AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hélène Rose, l'enfant prodige [terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hélène Rose

avatar

Surnom : HR - Rozbouton
Pouvoir : Invocation de Jack
Double Compte : Julie Augustin
Messages : 23

MessageSujet: Hélène Rose, l'enfant prodige [terminée]    Lun 18 Avr - 14:54


Nom et Prénom
Une petite citation
Ton personnage...
-----------------------------------





Nom : Rose
Prénom : Hélène
Surnom : HR ou Rozbouton
Age : 11 ans
Sexe : Femme
Où habites-tu ? : New-York
Activité : Non déterminée
Ton histoire...
-----------------------------------

♠ Description Physique :

Hélène est une petite fille de onze ans. Petite car elle parait plus jeune. Elle est également l’une des voyageuses les plus mignonnes de Dreamland avec son visage enfantin, ses grands yeux verts et ses longs cheveux bruns. Le tout, avec sa salopette, lui donne un air très innocent et attendrissant. Il n’est pas à douter que, dans plusieurs années, elle deviendra une magnifique femme.

Bien qu’américaine, l’enfant parle avec un accent anglais très prononcé, ce qui fait douter de sa nationalité. Généralement, les autres personnes la prennent pour une londonienne. Néanmoins, elle tient cet accent de ses parents. D’ailleurs, elle possède aussi des origines, par ses grands-parents paternels, françaises. L’un de ses rêves est d’y partir en voyage.

La fillette est habituée à courir et à fuir, ce qui fait d’elle une personne assez rapide. De plus, vu sa petite taille, un mètre vingt-neuf, elle peut se réfugier un peu partout. Mais, il s’agit de son seul vrai avantage et elle ne pourra jamais affronter physiquement un adulte de front.
♠ Caractère :

Hélène est une enfant surdouée. Elle sait jouer du violon parfaitement, aux échecs et au poker. En plus de ça, la voyageuse a une plume magnifique pour son âge et, en la lisant, on croirait lire une romancière de métier, ou une poète. Elle a appris à réfléchir vite et, surtout, à agir vite. Elle a d’ailleurs quelques dons en illusionnisme qu’elle a dû apprendre en autodidacte. Ça ne la générait vraiment pas de devenir, plus tard, magicienne. Le plus incroyable est qu’elle s’exprime parfaitement comme une adulte.

Mais, la petite fille est aussi une “grande gueule” qui dit toujours ce qu’elle pense, même si ça doit blesser ou vexer. Elle ne se laisse pas faire et ne pense, la plupart du temps, qu’à elle-même. Il lui arrive aussi, mais assez rarement, de faire des caprices de princesse.

Courageuse, espiègle, maligne, discrète, Hélène pourrait faire une parfaite voleuse plus tard. Il lui arrive même de faire quelques farces et autres pièges. En plus de ça, n’aimant pas perdre contre une personne qu’elle pense pouvoir gagner, elle pourra tricher ou faire des “coups en douce”. Après tout, comme elle le dit souvent : « Pas vu, pas prit ». D’ailleurs, dans le même genre de chose, elle pourra toujours profiter qu’elle est une enfant.

L’enfant fait souvent appel à Jack pour ses tours (après tout, ce n’est pas juste un porteur de lanterne).
♠ Histoire :

Ils étaient dans un taxi, direction l’hôpital le plus proche. Les contractions étaient de plus en plus fortes et le bébé allait bientôt sortir. Ce n’était, pourtant, que le huitième mois de grossesse. Le père avait dû quitter son travail, ne voulant pas laisser sa femme seule face à cette épreuve. D’ailleurs, cette dernière, sur la banquette arrière de la voiture, était complétement allongée et commençait des exercices de respiration, pour mieux contenir cette douleur. En plus de ça, c’était les heures d’embouteillages, ce qui ne les aidaient vraiment pas. Le chauffeur, par contre, compréhensif, essayait d’accélérer dès qu’il le pouvait et empruntait des raccourcis. Une demi-heure plus tard les futurs parents purent donc se rendre dans un établissement, afin de laisser le cycle de la vie faire son œuvre.
Chapitre I : la naissance d’une peur.

C’était un dimanche, un jour de printemps assez ensoleillé. La petite famille avait profité des vacances pour se rendre dans un parc d’attraction. C’était une grande première pour Hélène, alors âgée de quatre ans. Déjà aventurière, elle n’aimait plus trop tenir ses parents par la main ou se faire porter. Curieuse de ce nouvel environnement, l’enfant explorait, toujours sous la surveillance des deux adultes. Elle ne se souvint plus trop comment elle avait réussi à faire mais, profitant d’un court instant, elle avait échappé à la vigilance de son père et de sa mère. La petite fille était restée toute seule, parmi la foule d’inconnus du parc, perdue, pendant plusieurs heures. Les recherches avaient pris du temps à cause du nombre des fréquentations de ce jour et, surtout, car presque personne ne voulait aider.

Hélène était blottit dans un coin, contre un buisson, tenant sa peluche de toutes ses forces. Elle se retenait de pleurer et parler à cette dernière, essayant de la réconforter en lui disant que ses parents n’allaient pas tarder à venir les chercher. Quand elle les vit ses larmes commencèrent à ruisseler à flot. Pour une enfant de ce jeune âge, ce fut un calvaire, même si elle avait essayé de rester courageuse. Cet événement la marqua pendant de longues années. Hélène fut même suivit par une pédopsychiatre afin de comprendre pourquoi, chez elle, ce traumatisme durait et ne s’estompait pas. Mais, rien de concluant en sortit. La petite fille, depuis cette journée, avait perdu son goût pour l’aventure et ne découvrait le monde, à présent, que par les livres et la télévision.

Chapitre II : Bonne nouvelle, mauvaise nouvelle, chagrin.

L’année suivante, à cinq ans, elle entra en école primaire. En avance sur son âge, ses instituteurs étaient très étonnés et ce fut donc sans surprise que la fillette sauta quelques classes pour, à sept ans, finir en dernière année. Cette nouvelle fut une autre surprise et, cette fois, une bonne. Ses parents étaient fiers et ne s’inquiétaient pas trop car, pour l’instant, elle était en primaire et le niveau entre les classes n’était pas trop éloigné. Par contre, comme leur avait dit la pédopsychiatre, l’entrée au collège allait être une épreuve et, si Hélène continuait de sauter des classes, ça allait altérer son comportement et elle n’allait pas grandir aussi joyeusement qu’un enfant de son âge. Pour reprendre ses mots, la petite allait être forcée de grandir plus vite et allait en pâtir. Son père et sa mère décidèrent donc que leur enfant continuerait sa scolarité normalement.

Mais, un élément dont personne ne s’attendait survint quelques mois plus tard, pendant les vacances d’été, avant l’entrée en première classe de collège. Un terrible accident arriva. Tout le monde ne pouvait, ce jour, que fondre en larmes. C’était tellement inattendu. Les urgences n’avait rien pu faire. C’était la pire journée jamais vécu pour tous. Les prières ne pouvaient rien faire. Hélène, après avoir été percutée par un chauffard, était allongée dans un lit, dans un coma profond.
Chapitre III : « Ma petite puce ».


« Ma chérie, c’est maman. Aujourd’hui c’est ton onzième anniversaire. Tout le monde est là, autour de toi. Ton père t’a acheté un vélo pour que tu puisses, à ton réveil, découvrir et explorer comme tu le faisais quand tu étais petite. Chaque jour il s’entraîne afin d’être prêt pour faire la course contre toi. Il n’attend que ça et moi aussi, j’aimerai te voir sourire. Papi et Mami ont déménagé, ils habitent au-dessus de chez nous à présent. Chaque jour ils passent te voir et regarde la télévision avec toi. Des fois, ils te lisent quelques livres. Jules Vernes, tu aimais beaucoup ses livres quand tu étais en primaire. Nous t’attendons tous, ma petite puce. Te serrer dans mes bras, ça me manque. Ta voix, j’aimerai l’entendre encore, même si ce n’est qu’un instant.

Hélène, tu as un petit frère. Il aimerait te connaître, connaître sa grande sœur. Il a autant besoin de toi que nous avons besoin de notre fille. S’il te plaît, réveilles-toi. Je donnerai tout pour que tu puisses te réveiller. Tout. Fais-moi un signe, je t’en supplie. Reviens parmi nous. »
♠ Dreamland :

Sans savoir pourquoi, ni comment, Hélène se retrouva dans cet endroit. Un instant avant elle était en train de traverser un passage clouté et, à présent, elle se trouvait ici. De nouveau seule, elle ne savait pas où elle se trouvait et commençait à pleurer. Mais, sans perdre espoir, elle appelait inlassablement ses parents. Ils étaient peut-être là ? Ou, alors, ils la réveilleraient ? Après tout, c’était peut-être un rêve. Mais, pourquoi serait-elle consciente dans ce cas ? Il ne fallait pas chercher à comprendre et elle continuait de les appeler, de plus en plus fort. La petite fille avait peur. En plus de ça, il commençait à faire nuit.

« Moins de bruits ! Il y en a qui essaye de dormir ! »

Quelqu’un, ou plutôt quelque chose, apparue devant elle. Il s’agissait d’une citrouille volante, drapée d’une cape et coiffée d’un chapeau bleu. Malgré cette tête, le fantôme ne semblait pas bien effrayant et, avec ses petites mains et sa lanterne, paraissait plus sympathique qu’autre chose. Surprise, la fillette resta sous le choc : ce n’était pas tous les jours que l’on voyait pareil spectacle. Maintenant, c’était sûr, elle était bien dans un rêve : les citrouilles volantes qui parlaient, ça n’existait pas.

« Je cherche mes parents. Comment je peux sortir ? »

« Sortir ? Sortir d’où ? Tu es dans le labyrinthe, petite. Je peux t’aider à y sortir si tu veux. Mais, je ne sais pas où se trouvent tes parents. »

« Non, non. Je suis dans un rêve. Tu ne veux pas m’aider à y sortir ? »

« Un rêve ? »

Hélène recommençait à pleurer. C’était comme la dernière fois, dans ce parc. Mais, cette fois, personne n’allait venir la chercher. Étant la première fois qu’elle faisait un rêve lucide, elle avait extrêmement peur, pensant qu’elle était bloquée et qu’elle devait absolument trouver une sortie pour se réveiller. Et, ne le sachant pas, ce n’était pas loin de la vérité.

« Oui, un rêve. C’est quand on s’endort et que… »

« Je sais ce qu’est un rêve ! Merci. »

La fille, par réflexe, regarda ses mains et fut encore plus horrifiée. Sa peluche protectrice n’était plus là ! Comment allait-elle trouver du courage sans elle ? C’était vraiment un véritable cauchemar. Du coup elle se mit à chercher partout autour d’elle, même dans les épais buissons du labyrinthe.

« Que cherches-tu ? »

« Jack ! J’ai perdu Jack ! »

Imaginez-vous très jeune, même pas la dizaine, dans un lieu étrange et sombre, que vous ne connaissez pas et que vous n’avez pas envie de connaître. Imaginez, face à vous, une citrouille flottante qui vous fait la conversation parce que vous l’avez empêché de s’endormir. N’importe qui serait pris de panique et chercherez ses parents ou n’importe quelle aide. La petite fille, mâture pour son âge, savait qu’il s’agissait d’un rêve. Mais, même en le sachant, cela ne l’empêchait pas de réagir comme une enfant de sept ans.

« Maman ! Papa ! »

Hélène avait abandonné les recherches et recommençait à appeler ses parents. L’esprit continuait de la regardait, ne la comprenant pas vraiment. Après tout, si elle pensait être dans un rêve, son père et sa mère n’étaient pas là. Pourquoi les personnes, sous l’effet de la peur, ne prenaient pas le temps d’être rationnelles, calmes et réfléchies ? La pauvre enfant, en plus de ça, s’enfoncer dans le labyrinthe. Cela devenait de plus en plus dangereux pour elle. Mais, il la laissa faire, il n’avait pas le droit de l’aider lors de cette épreuve. Néanmoins, même si elle agissait de la sorte, elle allait surement réussir. Effectivement, sans le savoir, en se focalisant sur la recherche, l’enfant en oubliait sa peur. Il fallait qu’elle sorte et, en plus, indemne.

D’ailleurs, instinctivement, volontairement ou non, l’esprit ne le savait vraiment pas, la petite fille avait placé une de ses mains sur le mur feuillu et suivait le chemin. Elle avait de la ressource ! Elle pouvait aller loin si elle continuait comme ça, ce n’était pas à en douter. Cependant, il y avait toujours des pièges à éviter et, pour ça, il n’y avait pas d’astuces.
******

Presque une heure plus tard, la petite américaine sortit du labyrinthe. Ce fut, pour elle, vraiment éreintant. Contrairement à ce qu’il voulait, l’esprit l’avait aidé à échapper aux pièges et autres dangers. Il allait se faire taper sur les doigts et surement se faire rétrograder. Mais, au moins, il avait pu accomplir sa bonne action. De toute façon, il voulait quitter ce travail car, finalement, ce n’était vraiment pas fait pour lui.

« Tu sais où se trouve la sortie ? »

Il dut se prendre la tête entre les mains pour éviter de lui hurler dessus. Elle avait juste à attendre pour se réveiller, c’était pourtant assez simple, non ? Dans tous les cas, Hélène était une voyageuse à présent. D’ailleurs, il hésitait à devenir son invocation. Au moins, il n’allait pas autant s’ennuyer que dans ce labyrinthe et, surtout, il n’allait pas se faire taper dessus par son patron. Partir en douce avec cette petite fille, c’était vraiment une bonne idée.

« Ce n’est pas tout ça mais je vais devoir te laisser…À bientôt, Mademoiselle. »

Et sans demander son reste il disparut après lui avoir foncé dessus, ce qui fit énormément peur à l’enfant. Pour le coup, elle ne savait vraiment pas où cette citrouille volante était passée et, encore pire, où elle se trouvait elle-même. En gros, elle était vraiment revenue à son point de départ : sortir de ce rêve et retrouver ses parents.
♠ Les chroniques d'un Baby :

Quatre ans. Quatre ans en tant que voyageuse, traversant et découvrant Dreamland. Avec cette ancienneté, n’importe qui pouvait finir en ligue M. Elle avait eu la chance d’y survivre pendant ces années, pourquoi n’aurait-elle donc pas sa place ? Qu’elle fut une guerrière ou non, une adulte ou une enfant, rien ne changeait à ce fait. Hélène s’était, par ailleurs, illustrée dans des petits tournois de poker à Kazinopolis. Les gens, pour la plupart, sous-estimaient les très jeunes personnes, ce qui lui avait donné un certain avantage, surtout quand il s’agissait de bluffer. Cette ville, scintillante et lumineuse, était son petit coup de cœur dans le monde des songes. Par contre, à l’opposé, elle n’aimait plus trop mettre ses pieds au Royaume des Chats : quand on jouait un tour à la mafia locale, il valait mieux disparaître et prendre ses distances.

Hélène fut remarquée assez tôt par Athia qui lui permit de loger dans sa cité aussi longtemps qu’elle le désirait. C’était un soulagement et, surtout, un honneur. La petite fille se prit d’admiration assez vite pour cette reine. Douce, généreuse et extrêmement compréhensive ; comment pouvait-elle ne pas l’aimer et l’apprécier ? En plus de ça, l’enfant lui était sincèrement redevable.

La fillette était devenue, avec le temps, une aventurière, cherchant toujours sa fameuse sortie pour retourner dans son monde. Après tout, ses parents et ses amis lui manquaient terriblement. Elle voyageait donc tout le temps, traversant les zones et les royaumes, comme s’il ne s’agissait que de promenades ordinaires. Depuis le temps, certaines créatures avaient sympathisé avec elle et d’autres pas du tout. Mais, dans tous les cas, elle était connue de la majeure partie de la population originaire de Dreamland.

À un moment, cela avait duré plusieurs mois, un “voyageur killer” l’avait pris comme cible. Ce dernier pensait, à juste titre, qu’elle n’avait aucun moyen de se défendre. C’était vrai. De front et en duel de puissance, Hélène ne pouvait presque rien contre les autres personnes. Malheureusement, après cette traque incessante, il fallait en déduire que niveau sournoiserie et coups fourrés, l’enfant s’y connaissait. C’était long et pénible. Mais, au moins, elle avait pu prouver, véritablement, qu’elle n’était pas une victime qui se laissait faire. Battre quelqu’un de haut classement, avec son pouvoir, avait été très dur, surtout que l’individu en face n’avait pas été le premier des idiots, loin de là.

La pré-adolescente, détestant les conflits, préférait les éviter le plus possible. Cependant, son ancienneté donnait envie à certains qui rêvaient de trophées. Une voyageuse, très jeune de surcroît, avec ses quatre années, c’était extrêmement rare. Heureusement qu’elle avait des alliés un peu partout, sinon elle se sentirait vraiment acculée. Au moins, cela lui permettait de toujours être suspicieuse et observatrice, à toujours avoir un coup ou deux d’avance. Néanmoins, il fallait l’avouer, à la longue c’était devenu vraiment épuisant. Pourquoi tout le monde, surtout ces tueurs de voyageurs, pensait qu’une enfant était facile à avoir ? Surtout qu’elle avait démontré de nombreuses fois qu’elle n’était pas n’importe quel enfant.

Un jour, par ailleurs, elle se retrouva mêlée, sans le vouloir, à une sombre enquête la montrant comme l’un des suspects. En réalité, la pauvre victime avait été un “exemple” qu’avait fait le véritable meurtrier. Le but ? Tuer Hélène en faisant passer l’acte pour un suicide de regrets. La mort de voyageurs étant fréquente, même les plus mystérieuses n’avaient pas de dossiers. Et, même s’il s’agissait de la protégée d’un monarque, la fillette n’était pas une créature et ouvrir une enquête pour elle aurait été stupide. Heureusement que ce fou fut condamné à redevenir un rêveur car jugé trop dangereux pour la sureté publique. Il n’était pas à préciser que cette affaire s’était passée à Justicity.
J'aime -
1. Ses parents
2. Voyager
3. Lire
4. Écrire
5. Manger
Je n'aime pas -
1. Les Voyageurs Killers
2. Les prétentieux
3. Les Créatures de Cauchemars
4. Les idiots
5. Les brutes

- Phobie : Peur de se perdre/de se retrouver seule.

- Pouvoir : Invocation de Jack. Il s’agit d’un petit esprit à tête de citrouille, portant une longue cape bleue et un chapeau, de même couleur, en pointe. Il ne possède pas de corps, juste deux mains dans lesquelles il porte une lanterne.

Jack permet de guider sa maîtresse partout, sans qu’elle risque de se perdre ou de se retrouver face à un danger. Il peut aussi cartographier une zone donnée (pas plus grande qu’une ville) en la dessinant à la cire sur n’importe quelle surface (et avec une vitesse surprenante).

- Objet magique : Un canif (dont la lame ne rouille pas, ne s’émousse pas et ne se casse pas)  qu’elle a volé à un petit mafieux du royaume des chats. Depuis, elle évite d’y retourner, par peur de représailles.

• Le personnage sur ton avatar : Anne/La vagabonde – JoJo’s Bizarre Adventures.
• Rang spécial désiré :
Génie en herbe
• Relation prédéfinie : Protégée d’Athia.
• Code du règlement :

Derrière l'écran...
-----------------------------------


• Prénom ou pseudo: DC de Julie Augustin
• Age: 25 ans
• comment as-tu connu le forum ? DC de Julie Augustin
• Connais-tu Dreamland ? Ouip
• Depuis quand fais-tu du rp ? Six ans
• Pourquoi as tu choisi ce forum? DC de Julie Augustin ?
• Des critiques sur le forum ? Nop
• Une remarque ? On mange à quelle heure ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joy Killamanjiro
Indiana Joy
Indiana Joy
avatar

Pouvoir : contrôleur des chiffres
Points de Puissance : 40 650 points
Points de Réputation : 56 500 points
Points du Membre : 741 points
Double Compte : Diavolo Mayor
Messages : 687

MessageSujet: Re: Hélène Rose, l'enfant prodige [terminée]    Dim 24 Avr - 9:40

Salut !



Fiche agréable à lire, un personnage dans le coma, plutôt intéressant à traiter !

Seul hic dont nous avons parlé sur la chatbox, c'est qu'elle est "too much" pour une fillette de 11 ans. D'accord, il y a des enfants surdoués, mais là ça fait beaucoup : échecs, poker, violon, écriture, et elle se comporte comme une adulte...ça donne beaucoup d'avantages par rapport à des personnages plus réalistes et plus simples. Après, on ne peut pas trop dire grand chose, c'est plausible, mais je surveillerai tout de même l'évolution de tes messages. Aussi, j'aimerais que tu précises deux ou trois défauts (en plus de son jeune âge, qui devra être joué comme tel), parce que là on est trop en présence de la petite fille parfaite, du moins déterminée à l'être. C'est trop visible. C'est trop trop Yeah

Aussi, ton pouvoir d'invocation me fait vraiment trop penser à Jojo's. Idéalement il faudrait distinguer les deux mangas quant aux pouvoirs propres à chacun, mais là encore, celui d'Hélène est possible (c'est l'avantage de Dreamland). J'attends de voir ta FT, mais j'aimerais ne pas trouver celle d'un personnage ayant un Stand. Là encore, c'est comme pour les personnages issus de Star Wars, si vous voulez jouer sur d'autres univers, allez sur les forums qui s'y consacrent.
Après, j'aime beaucoup ton idée, mais je me permets de placer toujours cette réflexion quant aux influences - nécessaires - trop présentes.


Hélène continuera donc de comater en tant que 2 938 eme de la Major !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julie Augustin
Ligue B
Ligue B
avatar

Surnom : Killer Queen
Pouvoir : Morpheuse insectoïde
Points de Réputation : 12 300 points
Messages : 112

MessageSujet: Re: Hélène Rose, l'enfant prodige [terminée]    Dim 24 Avr - 10:53

Et pour le test RP?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joy Killamanjiro
Indiana Joy
Indiana Joy
avatar

Pouvoir : contrôleur des chiffres
Points de Puissance : 40 650 points
Points de Réputation : 56 500 points
Points du Membre : 741 points
Double Compte : Diavolo Mayor
Messages : 687

MessageSujet: Re: Hélène Rose, l'enfant prodige [terminée]    Dim 24 Avr - 11:20

Ton histoire me semblait valider le test RP, mais il reste obligatoire pour entrer en ligue M. Alors je t'en prie. Tu pourras faire ta FT après avoir posté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hélène Rose

avatar

Surnom : HR - Rozbouton
Pouvoir : Invocation de Jack
Double Compte : Julie Augustin
Messages : 23

MessageSujet: Re: Hélène Rose, l'enfant prodige [terminée]    Mer 27 Avr - 21:29

Voilà mon test RP, il est assez long :


Le royaume des glaces. Pourquoi avait-elle fait tout ce chemin pour venir ici ? Il faisait froid et il était assez difficile d’y respirer s’y l’on n’était pas habitué. En quatre ans, Hélène avait tout fait pour éviter de se rendre dans les terres élémentaires. Cependant, elle avait réussi à avoir un entretien avec un Lords qui pouvait, selon ses dires, l’aider. Comment avait-il eu vent de l’objectif fixé par la petite fille ? C’était un mystère. Mais, dans tous les cas, la curiosité l’avait poussé à savoir et elle se trouvait, à présent, dans un petit village, pas trop loin des frontières. Là, assez fatiguée, elle se dirigea vers un bar, afin de reprendre des forces et trouver une bonne chambre où passer la nuit.

Entrant, elle eut beaucoup de mal à aller jusqu’au comptoir, la salle grouillant de monde. Après tout, rien n’était mieux que l’alcool pour se réchauffer un peu. Néanmoins, trop petite, elle ne pouvait pas se faire voir et seule une de ses mains dépassait, afin d’indiquer sa présence au gérant. À côté de ça, ne connaissant pas l’endroit et sachant qu’elle était souvent la cible de VK, elle jetait des coups d’œil sur ses côtés de temps en temps, pour ne pas tomber dans une probable embuscade. Ce fut à ce moment que quelqu’un tapota sur son épaule, la faisant se retourner très rapidement. Le visage rouge et le nez gonflé, ne sachant pas s’exprimer correctement, il s’agissait d’un client saoul.

« Je t’ai déjà vu quelque part toi….Si, si, si. Hmmm…Ne me dis pas, je vais trouver…. »

Hélène, en le regardant mieux, faillit sursauter. Ce dernier ne semblait pas la reconnaître, heureusement. Il s’agissait d’une des nombreuses personnes qui rêvaient de l’avoir en trophée de chasse. Elle se rappelait très bien de lui car il avait été à deux doigts de réussir son coup. D’ailleurs, la fillette en avait encore des sueurs froides. Pendant qu’elle essayait de partir, avec son verre fraîchement servi, l’homme l’observait, essayant de se rappeler.  Apparemment, elle le découvrit, il ne s’agissait d’une mise en scène.

Effectivement, plus rien ne bougeait à l’intérieur du bar. L’adversaire avait dévoilé son jeu assez rapidement. Il la prit par le bras et la lança, assez facilement, sur une table, poussant les clients figés. C’était le moment de fuir, il n’y avait pas de temps à perdre. Mais, comment partir ?

« On devrait me donner un Oscar, tu ne penses pas ? »

Il lança dans sa direction plusieurs couteaux qui se figèrent également sur place. Le silence glaçait l’atmosphère et seul le bruit des aiguilles de l’horloge murale se faisait entendre. Il claqua des doigts et le cours des choses reprit. Les lames reprirent leur course et se plantèrent sur les pauvres clients qui avaient été assez surprit de se retrouver au sol et non sur leur chaise.

« J’adore ce pouvoir, je ne m’en lasserai jamais je crois. »

Les cadavres, frais pour l’instant, firent crier et hurler de peur les plus faibles de la pièce. Personne ne connaissait le coupable. Néanmoins, tout le monde voyait Hélène sur la table, au milieu de cette marre rouge. Les conclusions hâtives, assez facile à faire, il était donc simple de la suspecter. Intérieurement, le tueur en riait. Il figea de nouveau l’intérieur du bar et s’approcha de la petite fille, encore maître d’elle-même.

« Eh bien, gamine, je pense que tu es dans la plus grande merde à présent. »

Elle ne lui répondit pas et sauta sur le sol, cherchant absolument à sortir. Elle n’était pas encore prête pour l’affronter de face. Malheureusement, plus elle s’approcher des portes, plus elle se sentait lourde et, surtout, ralentit. Il pouvait la rattraper sans difficulté, marchant tranquillement.

« Tu fais encore une fois une chose pareil et on arrête de s’amuser ! »

Puis, il la porta une nouvelle fois et la lança contre le comptoir, la libérant complétement de son pouvoir, pour qu’elle ne soit plus figée. Se relevant assez péniblement, elle le regardait avec un air de défi cette fois-ci. Ce n’était vraiment pas la première fois qu’ils se retrouvaient en face l’un de l’autre et elle le connaissait, depuis le temps, assez bien.

« Je connais le secret de ton pouvoir, tu sais. »

« Avec le temps, si tu ne l’avais pas déjà découvert, j’aurai pris peur. »

La salle s’anima de nouveau, il avait annulé l’effet de son pouvoir. Hélène n’étant plus sur la table, tout le monde se mettait à la chercher pour la conduire chez les agents du village. Mais, maligne, elle en avait profité, de ce retour d’animation, pour fuir discrètement, tout en étant rapide. Après tout, le comptoir n’était pas très loin des escaliers menant au premier étage.

Il faut que je trouve un moyen de sortir. Si j’ouvre une fenêtre et que je saute, je risque de me casser une jambe.

Là, une main la saisit par l’une de ses épaules. Puis, des chuchotements se firent entendre. Elle se retourna mais ne vit personne. Les murmures continuèrent alors. Elle soupira et s’arrêta dans une des chambres. En face d’elle, une citrouille coiffée avec un chapeau de sorcier et une cape, les mains tenant une lanterne d’époque.

« Il est pire qu’un chewing-gum accroché à une semelle, je crois. »

« Merci, je ne savais pas. Maintenant, aide moi à partir de là. »

L’esprit lui montra le mur à sa gauche. Il avait cartographié tout le bâtiment et même les rues aux alentours avec de la cire. Hélène eut juste le temps de voir le plan et de le mémoriser avant qu’il s’efface. À présent, elle savait quoi faire. Mais, il fallait faire vite. Elle savait pertinemment que son adversaire avait déjà remarqué son absence et était surement déjà à sa recherche.

« Tu ne devrais pas trop traîner, on ne peut rien contre lui. »

La petite voyageuse allait ouvrir la porte pour sortir de la pièce quand elle se sentit de nouveau ralentir et s’alourdir. Il était déjà là et l’avait déjà repéré. D’ailleurs, il entra dans la salle et lui sourit avant de pousser Jack qui essayait de le frapper. Il détestait vraiment cette invocation, surtout après ce qu’elle lui avait faite la dernière fois.*

« Tu pensais que je n’avais rien remarqué ? Pourtant je t’avais prévenu… »

Il leva sa main pour la gifler mais elle resta en l’air. La citrouille au chapeau essayait au mieux de la tenir. Mais, ce qu’elle ne savait pas était que la flamme de son objet commençait à brûler légèrement son ennemi au contact de son avant-bras. Malheureusement, ce répit ne prit que quelques secondes, l’adversaire se dégageant assez facilement. Néanmoins, cela avait eu comme effet d’annuler, inconsciemment, son emprise sur la fille, qui eut le temps de s’enfuir.
******

Dehors, elle essayait de mettre le plus de distance entre elle et le tueur. Pour l’instant, ayant mémorisée la carte de l’esprit, elle s’était réfugié dans une cachette dont l’entrée, avec ce temps, était peu visible. La neige permettait de cacher bien des choses. Mais, ça ne résolvait pas le problème pour l’instant. Cette pause ne lui servait donc qu’à reprendre des forces.

« Bouh ! »

C’était Jack. L’avantage des invocations était d’apparaître et de réapparaître quand elles le voulaient et où elles le souhaitaient, de la bonne grosse triche en somme. Cependant, le bruit surprit Hélène qui se retourna assez rapidement. La citrouille riait un peu de sa blague tout en pointant le sol au pied de la petite fille.

« C’est la carte de la zone, à côté du village. Tu vois : là, c’est l’entrée et là, c’est…Le Jackpot. Sinon, je te suggère de sortir par ce côté car il approche. »

Ni une ni deux, l’enfant suivit les directives. En plus de ça, elle entendait des bruits de pas se rapprochaient, ce qui n’était vraiment pas bon quand on savait que personne n’arpentait les rues tout à l’heure. Elle partit de sa cachette de l’instant pour rejoindre la sortie du village qui ne se trouvait qu’à quelques mètres. Là, elle aurait peut-être une chance d’échapper complétement à ce VK de malheur. Car, effectivement, elle savait que le pouvoir de ce dernier ne pouvait ralentir ou figer que les personnes et les objets. L’astuce pour le stopper ? Un lac gelé. C’était à cet endroit qu’elle se dirigeait, Jack restant près d’elle à présent, pour la réchauffer principalement.

« Quand je pense qu’à tes débuts sur Dreamland tu avais énormément de mal…Je suis fier de toi, tu sais ? »

« On n’a pas le temps pour les instants souvenirs, je te rappelle. »

Ils commençaient à atteindre leur but. Mais, comme aucun plan ne pouvait se dérouler parfaitement, leur adversaire les poursuivait et était déjà en train de les rattraper. Tant qu’ils n’étaient pas dans sa zone, il ne pouvait pas utiliser son pouvoir sur eux. Ils réussirent donc, avec beaucoup de mal, à garder une certaine distance avec lui. Cependant, en contrepartie, n’ayant pas l’endurance d’un adulte, Hélène finit par tomber d’épuisement. Ses poumons commençaient à lui faire mal et ses genoux n’arrivaient plus à la porter. C’était vraiment impossible de continuer pour elle.

« Tu m’as fait pas mal courir, gamine. Mais, je te rattraperai toujours. »

« C’était l’objectif, Bonko. »

« Comment ça ? »

« Tu veux vraiment que je fasse le discours de la victoire ? Tu ne veux pas savourer ta défaite, plutôt ? »

« Espèce de…..Ne te donne pas des airs avec tes phrases clichées de films d’action. »

« Regardes autour de toi, alors. »

Il regarda autour de lui et remarqua qu’il était sur le fameux lac gelé. Et, en plus de ça, il remarqua qu’elle, elle ne l’était plus. Des craquements se faisaient entendre, cela commençait à devenir vraiment inquiétant pour lui. La voyageuse le regardait toute souriante et, bien sûr, Jack aidait la glace à se fissurer plus vite avec sa lanterne. Voyant ça, le tueur se dirigea vers lui, afin de l’empêcher de continuer. Mais, trop tard, il sentait à présent que le moindre mouvement pouvait faire craquer toute la glace qui se trouvait sous lui.

« L’avantage de ne pas être un adulte, c’est que l’on est pas lourd. »

« Et l’avantage d’être un esprit, c’est que l’on a pas de corps. »

Les deux se moquaient de lui à présent, afin de se détendre. Ils partirent quelques secondes plus tard, avec grande difficulté pour Hélène. Obligé de se concentrer pour ne pas se faire tomber, le VK ne pouvait pas les arrêter avec son pouvoir ou les rejoindre. Ils ne l’avaient pas battu pour autant, ils ne lui avaient joué qu’un sale mauvais tour. C’était ce qu’il pensait en tout cas. Jamais elle ne pourrait battre quelqu’un avec ses capacités et sa citrouille volante.

La vengeance est un plat qui se mange froid, gamine !
----------
Qui dit affrontement et combat ne veut pas forcément dire victoire ou défaite, c'est le cas pour ce test. Hélène préférera toujours fuir, c'est comme ça. J'aurai pu le faire plus court alors? Non, ça n'aurait pas été amusant à faire, je pense.

Comme expliqué, le pouvoir de l'adversaire est de ralentir, jusqu'à figer s'il le veut, des personnes ou des objets. Néanmoins, il a une zone d'effet pour son pouvoir qui dépend du nombre de "cibles". Si elles sont plusieurs, c'est 9m², si elle est seule, c'est 1m². Ce qui explique pas mal de choses^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joy Killamanjiro
Indiana Joy
Indiana Joy
avatar

Pouvoir : contrôleur des chiffres
Points de Puissance : 40 650 points
Points de Réputation : 56 500 points
Points du Membre : 741 points
Double Compte : Diavolo Mayor
Messages : 687

MessageSujet: Re: Hélène Rose, l'enfant prodige [terminée]    Sam 30 Avr - 17:49

Tu peux poster ta FT !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hélène Rose, l'enfant prodige [terminée]    

Revenir en haut Aller en bas
 
Hélène Rose, l'enfant prodige [terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Every rose has us thorn [ Terminée ]
» Le nouveau prodige [Terminé]
» Sélène Turner - Back in Black [Terminé]
» Le retour de l'enfant prodige (Pv Hakuryuu Ren)
» Elle n'est plus une enfant! [Rubis][TERMINÉ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dream Land Infinity RPG :: Administration :: Personnage :: Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers: