AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Des foulées dans la Plaine [Maahes]

Aller en bas 
AuteurMessage
Vladimir Icarus
Soleil
Soleil
avatar

Surnom : Le "Great-Rider"
Pouvoir : Invocateur de Chevaux
Points de Puissance : 24 500 points
Points de Réputation : 27 000 points
Points du Membre : 277 points
Double Compte : Lysandre Videl
Messages : 165

MessageSujet: Des foulées dans la Plaine [Maahes]   Sam 1 Oct - 16:47


« Ok, donc en fait quand tu choisis de pas te balader dans les régions qui sont trop avancées pour toi, tu choisis simplement d'apparaître dans l'un des endroits les plus dangereux de la Première Zone ! Piaffa Grani tandis que Vladimir l'ignorait pour prendre conscience de là où il s'éveillait. »

Il s'agissait d'une grande étendue d'herbes hautes balayées par le vent, parsemées ça et là d'arbres touffus. Un mouvement ondulatoire donnait à la plaine des allures de mer végétale. Il fallut un moment au Great-Rider pour apprécier l'immense espace qui s'offrait à lui. Il ne put retenir un sifflement d'excitation, invoquant sur le champ Celeris. L'étalon blanc hennit de contentement en observant ce nouveau terrain de jeu, foulant la terre du sabot en signe d'impatience.

« J'ai rien choisi et j'ai passé une journée de merde, Grani, expliqua l'Invocateur de Chevaux alors qu'il grimpait en selle, une de mes sœurs a choppé la grippe et j'ai dû sortir un groupe de connards du Parc à grands coups de pieds dans le cul parce que ces enfoirés ont tagué le T-Rex animatronique que mon père vient d'acheter. Alors laisse-moi juste profiter de ce moment, tu me feras tes remontrances après. Yah ! »

Éperonné, Celeris se cabra et partit au galop à travers la savane. Le rythme des sabots sur la terre se cala progressivement, en harmonie avec le souffle de l'animal. Le Great-Rider ferma les yeux, pleinement confiant en sa monture, et laissa la caresse du vent sur sa peau, dans sa chevelure, l'imprégner du sentiment de liberté que seul Dreamland était en mesure de lui procurer. Il écarta les bras, sentit l'étalon accélérer, et communia pleinement avec la force de ses foulées. Le cavalier et sa monture ne faisant rapidement plus qu'un, il s'abandonna à cette osmose unique avec la nature. C'était ça... Un plaisir sauvage, irrépressible, mu par un absolu détachement.

Il n'aurait pas su dire combien de temps la course avait duré, mais il aurait aimé qu'elle continue encore des heures. Trop tôt, trop vite, Celeris ralentit la cadence, s'arrêtant finalement près d'un arbre, au bord d'un point d'eau. Il semblait soudainement anxieux, son hennissement de confiance s'étant mué en piaffements brefs et nerveux. L'instinct du cavalier lui fit comprendre qu'il y avait quelque chose d'étrange. Il rouvrit les paupières, et le spectacle qui s'offrit à sa vue de l'autre côté du lac le stupéfia. Il y avait là un véritable troupeau de dinosaures, un rassemblement de toutes sortes d'espèces dont il ne connaissait même pas le nom. Tous buvaient ensemble sans animosité, dans une ambiance paisible. Bouche bée devant tant d'écailles, de cornes, de cous élancés, de dimensions imposantes, Vladimir se contenta de caresser l'encolure de sa monture afin de l'apaiser. Il n'y avait pas de danger ici.

« Là... Du calme. Vu leur attitude, ce sont des herbivores. Ils ne nous feront pas de mal.
- Jusqu'à ce que tu viennes trop près, alors reste sur tes gardes Celeris, intervint Grani qui arrivait tout juste dans leur sillage, ce à quoi l'étalon blanc lui répondit d'un hennissement consciencieux. Hé, préviens-moi la prochaine fois que tu me lâches comme ça, adressa-t-il ensuite à Vlad.
- Où est-ce qu'on est, Grani ?
- C'est les Plaines Anciennes. Tout le territoire est une sorte de grande steppe préhistorique qui abrite des dinosaures. Et ouais, c'est pas Safarianisme, mais c'est peut-être bien le coin le plus mortel de la Première Zone. D'ailleurs y'a parfois justement des gugusses de Safarianisme qui viennent passer leurs vacances ici.
- Safarianisme ?
- Le Royaume du Jurassique, dans la Quatrième Zone. Le jour où t'auras le niveau pour le visiter, je verserai peut-être une petite larme... En attendant, essaie simplement de survivre à cette nuit d'accord ? J'ai pas envie de mourir à cause de tes lacunes cognitives. »

Le jeune homme avait les yeux brillants. Des dinosaures, des vrais dinosaures ! Enfin, des dinosaures du monde des rêves, mais en tant que Voyageur, la réalité revêtait désormais pour lui une infinité de dimensions.

C'est génial... Exulta-t-il intérieurement.

Vladimir ne se préoccupa pas des mises en gardes de son Guide et fit partir sa monture au trot le long du lac. Il contourna la berge par la droite pour s'arrêter à quelques dizaines de mètres du premier groupe de bêtes, et posa pied à terre. Lentement, en levant les mains vers le ciel en signe d'apaisement, il s'approcha d'elles dans le sens du vent sous les chuchotements appuyés et apeurés de Grani. Un diplodocus tourna la tête dans sa direction, sembla le jauger, et finit par incliner son long cou dans sa direction pour venir le humer. Le museau à quelques centimètres de son visage, il répandit son souffle chaud sur sa peau. Il tressaillit un instant lorsque, le sourire jusqu'aux oreilles à la manière d'un gosse, Vladimir posa sa paume sur ses écailles. Puis il se laissa caresser, la présence non menaçante du garçon ne pouvant faire autrement que l'apaiser. Il y eut un moment de silence à peine troublé par le lapement des bêtes sur la surface de l'eau. Même Grani s'était tu devant la scène qu'il ne pensait même pas réelle. Il y avait peut-être réellement un dompteur, un cavalier... un Rider sous cette tignasse rouge.

Et puis soudainement, tout s'emballa. Il y eut un mouvement de panique au fond de la colonne des dinosaures, mouvement qui s'étendit tout en longueur jusqu'à proximité. Le diplodocus se redressa brusquement, fit pivoter sa tête dans une direction, puis une autre, puis s'élança à la suite des siens dans une direction précise. Stupéfait, Vladimir évita de se prendre un coup de patte monumental en bondissant vers l'arrière, et une animation dans sa vision périphérique l'interpella. Jaillissant de ce qui s'apparentait à une forêt, un Tyrannosaure fonçait sur ses proies. Saisi d'effroi, Vladimir siffla Celeris, courut à sa rencontre et bondit en selle dès qu'ils furent réunis. Le Roi d'écailles n'était pas venu seul, et un de ses semblables sortit des bois à son tour. Tandis que le premier pourchassait les herbivores, le second s'arrêta un instant, huma l'air... et finit par fixer son attention sur le cavalier, qui lui apparaissait vraisemblablement comme une cible plus attrayante.

« Bien joué... Mais bien joué ! Vociféra -ou sanglota ?- Grani. L'idée du siècle de jouer l'homme qui parle à l'oreille des dinosaures... T'arrives dans les Plaines Anciennes et tu trouves rien de mieux à faire que plonger au beau milieu des appâts à prédateurs !
- Tais-toi et vole ! Hue Celeris ! »

Le Great-Rider fit pivoter sa monture en direction du lac, espérant que la capacité de l'étalon à galoper sur les eaux freinerait les appétits insatiables de leur poursuivant. Un coup d’œil en arrière lui fit comprendre que la bête était affamée, et qu'il lui faudrait peut-être plus que ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maahes
♦ Le Lion Juste ♦
♦ Le Lion Juste ♦
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'aura
Points de Puissance : 30 875 points
Points de Réputation : 35 800 points
Points du Membre : 97 points
Messages : 73

MessageSujet: Re: Des foulées dans la Plaine [Maahes]   Dim 9 Oct - 12:40

Calme, tranquille, paisible. Une arborescence de mots me traversait l’esprit alors que je contemplais du haut d’un rocher l’horizon, découvrant de mes propres yeux l’étendue presque infinie des Plaines Anciennes. Une douce brise passa entre mes longs cheveux, légèrement soulevés alors que j’appréciais les caresses du vent sur ma peau nue. Le soleil avait déjà pris ses aises dans le ciel, ses rayons venant appuyer sur chacune des têtes qu’il regardait de haut. Néanmoins tout était contrebalancé grâce à cette nouvelle fraîcheur offerte par le vent. C’était appréciable, n’importe qui pouvait jouir de cette harmonie dans la nature. Inspirant profondément, l’air humide remplissant mes poumons alors que mon oreille animale réagissait au bâillement de mon compagnon de route. Un grand léopard se reposait sur le côté du rocher, le flanc de sa tête plaqué contre ses pattes avant posées au sol. Je n’étais pas le seul à profiter de l’environnement.

Décidant de descendre de mon siège naturel, je passais ma main le long des poils doux de mon compagnon, grattant délicatement son dos pour l’entendre ronronner d’amusement. La route fut longue depuis notre royaume d’origine, ma monture méritait de fermer les yeux afin de retrouver de l’énergie. Depuis que j’étais devenu le maître de la Maison du Chat Combattant, les demandes ne cessaient d’affluer. Faisant partie d’un royaume basé sur la l’agriculture et le commerce, il est dans notre nature de parcourir les terres de Dreamland à la recherche d’une nouvelle économie. De sorte à dynamiser le marché, et donc occasionner des profits. Depuis qu’une grande partie des royaumes influents se sont rassemblés sous la bannière de l’Alliance, les conflits pour les terres ont diminués. Cela a permis à de plus petits royaumes de développer leurs propres richesses.

Les Plaines Anciennes étaient à part, elles n’appartenaient à aucun groupe en particulier. Aucun seigneur ou roi ne régissait cette terre, pas même les créatures de Safarianisme n’ont cherché à poser leur étendard ici. Considérées comme un simple point de passage, ces plaines ont attiré le regard des conseillers du Royaume des Chats. Quel genre de trésor cacherait cette étendue ? Nul ne l’avait encore découvert, et c’était à moi que la mission incombait. J'avais déjà réussi à prouver ma valeur en ramenant auprès de l’Alliance élémentaire un royaume en développement, en compagnie de l’ami Kael. Aux yeux des proches conseillers du Roi Ceangal, j’étais une ressource sûre capable de remplir des tâches à distance. Bien que ce genre de mission pourrait être confiée à d’autres, c’était une bonne opportunité pour moi. Gagner davantage la confiance de mes compères était un but sans fin, mais j’étais prêt à en voir le bout. Venant de la Tanière des Lions – qui est un clan fermé au Royaume des Chats – il n’était pas surprenant que des doutes ressortent. Que des suspicions me soient pointées du doigt.

Je fus tiré de mes pensées alors qu’un grondement résonnait à travers mes pieds. Fronçant les sourcils, je posais un genou à terre avant de plaquer la paume de ma main contre le sol, essayant de ressentir mon entourage. Tel un battement de cœur je pouvais sentir les pas lourds se multiplier un peu plus loin. Ces plaines auparavant paisible venaient tout juste de se transformer en terre de panique. Mon compagnon ouvrait les yeux avant de relever la tête dans une direction précise, ayant lui aussi remarqué le changement qui se déroulait. Après quelques réflexions et analyses, j’en déduisais à travers les légers tremblements dans le sol qu’une troupe de créatures devaient fuir. J’avais souvent entendu parler de la loi de la jungle, que le plus fort l’emportait sur le plus faible. Et remis dans le contexte actuel, je ne serais pas surpris que ce soit des herbivores pris en chasse par un prédateur. Un carnivore de taille de surcroit.

Cependant, mon attention fut toute autre lorsque dans mon champ de vision je repérais un paradoxe, quelque chose qui se détachait du reste de ces plaines oubliées. Un cheval blanc fuyant à toute vitesse, un homme à la chevelure flamboyante sur le dos de la monture, et un grand dinosaure à leur poursuite. Je ne m’attendais pas à rencontrer un voyageur par ici, les Plaines Anciennes étant essentiellement un lieu de repos et de vacances pour les dinosaures de Safarianisme. Je n’avais pas le luxe de réfléchir plus longtemps sur les origines de la présence de cet homme, puisque mon corps réagissait tout seul vers le danger imminent qu’il encourait en cet instant. Mes pieds s’enfonçant dans la terre, je forçais sur mes appuis avant de m’élancer rapidement en direction du voyageur. Chaque pas était accompagné d’un bond félin, réduisant davantage la distance qui nous séparait. Atterrissant lourdement dans le dos du cheval, je me redressais sur mes deux pieds afin de faire face au grand T-Rex.

Lorsque nos regards se croisèrent la bête frappa brusquement le sol de sa patte, stoppant net son élan majestueux. Alors que plusieurs râles traversaient sa gorge, je restais indifférent face aux yeux injectés de sang de la créature. Au contraire, je restais ferme et solide sur mes appuis alors que mes yeux percer directement à travers les défenses du dinosaure. Une aura quasiment invisible recouvrait mon corps, mon corps tout entier menaçant la bête en face de moi. Plusieurs secondes passèrent, un long silence inviolable nous séparant. Le poing serré, je jaugeais la créature en gardant cet air de fierté, ma nature transpirant à travers les pores de ma peau. Le T-Rex hésita un instant, l’une de ses pattes reculant de quelques centimètres tandis qu’il tentait de ravaler sa salive dégoulinant le long de sa mâchoire démesurée. Sa race était maître sur cette terre, mais face à un nouveau prétendant fallait-il risquer de se lancer dans un défi qu’il ne pouvait remporter ? Alors que l’attente de plusieurs secondes semblait sans fin, la lourde queue du dinosaure frappait le sol alors qu’il rugissait majestueusement.

Mes cheveux se soulevèrent face à la nouvelle bourrasque occasionnée par la créature, avant de retomber subitement tandis que le T-Rex tournait le dos, partant à la poursuite des proies de son confrère. Je le suivais lentement du regard, jusqu’à ce que son dos se retrouve couvert par l’horizon. Je soufflais avant de me retourner, essayant de voir si le voyageur avait eu le temps de prendre la fuite. Mon compagnon ne devrait pas tarder à me rejoindre, ce dernier n’appréciant pas trop que l’on soit séparé longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Icarus
Soleil
Soleil
avatar

Surnom : Le "Great-Rider"
Pouvoir : Invocateur de Chevaux
Points de Puissance : 24 500 points
Points de Réputation : 27 000 points
Points du Membre : 277 points
Double Compte : Lysandre Videl
Messages : 165

MessageSujet: Re: Des foulées dans la Plaine [Maahes]   Dim 9 Oct - 20:20



A chaque accélération des foulées de Celeris, Vladimir éperonnait l'animal dans l'espoir de distancer leur poursuivant. Les coups de sabots sur la surface projetaient des gerbes d'eau de part et d'autre en traçant un sillage de miroir sur leur passage. Seulement, c'était comme si l'instinct prédateur du Roi d'écailles lui faisait appréhender les réactions de ses proies. Il répondait à chaque emballement de l'étalon par un effort équivalent. La monture avait beau être bientôt parvenue au terme de sa traversée du lac, le tyrannosaure continuait sa course sur la berge sans les lâcher des yeux, lui et son cavalier. A tel point que lorsque Vladimir et sa bête se retrouvèrent de nouveau sur la terre ferme, le jeune homme fut traversé par l'idée folle de simplement s'arrêter pour faire face.

Mais comme si ça ne suffisait pas, il perçut quelques instants plus tard du mouvement à l'horizon. En plissant les yeux pour tenter de distinguer la silhouette qui se découpait peu à peu dans le soleil, il oublia brièvement sa tentation d'affronter le dinosaure pour se concentrer sur cette potentielle nouvelle menace. Il eut même un mouvement de recul en se redressant sur la selle après avoir constaté que la nouvelle présence se rapprochait à vitesse relativement impressionnante. Des mouvements félins, une longue chevelure et une morphologie bâtie...

Un lion ?

Sitôt après s'être fait cette réflexion, la créature se retrouva avec fracas dans son dos. Les pas pesants du tyrannosaure cessèrent alors de faire trembler le sol. Vladimir tenta de contrôler Celeris alors que l'étalon continuait de galoper pour sa vie. Il parvint finalement à le calmer et à lui faire décrire un arc de cercle, pour finalement le faire s'arrêter quelques dizaines de mètres plus loin. C'était suffisamment proche du lieu de rencontre pour en apprécier le déroulement tout en se préservant des possibles répercussions négatives. Le jeune homme flatta l'encolure de l'animal tandis qu'il observait la scène, bouche bée devant ce qui lui fut donné à voir. Grani lui-même se posa sur l'épaule du Great-Rider et en resta coi.

Il... se tient debout ?

Les deux prédateurs se jaugeaient du regard dans un quasi-silence inquiétant. Quelque chose semblait se dégager du nouveau venu, quelque chose que Vladimir ne comprenait pas et qu'il ne pouvait pas voir, mais qu'il percevait d'une manière ou d'une autre. Le statut-quo dans lequel ils se trouvaient perdura longtemps, trop longtemps pour que Grani reste silencieux. La voix du cheval de trait miniature perça doucement à l'oreille du Voyageur.

« T'as vu les tatouages sur son bras ?
- C'est pas juste un lion, si ? S'enquit le jeune homme.
- Nan "c'est pas juste un lion". Il vient sûrement du Royaume des Chats, c'est une créature comme t'as déjà pu en voir. Sauf que ce qu'il fait, je pensais pas que c'était possible... »

Tous les deux se turent alors que le Roi d'écailles faisait volte-face et repartait en sens inverse pour suivre l'exemple de son compagnon de chasse. Lorsqu'il fut suffisamment loin pour que Vladimir considère que le lion leur avait sauvé la mise, ce dernier se retourna dans leur direction. Au même moment, il y eut un mouvement fulgurant juste devant eux qui fouetta l'herbe haute si brusquement que Celeris se cabra dans un hennissement effrayé. Vladimir s'efforça de se maintenir en selle et de calmer la bête par sa voix. L'étalon était passé par un éventail émotionnel trop large en trop peu de temps. Il commençait à percevoir que le reste de Dreamland n'avait rien à voir avec la Plaine du Galop-Vent et son trouble imprégna d'un coup l'esprit du Great-Rider avec presque autant de force qu'il ne saisissait l'invocation.

Il fallut un moment pour que les choses reviennent dans l'ordre. Vlad et Grani purent alors reporter leur attention sur le lion et ainsi comprendre que ce qui avait effrayé Celeris était en fait un grand léopard qui avait manifestement rejoint le lion. Le Great-Rider avisa son sauveur d'un œil neutre et en silence, comme s'il réfléchissait à sa manière à ce qui venait de se produire. En fait, il se contentait de surenchérir pour lui même à savoir si la créature était merveilleuse ou extraordinaire. Il se fendit finalement d'un énorme sourire et invita Celeris à s'approcher au pas des deux fauves. Le jeune homme n'eut même pas besoin de voir le visage de Grani pour savoir que son Guide levait les yeux au ciel.

Le lion n'est pas dangereux. C'est un ami. Songea-t-il avec force de conviction.

Lorsqu'il fut suffisamment proche pour se faire entendre, il s'arrêta. La présence du léopard rendait Celeris suffisamment nerveux pour ne pas réduire la distance. Son sourire chaleureux s'étirant jusqu'aux oreilles, Vladimir s'accouda sur le pommeau de la selle et prit la parole d'une voix enjouée. Les mots se succédèrent en s'enchaînant dans sa bouche comme si un gosse discutait avec son potentiel futur copain.

« Merci le lion ! C'est génial ce que tu viens de faire, il m'a complètement foutu les chocottes ce tyrannosaure. J'm'appelle Vladimir. Je viens de penser que ce serait cool que tu restes avec moi pendant que je visite l'endroit, mais déjà qu'est-ce que tu fais ici ? Heu... tu sais parler hein ? Ajouta-t-il finalement saisi d'un doute, alors même que son enthousiaste flot vocal empêchait son interlocuteur de vraiment lui répondre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maahes
♦ Le Lion Juste ♦
♦ Le Lion Juste ♦
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'aura
Points de Puissance : 30 875 points
Points de Réputation : 35 800 points
Points du Membre : 97 points
Messages : 73

MessageSujet: Re: Des foulées dans la Plaine [Maahes]   Dim 9 Oct - 23:51

Telle une foudre insaisissable mon ami léopard tailla son chemin à travers les hautes herbes, s’échappant presque brutalement de la cachette naturelle avant de foncer dans ma direction. Difficile de visualiser chacun de ses pas tant sa vitesse était grande, une vision floue recouvrant la partie basse de son corps alors que je remarquais des étoiles dans ses yeux. D’ailleurs, n’allait-il pas un peu trop vite sur une aussi petite distance ? A chaque mètre je sentais mon expression se décomposer petit à petit avant d’afficher un air inquiet, faisant un léger pas en arrière avant de voir que mon compagnon ne ralentissait toujours pas. Ce n’est qu’au moment où il bondissait que je fus pris de court, le léopard me plaquant subitement au sol alors que nous glissions sur plusieurs mètres dans notre dos. Le souffle presque coupé, je toussais bruyamment dans le pelage doux et soyeux de ma monture avant de la voir reculer, ne serait-ce pour avoir le luxe de me lécher le visage à grand coup de langue. Je délicat soupir s’échappait d’entre mes lèvres alors qu’un petit sourire au coin de ma bouche se profilait, ma main allant naturellement se poser sur la tête de la créature qui ne semblait pas avoir été assez gâté pour la journée.

Une ombre se profila un peu plus loin, mes yeux reconnaissant rapidement le cheval blanc ainsi que son cavalier. Alors que je me relevais après avoir réussi à m’échapper de l’emprise du léopard, j’observais le malheureux voyageur qui avait su s’attirer la foudre d’un prédateur. Un dinosaure visiblement trop gros pour lui. Néanmoins je ne voyais plus une once de peur sur son visage, seulement une expression enjouée, ensoleillée. Concentrant un peu ma vision sur le jeune homme, j’écoutais avec un certain décalage son dialogue. La raison étant que je ne pouvais m’empêcher de ressentir un sentiment inhabituel venant de lui. Nombreux sont ceux qui bloquent leurs yeux sur la barrière physique, mais ma nature me permettait de voir au-delà. Comme pour Kael je plongeais mon regard dans le semblant d’aura que dégageait le voyageur. Si par le passé j’avais comparé le voyageur de Feu comme étant un corbeau aux plumes enflammées qui avait encore à s’envoler, l’image qui se dessinait dans mon esprit en voyant le cavalier se comparait plus à… Un enfant. Un jeune lion venant à peine d’apprendre à marcher, et qu’une fois debout pour la première fois, pose un tout nouveau regard sur le monde qui l’entoure.

Un regard embrasé de passion tourné vers l’horizon, un sourire chaleureux faisant fondre les barrières de glace autour du cœur, une main capable d’apaiser la plus effrayée des bêtes. Le voyageur en face de moi était d’un genre unique, il était… Pur. Un flash me ramenait à la raison alors que je remarquais mon expression changée, passant du sourire amusé à la surprise contemplative, mes lèvres légèrement entrouvertes. Je me recomposais rapidement avant qu’une expression amicale se dessine sur mon visage, mes yeux résonnant de la même lumière qu’émanait naturellement le voyageur. Probablement sans que lui-même ne se rende compte de sa propre particularité.

▬ Mon nom est Maahes, enchanté de faire ta connaissance Vladimir.

Je laissais volontairement un silence se former entre nous afin de laisser un semblant de temps pour le voyageur. Au vu de son ton et de son entrain, ainsi qu’au comportement de sa monture, je me doutais que plusieurs sentiments devaient faire écho en lui. Je ne souhaitais pas le rendre confus en lui avouant beaucoup de choses en une fois, expliquant pourquoi je décidais de m’engager sur le dialogue lent et posé. L’une de mes mains restant posée sur la tête de mon compagnon de route – ce dernier ne s’étant pas gêné pour se coucher en grande partie sur place – je remarquais le regard contemplatif qu’il exprimait à l’égard de Vladimir. Je pense qu’il était tout aussi surpris que moi de voir quelqu’un en compagnie des chevaux de Dreamland.

▬ Je dois bien avoué que c’est la première fois que je rencontre un voyageur chevauchant une telle créature. Serait-ce là le fameux Great Rider ressassé dans les légendes ?

Un certain intérêt brillait à travers mes pupilles dorées, ces dernières resplendissant de mille feux alors que j’observais le voyageur ainsi que ses compagnons. Je n’oubliais pas la petite forme qui était posée sur ses épaules, cette dernière m’observant d’un regard différent de celui de Vladimir. Ce voyageur n’était pas entouré de telles créatures par hasard, son existence était fondée. Passant ma main sur mon torse quasi-dénudé, je payais mes respects en restant ferme sur mes positions tandis que je fixais mes interlocuteurs.

▬ En tant que Lord du Royaume des Chats et descendant de la Tanière des Lions, c’est un honneur de rencontrer le protecteur des plaines insaisissables. Partager une balade en ta compagnie serait un plaisir dont je ne souhaiterais me priver.

J’étais respectueux envers le jeune homme car il le méritait. Je n’hésitais pas à faire part de mes origines, désireux d’être totalement transparent avec ce personnage unique en son genre. A travers lui je pouvais voir un reflet de moi-même, de nombreuses similitudes pouvant être vues par-ci et là. J’espérais qu’au fil des heures ces ressemblances s’avèreraient vraies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Icarus
Soleil
Soleil
avatar

Surnom : Le "Great-Rider"
Pouvoir : Invocateur de Chevaux
Points de Puissance : 24 500 points
Points de Réputation : 27 000 points
Points du Membre : 277 points
Double Compte : Lysandre Videl
Messages : 165

MessageSujet: Re: Des foulées dans la Plaine [Maahes]   Lun 10 Oct - 9:24



Le lion se présenta d'une voix calme dont les sonorités semblèrent apaiser le tempérament nerveux de Celeris. La monture courba légèrement l'échine, plia une oreille et posa son regard sur le léopard qui se frottait contre la créature. Percevant la manière avec laquelle son invocation semblait se détendre sous lui, Vladimir lui tapota l'encolure pour l'encourager. Maahes évoqua ses origines après avoir souligné sa surprise de se retrouver en face d'un Great-Rider. Le jeune homme se rendit compte qu'il n'y avait pas encore pensé, mais que sa présence dans Dreamland succédait en effet à des décennies sans que l'un d'eux ne foule le monde des rêves. L'étonnement pouvait se comprendre.

« C'est bien moi le Great-Rider, en tout cas c'est ce que m'a dit Epona Regina y'a quelques nuits quand je suis devenu Voyageur, confirma-t-il l'interrogation du lion. »

Doucement, le Voyageur poussa Celeris à esquisser un ou deux autres pas vers les deux fauves. Le cheval obtempéra, s'arrêtant tout proche. Vladimir était convaincu par le regard d'or de son interlocuteur. Maahes n'était définitivement pas une menace, encore moins un prédateur assoiffé de sang. Le jeune homme posa pied à terre et s'approcha de celui qui allait être son partenaire de la nuit. Il lui tendit sa main, étirant un peu plus le sourire qui illuminait son visage. Il n'avait aucune idée à propos des coutumes des chats et des lions du monde des rêves, mais n'y pensait en réalité même pas. Il était simplement naturel pour lui de serrer la main à quelqu'un qu'il appréciait. En l'occurrence, la patte.

« On y va ? Invita-t-il le lion en reprenant place sur sa monture et intimant celle-ci d'avancer au pas. »

♪ Claws and Glooves ♪

Le lion et le cavalier entamèrent donc leur visite des Plaines Anciennes, Vladimir orientant leur excursion directement dans la direction prise par le troupeau d'herbivores en fuite. Il voulait savoir comment s'était terminée la poursuite, si tous avaient pu s'échapper ou si la nature avait finalement exprimé sa terrible sentence.

« Je suis impatient de traîner mes guêtres au Royaume des Chats, il a l'air fabuleux cet endroit, fit-il à son compagnon tandis qu'ils progressaient côte à côte.  
- Je me souviens maintenant de cette zone appelée la Tanière des Lions, intervint Grani en s'envolant de l'épaule de l'Invocateur pour s'approcher à auteur de visage de la créature. Je n'ai jamais eu l'occasion d'y aller mais il y a des histoires qui circulent. Vous n'êtes pas vraiment fusionnels avec les chats de Dreamland et pas franchement du genre à laisser entrer les inconnus chez vous. Sauf votre respect de Lord, Maahes, je me demande ce qui a poussé le Roi Caengal à faire de vous un...
- Laisse-le tranquille Grani, le coupa Vladimir avant de s'adresser de nouveau au lion. Excuse-le, c'est un ancien Cheval Cauchemar. Il est infect avec tout le monde, moi le premier.
- La question se pose quand même, ahuri ! S'indigna le Guide en se retournant vers son Rider.
- Il nous a sauvé du tyrannosaure, ça te suffit pas ? J'ai déjà confiance en Maahes, pas besoin de jouer au détective. C'est à cause de ça que tu m'as poussé à manquer de respect à Knup en premier lieu le soir de la Dream Box, t'as oublié ? Et puis Lord ou pas, je m'en fous. De ça et de son passé.
- Gnagnagna... Grogna le petit pégase en allant de nouveau se percher sur l'épaule du jeune homme. »

Après quoi Vlad tourna le regard vers là où était parti le Roi d'écailles et put constater que le troupeau d'herbivores était déjà loin. L'un d'entre eux était malheureusement tombé entre les griffes du premier prédateur, leurs silhouettes se découpant au loin par-dessus les herbes hautes dans une étreinte fatale. Le jeune homme afficha une mine contrariée avant d'arrêter la progression de Celeris et de reporter son attention sur Maahes.

« Si on va plus loin on risque de retomber nez à nez avec les T-Rex. Ils venaient d'une sorte de forêt, de l'autre côté du lac. J'te propose d'aller y faire un tour, maintenant qu'ils y sont plus. »

La créature et le Voyageur changèrent donc de direction et poussèrent leurs montures respectives à un rythme équivalent au trot, parvenant bientôt sur les berges du point d'eau. La zone boisée se trouvait à quelques dizaines de mètres de là.

« Ils veulent dire quoi tes tatouages, Maahes ? S'enquit-il à l'intention du lion. »

La question était sincère, l'aspect très particulier des dessins sur la peau du fauve ayant interpellé le jeune homme dès qu'il avait posé les yeux dessus. Seulement la réponse de la créature fut interrompue par des éclats de voix provenant de la forêt. Rien qui ressemble à des dinosaures, bien au contraire il semblait que Maahes et Vladimir n'étaient pas les seuls humanoïdes à fouler la steppe préhistorique cette nuit-là. Il y eut subitement une détonation suivie de rires, ce qui fit froncer les sourcils au jeune homme. Un bruit aussi violent suivi d'une manifestation de joie collective ne pouvait pas relever de quelque chose de positif, il en avait déjà trop fait l'expérience au cours de sa vie dans les rues des cités californiennes. Sans même prendre le temps d'y réfléchir, le jeune homme éperonna Celeris et partit au galop dans la direction du boucan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maahes
♦ Le Lion Juste ♦
♦ Le Lion Juste ♦
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'aura
Points de Puissance : 30 875 points
Points de Réputation : 35 800 points
Points du Membre : 97 points
Messages : 73

MessageSujet: Re: Des foulées dans la Plaine [Maahes]   Ven 21 Oct - 20:23

Je fus heureux d’apprendre la naissance d’un tout nouveau Great-Rider dans les contrées de Dreamland, qui plus est sous le regard certifié de Epona Regina. Je ressentais au fond de moi la même sensation à la naissance d’un nouveau champion parmi la Tanière des Lions. A la naissance d’un nouveau prince dans un royaume. A la fois honoré et fier, je n’hésitais pas un seul instant à serrer la main tendue par Vladimir, comprenant bien que l’un comme l’autre nous nous acceptions après nous être présentés. Sa main, bien que ferme, avait une certaine douceur qui venait à rendre la poignée de mains plus délicate. J’acquiesçais de la tête avant de remonter sur mon compagnon de route, assis en tailleur alors que je laissais ma queue animale se mouvoir lentement de droite à gauche, un sourire apaisé sur mes lèvres tandis que nous étions en route.

Je reconnaissais d’un coup d’œil la direction empruntée, le chemin étant déjà ouvert par le passage du tyrannosaure ayant décidé de laisser le conflit de côté pour rejoindre la chasse de son frère. Gardant les oreilles redressées je restais à l’affût de notre environnement, essayant de prévenir plutôt que de guérir. Si quelque chose ou quelqu’un venait à s’approcher, mes sens viendraient à le repérer. C’est sous cette pensée que Vladimir et ses compagnons pouvaient se sentir en sécurité. J’écoutais attentivement la discussion amenée par le voyageur et le petit être l’accompagnant. Grani, comme l’appelait le jeune roux, venait à s’intéresser à mon identité, contrairement à Vladimir qui affirmait se moquer de ce genre de détails. Levant délicatement la main afin de marquer une pause dans leur désaccord, je gardais une expression détendue alors que je tournais mon regard doré en direction de mes interlocuteurs :

▬ Ne sois pas aussi dur envers Grani, Vladimir. Savoir à qui l’on a à faire est important de nos jours. Je pense que c’est dans le désir de te protéger que l’ami Grani ait pris l’initiative de parler. De plus cela peut te permettre d’en savoir plus sur les différents peuples de Dreamland.

Rabaissant lentement ma main, j’en venais à caresser l’un de mes bracelets dorés tout en songeant : pour où pourrais-je commencer ? Ce qu’avait affirmé le pégase miniature n’était pas faux. Je pense que pour à la fois rassurer le protecteur du Great-Rider ainsi que pour élargir la connaissance de Vladimir, j’ai pris le pari de commencer par le début en quelque sorte. Afin de ne pas omettre le moindre détail.

▬ La Tanière des Lions est en effet une terre fermée sur elle-même dans l’un des pôles du Royaume des chats. L’histoire a amené mes ancêtres à couper les liens avec le reste du royaume de sorte à protéger nos valeurs ainsi que notre force.

Serrant légèrement le poing je laissais mon regard se perdre dans la nostalgie alors que je me remémorais des nombreux préceptes des Lions, des histoires que le Gardien de la Tanière nous racontait autour du feu tandis que nous, jeunes lionceaux, ne connaissaient rien du monde. J’inspirais profondément avant de reprendre le cours de mon histoire.

▬ Tu n’es pas sans savoir que sa majesté, le Roi Caengal, possède les mêmes origines que mon peuple. Le sang des lions coulant dans ses veines, il fait partie des miens. Bien qu’il n’ait jamais pu retourner vers sa terre natale, je pense qu’il fut agréablement surpris de voir un lion se proposer en tant que gardien de la capitale. La possibilité de renouer les liens avec les siens s’ouvrant à lui…

J’étais perdu dans mon récit jusqu’à ce qu’une puissante odeur de sang ne ressorte des foulées, la légère brise soulevant le parfum de la mort à travers les plaines. Vladimir et moi-même nous arrêtions, concluant qu’il serait pour le mieux de ne pas croiser une seconde fois la route des prédateurs. Le voyageur souleva une remarque intéressante, indiquant la forêt d’où venaient les tyrannosaures. Il souleva un pari plutôt risqué, désireux de profiter de l’absence des créatures pour observer le lieu de plus près. Réfléchissant un instant, je décidais de ne pas m’y opposer. J’étais confiant, si l’on devait faire face à ces bêtes assoiffées de sang j’avais toutes mes chances, mais je ne pouvais pas autant en dire pour le Great-Rider. Comme il me l’avait précisé, il venait tout juste de débuter son voyage.

Alors que j’entendais ma monture ronronnait, je décidais de lui gratter le dos afin de le détendre, ce dernier raffolant des gestes d’attention que je pouvais lui offrir. Je regardais Vladimir qui était curieux à propos de mes tatouages, mes yeux déviant naturellement vers ces derniers alors que j’affichais un léger sourire.

▬ Ils sont la marque de mon passage à l’âge adulte, ils sont témoins de mes efforts et du potentiel que je porte en moi. Ils définissent à la fois mon rôle ainsi que mon nom, ils me représentent et je les représente…

Mais une soudaine détonation retentissait au plus profond des bois, alertant nos montures qui se mirent en position pour agir face au moindre danger. Gardant la paume de ma main sur le pelage de mon compagnon, je pouvais sentir ses poils se hérisser alors que ses griffes s’enfonçaient dans le sol, son regard perçant découpant la forêt nous faisant face. Les rires qui s’échappèrent de cette dernière me firent froncer les sourcils, que pouvait-il bien se passer ? Jetant un coup d’œil en direction de Vladimir, je le voyais qui n’hésita pas un instant à galoper à toute vitesse en direction de l’origine du bruit. Je n’étais pas surpris par son courage, mais après avoir accepté de l’accompagner sur ces terres dangereuses pour lui, je ne pouvais accepter qu’il prenne de risques inutiles. Faisant signe au léopard, je dépliais mes jambes en tailleur afin d’être en meilleure position pour éperonner ma monture, cette dernière commençant à se ruer dans la même direction que Vladimir.

Nous rattrapions à une vitesse fulgurante le Great-Rider, le léopard ne faisant pas pâle figure face aux chevaux de Dreamland. Adressant un regard sérieux à l’attention de Vladimir, je lui annonçais sur un ton calme et posé :

▬ Je passe devant, reste sur tes gardes Vladimir.

Sur mes paroles le léopard accélérait avant de bondir en direction d’un arbre massif, posant ses pattes dessus et rebondir dans l’instant qui suivait afin de contourner un rocher bloquant la route. Je restais fermement accroché sur mon compagnon alors que mes cheveux se laissaient porter par le vent, une fumée plus loin m’indiquant que nous n’étions plus très loin de l’origine de l’explosion. Une fois assez proche je décidais de bondir de mon de ma monture, sautant sur plusieurs mètres avant d’atterrir soudainement face à plusieurs figures qui se tournaient dans ma direction. Gardant ma main sur la garde de Galateia dans mon dos, je fixais les personnes en face de moi alors que je me préparais au moindre mouvement de leur part. Un homme moustachu se démarqua du groupe avant de venir vers moi, tendant ses mains vers moi comme pour attirer mon attention :

▬ Wowowowo doucement l’ami ! On veut pas de mal !... WAAAH UN LEOPARD GEANT !

Mon compagnon s’approchait lentement pour se tenir près de moi, dévoilant ses crocs aiguisés tandis que ses pattes venaient à griffer à plusieurs reprises le sol. D’un coup d’œil j’identifiais le groupe de voyageurs qui était présent, tous portant une tenue ressemblant à celle du moustachu alors que ce dernier tremblait de ses jambes fébriles.

▬ Qui êtes-vous ? Êtes-vous à l’origine de cette puissante détonation ?
▬ Oui oui oui oui ! C’est moi qui ait créé l’explosion ! Nous sommes des archéologues et on a voulu se servir de mon pouvoir pour creuser plus vite !
▬ Archéologues ?...

Relâchant la prise sur mon arme, je croisais les bras alors que j’affichais un air des plus intrigué, qu’est-ce qu’était un archéologue ? Un chasseur de trésor ? Un nom me venait en tête alors que je fouillais au fond de ma mémoire…

▬ Vous exercez la même activité que la réputée Anola ? J’ai entendu dire qu’elle avait fait de célèbres découvertes à travers d’anciennes ruines de Dreamland.
▬ C’est à peu près ça ! Bon, nous on est plus spécialisé dans la recherche de fossiles d’animaux, c’est notre métier dans la vraie vie et on voulait continuer de l’exercer ici à Dreamland !

La vraie vie… Je restais pensif jusqu’à ce que j’entende approcher les galops de Celeris, la monture de Vladimir. Ce dernier avait réussi à tailler son chemin à travers la dense forêt. Je le regardais avant de lui faire un rapide résumé de ce que j’avais appris :

▬ Vladimir, ces voyageurs sont à l’origine de l’explosion, ils disent être des archéologues à la recherche de fossiles, comme dans votre monde. Est-ce que cela te dit quelque chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Icarus
Soleil
Soleil
avatar

Surnom : Le "Great-Rider"
Pouvoir : Invocateur de Chevaux
Points de Puissance : 24 500 points
Points de Réputation : 27 000 points
Points du Membre : 277 points
Double Compte : Lysandre Videl
Messages : 165

MessageSujet: Re: Des foulées dans la Plaine [Maahes]   Sam 22 Oct - 14:20



Lors de leur brève petite balade, Maahes répondit à Grani en faisant remarquer à son Rider que la créature équestre s'inquiétait pour lui. Le Guide ne s'était jamais caché de craindre avant tout pour son existence personnelle s'il arrivait malheur à Vladimir, mais le jeune homme considéra, l'espace d'un instant, la réflexion du Lord. Lui qui voyait toujours le bon en n'importe qui avait déjà songé au fait que l'ancienne Créature Cauchemar soit réellement attachée à lui. L'idée ne lui paraissait pas impossible, bien qu'improbable. Puis les explications de Maahes arrivèrent, d'abord sur son royaume puis sur ses tatouages, apprenant notamment au jeune homme le nom du Seigneur Chat et les raisons pour lesquelles le lion avait gagné la confiance de celui-ci. Cela contribua à gonfler l'enthousiasme du jeune homme, assailli par l'envie de visiter cet endroit dont il tentait déjà de se faire une représentation.

Et puis le bruit retentit, et Celeris s'élança. Maahes et son compagnon léopard ne tardèrent pas à les rejoindre et à la distancer, le Lord se montrant protecteur à l'égard du jeune homme. Le Great-Rider sentit sa monture muscler ses foulées et presser le galop sans que la moindre consigne ne lui soit donnée alors que les deux félins disparaissaient dans les bois. L'esprit de fierté qui animait l'étalon surclassait sa peur de l'inconnu, et Vladimir pouvait nettement ressentir la nécessité pour son invocation de se montrer à la hauteur de leurs nouveaux compagnons, en particulier du léopard. La progression à travers la forêt n'était pas évidente et son galop ralenti par les inévitables fourrés, troncs d'arbres et racines apparentes qui entravèrent son chemin. Néanmoins, la monture était déterminée à avancer et suivait la trace du félin en humant l'air de ses naseaux.

A mesure qu'ils avançaient en direction de la source de nuisance sonore, le mauvais pressentiment du jeune homme semblait se confirmer. Les rires qui émanaient de quelque part au devant d'eux n'appartenaient pas à des fêtards, ni même à une bande de copains en vadrouille. Finalement, le cavalier déboucha dans la petite clairière où l'attendaient déjà Maahes et son fauve. En face, un petit groupe de Voyageurs en tenue d'exploration se tenait à bonne distance des deux félins. Celui qui semblait diriger l'équipe, un moustachu aux allures fébriles, donnait l'impression d'avoir engagé la conversation avec le Lord Lion, impression qui fut confirmée par ce dernier lorsqu'il demanda à Vladimir ce qu'il pensait de leur excuse.

Le jeune homme posa pied à terre, passa délicatement la main sur l'encolure de Celeris et s'avança de quelques pas jusqu'à arriver au niveau de son compagnon de la nuit. Il jaugea les types en face, tous assez différents les uns des autres et bien silencieux pour être tenus en respect par le léopard. Au milieu de la clairière, un trou béant dont les bords noircis par l'explosion attirèrent son attention.

« Je me trompe peut-être, dit l'Invocateur de Chevaux pour répondre à son compagnon, mais les archéologues utilisent pas d'explosifs pour déterrer leurs fossiles. Il se servent de pioches, de pelles et mêmes de pinceaux ! C'est vrai quoi, pourquoi faire ça alors que ça pourrait détruire ce que vous cherchez ?
- C'est que heu... Répondit le moustachu en hésitant. Les fossiles qu'on cherche sont ancrés très profondément dans le sol, il y a plusieurs couches sédimentaires que nous devions... »

Sans un mot et sans attendre que l'autre termine, Grani sur l'épaule, Vladimir fit mine de s'approcher. Aussitôt, une grande femme jaillit des fourrés non loin et s'interposa, plaquant une main contre sa poitrine pour l'empêcher d'avancer. D'un coup d’œil, le Great-Rider remarqua la dague à sa ceinture ainsi que le gros livre qu'elle tenait dans son autre main. Sa tenue correspondait avec celle des autres, en revanche ses mouvements et son attitude étaient beaucoup plus assurés. L'aura qu'elle dégageait était par ailleurs nettement différente, beaucoup plus puissante. Probablement âgée de la trentaine, les années dans Dreamland semblaient s'écouler par tous les pores de sa peau. Ce n'était pas une débutante. Son intervention fit monter la tension d'un cran, mais lorsqu'elle posa son regard sur Maahes, un sourire énigmatique apparut sur le coin de ses lèvres et elle retira sa main.

« Allons, Wayem Cilley... Dit-elle d'une voix mûre, empreinte de l'expérience d'une femme qui manifestement avait baroudé. Tu as peur d'un novice et d'un chaton ?
- Mais enfin, miss Fox ! Protesta Wayem Cilley. Ne jouez pas à la plus maligne, vous savez ce qu'on risque avec les gens qu'on a sur le dos !
- Toi et tes copains êtes aussi courageux que des adolescentes. »

A ce moment, une jeune fille surgit à son tour des fourrés situés de l'autre côté de la clairière. Un oiseau de proie étrange était jugé sur son épaule et les poignées de deux courtes épées dépassaient de son dos. En affichant une mine à la fois contrariée et désinvolte, elle traversa le groupe d'explorateurs en contournant le trou d'un pas marqué. A vue de nez, elle avait 17 ou 18 ans.

« J'connais des adolescentes qui auraient des choses à dire là-dessus, fit-elle d'une voix juvénile.
- Ho ho ho ! Fit la trentenaire en émettant un rire suave, le revers de la main déposé contre sa bouche. Je ne parlais pas pour toi, Birdie. Va voir par toi-même, cavalier, ajouta-t-elle en reportant son attention sur le Great-Rider, ce qu'on fait par ici. Quant à toi Wayem, laisse-nous faire. On est là pour gérer les situations comme celles-ci. »

Sans ajouter un mot de plus, Vladimir fit le tour de la nommée miss Fox, passa à côté de l'ado en lui jetant un regard neutre, et frôla le moustachu qui avait l'air de trembler de partout. Lorsqu'il se pencha par-dessus le trou, la vision lui poignarda le cœur. Il y avait là un ankylosaure agonisant à la carapace complètement détruite, le souffle court et la chair carbonisée. D'un bond, Vladimir se retourna et se mit à gueuler.

« A quoi ça rime ces conneries ?
- Oh oh oh... C'est que le bébé fait ses dents...
- Vlad, intervint Grani à voix basse, fais attention. Cette femme est dangereuse, et son grimoire magique me met pas en confiance. Ce qui est fait est fait, ça ne sert à rien de t'énerver pour quelque chose contre laquelle tu ne peux plus rien.
- Qu'est-ce qu'elle dit, ta peluche ? Fit la nommée Birdie en s'approchant de quelques pas, les yeux emplis de malice.
- A ton avis, jeunot ? Reprit la trentenaire. On chasse, on traque, on tue. Certaines créatures raffolent de la chair de dinosaure onirique. D'autres veulent simplement s'approprier des trophées en enchères. Notre petit groupe commence à se faire un nom dans le milieu et ça paie bien. Tu n'as jamais entendu parler de nous ? Et toi mon chaton ? Fit-elle en se retournant vers Maahes, un sourire de séductrice sur les lèvres. »

La colère du Great-Rider se répercuta dans son aura à mesure que miss Fox déroulait son explication. Le contact qu'il avait eu avec le diplodocus au début de la nuit le rendait profondément sensible au devenir des herbivores des Plaines Anciennes. Qu'un tyrannosaure les prenne en chasse relevait d'une logique naturelle. Que des braconniers s'attaquent à eux était une horreur sans nom qui faisait bouillir son sang. Malgré les mises en garde de Grani, son instinct prit le pas sur sa raison, et il fut bientôt sur la trentenaire, prêt à abattre son poing. La baroudeuse esquiva sans le moindre effort, ricanant. Vladimir ne l'intéressait pas du tout. En passant sa langue sur ses lèvres, elle se mit à courir vers Maahes tandis que Birdie s'interposait entre elle et l'Invocateur de Chevaux. Au même moment, les autres explorateurs se dispersèrent dans la forêt.

« Birdie, c'est ta première véritable mission parmi nous, considère le jeune flamboyant comme ton test d'admission. Moi, je m'occupe de mon chaton. Miaouuuu ! Acheva-t-elle dans un geignement presque sexuel en ouvrant son grimoire, alors qu'elle s'approchait dangereusement du Lord Lion. »

Les Braconnières:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maahes
♦ Le Lion Juste ♦
♦ Le Lion Juste ♦
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'aura
Points de Puissance : 30 875 points
Points de Réputation : 35 800 points
Points du Membre : 97 points
Messages : 73

MessageSujet: Re: Des foulées dans la Plaine [Maahes]   Lun 24 Oct - 22:33

Un long silence s’installait alors que j’avais tourné mon attention vers Vladimir, curieux de la vérité qu’avançait l’homme à la moustache entretenue. J’observais le jeune voyageur s’approchait pour questionner l’homme en question, trouvant quelques points sombres dans son histoire. Je fronçais les sourcils tandis que mon compagnon et moi-même réagissions au mouvement dans les buissons. En quelques instants une femme s’échappait de sa cachette pour se placer entre les deux voyageurs roux, visiblement pour stopper le Great-Rider. D’un regard attentif j’observais la demoiselle, cette dernière ayant un visage ainsi qu’un corps davantage marqué par le temps, contrairement à Vladimir et moi-même qui n’étions que des jeunes adultes encore frais. Je fus interpellé par la dague à sa ceinture, bien que le plus étrange restait le livre qu’elle portait. Je ne détectais pas d’intention malveillante à l’égard de mon nouvel ami, expliquant pourquoi je décidais de ne pas m’avancer pour les séparer.

J’écoutais d’une oreille attentive la discussion cette « miss Fox » et ses compagnons, une jeune femme faisant elle aussi son apparition en sortant des fourrées au loin. Mon odorat fut interpellé par une étrange flagrance, l’image d’un soldat brûlé lors de son combat contre Kael le contrôleur de Feu refaisant surface. J’avais un mauvais pressentiment sur ce que nous allions découvrir, et Vladimir confirma mes doutes alors qu’il s’écartait du trou béant en affichant un air de dégout. L’odeur de chair brûlée, les respirations presque inaudibles d’une bête prête à succomber. Ce n’était pas l’image que je me faisais de l’archéologie, et la colère du Rider ne fit qu’accentuait ce sentiment d’usurpation. Mes pensées trouvèrent rapidement leur chemin à travers les aveux de miss Fox, bien que je continuais à la fixer d’un regard perçant et neutre. Je ne réagissais pas plus que cela lorsqu’elle demanda mon avis sur la situation, me contentant de la regarder simplement, comme si je regardais… Un arbre. Plus je l’observais, plus je me posais des questions.

Ne pouvant trahir son caractère, Vladimir se rua sur la femme sûre d’elle, cette dernière décidant de laisser son compagnon s’occuper du jeune Rider afin de totalement se concentrer sur moi. Jetant rapidement un regard sur les alentours, je pouvais voir les autres voyageurs s’éparpiller dans la forêt dense, ne désirant pas s’impliquer plus que cela. « Va, capture ce Wayem vivant, je t’attends. » disais-je au léopard alors que je levais ma main en signe d’ordre, ce dernier ne laissant pas un quart de seconde passer alors qu’il fonçait en direction de miss Fox. Cette dernière, surprise, prenait en main sa dague en mesure de défense, bien qu’elle ne s’attendait pas à ce que la créature bondisse soudainement pour passer au-dessus d’elle, à la poursuite de l’homme à la moustache. Frappant le sol d’un pas lourd, je passais ma main sur mon bras droit afin de masser certains points, plusieurs craquements pouvant se faire entendre alors que je laissais mon regard doré observait de haut la voyageuse.

▬ Voyageuse, si vous pardonnez mon ami je suis prêt à reconsidérer votre jugement.
▬ Je vois que monsieur aime gonfler son égo, tu sors de Justicity pour parler comme ça ? Sur le papier j’agis sur de l’auto-défense !

Disait-elle avant de reprendre sa course, ouvrant son livre qui laissait plusieurs pages défiler avant qu’une étrange aura ne s’en émane. Je durcissais mon regard alors que je me mettais en garde, voyant des formes se créer autour de la voyageuse qui ordonnait de tirer à vue. Son pouvoir prenait forme à ses mots et deux soldats en armure légère apparurent, bandant leur arc dans ma direction avant de tirer des flèches sur moi. Je me penchais suffisamment en avant pour laisser les pointes fantomatiques traverser ma chevelure, redressant le regard pour voir la voyageuse qui en avait profité pour écourter la distance nous séparant. Assez proche, elle armait son dague avant de m’attaquer avec. Je levais la main avant de bloquer la sienne, voyant la lame stoppée à quelques centimètres de mes côtes. Bien qu’elle semblait expérimentée, ses talents en arts martiaux semblaient un poil au-dessus de la norme, mais rien d’insurmontable pour moi qui ait combattu depuis ma naissance avec ce corps.

Jusqu’à ce que je sente le pointe d’une lame se plantait dans mon dos, écarquillant les yeux alors que je remarquais une autre de ces fameuses apparitions. Elle s’était faufilée dans mon angle mort afin de me prendre à revers, pendant que miss Fox servait d’appât. Fronçant les sourcils je resserrais ma prise sur le poignet de la voyageuse avant de me servir de ma seconde main pour la projeter plus loin. Elle se stabilisa rapidement en l’air afin d’atterrir sur ses pieds, souriant légèrement alors que son invocation disparaissait. La lame ne m’avait pa profondément blessée, mon corps étant aussi solide qu’un roc et mes muscles arrivant à bloquer la plupart des armes blanches à un certain point. Elle fit mine de faire danser sa lame entre ses doigts alors qu’elle caressait l’une de ses hanches avec le livre à la main.

▬ Tu es plus solide que tu en as l’air, cette lame aurait dû percer un peu plus. Oh, tant pis, cela ne fera que durer davantage le plaisir.
▬ …
▬ On reste silencieux ? Ma beauté te laisse sans voix ? Ou alors tu commences à avoir peur à cause de mon pouvoir ?
▬ Je n’ai rien à craindre d’une lame qui hésite. Peu importe la manière dont vous agissez, ce lion ici présent n’a aucune raison d’être effrayé. Contrairement à vous.

« Ha ! Quelle blague ! » dit-elle d’une voix suave mais intriguée alors qu’elle repartait à l’assaut. Je pouvais sentir du sang couler légèrement dans mon dos mais je n’étais pas inquiet, étant davantage intéressée par l’aura perturbée de la demoiselle. Si son visage était capable de dissimuler ses sentiments primaires, cela ne serait sûrement pas le cas de l’énergie que j’étais capable de visualiser. Fixant miss Fox s’approchait à grand pas, je voyais apparaître en face de moi de nouveaux fantômes ressemblant à des soldats en armure, dégainant leur lame imaginaire avant d’effectuer des coups d’entailles en diagonale sur moi. Reculant de plusieurs pas j’esquivais leur première attaque, passant ma main sur Galateia dans mon dos afin de dégainer ma propre arme, la soulevant rapidement de sorte à reposer leur seconde attaque tandis que le son de nos métaux se faisait entendre. Supportant l’arme d’une seule main j’étais capable de les repousser, je décidais de ne pas les laisser reprendre leur souffle en faisant de nouveau un pas en avant et en m’élançant dans une nouvelle attaque, dessinant un arc-de-cercle avec ma lame.

Miss Fox apparue entre ses deux soldats, glissant sur ses genoux afin d’éviter mon épée qui trancha en deux ses invocations. Elle sentie certaines de ses mèches suivre le mouvement de la lame alors qu’elle réussit à se faufiler sous mes défenses et se redresser en tenant fermement sa dague, prête à me trancher la gorge dans un mouvement rapide. Par réflexe j’avançais ma main libre sur son arme, bloquant directement le tranchant de la lame avec ma propre paume, avant d’envoyer mon genou directement dans les côtes de la voyageuse et de la repousser sur quelques mètres. Ayant gardé la dague dans ma main, je sentais l’odeur de mon propre sang alors qu’une entaille assez profonde était présente, avant que je ne décide de briser la lame en deux d’une poigne ferme et soudaine. J’entendais miss Fox crachait du sang tout en se tenant les côtes, marquant ainsi une « pause » dans notre combat.

▬ Miss Fox, je n’apprécie pas me répéter alors je vais être direct : pourquoi en vouloir à notre vie ? Vous n’étiez même pas sûre que nous allions vous déranger dans vos projets, alors pourquoi continuez cela ?
▬ Tu joues bien les innocents alors que c’est ton ami qui s’est jeté sur moi !
▬ Et en son nom j’ai demandé votre pardon, ce que vous avez refusé d’accorder. Vous ne pouvez m’en vouloir de me montrer impoli, de ce fait.
▬ Une langue si venimeuse pour un si joli minois… Fini de jouer mon chaton.

Au moment où elle finissait sa phrase elle prit de ses deux mains le livre, une dangereuse aura s’en dégagea. Elle murmura des mots que même mes oreilles animales ne pouvaient comprendre, le grimoire commençant à flotter dans les airs alors que de nombreuses silhouettes s’en échappaient. Bientôt l’aura sombre prenait forme, des crânes de squelettes faisant leur apparition tandis que des gémissements de défunts résonnaient tout autour de nous. Face à une telle force obscure, je reculais d’un demi pas en recouvrant la moitié de mon visage de mon avant-bras, me protégeant de l’odeur que dégageait son invocation. Jusqu’à présent ses invocations étaient faibles et ne dégageait ni odeur ni son particulier, j’en concluais qu’elle avait décidé d’être sérieuse à partir de maintenant. Inspirant profondément, je dressais devant moi ma lame alors qu’un sourire se dessiner sur le coin de mes lèvres, mes yeux dorés brillant face au défi qui apparaissait devant moi.

▬ Vous avez toute mon attention, prouvez votre valeur face au champion de la Tanière des Lions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Icarus
Soleil
Soleil
avatar

Surnom : Le "Great-Rider"
Pouvoir : Invocateur de Chevaux
Points de Puissance : 24 500 points
Points de Réputation : 27 000 points
Points du Membre : 277 points
Double Compte : Lysandre Videl
Messages : 165

MessageSujet: Re: Des foulées dans la Plaine [Maahes]   Mar 25 Oct - 10:47



Au moment où Vladimir voulut poursuivre la cible de sa colère, la jeune compagne de cette dernière s'interposa. Le poing serré, il s'arrêta à deux pas d'elles et la jaugea en silence. Elle l'observait elle aussi en lui souriant d'un air amusé, le bras levé vers son oiseau de proie pour lui donner une pomme à croquer. La créature planta son bec dans le fruit, battit frénétiquement de ses ailes de chauve-souris et posa ses yeux sur le Great-Rider et son Guide, avant d'adresser la parole à sa Voyageuse.

« Liseron, ce type-là est un Great-Rider, commença-t-il d'une voix criarde. Tu vas faire parler de toi parmi les oiseaux de Dreamland si tu arrives à le battre.
- Je t'ai déjà dit de pas m'appeler par mon prénom ! S'exclama la jeune fille. C'est pas vrai...
- Désolé, heu, Birdie.
- Trop tard maintenant. C'est quoi un Great-Rider ?
- Un Invocateur de Chevaux. Tu te souviens quand je t'avais parlé du conflit entre les pégases et les rokhs ? Et ben en fait, faut sav...
- Écarte-toi, fit Vladimir en interrompant leur discussion.
- Je crois pas, répondit la fille en dégainant immédiatement ses deux épées courtes. Tu vas rester sagement ici et laisser les grands faire ce qu'ils ont à faire.
- C'est une Invocatrice d'Oiseaux, intervint Grani. Ne la prends pas à la légère. Je pensais pas que t'aurais à en croiser si vite, du coup il va falloir que je te raconte une ou deux anecdotes à propos de l'histoire des chevaux de Dreamland. Mais pas maintenant, parce que faut que tu te concentres, gamin.
- Tu ne pourras pas m'empêcher de passer, lança Vlad à l'intention de son interlocutrice.
- Tu paries ? Rétorqua-t-elle.
- Pooka, la Charge du Fou ! »

Là-dessus, l’Équestre Farceur jaillit dans une fumerolle lumineuse et fusa sur l'adolescente. Surprise, la nommée Liseron dévia la trajectoire de l'animal d'un coup d'épée dans les sabots. Profitant de la diversion, Vladimir ceintura son adversaire, la souleva du sol et la fit choir sur le dos. Le drôle d'oiseau de proie s'envola au cours de la chute, et l'impact de la fille sur le sol souleva un nuage de poussière. Vladimir se posa au dessus d'elle et la maintint au sol en planquant les mains sur ses épaules. Elle se débattit, le toisant d'un air coléreux, et finit par se calmer en voyant qu'elle ne viendrait pas à bout de la force physique du jeune homme. En relevant la tête, celui-ci put constater que le Lord Lion et miss Fox avaient engagé le combat.

« Tu crois que parce que je suis une fille, je peux pas me libérer de toi ? Demanda Birdie en se remettant à gesticuler.
- Pourquoi tu fais ça ? Répondit simplement Vladimir.
- Faire quoi ?
- Tu bosses pour des types qui maltraitent des créatures, ça t'a pas frappé ?
- Et alors ? C'est des créatures, donc elles existent pas, nan ? »

Abasourdi par une telle vision des choses, Vlad fut incapable de répondre à la jeune fille. Il chercha ses mots, incapable de comprendre comment il était possible de penser de la sorte. Il était clair pour lui que Dreamland était réel. Une réalité différente de celle que les humains exploraient en étant éveillés, mais une réalité quand même. La surprise de se rendre compte qu'une Voyageuse pouvait penser comme ça lui fit brièvement relâcher son attention. Suffisamment toutefois pour que Liseron dégage l'un de ses bras et lui flanque une baffe monumentale. Davantage sonné par l'étonnement que par le choc, l'Invocateur de Chevaux roula sur le côté. Birdie saisit l'opportunité et invoqua l'une de ses créatures. Deux ailes noires lui jaillirent dans le dos tandis qu'elle se redressait, et elle s'éleva du sol.

Une fois que le Great-Rider fut de nouveau sur pieds, il ordonna à Pooka de chasser la Voyageuse dans les airs. L'animal obéit en rigolant d'un air idiot, virevoltant de manière erratique autour de Birdie afin de l'empêcher de prendre une direction définie. Furieuse de se voir ainsi bloquer la route, la jeune fille fit appel à une autre de ses invocations, projetant une volée de becs en direction de Vladimir. Celui-ci poussa un juron, bondit sur le côté, mais se fit transpercer par une poignée d'entre eux. Roulant dans l'herbe sous la douleur au lieu de se réceptionner, il s'arrêta au bord du trou, les yeux posés sur l'ankylosaure. La bête ne respirait plus.

Vladimir poussa un grognement et se releva alors que Liseron se posa à quelques mètres. Un à un, il arracha les becs de ses blessures, dévoilant quatre plaies ensanglantées, réparties sur son flanc droit entre ses côtes et sa cuisse. Un sourire malicieux dessiné sur les lèvres, Birdie fusa dans sa direction lames au clair, et tenta de lui flanquer deux coups d'épées circulaires. Mais sur l'invective de son Rider, Pooka surgit d'au-dessus et chargea l'une des deux ailes déployées de la jeune fille. Il y eut un craquement, suivit d'un cri de douleur, et l'adversaire du Great-Rider fut stoppée dans son élan, lâchant ses armes au sol pour attraper son aile tordue.

Les mains de Vladimir se refermèrent sur les poignets de l'adolescente, et tandis qu'il se glissait derrière elle pour lui faire une clef de bras, il lui balaya la jambe d'appui du bout de sa jambe valide. Le moindre mouvement forçant sur son côté droit lui arrachait un gémissement de douleur, mais il parvint tant bien que mal à maîtriser son adversaire en la plaquant au sol. Liseron se mit à gueuler, poussant un cri à mi-chemin entre la souffrance et l'énervement. Le combat aurait pu s'arrêter là.

« Lâche mon amie toi ! »

La voix perçante retentit au-dessus de Vladimir. Alors qu'il relevait la tête, il sentit une violente douleur lui traverser le crâne. Une nouvelle invocation de la jeune fille, un aigle au plumage rose, venait de planter l'une de ses serres dans son œil gauche. Poussant un hurlement déchirant, le Great-Rider lâcha prise et bascula en arrière, se roulant au sol alors qu'il compressait son œil crevé de ses deux mains. Dans le même temps, la connexion avec Pooka fut interrompu et le petit pégase fou disparut.

« Merde, Vlad ! Cria Grani en se précipitant au-dessus de son Voyageur. »

Son aile tordue penchant lamentablement vers le sol, Liseron se releva rapidement pour se masser le bras et s'approcher de son adversaire. L'aigle rose se posa sur son épaule, elle le récompensa par une grattouille sous le bec, avant de le révoquer.

« Rien de bien impressionnant en fin de compte. Se faire avoir comme ça, c'est ridicule. Les mecs sont tous des pleureuses. Je vais en finir avec toi pour de bon, Great-Machin, termina-t-elle en remettant son aile droite d'un coup sec avant de s'envoler de nouveau. »

Vladimir cessa de crier en s'accoutumant à la douleur. Il savait qu'il serait amené à en voir d'autre des comme ça au cours de son Voyage à Dreamland, et se força à se relever malgré l'élancement intenable qui lui saisissait tout un pan du crâne. Derrière, il sentit à ce moment l'aura ténébreuse qui émanait du pouvoir de miss Fox, ce qui le rappela immédiatement au souvenir de la créature morte au fond du trou. Les poings serrés, il resta droit et stoïque au moment où la volée de becs s'abattit sur lui. Il fut transpercé un peu partout, ne pouvant retenir des grognements de douleur. Lorsque le dernier bec se planta dans sa chair, il demeura debout, l’œil unique rivé sur son adversaire. Ses vêtements se teintaient peu à peu du rouge sanguin émit par ses plaies. Stupéfaite et manifestement effrayée par la réaction du jeune homme, Liseron resta en hauteur et ne put rien dire pendant un instant. C'est avec un ton étonnamment inquiet qu'elle finit par l'invectiver.

« Pourquoi t'as pas esquivé ? T'es malade !
- Ouais, fit le garçon pantelant, ça me rend malade de voir des trucs comme ça arriver. Ch'gvo ! Lança-t-il alors qu'une lumière irradiait dans sa main, avant de laisser place à la tête du Long-Courreur.
- Liseron, attention ! Tenta de prévenir l'étrange oiseau de proie qui voletait autour du combat.
- Ride Over Here ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maahes
♦ Le Lion Juste ♦
♦ Le Lion Juste ♦
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'aura
Points de Puissance : 30 875 points
Points de Réputation : 35 800 points
Points du Membre : 97 points
Messages : 73

MessageSujet: Re: Des foulées dans la Plaine [Maahes]   Mer 26 Oct - 19:11

Une brise glacière me caressait la peau tandis que je restais droit sur mes appuis, fixant miss Fox faire appel à une sombre créature venant sans doute des tréfonds de son grimoire. La voyageuse tenait difficilement debout sur ses jambes, tendant les mains vers son livre comme pour lui transmettre l’énergie nécessaire à l’invocation. Rapidement le squelette démesuré se déplaça de quelques mètres afin de se retrouver face à l’invocatrice. Il passa l’une de ses mains au-dessus d’elle, plusieurs râles d’agonies s’échappant de sa mâchoire cadavérique tandis qu’une cage faite d’os entoura la voyageuse, probablement pour la protéger pour le reste du combat. Claquant ma langue, je souriais avec une pointe de déception dans mon regard, ma stratégie basée sur un assaut rapide et efficace sur miss Fox venant d’être balayé par l’invocation. Néanmoins, à cause de cette barrière osseuse je voyais mal la demoiselle donner des ordres à sa créature, cette dernière était-elle autonome contrairement aux autres invocations ?

Tournant mon regard en direction de Vladimir, une légère odeur de sang remontait dans mes narines, m’alarmant sur l’état du Great-Rider. Si je le pouvais j’aurais essayé de l’aider dans son combat mais je ne pouvais me détacher de l’emprise qu’avait miss Fox sur moi à présent, son pouvoir se révélant bien plus dangereux que je ne l’espérais. Je risquerais même d’amener un tel danger du côté de Vladimir, et je doute que le jeune voyageur ait la force nécessaire pour faire face à un tel défi maintenant. J’étais déterminé à écarter ce danger, à l’affronter et à le détruire de mes propres mains. Inspirant profondément je sentais mon aura se libérer petit à petit des pores de ma peau, mon regard s’affûtant tandis que j’enfonçais mes pieds dans le sol. Ma prise sur la Galateia se resserrait au fil des secondes, ma garde redressée alors que j’expirais lentement. L’invocation de miss Fox semblait prête, le crane de la grande carcasse me fixant avec un regard dénué d’yeux.

Soudainement j’entamais une course rapide sur mon adversaire, me propulsant vers l’avant en ayant poussé sur mes appuis. La créature réagit au même moment en laissant un puissant râle, de longues et épaisses colonnes vertébrales sortant de son dos pour fondre sur moi, dans le but de me transpercer de toutes parts. Je suivais du regard l’aura menaçante des colonnes, évitant une première d’un simple pas de côté, la seconde cherchant à réparer l’erreur de sa voisine en visant ma tête. D’un bond je passais par-dessus la seconde colonne tout en donnant un coup d’épée dans une troisième ayant tentée de me frapper en réalisant un angle. J’avais réussi à la dévier tout en posant mes pieds sur l’une des colonnes ayant échoué à me toucher, de sorte à bondir une nouvelle fois et ainsi éliminer la distance me séparant de l’invocation. Sans hésiter je levais haut Galateia, abattant fatalement cette dernière sur la grande carcasse.

La lame frappa avec force la cage thoracique de la créature, ayant fracassé de nombreuses côtes tandis qu’elle était passée proche de la gorge du squelette. Néanmoins je sentis les intentions de mon adversaire s’assombrir, autant que la lumière qui nous éclairait jusqu’à présent puisque je remarquais, tardivement, que de nouveaux ossements poussés sur le corps de l’invocation afin de me piéger. Je fus rapidement enfermé dans une cage d’os, la lumière du soleil ne passant même pas au travers des restes humains fermement soudés entre eux. La créature n’était pas stupide et elle réussit à me séparer de ma propre arme en refermant ses côtes brisées sur ma lame, la retenant alors que je sentais ma prison tombait lourdement au sol. Serrant le poing je frappais à plusieurs reprises contre les parois m’emprisonnant, ma force supérieure n’arrivant pas à surmonter la solidité de ces os.

Pestant contre moi-même, je commençais à rassembler mon aura autour de mon poing, la puissance se faisant sentir dans ma paume alors que je m’apprêtais à détruire cette prison. Néanmoins le puissant gémissement porté par la créature résonnait à travers les parois m’entourant, de nombreuses vibrations perturbantes venant à transformer les murs de la cage en véritables pics qui s’étirent sur moi. Transpercer sur plusieurs parties de mon corps, je grognais férocement alors que je serrais les crocs, sentant les pointes ayant fait bien plus de dégâts que la dague de miss Fox tout à l’heure. Mon sang commençait à couler le long des os transcendant ma chair, tandis que je sentais le liquide remonter le long de ma gorge. Je crachais brièvement, avant de fermer les yeux un instant. J’inspirais profondément, cherchant la force enfouie au plus profond de moi. Une bête enchainée par ma raison, ma fierté tenant en laisse cette créature puissante représentant à la fois mon potentiel, mais également ma nature barbare. Sous une simple pensée je laissais la porte dans mon esprit s’ouvrir, laissant mon aura teintée de blanc être avalée par mon instinct bestial.

Dans un puissant rugissement j’écartais les bras sur les côtés, détruisant ma prison faite d’os tandis que les morceaux furent balayés par le souffle causé par mon soudain cri. Rouvrant les yeux brillant d’une nouvelle teinte, je montrais les crocs alors que je craquais le bout de mes doigts, des griffes aiguisées ayant poussées au bout de mes ongles. Mes bras étaient totalement recouvert d’une fourrure de la même couleur que mes cheveux, à ceux-ci près que mes tatouages brillaient davantage en se démarquant sur mon tout nouveau pelage. Mes plaies partiellement ouvertes, je fronçais les sourcils alors que ma respiration se faisait lourde, un râle animal me traversant la gorge alors que j’avançais lentement en direction de la grande carcasse. Sur le moment je ne réfléchissais plus, ni à Vladimir, ni à miss Fox, ni même à ma mission. J’agissais naturellement, instinctivement. Lorsque mon adversaire poussa de nouveau un cri, j’accélérais le pas en réponse tandis que je voyais l’ombre de lances faites d’os tomber dans ma direction. D’un pas félin et sans réaliser de mouvements inutiles, je me faufilais entre les jets de javelots jusqu’à rapidement me retrouver face à l’invocation. Déployant mes griffes, j’accumulais mon aura meurtrière autour de ma main tandis que le grand squelette déploya l’une de ses grandes paumes, cherchant à m’écraser avec. D’un rapide coup je déployais la force de Némée à travers mes griffes, détruisant d’un seul mouvement l’avant-bras de la créature.

Les gémissements des défunts se multiplièrent tandis que je repérais Galateia figée entre les côtes de la bête. Bondissant sur la grande carcasse je m’accrochais à son torse tout en prenant en main mon épée, la tirant d’un coup sec tout en brisant le nid d’ossement qui la retenait. Faisant tournoyer la lame dans ma paume je la saisissais fermement avant de donner un soudain coup dans la grande mâchoire de la créature, la partie inférieure se détachant du corps avant de tomber plus loin. Plusieurs squelettes s’extirpèrent de la fumée sombre recouvrant les épaules de l’invocation, s’approchant dangereusement de moi pour me saisir et me dévorer. Lorsque mon avant-bras se fit saisir et mordu, je donnais un violent coup de pied en arc-de-cercle pour balayer ce qui me retenait, bondissant une nouvelle fois en arrière afin de rejoindre le sol. Prenant de mes deux mains Galateia, je fixais la créature qui se redressait pour de nouveau me faire face, poussant un rugissement comme pour me provoquer. Je m’élançais à nouveau vers la bête tandis que je laissais le bout de ma lame trainait sur le sol, une longue entaille se profilant après le passage de ma course.

Je courais tandis que l’invocation cracha de nouveaux javelots, ces derniers volants dans ma direction pour me transpercer. Je sentais plusieurs de ses lances me découper certaines parties du corps, tailladant mon épaule, mes jambes ou même ma joue. Mais je ne stoppais pas ma course, mieux, j’accélérais davantage jusqu’à utiliser le summum de ma force une fois arrivé en face de la monstruosité, soulevant soudainement la lame qui était inclinée vers le bas et trancher dans un coup vif et puissant la créature. Mon épée soudainement pointée vers le ciel, l’invocation se figea un instant tandis que le silence revenait, les râles des défunts disparaissant… Puis après quelques secondes, la grande carcasse fut séparée en deux morceaux distincts, tous deux tombant lourdement au sol. Je respirais fortement, mon cœur excité par le combat battant de son plein dans ma poitrine. Je fixais la barrière d’os faite par l’invocation pour protégée miss Fox, m’approchant d’un pas rapide de cette dernière afin de donner un puissant coup de poing. Ma main traversa sans difficulté la cage blanche, saisissant la gorge de la voyageuse avant de la tirer sans préavis de son confort. Je la regardais de mes yeux, drogué par l’ivresse du combat alors qu’un large sourire se dessiner sur mes lèvres. Plus, j’en voulais plus ! Le combat n’était pas terminé, miss Fox allait certainement pouvoir invoquer une créature du même gabarit ! Voir plus puissante encore ! J’avais encore besoin d’expérience ! Au fil de mes pensées mes doigts se resserraient contre son cou, mes griffes entaillant légèrement sa peau qui laissait couler du sang.

▬ Je vois que tu montres enfin ton vrai visage… Même si j’avoue que ce côté sauvage ne me déplait pas… ♥
▬ Vas-y voyageuse, invoque tes gardiens ! Ordonne-les de te protéger au péril de leur vie ! Ce n’est pas encore terminé, n’est-ce pas ?
▬ Désolé mon mignon, c’était mon invocation la plus puissante… Je suis piégée entre tes griffes.

Un sentiment de colère montait rapidement dans ma tête bien que je sentais ma vision se troubler quelques instants, sentant que ma limite sous cette forme venait d’être atteinte. Mes griffes disparaissaient tandis que je reprenais une apparence davantage humaine, suant de grosses gouttes sur mon front. J’avais relâché la gorge de miss Fox qui n’arrivait plus à tenir sur ses jambes. Je la rattrapais en passant mon bras autour de sa ceinture, l’empêchant ainsi de faire une chute malencontreuse, bien que je me forçais pour ne pas tomber moi-même à genoux. Utiliser cette forme avait ses avantages, tout comme cela avait ses inconvénients… Dans mon ivresse j’aurais pu l’éliminer pour m’avoir contrarié. Je reprenais rapidement mon calme tout en regardant l’état de la voyageuse. Elle commençait à développer de la fièvre alors qu’elle laissait sa conscience se dissiper dans mon étreinte. Afin de m’assurer que tout combat cesse, je levais la voix dans la direction de Vladimir :

▬ Cessez ! Votre chef ne peut plus combattre ! C’est votre défaite !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Icarus
Soleil
Soleil
avatar

Surnom : Le "Great-Rider"
Pouvoir : Invocateur de Chevaux
Points de Puissance : 24 500 points
Points de Réputation : 27 000 points
Points du Membre : 277 points
Double Compte : Lysandre Videl
Messages : 165

MessageSujet: Re: Des foulées dans la Plaine [Maahes]   Jeu 27 Oct - 12:58



Ch'gvo alla mordre dans le cuir que composait le vêtement de la jeune Invocatrice. Vladimir poussa un grognement sous l'effort, appuya sa main gauche contre le bras étendu qui agrippait son adversaire, et tira celle-ci d'un puissant mouvement vers le sol. Dans un petit cri de surprise, la gravité se rappela à l'ado, dont l'aile endommagée céda de nouveau sous la pression. Elle vint s'écraser parterre, soulevant une nuée poussiéreuse. Pantelant, Vladimir révoqua le Long-Coureur et laissa pendre son bras vers le sol. Le choc avait été relativement brutal, c'est pourquoi lorsque le nuage de poussière commença à s'estomper, l'étrange créature volatile descendit de sa position pour s'enquérir de l'état de sa Voyageuse.

Vladimir lui, le corps endoloris jusqu'au moindre centimètre carré, s'avança lentement jusqu'à elle en remarquant qu'elle était secouée par des soubresauts. A ses côtés, Grani l'engueulait pour avoir "stupidement" décidé de simplement encaisser l'attaque de Birdie. Le Great-Rider se laissa tomber à genoux à quelques centimètres du corps étendu de la jeune fille, puis il releva la tête de cette dernière en se rendant compte que ce qu'il avait d'abord pris pour des réactions nerveuses dues à la violence de l'impact étaient en réalité des sanglots. Des larmes ruisselaient sur le visage de Liseron, qui l'observait avec un air de haine.

« Merde... Meeerde ! Cria-t-elle comme une perdue. Je peux plus bouger ! Tu m'as cassé la jambe !
- Et tu crois qu'il s'est senti comment, ce dinosaure, quand vous l'avez fait exploser ?
- Mais t'es débile ou quoi ? Il est dans ton imagination cette saloperie de dinosaure !
- Pourquoi tu pleures comme une gamine alors ? »

Le regard de Liseron changea suite aux propos du Great-Rider, comme si elle prenait conscience de la douleur qui traversait ses os brisés. La haine disparut de son visage, bientôt remplacée par quelque chose d'autre d'assez étrange que même Grani sembla avoir du mal à comprendre. L'oiseau de proie se posa près d'elle, caressa ses cheveux du bout des plumes en signe de compassion, recevant pour tout réponse un sanglot étouffé. Esquissant une grimace, Vladimir força sur l'une de ses jambes flageolantes pour se relever.

« J'ai pas de raison de continuer à me battre contre toi, dit le jeune homme en soufflant. J'ai compris. T'es dans Dreamland depuis pas longtemps, comme moi. Tout le monde peut se tromper, et essayer de faire mieux. »

Il tourna alors son unique œil en direction du combat opposant Maahes à miss Fox, et ce qu'il vit le figea. L'affrontement n'avait rien à voir avec celui qu'il venait d'achever. En comparaison, celui-ci avait l'air dantesque. L'énorme invocation de la Braconnière opposait une résistance oppressante au Lord Lion, qui venait de revêtir une forme des plus animales. Ce n'était plus le doux visage d'un compagnon rassurant qu'il arborait, mais le masque d'un guerrier farouche, capable de broyer des os à la seule force de ses bras et de pousser des rugissements à en faire trembler le sol. La créature était auréolée de la même chose que le jeune homme avait perçue en le rencontrant un peu plus tôt face au tyrannosaure, cette chose difficilement perceptible mais de nature à subjuguer. En face, l'énorme squelette déployait le même type d'énergie, sous un aspect ténébreux et pesant. C'était un duel de forces qui dépassaient complètement le Great-Rider, devant lesquelles ils se sentit tout petit.

Et alors qu'il était accaparé par cette vision de rêve et de cauchemar, il sentit quelques chose de froid lui traverser la jambe. Son champ de vision entier bascula, au moment où une douleur plus intense encore que toutes celles qu'il avait pu ressentir au cours des dernières minutes irradia depuis son genou jusqu'à ses hanches. Son appui droit n'existait plus, anéantissant son équilibre. Il se retrouva face dans l'herbe, le choc écartant la plaie de son œil gauche. La combinaison de ces deux souffrances abominables lui firent pousser un long hurlement atroce. Vladimir venait de se faire couper la jambe, et la panique se joignit à la souffrance lorsqu'il vit l'extension détachée du reste de son corps se faire projeter dans le trou de l'ankylosaure. Quelque part au-dessus de lui, Grani poussait des cris affolés.

Incapable de se retourner ou de bouger sans empirer sa douleur, il lui fallut attendre que Liseron daigne voler jusque dans son champ de vision pour se rendre compte que l'une de ses lames était rougie par le sang. Elle le regardait d'un air méprisant, ses ailes battant l'atmosphère pour la maintenir en hauteur. Sa propre jambe gauche était transpercée par son os brisé, elle avait dû ouvrir sa fracture en faisant l'effort de se relever pour l'attaquer par derrière. Le hurlement du jeune homme se muait en grognements primaires lorsqu'elle lui adressa la parole.

« T'as "pas de raison" ? Commença-t-elle d'une voix saccadée, comme indignée. T'as "pas de raison" ? Dreamland est le champ de bataille des Voyageurs ! On est là POUR se battre ! Pour savoir qui est le plus fort ! T'as raison ouais, je suis pas là depuis longtemps, mais j'ai déjà compris ça ! T'es qu'un débile si tu t'en es pas rendu compte, et tu vas tellement en chier quand de vraies merdes vont te tomber dessus ! Tu peux pas savoir à quel point ça me ferait plaisir de te tuer maintenant, continua-t-elle en riant de manière hystérique, entre deux sanglots étranges, mais faut que tu voies par toi-même cet endroit impitoyable pour ce qu'il est. Et un jour quand on se reverra, je serai la fille la plus heureuse du monde de voir comment t'auras déchanté, sale pleureuse ! »

A ce moment là, la voix de Maahes retentit quelque part derrière Vladimir, et l'ado regarda dans cette direction un instant. Elle essuya ses larmes du revers de la manche, effleurant du plat de l'épée sanglante son aile déviée.

« Va te faire dévorer par ton pote lion, miss Fox, fit-elle à l'intention de sa supérieure. Toi, Cilley, et tous les connards du Consortium. J'ai pas de chef, Lion, lança-t-elle ensuite en direction du Lord. Je fais ça pour la thune et je peux les lâcher aussi vite que je les ai rejoints. Mais t'as raison, j'ai plus rien à faire ici, ils peuvent bien tous se faire bouffer par plus gros qu'eux. C'est toujours comme ça que ça se passe, de toute façon... Finit-elle entre ses dents. »

Sur ce, elle battit des ailes dans une direction définie et disparut derrière la cime des arbres en compagnie de son étrange oiseau de proie. Au même moment plusieurs cris retentissaient dans la forêt suivis immédiatement de rugissements reptiliens. Certains des hommes de Wayem Cilley venaient probablement de croiser un ou deux carnivores. Vladimir, en grognant, tenta de se mettre sur le dos. Grani se posa sur son torse, le regardant d'un air peiné. Le souffle du jeune homme était saccadé, entrecoupé de bruits primitifs. Il était comme un mammifère en état critique, son sang se répandait dans l'herbe et sur la terre depuis sa cuisse.

Et alors même qu'il pensait ne plus avoir à se préoccuper de son intégrité physique, un groupe de trois vélociraptors jaillit des fourrés. Chacune de leur mâchoire était entourée d'un filet de sang, et l'un d'entre eux, manifestement le leader au regard de sa morphologie plus imposante, s'avança de quelques pas en mâchouillant un morceau de chair, avant de cracher ce qui ressemblait à la bandoulière caractéristique des membres du groupe de Wayem Cilley. Vlad poussa un grognement qui ressembla sur le moment à un soupir de basse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maahes
♦ Le Lion Juste ♦
♦ Le Lion Juste ♦
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'aura
Points de Puissance : 30 875 points
Points de Réputation : 35 800 points
Points du Membre : 97 points
Messages : 73

MessageSujet: Re: Des foulées dans la Plaine [Maahes]   Jeu 27 Oct - 15:09

Mes yeux dirigés vers la voix tonitruante de la voyageuse avec un oiseau, je me stoppais un instant face à la silhouette séparée en deux de Vladimir, l’une de ses jambes se trouvant à plusieurs mètres sur le côté. Ecarquillant mes yeux, mes lèvres s’entrouvrant légèrement, je laissais les paroles de la fille aux lames tomber dans mes oreilles sourdes, jusqu’à ce que je sente mon sang bouiller davantage alors que je serrais fermement le poing, un grognement montant lentement en puissance passant à travers mes crocs dévoilés tandis que je gardais miss Fox dans mon emprise, l’un de mes bras lui passant autour de la ceinture. Le Great-Rider était en grand danger, et c’était sous cette pensée que je fixais d’un regard meurtrier la jeune voyageuse tandis que mes pensées furent dîtes à voix haute, mon ton se voulant menaçant et froid.

▬ Je ne me répéterais pas, baisse les armes avant que je ne te les prenne de force, ton cœur avec !

La colère ainsi que la honte m’emparait, j’avais failli à ma promesse. Vladimir était gravement blessé alors qu’il était sous ma garde, il ne pouvait y avoir de plus grande peine pour mon cœur. Je ne pouvais qu’utiliser mes forces restantes pour sauver mon nouvel ami, même si pour cela j’étais prêt à sacrifier ma vie pour sécuriser la sienne. Je sentais la main de miss Fox se resserrait contre mon avant-bras, la voix fiévreuse de cette dernière me suppliant de ne pas agir : « Arrête, elle n’attaquera plus, ne lui fait pas de mal… » Fronçant les sourcils, j’essayais de comprendre qu’est-ce qui pouvait bien la pousser à dire ça. Néanmoins, la jeune voyageuse prit son envol et disparue de ma vue, ne laissant derrière elle qu’un Vladimir meurtrie ainsi qu’une miss Fox abandonnée. Qu’avons-nous gagné grâce à ce conflit ? Rien. Dans une seconde de réflexion, je pouvais sentir le corps faible de la voyageuse entre mes bras, une grande plaie se former dans mon cœur ainsi que la souffrance de Vladimir.

Soulevant dans mes bras la voyageuse, je commençais à m’approcher rapidement du Great-Rider car il avait besoin de soins ! Même si chaque voyageur voit ses blessures soignées à chaque début de soirée, une importante hémorragie pouvait toujours le tuer avant qu’il ne se réveille de son songe ! Empressant le pas, j’apercevais un Grani paniqué qui essayait de garder conscient l’invocateur de chevaux, tandis que je déposais à côté de lui miss Fox avant de poser un genou pour mieux analyser la blessure. Sa jambe fut nettement tranchée, il n’y a eu aucune hésitation. Face à cela je me mordais légèrement la lèvre, le résultat de mon échec étant finalement sous mes yeux. Sans perdre plus de temps je passais mes mains sur ce qu’il restait de la jambe de Vladimir, déchirant d’un coup sec le tissu de son pantalon avant de dégager la vue sur sa blessure. Dans le même mouvement je retirais les bandages que j’avais sur mon torse et je les utilisais afin de stopper l’hémorragie.

Au même moment plusieurs cris se firent entendre, un mélange de rugissements d’animaux et de cris d’agonis humains. Grinçant des dents je ne me laissais pas perturber par cela même si je gardais mes sens affutés, prêt à m’alerter du moindre danger s’approchant. Je ne pouvais imaginer la catastrophe de rencontrer un tyrannosaure ici et maintenant. Je n’étais même plus sûr de pouvoir protéger le voyageur même au péril de ma vie. Serrant d’un coup sec les bandages autour de sa blessure, je dissiper la sueur sur mon front avant de regarder Grani, un sourire apaisant sur mes lèvres.

▬ Sa vie n’est plus en danger, Grani. Tu m’entends Vladimir ? Tu vas vivre, je te le promets.

Je posais ma main sur le torse du jeune homme, sentant son cœur prêt à exploser, épris d’une panique inquiétante. J’inspirais profondément alors que j’essayais d’utiliser mon aura bienveillante pour calmer le voyageur en proie à la douleur. Je l’accompagnais dans sa peine, j’essayais de l’aider à la surmonter… Jusqu’à ce que mon oreille ainsi que mon odorat réagisse à l’approche d’un groupe inconnu. Me redressant rapidement, je fixais férocement les reptiles qui se montraient, empestant l’odeur du sang. Ils avaient probablement décimé les autres voyageurs ayant pris la fuite. Serrant le poing, je regardais Grani en lui ordonnant d’une voix ferme :

▬ Reste concentré Grani ! Protège-les jusqu’à ce que j’en ai finis ! Je n’autoriserais pas la mort d’un autre voyageur sous mes yeux !

Je finissais ma phrase sur un bond rapide et véloce alors que je fonçais en direction des vélociraptors. Les trois réptiles se mirent en position alors qu’ils attendaient ma venue, prêts à répliquer à la moindre attaque. C’est en me stoppant net devant eux que j’inspirais profondément avant de pousser un puissant rugissement, les faisant reculer sur plusieurs mètres rien qu’avec la force du souffle tandis que je serrais fermement le poing. Ma concentration était totale et mon dévouement était au plus haut. Je n’échouerais pas. C’est dans cette pensée que je me propulsais davantage vers l’avant, à la poursuite des adversaires qui se remettaient de mon assaut. J’approchais tel un rapace sur le premier afin de le frapper avec puissance sur le flanc, mon poing illuminé par la force de Némée l’envoyant s’empaler contre la solide branche d’un arbre. Un ennemi en moins, je me préparais à m’en prendre aux deux autres.

Même si je vis l’ombre du deuxième me bondir dessus afin de le bloquer au sol, ses deux pattes lourdes plaquant mes deux bras par terre alors que j’évitais d’un mouvement de la tête un coup de mâchoire de la bête. J’étais davantage horrifié par le fait que je voyais le plus gros d’entre eux foncer dans la direction de Vladimir et de miss Fox, les voyageurs totalement sans défense ! Dans un puissant râle je poussais un dernier cri d’appel, implorant ma race de venir en aide aux plus démunis ! Une soudaine explosion fit voler en miettes la tête du vélociraptor m’ayant piégé dans ses pattes, ne laissant derrière elle que la carcasse fumante de la bête. D’un rapide coup d’œil je voyais le fameux Wayem Cilley qui tremblait de ses jambes, le bout de ses doigts encore fumant. Il venait de me venir en aide ! Mais pourquoi moi ? Les deux autres étaient bien plus en dangers que moi ! …

C’était ce que je pensais jusqu’à ce que j’aperçoive une ombre familière passait au-dessus de moi, à la poursuite du chef des reptiles tout en poussant un puissant cri intimidant. Ayant le souffle court, j’étais étendu par terre alors que je souriais, apaisé et laissant un rire traversait ma gorge.

▬ Hahaha… Mon appel a été répondu…
▬ Vous allez bien monsieur ?! Sans votre ami je serais mort depuis bien longtemps !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vladimir Icarus
Soleil
Soleil
avatar

Surnom : Le "Great-Rider"
Pouvoir : Invocateur de Chevaux
Points de Puissance : 24 500 points
Points de Réputation : 27 000 points
Points du Membre : 277 points
Double Compte : Lysandre Videl
Messages : 165

MessageSujet: Re: Des foulées dans la Plaine [Maahes]   Ven 28 Oct - 11:22



La présence rassurante de Maahes à ses côtés fut pour Vladimir comme un phare de bienveillance au milieu d'une tempête de souffrance. Le Lion lui disait quelque chose tout en lui arrachant un cri de douleur alors qu'il enserrait la jambe coupée d'une sorte de garrot. Le Great-Rider avait de moins en moins conscience de ce qui se passait autour de lui, la vision de son unique œil embuée d'un voile humide. Et puis, il y eut l'arrivée du groupe de raptors. Le jeune homme eut un mouvement du bras fébrile pour tenter de retenir Maahes alors que ce dernier bondissait pour les protéger, lui et miss Fox. En vain, puisque le geste fut si faible qu'il n'était lui-même pas sûr d'y être arrivé.

Vlad perçut des bruits d'affrontement, sentit Grani trotter sur son thorax comme pour lui faire un massage cardiaque, puis une détonation retentit et la voix de Wayem Cilley perça le trouble sensoriel du jeune homme à la suite d'un rugissement de fauve. L'Invocateur de Chevaux n'avait pas les idées suffisamment claires pour comprendre exactement ce qui venait de se produire, de même qu'il n'était pas dans la meilleure des positions pour regarder quoi que ce soit.

« Le chaton est courageux, fit la voix faiblarde de miss Fox à côté de lui.
- Pourquoi... tu fais ça... ? Sortit difficilement Vladimir.
- Je n'ai pas le choix, petit bébé. »

A ce moment, il y eut un violent choc frontal juste à côté d'eux. Vladimir tourna la tête de telle sorte que son œil puisse voir ce qui se passait. Le tigre venait de rentrer à toute vitesse dans le leader vélociraptor, démarrant immédiatement un ballet de cris reptiliens et de rugissements félins, de coups de griffes et de crocs. Ils roulaient tous les deux dans l'herbe et la terre au cours d'un combat très sauvage, très brutal. Le duel entre Maahes et miss Fox avait littéralement subjugué le jeune homme, mais ce spectacle primitif retint tout autant son attention. Il y avait dans ces échanges violents un certain dialogue de la nature, une relation intelligible que les animaux comprenaient parfaitement. Le fauve et le dinosaure visaient chacun les points mous, les zones vitales de l'autre, se retirant l'un après l'autre à l'ultime moment fatal avec la précision instinctive du prédateur. C'était une danse mortelle, un moment brut de réalité comme jamais le monde réel n'aurait pu en offrir à Vladimir.

Bouche bée, il regarda les deux bêtes s'arrêter après de longues minutes de statu quo, pour commencer à se tourner autour sans jamais se lâcher du regard. Tous les deux étaient couverts d'entailles et de plaies sur toute la surface du corps, rien qui ne soit indispensable à la survie n'ayant été épargné. A l'évidence, le leader raptor rencontrait pour la première fois un autre carnivore d'envergure équivalente capable de lui tenir tête. Ils échangèrent encore quelques sifflements, quelques feulements, et le dinosaure finit par tourner les talons et disparaître dans la forêt. Campant sur ses positions, la monture de Maahes demeura devant les deux Voyageurs pour les protéger d'un éventuel retour.

Wayem Cilley se précipita au chevet de miss Fox et s'agenouilla devant elle, dégainant des bandages et des produits de sa bandoulière d'explorateur. Il sembla chercher des plaies ouvertes sur la surface visible du corps mais comme il n'en trouvait pas, il commença à paniquer.

« Hé, fit Grani d'une voix bourrue, la moustache ! Applique un peu de tes trucs sur Vlad, j'crois qu'il en a plus besoin qu'elle.
- Maahes... ? Demanda le jeune homme.
- Il est là-bas, il arrive et il va pas trop mal je crois, répondit son Guide avant de s'adresser de nouveau à Cilley. J'ai pas bien suivi ce qui s'est passé mais je crois qu'elle s'est pris un méchant coup dans les côtes. Rien que vous pouvez arranger avec vos babioles. Elle va pas mourir, c'est pas mortel. »

Wayem Cilley sembla jeta successivement des coups d'oeil sur les Voyageur blessés, puis sur Maahes, et enfin sur le tigre à qui il devait la vie. Puis il émit un soupir résigné et s'approcha de Vladimir, commençant à l'examiner.

« Je t'avais bien dit que l'endroit n'était pas tranquille pour un gars de ton niveau, lança Grani alors que le braconnier entreprenait de compléter les premiers secours apportés par Maahes. Et je parlais même pas d'autre chose que les dinosaures. J'aurais jamais imaginé qu'on tomberait sur des Voyageurs aussi nombreux.
- C'était une chouette... aventure.
- Regarde l'état dans lequel tu te trouves !
- Où est passée Birdie ? Intervint Cilley.
- Elle s'est enfuie, répondit miss Fox de sa petite voix. Je dirai au Consortium qu'elle a rempli sa mission et qu'elle n'a pas souhaité continuer avec nous.
- Je ne pensais pas que vous vous seriez attachée à cette petite à ce point, miss Fox.
- C'est quoi... le Consortium ?
- Vous vous doutez bien qu'on a des employeurs, jeune homme. Vous n'avez pas besoin d'en savoir plus, et je dis ça pour votre bien. Nous en sommes là ce soir parce que vous avez voulu jouer les justiciers. Contemplez le résultat. Vous en avez assez fait.
- Ne faites plus ce que vous faites.
- Pardon ? Fit le moustachu en s'arrêtant un moment de soigner le jeune homme.
- Vous pouvez faire mieux que ça... Je sais pas... Faites de la vraie archéologie, ou organisez des safaris...
- Ce n'est pas si facile d'abandonner nos fonctions, répondit l'explorateur en retournant à l'ouvrage. Les gens du Consortium ne sont pas si... complaisants avec leur employés. D'ailleurs je doute qu'ils en resteront là avec Birdie, miss Fox. »

Vladimir se tut. Il regarda Grani d'un air interrogateur, mais manifestement le petit cheval de trait volant n'avait pas la moindre idée de ce que pouvait bien être ce fameux "Consortium". Le Great-Rider esquissa une grimace et reporta son attention sur Maahes, qui se trouvait désormais non loin de là.

« Merci Maahes. Je suis désolé de t'avoir entraîné là-dedans et de ne pas avoir pu t'aider plus que ça. Tu n'avais pas à te battre pour moi. »

Il s'arrêta alors de parler pour économiser son souffle. Cilley versa une sorte de désinfectant sur sa jambe ouverte, et le jeune homme dut mordre jusqu'au sang dans son poing pour s'éviter de hurler. La sueur se mélangeant au sang dans ses cheveux, il semblait que sa tignasse était encore plus flamboyante qu'à l'accoutumée. Lentement, sous la douleur, il se sentit dériver, et tandis que ses yeux se révulsaient sous ses paupières, il laissa ses pensées dériver sur Liseron et ses oiseaux, se demandant ce qu'avait bien pu traverser la jeune fille pour être si terre-à-terre et si amère. Au fond de lui, il se doutait qu'il entendrait encore parler du Consortium.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maahes
♦ Le Lion Juste ♦
♦ Le Lion Juste ♦
avatar

Pouvoir : Contrôle de l'aura
Points de Puissance : 30 875 points
Points de Réputation : 35 800 points
Points du Membre : 97 points
Messages : 73

MessageSujet: Re: Des foulées dans la Plaine [Maahes]   Ven 28 Oct - 15:38

Reprenant délicatement mon souffle, je sentais les mains de Wayem passer autour de mon bras afin de m’aider à me redresser. Une fois sur mes deux pieds je regardais le combat farouche entre mon ami léopard et le reptile assoiffé de sang. La brutalité ainsi que la réactivité des bêtes me rappelaient une sombre période, à la Tanière des Lions. Au-delà du combat il y avait la survie, et qui disait survivre disait qu’il fallait massacrer son adversaire pour en faire son repas, et ainsi repartir pour une nouvelle journée. A survivre. Alors que les secondes semblaient interminables tandis que les créatures se jaugeaient du regard, le vélociraptor décidait de repartir la gueule vide, s’enfuyant en direction des fourrées. Il comprit rapidement qu’il n’aurait rien à gagner dans ce conflit, il risquait même de perdre plus. Se blesser dans un combat futile pouvait signer son arrêt de mort plus tard s’il venait à rencontrer un adversaire qu’il ne pouvait fuir.

Le voyageur à la moustache n’hésita pas à me lâcher afin de rejoindre le chevet de miss Fox ainsi que celui de Vladimir. Il semblait équipé d’outils médicaux, quelle joie. Je le voyais appliquer les premiers secours au voyageur roux, traitant les autres blessures qu’il possédait tout en passant plusieurs bandages, notamment sur son œil manquant. D’un regard attentionné je m’approchais du groupe, allant tout d’abord vers mon compagnon de route qui venait à s’asseoir par terre, léchant les quelques entailles qu’il avait reçu sur ses pattes. Passant ma main sur son pelage, je caressais sa tête en le félicitant pour ses actes. J’étais réellement heureux d’avoir à mes côtés un tel camarade. Tournant ma tête en direction du groupe de voyageurs, j’écoutais d’une oreille attentive ce qu’ils disaient, réfléchissant un instant sur les quelques mots qui ressortaient : Consortium, employeurs, justiciers…

Alors que j’approchais d’un pas lent, j’entendais la voix de Vladimir qui venait à s’excuser pour ce qui venait de se passer ce soir. Par réflexe je venais à serrer le poing, d’amertume, n’arrivant pas à me pardonner pour l’erreur que j’avais pu commettre. L’état du Great-Rider était la preuve de mon échec, alors je ne pouvais accepter ce qu’il venait de dire. Inspirant profondément, je fermais les yeux avant de les rouvrir, souriant brièvement.

▬ Vladimir, tu es encore un jeune voyageur. Aujourd’hui tu auras appris que ni ces voyageurs, ni toi, ni moi-même ne sommes libres du côté sombre de Dreamland. Garde cette douleur au plus profond de ton cœur, qu’elle te serve de leçon pour l’avenir. Elle est la conséquence de tes actes, à présent tu dois te montrer fort et ne jamais regretter les choix que tu fais. Deviens responsable des douleurs que tu t’infliges ainsi que celles que tu infliges aux autres, ce n’est qu’ainsi que tu en ressortiras grandi et fier. Fier de toi, et de tes choix.

Un long silence s’installait alors que chacun de mes mots se gravaient dans l’esprit des voyageurs, pas seulement pour Vladimir mais également pour Wayem et miss Fox. Dans cette prière silencieuse, je laissais la conscience du Great-Rider s’obscurcir avant de tourner lentement mon regard vers les braconniers, mon expression se voulant plus dure et froide.

▬ Savez-vous qui je suis, voyageurs ?
▬ … Oui, vous êtes le nouveau Lord du Royaume des chats, Maahes.
▬ Et c’est en connaissance de cause que vous avez décidé de vous opposer à mon ami sous ma tutelle. Vous connaissez les risques, ainsi que les conséquences.
▬ J’en prends l’entière responsabilité, disait miss Fox en essayant de se relever, ces hommes étaient sous mon commandement, je serais la seule à être punie !
▬ Voyageuse, un chef peut être pris pour responsable d’un échec, mais personne n’est libre d’échapper aux conséquences de ses propres choix.

Mon ton se voulait lourd et sérieux, tandis que j’avais décidé de ressembler à un véritable bourreau à leurs yeux. Wayem se penchait légèrement à l’arrière alors qu’il serrait le poing, ne semblant pas trouver les bons mots pour se sortir d’une telle situation. Je les observais en restant depuis ma position supérieure, les regardant de haut tandis que mon visage neutre exprimait une indifférence inquiétante à leur égard. Grani n’osait pas parler, comprenant que sa place de Guide pour Vladimir ne lui permettait pas de rajouter quelque chose. Peut-être était-il lui aussi inquiet par mes origines, ayant déjà entendu parler de la Tanière des Lions. Silencieusement j’observais les voyageurs, plusieurs pensées me traversant l’esprit jusqu’à ce que je finisse par soupirer, agitant ma main de droite à gauche.

▬ Nah, cela ne me ressemble pas de m’en prendre à des personnes blessées. Vous avez assez souffert pour ce soir, et je ne suis pas indifférent aux circonstances entourant votre travail…

La surprise venait laver le visage des deux braconniers, miss Fox ne pouvant s’empêcher de rire légèrement alors qu’elle toussait. Choqué, Wayem Cilley regardait la voyageuse avant de finir par souffler, comme si un poids venait de lui être retiré des épaules. Levant légèrement les yeux, j’observais le vent souffler dans une direction, faisant lentement bouger les feuilles des arbres tandis que je sentais la joue du léopard se caressait contre mon bras. Hochant la tête, je passais délicatement mes mains sur Vladimir pour le soulever avec attention et le déposait sur ma monture, avant de décider de prendre dans mes bras miss Fox qui semblait ne pas comprendre tant d’attentions. Je regardais le voyageur moustachu, reprenant un air plus sérieux.

▬ Nous sommes trop exposés ici, si nous voulons éviter le danger nous devons nous déplacer. Mon compagnon et moi-même nous allons nous assurer de vous guider en-dehors de cette dangereuse forêt.
▬ J’irais là où tu m’emmèneras, mon prince ♥

Toussotant assez fort afin d’ignorer le commentaire de miss Fox, nous entamions la marche à travers les bois. Gardant nos sens en alerte, le léopard et moi-même surveillons les alentours de sorte à ne pas être pris par revers par de nouveaux reptiles. Néanmoins mon attention se posait sur Wayem et miss Fox.

▬ Le jeune Vladimir n’a pas besoin de se mettre en danger, mais je ne peux me permettre de fermer les yeux sur ce qu’il s’est passé ce soir. Miss Fox, vous m’avez demandé si j’avais entendu parler de vous et de vos activités. Loin de moi l’idée de vous décevoir mais je n’ai jamais entendu parler de vos mouvements, que faites-vous précisément ?
▬ Eh bien, c’est que…
▬ Les larbins. On nous donne des missions avec un cahier des charges précis, et on se contente d’agir. Cela ne va pas plus loin.
▬ Miss Fox ! On ne peut pas se permettre d’impliquer plus de monde que cela ! Souvenez-vous de ce qu’il s’est passé pour Birdie et ses…
▬ Justement Wayem ! C’est de notre faute si Birdie a fini par complètement détester Dreamland et les créatures qui y vivent. Elle se cache derrière des réalités comme quoi les voyageurs sont destinés à prouver qu’ils sont les plus forts mais je sais qu’au fond cette petite souffre encore !...

Wayem n’osa pas répondre, préférant détourner lentement le regard alors qu’il semblait plonger dans une douce mais douloureuse culpabilité. Beaucoup de choses semblaient lier ces voyageurs, mais au vu de leur aura j’avais bien peur que ces liens ne soient pas les meilleurs…

▬ Je ne sais pas ce qu’il s’est passé entre vous et cette enfant, mais le fait est que vous souhaitez la protéger du Consortium. Qui sont vos employeurs ? Quel est leur but ?
▬ Nous ne travaillons qu’avec des intermédiaires, on n’a jamais vu ceux qui donnent les ordres dans l’ombre. Cela a beau faire des années que je travaille avec eux, j’ai à peine des informations sur qui ils sont vraiment ou ce qu’ils recherchent.
▬ Vous devez bien avoir une idée, non ?
▬ … Le Royaume des chats.

J’arrêtais ma progression, me tournant rapidement vers Wayem qui avait enfin décidé de parler de nouveau. J’ouvrais grand les yeux alors que la surprise et l’incompréhension se lisait sur mon visage. Le voyageur déglutinait avant de poursuivre :

▬ Je sais de sources sûrs que l’un des membres du Consortium se cache au Royaume des Chats, il paraît même que c’est une figure très importante.
▬ Son nom ? Quelle est sa fonction ? Où précisément ? Est-il dans la capitale ?
▬ Je ne sais pas ! C’est déjà un miracle que j’en sache autant ! Et une folie que j’accepte d’en parler !
▬ Je pense qu’on lui doit bien ça, après tout il nous a sauvés la vie…

Doucement je sentis la lumière du soleil se posait sur ma joue, indiquant que nous approchions enfin de la sortie des bois. Jetant un coup d’œil sur le côté, je fus surpris mais apaisé de voir que Vladimir avait disparu. Il devait s’être réveillé dans son monde, signe qu’il allait pouvoir encore profiter de Dreamland. Alors que j’avais ma garde baissée je sentis les douces lèvres de miss Fox se posait contre ma joue alors qu’elle souriait comme une enfant, m’adressant un clin d’œil des plus captivant.

▬ Je n’oublierais pas ce que tu as fais pour nous trésor !

Elle disparaissait soudainement de mes bras, au même titre que Vladimir. Je n’avais même pas eu le temps de réagir, bien qu’un sourire se dessiner naturellement sur mon visage alors que je soupirais, exaspéré par le caractère des plus singuliers de la voyageuse. Wayem était encore présent, il me fixant avec un regard inquiet. Je savais ce qu’il allait dire, je lui répondais avant même qu’il ne pose la question.

▬ Wayem, en tant que Lord je ne vous poursuivrais pas pour ce que vous avez fait ici. Si je souhaite changer les choses, c’est vers les racines que je dois me tourner. Si vous souhaitez mettre fin à votre situation compliquée, miss Fox et vous-même êtes les bienvenus au temple du Chat combattant. J’attendrais.

Pas de réponse, seul le « pouf » d’une disparition en un instant. Les voyageurs étaient tous impolis dans un sens, même si on ne pouvait le leur reprocher. M’étirant les bras, je baillais tandis que je sentais mon compagnon me griffer l’arrière du dos.

▬ Tu as raison, rentrons chez nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des foulées dans la Plaine [Maahes]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des foulées dans la Plaine [Maahes]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» #. Le hurlement du vent dans la plaine
» Eclats de la plaine exaltée
» Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne
» Une petite détente est la bienvenue dans la plaine!
» [s1] La petite cathédrale dans la plaine de schiste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dream Land Infinity RPG :: RP :: Première Zone :: Plaines Anciennes-
Sauter vers: