y avait des soirs comme ça, dans Dreamland, où tu pouvais déconner sur la gueule d’un Seigneur, jusqu’à ce que le Royaume Obscur ne déboule en mode « quand on arrive en ville » de Starmania. Ce n’était pas tellement que ça faisait peur à voir, mais l’effet produit – calculé sans aucun doute – était plus efficace que les puissances qu’ils n’avaient pas besoin de montrer. Athénaïde, à côté de son fils, lui souffla à l’oreille les noms exacts pour chacun des trois. Joy, pour la première fois dans Dreamland, comprit que les dés étaient pipés, avec ces mecs là. Avec un Deus qui les accueillait à bras ouverts, en tant qu’invités d’honneur, il était clair que le Seigneur du Ciel, rempli d’ennui, avait invité de quoi pimenter sa petite sauterie. Tous les camps en présence étaient réunis, et la tension entre les groupes était montée d’un cran, une nouvelle fois. Pas besoin d’un calcul savant pour Joy pour savoir où cet enfoiré de Deus voulait en venir. Il voulait la guerre, maintenant, tout de suite – ou tout du moins, il l’avançait, la préparait. Pour s’amuser, se divertir. Ce mec était un déchet, et la meilleure publicité pour les Meteors. En voyant cette scène, Joy comprit immédiatement le problème de la diplomatie dans Dreamland, et le fin fond du problème. Autour de ça, des idées, des idéologies, des convictions et des rancœurs, simplement. Pour lui, le pire venait de Deus : il suffisait qu’un enfoiré avec de la puissance ait un peu de pouvoir, et la face du monde s’en trouvait modifiée.

Il garda le silence, sentant bien, comme tout le monde, que la situation échappait totalement aux contrôles de la plupart des gens rassemblés, sauf les grosses pointures parmi les Seigneurs. En somme, ceux qui concentrent les haines et les rancœurs, ceux qui donnent du grain à moudre au moulin de la guerre. Les salauds de ce monde. Joy mettait dans ce lot les Meteors, qui utilisaient la loi du Talion comme des gamins de quatre ans. Les méthodes employées n’étaient pas les bonnes, et ça donnait des tableaux comme celui qui se brossait devant ses yeux. Sa mère le tenait contre elle, ses ailes repliées sur eux deux, dans un geste maternel d’une beauté incroyable qui marqua Joy. Elle-même tremblait, elle frissonnait de peur, et il sentit à ce moment précis qu’il allait se passer quelque chose de grave. Joy regarda du coin de l'oeil Carvey, son pote marchand avec qui l'aventure sentait bon le tabac et le lapin...il avait l'air assez surpris, et nul doute que l'échange avec Deus, ce deal improbable et sûrement dangereux l'avait pris de court, et qu'il serait plus friable qu'à l'accoutumée. Cette nuit foutait les jetons à tout le monde, et même le marchand d'exception qu'était Carvey en avait pris pour son grade...

Un duc prit la parole après l’échange salé de chez salé entre Deus et Voltera. De son discours, Joy retint plusieurs choses essentielles : les ducs étaient pacifistes, tout en étant les plus forts. Dès lors, pour quelles raisons obscures (oh oh oh!) les autres alliances ont voulu les emmerder ? Il faudrait répondre à cette question rapidement, sans doute aller dans un de ces Royaumes Élémentaires une nuit...Si ce que disait le dénommé Varniak était vrai, l’attaque de la coalition était une stupidité au moins aussi grosse que celle de Deus, qu’il prouvait au monde des rêves à chaque instant. Si ce qu’il disait était vrai, l’inconscience des élémentaires relevait de la folie douce...Sans rien dire, le matheux engrangeait les informations dont il parlerait plus tard avec sa mère, ses frères et ses sœurs, pour dégager des pistes de réflexion sur Dreamland et la politique des Seigneurs. Chez les Killamanjiros, on était formé de bonne heure à ça, et Joy se rendit compte cette nuit là qu’Athénaïde les avait formés, tous, pour assurer et assumer ce genre de nuits...Quelque part, en voyant ces Seigneurs se quereller, se battre, se répondre ou se comporter comme des idiots notoires, il comprit les idées de sa mère, sa manière d’éduquer ses enfants, de les éduquer à Dreamland.

Les surprises et les révélations s’enchaînaient puisque Varniak parlait d’une voix différente, plus grave et plus calme, que tout le monde entendit non sans frémir. On était dans le dernier film d’Harry Potter ou quoi ? Voldy parlait à tous les élèves mentalement pour les faire craquer. Diviser pour mieux régner. Intimidation, impression, menace...Joy vit Ania, non loin de sa mère, ouvrir de grands yeux surpris et trembler, et Athénaïde elle-même semblait dans le malaise le plus total. Encore une fois, Joy, de par la nature de son pouvoir, prit le discours par la glace et la froideur des chiffres qui animaient son monde. Il notait comme des opérations ce qui l’intéressait. Un seigneur magnanime, calme et doux. Aucune attaque. Patience. Puis la guerre, le meurtre, la loi du Talion, le désespoir...et une menace qui fit froncer les sourcils de Joy, plus qu’aucune autre nouvelle ne l’avait fait. Retenir des voyageurs ayant des pouvoirs obscurs. Les envoyer sur Dreamland. Voilà qui sonnait comme un joyeux bordel en perspective, et la fin de tous les espoirs de paix. Ce que disait celui qui semblait être le Seigneur Obscur annonçait la fin de l’équilibre, et ce par les erreurs des autres alliances. Qui était l’ennemi, réellement ? Qui étaient les responsables ? Athénaïde tremblait encore, de rage et de peur, mais plus de rage cette fois. Par sa jeunesse, Joy eut du mal à tout assimiler, à comprendre tous les enjeux, tous les rouages, mais l’essentiel, il venait de le vivre : une déclaration de guerre totale adressée à tout Dreamland, de la part du Seigneur Obscur.



- Maman…
- Tais-toi, mon fils. Ne dis rien. Nous sommes entrés dans l’enfer.


Comme eux, les gens discutaient, paniqués. Des doigts accusateurs partaient vers l’alliance élémentaire. Certains souriaient, mais la plupart commençait à suer franchement du cul en apprenant la nouvelle. La guerre totale arrive, elle est là. Échec total des efforts de paix. Échec de l’équilibre. Échec des alliances. Si Joy avait été un vétéran, il aurait déjà bondi sur quelqu’un. Mais là, c’était un rookie sans énergie qui apprenait dans la cruauté et la douleur comment ce monde fonctionnait. On avait trompé les voyageurs, le Survival n’était pas fini, il commençait seulement.

Les ducs obscurs avaient eux aussi préparé une petite surprise. Ils dévoilèrent le Baron von Zucker, une créature anonyme pour Joy. Il savait de loin qu’il s’agissait du Roi des Sucreries, mais sans plus. Cela étant, il avait été tabassé salement, à un point où la guérison devait être immédiate si on voulait le sauver. Mais les ducs ne l’entendaient pas de cette oreille. Il était là pour le spectacle, et pour le matheux qui enchaînait les probabilités dans sa tête, il était déjà mort, à 75 %. La décapitation ne se fit pas attendre, et Joy écarquilla les yeux, sans montrer une expression quelconque. On venait de décapiter un Seigneur devant tous les autres, et personne ou presque ne réagissait...NON MAIS ALLÔ QUOI ? ALLÔ, ON VIENT DE DÉCAPITER UN MEC LES GENS ? Le matheux fit un tour d’horizon, choqué de voir que la diplomatie devenait réelle, et s’ancrait dans les réactions de chacun.




- Aaaaaaah, c’est comme ça, le gratin de Dreamland...Je vois, je vois…



Joy murmurait à voix basse en serrant les poings. Ces enfoirés de Meteors se délectaient du spectacle, comme certains Seigneurs, comme Deus qui faisait l’arbitre. C’est le rôle qu’il voulait avoir, à coup sûr. Les grands voyageurs ne bougeaient pas plus que les Seigneurs de moindre importance. On assistait à un concours de bites à partir des pouvoirs et des idéaux de chacun, et le tout devenait pitoyable et inhumain. On pouvait disserter longuement sur les voyageurs killers, mais tous les gens rassemblés ici ne valaient pas mieux qu’eux. Assister à une décapitation en direct, et ne pas réagir, c’était se rendre complice…

Voltera fut calmée, au nom de cette fameuse diplomatie par la provocation et l’arbitrage. Deus voulait de l’action, mais ne voulait pas aller jusqu’à se compromettre complètement dans cette guerre. Il était en train d’être mis en cause par les Seigneurs, qui se sentaient outrés et offusqués, surtout apeurés d’être les prochains sur la liste. Un Seigneur qui autorise et légitime le meurtre gratuit, voilà qui promettait des revanches et des vengeances aussi basses que violentes dans les nuits à venir. Deus se défendait comme un arracheur de dents...la tournure des événements, alors qu’il avait invité des ducs obscurs, quelle blague...ce mec avait un culot incroyable, et une hypocrisie qui le rendait complètement détestable.

Un rire vint calmer tout ce monde, et Kyle Dango se montrait sous le pire jour des voyageurs. On plongeait dans le pitoyable, et au nom de l’humanité, Joy s’avança. Suivi de près par sa mère qui était prête à toutes les possibilités. C’en était trop. Le gamin était en pleurs, des larmes coulaient, mais de rage et de honte. Au fur et à mesure qu’il parlait, Euclide et Barrak se tinrent derrière lui, le premier aidant l’énergie mathématique de tenir la distance dans les sanglots et les chutes de sa voix, le deuxième à tenir le volume sonore de sa technique vocale : l’Opéra Joule.




- Vous...vous tous, rassemblés ici, vous nous faites vomir. Je ne parle au nom de personne, si ce n’est de l’humanité. Les Meteors n’auront pas ma voix, je n’aime pas les collants bleus. Ni l’alliance élémentaire qui s’est comportée comme des abrutis sans cervelle. Ni Deus, qui veut se faire l’arbitre pour s’amuser. Le nihilisme qui exhale de sa gueule d’abruti me rend malade, et me fait tourner les talons de la beauté du ciel. Le seul vraiment digne ici, c’était le Seigneur Obscur. Et il était absent. Ça ne vous pose aucun problème ?



Joy tomba à genoux, manquant d’énergie. Sa voix commença à hurler dans toute la salle.



- VOIR UN MEC DÉCAPITÉ DEVANT VOUS, CA NE VOUS POSE AUCUN PROBLÈME ? DONNER UNE GUERRE MONDIALE, CA NE VOUS POSE AUCUN PROBLÈME ? ASSASSINER DES MILLIERS DE GENS, CA NE VOUS POSE AUCUN PROBLÈME ? VOTRE HONNEUR DE MERDE, VOS INFLUENCES DE MERDE, VOS PALAIS DE MERDE, VOS ARMÉES DE MERDE, CA NE VOUS POSE AUCUN PUTAIN DE PROBLÈME ?
- Joy, arrête !
- NON JE PARLE ! JE SUIS DE CETTE HUMANITÉ QUE VOUS FAITES GERBER  !  VOUS ÊTES DES GAMINS JOUANT AUX GRANDES PERSONNES ! VOUS NOUS FAITES HONTE, ET UN JOUR VOUS VERREZ QUE LES VOYAGEURS SERONT CAPABLES DE VOUS DOUBLER, ET CE JOUR LA, NOUS PRENDRONS LES RÊNES DE CE MONDE ! NOUS APPORTERONS LA PAIX, ET VOUS REGRETTEREZ L’ÉPOQUE OU VOS COUILLES MOLLES DISAIENT DE LA BOUCLER DEVANT UN MEURTRE. MOI JE NE ME TAIS PAS, JE PRÉFÈRE RESTER UN HOMME LIBRE, ET MORT S’IL LE FAUT, MAIS JE NE ME TAIRAI PAS ! ON VOUS A LAISSE TROP LONGTEMPS AVEC DU POUVOIR, ET JE VOUS LE DIS, CE TEMPS VA FINIR ! LA DIGNITÉ HUMAINE GAGNERA, QUE VOUS LE VOULIEZ OU NON, QUE VOUS Y CROYEZ OU NON !



Il tomba au sol, entièrement vidé, crachant du sang de ses cordes vocales, et Athénaïde le prit entre ses ailes en défiant l’assemblée du regard. Joy défia de ses yeux fatigués Deus, les ducs obscurs, l’alliances et les Meteors. Silva sourit en l’entendant mais ne fit rien. Ania eut les larmes aux yeux mais ne bougea pas non plus.



- Est-ce que ce monde est sérieux...



Au collège, la prof de langues vivantes de Joy avait noté qu'il pertubait le cours par son incapacité à se taire. Ca lui avait valu des remontrances sévères de la part du directeur, de ses parents, et quelques heures de colles. Là, ça allait directement aller vers la tentative de blessures, assassinats, meurtres gratuits, selon les réactions et les inspirations des Seigneurs présents sur place. Mais pour un rookie, voir ça signifiait la fin de la beauté du monde des rêves. Et Joy avait encore besoin de rêver et d'y croire.



Des fous organisés se sont alliés au cimetière,
L'ouest entre en guerre et les squelettes sortent de terre,
Pour toi mon garçon plus qu'une seule solution...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joël Hamel
Combattant Du Feu Libre
Combattant Du Feu Libre
avatar

Team : Meteors
Pouvoir : contrôleur du feu
Points de Puissance : 34 400 points
Points de Réputation : 42 500 points
Points du Membre : 531 points
Double Compte : Maahes
Messages : 381

MessageSujet: Re: Le Palais de Deus   Dim 6 Nov - 14:12

Aaaah les créatures de Dreamland, décidemment j’aurais déjà tout vu. Depuis que Deus avait renvoyé Mermoud au fin fond de Célestia la tournure que prirent les évènements ne me surpris même pas. J’étais choqué en effet de voir débarquer comme des fleurs les Ducs obscures, mais pas surpris au final puisque nos Juges nous avaient prévenus d’une telle éventualité. C’est types ne tardèrent pas à mettre en point leur spectacle, chorégraphié à la perfection en passant de la déclaration de guerre au meurtre d’un roi sans fierté ni honneur. Au final nous dansions déjà tous dans la paume de Deus qui se délectait de la pièce de théâtre en face de lui. Tout le monde était confus dans la pièce, les dirigeants de l’alliance élémentaire, les autres seigneurs, certains voyageurs comme Ania etc…

Au final il n’y avait que Kyle et certains Meteors qui trouvaient de quoi rire de la situation. Sérieusement les gars ? Essayez d’identifier l’ambiance actuelle. Plus que de rire des absurdités que nous venions d’assister, nous devrions les dénoncer et en faire notre force pour unir les voyageurs. Même si cela faisait peu de temps que je faisais partie du groupe j’avais déjà pu constater la haine profonde qu’avait le Juge pour les créatures de Dreamland, il ne souhaite pas seulement les voyageurs au pouvoir, non. Il veut l’extermination complète des habitants de ce monde. Un objectif aussi irréalisable que fou. Je me préparais à intervenir histoire de calmer le jeu, mais une jeune voix se fit entendre dans toute la pièce. Je fus bloqué un instant, remarquant que c’était encore une fois Joy qui éleva sa voix pour se faire écouter.

Accompagné de deux rois, le jeune voyageur exprima à quel point il fut confus et déçu par le spectacle auquel il dû participer ce soir. Il n’hésita pas à vouloir remettre à sa place les Meteors, l’Alliance élémentaire et même Deus. Surtout Deus en fait. Je pouffais un léger rire alors qu’il disait que le plus digne des Seigneurs ce soir c’était le maître des ombres. Pas faux en effet, mais difficile de croire une éventuelle chose venant de la part d’un seigneur qui donne l’impression de vivre en dehors de Dreamland. Pour être un bon dirigeant dans Dreamland il faut s’exclure de Dreamland ? Hmm il y avait encore quelques points à revoir ! Mais je ne pouvais pas blâmer le petit Joy puisque ce dernier laissait toutes ses émotions se changer en mots sans qu’il n’y ait un réellement traitement. Joy était pure dans un sens, même si dans son regard on sentait que cette pureté qu’il espérait préserver venait d’être souillée.

Au moment où il tomba à genoux j’étais persuadé que cette nuit avait été trop longue pour lui. Bien que la plupart du monde restait silencieuse face aux paroles de Joy je pouvais facilement imaginer les gens se moquer d’une telle personne exprimant son point de vue aussi égoïstement. « Après tout ce n’est qu’un voyageur ; il est encore mouillé derrière les oreilles et il veut nous dire quoi faire ; quelqu’un qui a encore besoin de sa maman à ses côtés n’est pas digne de juger les autres »… Dans un soupire je me redressais pour décoller ma carcasse du pilier, marchant lentement. Je passais à côté de mes camarades Meteors, à côté de Kyle qui ne semblait rien à rajouter, à côté de seigneurs qui fixaient Joy avec un silence assez gênant. Joy tomba à bout de force, sa gardienne le protégeant alors qu’il avait ouvertement défié les dirigeants de Dreamland. Je cherchais du regard Nathanael et Silva qui auraient cherchés à protéger un tel voyageur, il était en partie ce pourquoi nous nous battions. Mais aucun des deux Juges n’entra dans mon champ de vision, tant pis. Je prendrais sur mes épaules le rôle de supporter ce jeune homme.

Alors qu’un cercle s’était dessiné dans la pièce, avec Joy accompagné de sa mère et de deux autres seigneurs en son centre, je brisais le cercle afin de m’avancer d’un pas lent. Plusieurs regards se posèrent dans mon dos alors que je faisais face à Joy qui était soutenu. Grâce aux siens il avait eu la force de s’exprimer et de se dresser contre beaucoup. Il n’était pas seul. Dans mon dos se trouvait simplement une lame au lourd passé, le sang de ce que j’avais finis par appelé un ami avec le temps ayant coulé sur cette épée. La sentir dans mon dos c’était comme sentir la présence majestueuse du dragon de Feu derrière-moi. Cela me donnait de la confiance, et du courage.

▬ Mensonges, trahisons, manipulations, meurtres… Depuis toujours les Seigneurs se laissent porter par cette spirale vicieuse qui semble porter Dreamland en son centre. Les royaumes existent depuis la nuit des temps, au même titre que leur roi, mais il semblerait que même le temps ne puisse réparer les erreurs du passé. Pendant combien de temps les Seigneurs se sont déclarés la guerre par pure égoïsme ? Pendant combien de temps les Seigneurs se sont-ils servis des voyageurs pour une cause qu’ils affirmaient être juste ? Pendant combien de temps les Seigneurs ont-ils sacrifiés les vies de leurs propres habitants en se servant de leur autorité ?

A chaque question j’avais monté le ton de ma voix, balayant du regard la salle remplie des fameux rois qui tenaient entre leurs mains Dreamland. Le monde des rêves, le monde de nos rêves. Pendant des siècles ils se sont servis de nos désirs et de nos peurs pour renforcer leurs pouvoirs jusqu’au jour où nous ne puissions plus répliquer. Pendant une année je pensais voyager librement à l’écart de Behemus mon Seigneur, mais la réalité faisait que je devais faire face aux conséquences des guerres qu’il entreprenait. Au fil Dreamland finit toujours par nous rattraper pour les erreurs des dirigeants de ce monde, et c’en était trop.

▬ Alors dîtes-moi, Seigneurs, pouvez-vous réellement prétendre être les dirigeants de Dreamland ? Avez-vous seulement la force et les idées nécessaires pour que nous, voyageurs, acceptions de confier nos vies ainsi que nos rêves entre vos mains ? Les actes d’aujourd’hui sont la preuve que vous ne méritez pas d’être rois des rêves, ni seigneurs des cauchemars, ni même d’avoir la vie. Vous vous dîtes solidaires en créant une Alliance, pourtant vous n’hésitez pas à rentrer la queue entre les jambes lorsque l’un des vôtres se fait sauvagement assassiner sous vos yeux. Et pire encore, lorsque la guerre que vous souhaitiez finie enfin par éclater, vous vous dressez l’un contre l’autre en accusant les instigateurs de cette guerre.

Mon regard se tournait vers les dirigeants de l’Alliance élémentaire, mes yeux passant de Voltera à Frost, pour enfin finir à Behemus. Nos yeux restèrent fixe l’un envers l’autre avant que nous détournions chacun le regard, pestant envers nous-mêmes. Inspirant profondément, je soupirais longuement alors que je me tournais vers la plupart des Seigneurs qui écoutaient.

▬ Au final vous n’êtes même pas capables d’agir face à l’hérésie, vous n’êtes pas capables de défendre vos proches ni vos citoyens, vous êtes incapables de défendre vos propres valeurs. J’en reviens à poser la question : dans de telles conditions, qui voudrait vous protéger ? Vous vous êtes finalement piégé tous seuls comme des grands, impossible d’échapper à une guerre qui n’est pas la vôtre et impossible de récupérer la confiance de votre voisin, bravo.

Une nouvelle fois j’applaudissais avec un regard rempli de pitié et d’ironie, mes mains frappant à un rythme lent mais bruyant. Après quelques secondes je tournais mon regard vers Joy qui était encore affaiblis, un léger sourire se dessinant sur mes lèvres alors que j’en revenais toujours pas que je faisais ça pour ne pas laisser les belles paroles de ce garçon tomber dans l’oreille d’un sourd. Au final je venais à fixer Ania qui semblait prendre assez mal ma soudaine apparition ici, elle ne s’attendait sûrement pas à ce que je décide de ne pas me faire discret. Désolé miss mais là où les grands décident de ne pas soutenir ceux qui ont raisons, je me sens obligé d’agir. En tant que « faible ».

▬ Je me permets de parler au nom des Meteors ici présent, pas en tant que soldat, ni en tant que général ni même en tant que Juge, mais en tant que voyageur. Je sais que nombreux sont les voyageurs à ne pas accepter nos choix ni nos actions, et je ne leur en tiens pas rigueur. Puisque nous avons décidé de faire ce qui devait être fait. J’en viens donc à vous le dire, voyageurs comme seigneurs : je ne vous demande pas de nous accepter, mais si dans votre cœur le doute persiste alors ne vous mettez pas en travers de notre chemin.

D’un coup d’œil j’observais la réaction des uns et des autres, voir à quel point je me mettais dans la merde tout seul après avoir décidé de parler au nom de mon groupe. Je ne souhaitais pas garder mon avis au plus profond de moi alors qu’un jeune bonhomme qui veut tout simplement rêver dans Dreamland ait osé prendre la parole. Espérons simplement que j’ai pu gagner assez de temps pour mes camarades, je sens que cela ne va pas tarder à barder.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kael Dango
Cerberus
  Cerberus
avatar

Team : Alliance élémentaire
Pouvoir : Contrôleur du feu
Points de Puissance : 25 000 points
Points de Réputation : 30 000 points
Points du Membre : 288 points
Messages : 298

MessageSujet: Re: Le Palais de Deus   Dim 6 Nov - 17:55


Tout ce bon monde s'amusait bien à foutre le bordel à ça façon, entre le gamin voulant venger la mort de son père voyageur, un Joël applaudissant les exploits du maître des cieux et un Joy se demandant encore ce qu'il foutait ici … Il y avait de quoi de détendre avant le gros de cette soirée. L'intervention de Carvey fut plus ostentatoire mais rapidement mit à son désavantage pour cause d'un Deus bien trop espiègle pour lui, cependant Kael comprenait mieux le jugement qu'avait Behemus par rapport au marchand. Il aurait pu vendre un livre à un aveugle voir du sable dans tout Saharia. Mais comme dit le plus gros était encore à venir, entre ces intermèdes le rouquin regardait depuis un moment déjà l'un des enfants de Jock, Arcos à son tour invita le cerbère à se rapprocher de lui. Behemus étonné en premier lieu de voir son soldat s'écarter de lui comprit par la suite qu'il avait encore en tête de prendre les devants, ce qui au final n'était pas une si mauvaise chose voir même le lieu le mieux approprié pour "parler".

« Je ne pensais pas te voir ici, Behemus ne t'as donc laissé que le seul choix de participer aux épreuves ? »  
« On peut dire cela comme ça, prince Arcos, vous avez pu vous entretenir avec notre hôte ? »
« Non, il aurait du être ici en même temps que les autres seigneurs. Cela me semble assez louche et ne présage rien de bon pour nous … »


Le prince Arcos et Kael comme les autres furent coupé dans les conversations par la venu d'un trio assez spécial, trois ducs obscurs avaient été invité par Deus dont l'un fut reconnu par Kael, Dagon, celui qui avait crevé l’œil de Kyle laissant ainsi une cicatrice indélébile. Leur entrée attira tout les regards dont ceux de l'Alliance élémentaire qui se demandé bien pourquoi Deus voulait rassembler autant d'ennemis dans une même pièce. Voltera était déjà prête à se jeter sur eux, mais Varniak l'un des ducs par le biais de son pouvoir permit  de faire comprendre à tout le monde que leur présence servait de porte-voie au vrai invité en la personne du seigneur obscur. Il annonça à tous ce qu'attendait de mettre en marche l'Alliance, une guerre à l'échelle onirique qui mettrait à mal le monde de Dreamland et tout ce que créatures et voyageurs connaissaient. C'était plutôt inattendu sachant que le seigneur noir avait pour habitude de rester silencieux et de ne jamais intervenir même par le biais de ses sujets, sauf ue tout changeant en un instant, bientôt le monde onirique serait en proie au créatures et futurs voyageurs obscurs. Behemus, Voltera, Frost, Lux et bien d'autres comprirent qu'à cette annonce il fallait préparer rapidement les troupes, chacun dans son coin informa les soldats/Lord/Lieutenants qui les accompagnait de faire passer un message à leur royaume respectifs. Par le biais d'un déplacement instantanée, d'une projection mental, d'un lien télépathique ou tout simplement en quittant la pièce chaque lieutenant partir pour annoncer la nouvelle, à leur retour chaque seigneurs auront leur troupes de prête.

Dans le cas de Behemus, il envoya Brenda rejoindre rapidement Firania pour informer Priscilla de renforcer les défenses et de préparer chaque soldats à partir en mission commando. Kael toujours aux côtés d'Arcos furent bientôt surprit d'une nouvelle de plus. En effet, Varniak prit une nouvelle fois les devants en offrant un spectacle des plus macabres, son pouvoir lui permit de sortir de son vortex buccale l'un des seigneurs absent de cette assemblée, le seigneur sucré – Le Baron Von Zucker. Arcos et Kael se regardèrent du coin de l’œil surprit de voir que leur hôte, n'étant nul autre le Baron. Son état était critique et personne n'osait lever le petit doigt, à la suite de ça, Dagon abrégea ses souffrances qui comme à son habitude lui permit de se délecter de la sentence. Tout s’enchaîna très vite, Voltera suivi de Lux partirent en quête de vengeance en plus d'une soif aveuglante de sang, les gardes royaux dans leur fonction propre fit stopper les altercations imminentes. Arcos et Kael toujours côtes à côtes regardaient le spectacle horrifique du corps du seigneur sucré, tout deux étaient pensif.

« Que faisons nous maintenant ? Il faisait parti du plan … »
« Je ne sais pas, il va falloir que je revois nos plans, pour le moment il faut faire profil bas avant que je ne trouve quelqu'un pour le remplacer. De plus, mon père me surveille de près par ses sbires. »
« Je pourrais m'en occuper. Votre royaume ne compte pas forcément de très bons soldats. »
« Détrompe toi, l'un des bras armés de mon père vient de revenir au royaume et si on doit bien se méfier de quelqu'un c'est bien lui. »
« Je vais m'en occuper, comment s'appelle t-il ? »  
« Fenris. »


A ce moment tout deux retournèrent de leur côtés tout en ne lâchant en rien sur la suite des événements. Voltera était toujours en furie accompagné d'un Frost jouant de son calme pour contaminé le seigneur de la foudre. Après cela, bon nombre de seigneurs et rois regardaient l'Alliance d'un mauvais œil devenu une véritable bête noire pour leurs vies respectives. Murmures, ragots et critiques sonnaient dans les échos de la salle, même les plus grands voyageurs n'étaient pas intervenu, Ania restant de marbre malgré que chacun connaissait son combat pour l'adversité et le carnage. Tomoe et sa bande spectateur, déçu de ne pas avoir pu assister à des combats d'anthologie et d'autres voyant cette page tournée de l'histoire comme une opportunité à ne pas manquer. Kyle ne manqua pas de se délecter du spectacle tout en faisant du zèle, typiquement ce que ferait le Météors d'après son frère ayant rejoint un Behemus qui continuait d'accumuler sa colère, entre les ducs, les renégats, les Météors et le seigneur obscur, lui aussi était près à tout éclater dans tout les sens.
Joy aussi ne manqua pas de faire forte impression, abattu de voir un monde aussi déchiré qui plus est que ce dernier allait être encore victime de la guerre, une guerre sans précédent. Il donna de sa voix au point d'en être vidé de toute substance, de toute émotions suivi de sa mère – Athénaïde, défiant quiconque s'approcherait de son fils pour lui faire le moindre mal, Deus laissant un rire léger résonnait autour de lui.

Tout comme la voix de Joël qui à son tour porta dans toute l'assemblée voyant tout d'abord un Météors voulant se faire remarquer. Mais à mesure que son discours était argumenté, à mesure où il s'exprimait d'un air sur et pourtant sensible, il décocha une flèche émotive dans le cœur de chaque voyageur. Celui de Kael le ressenti comme un pic plutôt désagréable lui rappelant comment il avait du vaincre sa peur, son allégeance auprès de Behemus mais aussi tout ce qu'il avait du endurer encore aujourd'hui. Bien que l'argumentation était valable, louable et pleines de bonnes volontés, il regarda son jumeau amusé une nouvelle fois par tout ce qui était dit … Comment un voyageur comme lui pouvait défendre de tel convictions ? Au nom de quoi il pouvait se battre ? Ce n'était sûrement pas pour les mêmes principes que Joël, d'ailleurs le rouquin se demandait bien pourquoi un tel individu traînait avec quelqu'un comme Kyle. Avec de telles idéologies, il avait tant à faire, tant à gagner à quitter les Météors pour accomplir ce dont en quoi il croyait. Mais à l'instar de son statut, les seigneurs auraient sûrement un avis contraire à voir en lui qu'un simple voyageur de plus à vouloir changer Dreamland, à se l'approprier pour en faire leur propre terrain de jeu.

La guerre avait commençait et Kael avait déjà choisi son camp, celui capable d'avoir une incidence sur l'avenir de Dreamland et sur celui des voyageurs qui à force d'observations arriverait à une autre conclusion, autre que celle de Joël et de bons nombres de voyageurs qui pouvaient partager ses convictions.

« Brenda vient de partir à Firania, tu vas rester à mes côtés le temps de régler tout cela. A partir de maintenant tu dois accomplir ton rôle sans fautes, n'y dérapage, nous allons être bientôt cible de plusieurs assauts du royaume obscurs et nous ne devons pas faiblir fasse à ce qui vient de se passer à l'instant. J'espère pour toi que Bélial est bien vivant et qu'il va se remettre rapidement. Nous allons voir ce que tu vaux vraiment en tant de guerre. »
« Oui, mon seigneur. »


_________________

Look.Evolve.Revenge
code par Summer's Desire pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carvey
Le marchand lapin
Le marchand lapin
avatar

Pouvoir : Marchand d'artefacts
Points de Puissance : 25 750 points
Points de Réputation : 40 000 points
Points du Membre : 372 points
Messages : 200

MessageSujet: Re: Le Palais de Deus   Dim 6 Nov - 18:40

Juste après mon intervention, la situation prit une tournure que je n'appréciais pas du tout. Je l'avais pas vu venir surtout. L'arrivée des ducs obscures qui vinrent, ni plus ni moins que déclarer une guerre ouverte en promettant des mers de sang et des montagnes de cadavre et ses toutous qui mettent le tout joliment en application sous le regard de tous les invités en mettant à mort le baron des sucreries et deus qui se la joue gentil de l'histoire en empêchant une bataille d'éclater. Là, selon moi ça pue vraiment mais alors vraiment le caca. Comme je le dis souvent, la guerre c'est pas bon pour le business ! Et là, c'est pas une guerre qui éclate, c'est juste un putain de cataclysme. Y a qu'un mayor ou un taré pour se réjouir d'une telle situation. Je préfère pas imaginer les réactions qu'aurait eu Diavolo dans une situation pareille. Je me tourne vers mon roi pour regarder sa réaction, je me rends compte qu'il ne regarde pas les ducs, deus ou Voltera mais une autre personne, dans un coin. Il remarque que j'ai vu où portait son regard et se met alors à me parler doucement, presque chuchoter.

- C'est Raas'En'Haal.
- C'est lui ? j'ai entendu parler de sa résurrection oui.
- Il a l'air très satisfait. Il doit faire partie de ceux qui appréicent l'idée de cette guerre.
- et si on en croit sa réputation ou plutôt sa légende...
- C'est pas un tendre et il participera bien aux montagnes de cadavres. J'aimerais que tu me rends un service Carvey...
- Euh... Oui.
- Après cette celestiafest... Je voudrais que tu aille à Saharia et que tu rencontres Raas'En'Haal en mon nom et que tu essaies de voir comment il compte s'impliquer dans tout ça. Son cas m'intéresse particulièrement.


Je regarde Maghior qui me tend alors un objet en me disant que c'est son sceau royal et que normalement il devrait lui permettre de rencontrer Raas' sans encombre. Comme quoi, contrairement à ce que disent les voyageurs, que je connais soit dit en passant, ce n'est pas par ce qu'on n'intervient pas immédiatement qu'on reste impassible. Sur le coup, je reconnais bien Joy avec sa façon de s'emballer. Je peux concevoir sur le coup. Vu ce qui se passe... Mais en même temps, garder la tête froide est la meilleur façon de garder le contrôle d'une situation. J'avoue que comme tout le monde, je n'ai pas du tout aimé l'idée qu'au final, cette celestiafest soit ni plus ni moins qu'une prise d'otage. Mais bon, je me rendais compte qu'à mon niveau, ça ne servait à rien de m'offusquer, contrairement aux voyageurs qui n'hésitaient pas à hurler ou clamer leur mécontentement d'une telle situation. Pourquoi j'agirais si mon action ne poste rien ? Certainement que c'est ce que se disent beaucoup de personnes ici. Même si je dois avouer que si tous se concertaient pour s'opposer à la tyrannie de Deus dans cette situation précise, peut être qu'on trouverait une solution à ce merdier. 

Mais les voyageurs s'exprimant semblaient oublier quelque chose. ce n'est pas forcément celui qui se fait le plus voir qui est le plus dangereux. Par exemple, le météor qui parle n'est pas le plus dangereux. Mon regard se porte vers les juges qui gardent leur calme globalement et je me dis qu'eux sont plus dangereux que les discours de Joël. Ania et Tomoe qui n'interviennent pas sont plus dangereux que Joy et ses complaintes. De même, Raas'En'Haal qui reste calme et observateur me fait plus peur qu'un Dagon assoiffé de sang et de carnage. En fait, Varniak qui est le plus calme et poli des 3 ducs présents est celui dont la présence me dérange le plus. Ce que je pense un peu, c'est que les paroles de ces voyageurs ne faisaient qu'une chose... montrer qu'ils aboient peut être fort mais qu'ils ne sont pas capable de mordre. Et dans une situation pareille, ce que les rois et seigneurs entendent, ce ne sont que des cris dans le vide. ils ne sont sensibles qu'aux rapports de force. C'est con à dire mais en gros, le pauvre Joy ne parle pas la même langue qu'eux là. Il aura beau s'égosiller, ils ne pigeront pas.

Je connais assez la diplomatie de Dreamland pour savoir que si Voltera n'a pas continué son attaque, ce n'est pas par manque de conviction comme l'a dit Joël... au contraire. C'est plutôt de la stratégie. Reculer pour mieux  sauter. Mais les voyageurs sont beaucoup trop impulsifs pour voir ce genre de choses. Beaucoup trop impulsifs pour avoir du recule. On pourrait croire que je les infantilise. peut être un peu en effet. Mais il faut avouer que bien que j'apprécie Joy, la seule chose que j'entendais dans ses paroles c'était un "regardez-moi, j'existe!" Un cri justifié par ce qu'il y a quand même de quoi gueuler je le conçois mais qui semble quelque peu dérisoire dans une situation comme celle ci.  Et les paroles de Joël quant à elles sonnaient comme un discours politique en plus d'enfoncer des portes ouvertes. Il souligne l'impuissance et l'inefficacité des seigneurs... Mais ils s'en rendent compte eux même ! C'est pour ça qu'ils sont paralysés et n'agissent pas. C'est pour ça que les regards sont frustrés, apeurés, énervés ! Par ce qu'ils sont impuissants face à Deus, impuissants face à l'alliance ou Deus ou face à la situation. Les seigneurs et créatures sont tout autant victimes de la situation. Et en un sens, leur discours est plein de mauvaise foi. Après tout, si nous sommes comme ça, nous autres créatures, si nous nous déchirons, c'est que vous humains vous déchirez. Je ne sais pas à quoi ressemble leur monde mais il ne doit pas être si loin du notre en terme de conflit et de putasserie. Dreamland n'est que le reflet de ce que vous êtes au plus profond de vous, vous les rêveurs et voyageurs. et qu'est ce qui prouve que vous autres voyageurs n'êtes pas plus ou moins directement les causes de cette situation aussi ? Et puis... Les VK sont de loin plus égoïstes par exemple qu'un roi qui décide de se taire devant un tel spectacle. Car un roi porte la voix d'un peuple. S'il s'engage, il engage aussi son peuple pourquoi pas à entrer en guerre. 

Bien que j'apprécie ces deux voyageurs, je ne peux pas m'empêcher de me dire que les voyageurs sont nombrilistes et qu'ils ne comprennent pas toujours ce qui se passe et qui ont tendance à penser qu'ils sont le centre du monde à pouvoir tout sauver, tout changer alors que l'univers ne tourne pas autour d'eux et que même avec toute la bonne volonté du monde, on n'arrive pas toujours à ce qu'on veut. c'est triste mais je pense qu'on ne pourra jamais se comprendre tout comme le royaume obscure ne pourra jamais se comprendre avec l'alliance. Et c'est bien là le problème. Je reste discret, muet, j'observe les réactions, les paroles, j'écoute les murmures ou les seigneurs qui continuent de prendre Deus à Parti ou qui préfèrent réagir aux propos des deux voyageurs. Je reste passif, certes... mais pas inactif. la passivité est une posture, pas une absence de posture.


En fait, si on y réfléchit et qu'on se dit que l'histoire de répète. On est peut être juste à la fin d'un cycle de paix relative qui a duré à peu près 100 ans et que maintenant, la guerre va éclater pour laisser de nouveau place à la paix après ça... Peut être que tout ça n'est qu'une fatalité. Je dois avouer que ça me ferait bien chier. C'est chiant de se rendre compte qu'on n'a aucun pouvoir. Mais, malheureusement c'est un peu ce que je constate là, maintenant. je n'ai aucune emprise sur ce qui se passe. je ne suis que l'une des nombreuses victimes de la situation. peut être y ai-je participé à mon échelle ?  En fait, je pourrais presque rejoindre les propos de Joy... S'il ne prenait pas le parti d'autant mettre dans le même sac toutes les créatures et de mettre, j'ai l'impression, tous les voyageurs sur un piédestal. Je sais pas, j'ai pas la sensation que mon manque d'action soit de la lâcheté. Je comprends que la réaction de voltera qui décide de retourner sa veste le choque. Par contre, la mort d'un seigneur en soit ne me choque pas. pas plus que la mort de n'importe qui. J'ai appris à regarder la mort en face à force de voyager.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Game Master
D comme Dieu!
D comme Dieu!
avatar

Surnom : Dieu ou Maitre
Pouvoir : Modérer, kicker, administer et tout et tout quoi
Points de Puissance : 100 000 Points
Points de Réputation : 100 000 Points
Points du Membre : Over 9 000 !!!
Messages : 986

MessageSujet: Re: Le Palais de Deus   Dim 13 Nov - 22:54

Bon, là je crois qu'on peut le dire ! C'est vraiment vraiment la merde. La situation était explosive. certains seigneurs se disputaient sur ce qu'il fallait faire. Certains disaient qu'il fallait pas laisser Deus foutre sa merde dans la diplomatie tandis que d'autres pensaient qu'il fallait plutôt forcer l'alliance élémentaire à se dissoudre pour rétablir la paix avec le royaume obscure alors que d'autres étaient plus tentés que jamais de rejoindre l'alliance élémentaire, prenant très mal les menaces du royaume obscure. En fait, le soucis avec les seigneurs, c'est que c'est des dirigeants d'états. La diplomatie à Dreamland est pas si différente de celle du monde réel. certains s'alignent d'un côté en disant que tel état est vertueux tandis que d'autre le disent infâme et choisissent un autre camp alors que d'autres profitent d'une situation de conflit pour s'enrichir ou gagner en puissance ou encore pour asseoir leur idéologie. Je pourrais parfaitement prendre des exemples dans l'actualité mais je ne vais pas vous faire cet affront. C'était le merdier complet et en plus, les voyageurs, cette bande de trou d'balles qui pigent juste rien à la diplomatie, aux enjeux. Eux qui préfèrent pourrir le monde des rêves pour la plupart et qui passaient le plus claire de leur temps à semer le chaos tout autour d'eux en agissant sans la moindre forme de contrôle ou d'auto-modération. Ces gens là venaient se la jouer donneurs de leçon. En fait, c'est con à dire mais dans une situation aussi tendue, les voyageurs auraient mieux fait de se la fermer par ce que bon, à part se signaler comme boucs émissaires pour les seigneurs les plus en colère, ils ne faisaient pas grand chose. Par exemple, Persos, seigneur des raids, s'approchait doucement de Joy protégé par sa mère, sur le dos de sa monture ressemblant à une Hyenne géante.

- Par ce que vous pensez faire tellement mieux... Voyageurs ?! Et bien  vas y !
- Persos... ça suffit ! Tu t'en prends à la mauvaise personne.
- Euclide ! apprends le respect à ton voyageur !
- C'est lui qui a raison Persos et tu le sais. Si nous n'étions pas aussi désunis nous les seigneurs, nous...
- Et tu vas dire que les voyageurs sont des anges peut être !
- Ce qu'Euclide veut dire c'est que...
- Et tu prends leur défense Barake ?! Tu n'aurais pas rejoins l'alliance élémentaire récemment justement par ce que les voyageurs ont attaqué ton royaume ?

Le roi de Muzikland ne trouva pas quoi répondre à cela. C'est vrais qu'il avait fait le choix d'entrer dans l'alliance élémentaire pour ces raison. mais lui justement voyait l'alliance comme un moyen d'unir les royaumes plus que comme une entreprise de guerre. Bref, ça allait péter d'une seconde à l'autre. La seule chose qui retenait un tant soit peu le peu de cohésion qu'il restait dans tout ça était justement la volonté de la plupart des personnes présentes de préserver la paix malgré les désaccords.  Mais les paroles montaient, certains seigneurs venaient prendre Joy à parti ou Joël. Leur prise de parole était défendues par certains rois. Il y avait aussi Deus qui restait de marbre face à tout ce de quoi on l'accusait et parfois se défendait par une réponse pleine d'hypocrisie. L'ambiance était explosive. La moindre étincelle suffirait à mettre le feu aux poudres alors que la salle était devenu bruyante, les débats, accusations et parfois propos d’apaisements fusaient de touts côtés et en toutes les directions. dans la cohue, Ania s'approcha des ducs pour leur parler de façon assez discrète dans tout ce merdier ambiant.

- Vous ne pouvez pas ! Vous ne pouvez pas faire la guerre ! Dites à votre maître que je vais tout arranger, qu'il n'a pas à intervenir !
- Il est trop tard Ania, sa décision est prise. Malgré toute l'amitié qu'il te porte, notre maitre a choisi la guerre.
- C'est pas possible ! Il n'est pas.
-  Dreamland a oublié ce qu'est réellement la peur voyageuse. les rêveurs le savent ce qu'est la peur mais les voyageurs l'oublient et les seigneurs l'ignorent. Mais nous allons leur faire ressentir ce sentiment !


Varniak qui est d'habitude si calme et impassible affichait là un sourire satisfait. Un signe de sa vrais nature, toute aussi cruelle que celle de Dagon bien que moins démonstrative ? Ania se retourna, l'air déterminée.

- Bien ! Dites quand même à votre seigneur que j'arrêterai cette guerre ! Il a renoncé mais je ne renoncerai pas !

Puis, retentit un bruit sourd, semblable à des coups de bâtons sur le sol de marbre du palais. Les paroles cessèrent et tous se tournèrent vers ceux qui avaient causés ce bruit : Les météors. En effet, Kyle tenait dans les mains un sceptre fait entièrement d'or qu'il avait abattu sur le sol à plusieurs reprises pour obtenir le calme.

- voiiiiilà ! Enfin la basse-coure cesse de caqueter ! Tu peux parler Silva !
- Hey ! tu serais pas le minable voyageur du feu à qui j'ai arraché un oeil ?
- Toi la ferme où je te carbonise !
- Vas-y ramènes toi !
- C'est pas la peine Kyle... Son heure arrivera.
- Ce... Ce sceptre C'est...
- En effet Athia... C'est bel et bien votre sceptre que nous vous avons subtilisé il y a près de 3 ans. L'ensemble de Dreamland s'est désintéressé de cette histoire. y compris vos collègues rois et seigneurs. Preuve que comme le disait mon ami un peu plus tôt, vous autres seigneurs vous ne méritez pas votre rang. Vous autres seigneurs ne méritez pas d'avoir tant de pouvoir. Vous êtes aveugles, tellement aveugle de la réalité de ce monde qui est pourtant le votre. Vous manquez de perspective. Nous autres voyageurs avons cette vision en perspective. Le fait que nous soyons à cheval sur deux monde nous permet d'avoir ce recule dont vous manquez tant.
- Rendez-moi mon sceptre !

On voit Athia, pour la première fois avec un air plein de colère essayer d'attirer le sceptre avec elle grâce à son contrôle de l'or mais le sceptre ne quitte pas la main de Kyle qui sourit et Silva qui reprend la parole.

- Ce que vous devez comprendre, c'est que sans problème, ma condition de voyageurs m'a permis de voir une chose que la famille royale de la richesse vous a caché à vous autres durant des siècles. Athia, son père, son grand père et plusieurs de ses ancêtres avant elle. Tous vous ont caché ainsi qu'à l'ensemble de Dreamland la nature de ce sceptre. C'est une preuve que vous n'êtes même pas capable de vous faire confiance les uns les autres. Et à raison. Athia vous a caché durant toutes ces années la vrais nature de ce sceptre de peur certainement qu'il attire les convoitises. Cette vrais nature, Je l'ai découverts à force de lecture dans de vieux ouvrages de dreamland. Ce sceptre n'est pas une simple symbole de pouvoir. c'est un objet magique. Son don est particulier. Très puissant ! Il permet à quiconque le tient de faire un voeux... celui qu'il veut. l'un de mes généraux a par exemple souhaité plus tôt dans la nuit que ce sceptre ne puisse plus quitter la main d'un membre des météors. Imaginez à présent ce de quoi nous sommes capable avec un tel pouvoir !
- Tu mens voyageur ! Le sceptre exauce en effet un voeux mais il doit être à la mesure de la puissance de la personne qui le souhaite.
- Je sais... Mais il n'empêche que mon ami Kyle pourrait souhaiter la mort de plusieurs d'entre vous !


L'annonce de Silva laissa planer un long silence et il continua de parler.

- Nous sommes là, ici présents, nous les Météors, afin de vous faire prendre conscience, à vous les soit distants maîtres de Dreamland que vous nous avez sous-estimé, nous les voyageurs. Je rejoins ce que disait le jeune voyageur un peu plus tôt. Nous les voyageurs sommes capable d'avancer alors que vous, votre immobilisme et votre égoïsme ne mène à rien.
- Et si on tranche la main de ton collègue voyageur, rien ne nous empêche de reprendre ta si puissante arme de dissuasion.
- Tsss ! c'est exactement ce que je pensais. Vous ne voyez que la puissance vous autres. Vous pensez que j'utilise ce sceptre pour vous faire pression et vous menacer alors que je voulais juste vous parler. Ce sceptre n'est là que pour démontrer votre propre ignorance de votre propre monde et que même celle qui parmi vous est réputée comme étant la plus pure est capable de pécher et de tromper. vous êtes réellement pitoyables à vous croire au dessus de tout alors qu'en réalité vous n'êtes pas bien plus que n'importe quel rêveur.
- C'est toi qui es pitoyable. Tu as tué ton propre seigneur, sans la moindre raison. Tu as tué Knul roi des archives, ton roi ! Un assassin n'a pas de leçon de vertu à donner !
-  C'est faux.
-Balivernes ! Nous savons tous que tu l'as tué !
- Certes... Mais Knul n'a jamais été mon roi. Mon maître, celui qui m'a éduqué, qui m'a appris a utiliser mon pouvoir et m'a protégé durant des années est au moins aussi bon cachottier que la reine de la richesse ici présente. Mon maître n'était autre que Pretoria, ancienne reine des mots.


Là, la famille royale des mots, présente au complet se surprit de cette annonce. Jamais Pretoria ne leur avait dit qu'elle avait pris sous son aile un voyageur. Elle avait pris comme pupille Silva, dès son plus jeune âge dans le plus grand secret. ex-sima, l'ancien roi des mots et maris de Pretoria regarda alors Silva d'un air terrible.

- Tu mens voyageur.
- Pas du tout. Lorsque vous pensiez que votre femme était fâchée de vos nombreuses infidélités et s'en retournait à Ilyria... elle y allait en fait pour me former. Votre femme avait autant de secrets pour vous que vous en aviez pour elle.
- Et qu'est ce que ça peut nous faire ces histoires ?
- ça peut faire qu'il connait certainement l'assassin de mon adorée ! Voyageur ! Sais-tu qui as tué ma bien aimée ?!
- Non... Car personne ne l'a tué. elle est toujours en vie... là dedans.


Silva montra alors du doigt son livre qu'il avait en main depuis tout à l'heure et duquel il avait fait sortir le sceptre d'Athia plus tôt. En effet, ce livre a pas particularité de pouvoir stocké une infinité d'objets mais aussi des personnes. ce livre est potentiellement une prison et un hangar infini. empli d'une rage folle, l'ancien roi des mots se met à hurler sur Silva.

- Libères ma femme ou je te...
- Ne dites rien de plus... Je connais vos pouvoir. je sais que vos mots sont plus tranchants que la plus fine des lames...
- Dans ce cas libères me femme ou ta mort est certaine.
- Non. car si je meurs, ce livre disparaîtra. Jusqu'à ce qu'un nouvel invocateur pour ce livre naisse. et vous savez comme moi que ça peut ne pas arriver avant plusieurs siècles et Ptretoria y restera enfermée pour des siècles.


Le roi des mots eut la parole coupée et se calma. Il s'approcha de silva et tremblant se prosterna devant lui. Tout cela se produisit sous les yeux de tant de rois. Un puissant roi des rêves se prosternant, baisant presque les pieds d'un simple voyageur. Presque tout le monde resta sans voix devant ce spectacle.

- s'il te plais... Libères là... je ferai ce que tu voudras de moi ! Mon royaume sera tien.
- Je n'ai que faire de ton royaume HTML. ce que je veux... c'est qu'à présent tu m'aides. Aides moi à prouver que vous autres seigneurs n'êtes rien, aides moi à prouver que vous êtes impuissants et que Dreamland se porterait bien mieux sans vous. Montres que Dreamland peut tourner sans toi. Si tu mets fin à tes jours... je libérerai ta femme.


Le roi des mots, leva les yeux vers silva qui l'observait, au bord des larmes. Un seigneur commença à dire que la plaisanterie avait assez duré et s'apprêtait à attaquer Silva quand l'un des généraux créa une barrière d'un verre ultra renforcé autour d'eux et la maintenait pour empêcher toute intervention extérieure. plusieurs rois commencèrent à s'attaquer à la cloche de protection en vain. L'ancien seigneur des mots se tourna alors vers ses enfants et petits enfants qui vinrent frapper sur la parroie de verre pour l'empêcher de faire une terrible erreur. Ils étaient là juste devant lui. Ils étaient tous présents et d'un sourire plein de larme il les regarda puis s'adressa à eux.

- Mes chères enfants je... je vous aime et vous ai toujours aimé mais j'aime votre mère plus que tout. Et c'est pour elle qu'à présent... JE MEURS !

Pour un roi des mots, les paroles, le dialogue à un pouvoir et par ces simples paroles, il prononça sa fin. Son teint devint pâle, sa respiration cessa et il s'effondra à terre aux pieds d'un juge suprême des météors impassible. ce dernier ouvrit son livre et en sortit alors une personne. certains la reconnurent comme la reine des mots, Pretoria. Elle regarda autour d'elle perdue puis vit son maris à terre, mort elle se précipita à lui en pleurs avant de se tourner vers Silva, les yeux pleins de larmes.

- Qu'as-tu fais Silva ?! Pourquoi suis-tu ces plans si fou ? Pourquoi me fais-tu ça alors que je t'ai tout appris, que je t'ai aimé comme une mère ?!
- Tu le sais très bien Pretoria, nous en avons déjà parlé. Pour savoir Pretoria... Juste pour savoir.


Silva s'était approché de Pretoria, son libre ouvert et ce dernier goba littéralement à nouveau la reine des mots. Après tout, il avait tenu sa parole. il l'avait libéré. Il n'avait juste pas précisé pour combien de temps il la laisserait en liberté. Là, le roi des mots actuels, en pleurs hurla à la traîtrise et de plus en plus de roi partirent à l'assaut de la bulle de verre protectrice qui s'effondra. Silva se tourna vers Kyle et lui fit signe. Le contrôleur du feu sourit et prit à nouveau la parole.

- Je souhaite que plus aucun membre des météors ne meurt cette nuit.

Le sceptre se mit à briller d'une sorte d'éclat doré comme signe que le voeux de Kyle avait été exaucé. Il se mit alors à rire avant d'annoncer.

- Allez les gars ! Maintenant on peut réellement s'amuser ! hahaha

Le second juge des météors projeta une énorme vague de feu droit devant lui. certains évitèrent ou parèrent l'attaque mais pas d'autres. ce fut le cas de la famille royale des reptiles qui fut carbonisée, tout comme d'autres rois. La reine des rongeurs fut protégée de justesse par Antony Watson, son voyageur. Béhémus s'interposa devant Kyle et tenta de le frapper de son énorme main droite écarlate. Le voyageur esquiva l'assaut.

- Alors Behemus on rouille . ça fait longtemps que j'attends ça ! Te foutre la misère !
- je vais te tuer voyageur !
- t'en es incapable mon pauvre vieux !


En même temps, plusieurs rois commencèrent à s'enfuir, ne voulant pas être pris dans les combats. c'était la débandade. Ania pour sa part se précipita vers Silva et tenta d'abattre son épée sur lui mais ce dernier fut protégé par Nathanael, le 3° juge.

- Silva, pourquoi tu fais ça ?!
- Pour débarrasser Dreamland des seigneurs et prouver que ce monde peut être meilleur sans eux.
- c'est un génocide ce que tu fais! Je te connais ! C'est pas ton genre de faire ça! Tu mens, quel est ton but réel ?!
- Nous essayons de réaliser une utopie ! Un monde sans ces seigneurs qui nous manipulent et nous contrôlent, nous forcent à aller contre notre voonté tout ça pour des vœux illusoire de puissance. Hors de notre chemin Ania ! On ne te veut pas de mal.
- A moi non mais à Dreamland oui !


S'engagea alors un combat entre Nathanaël et Ania, comme la nuit précédente. Mais cette fois, le 3° juge ne craignait pas la mort car il était protégé par les pouvoirs du sceptre de la richesse. Il commença alors un combat à l'épée avec la N°1 de la ligue S. Les autres météors présents pour leur part commençaient à frapper dans tous les sans, sans la moindre distinction. C'était la panique complète. des seigneurs se faisaient toucher pendant que d'autres partaient à l'attaque des météors enragés, galvanisés qui n'avaient pas peur des conséquences et de mourir et frappaient sans distinction. Tomoe et sa bande prenaient la poudre d'escampette, décidant qu'ils n'avaient plus rien à faire là et aucun intérêt à prendre parti. C'était le cas aussi des ducs obscures qui commencèrent à quitter le palais. Voyant une bonne occasion dans toute cette confusion, Voltera, accompagnée de Frost, lux et de Sento qui décidément avait envie d'en découdre commencèrent à poursuivre les trois ducs obscures mais ces derniers rencontrèrent sur leur route Raas'en'Haal qui leu barra la route.

- tiens tiens tiens ! Les traîtres partent en vadrouille je vois.
- écartes toi vieille momie décharnée.
- Vous n'irez nulle part, félons ! Pas tant que je vivrai !
- Tu es mors une fois, on peut bien te tuer à nouveau !
- Vous paierez pour vos traitrise mais pas aujourd'hui, pas maintenant. le soleil n'est pas assez haut pour voir ma vengeance s'abattre sur vous et mon triomphe éclater.


Il créa une tempête de sable dans toute la pièce qui désorienta les 4 seigneurs assez longtemps pour couvrir sa fuite ainsi que celle des trois duc. pendant ce temps, plus personne ne voyait rien dans la pièce en proie à un chaos innommable. Les combats faisaient rage. Les météors frappaient sans la moindre distinction parmi les seigneurs. Sento, avide ce combat finit par attaquer un des généraux des météors et finit assez rapidement par prendre le dessus sur lui. au moment où son épée perça le cœur du voyageur, au lieu de mourir, ce dernier se réveilla. c'est l'effet qu'avait eut le vœux de Kyle. Plutôt que mourir, les météors étaient réveillés quand ils étaient touchés par une attaque mortelle. Le tout se déroulait sous le regard satisfait de Deus et impassible de ses gardes. ça y est ! La celestiafest était devenu une réelle guerre ouverte entre seigneurs et météors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dream-land.forumactif.org
Joy Killamanjiro
Indiana Joy
Indiana Joy
avatar

Pouvoir : contrôleur des chiffres
Points de Puissance : 40 650 points
Points de Réputation : 56 500 points
Points du Membre : 741 points
Double Compte : Diavolo Mayor
Messages : 691

MessageSujet: Re: Le Palais de Deus   Mer 16 Nov - 17:14





The Time has Come
To bring down the final curtain




Quand t’es lycéen, y’a rien de comparable à une cour de lycée, ou même de collège. Là c’était pareil, à ceci près qu’on avait des divinités des éléments de la nature, de l’homme, des êtres séculaires qui se battaient comme des chiffonniers. Signe que Deus se trompait : les voyageurs n’étaient pas ennuyants, chaque voyageur pouvait apporter une pièce nouvelle dans le puzzle diplomatique du monde des rêves, s’il le voulait, s’il portait ses couilles. Signe aussi que la politique des Seigneurs n’était pas la même pour tout le monde, du moins n’était pas partagée par tous. Dreamland, vu du palais de Deus, c’était qu’une cour de lycée avec des lycéens jamais d’accord sur la musique à écouter, finalement. Alors ouais, donner des leçons était essentiel, surtout du haut d’un mètre soixante (et demi) et de dix-sept années de vie. Ce qui en disait long sur la solidité des raisonnements en place...Joy soupira en entendant le bordel ambiant, et fut étonné de voir que certains le défendaient, d’autres l’attaquaient, dans des manières rappelant le tact et l’élégance des débats télévisés en politique. Après quoi, c’était évidemment les voyageurs qui foutaient le bordel ou qui ne comprenaient rien, bien sûr. C’était plus facile de penser qu’on fait le bien et que c’est de la faute de l’autre. Dreamland, ce pays d’arriérés politiques…

La situation était tendue, et Joy, à plat niveau énergie, était à la merci du premier connard venu. Ce fut Persos, un mec inconnu du matheux, qui ramena sa fraise en premier, monté sur une hyène géante qui envoyait du lourd. Si on omettait le fait que les hyènes marchaient avec le cul hyper bas...animal assez ingrat point de vue création, fallait savoir que chez les hyènes femelles par exemple...quoi ? y’a des enfants qui lisent ? Bon on arrête là. Le Seigneur voulut parler au gamin qui regardait et entendait, pouvoir activé mais non utilisé, pour tout ancrer dans sa mémoire mathématique et se tenir prêt face à toute attaque possible. Après que les Seigneurs amis du jeune voyageur aient pris sa défense, Joy répliqua à Persos, participant ainsi au bordel ambiant en se tenant le crâne.




- Bien sûr que je ferai mieux ! Tu peux attendre les pieds dans tes chaussons dans ton Royaume ! J’explore et je rencontre tout Dreamland, et j’apporterai la paix et l’apaisement du mieux que je pourrais...Vos divisions et vos luttes intestines vont finir, qu’importe la manière, et je serai l’un des acteurs du changement de ce monde, Seigneur. Tu peux en être certain !



L’adolescent fixait le Seigneur qui souriait cyniquement, sans doute un poil vexé de sa réponse franche et directe. Son animal grogna et claqua des crocs, devant une Athénaïde impassible mais décidée à ne pas laisser approcher son rejeton. D’autres Seigneurs vinrent essayer de déstabiliser le matheux, mais rien n’y fit, il répondait à chacun avec la même intensité, quitte à les froisser ou les mettre dans une colère froide, contenue, mais ouvertement palpable. Athénaïde hésitait continuellement entre faire taire son fils, et le soutenir dans cette épreuve de luttes orales, de joutes, d’argumentaires plus ou moins fallacieux dans lesquels Joy ne rentrait pas. Il était nouveau et apportait le nouvel esprit du monde des rêves, et tous les conflits d’hier, comme les prises de positions d’avant, lui étaient étrangers. Il tint bon, jusqu’à ce que le Juge Meteor Silva prit la parole. Il se tut immédiatement et l’écouta presque religieusement, non sans gronder au fur et à mesure du discours. Dans la foulée, Lili-Anna s’était approchée de Joy, au cas où, pour entendre et aider aux discussions houleuses, et ils n’étaient pas préparés à la scène qui se passait sous leurs yeux.


Il fallait l’avouer, Joy était d’accord avec le début du discours de Silva. Le matheux était conscient que le Juge avait attendu son  heure, attendu que le bordel soit bien présent, que la tension soit à son comble, pour prendre la parole, et pour passer à l’acte. Pour apporter une réponse aux Seigneurs, à Deus. Alors, il avait raison, selon Joy. L’aveuglement des Seigneurs, leur condescendance dangereuse non seulement pour eux, mais aussi pour Dreamland. La perspective, c’était ce qui manquait aux Seigneurs. En fait, à pratiquement tout le monde. Le monde réel comme le monde réel réfléchissait à court et à moyen terme. Le long terme ? Trop lointain, jamais concerné, peu probable, alors que tout était là. Le long terme était l’idée qui se perpétue, qu’on retrouve dans le temps, les siècles...le long terme, c’était ce qu’avait Silva, et c’était la manière de voir le monde de Joy également, ce qui peut être les rendait si proches...Ça permettait d’avancer, comme il le disait, et d’avancer avec des perspectives lointaines et essentielles. Dans la logique pure et simple, le long terme de Silva était terrifiant de justesse, et de machiavélisme. Se faire oublier pour mieux contre-attaquer, donner une leçon par les mots et les actes...il était fort, très fort, trop fort sans aucun doute. Irréfutable. Froid. Implacable. Il voyait les faiblesses des Seigneurs, comme Joy. La vision unique d’un monde par la puissance, or la puissance ne faisait pas tout. Même, selon le matheux, elle ne faisait rien si elle était mal utilisée. Raison pour laquelle Deus était si décevant et pitoyable. La puissance était gâchée, et ce gâchis allait amener la guerre totale. Puissance et ignorance, vanité et condescendance. C’était un tableau à moitié vrai, à moitié faux concernant les Seigneurs, mais il tapait là où ça faisait mal. L’orgueil.




Like on the day you're born
Breathing is painful again
It's such a lost, it's such a lost cause
Mother, father, kids in the chaos
It's such a lost cause
Love is all we've got when
The time has come



Puis vint la bombe. Pretoria. Pretoria vivante. Joy eut un haut-le-corps à cause de celui de Lili-Anna. Il avait pu sentir son corps bondir et lui parler en direct, sans qu’elle puisse le contrôler, à ses côtés. Ex-Sima New HTLM s’avança vers Silva. Joy, complètement choqué, suivait le dialogue en craignant ce qui allait arriver. Silva avait un plan, un plan qui atteignait son apogée maintenant. Mathématiquement, les chiffres l’applaudissaient. Moralement, Joy voulait dans l’instant le planter de milliers de lames chauffées. Le deal était annoncé, et le grand-père de Lili-Anna donnait devant toute la cour sa vie pour celle de sa femme, celle qui était responsable de son abdication. Ironie du sort monstrueuse, surtout quand il annonça son amour pour ses enfants, sa femme, et quand il tomba. Mort. Lili-Anna poussa un cri d’horreur, étranglée par la douleur et le chagrin et spontanément Joy s’avança mais il ne put outrepasser les convenances, quand la famille royale des Mots était juste à côté, en train de vivre le plus horrible moment de son histoire. Dialeg se contrôlait pour ne pas foncer sur Silva et le tuer, mais ses parents, sa mère maintenant, était en jeu encore. Joy comprit à ce moment le dilemme profond des créatures : se taire et subir pour obtenir ce qu’on souhaitait. Cela finissait par une guerre, et un mort, et une otage dans un bouquin. Voilà la réponse au dilemme des créatures royales de Dreamland ! Par la mort d’Ex-Sima New HTML, le matheux put apercevoir, le temps désiré par Silva, Pretoria, la grande Reine d’Ilyria et celle qui a éduqué Lili-Anna. Dans son dernier pourcentage d’énergie, Joy lui envoya, sur sa peau, un code en binaire. Des chiffres inscrits sur sa peau, par enfoncement selon un enchaînement de formules mathématiques qu’il faisait à toute vitesse. Le code pourrait indiquer, si Pretoria restait en vie, sa position dans les formules visibles de par le monde pour Joy ; si Pretoria savait décoder du binaire, elle pourrait voir ce message « J’arrive, tenez bon » à la suite du code en binaire. Bien sûr, Joy posa une formule de variation selon les zones connues de Dreamland. Comme un plan de métro, avec une colonne lettres, a, b, c, d, e,….et 1, 2, 3, 4, 5...en échiquier sur un plan. Il saurait forcément où elle se trouve, s’il était à côté. Un mouchard mathématique posé sur la peau de Pretoria, qui permettrait aussi de localiser Silva à chaque instant. Bien sûr, en se vidant de toute son énergie, Joy fut automatiquement sans pouvoir, et il ne sut même pas si sa technique avait marché, ou marcherait. Cette soirée devenait folle, et il ne soupesait plus du tout ce qu’il faisait depuis longtemps.

Après quoi, alors que Lili-Anna et sa famille pleuraient en rageant, tandis que Dialeg et Data, le Prince des Mots, se jetaient sur Silva, les Meteors attaquèrent tout en étant protégés par le vœu de Kyle. La stratégie était parfaite. Silva était protégé par ses frères d’armes, tandis que plusieurs Seigneurs et voyageurs, dont Ania, le prenaient pour cible. Lili-Anna pleurait avec sa sœur et sa mère, tout en envoyant des mots de protection pour contrer les attaques des Meteors. Silva expliquait davantage ses théories politiques et Joy comprit pourquoi ils devraient causer, dans un temps qui n’était définitivement pas celui-ci. Il comprit aussi qu’il devrait soit convaincre Silva, soit le tuer un jour ou l’autre. Pretoria devait vivre libre, et pour la première fois, l’adolescent se sentit prêt à défendre la Reine qu’il connaissait à peine de sa vie.


Les combats étaient lancés, alors que les ducs obscurs avaient fui. Victoire totale pour le Royaume Obscur, un peu moins pour Deus qui avait perdu de la légitimité, même s’il s’en fichait. Les Meteors prenaient un ascendant certain, l’alliance élémentaire avait perdu toute crédibilité. Les combats lancés, Joy était protégé entre les mots de Lili-Anna, en larmes, dévastée par la douleur, et le bouclier de sa mère. Il ne faisait rien, il ne pouvait que regarder. Le son parut ne plus lui parvenir, il s’entendit soupirer profondément, et il tomba à genoux. De fatigue, ses jambes ne pouvaient plus le porter, il s’était donné entièrement sur le code binaire de repérage de Pretoria. Il voyait les Seigneurs tenter le combat contre les Meteors, comme si tout ce qui s’était passé n’était pas rentré dans les esprits. Deus régnait en maître, et Joy rageait, rageait, rageait de le voir aussi souriant, aussi confiant, et fier de lui. Il commença à ramper vers lui, mais Persos, le Seigneur qui l’avait interpellé juste avant, fonçait sur lui, avec deux trois autres Seigneurs qui étaient contre lui. S’il esquiva une lance, le javelot de Persos le frappa à l’épaule droite, et son hyène se mit à le mâchonner, au niveau des jambes. Il poussa un hurlement déchirant de douleur et perdit connaissance.




You used to come home loaded
And come down heavy on my head
It's such a lost, it's sucha lost boy
Mother, father kids in the chaos
It's such a lost bo
The streets sound like a plane
The Time has Come




Il se réveilla sur un nuage, entre les ailes rouges de sang et meurtries d’Athénaïde, qui le regardait en pleurant doucement. Il la regarda longuement, elle le fixait et ils pleurèrent en silence.


- Maman, je suis trop faible.
- Nous l’étions tous, Joy. Ce que tu as dit...je ne suis pas d’accord avec toi, mais c’était courageux. Non, suicidaire. Mais c’était bien de le dire. De confronter ces gens à leurs erreurs. A nos erreurs.
- Mais je suis faible ! FAIBLE ! Lili-Anna ! Elle est encore là-bas ? Et Carvey ? Et Euclide ! Je dois aller les sauver !!
- Reste là mon fils ! Elle ne risque rien, elle, avec sa famille. Toi tu es faible, tu es encore bien jeune, et il faudra que tu t’entraînes énormément si tu veux un jour peser dans la balance. La puissance reste et restera une des clés de Dreamland. Aujourd’hui je t’ai sauvé de justesse, mais j’ai bien failli nous perdre tous les deux.



Levant la tête, le matheux put voir une moitié d’aile arrachée violemment, et du sang tachetant toute l’armure angélique de sa mère.



- Merci...j’ai fait le mauvais fils quand je suis parti de ton groupe, mais...tu m’as toujours protégé, tu m’as surveillé – parfois un peu trop, mais merci...merci pour tout. Sans toi ce soir, je me faisais hacher menu.
- Il n’y a pas de mauvais fils, mon cœur, il n’y a que des mioches que j’essaie de comprendre, et de faire grandir. J’écoute le message du Christ, je lis les textes, j’aimerais que vous vous voyez comme je vous vois, certaines fois, en pleine lumière divine. Retiens bien ce que je vais te dire, tu t’appelles Joy, tu apporteras la joie à ce monde…
- Mais comment ? Dans ce monde, nous sommes en guerre !!
- Alors plus que jamais, il faudra apprendre à pardonner et à lutter, à prier et à aimer l’autre. Quel qu’il soit. Même les pires ordures que tu as vu cette nuit. Tu dois apporter la joie à ce monde, comme tu nous en apportes, à ton père et à moi.
- Même quand je sors d’un bus de hippies ?
- Hum...ne me rappelle pas cet épisode...tu es toujours puni d’ailleurs.
- Bon...maintenant j’aimerais que tu ne me surveilles plus. J’ai compris le message. Je vais devenir fort. J’apporterai ce que je peux, avec mes moyens…
- Bien. Et c’est qui pour toi cette Lili-Anna ? Hein ? Réponds !
- Heu, une amie…
- Ahin. Allez, on rentre fiston. La fête est finie.



The damage is done
To Forgive them all



Joy se leva dans le ciel et vit au loin le palais de Deus qui s’éloignait. Il aimait les aventures, l’exploration, le risque et le danger. Il aimait son pouvoir, il aimait l’utiliser. Il aimait rencontrer des gens, autant les créatures que les voyageurs. Mais cette nuit laissait et laisserait un goût d’amertume, de tristesse, de désillusions et d’euphorie. La haute sphère de Dreamland s’était montrée, aussi vomitive que fascinante, aussi bordélique qu’une chambre d’adolescent en crise existentielle. Il n’avait pas trop aimé cette nuit, mais il suffisait de se réveiller pour qu’une nuit nouvelle n’arrive, et avec elle...le long terme, les mots, Silva et la guerre.



- Ouais, la fête est finie. A bientôt, tout le monde, on crèvera tous et on n’en parlera plus.



The time has come
To forgive them all Yeah




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joël Hamel
Combattant Du Feu Libre
Combattant Du Feu Libre
avatar

Team : Meteors
Pouvoir : contrôleur du feu
Points de Puissance : 34 400 points
Points de Réputation : 42 500 points
Points du Membre : 531 points
Double Compte : Maahes
Messages : 381

MessageSujet: Re: Le Palais de Deus   Jeu 17 Nov - 21:44

Wouah, Silva était vraiment effrayant dans son genre. C’est la plus simple des façons que j’ai trouvé pour résumer ce qu’il s’est passé, parce qu’en vrai ça aurait été bien joli de revenir sur les réponses énergiques de Joy face à certains seigneurs – notamment celui qui se pavanait sur sa hyène qui en avait une entre les jambes – ainsi que la subtile mais impressionnante performance du Juge des Meteors. Je comprends en un sens pourquoi je n’avais pas été mis au courant du « plan », c’est en partie parce qu’il y aurait eu beaucoup trop de choses à dire. Comme l’existence d’un bâton magique réalisant n’importe quel souhait, ou l’étrange relation entre Silva et les créatures appartenant au royaume des mots, de ce que j’ai compris en tout cas.

En tout cas la situation dégénérée réellement une fois que le vœux de Kyle fut prononcé, une étrange sensation me traversant l’échine alors que je frissonnais. Une étrange aura à peine perceptible m’entourait, étais-je donc immortel le temps d’une soirée ? Une bataille générale éclata en plein milieu du palais de Deus, les seigneurs et rois se protégeant des assauts soudains des Meteors, enivrés par l’ivresse du combat alors qu’ils se jetaient littéralement sur leurs adversaires. Je fus un instant perturbé par les puissantes flammes relâchées par Behemus, de mauvais souvenirs voyageant sous la forme de flash dans mon esprit alors que je serrais les dents. Néanmoins je me reprenais rapidement alors que je décidais de prendre en main Anchor pour la dresser devant moi tel un bouclier, déviant une lance soudainement jetée à mon attention tandis que je voyais le fameux Persos se rapprocher dangereusement de Joy.

Rassemblant les flammes autour de mes bras je les accumuler de sorte à développer ma force, m’avançant d’un pas rapide et décisif sur la hyène alors que je dessinais un large arc-de-cercle avec ma lame. Mélangeant force et précision, je tranchais en grande partie la gueule de la bête qui voyait sa mâchoire inférieure volait plus loin, détachée du reste du corps. La mère de Joy n’hésita pas un seul instant pour prendre son fils libéré sous ses ailes et s’échapper des murs de cet endroit. Je souriais brièvement alors que je voyais dans cette scène un reflet de mon passé, ma mère ayant tout fait pour me sauver au milieu d’un incendie. Redressant mon regard sur Persos dont la monture prenait du recul, d’autres seigneurs s’avançaient pour m’attaquer jusqu’à ce que je vois plusieurs gros projectiles sous forme de chiffres repousser les assaillants, les bloquant avec une formule écrite formant un mur.

▬ Loin de moi l’idée de venir en aide à un Meteor mais le fait est que vous avez protégé mon voyageur. En cela je repaye ma dette.

Je tournais légèrement un œil en direction du roi des chiffres dans mon dos, voyant que Barrak le roi des sons avait préféré préparer une route de sortie pour lui-même et son compagnon seigneur. Même si je n'avais pas cherché à obtenir la faveur d'Euclide pour avoir aidé à ma façon Joy, je n'allais pas cracher sur une petite attaque se perdant dans sur la gueule d'autres seigneurs.

▬ J'espère qu'on ne se reverra pas de sitôt !

Sans réellement attendre de réponse je m’engouffrais dans la mêlée, évitant de recroiser la route de Persos qui avait dû se remettre de la perte de sa monture pour se battre sérieusement. Si j’affrontais un seigneur de face j’étais sûr de mourir inutilement, or j’étais persuadé de pouvoir servir à quelque chose ici. Oh, et pourquoi je ne souhaitais pas rencontrer Euclide ? Tout simplement parce que j'en avais pas envie. Dans ma discussion subtile avec Deus j'avais dis que je cherchais à changer les choses à Dreamland, et pour ça j'ai besoin de seigneurs comme lui. Ni trop puissant mais pas si méchant dans le fond. Et parce qu’il était le seigneur de Joy. Un roi bienveillant, avec qui il peut converser, apprendre, se tromper et se réjouir d’être à Dreamland. Il est en quelque sorte ce que j’aurais voulu avoir avec Behemus, dans un sens. Dans l’avenir que je souhaite forger, il sera un exemple. Un d’entre eux, en tout cas.

Alors que je faisais ma percée à grands coups d’épées afin de balayer ma route, je voyais une imposante patte se poser en face de moi alors qu’une grande figure se démarquait de tout le reste. Un dragon ! Je levais lentement les yeux alors que ma bouche restait ouverte, un Joël complètement béat faisant face au deuxième que je rencontrais depuis mon arrivée à Dreamland.

▬ Un… Dragon ?
▬ *inspire profondément* Humm… Je sens l’odeur du sang sur ton épée, voyageur. Le sang d’une de mes sœurs… Qui as-tu oser ôter la vie, arbitrairement ?

Son regard profond et perçant me traversait de toutes parts alors que ma respiration se faisait de plus en plus rare, mon cœur battant de moins en moins vite alors que mes pensées se perdaient petit à petit dans cet étrange air qui enivrait l’espace. Je ne comprenais pas pourquoi j’avais cette impression de tranquillité alors que les bruits de combats continuaient de faire rage à côté, est-ce que la créature m’avait lancée un sort ? Je ne savais pas… Mordant inconsciemment ma lèvre inférieure j’essayais de garder un certain contrôle de moi-même alors que le dragon fronçait des sourcils, ses larges crocs commençant à ressortir jusqu’à ce que plusieurs Meteors volent dans ma direction, repoussés par l’énorme masse d’une femme aux allures d’insecte.

▬ Maïtre Seyaryu ! Partons d’ici !
▬ … Tu as raison Astalia, venir ici n’était pas la bonne chose à faire. Rentrons dans notre hameau.

Me lançant un dernier regard, le dragon décidait de me tourner le dos tandis que la fameuse Astalia bondissait sur son dos, la grande créature commençant à bondir en direction de l’une des paroisses pour détruire le mur constituant le palais de Deus, s’envolant à travers les nuages épais du 7ème ciel. Je restais là, immobile, à observer cela. Un dragon, de la même espèce qu’Angelus… Je finissais par rugir de douleur alors que je sentais quelque chose soudainement me fouetter dans le dos. Je retrouvais rapidement mes sens alors que je voyais une ombre bondir sur moi. Levant par réflexe Anchor, je bloquais la lame usée qui était destinée à s’abattre sur moi, même si la force fut suffisante pour me faire tomber en arrière sur plusieurs mètres. Une créature capuchonnée sautait à nouveau sur ma figure afin de frapper avec une hache tâchée de sang, tandis que moi acculé je ne pouvais que garder mon épée au-dessus de mon visage pour éviter de me faire fendre le crane.

▬ En voilà une jolie épée… Sur un champ de bataille, les morts n’ont plus besoin de leurs possessions… Laisse-moi te libérer de ton fardeau, voyageur !
▬ Jamais, connard !

Disais-je alors que je me redressais assez pour plaquer ma main sur sa face, une gerbe de flammes partant droit sur son visage caché alors qu’il reculait de quelques pas, gémissant fortement tout en essayant de balayer le Feu sur lui. Je me relevais tant bien que mal alors que je privilégiais m'écarter pour ne pas me retrouver au corps-à-corps avec une telle créature. Malheureusement sans que je ne le vois venir quelque chose finissait par se placer autour de mon cou tandis que de dangereuses pointes étaient placées contre ma gorge. Dans un regard indiscret je pouvais voir un homme avec de grandes oreilles animales tenir une lanterne, son autre main me maintenant en joue avec son bâton dont l'extrémité en forme de collier me retenait.

▬ En voilà un spécimen... Ma chère, que pensez-vous de lui ?

Une femme au regard froid se tenait à ses côtés, me dévisageant comme si je n'étais qu'un sujet de cobaye. Le couple de créatures ne semblait pas du tout dérangé par le chaos autour de nous, comme s'ils avaient autre chose à foutre ! Alors que je passais ma main sur le bâton pour le retenir autant que je le pouvais - parce que faudrait pas que je me fasse percer la gorge quand même ! - je n'arrivais pas à me libérer, la force dans le bras du bonhomme suffisant pour me maintenir et m'empêcher toute fuite ! Après quelques secondes la demoiselle soupira et tourna le dos, faisant un léger mouvement de la main comme si elle faisait signe de passer le balais.

▬ Débarasse-t'en, Mortumus. Je commence à m'ennuyer.
▬ Tant pis, dis-moi voyageur, que souhaites-tu comme épitaphe sur ta tombe ?

Le regard dérangé et et fou de l'homme me fit couler plusieurs sueurs froides alors que pour le coup je sentais que j'allais vraiment y passer si je ne faisais rien. Dans un geste désespéré je balançais le revers d'une de mes mains dans sa direction, relâchant une rapide mais petite vague de flammes susceptibles de le déranger. Alors que je pensais l'avoir eu lorsqu'il se faisait avaler par les flammes, je fus choqué de voir ces dernières se faire aspirer petit à petit dans sa lanterne alors qu'il forçait sur son bâton pour me projeter au sol, mon corps manipulé tel un sac de patates alors qu'une pointe avec méchamment entaillé mon cou. Beaucoup de sang commencé à couler et je toussais aussi fort que je pouvais alors que le liquide me bouchait la gorge.

▬ Seule la lanterne du guide peut éclairer le Styx, tes flammes ne pourront jamais te libérer de la mort certaine.
▬ Attends.

Mortumus redressa un regard en direction de son aimée pour la voir s'approcher, cette dernière dégainant ses deux lames avant de me faire face. Même si elle gardait une certaine froideur dans sa voix, je pouvais lire dans ses yeux une pointe de colère se faire sentir alors qu'elle levait ses épées au-dessus de ma tête.

▬ Il a osé brûler mes vêtements, c'est à moi de le punir.

De ce que j'avais pu voir j'avais juste noircie sa petite robe blanche mais rien de plus, c'était ça qu'elle appelait brûler ?! Avant même que je ne puisse l'ouvrir les lames tombèrent nettes sur mon cou afin de me décapiter sèchement, mon corps disparaissant dans un nuage de fumée. Je me réveillais soudainement dans mon lit, transpirant à grosses gouttes alors que je passais une main autour de ma gorge. Ouf... Je soufflais alors que j'étais encore en vie. Enfin, j'étais mort dans Dreamland donc dans ce cas-là je pouvais pas vraiment mourir mais quand même, allez vous faire couper la tête et venez me dire que vous êtes serein après !... Je jette un coup d'oeil autour de moi, j'étais seul... Valentine était encore à l'hôpital, elle se reposait de l'accouchement... D'ailleurs je remarque que j'étais encore habillé, preuve que j'avais vraiment la tête ailleurs hier soir alors que je la laissais s'endormir. Je laissais ma tête retomber sur un oreiller alors que je fermais les yeux, voilà ça y est. La Célestiafest était terminée pour moi... Même si ça n'a été que trois nuits bon sang que ça avait été long, intense et bordélique au final.

Mais les choses allaient sérieusement commencer à bouger à partir de maintenant, et j'allais devoir assurer si je ne voulais pas me retrouver derrière, ou sans tête comme pour cette nuit...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kael Dango
Cerberus
  Cerberus
avatar

Team : Alliance élémentaire
Pouvoir : Contrôleur du feu
Points de Puissance : 25 000 points
Points de Réputation : 30 000 points
Points du Membre : 288 points
Messages : 298

MessageSujet: Re: Le Palais de Deus   Sam 19 Nov - 17:28


A croire que la nuit prenait un tournant plutôt incertain concernant la vie des seigneurs, rois et autres voyageurs dans cette salle. Chacun leurs tours ils pesaient leurs couilles pour départager les vérités des calomnies, alors que des voyageurs comme Joy et Joël se mesuraient aux seigneurs, ces derniers s'avançaient pour les défaire de leurs échasses et ainsi leurs couper l'herbe sous le pied. Un des seigneurs cauchemars – Persos, vit ses offenses comme une véritable déclaration de guerre. Joy à terre eu la chance d'être soutenu par son Euclide et de Barrak qui pourtant n'avait pas vu d'un bon œil un groupe de Météors ayant gâcher la fête qui avait pourtant eu son succès. Ces même Météors qui une fois encore eurent la superbe idée de foutre le bordel dans un nouveau rassemblement et non des moindres. Kael aux côtés de Behemus regardait la scène comme un spectateur dans une salle de cinéma, il n'avait aucune emprise sur ce qui allait arriver, n'y de pouvait deviner ce qui allait se profiler dans les minutes qui allait suivre. Cependant voyant Kyle s'avançait avec un artefact il y avait de quoi s'inquiéter, suivi de Silva portant lui aussi un message à toutes l'assemblée.

Tout s'enchaîna très vite, un nouveau seigneur tomba en plus d'une autre personne – Pretoria, que Kael ne connaissait ne serait-ce que de tête. Il faut dire que ce genre de spectacle était assez monnaie courante, nombreux de petites royaumes à peine créé par l'imaginaire humain disparaissait les nuits suivantes sans même avoir fondé et fait naître le moindre voyageur. Malgré ça, ce soir, de grands noms tombés et par la suite cela allait devenir un véritable génocide. L'annonce de Kyle fut comme un coup de tonnerre mais aussi une véritable alerte pour tout les seigneurs présents, certains prenaient leurs jambes à leur coup alors que d'autres suivi de leurs second partaient en bataille contre des immortels d'un soir.

Kael n'eut le temps de tourner la tête pour écouter les ordres de son seigneur que Behemus était déjà enclin à se débarrasser de Kyle, ne serait-ce que d'éliminer une énorme épine du pied à tout ceux présents dans le palais. Behemus avait une véritable haine contre Kyle et ce n'était pas qu'une question de loyauté, mais surtout de principe, l'histoire de Behemus était encore obscur mais il semblerait que le seigneur des flammes accordait une importance à la fraternité. Certains soldats lui avait fait part d'une sœur ayant était tué par un voyageur, à croire que pendant une époque Behemus savait sourire et rire face à quelqu'un. Le rouquin ayant encore des souvenirs de son dernier combat contre son jumeau prit les devants sachant qu'il ne serait pas de taille, mais aux côtés de son seigneur la pioche était tout autre et il en ressortirait une main stratégiquement et potentiellement gagnante.

Behemus venait d'abattre sa main écarlate et griffus en direction de Kyle qui de part son feu écarta la menace qui planait déjà sur lui. Le seigneur des flammes se voyait déjà en mauvaise posture, une belle ouverture se profilait pour Kyle, Kael s'interposa sous le bras de Behemus bloquant comme il le pouvait le bras en feu de son frère.

« Si tu crois que tu vas encore foutre ta merde ! »
« Frangin ! Reste dans ton coin, on parle entre grand. »
« J'vais te tuer ! »
« Ah non, pas ce soir. »


De son autre bras il mit une belle mandale à Kael qui fut projeté au loin permettant ainsi de continuer son entrevu avec Behemus. Kyle était ce coup-ci beaucoup plus intéressé pour enfin se débarrasser de son percepteur laissant pour compte son jumeau sans pouvoir pour tenter de l'arrêter. Kael se frottait la joue dans son coin, Kyle avait frappé fort sans pour autant avoir utilisait son feu, ce n'était pas le moment de s'attaquer à son jumeau. Au loin on pouvait voir Joël emprise avec quelques seigneurs alors qu'à l'inverse certains seigneurs avait déjà fait le ménage dans les Météors. Kael se releva décidait à enfin faire quelque chose d'utile ce soir, ne pouvant aider Behemus le gênant plus qu'autre chose, il s'interposa devant des soldats qui s'en prenaient à la famille Canin. D'une gerbe de flammes il écarta les Météors s'en pour autant être hors d'état de nuire, Arcos vînt à ses côtés pour l'épauler crocs apparents. Le prince canin sauta sur l'un des deux serrant sa puissante mâchoire sur l'épaule du soldat tout en soufflant des flammes de quoi carboniser le Météors criant de douleurs. Kael dans le même élan s'interposa devant le second soldat qui se transforma en une sorte d'homme vache, un dérivé de minotaure semblait-il, à quatre pattes il chargea le rouquin qui prit de plein fouet le coup de tête du Météors l'envoyant une nouvelle fois bouler cette fois-ci dans les pattes de Jock – Seigneur canin.

« Soldat de Behemus, fait en sorte que ma famille sorte vivante d'ici ou tu pourras dire à ton seigneur que notre alliance prendra fin ! »

Se relevant difficilement, Kael soupira voyant que même Jock le sage pouvait être lourd, il était presque à en apprécier le fils. Le Météors voulu profiter de l'occasion et de l'ouverture pour bondir sur le trio qui comptait Kael, Jock et Laya, cette dernière voulut protéger son père en créant des orbes. Cependant au loin sans y avoir prêté attention et dans la cohue global, Jock ne vit arriver la vague de flamme créé par Kyle, était-ce destiné à Kael ou un tir perdu ? La seule certitude était que Jock faisait parti des cibles. Dans un dernier élan et en voyant la scène au ralenti on pouvait voir Laya faisant mouvoir ses queues qui dessinaient une sphère prête à repousser le Météors, à sa gauche la vague prenait de l'ampleur avançant à une vitesse folle alors que Jock tenta de prévenir sa fille du danger. Arcos lâchant le Météors enfin réveillé vit du coin de l'oeil ce qui se préparé ne pouvant rien faire au vue de la distance et du peu de temps d'action. Seul Kael bondit sur Jock pour l'écarter de l'assaut qui engloba tout ce beau monde même le Météors minotaure, une bonne partie du palais fut emprise aux flammes, de nombreux corps étaient à terre dont ceux de Laya, Jock et Kael visiblement encore en vie. Quand au soldat il avait disparu s'étant réveillé à cause de l'attaque, Kael souffrait encore de multiples brûlures essayant comme il le pouvait se s'appuyer sur ses coudes tout en reprenant ses esprits. De son unique œil il vit le corps de Laya qui respirait encore et de Jock couchait sur le côté inerte, était-il encore en vie ? Arcos se précipita vers son père rugissant de rage perdu entre la colère et la tristesse, essayant tant bien que mal de faire quelque chose alors que Laya avait rampé jusqu'à son père de quoi essayer de le soigner grâce à ses orbes.

Le souffle saccadait, à genou devant sa faiblesse on pouvait y voir dessinait sur le visage du rouquin un sourire satisfait, comme la joie du travail accompli.

_________________

Look.Evolve.Revenge
code par Summer's Desire pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carvey
Le marchand lapin
Le marchand lapin
avatar

Pouvoir : Marchand d'artefacts
Points de Puissance : 25 750 points
Points de Réputation : 40 000 points
Points du Membre : 372 points
Messages : 200

MessageSujet: Re: Le Palais de Deus   Dim 20 Nov - 18:18

Tout prit une tournure, pas surprenante, c'st pas le terme par ce que vu à quel point la situation était tendue, on peut pas dire que ce qui se produisit était surprenant mais en même temps, je ne pensais pas que tout pourrait prendre une tournure aussi folle. la situation prenait une tournure apocalyptique. on se croirait presque à Apocalypto. Après le royaume obscure, c'était au tour des météors de faire leur réelle déclaration de guerre à tous les rois de Dreamland. Je dois avouer que j'avais du mal à suivre tout ce qui se passait. l'histoire du sceptre de Athia. Je me souviens de cette histoire en effet, des voyageurs qui volent durant le tournois de poker de kazinopolis son sceptre à Athia. Et la révélation comme quoi Pretoria, ancienne reine des mots était en fait vivante, annonce de sa disparition mystérieuse qui avait complètement secoué tout le royaume et poussé ex-sima new-html à quitter son trône et à mettre fin à ses jours maintenant. la famille royale des reptiles qui se fait instantanément carboniser par l'un des juges. Même moi je n'arrive plus à garder mon calme. C'est le chaos complet ! Certains commencent à fuir. je me tourne vers Maghior qui lui semble très calme. Je le vois en train de regarder dans va direction de Deus immobile. Je le regarde, je le secoue.

- Maghior ! faut pas rester là !

Il ne me regarde même pas, observe tout autour de lui. je n'arrive même pas à lire dans son regard. Je me tourne et vois panache de feu se précipiter vers nous, je sors immédiatement ma lame et tranche en deux les flammes qui ne nous touchent ni lui ni moi ni même bob qui reste derrière moi tremblant. J'entends alors Athia qui dans la confusion crie à qui daigne l'écouter.

- Récupérez-mon sceptre !

Mon regard se porte vers les mains de Kyle le juge des météors qui se battait avec son seigneur, sourire aux lèvres, sceptre à la main. Je dois récupérer ce sceptre. c'est un objet beaucoup trop dangereux pour le laisser dans les mains d’extrémistes comme les météors. Mais en même temps, comment faire ? Une tempête de flammes commençait tout juste à entourer les deux. tout ça m'était complètement impossible. Je devais faire ce que je pouvais faire. Je me fais bousculer par une créature qui s'enfuie. Je me tourne vers mon roi qui me regarde enfin.

- Je n'ai jamais rien vu de tel... En des centaines d'années je n'ai jamais vu dreamland tant en proie au chaos.
- C'est pas le moment !

Je monte sur le dos de bob et demande à Maghior de me suivre. il monte avec moi mais l'un des généraux des météors nous barre la route. il s'apprête à nous attaquer en grossissant l'un de ses bras qu'il allait envoyer contre nous. Mais heureusement pour nous, ce bon gros bourrin de Sento Mayor s'occupa de lui en lui tranchant le bras avant de se mettre à échanger des mandales. Je tape des talons dans les cotes de Bob qui s'enfuie alors en faisant parfois des bonds pour éviter des obstacles et des personnes en nous amenant Maghior et moi loin de toute cette confusion. Je porte un dernier regard préoccupé dans la salle et vois Athia en larmes alors qu'elle est défendue par un jeune roi des rêves guerrier. Je vois aussi deus qui contemple son oeuvre avec va plus grande des joies. C'est en voyant ça que je me dis que je ne vendrai jamais ma liberté à ce type. Mieux ! je me faisais un devoir de trouver un moyen de l'entuber ! J'aurai ses ailes célestes et je repartirai avec ma liberté. Je lui ferai l’esbroufe de sa vie ! Je trouverai moyen de l'arnaquer comme jamais personen de l'a arnaqué. Ce sera ma façon de lui faire payer cette Celestiafest. On se retrouve assez vite aux pieds du palais de Deus. Maghior descend de bob et se met alors à marcher dans le vide comme un suicidaire. Mais il ne tombe pas. les nuages sur son passage forment une route. c'est l'un de ses pouvoirs. En tant que seigneur des voyages marchands, il peut créer des routes où bon lui semble. Se forme alors à chacun de ses pas une route de nuages menant vers Celestia. Je lui emboîte vite le pas car ses routes sont éphémères. On m'a dit que ce n'était pas le cas avant quand il était un plus grand roiu d'un royaume prospère et puissant. mais maintenant il n'est plus qu'un petit roi mineur et ses pouvoirs ont bien diminués. les routes qu'il forme sont bien éphémères. D'autres personnes nous rejoignent et nous suivent, tous en maudissant météors, alliance élémentaire et le royaume obscure ou Deus. Après une marche de plusieurs minutes, nous posâmes les pieds sur le sol de celestia. là, je vois Maghior en train d'observer l'horizon d'un air pensif. Je l'ai jamais vu comme ça. Toujours la banane. C'est que ce qui venait de se produire devait pas mal le perturber.

- Maghior... ça va ?
- Bof... J'ai vu tant de choses. je pensais pas que je pourrais être encore surpris pas la violence de ce monde. Quand je pense à ce genre de choses, j'ai envie de m'enfuir, de m'éloigner... loin et ne jamais revenir d'une aventure éternelle. Je suis fatigué par tout ça Carvey.Ces guerres, ces conflits, Dreamlad qui se répète toujours et encore. j'en ai assez de toujours visitez les mêmes lieux. je veux aller plus loin.


Il me tournait le dos et se tourna pour me regarder en s'approchant de moi.

- Mais je ne peux pas laisser ma précieuse Rokhan comme ça quand même. Il faut avant tout que je lui trouve un futur roi qui vaille le coup. Comme je t'e l'ai dis lors de notre première rencontre Carvey, je place de grands espoirs en toi... J'aimerais que tu me succède.
- Bah nommes moi ton successeur.
- hahaha ! que t'es con ! bien sûr que nan ! Ce serait pas marrant ! Je veux pas donner ma place, je veux qu'on me la prenne. Jamais je lâcherai ce royaume sans me battre. je l'aime trop pour ça.


J'avais là les confessions d'un roi épuisé et qui s'ennuie mais qui à l'opposé de Deus qui décide de semer le chaos partout où il passe décide de continuer de voir le bon côté des choses et à vouloir découvrir sans cesse. Il me tape sur l'épaule en se marrant,n sous sourire habituel trônant à nouveau sur son visage.

- j'ai envie de voir si t'es capable de me doubler un jour. Surtout j'ai envie de voir si je gagnerai mon paris avec Materia. J'ai parié avec elle que ce sera toi mon successeur. Elle est persuadée que non. S'il te plait, prouves moi que j'ai raison ! haha et rends moi ce service par rapport à Raas'En'Haal.
- eh ! où tu vas ?!
- J'sais pas ! à l'aventure et toi ?
- euh... pareil je crois. Mais attends ! comment je fais pour descendre sur le plancher des vaches moi ?! je peux te suivre.
- Nan c'est mort démerdes toi ! hahaha !


il me tira la langue avant de s'en aller en courrant, je le vois s'en aler tel un enfant en souriant. C'est con à dire mais il me file parfois la pèche mon roi. bond es fois aussi il m'épuise mais sur le coup, il m'a remi un petit coup de fouet. Puis je suis vite rappelé à la réalité et je tourne mes yeux vers le ciel que je regarde d'un air de défie.

*A dans 9 mois Deus ! Prépares toi à vivre l'arnaque du siècle !*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Game Master
D comme Dieu!
D comme Dieu!
avatar

Surnom : Dieu ou Maitre
Pouvoir : Modérer, kicker, administer et tout et tout quoi
Points de Puissance : 100 000 Points
Points de Réputation : 100 000 Points
Points du Membre : Over 9 000 !!!
Messages : 986

MessageSujet: Re: Le Palais de Deus   Dim 20 Nov - 22:40

le palais devenait un réel champ de bataille. les flammes de Kyle et Behemus envahissaient de plus en plus la salle au point d'avoir blessé le roi canin qui avait été protégé par Kael qui lui avait donc évité une blessure mortelle. Cependant, le feu l'avait beaucoup trop touché pour que les soins de laya soient efficaces. Arcos, fou de rage était retourné à l'assaut des météors en passant au travers d'un nuage de feu. la princesse canine pendant ce temps pleurait de voir son père tant blessé et de ne rien pouvoir faire. Mais ce dernier rassembla le peu de force qui lui restait pour rassurer sa fille.

- ne... Ne t'en fais pas ma fille.... bien... bientôt viendra le Kitsune et il me soignera.

Il tomba ainsi dans une sorte de coma sans se réveiller sous les yeux de Kael et de laya impuissante. le contrôleur du feu lui arborait un air satisfait qu'il cachait à la princesse en pleure. il était satisfait car cette blessure avait été causée de façon complètement volontaire par lui.

Pendant ce temps, la salle se vidait, les météors se réveillant les uns après les autres et les rois quittant le palais. Carvey par exemple quitta les lieux avec son roi. Mais certains profitaient du chaos pour régler des comptes. les seigneurs les plus belliqueux profitaient de la confusion, va fumée et les flammes pour frapper dans le dos un ennemi qu'ils ne pouvaient pas se permettre de combattre au grand jour. Par exemple Persos qui tenta de tuer Joy qui fut protégé par sa mère. Athénaïde Killamanjiro fuyant avec son enfant à tire d'aile. Ces traîtrises amusaient au plus haut point Deus qui regardait tout ça avec un regard presque enfantin, comme un gamin qui regarde deux nids de fourmis se faire la guerre, un enfant complètement psychopathe.

- bah alors Behemus ?! T'arrive pas à me cramer ?

- Cesse de fuir lâche !

- hahaha ! Nan ! Te regarder rager est beaucoup trop fun !

- Un coup de main Behemus ?!

Apparut sur le du juge, dans un angle mort Frost qui s'était recouvert d'une armure de glace pour se protéger de la chaleur étouffante autour des deux contrôleurs du feu. D'un geste rapide il trancha la main de Kyle tenant le sceptre d'athia.

- Ton ami a dit que ce sceptre ne pourrait pas quitter tes mains ? Il n'a pas quitté ta main !

- Frost ! Restes en dehors de ça !

Le seigneur du feu prit une voix sinistre et même menaçante vis à vis de son ami de longue date Frost qui fut assez surprit que son ami s'adresse ainsi à lui. Sa haine l'aveuglait donc à ce point. Au point que même l'aide de Frost ou meêm la perspective de récupérer une arme aussi puissante que ce sceptre ne comptait plus du tout. Il avait envie de tuer kyle de ses propres mains, seul ! Et il profita de la surprise du juge pour lui perforer le torse de son énorme main droite griffue. Kyle cracha une gerbe de sang en hurlant de douleur avant de rire.



- Béhémus non ! Il ne fallait pas le réveiller ! Sinon le sceptre va...


- Hahaha ! A la prochaine pauvres cons !

- la prochaine fois tu n'auras pas de bâton magique pour te protéger !

Kyle disparut dans un petit nuage de fumée alors que behemus se penchait pour prendre ve sceptre posé à terre. Mais la main tranchée de kyle disparut en même temps. Alors, le sceptre se mit en mouvement et glissa des doigts de behemus qui s'apprêtait à le prendre pour s'envoler à grande vitesse jusqu'aux mains de Sivla, dernier météor encore debout dans la pièce, tous avaient été vaincus au prix de terribles combats et de nombreux blessés et d'un chaos innommable. Après tout même des juges et des généraux ne pouvaient rien contre des rois des rêves en surnombre. Mais en même temps, ils avaient frappés très fort suer le plan symbolique. Nathanaël pour sa part venait d'avoir été réveillé par Ania qui l'avait frappé d'un coup d'épée. Cette dernière n'était pas sortie indemne de ce combat à en juger par de nombreuses blessures qu'elle avait, elle se tenait notamment un bras qui saignait beaucoup.  Le feu disparut et tous les regards se tournèrent vers Silva qui se tenait là au milieu de la pièce, sceptre à la main, un livre dans l'autre. Son regard était calme. Puis un cri retentit.

- Enfoirés ! Bande de lâches ! Je vous tuerai tous !

Il s'agissait de Thalos, le général et commandant des armées d'aquaryah qui tenait dans ses bras sa reine inconsciente, son regard était crispé d'une expression de colère sans borne.

- Vous avez tué ma reine ! Et comble de la lâcheté, vous l'avez frappé dans le dos ! Vous n'avez aucun honneur voyageurs !

Il déposa sa reine à terre avant de s'approcher, l'envie d'en découvre avec Silva mais il fut retenu par le prince des mots.



-Pousses toi, j'ai des comptes à régler avec ce voyageur de malheur !

- Nous aussi.

 En effet, son père, le roi quant à lui s'approcha de Silva qu'il dominait de près de 3 têtes. Il avait les yeux pleins de larmes et le visage plein d'une colère qu'il avait du mal à contenir.

- Tiens ta promesse et libères ma mère félon !

- Non car si je la libère, c'est ma liberté que j'abandonne !

- Tu n'as pas de parole !

- Si. Je n'ai même qu'une parole, mais ta mère m'a beaucoup trop bien appris à utilisé votre plus grande armes, les mots. J'ai dis que je la relâcherais. Je l'ai fais. Je n'ai jamais dis que je ne va reprendrait pas. Elle est mon otage. Contre vous à présent. Si quiconque de votre royaume s’attaque à moi ou mes hommes, je mettrai Pretoria à mort.

- Enfoiré !

- Tu n'as qu'à me frapper alors. Tu en meurs d'envie.

- Où serait l'intérêt ? Tu te réveillerais juste.

- Et vous autres, tous qui me regardez sans agir, alors que je viens de cause la mot de tant de vos compères, aucun de vous ne m'attaque ? Serait-ce la menace de ce sceptre qui pourrait causer encore une fois de nombreux morts chez vous qui vous fait tant peur ? Votre pouvoir est-il donc si éphémère que vois avez peur d'un simple objet entre les mains d'un simple voyageur ?

Tous restaient silencieux. Il continuait de parler.



- Ou peut être est-ce par ce que ma présence permet de justifier vos propres méfaits ? Je vous ai vu ! J'ai vu certains de vous profiter de la confusion pour frapper leurs ennemis ! Vous n'avez pas le moindre mérite. Vous me traitez de lâche mais qu'en est il de vous tous ?! Vous tournez définitivement en rond, tellement en rond que Deus en vient à s'ennuyer au point de causer tout ça. N'est ce pas Deus ! Dis-leurs ce que tu m'as dis plus tôt !

- Pourquoi ferais-je ça ?!

- Parles Deus !

- Bien... il est venu plus tôt me demander pourquoi je les ai invité à la celestiafest et pourquoi je leur avait donné à lui, nathanael et kyle un moyen d'attendre le 7° ciel.

- tu... Tu as permis à ces terroristes d'entrer dans ton palais ?!

- oui. Il m'a ensuite demandé si je savais ce qu'ils préparaient lui et les siens.

- Et il a répondu qu'il le savait parfaitement.

- Deus espèce d'enfoiré !

- Ne lui en voulez pas à lui, accusez-vous plutôt vous mêmes. Après tout, il n'est que la quintessence de ce que vous êtes, des rois, des dieux pour nous simples voyageurs et rêveurs. Si vous l'accusez, il faut vous accusez vous mêmes.

- Assez !

Pleine d’une colère monstrueuse,Voltera Hurla et du même mouvement projeta un éclair qui vint toucher Silva qui disparut alors comme tous ses collègues avant qu'elle ne regarde Deus qui depuis tout à l'heure flottait dans les aires au dessus de la foule qu'il regardait de son sourire enfantin.

- Je ne supporte pas qu'on me prenne de haut ! Et ce voyageur me prenait de Haut et toi deus...



La colère de la reine de la foudre était de toute évidence immense puisqu'elle expulsait de petits arcs électriques tout autour d'elle. Les autres s'écartaient un peu autour d'elle. Il ne restait plus que quelques personnes présentes, notamment la majorités des seigneurs de l'alliance élémentaire et quelques seigneurs cauchemars s'étant battus contre les météors ou ayant profité de la confusion pour régler leurs comptes perso avec certains collègues. Ils regardaient tous Deus qui les dominait toujours. Son palais était complètement ruiné. La pièce était à moitié détruite et ce n'était pas va seule dans ce cas. Plusieurs corps jonchaient le sol ça et là. Des corps de rois et seigneurs. Les corps calcinés de la famille royale reptilienne,  Jock le roi canin dans le coma, ex-sima new-HTML à terre, sans vie avec presque un léger sourire sur son visage. Le baron Von Zucker, privé de sa tête, Luxuria, aux pieds de Thalos, visiblement attaquée dans le dos, elle avait été presque complètement percée par l'attaque. De nombreux autres corps de rois étaient là. La reine coupes, le roi des aérosols, le roi de paille, réduit en cendre par les nombreux feux, le roi des troupeaux, le roi aspirateur, la reine des bêtes, le prince du hasard, Savares et Semo respectivement rois des réserves naturelles et des médecines traditionnelles. Eux et d'autres seigneurs et personnes royales avaient perdus la vie durant ces affrontements qui furent rapides mais soudains et surtout meurtriers.

Voltera regardait Deus d'un air terrible.

- Plus jamais tu m'entends Deus ! Plus jamais tu ne me prendra encore de haut.

- Je suis au regret de t'annoncer que je ne peux accéder à ta demande Voltera.

- Alors considérer que nous sommes ennemis !
- Ha ! Mais pour être ennemis il faudrait déjà que nous soyons égaux.



La reine de la foudre quitta alors le palais en détruisant au passage certains murs pour passer sa colère d'avoir été prise pour un jambon. Ses collègues de l'alliance élémentaire la suivirent. Et en fait, tout le monde s'en alla les uns après les autres, ne voyant pas l’intéret de discuter avec Deus ou même de le combattre. Ils préféraient le laisse là, pitoyable, seul, juste avec ses pions de gardes royaux à se délecter du peu d'intérêt qu'il a pu tirer de cette célestiafest, comprenant que lui donner de l'importance et de l'intérêt ne feraient que lui faire plaisir. Ils ne voulaient pas entrer dans son jeu. C'est con à dire mais certains à présent comprenaient ce que disait Joy ou Joël plus tôt. Mais il faut dire que Deus n'avait jamais été aussi ouvertement méprisant et manipulateur, comme si tout l'ennui qu'il avait accumulé pendant toutes ces années avait finit par se concrétiser pour exploser au grand jour dans cette Celestiafest. Une fois que tous furent partis, Deus explosa de rire, il ne s'était pas autant amusé depuis des années. Ses gardes le regardaient avec déférence. A l'exception peut être de Kora, seule voyageuse de ce quatuor qui pour sa part était plutôt horrifiée par tout ce qui s'était passé cette nuit et qui comme beaucoup avait du dégoût pour Deus qui ne lui avait jamais montré ce visage de lui. Cette celestriafest prenait ainsi fin en un carnage entrecoupé de révélations morbides et de déclarations de guerre. Cette fête avait désormais changé à jamais et je doute qu'un quelconque seigneur veuille à nouveau venir en ces lieux, invité par Deus. Et elle était aussi parvenu à changer Dreamland à jamais, laissant ce monde plus désuni que jamais et plus que jamais en proie au chaos qui allait s'abattre sur lui.

Alors qu'ils s'éloignaient en entendant Deus exploser de rire, les rois de l'alliance élémentaire durent approchés par Thalos qui s'inclina devant eux.

- Je veux que ces voyageurs payent pour ce qu'ils ont fait à ma reine ! Je veux rejoindre votre alliance, c'est ce que ma reine aurait voulu.

- Tu n'as pas le pouvoir de choisir cela. Tu n'es pas seigneur de ton royaume.

- Ma reine est morte, je peux prendre sa succession.

- Je pensais que luxuria avait une fille.

Thalos commença à faire une grimace en se relevant puis le ton de ses paroles qui étaient jusqu’alors respectueuses et calmes furent plus sèches.



- Parlons franchement... Voulez-vous avoir comme allié une fille à maman ? Je suis le successeur idéal pour luxuria.

- Nous l'entendons. Mais comment comptes-tu être légitime alors que ta défunte reine a une successeuse légitime ?

Il afficha un large sourire avant de leur répondre.

- Ce genre de choses peuvent très vite s'arranger.

HDJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dream-land.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Palais de Deus   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Palais de Deus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Palais de Caras Galadhon
» Le palais Sans-souci en Danger
» (Haïti-Diplomatie) Le Palais veut des diplomates vendeurs
» Le Palais National un symbole puissant dans la mémoire collective
» Confirmé: Le Choléra est venu d'un camp népalais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dream Land Infinity RPG :: RP :: Troisième Zone :: Royaume Céleste :: Celestiafest (Ancien event) :: Troisième nuit-
Sauter vers: