AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Moby-Dick [en cours]

Aller en bas 
AuteurMessage
Båo

avatar

Surnom : Båø
Messages : 1

MessageSujet: Moby-Dick [en cours]   Mar 9 Fév - 17:38


Bernard Hamilton
“Une mer calme n’a jamais fait un bon marin.”
Ton personnage...
-----------------------------------





Nom : Hamilton
Prénom : Bernard-Alexander-Oliver
Surnom : Båø
Age : 28ans
Sexe : M
Où habites-tu ? : D’origine anglaise, il vie sur un bateau autour du monde.
Activité : Marin à temps plein, escrime & littérature.
Ton histoire...
-----------------------------------

♠ Description Physique :

Notre jeune héros est tout se qu’il y a de plus normal je vous rassure, aucun bras en trop, deux yeux bien ronds et tout l’équipement qui va avec. Non plus un adolescent depuis quelques années, c’est désormais en tant qu’homme qu’on le juge et nous commencerons en force avec sa bonne corpulence. Non pas gras, Bao est ce qu’on appellerait le résultat de dures années de labeur physique, son corps se développa de deux façons, mais parlons de la première pour l’instant. Ayant passé depuis sa tendre enfance tout son temps sur un navire, il aura rapidement développé divers attributs. Premièrement une constitution de marin, ensuite une agilité à toute épreuve et finalement une force de caractère qui se répercute sur tout son être. Il peut travailler, boire et manger sans relâche des heures durant afin que son navire vogue vers de meilleurs horizons, se qui au fil du temps, lui tailla un corps digne du panthéon grec, mais la n’est pas son seul secret. Le vieux loup de mer qui l’aura recueillit se trouvant être un homme distinguer de la haute classe sociale et soyons franc, un homme assez vieux jeu, il eut donc tôt fait de lui enseigner les rudiments de l’escrime en bonne et due forme. Le tout lui permit tout en améliorant ses jeux de pieds, de lui changer les idées entre les divers cours d’eau et mer qu’il emprunta, il y pris même gout au point de devancer le maitre et d’en devenir l’instructeur. Sinon, vous ne le reconnaitrez probablement pas qu’à sa carrure ou son épée, il est l’union de deux êtres tout à fait charmants et bien que son frère ne soit brun, il vint au monde avec la chevelure doré de sa grand-mère, d’un blond si clair qu’ils en sont presque d’un blanc fantomatique qui contraste grandement avec le léger teint basané de sa peau grillé par le soleil. Vous pourriez aussi tomber en amour avec se fougueux regard bleu comme la mer, mais arrêtons-nous là pour l’instant, puisqu’il n’y en aurait pas bien plus a dire de toute façon !
♠ Caractère :

Ayant été élever et éduquer par le même homme, c’est-à-dire un marin chercheur en espèce en voie de disparition, Bao fut élevé dans le but d’obtenir un esprit logique et ferme, se qu’il possède bien aujourd’hui. Grandissant être deux tempêtes ou deux livres de science, il eut tout le temps désiré pour pousser sa curiosité sur divers domaine, mais pour lui, la vie parfaite ne se résume qu’à quelques planches, quelques cordes et une toile contenant assez de vivre et de rhum pour lui tenir tout une vie, sans oublier un mannequin d’entrainement, quelques bons livres et sa rapière préférée. On peut donc également le qualifier de rêveur simpliste. Quelque qu’il en soit, même s’il préfère le confort d’un navire silencieux, il n’en reste pas moins une personne cultivée et aimable qui saura vous parler de tout et de rien avec la touche personnalisée qu’ont les Anglais d’Angleterre, avec charme et galanterie.  Sinon, Bao aime tout, il est très rare de le voir se mettre en colère, ayant eu une éducation à l’ancienne, sans parler de son enfance en milieux quelque peu dangereux, la vie de marin aura fait de lui un homme prêt à toute épreuve, dans un univers ou il sera capable de garder son sang-froid peut importe la situation.
♠ Histoire :

Mon histoire commence avec ma propre mort.
Je n’étais pas très vieux alors que la famille de laquelle je viens, décida de passer l’une de nos journées de vacance d’été à la plage. C’est par cette belle journée ensoleillée en Europe que j’embrassais un destin nouveau, plus intrépide et aventurier que la vie qui m’était autrefois destiné. Je ne me rappelle plus de tous les détails et bien qu’il m’aurait été facile de tout vérifier avec les journaux et autres technologies, je tombais si vite en amour avec ma nouvelle vie, que mon ancienne ne reçut qu’une vague promesse d’une rencontre prochaine, dans un avenir lointain et incertain. Je sais, c’est égoïste, mais ses gens qui m’aimaient avait déjà fait leur deuil alors que moi, je voguait vers d’incroyable aventure. Pour ne rien vous cacher, un jour j’aurais peut-être le courage, le courage de chercher dans les rubriques nécrologique de cette journée qui marque mon esprit au fer rouge à tout jamais. Peut-être trouverai-je le courage de leur annoncer ma trahison…

C’est en compagnie de mon petit frère que je m’étais aventuré au large de l’océan, nous n’était que de jeune enfant insouciant capable de nager et pour nous s’était déjà bien assez. Cette vaste étendue d’eau n’était qu’un nouveau terrain de jeu, elle n’était pas encore prise au sérieux et malgré les avertissements, il faut croire que notre destin n’attendait que nous. Étant le plus vieux des deux, j’avoue avoir conduit notre duo invincible au large de se qui nous était permis, à bord d’une embarcation chambranlante qui nous permit tel un galion espagnol d’atteindre nos rêves les plus fous à moi et mon petit frère. À bout de force, cela nous pris une demi-heure pour rejoindre un endroit qui nous semblait assez loin, nous pouvions alors rire et jouer tel des pirates sur notre rafiot de fortune qu’était notre longue planche de surf, mimant les jeux d’épée et les taquineries alors qu’une tempête se levait non loin de notre emplacement. En réalité, se n’était que quelques mauvaises vagues puisque la température semblait avoir décider qu’il n’était plus temps de nager impunément.

Ensuite, l’inévitable se produisit, une mauvaise vague comme j’aime bien le dire, nous fit chavirer et comme nous n’y avions pas pensé plus tôt, aucune bouée de secours n’était à disposition alors que nous en avions le plus besoin. Rémy, mon frère cadet que j’aimais plus que tout et don je ne me rappelle plus le nom aujourd’hui, était bien entendu celui de nous deux qui avait le plus de difficulté avec la nage et ne le blâmons pas, s’était tout a fait normal compte tenue de la différence d’âge qui nous séparait. D’un élan chevaleresque, je le propulsait en direction de notre rafiot auquel je le voyait s’accrocher avant de disparaitre sous les flot qui m’emportait, in-soutenue par le corps frêle et blanc d’un gamin ayant passé beaucoup trop de temps devant des jeux vidéo, c’est seulement à ce moment, dans un dernier sourire qui laisserait bientôt passer des torrent d’eau, que je réalisais que les avertissement de mes parent n’était pas si stupide en fin de compte. Je m’en allait vers le fond, laissant à cette jeune pousse la chance qu’il méritait de fleurir alors que moi j’avais déjà profiter de ma vie, d’une certaine façon, j’avais déjà compris que l’école et la routine n’était pas pour moi, mais de la à mourir ? Non, certainement pas, je n’étais pas prêt ! je voulais vivre ! Et c’est à se moment tragique, perdue entre la raison et la folie que j’ouvrit la bouche pour hurler de douleur, que l’eau entra en moi sans demander son reste. Les larmes coulaient de mes yeux et bien que je soit dans l’eau, j’en avait la certitude, elle accompagnerait ma descente aux enfers.

Je coulais donc, telle une pierre, alors que j’avais au moins la certitude d’avoir aidé mon petit frère, je me débâtais, quand même du mieux que je pouvais jusqu’à ce qu’un courant m’entraine plus profondément, ou je me cognais finalement la tête, puis ce fut le vide absolu. Perdant connaissance sur le coup, mon corps frêle et faible fut emporter beaucoup plus loin, par le mouvement des vagues, c’est à cet instant qu’un filet me recueillit, m’entrainant aussitôt contre mon gré sur le pont d’un navire que je voyait pour la première fois.

Je me réveillait, en panique, les yeux injecter de sang, sur un différent navire du mien, adieu le galion espagnol. Celui-ci était beaucoup plus proche de ce que je m’était un peu plus tôt imaginé, sauf qu’au lieux de ce petit garçon dont j’avais un vague souvenir, un homme a la forte barbe se penchait sur ma poitrine en priant dieu que j’ouvre enfin les yeux. Apres avoir craché de l’eau, je criait désespérément en pleurant toutes les larmes qu’il me restait, le nom incompréhensible que j’Avais en tête. Rémy, Rémy… Mais le vieux loup de mer, finit par me rassurer et me demanda alors si mon nom était celui que je clamais. Evidemment, je savais qu’il n’était pas mien, mais le mien… Je l’ignorais également. C’est ainsi que j’héritai de trois nom qui me plaisait bien, Bernard, Alexander et Oliver. Quant au nom de famille, je choisis de garder celui de mon sauveur en signe de gratitude. Mais ne vous inquiété pas, ses décision se firent à tête reposer, j’eut bien le temps de me remettre de ma mort, une mort qui fut brève et dont je ne conseille l’expérience à personne.

Quelques jours de repos plus tard, le vieux barbu m’expliqua que je m’était cogné la tête trop fort et que la perte de sang n’Avais pas aider ma cause, mais heureusement, la perte de conscience avait préserver le peux d’air dans mes poumons et j’avais ainsi pue survivre un peu plus, mais à quel prix ? Je n’avais plus souvenir de rien, pour moi, s’était un nouveau départ et malgré les bonnes intentions de mon bon samaritain, c’est du haut de ma dizaine d’année que je lui demanda de me garder à bord. Pourquoi ? M’avait il répondu à l’époque. Et ma réponse fut aussi limpide que l’eau de la mer. Il n’était pas question que je quitte se navire, plus jamais je ne retournerait à l’eau, plus jamais…

Il eut beau essayer, rien ne fonctionna, je ne quitta jamais le bateau et lui finit par m’enseigner tout se qu’il savait, des mathématique aux langues, je fit le tour du monde en sa compagnie sans jamais quitter le navire qui dans mon état psychologique, était une protection absolue contre ma nouvelle phobie.

À vingt-huit ans, j’avais pour fierté de dire que j’avais fait le tour du monde deux fois, j’étais désormais maitre d’escrime, je parle couramment quatre langue et possède des connaissance poussé dans beaucoup de domaine, mais je ne quitterait jamais ma vie de marin pour rien au monde, surtout que tout récemment, j’ai appris à vaincre ma peur.

♠ Dreamland : A bord du navire, rien n’allait plus ce soir-là. Une tempête énorme faisaient rage et menaçaient de tout mettre les efforts des deux marins dans une cale et de la fermer a clef, une cale qui coulerait jusqu’au plus profond des océans si la chance ne tournait pas en faveur du duo d’ici peu. Heureusement, c’est vers les premières lueurs du jour, le lendemain matin que la houle se calma, laissant un moment de répit aux hommes fatiguer. Bao lui s’était effondré de fatigue sur le pont, alors que les doux rayons du soleil venaient caresser son visage troublé par les mauvais rêves qui ne tarderait pas à recommencer. Son père adoptif lui, décida de poser une couverture sur son corps et de le laisser en proie à ses affreux souvenirs qui refaisaient surface toutes les nuits. Sachant maintenant depuis bien longtemps qu’il ne pouvait rien de plus pour le pauvre orphelin.

En ouvrant les yeux, le jeune marin savait dans quoi il s’embarquait, dans un autre combat. Celui contre sa phobie.
en cours.

J'aime -
1. La mer et sa tranquillité depuis qu'il a vaincu sa phobie
2. L'escrime
3. La littérature
4. L'alcool
5. Son père adoptif
Je n'aime pas -
1. Les villes
2. Le bruit
3. Les oiseaux
4. Nettoyer le pont
5. Ses trou de mémoire  


- Phobie : Aquaphobie
- Pouvoir : Capable de manipuler & extraire de l’Eau de toute chose pour la contrôler, à haut niveau, capable de se transformer en son élément.  

- Objet magique : Bao possède une gourde magique qu'il traine en bandoulière sur son dos, sa seule propriété est qu'elle lui est lié, elle apparaitra ainsi chaque nuit avec lui et peut emporter l'équivalent d'une vingtaine de litre d'eau à son maximum.
• Le personnage sur ton avatar : Jin Kazaragi AreaD
• Rang spécial désiré : Aucun pour le moment, merci !
• Relation prédéfinie : Rémy Ymèr est le frère de sang de mon personnage.
• Code du règlement :

Derrière l'écran...
-----------------------------------


• age: 22poussières
• comment as-tu connu le forum ? Je suis sur un autre forum(naruto) et un membre en parlait !
• Connais-tu Dreamland ? J’ai lue quelques tomes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Moby-Dick [en cours]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Moby-Dick [en cours]
» Mobydick, Histoire & Légende.
» Mobydick, Histoire & Légende.
» cours de latin
» Cours informatique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dream Land Infinity RPG :: 
Archive partie présentations
-
Sauter vers: