AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bienvenue au centre de recherches ! [PV Emilie Desroches]

Aller en bas 
AuteurMessage
Kaiser
Futur maître du monde
 Futur maître du monde
avatar

Surnom : Le Kaiser
Team : Aucune.
Pouvoir : Lié aux étoiles de mer
Points de Réputation : 7 700 points
Double Compte : L'abruti avec un masque à gaz.
Messages : 62

MessageSujet: Bienvenue au centre de recherches ! [PV Emilie Desroches]   Dim 18 Jan - 21:53

Chaque symbole (♥ ou ♦ ou ♣ ou ♠) indique un lien cliquable permettant d'écouter la réplique de la voix.


Le Kaiser quitta le sentier escarpé sur lequel les rêveurs et les créatures s'aventuraient, pénétrant ainsi dans une nature inexplorée depuis bien des années, hormis par quelques irréductibles.

La mention « Attention, pour votre sécurité, veuillez ne pas quitter le sentier » sur un panneau ovale et rouge ne le fit même pas sourciller. Il avait aperçu des ruines au loin, dans cette jungle luxuriante, et comptait bien les explorer.

Que pouvait bien faire notre homme à Albiana ? Et bien, le Kaiser cherchait des hommes dont il pourrait équiper ses soldats. Il s'était donc endormi avec l'idée en tête de trouver des savants, espérant que Dreamland l'enverrait dans une sorte de royaume peuplé de scientifiques qu'il pourrait convaincre de travailler pour lui.

Hélas, à ce qu'il avait compris en observant son environnement, il était tombé sur une espèce de lieu touristique, où il n'y avait pas l'ombre d'un savant malgré que leur empreinte soit toujours là. Les vestiges d'une civilisation très avancée étaient à présent recouverts d'une végétation dense, ou même sous l'eau pour ce qu'en savait notre homme. Il supposait que dans ces ruines, sommeillaient peut-être de fantastiques armes qui lui serviraient à assurer sa domination.

Bien entendu, pourquoi devait-il prendre les risques seul ? Pourquoi ne pas engager quelqu'un d'autre pour faire le sale boulot à sa place ? Et bien, dans ce genre d'affaire, le Kaiser savait qu'il ne pouvait pas être mieux servi que par lui-même. Et puis, c'était plus gratifiant pour un homme de sa trempe de pouvoir se dire qu'il n'avait de comptes à rendre qu'à lui-même.

Le Kaiser, qui forçait donc un chemin à travers cet endroit sauvage sans s'inquiéter d'une hypothétique faune amatrice de chair humaine, n'avait pas tort en pensant que les ruines dissimulaient beaucoup de choses. En effet, un formidable réseau de galeries serpentait sous ses pieds sans qu'il ne s'en doute.

Alors qu'il marchait sur une racine tout à fait normale, le Kaiser se sentit tomber d'un coup. Le sol sous ses pieds, n'existait plus, et il chutait à présent dans le noir le plus complet, pendant une durée indéterminable.

N'importe qui aurait hurlé, le Kaiser se contenta de froncer les sourcils alors qu'il tombait. C'était sa manière d'extérioriser sa surprise. Il atterrit finalement dans une espèce de chambre d'hôtel, sur un lit dont les draps (propres) n'avaient pas été changés depuis, au moins, une bonne décennie.

Alors que notre homme mettait un peu d'ordre dans sa tenue, une voix se fit entendre.


- Sans mentir, c'était du gâteau. J'avais même conçu un autre piège plus vicieux après celui-là. ♦ Si j'avais su que vous vous feriez capturer comme ça, je me serais contentée de faire pendouiller une cuisse de dinde du plafond. ♥

Le Kaiser l'écouta attentivement, cherchant à comprendre quel était ce lieu. De toute évidence, il était tombé dans le piège de... cette créature, quoi qu'elle soit. Et, même s'il ignorait superbement les piques que lui assenait la voix, il n'aimait pas l'idée d'avoir été capturé par un simple chausse-trappe.

- Où suis-je et qu'attendez-vous de moi ?

- Vous êtes au Centre de Recherches en Intelligence Artificielle et Tests sur Organismes Raisonnés, ou CRIATOR. Tiens, on dirait qu'on a de la visite.

Les murs de la chambre d'hôtel se craquelèrent de manière rectiligne, révélant qu'ils étaient constitués de dizaines de plaques manipulées par des bras robotiques. Bientôt, le lit sur lequel le Kaiser avait atterrit se trouvait dans une immense salle où la lumière était si vive qu'elle agressa les yeux du Voyageur. Il n'y avait aucun signe du détenteur de la voix mais, dans la salle, il y avait un autre lit. Et sur ce lit, se trouvait une jeune femme que le Kaiser n'avait jamais vu.

Fidèle à lui-même, le quarantenaire l'ignora superbement, attendant que la voix se manifeste de nouveau.

[HDJ : N'hésite pas à me MP si quoi que ce soit te gêne.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emilie Desroches
Ligue B
Ligue B
avatar

Surnom : Lili
Pouvoir : Répulsion
Points de Réputation : 10 600 points
Messages : 74

MessageSujet: Re: Bienvenue au centre de recherches ! [PV Emilie Desroches]   Lun 19 Jan - 17:10

Probablement sur une pensée de vacance au bord d'une plage alors qu'elle y est quasiment h-24 dans le monde réel, Emilie se retrouva sur une plage assez peuplé avec des êtres vivants qu'elle n'avait encore jamais vue. Certain ressemblait à des animaux du monde réel mais se tenait sur leurs pattes arrière et marchait comme tout être humain marche, d'autre ressemblait à des humains mais avec des branchies, des ailes ou encore des queues d'animaux. Un peu perdu devant tout se spécimens vivants qu'elle voyait pour la première fois, elle se mit une claque pour reprendre ses esprits. De plus les créatures n'avaient pas peur de la demoiselle, comme si pour eux cela était monnaie courante de rencontrer des personnes comme elle, autrement des voyageurs.

Lili regarda autour d'elle afin d'observer le paysage dans lequel elle se trouvait. une plage devant elle, derrière elle des collines et plateaux surmontant cette dite plage avec se qui ressemble si on regarde bien à des vestige d'une civilisation passés. Curieuse, la demoiselle emprunta un chemin se trouvant non loin d'elle, qui monta vers ces plateaux et falaises qu'elle remarqua peu de temps avant. Continuant son chemin, elle croisa quelques créatures auxquelles elle sourit et saluât et qui lui rendit la pareil. Arrivé à une auteur convenable, Emilie se retourna pour voir le paysage qui se présentait devant elle et fut surprise du résultat. La panorama qu'elle avait devant les yeux lui rappelait un peu celui de Nouvelle Calédonie qu'elle avait déjà pris plusieurs fois en photos, mais avec les constructions en moins. Toujours la même chose, elle voulu prendre son appareil qu'elle a l'habitude d'avoir autour du coup mais dans se monde si, elle ne l'avait pas, elle n'en avait pas et en voulait un. Ceci dit, la demoiselle contempla tout de même le paysage, avant de reprendre sa route. Elle monta un peu plus sur le chemin à chaque pas qu'elle faisait et la plage qui se trouvait derrière commençait petit à petit à disparaître derrière les arbres qui se faisait de plus en plus présent.

Commençant à fatiguer un peu, Emilie s'assit sur une pierre sur le bord du chemin afin de reprendre son souffle mais au moment de se relever, un grondement se fit entendre et une trappe s'ouvrit sous ses pieds. Elle chuta alors en lançant un cris qui devint de plus en plus caverneux au fur et à mesure qu'elle chutait. La trappe s'était refermée et la demoiselle ferma les yeux, ne voulant pas voir sur quoi elle allait tomber. A l'impact, elle senti quelques choses de mou, semblable à la sensation que l'on a lorsque l'on s'assoit sur un matelas et en effet, en ouvrant les yeux, elle se trouvait sur se qui ressemblait à un lit.

"Hiii mais je suis moi ? et se lit et bien confortable"

Alors que la demoiselle s'allongeât, une voix se fit entendre parlant de choses qu'elle ne comprenait pas et à vrai dire elle s'en fichait un peu. Elle resta allonger sur le lit, se tournant dans tout les sens lorsque des lumière aveuglante s'allumèrent dans toute la pièce. Elle ferma les yeux tellement la lumière était puissante, puis le temps de s'adapter, elle les ouvrit progressivement, lorsque le mur se trouvait sur sa gauche commença à se fissurer de façon mécanique, comme on voit dans les films de sciences fictions. En entendant ça, elle le regarda s'ouvrir, un peu inquiète de se qui pouvait se trouver de l'autre côté. Elle fut plus ou moins rassurer en voyant un homme assez grand et plutôt bien habillé avec des lunettes, barbes et cheveux blond. Elle le regardait et lui lançât un timide sourire. L'homme en face, l'avait vue mais ne lui rendit pas son sourire. Il l'ignorait royalement. Un peu vexé, elle se leva et se dirigea vers lui, toujours un sourire aux lèvres

"Bonjours monsieur. C'est chez vous ici ? C'est assez spacieux comme pièce, dommage qu'il n'y ai qu'un lit. Par contre, le coup du trou sous les pied c'est pas cool. Si il n'y avait pas se lit, j'aurais pus mourir enfin bon pas grave, je suis toujours en vie. Au fait, vous vous appelez comment moi c'est Emilie et je suis se que vous appelez une voyageuse."

La demoiselle avait fait un petit monologue et tendait la main pour le saluer d'une poignée de main. D'habitude, elle n'est pas autant bavarde, dès le premier contact mais le fait de parler, la rassurait plus qu'autre chose surtout dans ses conditions si particulière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaiser
Futur maître du monde
 Futur maître du monde
avatar

Surnom : Le Kaiser
Team : Aucune.
Pouvoir : Lié aux étoiles de mer
Points de Réputation : 7 700 points
Double Compte : L'abruti avec un masque à gaz.
Messages : 62

MessageSujet: Re: Bienvenue au centre de recherches ! [PV Emilie Desroches]   Mer 21 Jan - 8:38


Le Kaiser ne jeta pas un seul regard sur la main tendue, n'ayant aucune envie de se salir la main. Il était accosté par une jeune femme souriante, qui le pensait être l'investigateur de toute cette mascarade. Il finit par répondre, daignant lui accorder son attention. Après tout, mieux valait parler à une Voyageuse qu'à une sorte de robot.

On m'appelle le Kaiser. Et actuellement, il y a deux lits. Mais ce n'est pas moi qui vous ai fait venir ici car, dans ce cas, il n'y aurait pas eu de lit pour assurer votre atterrissage... Tenez-le vous pour dit.

Voilà qui allait décourager cette pauvre cruche, et permettre au Kaiser le loisir de réfléchir sans être interrompue par cette jeune femme à la langue trop bien pendue. Le visage inexpressif du Kaiser se tourna vers le plafond, cherchant du regard les enceintes qui transmettaient la voix du robot.

- Quelle est la suite du programme ?

Une espèce de fumée se déploya soudain dans la salle, faisant office de seule réponse à la question d' l'Empereur. Bleutée, elle se répandit très rapidement et finit par dissimuler entièrement la pièce aux yeux du Kaiser. Celui-ci s'efforça de ne pas la respirer, mais finit par être obligé de céder.

Dès la première bouffée inspirée, la fumée repartit aussi vite qu'elle était venue, chassée par un violent courant d'air provoqué par une turbine.


- Votre échantillon a été traité ; nous pouvons maintenant procéder aux tests.♦ Avant de commencer, vous devez savoir que même si le divertissement et l'apprentissage sont au coeur des activités du centre, vous risquez de subir des lésions irréversibles.♦

Une partie du mur disparut, de la même manière que les précédentes, dévoilant une minuscule pièce dans laquelle se trouvait une espèce de tube cylindrique, suffisamment grand pour accueillir deux personnes. Le Kaiser ne le savait pas, mais il s'agissait d'un ascenseur futuriste.

N'ayant pas envie de perdre une seconde de plus, il s'y dirigea d'un pas pressé et, sans attendre sa compagne d'infortune, actionna le levier qui devait le descendre jusqu'à la prochaine salle de test. Mais l'ascenseur ne fonctionna pas.


- Nous vous informons que l'expérience ne réussira qu'à condition que vous restiez ensemble, du début à la fin. Nous testons l'esprit d'entraide avant tout. Bien entendu, si l'un de vous meurt de manière accidentelle, l'autre pourra continuer sans lui.

Le Kaiser ne manifesta aucune émotion suite à cette nouvelle, faisant signe à Emilie de le rejoindre.

La salle de test qui les attendait était d'une simplicité enfantine : il n'y avait, dans toute la pièce, qu'une espèce de pilier d'un mètre dix, sur lequel se trouvait un bouton rouge, reliée à la porte (dont l'accès était bloqué par un champ de force bleue) par des espèces de diodes électroluminescentes géantes de couleur rouge.

Déduisant qu'il suffisait simplement d'appuyer sur le bouton pour débloquer la porte, le Kaiser se refusa de s'abaisser à résoudre une énigme aussi enfantine. C'était hors de question !

[HDJ : Même si j'écris à la troisième personne, je prends le point de vue de mon personnage. Je n'approuve pas ce qu'il pense, ou ses actes, je préfère prévenir. Pour connaître l'aspect de l'ascenseur, Clique ici.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emilie Desroches
Ligue B
Ligue B
avatar

Surnom : Lili
Pouvoir : Répulsion
Points de Réputation : 10 600 points
Messages : 74

MessageSujet: Re: Bienvenue au centre de recherches ! [PV Emilie Desroches]   Mer 21 Jan - 17:04

La demoiselle toute souriante, ne garda pas son sourire bien longtemps en entendant la réponse de l'homme qui disait s'appeler le Kaiser. Un homme ma fois pas très chaleur se qui énerva un peu la jeune femme. De plus il ne lui prêtait aucune attention. Elle murmura un petit "vieux con" mais n'allait pas se laisser abattre pour autant. Surement était-il de mauvais poil car lui aussi avait été amener ici. Elle observait son homologue qui semblait chercher quelque chose du regard. Elle décida de faire pareil mais elle ne savait pas se qu'il cherchait. C'est alors qu'elle l'entendu demander quel était la suite du programme. La demoiselle ne savait pas de quoi il parlais.

"Je sais pas moi, c'est quoi le pro..."

Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase que de la fumée se répandit dans la salle, Emilie ne voyait plus rien et marcha dans la direction dont elle estimait ou se trouvait l'homme qui l'accompagnait. Ne pensant même pas à ne pas respirer se gaz qui aurait put être mortel, lorsque celui-ci disparut aussi vite qu'il était arrivé, elle se trouvait en fait à l'opposé d'ou elle voulait aller. Regardant autour d'elle, elle rejoignit Kaiser alors que la voix qu'elle avait entendu un peu plus tôt se fit entendre de nouveau et parlais d'échantillon et de test. Lili ne comprenait toujours pas se qui se passait et commençait à être vraiment inquiète. De ce fait, elle accéléra le pas en direction de l'homme au lunette qui lui avança vers un tube et actionna un mécanisme avec levier. La demoiselle en le faisant faire, se mit à courir vers lui.

"Hey attendez moi"

Par chance, le tube dans lequel il se trouvait ne réagit pas et la voix se fit entre de plus belle en indiquant qu'il fallait être deux dans se tube, sauf si l'un des deux mourrait accidentellement. Kaiser lui fit alors signe de venir alors qu'elle avait ralenti le pas en voyant qu'il ne se passait rien. Une fois tout les deux dans se fameux tube qui en réalité n'est autre qu'un ascenseur, elle s'agrippa au bras de son compagnon d'infortune. Bien que leur rapport avait mal commencer, Lili se sentait en sécurité à coté de lui.

Suite à un cours trajet en ascenseur, une pièce se présenta à eux avec rien à l'intérieur hormis un podium avec un bouton dessus. Emilie ne regarda autour, ne voyant rien de particulier hormis des lumière rouge et un voile bleue sur une porte. Elle en déduit qu'il fallait appuyer sur le bouton et se dirigea vers celui-ci. Regardant une dernière fois autour d'elle et par la même occasion Kaiser, elle leva la main et appuya sur le bouton en regardant l'autre voyageur avec un grand sourire.

"J'ai gagné hihihi, c'est moi qui ai buzzé en première. Fait pas la tête, c'est qu'un jeu après tout"

La demoiselle ne savait pas se qui allait se passer suite à son action et à vrai dire n'y avait pas réfléchie. Pour l'instant, elle prenait se qui lui arrivait un peu comme un jeu, parfois dangereux.

HDJ: Je te laisse la suite, je ne sais pas se que tu veux faire Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaiser
Futur maître du monde
 Futur maître du monde
avatar

Surnom : Le Kaiser
Team : Aucune.
Pouvoir : Lié aux étoiles de mer
Points de Réputation : 7 700 points
Double Compte : L'abruti avec un masque à gaz.
Messages : 62

MessageSujet: Re: Bienvenue au centre de recherches ! [PV Emilie Desroches]   Jeu 22 Jan - 10:41


Le Kaiser ignora la jeune femme alors qu'elle s'accrochait à son bras. Il lui aurait bien broyé la gorge avec la même nonchalance que s'il chassait simplement une mouche, mais ce serait lui accorder trop d'intérêt et compromettre son futur retour à la surface. Tout semblait obéir à la voix et elle avait été claire.

Aussi se contenta-t-il de rester aussi immobile et rigide qu'une statue en marbre. Ils se retrouvèrent dans la salle du premier test et le Kaiser se refusa à participer à un jeu aussi simple, sachant pertinemment que sa compagne s'en chargerait pour lui.

C'est ce qu'elle fit en appuyant sur le bouton, tout en regardant le Kaiser avec un sourire étincelant. Elle semblait ravie d'avoir réussi ce test et déclara au Kaiser que ce n'était qu'un jeu et qu'il fallait pas qu'il fasse la tête. Faisait-il la tête ? Pas vraiment. Il était juste froid et son visage était parfaitement impassible, et c'était compréhensible qu'on puisse penser qu'il tirait une gueule d'enterrement.

La voix se fit entendre une nouvelle fois, alors que le champ de force disparaissait.


- Très impressionnant ! Ce message étant préenregistré, tout commentaire de notre part sur votre réussite relève de la spéculation. Veuillez ne pas tenir compte de tout compliment non mérité. ♦

Le Kaiser se dirigea vers la porte, actionnant l'interrupteur qui se trouvait à côté. La porte s'ouvrit et dévoila un nouvel ascenseur. Rentrant dedans, il attendit que sa compagne prenne place à ses côtés puis actionna le levier.

La prochaine pièce était en tout point semblable à la première, hormis le fait qu'il n'y avait pas de bouton bien en vue, mais une espèce d'énorme dalle de pression rouge. Cette fois encore, il y avait un champ de force. La dalle était certainement l'actionneur et le Kaiser décida de monter dessus, se doutant que cela ne suffirait pas. En effet, son poids ne suffisait pas à actionner la dalle.

Il observa donc les environs et découvrit à environ quatre mètres de haut (les salles de tests étaient vraiment très haute, à peu près une cinquantaine de mètres de haut pour une trentaine de m², mais celle-ci était différente) une plate-forme sur laquelle trônait fièrement un cube d'un mètre cube, qui semblait être en acier ou d'un métal tout aussi lourd et résistant.

Notre homme se demanda comment ils allaient pouvoir accéder à ce cube. Il semblait évident que ce test nécessitait des pouvoirs de Voyageurs afin d'être résolu, mais il n'en avait pas. De plus, son désir était de faire tomber le cube accidentellement sur le joli minois d'une certaine personne.

Il détailla donc la pièce du regard, cherchant un quelconque bouton dissimulé dans les murs qui lui permettrait de faire tomber le cube.


[HRP : En fait, c'est assez simple : l'objectif de chaque salle de test est d'ouvrir la porte afin de prendre l'ascenseur et d'aller à la prochaine salle de test. Après, le mécanisme pour ouvrir cette porte devient de plus en plus difficilement. Il peut s'agir d'une simple plaque qui s'enclenche avec suffisamment de poids sur elle, et qui nécessite donc de trouver et déplacer un lourd cube. Il peut également y avoir des lasers à dévier à l'aide de cube vitrifié afin d'actionner des capteurs de lumières infrarouge, des tourelles à balles réelles qu'il faut désarmer sans croiser le faisceau laser qui leur sert de viseur etc...

Donc n'hésite pas si tu souhaites imaginer le prochain test, je suis en pleine impro sauf pour la toute fin. ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emilie Desroches
Ligue B
Ligue B
avatar

Surnom : Lili
Pouvoir : Répulsion
Points de Réputation : 10 600 points
Messages : 74

MessageSujet: Re: Bienvenue au centre de recherches ! [PV Emilie Desroches]   Mar 17 Fév - 11:11

Emilie et Kaiser avait prit l'espèce d'ascenseur qui était apparut après avoir résolu "l'énigme" de la première salle. Un peu plus rassurer, ils arrivèrent dans un seconde salle, mais cette fois-ci, il n'y avait pas d'interrupteurs, mais une dalle sur le sol. Kaiser allait jusqu'à celle-ci et monta dessus, mais rien ne se passa. Lili allait vers lui et mont aussi sur la dalle.

"Peut-être qu'a nous deux, on va être assez lourd" lui dit-elle avait un grand sourire.

Sourire qui ne tarda pas à disparaître en voyant que cela ne faisait rien de plus. Il faut dire qu'avec son poids plume, elle n'allait pas peser lourd en comparaison du mastodonte qu'est Kaiser.
Lili regarda partout autour mais ne vit rien qui pouvait actionner cette dalle et commença un peu à paniquer. Elle agrippa la manche de son compagnon de nuit et le regardant avec les yeux qui commencèrent à s'humidifier.

"On fait quoi ? Je veux pas rester ici, je veux pas mourir dans cette endroit. On fait quoi ?"

Sans vraiment de réponse de la part de Kaiser, elle remarqua qu'un cube qui semblait assez lourd, se trouvait en auteur et pouvait probablement activer la dalle et en voyant ça, son visage s'illumine de nouveau.

"Hey Kaikai regarde au dessus, il y a un cube, faut arrivé à le faire tomber sur la dalle. Faut trouver un bouton pour le faire descendre. Aide moi à le trouver"

Le sourire au lèvre, la demoiselle courut à travers toute la pièce tentant de trouver un levier ou un bouton, mais après trois bonne minutes à courir, elle ne trouva rien et revint vers l'homme un peu désespérer.

"Je trouve rien, qu'est-ce qu'on ... Hiiii mais attends, avec mon pouvoir, je vais peut-être pouvoir le pousser. Viens derrière moi, je ne veux pas que ça te tombe dessus."

Kaiser allait peut-être se mettre derrière elle ou non mais en tout cas, la demoiselle se concentra sur le cube en question. Les mains tendus en direction de celui-ci, elle tenta de le pousser avec son pouvoir, mais pour l'instant, rien ne se produit. Elle retenta un seconde fois et le résultat fut le même. Un troisième, puis une quatrième tentative, mais toujours rien. Au vue de ses résultats infructueux, la demoiselle baissa la tête et les bras.

"Je ne suis pas assez forte, mon pouvoir n'est pas assez puissant. -se retournant vers le, voyageur- J'y arrive pas, peut-être que si tu me portait, tu en pense quoi ?"

Toute contente de son idée, elle s'approcha de lui, puis se stoppa. Et regarda en direction de sa jupe, puis avec l'idée qu'elle avait en tête, elle devint toute rouge.

"En fait non, tu ne va pas me porter, tu va en profiter pour regarder sous ma jupe et c'est hors de question."

La demoiselle se retourna alors en direction du cube et retenta de le faire bouger avec son pouvoir. Elle se concentra de toute ses forces, mais même résultat que tout à l'heure. Elle recommenca une seconde fois mais cette fois-ci, innocemment, elle murmura un petit "dégage de cette plate-forme" et le cube se mit alors à bouger. Surprise, elle recommenca un seconde fois, en parlant un peu plus fort et le cube bougea, se trouvant ainsi en équilibre sur la plate-forme qui le supportait. Après quelques vassillement, il tomba sur le sol dans un bruit assourdissant et dont l'impact créa un souffle qui souleva légèrement la jupe de la voyageuse qui la retint pour ne pas que Kaiser puisse voir sa culotte. Un fois le souffle passé, elle regarda le cube au sol et remarqua qu'il était tombé sur la dalle. A la vue de sa réussite elle sauta de joie, cependant elle était assez épuisé. C'était la première fois qu'elle utilisait son pouvoir. La porte s'ouvrit, donnant accès à un ascenseur leur permettant d'aller à la salle suivante. Elle s'approcha de Kaiser et lui prit le bras afin de se rendre vers se dit ascenseur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaiser
Futur maître du monde
 Futur maître du monde
avatar

Surnom : Le Kaiser
Team : Aucune.
Pouvoir : Lié aux étoiles de mer
Points de Réputation : 7 700 points
Double Compte : L'abruti avec un masque à gaz.
Messages : 62

MessageSujet: Re: Bienvenue au centre de recherches ! [PV Emilie Desroches]   Sam 21 Fév - 22:17


Le fait qu'Emilie ait tenté de lui apporter son soutien -comprendre ici : son poids- n'avait pas fait réagir le Kaiser. Laissant sa compagne le questionner inutilement sur la direction à suivre, l'homme aux ambitions démesurées fixait le cube de métal avec toute sa volonté, tentant de le faire léviter et tomber au-dessus du crâne de sa partenaire.

Malheureusement, (et heureusement pour la jeune femme, qui mériterait en réalité une médaille pour sa bonne volonté) cela ne fonctionnait pas. Elle appela ensuite notre homme « Kaikai », remarqua le cube posé en hauteur, et se mit à chercher dans la pièce le bouton ou l'interrupteur qui permettrait de faire tomber le cube.

Le Kaiser n'en ayant pas trouvé lui-même lors de sa brève observation, il était prêt à parier qu'elle n'en trouverait pas. Elle revint vers lui, et sembla se rappeler qu'elle avait un pouvoir, et qu'il lui permettrait de faire tomber le cube. Elle demanda au Kaiser de venir derrière-elle, mais il se contenta de s'écarter de quelques pas, histoire de se mettre en dehors de la trajectoire du cube. Imperturbable au point de passer pour quelqu'un de conciliant, il n'était toutefois pas disposé à obéir aux ordres de quiconque, fussent-ils prononcés par la voix la plus douce et la plus sensuelle possible.

Sauf que la jeune femme était trop loin pour utiliser son pouvoir. Elle vint vers le futur maître du monde, avec l'intention qui la porte sur ses épaules mais finit par se raviser, déclarant qu'il en profiterait pour regarder sous sa jupe. De toute façon, il était hors de question pour l'allemand de la laisser grimper sur lui, pour quelque raison que ce soit. Il abhorrait les contacts physiques avec les êtres inférieurs.

Elle finit par réussir, soulevant sa jupe au passage ce qui ne fit même pas ciller le Kaiser, qui la regardait fixement. Machinalement, il la laissa prendre son bras et ils gagnèrent ensemble la salle suivante en passant par l'ascenseur.


☼☼☼

L'Empereur ne prêta pas la moindre attention à la voix robotisée qui leur expliquait que cette salle de test était plus difficile que les précédentes. Il préféra observer la salle. Cette fois-ci, pas moins de trois dalles à enclencher. Les deux Voyageurs étaient séparés de l'ascenseur de sortie par une espèce de longue crevasse (bien trop longue pour qu'ils puissent la franchir d'un bond, même olympique). Des fentes, sur les côtés de la crevasse, laissaient suggérer que l'activation des plaques par des cubes allait permettre la création d'un pont.

Le Voyageur d'un certain âge se prépara à jouer une nouvelle fois à ce jeu inutile, quand une donnée changea la donne : les crevasses étaient remplies d'eau.


- Ma patience n'a aucune limite et la vôtre, robot, ne doit pas en avoir non plus. Mais mon temps est précieux, car compté. Il est donc temps pour moi de vous laisser seul. Viens, Emilie.

Et le Kaiser sauta dans la crevasse. Cette eau venait forcément de quelque part, et allait forcément quelque part. Et notre homme était prêt à aller n'importe où, plutôt que là où voulait les mener l'intelligence artificielle.

L'Empereur ne vérifia pas qu'il était suivi par sa partenaire (s'il lui avait proposé de le suivre, c'était uniquement pour causer du soucis à la voix robotique... mais la possibilité d'une noyade ne dérangeait pas le Voyageur). Il fut rapidement emporté par le courant, qui le menait vers une cavité où des siècles de laisser-aller avait permis à des algues de transformer des broyeurs en d'inoffensives dents de métal qui laissaient tout passer, débris comme Voyageurs.

À l'intérieur de la cavité, il ne put pas respirer durant une dizaine de secondes et se retrouva dans le noir complet, ce qui ne le dérangea pas outre mesure étant donné qu'il n'avait pas besoin de respirer. Si Emilie l'avait suivi, par contre... et bien, elle allait survivre mais passer un moment vraiment angoissant.

La cavité le mena à une espèce de bassin, dont il ressortit, enduit de vase. Il se trouvait à présent sur une espèce de plage souterraine, et des espèces de tentes étaient installé ci et là. Des humains, vêtus de ce qui semblait être des blouses de laboratoire rapiécées, regardèrent dans la direction du Kaiser, d'un air surpris.


- Enfin ! Nous n'avions pas eu de viande fraîche depuis si longtemps !

L'homme âgé qui venait de s'exprimer venait-il de clamer haut et fort son état de cannibale, ou était-ce une métaphore et voulait-il dire que cela faisait longtemps qu'ils n'avaient pas vu de nouvel arrivant ?

Le Kaiser ne savait qu'en penser et se retourna, histoire de voir si Emilie l'avait suivi. Si la première supposition était la bonne, il était temps que les attributs physiques plutôt esthétiques de la jeune femme soient utiles à quelque chose.
[HDJ : Les rescapés sont juste d'anciens participants aux tests ou mêmes d'anciens scientifiques, ayant contribué à la création du centre, qui se sont réfugiés ici. Ils ne sont pas cannibales, se nourrissant grâce à des aliments qu'ils synthétisent eux-mêmes à partir de l'air. Mais ça, nous ne sommes pas sensé le savoir ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emilie Desroches
Ligue B
Ligue B
avatar

Surnom : Lili
Pouvoir : Répulsion
Points de Réputation : 10 600 points
Messages : 74

MessageSujet: Re: Bienvenue au centre de recherches ! [PV Emilie Desroches]   Mar 3 Mar - 9:28

Emilie et Kaiser venaient de finir la salle de test et la demoiselle était essouffle par son pouvoir qu'elle utilisait pour la première fois. ils prirent tout les deux l'ascenseur les menant à la salle suivante, mais à leur arrivé, ils furent séparer par une crevasse. La demoiselle, observa la pièce et une légère panique s'empara d'elle. Des crevasses la séparait de Kaiser et de plus, la première réflexion qu'elle eut en voyant qu'il y avait des dalles à actionner serait qu'elle n'était pas capable d'utiliser une seconde fois son pouvoir. Alors que la voix parlait, elle observa Kaiser quand celui-ci prit la parole.

- Ma patience n'a aucune limite et la vôtre, robot, ne doit pas en avoir non plus. Mais mon temps est précieux, car compté. Il est donc temps pour moi de vous laisser seul. Viens, Emilie.

En entendant son nom, la demoiselle fut surprise qu'il s'en rappel et un petit sourire se dessina sur son visage, mais qui ne dura pas quand elle le vit sauter dans la crevasse, en laissant échapper un petit cris. Puis une fois seul, elle sauta aussi après avoir prit une grande inspiration, ne voulant pas finir seul dans cette salle. Une fois dans l'eau, elle ferma les yeux, ne voulant pas voir se qui se passait, ni ou elle allait. Probablement comme son compagnon, elle fut emmené par le courant. Toujours les yeux fermés, elle sentait sur elle comme des langue qui la lécher, se qui en réalité n'était que des algues.

Continuant sa descente, elle fut soudainement prit de panique et d'angoisse, car elle avait de plus en plus de mal à retenir sa respiration. Elle se parlait à elle même se disant de résister que cela était bientôt fini. Après quelques instants à se répéter cette phrase, elle senti se recouvrir d'une substance visqueuse qui l’écœurait un peu, puis senti comme un sol rugueux s'émiettant quand on le prend. Elle reconnu se fameux sol, fait de sable. Une plage, se qui signifie que son calvaire allait se terminer. Elle rampa un peu sur le sable afin de se sortir de l'eau et lorsqu'elle ouvrit les yeux, elle se trouvait dans un grotte avec plage souterraine. Elle se débarbouilla un peu de la vase qui la recouvrait et vit un peu plus loin Kaiser, mais ne remarqua pas les autres individus. Elle ne les aperçut uniquement lorsque l'un d'eux prit la parole.

"Enfin ! Nous n'avions pas eu de viande fraîche depuis si longtemps !
-Hiiii des cannibales"

Lili courut alors en direction de Kaiser et lui prit le bras en se cachant derrière lui.

"Fait quelque chose, ils vont nous bouffer. T'es grand et fort tu dois être capable de les mettre KO avec tes grosses mains pleine gros doigts."

Se cachait partiellement le visage dans derrière son supposé protecteur, car oui sur le coup elle avait décréter qu'il était son protecteur au vue de la situation actuelle et surtout parce qu'il était bien plus grand qu'elle. Alors que le vieux qui avait parler précédemment s'approchait du binôme, la voyageuse sera de plus en plus fort le bras de Kaiser qui semblait toujours impassible. Les autres individu en firent de même et finirent par bientôt les encercler. Mais Lili, reculait en même temps qu'ils avançaient, toujours agripper fortement à Kaiser qui reculait avec elle car la demoiselle ne le lâchait pas d'un poil.

"On ne va pas vous faire de mal, nous somme juste content de vous voir.
-Menteur, vous allez nous bouffer et ça c'est hors de question. Kaikai pitié dit ou fait quelques choses, ils vont nous bouffer tout cru et j'ai pas envie."

La demoiselle reculait jusqu'à se que l'eau lui atteigne les mollets. Elle se dit qu'elle allait mourir ici et que si il fallait qu'elle meure et bien elle ne mourrait pas sans se défendre. Prit d'un soudain élan de courage, elle lâchât Kaiser et se mit devant lui. Ce concentrant de toute ses forces, elle leur lança un regard noir et leur hurla de dégager. C'est alors qu'une puissante onde de choc se dégagea de la demoiselle, envoyant valser les individus qui se trouvant devant elle, mais également Kaiser qui dut probablement atterrir un peu plus loin dans l'eau.

Après avoir lancé son attaque, elle tomba à genoux sur la sable de la plage. Exténuer, elle murmura quelque chose à son compagnon qui était trop loin pour l'entendre. Sa respiration était forte. Les individus se relevèrent et se regardèrent un peu abasourdit. L'un deux prépara un boisson a base de plante. Le vieux quant à lui resta assit sur le sable pendant que deux autres se dirigèrent vers la demoiselle, méfiant. Arrivé à sa hauteur, ils la prirent par les bras et la traînèrent vers se qui ressemblait à leur campement un peu plus haut sur la plage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaiser
Futur maître du monde
 Futur maître du monde
avatar

Surnom : Le Kaiser
Team : Aucune.
Pouvoir : Lié aux étoiles de mer
Points de Réputation : 7 700 points
Double Compte : L'abruti avec un masque à gaz.
Messages : 62

MessageSujet: Re: Bienvenue au centre de recherches ! [PV Emilie Desroches]   Dim 8 Mar - 1:34


La jeune femme l'avait suivi, en effet ; mais elle prenait un malin plaisir à se blottir derrière-lui. Le Kaiser était tenté de lui briser la nuque d'une main experte, puis de jeter son cadavre aux cannibales, mais ça pourrait être pris comme une preuve de manque de sang froid. Et l'Empereur se devait de le conserver à tout moment, sans jamais faire aucune preuve de ses émotions.

Le vieux s'approcha d'eux, bientôt accompagné d'une foule d'autres gens. Le Kaiser ne broncha pas, restant sourd à tout ce que pouvait dire la jeune femme. À ses yeux, c'était comme si elle n'avait jamais crié que les miséreux étaient des cannibales, ou encore demandé son aide au Kaiser. De plus, elle le forçait à reculer en s'agrippant à son bras. Elle finit par le lâcher alors qu'ils approchaient de l'eau et que le cercle se refermait sur eux, les « cannibales » clamant leur bonne volonté.

Elle se mit devant Kaiser, et gueula aux types qui approchaient de dégager. Une espèce d'onde de choc la traversa alors de part en part, projetant tout le monde aux alentours, le Kaiser y compris. Ce dernier se releva, tenta de mettre de l'ordre dans ses vêtements et remit ses lunettes qui avaient failli tomber de son nez, d'un geste expert.

La jeune femme venait de mettre le tyran à genoux, métaphoriquement comme littéralement parlant. Il était temps d'agir.

Jaugeant la jeune femme qui sombra dans l'inconscience, le regard du Kaiser était inexpressif, mais ses sourcils plus froncés qu'à l'accoutumée.

Les « cannibales » ramassèrent la jeune femme et s'en allèrent vers le campement avec elle, suivis par l'allemand. Ils parlaient entre eux, semblant méfiants : il n'avaient pas l'air de beaucoup apprécier les pouvoirs de la jeune femme. Mais, vu qu'ils ne se contentaient pas de regarder que son visage, ils appréciaient le reste de son corps. Ayant remarqué ce détail, l'Empereur le nota dans un recoin de sa tête : cette information allait lui servir.

Arrivé au campement, les hommes entreprirent de lui faire boire le breuvage. De là où il était, le Kaiser ne pouvait voir s'ils y étaient parvenus ou pas.


- Que nous vaut le plaisir de votre présence ? Qui vous a parlé de cet accès secret ?

- Je suis envoyé par l'IA, celle qui commande toutes les installations du dessus.

Le mensonge eut le mérite de faire blanchir le visage du vieillard qui avait suivi Kaiser jusque là. Il se mit à jouer nerveusement avec ses mains.

- Comment sait-elle qu... Enfin.. Je veux dire... Combien de temps... ?

- Cela dépend de mon bon vouloir. Elle sait que des rats se terrent dans les souterrains, mais a perdu la notion du temps. Si je lui dis n'avoir trouvé que des ossements, dans les bas-fonds, elle me croira.

Les traits du vieil homme se durcirent, et il émit un sifflement strident. Des hommes accoururent, tous vêtus de blouses négligées et rapiécées. Certains portaient des bâtons mais rien de bien plus dangereux. Ils regardaient le vieillard d'un air interloqué. Les hommes qui étaient au chevet d’Émilie accoururent également. Ils demandèrent au vieil homme la raison de ce rassemblement, mais il ne répondit pas et foudroya le Kaiser du regard.

Détail que remarqua le Kaiser : il n'y avait pas une seule femme.


- En somme, si vous disparaissez, elle continuera de douter de notre présence ? Il nous suffira donc de vous faire disparaître, vous et votre compagne... Immédiatement !

- Ah, si c'était si simple ! Il est vrai qu'elle n'a plus la notion du temps, mais elle m'attendra pendant combien de temps ? Une heure, ou deux ? Plusieurs mois ? Plusieurs années ? Je vous propose de vous libérer de son joug à jamais. Maintenant, si ma proposition ne vous rend pas raisonnable, je tiens à vous dire que ma partenaire est la plus faible d'entre nous d'eux.

Le Kaiser s'approcha du vieillard calmement, se collant à lui jusqu'à ce que le menton du pauvre homme ne soit plus qu'à quelques centimètres du torse du géant. Il foudroya du regard chacun des hommes présents, avant de plonger ses yeux, comme s'il s'agissait de deux lames glacées, dans ceux du « chef ».

- La machine m'a envoyé afin de commencer la dératisation, pas juste pour s'assurer de votre état. Une menace de plus de votre part et je m'arrangerais pour que vous ne menaciez plus personne. Pour l'éternité.

Les hommes avaient leur regard rivé sur l'Empereur, qui fit signe au vieillard de reculer (ce que l'homme fit, en tremblant). Les réfugiés n'avaient pas l'air très à l'aise, avec leurs bâtons, et tentaient de diminuer le tremblement de leurs mains. Que voulait donc cet homme ?

- Bien. Maintenant que j'ai votre attention, je vais vous en dire plus sur ma présence ici -et les raisons pour lesquelles vos cœurs sont toujours dans vos poitrines. À vrai dire, j'étais venu avec l'intention de vous tuer. Pause dramatique pour tenir en haleine son auditoire. Cependant, je me suis rendu compte que l'IA m'avait envoyé ici afin que je disparaisse également. Elle commençait à me craindre car elle voyait bien que, de jour en jour, ma puissance ne cessait de croître. Elle savait pertinemment que je ne pourrais pas quitter ces ruines, une fois mon travail accompli, et devait donc se réjouir de s'être débarrassé de moi.

Les humains buvaient ses paroles, tandis que le Kaiser échafaudait son plan à toute vitesse, les mots sortant de sa bouche au même moment où il les pensait. Il fallait l'admettre, seul un génie pouvait réussir un tel exploit. Surtout en parvenant à avoir un tel accent de sincérité.

- Voilà le marché : vous m'indiquez comment sortir d'ici puisqu'il y a forcément une sortie et, en échange, je vous laisse non seulement la vie sauve mais également ma partenaire. J'ai pu voir que vous manquiez de compagnie féminine, je pense donc que ce n'est pas un marché que vous êtes en position de refuser.

Mais quel connard, ce Kaiser. Emilie était-elle éveillée et avait-elle tout entendu ? Ou dormait-elle ? Et puis, si elle avait bu le breuvage à base de plantes, quels effets pouvait-il avoir sur son organisme ? Aussi intelligent soit-il, l'Empereur n'avait pas réponse à ces questions.

[HDJ : MP si quoi que ce soit pose problème ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emilie Desroches
Ligue B
Ligue B
avatar

Surnom : Lili
Pouvoir : Répulsion
Points de Réputation : 10 600 points
Messages : 74

MessageSujet: Re: Bienvenue au centre de recherches ! [PV Emilie Desroches]   Mar 10 Mar - 14:06

Emilie s'était effondré suite à l'utilisation intensive de son pouvoir. Les cannibales la ramassèrent et l'emmenèrent un peu plus vers se qui ressemblait à leur campement, puis lui préparèrent une boisson à base de plante qu'ils lui firent avaler. La demoiselle toujours inconsciente commença à faire la grimace, puis un sourire apparut sur son visage. Quel effet avait la boisson sur elle, personne ne le savait réellement, les effets variaient d'une personne à une autre.

Lili n'entendu pas la conversation qui se déroulait entre Kaiser et les hommes en blouse. Elle ne se réveilla que sur la toute fin.

"... ce n'est pas un marché que vous êtes en position de refuser."

Est la dernière phrase qu'elle entendit. Ce redressant en se tenant la tête, elle vit les hommes regrouper autour du vieux de la tribut qui faisait face au voyageur. Qu'avait-il bien put se passer pendant son absence ? Telle était la question que se posait la demoiselle. Les hommes se retournèrent et la regardèrent, certains avec un regard assez flippant.

"C'est un marché intéressant mais elle est encore jeune comparé à nous et comme c'est la seul, cela risque d'être délicat.
-Ouais mais quand même, une femme, on en a pas eut ni vue depuis des lustres, de la chaire fraîche.
-..."

La jeune femme n'avait pas tout entendu. Elle se leva, remit sa jupe en place et se dépoussiéra un peu avant de rejoindre l'assemblée. Elle restait méfiante envers les individu en blouse. Elle les contourna afin de se poser non de Kaiser. Elle le regarda, puis regarda les individus avant de regarder de nouveau Kaiser, puis une nouvelle fois les individus qui cette fois la regardaient.

"Très bien. J'accèpte le marché."

Emilie ne savait pas quel marché il parlait et fut un peu surprise.

"De quel marché vous parlez ? Hein Kaikai ?
-Désolé petite."

Deux hommes la saisirent par les bras et commencèrent à l'emmener un peu plus loin. Emilie ne comprenait pas se qui se passait et commença à appeler Kaiser afin que celui-ci fasse quelques choses pour l'aider, mais il semblait partir dans la direction que lui indiqua le vieux. La voyageuse se débattait autant qu'elle pouvait et utilisa son pouvoir mais il ne servait à rien car il avait prit le soin de bloquer ses mains.

Elle réussit tout de même à mettre un coup de pied dans le tibia d'un des deux cannibales se qui libéra par la même occasion sa main qu'elle utilisa pour la collé contre le visage de son autre ravisseur et lui envoya une décharge en pleine tête, la libérant ainsi de l'emprise. Se dirigeant en courant vers Kaiser, elle fut stopper par un troisième homme qui la saisit au niveau de la ceinture et qui la ramena vers les autres. Des larmes commencèrent à perler sur son visage, tout en hurlant à Kaiser de revenir. Mais avec la distance celui-ci ne devait pas l'entendre.

Trahis par celui qu'elle avait tenter de protéger un peu plus tôt, elle se résigna et n'opposa plus de résistance. Elle allait finir dévorer par des cannibales alors que ça ne faisait que peut de temps qu'elle se trouvait dans se nouveau monde. Assit sur se qui ressemblait à un tapis, la tête dans les bras elle se morfondait sur son sort. Elle se redressa et s'adressa au vieux qui se trouvait non loin d'elle.

"Comme vous vais mourir, je peux au moins avoir un dernière volonté ?
-Une dernière volonté ? Comment ça ? Tu ne vas pas mourir jeune fille
-Vous êtes des cannibales, vous allez donc me tuer, puis me manger.
-Mais pas du tout, nous ne somme pas cannibales, pour nous nourrir, nous synthétisons des aliment à partir de l'air ambiante.
-Mais lorsque nous somme arrivé sur la plage vous avez dit que nous étions de la viande fraîche.
-C'était une façon de parler, pour dire qu'il y avait de nouveau survivant de l'IA, mais nous nous étions trompé. L'homme et je suppose que toi aussi vous êtes venus sur la demande de l'IA pour nous éliminer sur demande de celle-ci. Le marché était que nous ayons la vie sauve à condition que nous te gardions comme "prisonnière" car tu ai la plus faible des deux et qui lui parte, car il pense que la voix allait l'éliminer elle aussi, comme elle veux le faire pour nous visiblement."

Emilie n'en croyait pas ses oreilles. Ils n'étaient des cannibales et en plus Kaiser considérait la demoiselle comme une marchandise à échanger contre sa liberté. Elle devient furieuse en entendant cela. Elle se leva et s'adressa de nouveau au "chef" du groupe en haussant la voix.

"Mais pas du tout, on n'a jamais été envoyer par la voix pour quoi que se soit. Je me promenait tranquillement lorsqu'une trappe c'est ouverte sous mes pieds. Je suis tomber sur un canapé et c'est la que j'ai rencontrer l'autre bouffon (=Kaiser) et la voix c'est mise à parler pour dire qu'on allait passer des sortes de teste puis au dernier, il a sauter dans l'eau et je l'ai suivit et on est arrivé là. Si je le retrouve, ça va chauffer pour lui."

La plus part des individus avait entendu se que venait de dire Emilie et tous furent furieux, en particulier le vieux. Il émit un sifflement semblable à celui qu'il émit précédemment et les hommes se rassemblèrent autour du vieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaiser
Futur maître du monde
 Futur maître du monde
avatar

Surnom : Le Kaiser
Team : Aucune.
Pouvoir : Lié aux étoiles de mer
Points de Réputation : 7 700 points
Double Compte : L'abruti avec un masque à gaz.
Messages : 62

MessageSujet: Re: Bienvenue au centre de recherches ! [PV Emilie Desroches]   Jeu 12 Mar - 12:29


Le Kaiser marcha longtemps dans la direction indiquée par le chef, passant au milieu des ruines. La terre était plus sèche, plus ferme sous le pied et l'homme en costume, trempé de la tête aux pieds, toisa dédaigneusement ses splendides mocassins à présent recouverts de terre. N'ayant pas envie de tomber de nouveau dans un piège grossier (après tout, il y avait peut-être d'autres IAs, encore plus bas, qui attendaient tels des fourmillons qu'une proie leur tombe sous la mandibule, il inspectait le sol avant de poser le pied, afin d'en vérifier la régularité.

Le Kaiser n'était pas dupe : il y avait forcément une raison si les naufragés n'avaient pas essayé de sortir à l'air libre. Bien entendu, un Voyageur normal aurait très bien pu se cacher dans un coin et attendre de se réveiller. Mais pas quelqu'un du rang du Kaiser. De toute façon, que risquait-il ? Il avait les dieux à ses côtés. Il prenait donc le risque de croiser la « raison » qui empêchait les naufragés de sortir. Cela pouvait être une créature, un phénomène naturel... bref, beaucoup de choses.

Il arriva finalement au bout de la grotte. Là, se confondant presque avec la pierre, il y avait la ruine d'une espèce d'immense tour (à moins que ce ne soit jadis un phare?) qui montait jusqu'à se perdre dans les ténèbres du plafond. L'entrée était là, grande et béante mais plongée dans le noir. Le Kaiser s'en approcha et, comme s'il y avait un capteur de mouvement, l'intérieur de la tour s'éclaire, dévoilant des escaliers interminables en colimaçon et... des crânes ainsi que quelques ossements.

Le Kaiser en ramassa un et l'examina durant quelques secondes, tandis que des bruits de pas se firent entendre, derrière lui. Sans se retourner, le Voyageur écouta ce qu'avait à dire le nouvel arrivant.


- Besoin d'aide pour trouver la sortie ? Il suffit de monter les escaliers, pourtant.

- Vous m'avez suivi jusqu'ici pour me dire cela ? Ou pour rajouter mes os à votre tableau de chasse ?

Un déplacement d'air soudain avertit l'Empereur qui fit un léger pas en avant, tout en se retournant. Ayant fait cet enchaînement des centaines et des centaines de fois, il n'eut aucun mal à attraper le poignet de son adversaire de sa solide poigne, l'empêchant de se servir de nouveau de la lame.

- Pathétique.

Le visage du chef (car c'était visiblement le vieil homme) était crispé, un mélange d'amusement et de contrariété.

- Apparemment, ça va être plus dur que prév... hein ?

Sous la pression de la main du Kaiser, la surface de la peau de la créature se mit à onduler, comme s'il s'agissait d'une eau portée à ébullition. Des ventouses ne tardèrent pas à apparaître, tandis que l'homme laissait la place à un mélange d'étoile de mer et d'être humain.

- Tiens, vous n'êtes pas humain, constata simplement le Kaiser, sans manifester la moindre surprise.

- Euh non mais c'est étrange... répondit la créature, d'une voix bien plus grave que celle du chef. C'est la première fois que mon pouvoir me lâche, c'est déconcertant. Vous pouvez m'accorder quelques minutes pour me remettre de mes émotions ? Et genre, me lâcher ?

- Ce sont des choses qui arrivent. Mais vous avez essayé de tuer un Empereur, et justice doit être rendue.

Le Kaiser arracha le couteau des ventouses de son agresseur (avec sa main libre), et s'apprêta à s'en servir afin de le découper en morceaux. L'usurpateur tenta de se libérer, en vain, et finit par écarter ses pattes, l'air de se rendre.

- Mais je veux pas mourir ! Pas après tant de temps à me cacher ici ! J'suis sûr qu'il y a un moyen de s'arranger..

L'Empereur ne répondit et commença, méthodiquement, par inciser l'abdomen du mollusque. Devant tant de sang-froid, la victime comprit qu'il ne servait à rien de tenter de se débattre car cela ne ferait que raccourcir ses derniers instants. Il se mit à réfléchir, tentant de jouer son va-tout.

- Mais, mais... Vous êtes un Voyageur, c'est ça ? Ouais, c'est ça... Et, je suppose que votre pouvoir a un lien avec les mollusques... Non, avec les étoiles de mer ! Bah, j'en suis une, justement. Peut-être qu'on peut passer un pacte, un marché ?

L'Empereur s'arrêta une seconde, l'air d'écouter, puis reprit minutieusement son opération chirurgicale. Il avait dénudé les organes internes de l'invertébré, il ne restait plus qu'à les transpercer.

- Ouais, un marché ! J'peux me transformer en n'importe qui, tant qu'il me donne une goutte de son sang afin que j'ai son ADN. Je pourrais me faire passer pour vos ennemis, ou même vous... Me tuez pas, je vous servirais jusqu'à la mort !!!

Cette fois-ci, le Kaiser s'arrêta.Il approcha sa tête du faciès immonde de la créature, ses yeux semblant sonder l'esprit de l'étoile de mer.

- Es-tu sûr de m'offrir ta vie ?

- Oui, oui, oui ! Bien sûr ! Tout, tant que je meurs pas aujourd'hui.

- Et si ta mort est nécessaire pour la réalisation de mes plans ?

- Euh, et bien... (Le Kaiser reprend son couteau en main, décidé à mener l'opération à sa fin.) Oui, oui, oui ! Je ferais tout pour vous, tout ! Mais me tuer pas maintenant, par pitié !

Le Kaiser relâcha donc l'étoile de mer, et lui demandant plus d'explications concernant le pacte. Ils firent toutes les démarches nécessaires, le Kaiser fit quelques tests afin d'apprendre à invoquer et révoquer son invocation (qui avait désormais une habitation dans un plan astral, habitation dont l'opulence dépendait de la puissance et de l'imagination du Kaiser. Autant dire qu'elle ressemblait à une cellule de prison. Mais c'était préférable à la mort). Il lui donna son sang, et regarda la créature se transformer en une réplique parfaite de lui-même sans manifester la moindre émotion.

Le Kaiser pénétra dans le phare, après avoir demandé à sa première invocation de se rendre vers la plage, et d'occuper les naufragés. L'homme ne savait pas si Emilie était inconsciente ou consciente, et si elle avait révélé la supercherie ou non. Et, vu qu'il n'avait pas envie d'avoir des poursuivants, il préférait assurer ses arrières.

Celle-ci obtempéra. Les naufragés en armes purent ainsi voir le Kaiser se ramener, droit vers eux, et déclarer :


- Vous n'êtes pas assez nombreux pour vous opposer à moi !

Et, la créature déguisée en Voyageur, possédant la même voix que lui, les mêmes vêtements, la même apparence, la même taille, chargea les naufragés en poussant un cri de guerre. Devant tant de bravoure (un homme qui charge seul, face à une multitude, et qui fait deux mètres aussi...), les moins courageux se mirent à reculer d'un pas, tandis que d'autres avançaient, se préparant à recevoir l'allemand avec un gourdin.

Au dernier moment, le faux Kaiser se jeta sur la gauche et continua sa course, ignorant totalement l'armée qu'il semblait vouloir affronter, quelques instants plus tôt.

Il se mit à courir en direction de l'eau, comme s'il comptait s'échapper par là. Quelqu'un allait-il l'arrêter ?

♦♦♦

[i]Le Kaiser n'arriva jamais en haut des ruines car il se réveilla avant, se retrouvant dans son lit alors qu'il était encore en train de monter dans le phare, à Dreamland. Tant pis, cette nuit s'était avérée infructueuse.

[HDJ : J'ai édité, du coup, afin de ne pas avoir un post de plus.]


Dernière édition par Kaiser le Jeu 14 Mai - 17:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emilie Desroches
Ligue B
Ligue B
avatar

Surnom : Lili
Pouvoir : Répulsion
Points de Réputation : 10 600 points
Messages : 74

MessageSujet: Re: Bienvenue au centre de recherches ! [PV Emilie Desroches]   Sam 9 Mai - 7:05

Emilie ne savait pas se qui se passait pour le Kaiser car en se moment, elle s'occupait de parlementer avec les individus qui au final ne sont pas cannibale. Elle leur avait expliquer comment ils s'était retrouver ici. Suite aux dires de la demoiselle, les naufragés prirent leurs armes et commencèrent à se rendre vers l'endroit supposé ou le grand blond à lunette était partis. Cependant, plus ils s'approchait d'un certain point, plus le viel homme qui servait de chef semblait nerveux. Emilie ne dit et pensait que cela devait être dut au fait de revoir Kaiser qui il faut l'avouer faisait un peu peur au premier abord et surtout dépassait tout le monde de deux voir trois tête se qui le rendait assez impressionnant.

Alors que la petite troupe continuait de marché, une silhouette se dessina un peu plus loin avant de se rendre compte qu'il s'agissait de l'homme au cheveux blond. Les hommes s’arrêtèrent et brandirent leur armes afin dans lancer une salve d’intimidation se qui ne marcha pas vraiment vu que celui-ci continuait d'approcher. Emilie assez furax, se dirigea vers lui et se stoppa devant lui.

"T'es pas bien dans ta tête toi, d'ou on est des employés de la voix du robot et sérieusement, m'échanger comme une vulgaire marchandise pour ta liberté. Et moi dans tout ça, moi qui te faisait confiance. Humpf pauvre con."

S'ensuivit une gifle de la part de la demoiselle qui fut aussitôt répondu par un violant revers de la main l'envoyant sur le coté et la faisant chuter au sol. Se tenant la joue et s'essuyant la lèvre qui s'était coupé dans l'action, elle regarda Kaiser avancer vers les hommes en haillons qui pointèrent leurs armes rudimentaire sur lui. Lili, se releva les bras tendu vers le sol, les poignets casser et les poings serrer (bon OK ça fait caricature de la fille énerver, mais j'aime bien  :p ) se dirigea vers lui en commençant à lui gueuler dessus avant qu'un nuage de fumé prenne sa place. Lorsque celui-ci se dissipa, la demoiselle avait disparu de se nouveau monde dans lequel elle venait d'arrivé.

[HDJ: Désolé d'avoir beaucoup tardé à te répondre, comme je te l'ai par MP, manque d’inspiration et j'ai eu du mal me remettre dedans. Encore désolé de t'avoir fait autant attendre.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bienvenue au centre de recherches ! [PV Emilie Desroches]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bienvenue au centre de recherches ! [PV Emilie Desroches]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bienvenue au centre de recherches ! [PV Emilie Desroches]
» Apprendre à être une pétasse [PV Emilie Desroches]
» Creil, centre de la drm ( direction du renseignement militaire)
» Bienvenue à Pierre Raymond!
» Bienvenue Laurent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dream Land Infinity RPG :: RP :: Deuxième Zone :: Albiana-
Sauter vers: