AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un sacré chantier [Quête Joy killamnajiro]

Aller en bas 
AuteurMessage
Game Master
D comme Dieu!
D comme Dieu!
avatar

Surnom : Dieu ou Maitre
Pouvoir : Modérer, kicker, administer et tout et tout quoi
Points de Puissance : 100 000 Points
Points de Réputation : 100 000 Points
Points du Membre : Over 9 000 !!!
Messages : 986

MessageSujet: Un sacré chantier [Quête Joy killamnajiro]   Lun 2 Mai - 22:34

Les chantiers de la 24° ligne de métro n'avancent pas et c'est assez problématique. Bah oui, vous croyiez quoi ? Que le métro apparaissait comme ça ?! bah oui et nan en fait. t'as des lignes qui apparaissent ou disparaissent sans raison apparentes mais d'autres sont parfois créés sur l'initiative de créatures. ça fait d'ailleurs le bonheur de royaumes comme celui des chantiers et autres royaumes industriels qui participent de prêt ou de loin à la création de ces lignes de métro. La création de ces lignes fait l'objet de nombreux enjeux. Du tracé des lignes peut décidé l'avenir d'un royaume. C'est le seigneur des chantiers qui avait commandé la construction de cette ligne 24 d'ailleurs et le tracé avait été négocié avec certains seigneurs qui avaient fait des propositions alléchantes pour que le tracé leur soit plus favorable en retour. Et là, ça faisait un très long moment que les travaux n'avaient pas avancés. En fait, le chantier se tapait la poisse, malchance et accidents arrivaient à la chaine et à force, les seigneurs qui avaient donnés de leur personne pour un tracé favorable commençaient sévèrement à s'impatienter. Le seigneur des chantiers mit alors un p'tit coup de pression à ses minions qui travaillaient sur les chantiers.

C'est la raison pour laquelle ce chantier avait décidé de prendre des voyageurs en suppléments. Autant prendre la main d’œuvre où on peut. Un certain Joy killamanjiro faisait partie de ces travailleurs recrutés. Qu'est ce qui l'avait attiré à participer ? alors là aucune putain d'idée, ce sera à lui de vous le dire ça. Tout ça pour dire que son pouvoir intéressait énormément le chef de chantier vers qui il avait dû se présenter pour sa première nuit de travail. Une créature qui contre toute attente n'arborait pas du tout les atours du parfait chef de chantier. un bonhomme avec une barbe de quelques jours un peu ventripotent avec un casque de chantier en train d’aboyer des ordres à des ouvriers. Nan, là on avait droit à une gamine blonde en train de regarder les plans du tracé du métro dans son bureau mobile qui avançait à mesure que les travaux progressaient. Elle discutait de détails techniques avec ses collaborateurs quand on vint lui présenter les différents nouveaux ouvriers. Elle parlait d'un ton autoritaire en assignant chacun à un poste jusqu'à arriver à Joy.

- Toi je te reconnais, tu es le matheu c'est ça ?! Tu va pouvoir nous aider je pense ! C'est toujours pratique un matheu pour les tracés. Quand on crée des lignes de métro, des fois un petit décalage et paf à l'arrivé on est 3km plus loin que prévu.

Elle lui fit signe de s'approcher des plans. Elle désigne une carte de dreamland, incomplète forcément avec le tracé de la nouvelle ligne de métro.

- tu vois là... le tracé passe par la forêt des rêves! c'est là que c'est délicat par ce qu'on a pris énormément de retard et on a pas encore pu faire nos relevés. J'aimerais que tu prenne un peu d'avance sur les travaux et que tu fasse ces relevés pour nous. Genre la pente, l'état du terrain etc. ça devrait être dans tes cordes. Le tout de façon à ce que tu choisisse le tracé qui dévie le moins possible du tracé initiale par ce qu'un détour de 10 , ça se fait sur 3km de ligne. Tu vois ?!

Elle lui donne une copie des plans ainsi qu'une liste des détails qu'il fallait prendre en compte genre la pente du terrain, l'humidité du sol etc etc. Bref, cette nuit s'annonçait pas méga passionnante. Mais alors qu'il allait sortir du bureau en préfabriqué Joy entendit un bruit assourdissant d'alarme et de gens en panique. Il sortit rapidement et découvrit qu'une des grues du chantier menaçait de s'écraser au beau milieu du chantier, là où travaillaient une bonne trentaine d'ouvriers.

- Bordel encore un accident mais qu'est ce qu'ils m'ont encore foutu ?!

Vociféra la blondinette d'un aplomb assez bourrin, digne d'un bon buveur de bière ! Et vous avez rien vu ! imaginez-la en train de se faie une botte ! là c'est autre chose ! En tous cas, elle beuglait ses ordres pour essayer de limiter les dégâts. Joy pouvait voire les ouvriers détaller des lieux alors qu'on voyait le grutier sur le point de tomber de sa grue qui menaçait de s'effondrer d'un instant à l'autre. Bordel ! ça commençait bien au final cette nuit ! En effet ils ont la poisse sur ce chantier ! En fait, je suis pas persuadé que tu t'ennuie cette nuit en fait mon p'tit pote !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dream-land.forumactif.org
Joy Killamanjiro
Indiana Joy
Indiana Joy
avatar

Pouvoir : contrôleur des chiffres
Points de Puissance : 40 650 points
Points de Réputation : 56 500 points
Points du Membre : 741 points
Double Compte : Diavolo Mayor
Messages : 691

MessageSujet: Re: Un sacré chantier [Quête Joy killamnajiro]   Mar 3 Mai - 9:02

Tout avait débuté dans une sorte de troquet plus ou moins bien famé du Royaume du Flamenco, Tango Kingdom. Le petit Joy était en train de siroter un cocktail local, une sorte de Rhum Brasero Caliente qui dansait sous le palais comme une andalouse tapant du pied un soir de canicule, quand on ne peut pas aller dormir tant la Lune remplace le soleil, et tant la femme qui danse nous envoûte jusqu'à rivaliser avec Morphée, le temps d'une nuit hors de tous les climats connus. Faut dire qu'avec sa consommation d'alcool dans le monde réel, il pouvait bien se permettre un peu de tourisme œnologue, presque professionnel s'il n'avait pas déjà fini par terre dans ce Royaume, à force de découvertes...Ce soir là, ç'avait été différent, car un type était en train de lire les cartons toujours à l'entrée des bars, pubs ou invitations qui d'habitude n'intéressaient guère le voyageur. Et le gars était venu directement vers lui, moyennant quelques titubements.


- Hey toi le gosse, t'es voyageur ?
- Ça se pourrait !
- Ça te dirait de bosser pour un chantier ?
- Heu, non ?
- Tiens mate ça ! Ils cherchent des mecs comme toi pour finir le chantier du métro d'une ligne...! Si tu y vas, dis-leur que tu y vas de la part de Melchior O'Gardo ! Ouep, j'le dis comme j'le pense !
- C'est courageux de le dire alors, Memel !
- Hééé vazyyyy, comment tu connais mon surnom ?
- C'est pas toi qui as son visage placardé avec un avis de recherche, pour deux additions non payées aux restaurants de Tango Kingdom ?
- C'est heu mon frère jumeau !
- Ouais ouais...


La suite relevait d'une autre histoire, un peu moins passionnante que prévu. Sortant du Palais de la Reine des Pieds Fous, Evita Primavera, Joy fouilla sa poche pour chercher son briquet pour allumer son clope, et retrouva le dépliant de recrutement. Il n'avait encore que peu emprunté le métro de Dreamland...ses frères et sœurs lui en avaient parlé assez longuement, mis en garde, prévenu, et sa mère lui avait défendu de s'y rendre, en raison des nombreux combats de type mortel qui s'y déroulaient chaque nuit. Mais enfin, un chantier, c'était radicalement différent, et puis, réflexion faite, ce serait toujours intéressant de voir comment des créatures pouvaient travailler dans Dreamland. Explorer, faire des combats, boire des canons et chiller, c'était cool, mais des gens travaillaient dur à côté...il était temps d'apporter une contribution concrètement utile à la société des rêves, non ?

Il en avait parlé à sa mère le soir, avant de rejoindre le chantier.


- Mum, un chantier de métro, ça peut être sympa ou non ?
- Finis tes études d'abord mon lapin.
- J'veux dire dans Dreamland...
- Ah. Ah...pourquoi tu irais là-bas ?
- Ben, j'me dis que ce serait bien...d'aider un peu les gens à construire un truc. Un truc important, utile. Enfin j'sais pas, je me dis qu'on voyage un peu comme des connards et...
- Pas d'insultes à la maison, Joyou !
- Oui pardon. Je me dis qu'on profite un peu trop de ce monde pour faire n'importe quoi, mais ce métro, ça pourrait réellement aider des gens. Je me dis que...
- Tu veux gâcher ton pouvoir à construire un métro ?
- Si j'arrive à aider les gens sur place, ce ne sera pas gâché...
- Tu es le premier de mes enfants à me dire ça.
- Les autres sont occupés à rechercher le voyageur killer, tu le sais bien.
- Oui mais...bon, je dois te surveiller ?
- Non, je ne pense pas. Je viens juste demander ton avis sur la question.
- Je pense que tu leur seras très utile, sweetheart.


Devant le sourire de sa mère, Joy fut rasséréné  et s'endormit rapidement pour rejoindre le chantier. Sur place, arborant un t-shirt "Toujours à l'heure", il alla voir des ouvriers qui s'affairaient à préparer la nourriture, d'autres repassaient leurs uniformes, une troupe regardait un autre montrer un produit miracle pour nettoyer le casque de protection, et deux gusses jouaient aux cartes sur les rails...Il alla voir le chef de chantier, ou plutôt la cheffe de chantier. Une gamine blonde qui regardait les plans, énergique et autoritaire. Étrange, certes, mais pas improbable dans Dreamland. Il haussa un sourcil quand elle lui parla du tracé décalé, mais la suivit pour zieuter les plans prévus. Le tracé passait par la Forêt des Rêves, dans sa logique ça sous-entendait déforestation et ligne droite optimale, pour commencer. Il écouta attentivement les ordres et prit tout ce qu'il fallait pour aller bosser. C'était davantage une étude topographique qu'un travail mathématique, mais Joy irait vite...

Il commença par réfléchir en activant son pouvoir, et déroula les cartes devant ses yeux sur une table du bureau en préfabriqué. Tout d'abord, les échelles des cartes. Ensuite, les indications de terrains, théoriquement, devaient être inscrites. Montées, descentes, tout devait être signalé. Ah, pas sur ces cartes. On avait donc une société de tocards qui bossait sur le chantier, qu'on se le dise ! Il faudrait conjuguer les mathématiques, la géographie physique et la géologie donc, et de manière empirique. De la planimétrie, enfin, et bien sûr du dessin...Il était en train de réfléchir quand il sentit une présence à côté de lui. Un homme, une créature, bien sapé, moustache grise, chapeau melon.


- C'est toi le matheux qui va refaire le tracé ? Mes plans sont parfaits, t'as rien à faire !
- Et vous êtes ?
- Henri de Cordellier, géomètre, géologue et champion de mots fléchés. Et vous ?
- Joy Killamanjiro, surfeur amateur.
- Enchanté. Enfin, en chantier ahahaha.
- Ah ah...
- Oui bon, bref, mes plans sont parfaits, vous êtes tranquille, vous êtes planqué pour ce boulot ci mon vieux !
- Heu, la cheffe m'a dit qu'il fallait que je prenne de l'avance, et que je fasse un tracé logique et cohérent...j'veux dire, avec de vraies cartes...j'veux dire, avec de vrais...enfin des plus...enfin voilà...
- Comment, je me serais trompé ?
- Je ne dirais pas ça, exactement, mais je m'interroge sur l'interpolation.
- L'inter quoi ?
- L'interpolation...Vous savez ces courbes qui déterminent la physionomie de chaque terrain. De manière à trouver une exactitude par le graphique.
- OH LA VACHE ! TROP PUISSANT !
- Pardon ?
- J'ai rien capté, mais c'est fascinant !
- Et je vois que vous faites passer la ligne par des points élevés, quand la logique voudrait qu'on la construise sur le talweg.
- Le quoi ?
- Le talweg...c'est la ligne qui prend les points les plus bas d'une vallée. Selon les pentes, le relief, on peut suivre un ruisseau, une route facile d'accès...
- Waouh...trop fort...
- Bien sûr, tout ça en évitant et en signalant les cônes de déjection...
- C'est pas sale ça ?
- Comment ça ?
- Bah les déjections ?
- Ce sont les chutes de pierres qui roulent vers la vallée...
- Ah pardon, je me disais bien que j'avais pas capté.
- Mais vous savez comment vous devez travailler ou pas ? Parce que j'ai bouquiné un truc sur la topographie moi avant de venir.
- Ah bah moi on me demande de tracer des trucs, je trace des trucs. La forêt ça se rase.
- Je vois je vois ! Bon, on va essayer de faire un peu différemment, et d'éviter une deuxième déforestation amazonienne si vous le voulez bien...un terme à retenir : les normes classiques ! On ne va pas innover, surtout que je ne sais pas comment on bosse là-dessus moi !
- Waouh, trop classe...
- Okay, bon, je vais retourner voir la cheffe pour un petit détail...


Joy laissa le type les yeux en étoiles, et retourna gueuler à propos de son compère auprès de la gamine blonde. Pas possible de travailler en reprenant le travail d'un gars qui venait en mode touriste. Elle était dehors, juste devant le bureau, et Joy alla pour la rejoindre, quand un événement imprévu au bruit d'alarme le sortit de l'idée de la plainte professionnelle. Il regarda l'endroit concerné, et vit une grue qui menaçait de tomber. Une bonne métaphore de l'ensemble du chantier, pensa le jeune voyageur.

Le gamin s'avança, son pouvoir activé, et commença à formuler des soustractions et des divisions concernant le poids de la grue. Il gueula ses ordres comme s'il manœuvrait la grue au-dessus.



- Dix hommes pour la remettre debout. Elle est beaucoup plus légère, passez des cordes, amenez une échelle, je gère la masse de la machine, mais faites vite !


Tandis qu'il tendait les bras et jouait des mains pour mieux saisir toute la structure, il parlait à la cheffe du chantier qui l'observait, étonnée au possible. Les ouvriers étaient en train de remettre la grue en place, et le grutier respirait un peu mieux maintenant, même s'il restait quelques manœuvres à effectuer.  


- Cheffe heu...
- Rosaline. Je m'appelle Rosaline, bizut.
- Ce sera Joy, cheffe.
- Joy, merci pour le coup de main ! Quelque chose me dit que tu vas nous être utile toi, pas comme l'autre voyageur qui pouvait nous sortir des trampolines !
- Merci. Dites, je fais comment avec le géomètre qui bosse avec moi ?
- Quissa ?
- Henri de Cordellier.
- Lui ? Il est géomètre ? Je croyais qu'il gérait nos archives !
- Ah...je vois un peu mieux le problème alors...
- HENRI, ON T'A DIT D’ARRÊTER DE VOULOIR TOUT FAIRE !
- Okay, on en est là...
- Non mais c'est Henri...l'autre jour, il a dit aux autres qu'il conduirait le premier métro qui passerait par les voies qu'il a tracées.
- Vous le laissez faire ?
- Le dernier géomètre qui est allé dans la Forêt des Rêves n'est jamais revenu.
- Comment ça ?
- Évaporé. Puif ! Bon, on a bien retrouver des traces de sang, mais aucune du bonhomme.
- Euh...
- Allez, au boulot bizut Joy, on ne peut pas se permettre du prendre du retard !
- Euh...


C'est où qu'on peut démissionner ? Joy soupira, prit son attirail, et se dirigea vers la Forêt des Rêves, aux aguets, Henri de Cordellier sur les talons qui chantait des chansons scouts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Game Master
D comme Dieu!
D comme Dieu!
avatar

Surnom : Dieu ou Maitre
Pouvoir : Modérer, kicker, administer et tout et tout quoi
Points de Puissance : 100 000 Points
Points de Réputation : 100 000 Points
Points du Membre : Over 9 000 !!!
Messages : 986

MessageSujet: Re: Un sacré chantier [Quête Joy killamnajiro]   Dim 8 Mai - 23:05

Joy avait pu faire la connaissance de ce bon vieux Henri qui a la faucheuse tendance d'être touche à tout et du coup de faire des catastrophes. mais Joy se rendrait assez vite compte que c’est le cadet des soucis de ce chantier qui a accumulé depuis les derniers mois une poisse pas possible. A croire que le seigneur du hasard joue avec eux. A peine sortie du préfabriqué de la bosse, il pu constater que vraiment, un ou deux ouvriers pas très compétents était le cadre de ses emmerdes à ce chantier. Et puis même, les ouvriers pas qualifier, ça pouvait justement s'expliquer par l'accidentologie assez surprenante de ce chantier. Y a tellement d'emmerdes que les ouvriers tombent malade coup sur coup ou se blesse. résulta, la pauvre Rosaline n'a plus qu'une bande de boulets sous ses ordres. pigez qu'elle a les nerfs en pelote là. Elle était en train de hurler des ordres sur comment réagir à la crise en train d'arriver quand Joy intervint, jouant de son pouvoir pour diminuer la masse de la grue avant de dire que 10 hommes suffiraient à la redresser. Les hommes s'exécutèrent et purent sauver le grutier qui était HS pour la nuit vu la frousse qu'il s'était tapé. Au pire, la grue est hors d'état de fonctionner.  Joy parla alors à la patronne qui le remercia pour son coup de main avant de le congédier en lui disant de partir pour sa mission par ce qu'ils ont pas de temps à perdre.

Joy partit alors en direction de la forêt suivi par ce sacré casse-pied de henri qui était là comme s'il flanait simplement en promenade printanière à cueillir des fleurs des champs.

- Vous savez, à la base je suis botaniste ! Ensuite, comme je tenais un herbier, j'ai été embauché par la section botanique d'une citée bibliothèque de Wordsmen et de fil en aiguille, je suis devenu archiviste...


et blablablabla et blablablabla ! le mec il te raconte tout son CV. ah c'est peut être passionnant ! peut être que joy ça l'intéresse mais en tous cas moi, j'ai la flemme de l'écrire. je suis pas payé pour ça. je suis même pas payé tout court tant qu'on en parle ! Ils arrivèrent en lisière de la forêt. les tracés et des balises pour la voie du métro, par ce que ou, à Dreamland, il n'y a qu'une voie et non deux. Assez savoir comment ils font mais les métro de Dreamland ne se croisent jamais. peut être par ce que la moitié se font bouffer par des titans avant de pouvoir croiser d’autres rames.  En tous cas, le tracé s'enfonçait un peu jusqu'à la forêt et après quelques minutes de marche, ça s'arrêtait. Le tracé avait té fait par le géomètre et passait directement au travers de la forêt. Et ensuite, on voyait des marques farfelues. c'était la suite du tracé fait par Henri.

Joy pouvait à présent poser son materiel et commencer ses calcules pendant que Henri lui cueillait des fleurs des champs. tiens en parlant de fleurs des champs, elle est bien grosse celle sur laquelle il pose son nez pour sentir le doux parfum.

-Oh la belle plante ! sentez-moi ce fumet !

Oh c'est marrant la façon dont elle se ferme peu à peu sur la tête de Henri. un peu comme si c'était une plante carnivore ! Putain pour un botaniste il sait même pas repérer une putain de plante carnivore ?! Mais c'est un pure boulet ce type ! Joy laisse le crever, je crois que ce sera mieux comme ça !  en tous cas, si tu laisse faire, tu pourras voire que Henri se fait bien gentiment boulotter mais te connaissant tu vas pas laisser faire ça.

Par contre, si tu tourne le dos pour aller le sauver... Je suis dans l'obligation de te dire que... Oh le temps que tu sauve le pauvre Henri de la plante carnivore, ton matériel a disparu. Envolé, pouf! juste un tâche de sang ! Ce sera tout de suite un peu plus dure de faire les calcules sans ce matos par ce que certains sont trop complexes à faire sans, même pour un matheux comme toi. Bordel je t'explique pas le savon que tu vas te prendre quand tu diras que t'as perdu ton matos ! Par ce que la cheffe là, elle est au bord du nervous breakdown et je pense que ça lui dirait bien de se passer les nerfs sur le premier qui vient. Donc si t'arrive au mauvais moment et que tu lui annonce ça, y a des chances que tu t'en prenne plein la face. moi je serais toi, j'essaierais de retrouver le matos. Il a quand même pas pu s'envoler non ?! Oh et puis ça tombe bien ! si o est observateur, on peut facilement voire quelques traces comme si le matériel avait été trainé. Qui avait bien pu faire ça avec une vitesse mais surtout une discrétion pareil ? Par ce qu'il y a forcément quelqu'un derrière ça. ça a pas pu se faire par l'opération du saint esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dream-land.forumactif.org
Joy Killamanjiro
Indiana Joy
Indiana Joy
avatar

Pouvoir : contrôleur des chiffres
Points de Puissance : 40 650 points
Points de Réputation : 56 500 points
Points du Membre : 741 points
Double Compte : Diavolo Mayor
Messages : 691

MessageSujet: Re: Un sacré chantier [Quête Joy killamnajiro]   Mer 11 Mai - 8:17

Joy écoutait d'une oreille Henri ze boulet, de l'autre oreille surveillait les alentours. Un botaniste qui faisait des herbiers, c'était encore assez logique, mais vu le bonhomme, il devait surtout se questionner sur quel cahier prendre pour y poser ses quatre feuilles identiques...Cela étant, archiviste de Wordsmen, ça avait fait tilter Joy, puisqu'on parlait du Royaume des Mots, l'endroit où vivait Lili-Anne et sa famille. Il devrait y aller un jour, il le savait, mais peut-être qu'il pourrait prendre quelques informations de la part de ce bras cassé de Henri.


- Dis-moi, qu'est-ce que tu pourrais me dire sur Wordsmen, et sur la famille royale des Mots ?


Bon, le mec raconte le tout en détail, et les potins sur l'ancien Seigneur le grand-père de Lili-Anne, la mort mystérieuse de Pretoria, le retour du fil prodigue, le mariage avec une employée des plus efficaces, une certaine Lexie...et trois enfants, dont la dernière, Lili-Anne, héritière de la ville des poèmes, Ilyria. Au moins, le gusse était utile...Joy mit toutes ces informations dans le coin de sa tête, et supporta la suite du CV de Henri, un peu plus à l'écoute de ce qu'il disait.

Ils arrivèrent aux rails traversant la forêt, et au tracé effectué par Henri. Un coup d’œil suffit à Joy pour définir de manière précise et mathématique la qualité du travail du prétendu géomètre. Bullshit. De la merde en fer. Il posa tout son barda et commença à refaire les calculs pour un tracé optimal. Henri avait envoyé les rails tout droit vers un énorme séquoia, sans doute dans l'idée de le découper. Il remarquait par ailleurs que le chemin coupait une zone d'arbres très anciens, et des troncs à côté reposaient, coupés et tailladés dans tous les sens.

Tandis qu'il s'affairait à sauver le chemin de fer, Henri se prit de passions pour les fleurs locales. Sans faire attention à lui, Joy se mit à calculer le temps pour un tracé respectant l'endroit, un tracé coupant les arbres, et un tracé plus ou moins souterrain. Avec un maximum de sécurité, il vit que le chantier pourrait faire un tracé rectiligne ou presque en coupant uniquement une douzaine d'arbres - ou en les replantant ailleurs. Créer des zones de verdures sur le bord des voies étaient possibles. Mais des virages étaient impossibles : éviter un arbre, c'était la porte ouverte pour tous les éviter, et le métro ne tiendrait pas. L'autre possibilité était un tunnel sous la Forêt des Rêves...mais c'était une dépense supplémentaire, et un besoin de main d'oeuvre qualifiée.

Il entendit soudainement un déglutissement, et vit les jambes de Henri dans la gueule d'une plante carnivore. Il n'était pas botaniste ce gusse en principe ? Comment il n'a pas pu reconnaître une putain de plante qui lui bouffe la tronche ? Bon, c'est clair qu'il relevait davantage du fumiste que du spécialiste, mais tout de même ! La plante est verte et rouge, avec des dents et tout. Tu ne fais pas plus reconnaissable ! Joy lança une pyramide de bois dans les airs, et la fit tournoyer pour trancher la tige de la plante, qui tomba au sol en relâchant le pauvre Henri qui était en train de se faire dévorer par des sucs gastriques végétaux.



- Ça va vieux ? J'crois que vous devriez rester près de moi, la nature n'accepte pas les gens comme vous, vous savez...
- Vous êtes mon sauveur, j'écrirai un article sur vous ! Car je suis aussi journaliste et éditorialiste vous savez !
- C'est rassurant de savoir qu'il y a des métiers pour les gens comme vous.


Joy, petit sourire moqueur sur le coin de la bouche, se retourna, et resta quelques instants bloqué. Puif, tout le matos avait disparu le temps de sauver l'autre incapable de la plante. Joy observa la zone et commença à réfléchir aux conséquences d'une telle disparition. La patronne serait furax...cela voulait aussi dire que quelqu'un ou quelque chose empêchait volontairement ou non la poursuite des opérations. Qu'il y avait une opposition, ou juste une volonté de nuire. Il était trop tôt pour trancher, mais cela valait la peine d'enquêter, avant de revenir bredouille au chantier pour se faire sermonner. Soudain, Henri le sortit de ses pensées.


- Hé le jeune, regardez-moi ça ! C'est-y pas étrange ?


Joy s'approcha de la zone indiquée par l'incapable, et vit des traces. Des traces du matériel traîné au sol. Joy se pencha, le cul à l'air, sur les traces et activa son pouvoir pour y relever tous les indices.


- Rapidité, certainement. Discrétion, manifestement. On n'a rien entendu. Enfin...JE n'ai rien entendu. Mais regardez : ces traces dans le sol, ça laisse à penser que le voleur est moins fort que moi. Le matériel n'est pas si lourd, il faut juste être grand et un peu musclé, un peu sportif. Des créatures ? Des lutins ? On ne doit pas avoir une armoire à glace dans le coin, c'est une évidence. Selon l'empreinte laissée sur le sol, je dirais que la force du voleur doit être 1/3 de la mienne, peut-être moins...
- C'est évident. J'ai enquêté pendant un temps au Royaume des Détectives, et tout ce que vous dites sera retenu contre vous.
- Certes, certes...du coup, la suite vous semble évidente...
- On appelle la police scientifique, on dresse un rapport d'autopsie, on fait des portraits robots et on tombe sur la planque des casseurs ?
- Pardon ? Non, on va suivre les traces...
- Bien sûr, la base, oui !


Joy et Henri avancèrent doucement à travers la forêt, en suivant les traces dans le sol. Ils arrivèrent devant un tunnel s'enfonçant dans le bas d'un tronc, gigantesque : les traces s'enfonçaient dedans.


- Après vous, Joy !
- Bon d'accord...


Et le matheux d'entrer dans le trou noir, boueux, à l'aveugle.


- J'aurais bien des blagues à faire dessus, tiens.
- La ferme !


Un bruit de rires se fit entendre dans le noir, et puis plus rien. Ca commençait à devenir un peu angoissant cette histoire ; elle sortait des sentiers battus par le rail, et ça ne présageait rien de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Game Master
D comme Dieu!
D comme Dieu!
avatar

Surnom : Dieu ou Maitre
Pouvoir : Modérer, kicker, administer et tout et tout quoi
Points de Puissance : 100 000 Points
Points de Réputation : 100 000 Points
Points du Membre : Over 9 000 !!!
Messages : 986

MessageSujet: Re: Un sacré chantier [Quête Joy killamnajiro]   Jeu 12 Mai - 22:49

Eh ouais, le Joy s'était fait voler tout son matos et il comptait bien le récupérer. Il avait pas trop envie de se prendre la tête avec la patronne. Mais il avait aussi envie de voire de quoi il retournait par ce qu'il était à présent claire qu'il y avait des forces en vigueurs qui étaient contre la construction de ce métro et qui voulaient que les travaux s'arrêtent. Une ou des personnes qui voulaient que le métro ne passe pas ici. la piste les mena jusqu'à un terrier qui n'était pas sans rappeler une histoire écrite par un certain lewis, mais ça vous devez pas connaitre. Joy prit les devants sur demande de son coéquipier un peu relou sur les bords et plus gaffeur que Gaston, nan pas Gaston le méchant de La Belle et la Bête de Disney, le Gaston de Franquin.  Après avoir un peu crapahuté dans le noir, Joy arriva au bord d'une descente bien sèche, il faudrait certainement une corde pour remonter tout ça. pas de chance, Riri le pousse au cul et s’entame alors une descente de toboggan assez courte au final.

Joy ouvre les yeux et découvre une véritable ville miniature. Le plafond est jonché de racines pendues auxquelles sont accrochés des habitation très petites. Le plafond doit être de 2 mètres. On peut voire des petits habitants allant jusqu'à 30 cm. c'était des versions minuscules de créatures normales, humanoïdes avec des oreilles pointues. Elles s'habillaient juste de façon très végétale et très bio. Tous ressemblaient du coup à de gros fruits. On pouvait voire au milieu de ce qui semblait être leur village le matériel de Joy entassé avec certains qui l'observaient et l’auscultaient. Mais joy fut vite repéré à cause de sa grande taille.  Tous se rassemblèrent alors autour de lui pour l'encercler. ils étaient très nombreux. Ils étaient très méfiants. Puis henri arriva et ils semblèrent surpris de le voire comme s'ils ne s'attendaient pas à ce qu'il y ai deux personnes. Peut être n'avaient isl pas vu Henri en volant le matériel vu qu'il était dans le bec de la plante.

- Oulah ! quel charmant petit peuple ! Oh regardez Joy c'est eux qui ont volé votre matériel.

L'attention des petits êtres se tourna à nouveau vers Joy. L'un d'eux prit alors la parole.

- Partez ! Nous gardons vos objets ! ça vous apprendra à venir fouiner sur notre territoire. Cette partie de la forêt est à nous !

Bon, le décors est posé. Il y a des chances que s'ils construisent leur métro, ce village meurt car leurs habitations sont faites dans les racines des arbres. De même, impossible de passer par sous terre car c'ets là qu'ils habitaient. peut être faudrait il els virer à coup de pompe de leur village ou essayer de les reloger. Dites madame la chef de chantier ! vous avez pas des avis d'expulsion pour cause de travaux d'intérêt public sur vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dream-land.forumactif.org
Joy Killamanjiro
Indiana Joy
Indiana Joy
avatar

Pouvoir : contrôleur des chiffres
Points de Puissance : 40 650 points
Points de Réputation : 56 500 points
Points du Membre : 741 points
Double Compte : Diavolo Mayor
Messages : 691

MessageSujet: Re: Un sacré chantier [Quête Joy killamnajiro]   Ven 13 Mai - 8:56

Une fois dans la caverne, plus le choix, faut avancer. Joy prit les devants, poussé par Henri qui semblait aussi pressé que peureux, paradoxalement. Il se fichait de savoir si devant c'était bloqué ou pentu, il poussait comme un con. Joy prit sur lui pour ne faire aucune réflexion, mais il était clair et net qu'il ne repartirait pas en exploration avec un guignol pareil. Se calmant un peu en l'attendant devant une descente, il se rendit compte des difficultés que Henri avait à avancer...il n'avait pas dû faire exprès, sa maladresse, simplement, était visible. Il ne ferait plus d'exploration avec lui car il sentait bien qu'il était à sa limite. Henri devait mener une vie tranquille, et il ne s'attendait pas à devoir suivre Joy dans une caverne, dans le noir, prêt à risquer sa vie. Balançant la tête de droite à gauche en réfléchissant, le matheux pris sur lui l'incapacité de son collègue, et ne pensa plus à mal.

Il se mit sur les fesses et se laissa porter par le toboggan. Un peu décevante la descente, mais enfin la suite valait le coup. Une ville miniature, deux mètres de hauteurs, des habitants mesurant la taille d'une règle...impressionnant ! Des habitants de Dreamland qui auraient pu jouer dans la pub pour Oasis, habillés avec ce qu'ils trouvaient sûrement dans la Forêt. Chez eux. A cette pensée, tout s'illumina pour Joy. Au milieu de la ville, il put voir son matos et des créatures l'étudier avec attention. A peine eut-il le temps de faire un seul pas que les créatures l'entourèrent, les sourcils froncés, le regard noir. Ils eurent un moment de panique à l'arrivée bruyante et douloureuse de Henri, ils ne semblaient avoir repérés que Joy au moment où ils lui ont tiré ses affaires !

L'un d'eux prit la parole d'une voix sèche et claire, avec un ton qui n'annonçait rien de bon. Joy comprit que la diplomatie avec ces êtres serait sans doute difficile, mais cruciale.



- Ecoutez, peuple de la Forêt des Rêves ! Je suis la personne en charge du tracé de la future ligne de métro passant par la Forêt des Rêves !


Des hurlements accueillirent cette déclaration, et certains montrèrent ouvertement des sortes de lances magnifiquement taillées, sculptées, et dangereuses. On se croirait dans le "Pas contents ! Pas contents !" d'Astérix Mission Cléopâtre.


- Je comprends vos inquiétudes, je comprends que vous défendiez votre territoire !
- Dehors les citadins ! Dehors ! On veut vivre en paix !
- Vous pensez que prendre mes affaires ou freiner le chantier vous aidera dans votre lutte ? Non ! Le chantier continuera, et le conflit que vous créez ne fera que dégénérer vers votre expulsion !
- Jamais, nous sommes chez nous et personne ne viendra nous déloger !
- C'est faux ! Le chantier avancera, quoiqu'il arrive. La patronne a le droit d'expulser qui elle veut, j'ai vu les autorisations...la question maintenant, elle se pose entre vous et moi, mais je ne parlerai pas avec des gens violents. Soit vous m'écoutez, et je vous sauve...Soit vous ne m'écoutez pas, et vous pouvez commencer à faire vos bagages.


Oui, bon, le coup de l'expulsion, c'était clairement du bluff, mais qui marchait si bien que même Henri fit un "hooooo" surpris, comme si lui-même n'était pas au courant. Très bien, il fallait jouer le bluff des cartes sur table, pour montrer patte blanche. Les créatures se réunirent, et décidèrent d'écouter Joy, les bras croisés pour bien montrer leur opposition. Joy s'assit pour se mettre à leur hauteur et commença à parler. L'évidence de la situation lui sautait aux yeux, mais viendrait-elle à ceux de ce peuple ?


- Bon...comme je vous l'ai dit, c'est moi qui m'occupe du tracé. C'est déjà une mauvaise idée que de voler mon matos, mais bon, ça c'est du détail. Je suis précisément là pour déterminer par où devra passer le métro. Je ne vous le cache pas : il passera par la Forêt des Rêves. Mais ! écoutez-moi jusqu'au bout sans crier ni vous braquer, on peut trouver un arrangement ! JE M'OCCUPE DU TRACE ! Qu'est-ce que vous ne comprenez pas dans ce que je dis ? Vous négociez un changement avec moi, et je trouverai toutes les excuses, les prétextes valables pour vous épargner...je veux que vous continuiez à vivre ici, en paix, en osmose avec la Forêt. Et ma patronne le désire aussi...mais comprenez bien, nous avons des directives.


Il prit une profonde inspiration...la négociation relevait d'un processus mathématique, toujours. C'est comme une équation sur une balance. Mais ce qui importait, c'était le résultat, ce qu'on était prêt à mettre dedans pour finaliser l'opération. Et dans la matière, Joy excellait. Il était temps de jouer une carte maîtresse, qui lui venait en probabilités des plus intéressantes.


- J'irai même plus loin pour vous. Je m'occupe du tracé, et je pense que ma patronne ne verrait pas d'inconvénient à ce que vous, vous tous ! Vous tous, j'ai dit ! vous m'aidiez à trouver le meilleur chemin possible. On fera tout ce qu'il faudra pour que le territoire reste à vous ! On vous fera un arrêt dans la Forêt s'il le faut ! On mettra des barrières pour vous protéger ! Rendez-vous compte que si vous m'épaulez dans ce travail, vous n'aurez plus besoin de lutter contre quelque chose, vous le construirez à votre convenance !


Temps de silence. La partie n'était pas encore gagnée.


- Alors, je vous pose la question : est-ce que vous préférez lutter jusqu'à l'expulsion, ou nous aider à vous faire vivre avec le métro, dans le respect de la Forêt ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Game Master
D comme Dieu!
D comme Dieu!
avatar

Surnom : Dieu ou Maitre
Pouvoir : Modérer, kicker, administer et tout et tout quoi
Points de Puissance : 100 000 Points
Points de Réputation : 100 000 Points
Points du Membre : Over 9 000 !!!
Messages : 986

MessageSujet: Re: Un sacré chantier [Quête Joy killamnajiro]   Jeu 19 Mai - 22:06

Les petites créatures semblaient très hostiles à l'égare du voyageur et de la créature. Certaines gardaient en main leurs petites lances pour se défendre potentiellement face au voyageur auquel ils ne faisaient pas du tout confiance. D'autant plus quand il parlait d'expulsions. Alors là jamais, ils préféraient mourir tous que de devoir quitter leur foyer. Et en plus il les accusait d'avoir volé le matériel alors que ce n'est pas leur faute. Ils n'ont rien volés eux. Celui qui semblait être leur chef s'en défendit.

- Nous ne vous avons rien fait de mal. Nous ne vous avons pas volé votre matériel. C’est la forêt qui nous l'a amené jusqu'ici ! elle nous protège car nous la soignons. C'est elle qui a du prendre votre matériel car elle sait que vous et vos projets êtes une menace pour nous !

Mais bon, Joy précisa qu'il préférait que le tracé ne les oblige pas à les déplacer. ça calma un peu les esprits même s'ils n'aimaient pas du tout la perspective ou la façon qu'ils trouvaient très rentre dedans de Joy de faire sa négociation. En effet, il leur montrait un peu que de toute façon s'ils refusaient de coopérer, la ligne de métro se ferait quand même. En plus il les traitait de voleur. Ils n'aimaient pas trop ça du tout mais écoutèrent quand même ce qu'il avait à dire. Apparemment, il voulait trouver un moyen pour que la ligne de métro passe quand même par la forêt des rêves mais sans endommager leur territoire. Il leur dit même que la présence du métro pourrait leur apporter. Ils semblaient rester méfiants. C’est alors que Henri décida d'intervenir et d'aider Joy... attention ça sent la connerie !

- Mais oui enfin mes chères petits ! Le métro pourrait vous apporter beaucoup. Vous ne seriez plus isolés du reste du monde. Et avec un peu de chance, vous pourriez même avoir des visiteurs plus réguliers dans votre forêt ou un royaume citadin qui se crée non loin. Bon, ça pourrait créer des nuisances sonores ou de la pollution et rien ne vous prouves que les gens qui visiteraient la forêt ne la dégraderaient pas mais... Voyez les avantages économiques !

Bordel il peut pas la fermer ?! à l'écoute des paroles de Henri, les crétures se fermèrent un peu. Leur chef finit par répondre.

- Nous vivant, jamais le métro ne passera par cette forêt. Il devra la contourner ! Nous ne changerons jamais d'avis sur ce point ! Si vous évitez nos habitations, vous détruirez d’autres arbres qui peuvent servir de refuge à des créatures. Nous respectons cette forêt depuis toujours et elle nous respecte en retour ! Vous les citadins êtes incapable de la respecter, vous détruisez tout et votre projet de métro est pareil !

Puis alors, une créature vint parler à l'oreille du chef.

- Oui ! très bonne idée. Si vous acceptez de tracer votre métro sans toucher la forêt, nous acceptons de vous aider. Nous sentons que vous n'êtes pas plein de mauvaises intentions voyageur. Nous sommes disposés à vous récompenser si vous faites votre possible pour ne pas que le métro passe par la forêt !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dream-land.forumactif.org
Joy Killamanjiro
Indiana Joy
Indiana Joy
avatar

Pouvoir : contrôleur des chiffres
Points de Puissance : 40 650 points
Points de Réputation : 56 500 points
Points du Membre : 741 points
Double Compte : Diavolo Mayor
Messages : 691

MessageSujet: Re: Un sacré chantier [Quête Joy killamnajiro]   Mer 25 Mai - 8:34

Henri, toujours là pour ajouter de l'huile sur le feu, et sans s'en rendre compte, ce qui était grave, et Joy n'y pouvait rien. Il faudrait finir les négociations avec cet abruti, qui ne pensait pas à mal, mais qui mettait en péril le job.

Bon, revenons à nous moutons. La Forêt possédait selon les habitants une volonté propre ou quelque chose qui la rendait indépendante, capable de se mouvoir, d'agir sur son territoire...ou son corps ? En clair, si la Forêt avait cette force cachée, il serait très difficile de faire quoi que ce soit de durable et de construit dedans. Ça pouvait aussi expliquer les disparitions, les retards, les accidents soudains...la Forêt se défendait toute seule, il apparaissait nettement que ces habitants n'étaient pas responsable de tous les maux du chantier...ou alors ils cachaient très bien leur jeu, mais Joy se prit à les croire assez naïvement, les estimant sincères. Il était question de leur foyer, de leurs maisons, de leurs familles, après tout.

Il laissa Henri parler, puis le chef reprendre la parole dans une ambiance survoltée. Il n'avait pas peur, mais il faudrait tout de même voir à ne pas rajouter des prétextes à la violence...il comprit que les négociations menaient à une décision qui était en fait déjà prise depuis qu'il était entré dans le trou menant au petit village. Il comprit aussi que les créatures étaient prêtes à tout pour sauver leur milieu de vie. Il réfléchit longuement après le discours du chef, et trouva une idée intéressante à exploiter.


- Bon, j'ai comme un doute sur la terre du coin, Henri, tu aurais des notes là-dessus ? Des choses sur la géologie, les strates, la roche...


Le temps que son "collègue" cherche les bonnes notes à travers ses sudokus et ses notes de chantier qui relevaient surtout du dessin d'ennui, Joy activa son pouvoir, alourdit les vêtements de Henri, tenta d'alourdir le sol sur lequel il reposait, de manière à le faire chuter. Coup de chance, le pseudo-travailleur devait se situer sur un trou, une crevasse ou quelque chose de friable, car il tomba à la renverse dans une cavité, en hurlant et en sanglotant. Joy désactiva son pouvoir, et se tourna vers le chef.


- Il semblerait que la terre chez vous soit trop peu résistante pour pouvoir efficacement soutenir des rails de métro et des véhicules de plusieurs tonnes. Bonne nouvelle, il va falloir trouver un autre passage que la Forêt, sans quoi nous risquons de nous enliser, voire de compromettre la vie des travailleurs et des futurs voyageurs ! On peut dire que vous avez de la chance !


Il se tourna vers Henri, qui essayait de remonter tant bien que mal. Il lui donna la main, le remonta en souriant. L'autre semblait un peu effrayé et tremblait de tout son corps, comme s'il avait plongé dans un bain glacé. Joy nota sur une feuille ses avis sur impraticabilité du terrain, les conséquences possibles et l'impossibilité de construire sur une Forêt qui pourrait s'effondrer à tout moment. Il suggéra aussi que bon nombre d'accidents devaient être dus à cette particularité : glissements, écoulements, trous, crevasses...sans les habitants de la Forêt, disposés à les aider pour finir le chantier, celui-ci aurait encore perdu deux de ses travailleurs.


- Tu donnes ça sans faute à la patronne, et deux habitants de la Forêt vont t'accompagner pour t'assurer un retour sans problème, si jamais tu viens à tomber une nouvelle fois. Je compte sur toi pour faire comprendre à la patronne que le chantier n'est pas possible ici, tu l'as bien vu...Je donne mes notes pour la patronne aux habitants, ils seront plus à l'aise avec...avec des charges lourdes...


Il attendit que Henri et son escorte partent pour se tourner vers le chef, un grand sourire étiré sur sa figure.


- Maintenant, deux choses : je viens de changer le tracé uniquement pour respecter vos convictions, j'attendrai donc que vous nous aidiez autant que faire se peut. Deuxième chose, vous dites que la Forêt fait les choses par elle-même...j'ai déjà rencontré un arbre magique, ça ne me déplairait pas de rencontrer l'esprit de votre Forêt, ou de me recueillir dans un de vos temples...si cela est possible. Par curiosité.


Bon, Joy voulait surtout lui parler pour un projet de tracé de métro encore jamais vu dans Dreamland, mais il se doutait que ce ne serait pas aussi simple. Il fallait essayer, tenter le coup...Dreamland avait des surprises inimaginables, il espérait que celle-ci en était une...sans quoi le chantier serait bien moins fun, et beaucoup plus sécurisé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Game Master
D comme Dieu!
D comme Dieu!
avatar

Surnom : Dieu ou Maitre
Pouvoir : Modérer, kicker, administer et tout et tout quoi
Points de Puissance : 100 000 Points
Points de Réputation : 100 000 Points
Points du Membre : Over 9 000 !!!
Messages : 986

MessageSujet: Re: Un sacré chantier [Quête Joy killamnajiro]   Jeu 30 Juin - 20:45

Joy venait de se démerder pour trouver une excuse bidon pour ne pas faire le tracé du chantier sur la forêt et ainsi dévier le passager du métro. c'est certainement sa patronne qui se fera remonter les bretelles par son seigneur mais selon les notes de Joy, là, ils avaient pas trop le choix. Enfin, il falsifiait... oui et non. c'est assez vrais que construire des railles sur lesquelles vont passer des rams de plusieurs tonnes sur une terre creusée par des taupes... c'était pas malin de base. De plus, joy ne s'en doutait peut être pas mais si on coupait les arbres, c'est leur racines qui maintenaient la stabilité du sol au dessus du village. Les arracher aurait donc pour effet de faire s'affaisser le sol. Même sans le moindre poids. On peut au passage dire qu'il a pas peur le Joy. par ce que bon, pas pour dire mais faut du courage pour filer à Henri une responsabilité quelle qu'elle soit. Est ce que les deux petits êtres seraient suffisants pour l'avoir à l'oeil. c'est pas dit. c'est un paris un peu risqué que faisait Joy.

A la suite de quoi, notre Joy se montra intéressé par l'idée de pouvoir rencontrer une entité de la forêt. Le chef le remercia tout d'abord de sa décision sage, avisée mais surtout altruiste. il devina que Joy ne faisait pas ça par intérêt mais juste par compréhension de la situation qui était la leur mais aussi par reconnaissance de leur volonté de protéger leur vie, leur culture etc.

- Je tiens tout d'abord à te remercier voyageur. Tu as fais le bon choix. Contrairement aux précédents ingénieurs qui ont été envoyés. ils ont tous, comme toi été amenés ici par une entité de la forêt. Nous avons avec eux eu la même conversation qu'avec toi. mais voyant qu'ils étaient trop butés, la forêt a décidé de s'occuper d'eux. Je te félicite d'avoir passé cette épreuve mais aussi te remercie de ton choix. tu as décidé de privilégier notre intérêt aux tiens et celui des créatures qui t'emploient par ce que notre cause est plus juste.

Il fit une pause. il fit ainsi l’aveu à Joy que s'il avait fait le mauvais choix, il aurait pu crever ici même. Comme quoi, il venait de sauver sa vie. Il confessa par la même occasion qu'il connaissait le sort qui était arrivé aux prédécesseurs de Joy et qu'il y avait assisté.

- Pour ce qui est de rencontrer un esprit de la forêt... tu viens de le faire. Tu viens même de demander à cet esprit de partir en lui confiant tes notes. Celui que tu appelle "Henri" est en fait ce qu'on appelle un Avatar de Mugen. Le roi de cette forêt Mugen-Gi a créé des êtres polymorphes qui partagent un peu de son pouvoir et protègent pour lui sa forêt. Ils apparaissent dès que la forêt est menacée, la protègent par tout les moyens puis s'en retournent à leur maitre.

Joy apprit donc que Henri lui avait bien fait à l'envers. il l'avait bien manipulé cet enfoiré. Il avait feint la maladresse depuis le début, il avait feint de se faire bouffer par une plante carnivore qu'il était en fait en train de contrôler pour voler le matériel à Joy. Il avait aussi fait exprès de le faire entrer dans e village pour voire comment le voyageur réagirait à la nouvelle de savoir qu'il devrait déloger des habitants pour construire son métro. Joy avait été manipulé depuis le début. Et puis, peut être que ça voulait dire plus encore. Peut être que c'était lui qui avait causé tous ces dégâts sur le chantier. une chose était certaine. c'était lui qui avait tué les géomètres envoyés avant Joy. Comment le juene matheux accueillerait la nouvelle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dream-land.forumactif.org
Joy Killamanjiro
Indiana Joy
Indiana Joy
avatar

Pouvoir : contrôleur des chiffres
Points de Puissance : 40 650 points
Points de Réputation : 56 500 points
Points du Membre : 741 points
Double Compte : Diavolo Mayor
Messages : 691

MessageSujet: Re: Un sacré chantier [Quête Joy killamnajiro]   Dim 3 Juil - 10:14

Le matheux ne fit aucune réflexion sur le fait de buter des gens butés, pour ne pas éveiller de nouveau la colère du peuple de la Forêt. Les choses se passaient au mieux, et il était encore en vie, que demandait le peuple ? A part bouffer des racines, s'entendait. Il dodelina de la tête en écoutant le chef, pas forcément d'accord avec lui, mais la diplomatie avait la primeur sur ses propres convictions, qu'il garda gentiment pour lui.

Il écouta avec un intérêt grandissant de révélation en révélation qui était en réalité Henri. Un avatar de Mugen. Le Roi de la Forêt, Mugen-Gi, dont il entendait parler pour la première fois. Il commença à activer son pouvoir et commença à établir des calculs statistiques sur les potentialités d'une rencontre, et ce que ça pouvait apporter, tandis que le chef des petites créatures continuait d'expliquer dans le détails la vérité nue sur cette forêt, sur Henri aka the troufion. Hum...des êtes polymorphes protégeant la Forêt, voilà qui expliquait bien des choses sur les capacités réelles de l'avatar-Henri, et sur la façon dont il a bullshité tout le chantier. La question était maintenant de savoir si ça pouvait être annoncé à la patronne, comme excuse supplémentaire. Car l'évidence sautait aux yeux : avec des travailleurs infiltrés, les morts et les accidents plus ou moins mortels allaient continuer, et peut-être de plus en plus violemment si le chantier persistait à continuer. L'annonce avait des conséquences intéressantes à ajouter, en plus du terrain impraticable et friable par endroits. Le chantier allait clairement au-devant de grands ennuis si on en restait au même point...

Henri était parti, et il devenait une sorte de danger potentiel. Il avait sûrement causé beaucoup de dégâts et de morts...mais il avait laissé Joy en vie, il l'avait testé, il avait attendu de voir de quoi le voyageur était capable, ce qui signifiait qu'il pouvait être inoffensif et amical...un avatar hein...Une idée germa comme une plante odorante dans l'esprit de Joy qui avait fini ses calculs, et souriait au chef.



- Ça ne m'étonne guère, ce Henri m'a paru louche dès les premiers instants...mais je suis ravi d'apprendre que sa...naïveté était feinte. J'dis ça pour lui. Maintenant qu'on est d'accord, tu viens de me donner une information intéressante. Il y un Roi à cette forêt, celui que tu as nommé Mugen-Gi...


Joy se leva, s'étira un petit peu et leva le pouce en faisant un clin d’œil en mode Rock Lee mais mal coiffé.


- On a des choses à se dire, où est-ce que je peux le rencontrer ? Je ne dirais pas que notre rencontre peut-être évitée, je dirais plutôt qu'elle serait essentielle. Et ne me dis pas qu'il s'agit de Pedrito del Potatoes, le chef des soudeurs, ce serait un peu gros.


Le voyageur se mit à zieuter tout autour de lui, en souriant, et tenta de repérer des espions potentiels, ou des racines, des trucs liés à la Forêt qui seraient des moyens de surveillance du Roi.


- Vous avez dit que vous pourriez nous aider à finir le chantier ailleurs. Si tu m'amènes à ton Roi, brave guerrier de la Forêt, on pourrait faire des choses encore plus merveilleuses, pour vous, pour la Forêt, et pour le chantier. Si tu m'amènes à lui, nous changerons à jamais votre relation avec le monde extérieur, qui dépasse vos lisières !


Joy leva les bras, comme un orateur pris dans la fougue de son discours, et augmenta les décibels par le calcul pour imposer sa force sonore.


- Aujourd'hui, vous, peuple de la Forêt, vous décidez si vous m'aidez. Vous rentrerez dans l'histoire de cette Forêt, ou vous resterez à craindre la prochaine invasion !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Game Master
D comme Dieu!
D comme Dieu!
avatar

Surnom : Dieu ou Maitre
Pouvoir : Modérer, kicker, administer et tout et tout quoi
Points de Puissance : 100 000 Points
Points de Réputation : 100 000 Points
Points du Membre : Over 9 000 !!!
Messages : 986

MessageSujet: Re: Un sacré chantier [Quête Joy killamnajiro]   Jeu 7 Juil - 17:25

Joy ne se démontait pas. il n'en démordait pas du tout meme. il avait la ferme intention de rencontrer le seigneur de ce royaume. il avait apparemment une idée pour que cela profite tant au projet de métro qu'à la forêt. A priori, c'est pas forcément gagnée. mais il voulait apparemment soumettre cette idée au maître des lieux. Il demanda à la créature de le mener jusqu'à Mugen-gi pour ce faire. Ah par contre il y a un hic et cette brave petite créature s'en va t'expliquer pourquoi.

- Je... je ne sais pas. Qu'est ce que vous entendez voyageur par "des choses encore plus merveilleuses" ?

en fait, le discours de Joy attirait un peu leur méfiance. un peu trop tendance à venir chatouiller l'ego. Surtout le coup du "vous rentrerez dans l'histoire." alors ça, les habitants de ce village en avaient autant rien à foutre que de l'an 4. Ils voulaient donc que Joy explique un peu ce qu'il voulait proposer. Par ce que bon, si c'est pour troquer un projet de métro pour un projet d'autoroute, non merci et pas la peine d'aller emmerder Mugen-gi avec des conneries pareilles. Il avait un visage un peu contrarié en posant sa question, comme s'il se préparait à écouter l'arnaque du siècle. Puis la créature finit par ajouter.

- Pfff pourquoi je vous pose es questions. de toute façon, même si je le voulais je ne pourrais pas vous conduire à Mugen-Gi. Il est nomade et totalement introuvable. Personne ne sait où il se trouve. Il se déplace sans cesse. Si vous le trouvez dans cette forêt c'est qu'il le veut bien. il la arpente en long en large et en travers constamment. Un a de la chance si on l’aperçoit une fois dans sa vie. Il arrive qu'il fasse des facéties à un voyageurs de temps en temps mais cela ne va pas plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dream-land.forumactif.org
Joy Killamanjiro
Indiana Joy
Indiana Joy
avatar

Pouvoir : contrôleur des chiffres
Points de Puissance : 40 650 points
Points de Réputation : 56 500 points
Points du Membre : 741 points
Double Compte : Diavolo Mayor
Messages : 691

MessageSujet: Re: Un sacré chantier [Quête Joy killamnajiro]   Jeu 7 Juil - 18:10

Il y avait des créatures qui n'écoutaient pas vraiment la pédagogie, c'était plutôt une bonne nouvelle - mais présentement dans le cas de Joy, ça le faisait moyen niveau efficacité. Le chef posait des questions simples et évidentes, et pour totalement y répondre, il aurait fallu au jeune voyageur développer un scanner de ses visions, de ses rêves, des trucs plus ou moins utiles pour les habitants de la Forêt. Le caillou dans la chaussure de cette équation, c'était que des habitants de la Forêt...bah ça reste des habitants de la Forêt, pas foutus de voir autre chose. Comprenons-nous bien, Joy n'insultait pas les habitants de la Forêt, mais c'était que des habitants de la forêt. Ah la répétition, la base de la pédagogie, dit-on...


- Des choses plus merveilleuses si les forces extérieures et intérieures à cette forêt cohabitent, coexistent et travaillent ensemble dans un respect mutuel ! Je parle de vous, aidant le chantier par exemple, ou vous améliorant l'accueil de cette Forêt. Moi j'trouve ça top comme coin, mais tout le monde n'en dirait pas autant. J'ai capté, vous voulez être tranquille, et je travaille pour que vous le restiez, mais puisque je voyage, précisément, je me permets de vous soumettre d'autres modes de vies possibles - que vous l'acceptiez ou non, au moins vous en aurez connaissance...


Joy s'assit, fit la moue et écouta patiemment le chef. Oui, il avait compris, c'était mort pour le Roi, mais il pouvait au moins montrer ce que des créatures pouvaient gagner à voir plus loin que l'arbre d'à côté. Franchement, ça ne coûtait rien, et ça pouvait même apporter plus de choses positives à cette Forêt. Donc, si on résume la situation, avec un peuple réfractaire à toute avancée socio-sociale, un Roi nomade donc/et introuvable, et un esprit de la Forêt comme seul collègue à proximité, Joy commença à envisager le départ pour rentrer au camp. Il avait du mal à digérer le fait qu'un Roi crée des polymorphes et s'en aille chiller dans un coin en attendant que la création règle le truc à sa place. Mais bon...


- Bon, j'ai compris mes amis, je n'arriverai pas à me faire entendre, mais je comprends votre point de vue, votre tranquillité. Je vais m'en retourner vers mon camp, le chantier...vous auriez éventuellement quelque chose à grailler, une spécialité, un truc souvenir à mâcher, que sais-je ? Je peux régler, si cela vous coûte...


Observant les petites habitations, Joy sourit aux créatures et commençait à faire des checks avec les plus jeunes, sous les regards sévères de leurs parents. Super ambiance, on avait l'impression que le voyageur allait lâcher une bombe d'un instant à l'autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Game Master
D comme Dieu!
D comme Dieu!
avatar

Surnom : Dieu ou Maitre
Pouvoir : Modérer, kicker, administer et tout et tout quoi
Points de Puissance : 100 000 Points
Points de Réputation : 100 000 Points
Points du Membre : Over 9 000 !!!
Messages : 986

MessageSujet: Re: Un sacré chantier [Quête Joy killamnajiro]   Mar 19 Juil - 21:44

Joy finit par comprendre que ce qu'il leur proposait ne servirait à rien. ils avaient les idées trop arrêtées. Ou peut être Joy avait il lui même une vision du progrès trop arrêtée ? Eh oui, lui, il imaginait povoir apporter du progrès et un meilleur train de vie avec le train aux habitants de cette forêt. Mais, comment pouvait il être aussi certain que ça ferait vraiment avancer les choses dans le bon sens ? Mais en un sens, je partage son amertume car la méfiance de ces petits êtres vis à vis de l'extérieur de cette forêt et du monde "moderne" était vraiment trop grand, rendant toute négociation sur ce point impossible avec eux. Mais peut on reprocher la volonté de laquelle découle un protectionnisme démesuré ? Joy commença à annoncer son départ. on sentait la déception dans sa voix mais aussi qu'il n'avait pas forcément de reproche à faire aux petits êtres. Qu'il ne comprenait pas forcément leur décision mais qu'au moins, il la respectait. alors qu'il commença à s'en aller en disant au revoir à tout le monde, le chef du village s'approcha de joy et le salua respectueusement.

- Je te remercie une nouvelle fois de ta volonté de sauver notre village du passage de ce train. Je sens que tu as la volonté de bien faire en voulant nous apporter ton "progrès". Mais nous n'en voulons pas. Nous vivons ici heureux depuis des générations et aucun autre train de vie ne nous intéresserait. Accepte ceci en présent. C'est l'un des plats typiques que nous faisons. c'est rustique mais nourrissant. Nous te souhaitons bonne chance dans tes voyages.

Il lui tendit un truc qui ressemblait à une barre protéinée. c'était pas bien gros. En même temps, vu leur taille à eux. Et au goût... c'était plus qu'affreux ! Mais dès que tu mange ce truc, bah t'as la pèche. En fait le goût est immonde mais les baies et racines qui sont utilisées pour faire cette espèce de pâte ont des vertus relaxantes. c'est comme si vous preniez une petite dose de bonheur en barre. ça explique pourquoi ils veulent rester ici les bougres. Ils sont tous défoncés aux racines du bonheur en fait ces bougres !

Joy s'en alla, quittant le trou, direction la surface et commença à rebrousser chemin en direction du camp. Quand tout d'un coup, il entendit comme une personne en train de fredonner. il se retourna, ne vit personne. il avait l'impression d'entendre cette personne chantonner partout et nul part en même temps. Puis, il finit par se retourner et vit une créature aux airs un peu d'ermite es peintures tribales sur le visage, vêtu de frusques, une longue chevelure décoiffée mais surtout avec un grand sourire. il le dévisageait. Son visage était à peine à 20 centimètres du sien.

- Merci pour ma forêt.

Lui dit la créature, puis, sans que Joy ne voie rien venir, la créature enfonça deux de ses doigts dans l’œil droit de Joy puis les retira vivement. il était toujours souriant. Sans un mot de plus, il s'en alla d'une démarche joyeuse, disparaissant dans la verdure comme par magie. Joy devait ne pas piger ce qui venait de se passer. Il avait mal à l’œil, étrange, il aurait dû crever son œil mais il voyait toujours. puis soudain, la douleurs fut horrible. Comme si on lui arrachait l’œil à la petite cuillère. Son nerf optique le brulait. Il avait l'impression que quelque chose se mettait à grouiller dans son œil, que quelque chose s'y développait puis la douleur cessa doucement, peu à peu après plusieurs minutes de souffrance à peine supportable. Puis, il se rendit compte qu'il voyait étrangement autour de lui. Les plantes lui apparaissaient différentes. Que lui avait fait cette créature ? Qui était elle ? Était-ce Henri qui avait pris une nouvelle forme et qui était venu le récompenser du choix qu'il avait pris d'éloigner le tracé du métro de la forêt ? Mais surtout, que lui avait il fait ? il sentait comme quelque chose accroché à son œil. De l'extérieur, ce n'était pas visible en tous cas. Rien dans son œil n'avait changé sur le plan physique mais... il voyait étrangement avec son œil droit.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dream-land.forumactif.org
Joy Killamanjiro
Indiana Joy
Indiana Joy
avatar

Pouvoir : contrôleur des chiffres
Points de Puissance : 40 650 points
Points de Réputation : 56 500 points
Points du Membre : 741 points
Double Compte : Diavolo Mayor
Messages : 691

MessageSujet: Re: Un sacré chantier [Quête Joy killamnajiro]   Lun 25 Juil - 10:19

Les habitants avaient leurs raisons pour refuser le progrès, et Joy ne voulait plus les amener sur une voie qui aurait pu ne pas leur convenir. Il était là pour aider les créatures, leur parler, les rencontrer, pas pour s'amener le cul en poule en se prenant pour l'homme de la civilisation face aux bons sauvages. Il voulait simplement que la situation s'arrange, mais en aucun cas leur dire que leur mode de vie serait mieux avec de la technologie. Il se prit à sourire et ravala ses paroles, goûta le plat que le chef de cet étrange peuple de la forêt lui tendait gentiment.

Bon, niveau gustativité, gustation, gustativitude...au niveau des papilles, c'était pas le meilleur plat, on était loin de Top Chef...non, c'était dégueulasse, purement et simplement immonde, mais plus le voyageur mâchait, mieux il se sentait, heureux il était, et il commençait même à parler comme un petit bretteur tout vert et ridé. Waouh, le sourire, la pêche, la banane, l'énergie et le bonheur envahissaient son corps, son être, et le goût du produit, même, devenait quelque chose d'acceptable, de pas si grave...Impressionnant. La défonce locale avait le mérite de se faire en douceur, et elle était loin d'être nocive. Joy comprit par ce biais l'intérêt de rester dans la Forêt, heureux, défoncé, nourri, logé par les arbres et protégés par le Seigneur Mystère-Géranium.

Sans trop savoir pourquoi, ni comment, Joy marchait joyeusement dans la forêt, comme un crétin déchiré, en fredonnant et en se payant des arbres qui semblaient bouger. C'était sans doute le vent...Soudain, il entendit une voix le suivre dans son air, il se retourna, mais personne...Il reprit plusieurs fois, et il se passa exactement la même chose. Ouais, chelou cette forêt. Puis, il apparut. Le clodo dégueulasse peinturluré. Vêtements déchirés. Longue chevelure de rasta. Si près de Joy qu'il pensait se faire embrasser. C'était comme si regarder dans un miroir et se voir après deux ans dans la forêt. Man versus wild les gars.

Le type remercia Joy au nom de sa forêt, ce à quoi Joy répondit par un gargouillement. Le produit l'avait rendu heureux, et l'apparition effrayante était en train de provoquer un ascenseur émotionnel bien puissant. C'était sans compter sur les deux doigts du bonhomme qui s'enfoncèrent dans l'oeil de Joy, qui hurla sans prononcer un seul son. Le type partit et le voyageur resta figé dans sa douleur, se tenant l'oeil en hurlant cette fois pour de bon, effrayant quelques bestioles de la forêt au passage. Il sentait son œil comme s'il était en train d'être arraché ou brûlé...la douleur mettait du temps à se calmer, mais le voyageur reprit ses esprits après quelques minutes.



- What the...j'ai mal en plus !


Hum...une fois revenu à lui de plusieurs manières, Joy essaya de refaire la scène, puis quand il comprit, un sourire s'étira sur son visage. Il avait capté qui était cet homme, pourquoi il avait dit ça, et...et l'oeil de Joy lui donnait des pouvoirs insouuuuupçonnéééééés ! En faisant attention à son environnement, son œil lui donnait l'intuition extraordinaire de tout connaître, de savoir quelle plante, quel végétal, quel arbre était, faisait, demandait, produisait quoi...le savoir inné qui était en lui le surprit grandement, et il passa plusieurs heures en marcher dans la forêt à renifler, sentir, apprendre sur toutes les plantes qu'il connaissait toutes comme s'il avait tout appris sur elles. C'était fabuleux et addictif. Il ramassa des graines qui apaisaient les douleurs dues au feu, des racines qui adoucissaient les peaux ridés, des feuilles qui se servaient de la lumière pour chanter quand il faisait sombre...il mit tout ça dans son sac tout en reprenant le chemin du chantier, qui était...parfaitement en repos ou presque. Il alla voir la cheffe du chantier.



- Joy le géomètre au rapport, Cheffe Rosaline !
- Ah pas trop tôt, bizut ! Alors, on commence la pose des rails quand et où ?
- En fait, Cheffe, ça va être assez compliqué...
- Je sens que ça ne va pas me plaire !
- Plutôt, si...le terrain de la forêt déjà, n'est pas du tout résistant. Les racines ont rendu la terre friable, et les coulis de boue sont légion. Impossible de poser sereinement des rails sans craindre des destructions naturelles. J'ai pensé à des solutions, mais à certains endroits, un seul homme peut faire apparaître des trous dans le sol. Si on continue par là, c'est une responsabilité de malade que vous prenez...
- Et si on bétonne tout ?
- Heu, c'est pas vraiment le problème, car il restera toujours de la terre trouée, friable et dangereuse. Il faudra aussi investir dans l'écoulement d'eau...non, le plus simple, c'est de dévier le trajet pour le faire aller à la lisière de la Forêt, et là j'ai une bonne nouvelle...
- Tu appelles ça une bonne nouvelle ?????
- Oui. La Forêt est habitée, et certains de vos hommes ont manqué de respect envers elle. C'est comme si on allait pisser chez vous, vous ne resteriez pas sans rien faire...l'avantage maintenant, c'est que le peuple de la forêt est prêt à nous aider, pour s'excuser de la terre impossible. Ils sont assez gentils, et ils sont prêts à nous aider pour avancer les travaux dans cette partie de la zone. Je les ai vus, et nul doute qu'ils seront très efficaces ! Comme on n'a pas parlé de financements et tout, je crois qu'en plus ce sera gratuit pour vous !
- Hum...évidemment ce serait intéressant ! Tu es sûr de ce que tu avances ? Et où est passé Henri ? Nous avons eu tes notes mais lui a disparu !
- Henri ? Ah euh...bah je crois qu'il a rencontré une fille de la forêt qui voulait lui montrer son lac secret, et il m'a dit comme ça : "oui euh voilà, la cheffe j'en ai marre, le chantier j'en ai euh ma claque...oui, on m'a volé mes pépitos dans ma cabine, j'en ai marre tout ça, ici j'ai trouvé une fille, euh elle veut me montrer son lac et son arbre, je veux vivre dans la nature et euh bon tu préviens les autres mais je change totalement de vie oui voilà bien fait".
- Ce tire-au-flanc !
- Je vais prévenir les autres, Cheffe ? Je peux déplacer les machines aussi.
- Fais donc, et évite de parler de Henri aux autres, que ça ne leur donne pas des idées !
- Aye Cheffe Rosaline !


Et Joy de retourner bosser avec les ouvriers pour dévier le chantier de trajectoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Game Master
D comme Dieu!
D comme Dieu!
avatar

Surnom : Dieu ou Maitre
Pouvoir : Modérer, kicker, administer et tout et tout quoi
Points de Puissance : 100 000 Points
Points de Réputation : 100 000 Points
Points du Membre : Over 9 000 !!!
Messages : 986

MessageSujet: Re: Un sacré chantier [Quête Joy killamnajiro]   Dim 31 Juil - 23:41

Oui, Joy avait compris en réfléchissant un peu qu'il venait de faire la rencontre du fameux Mugen-Gi, le maitre de la forêt des rêves. Il avait pu constater que comme le maitre du village lui avait dit, il apparaissait et disparaissait dans sa forêt à sa guise, un peu tel un esprit sylvain. Il devait être issu de l'imagination millénaires des rêveurs qui devaient songer à des esprits de la forêt, farceurs et protecteurs des bois. Ce qui est amusant avec Dreamland, c'est qu'on n'est jamais vraiment déstabilisé. tout peut avoir un arrière goût de déjà vu vu que ce monde nait de la pensée humaine, donc tout ce qui est à dreamland est plus ou moins issu d'un imaginaire collectif. C'est pour ça qu'à dreamland, on croise énormément de clichés sur patte. par ce que les clichés ont la vie dure et reste très profondément ancrés dans l'inconscient collectif. Un rasta fumeur de beuh qui écume festival après festival, un mafieux en costard Armani suivant un petit vieux avec un accent sicilien très prononcé, des princesses en détresse... toutes ces choses clichées sont facile à trouver à Dreamland. Mais parfois dreamland s'amuse à les détourner avec une princesse qui tabasse des dragons. Enfin là je sens que je pars dans un délire donc on va s'arrêter là par ce qu'à la base je voulais juste dire que Mugen-gi ressemble à ce qu'on s'imagine être un esprit protecteur de la forêt. Mystérieux à souhait.

Sur ces entrefaites, Joy décida de profiter du don que lui avait conféré le seigneur des forêts. Il découvrit tous els bienfait mais aussi les méfaits que pouvaient apporter la nature de dreamland. certaines plantes étaient mortelles alors que d'autres avaient des vertus si géniales. Et c'est comme s'il savait déjà tout ça. Enfin, ce n'était pas vraiment une connaissance mais plus un instinct. Un instinct qui lui disait qu'une plante était bonne ou mauvaise, dangereuse ou pas et si oui en quoi c'était le cas. il pouvait pas dire qu'une baie contenait e la vitamine A ou le nom latin de cette dernière mais il avait comme la sensation qu s'il mangeait un fruit, il digèrerait mal ou des trucs du genre.

une fois arrivé au chantier, il ne croisa pas henri une fois son devoir terminé, l'avatar de Mugen-gi retournait sa forêt pour veiller à la prochaine menace. Il avait juste déposé le rapport écrit de Joy avant de retourner à la forêt. Joy fit son rapport à la cheffe. il lui expliqua en quoi le sol était pas bon pour construire le métro de façon stable. Elle tenta d'insister en demandant si ce serait pas plus simple de tout bétonner plutôt que de changer le tracé mais il lui confirma que même ça ne changerait rien. Il lui trouva au passage une excuse bidon pour justifier la disparition de Henri. Il annonça alors à la patronne que des locaux pouvaient aider dans le chantier. ça ne semblait pas forcément l'enchanter à fond elle mais bon... elle aviserait bien.

Joy retourna bosser normalement aisant comme il pouvait ur le chantier en aidant au transport de masses. Il resta à travailler plusieurs nuits comme ça. on découvrit qu'il n'y avait plus d'accidents aussi fréquents. joy dut comprendre que les accidents devaient être l’œuvre de Henri qui sabotait le chantier afin de le ralenture le temps de trouver quelqu'un à persuader de dévier la voie... ou peut être juste dans le but de décimer des gens lentement mais surement ? Qui sait jusqu'où il serait allé si joy n'avait pas été là. Les créatures de la forêt, pas seulement celles du village que Joy avait visité qui aidaient à construire les voies en donnant quelques indications sur la qualité de la terre aux abords de la forêt ou en apportant à leur manière leurs connaissance. et au final, tout était réellement bien qui finissait bien. Le chantier dépassa la forêt. Quelques jours après le démarrage de la ligne, des titans viendront la ravager et des personnes la rétabliront. La routine quoi. Joy fut récompensé pour son travail en EV en tous cas pour ses services et m'est avis que plusieurs créatures se souviendront de ce qu'il a fait pour la forêt et le chantier à la fois. D'ailleurs, alors qu'il bossait on loin de la forêt, joy cru voire à plusieurs reprises Mugen-gi l'observer. ou une silhouette lui rappelant celle d'henri. Comme s'ils continuaient de veiller sur lui. Par manque de confiance ou par ce qu'ils l'appréciaient ? Je lui laisse le loisir d'interpréter ça comme il le souhaitait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dream-land.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un sacré chantier [Quête Joy killamnajiro]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un sacré chantier [Quête Joy killamnajiro]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conspiration en lieu sacré [ Marianne ]
» Chantier embrayage sur D15
» Les 4 sacrés du ciel
» Guédelon - Chantier Médiéval -
» Chantier naval de la Marine Royale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dream Land Infinity RPG :: RP :: Le Métro-
Sauter vers: