AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Julie Augustin
Ligue B
Ligue B
avatar

Surnom : Killer Queen
Pouvoir : Morpheuse insectoïde
Points de Réputation : 12 300 points
Messages : 112

MessageSujet: Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]   Dim 11 Jan - 17:23


Après une journée épuisante, Julie n'avait eu qu'une seule idée en tête durant toute la soirée : aller se réfugier dans son lit et dormir comme une marmotte. C'était le vendredi soir et donc, une grasse matinée était envisagée ce qu'elle allait profiter un maximum. Elle avait complètement oublié les événements de la nuit précédente et ce fut donc, avec surprise, que la jeune femme se retrouva devant une énorme ville, remplie de chiens anthropomorphes. Elle en fut décontenancé et tomba à la renverse avant, après quelques minutes, se relever pour pénétrer dans la cité, par pure curiosité.

C'était surement jour de marché, la rue qu'elle avait choisie en était rempli. Son regard passait de gauche à droite et de droite à gauche tellement il y avait d'animations et de choses à voir. Sans le savoir, elle commençait à aimer cet endroit, même qu'un peu étrange.

Je suis où?

Sans savoir où vraiment aller, Julie avancer, espérant trouver une destination où enfin se poser et réfléchir à tout ce qu'elle était en train de vivre. Puis, un énorme palais se présenta devant elle, comme si l'édifice l'avait écouté. La jeune femme s'y avança donc, intriguée, pensant qu'il s'agissait d'une espèce de mairie ou autre bâtiment appartenant à un quelconque gouvernement.

Je trouverai surement quelqu'un qui me renseignera sur cet endroit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sphinx
♥ Méchant & Papillon ♠
♥ Méchant & Papillon ♠
avatar

Surnom : Sphinx
Team : Général des Météors
Pouvoir : Morpheur Sphinx (papillon de nuit)
Points de Puissance : 44 500 Points
Points de Réputation : 57 500 points
Points du Membre : 833 points
Double Compte : Bébert
Messages : 651

MessageSujet: Re: Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]   Lun 12 Jan - 12:01


Depuis l'accident, le Sphinx n'était pas retourné dans des lieux « importants » de Dreamland, se contentant des lieux les moins sérieux, où l'absurde et l'amusement régnaient en maîtres comme Délirium City ou même Sboobland. Il avait, pour ainsi dire, perdu tout intérêt pour Dreamland et sa politique, et ne comptait plus prendre part aux guerres à venir.

Mais l'ancien masqué avait changé d'avis, et cessé de se morfondre sur ses problèmes personnels. Bien que peu désireux de redevenir cet être qu'il avait créé de toutes pièces, ce Sphinx craint par beaucoup, admiré par d'autres mais jamais ignoré, il préférait au contraire être lui-même.

C'est pourquoi le jeune homme s'était débarrassé de son masque à gaz : personne n'ayant jamais vu ce qu'il se cachait derrière le masque (hormis quelques rares collaborateurs du Dreammag), on ne pouvait pas savoir que c'était lui. Et même si le Dreammag continuait à suivre ses exploits de près, le Sphinx avait suffisamment remué de gens pour être certain que personne, à Dreamland, ne serait capable de faire un lien entre le mec à gueule d'ange qu'il était venu, une fois ses blessures soignées, et le fouteur de merde opportuniste à masque à gaz qu'il avait été.

Mais recentrons nous sur ce jeune homme, justement. Il se trouvait dans un lieu important de Dreamland, le royaume canin qui, il n'y a pas si longtemps, avait rejoint l'alliance élémentaire pour s'en prendre au royaume obscur. Une guerre à laquelle le Sphinx avait participé, justement sous la demande du roi.

D'ailleurs, la rencontre entre le roi et le morpheur datait de la première et dernière fois où l'ancien masqué avait mis les pieds au royaume. À cette époque, aucun homme n'osait sortir de chez lui car une dangereuse prisonnière, échappée des geôles royales, tuait tous les mâles du royaume. Mike Caine ([HDJ : Ancien PJ du forum, qui était alors le mieux classé]) et le Sphinx l'avaient mis hors d'état de nuire, ce qui leur avait valu de la reconnaissance de la part du peuple, et une bonne dose de haine de la part d'Arcos, le méprisable fils du roi qui préférait le royaume du feu à son propre royaume et voulait renverser son père afin de prendre sa place


OST : Caninville

Le Sphinx se trouvait donc à caninville, capitale du royaume canin et donc une ville très agitée où les rues principales étaient bondées de monde. Cette fois-ci, la parité était respectée et notre homme ne croisait pas que des individus de sexe féminin, preuve que les temps troublés étaient loin derrière. Le palais, qui éclipsait tous les autres bâtiments autour par son architecture très soignée et sa grande taille, attirait bien plus le regard de notre homme que les autres passants.

Même s'il préférait ne pas révéler sa véritable identité, le jeune homme avait bien envie de revoir des visages connus, que ce soit celui de Mike, du roi ou même de sa fille, Laya. D'un autre côté, il avait peur de la désapprobation du petit monarque, qui avait peut-être entendu parler de l'aide que le Sphinx avait apportée aux Météors. Peut-être pensait-il qu'il les avait rejoint et imaginait que sa disparition avait un lien avec cela ?

Le jeune homme évitait toutefois ce genre de suppositions, qui ne faisaient pas avancer les choses. Il finit par se concentrer sur la foule qui l'entourait, attentif au moindre détail, tout en se dirigeant vers le palais : depuis qu'il avait décidé de ne plus utiliser ses pouvoirs afin de ne pas révéler sa véritable identité, il était obligé de faire davantage attention aux intentions des gens qui l'entouraient.

Sans ses pouvoirs, il n'était pas capable de se défendre correctement alors autant éviter les embrouilles.

Il remarqua donc rapidement une espèce de cohue : des hommes-chiens bloquaient l'accès aux passants, ne les laissant passer que s'ils s'acquittaient d'une certaine quantité d'EV. À leur aspect général, le Sphinx déduit qu'il ne s'agissait pas de gardes, mais plus vraisemblablement de voyous notoires. Leur chef, mélange de loup et de hyène, portait un anneau ébréché à l'oreille et n'avait pas l'air très commode.

Quant aux gardes du palais, plus loin sur la route, ils ne pouvaient tout simplement pas quitter leur poste pour s'en occuper. Et puis, de toute façon, cela permettait de diminuer le nombre de visiteurs et donc, leur charge de travail.

Le Sphinx hésitait sur ce qu'il devait faire : devait-il intervenir, afin de mettre fin à cet honteux péage ? Ou se mêler de ses affaires et s'acquitter de la somme demandée, qui était bien dérisoire comparée aux finances que trimballait le jeune homme ?

Remarquant une jeune femme, l'air totalement paumée, qui s'apprêtait à rentrer dans l'un des gardes car elle regardait pas devant elle, le jeune homme se décida à agir. Rapide comme l'éclair, et avant que l'un des hors-la-loi ait pu ouvrir la bouche, il posa sa main sur l'épaule de la jeune femme, la faisant ainsi s'arrêter. Puis, avec un sourire d'excuse à l'adresse de l'homme-hyène, il l'entraîna à l'écart.


- Tu devrais faire davantage attention, Dreamland n'est pas un monde tendre. Tu regardes tellement autour de toi, l'air perdu, qu'on peut lire sur ton visage que tu n'es pas Voyageuse depuis longtemps.

Au vu de la gravité qu'exprimait le visage du jeune homme, on pouvait comprendre que ce fait n'était pas positif, loin de là. Il regarda au loin, semblant pensif voire mélancolique.

- Cela va te sembler bizarre mais tu me rappelles un peu ma grande sœur, aussi ça m'embêterait qu'il t'arrive des ennuis. Je te propose un marché honnête : tu me laisses apaiser ma conscience en t'escortant et, en échange, je répondrais à toutes les questions qui doivent te brûler les lèvres au sujet de Dreamland.

Il leva soudain son index à hauteur de son visage, et toisa la jeune femme d'un air plus que sérieux.

- Par contre, je ne serais pas toujours là pour empêcher ton joli petit minois de finir entre de sales pattes. Prête donc attention à tout ce que je pourrais te dire concernant Dreamland. J'ai pas envie que tu deviennes une assistée.

Il avait fini sa phrase sur un sourire qui se voulait réconfortant, ne sachant pas comment la jeune femme allait prendre tout ce discours. Si elle avait le même caractère que sa sœur, ça risquait de dégénérer en dispute. Faut dire que feu la sœur du jeune homme avait un sacré caractère, et il ne se serait probablement jamais permis de sous-entendre qu'elle puisse être une assistée...

[HRP : Désolé de ce poste trop long et pas très digeste à lire, j'ai voulu mettre trop d'éléments... Si tu souhaites en savoir plus sur les événements auxquels je fais référence, voici le lien : RP de Mike et Sphinx. Il est à noter que le Sphinx n'a pas de masque à gaz, porte un tee-shirt blanc uni, a des yeux de couleur ambrée, une pilosité bleue, et est assez grand de taille (1m85)]

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julie Augustin
Ligue B
Ligue B
avatar

Surnom : Killer Queen
Pouvoir : Morpheuse insectoïde
Points de Réputation : 12 300 points
Messages : 112

MessageSujet: Re: Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]   Lun 12 Jan - 21:42


« Tu devrais faire davantage attention, Dreamland n'est pas un monde tendre. Tu regardes tellement autour de toi, l'air perdu, qu'on peut lire sur ton visage que tu n'es pas Voyageuse depuis longtemps.»

Elle ne répondit pas, intriguée par cette personne qui l'avait abordée. C'était un jeune homme assez grand, la dépassant de quelques centimètres. Julie mit du temps avant de retomber sur terre en le voyant, cette dernière étant toujours dans ses pensées. Mais, heureusement pour l'inconnu, elle n'était pas muette pour autant.

« Je dirai que je suis nouvelle. C'est surement la première fois que je viens ici...Hier j'étais dans un espèce de pique-nique géant...On se trouve où?»

Apparemment, ce n'était pas le moment de se lancer dans une conversation vu son expression. La jeune femme, elle, soupira juste, ne sachant pas ce qui allait se passer. L'homme parla alors de sa sœur et de sa similitude avec elle...Drôle d'approche. Mais, elle ne dit rien et le laissa finir, il était plus expérimenté et pouvait l'aider. D'ailleurs, l'inconnu lui proposa un marché juste avant de la mettre en garde. Julie le trouvait vraiment intriguant et voulait en savoir nettement plus.

« Donc, tu répondras à toutes mes questions? D'accord, on commence...On fait quoi là? Quel est le but de ce jeu? »

Il n'y avait rien de méchant à prendre Dreamland pour un autre rêve ou un jeu qu'avait crée son esprit pour la divertir pendant son sommeil. Après tout, quelle personne censée comprendrait ce qui lui arrivait? Surtout qu'elle n'était vraiment pas du genre à avaler n'importe quoi mais plutôt à croire ce qu'elle pouvait voir ou sentir...Et, la dernière chose dont elle savait était qu'elle s'était endormie dans son lit avant d’atterrir ici. Du coup, bonne chance pour lui dire ce qui se passait.

« Ou alors, c'est la suite du cauchemar d'hier...Après des insectes, des chiens anthropomorphiques. C'est tellement logique. Il n'y a que moi pour inventer des choses comme ça...»

Pendant qu'elle établissait des théories, Julie tournait en rond autour de Sphinx, comme un lion en cage ou un détective coincé dans ses pensées. Pour tout dire, aucune réponse plausible ne lui venait à l'esprit mise à part l'hypothèse du rêve.


[HDJ : Non, ça va, j'aime bien lire x)]


Dernière édition par Julie Augustin le Mar 13 Jan - 19:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sphinx
♥ Méchant & Papillon ♠
♥ Méchant & Papillon ♠
avatar

Surnom : Sphinx
Team : Général des Météors
Pouvoir : Morpheur Sphinx (papillon de nuit)
Points de Puissance : 44 500 Points
Points de Réputation : 57 500 points
Points du Membre : 833 points
Double Compte : Bébert
Messages : 651

MessageSujet: Re: Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]   Lun 12 Jan - 23:11


Le Sphinx ne répondit pas tout de suite aux deux premières questions de la jeune femme. Il apercevait, au loin, de l'agitation du côté des créateurs de péage. Et ce qu'il voyait ne lui plaisait pas. Quand il reporta son attention sur elle, la jeune femme se mit à parler d'insectes  venus d'un cauchemar qu'elle aurait fait hier. Puis, elle déclara qu'il n'y avait qu'elle pour imaginer tout ça.

Le Sphinx trouvait amusant qu'on puisse être aussi sceptique quant à l'existence du monde des rêves. Lui avait été forcé d'y croire car la douleur qu'il avait ressenti dès son premier songe était si intense qu'il lui aurait été impossible de dormir s'il ne s'était agi que d'un « rêve normal ». Il se serait plutôt réveillé en sursaut toutes les nuits, avant que ses blessures ne soient soignées.


- Tu as raison, je suis une pure invention de ton esprit, l'incarnation de tout tes fantasmes. Ou ton pire cauchemar. D'ailleurs, tu es une femme bien étrange pour aller jusqu'à rêver de ça !

Le Sphinx désigna le sol de son index tout en prenant une mine écoeurée, comme s'il y avait par terre quelque chose de vraiment immonde.

Puis, tandis que sa protégée baissait les yeux vers le sol, il lui attrapa violemment la tête afin de lui voler un baiser très furtif. Cela dans le seul but de choquer.

Ensuite, il lui décocha une légère claque, pas suffisamment forte pour lui faire bien mal, mais trop pour ne pas être prise pour une agression.


- As-tu ressenti la douleur ? Ou encore le contact de mes lèvres ? Très réaliste, n'est-ce pas ? Maintenant, imagine que je sois arrivé trop tard, et que ces êtres mi-loups mi-hyènes aient décidé de prendre du bon temps avec toi. Penses-tu que ç'aurait été moins réaliste ? As-tu toujours l'impression d'être dans l'un de tes rêves ?

Afin de ne pas être trop menaçant, le Sphinx crut bon de s'éloigner de la jeune femme, histoire qu'elle se sente plus en sécurité.

- Les gens ont tendance à tenir pour vrai ce qu'ils souhaitent être ou redoutent être la vérité. Comme le dit une autre des leçons du Sorcier, s'écarter volontairement de la vérité revient à se trahir soi-même.

Il semblait plus se parler à lui-même qu'à Julie, et demeura pensif durant quelques instants, avant de retrouver une contenance et de poursuivre :

- Quel est le but de ce jeu ? Et bien, pour une novice comme toi, je répondrais sans hésitation « survivre ». Ce monde est aussi réaliste que l'autre, et je doute que tu ais envie de connaître une douloureuse agonie. Maintenant, si tu veux que je réponde à d'autres questions, je suis tout ouïe. Et si j'ai perdu ta confiance, et que ma compagnie t'ait devenue insupportable, je ne te retiens pas.

Je n'aide que ceux qui le méritent, faillit ajouter le Sphinx, avant de se raviser. Il avait déjà parlé suffisamment durement à la jeune femme, et ç'aurait été purement bête et méchant d'en rajouter. Il était devenu un homme exigeant avec lui-même, mais cela ne l'obligeait pas à imposer son perfectionnisme aux autres. Il devait se montrer tolérant et patient. Malheureusement, la patience était toujours une qualité qui lui faisait défaut.

[HDJ : Si je vais trop loin dans mes actions, n'hésite pas à me le faire remarquer, je modifierais. Et dis-moi si ça te gêne que Julie soit tombé dans le panneau et ait regardé le sol.]

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julie Augustin
Ligue B
Ligue B
avatar

Surnom : Killer Queen
Pouvoir : Morpheuse insectoïde
Points de Réputation : 12 300 points
Messages : 112

MessageSujet: Re: Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]   Mar 13 Jan - 22:43


L'inconnu commençait à se moquer gentillement d'elle, ce qu'elle prit mal pour un premier temps. D'ailleurs, ça se voyait qu'elle n'avait pas apprécié; bras croisés et faisant la mou, elle faisant semblant de ne pas écouter. Mais, il fallait avouer que, même si cela n'était qu'un rêve, de son point de vue, cet homme lui était utile et, par conséquent, elle se calma graduellement, jusqu'à arrêter de faire la tête.

La jeune femme voulut parler à son tour. Malheureusement, par une ruse de Sioux, Sphinx lui avait volé un baiser et l'avait même giflé. Sur le coup, sa seule réaction fut d'apposer sa main sur sa joue rougit tout en regardant son interlocuteur, surprise par ce qui venait de se passer. Puis, sans crier gare, elle répliqua en frappant assez fort avec sa main libre, cherchant à se venger de cette effraction relationnelle. Après tout, il l'avait cherché.

«Ça ne va pas non?!»

L'inconnu supposa, par la suite, bon nombre de choses. Principalement un probable viol...Julie n'en croyait pas ses oreilles : il se prenait, à mi mots, pour un héro, que ça soit volontaire ou non. Il attendait surement un remerciement de sa part. Mais, elle n'était pas de ce genre, de remercier les personnes qui la frappaient. D'ailleurs, le message était surement bien passé avec cette claque.

Pendant que l'homme parlait en monologue, la jeune femme continuait de regarder les environs, curieuse de ces gens et de leurs activités pourtant si simples et communes dans les deux mondes. Mais, c'était probablement un moyen de se distraire et de ne pas trop se focaliser sur Sphinx...Et, surtout, se calmer. Car, elle était toujours en colère envers lui et ne voulait, à première vue, pas s'adoucir...Attendrait-elle des excuses?

Le mot "survivre" atteignit, cependant, ses oreilles. Comment survivre dans un endroit où, selon les propos de l'un et l'interprétation de l'autre, tout le monde voulait sa peau? C'était impossible. Julie étant une novice, elle ne savait pas vraiment toute la base qu'il fallait savoir sur Dreamland et c'était pour ça qu'elle passa de la colère à la peur presque immédiatement...Enfin, ça se voyait qu'elle commençait à être inquiète pour la suite des événements, rien de plus.

«Attends! Racontes moi ce qui se passe ici. Il y a une Histoire? Des pays? Des gouvernements et dirigeants?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sphinx
♥ Méchant & Papillon ♠
♥ Méchant & Papillon ♠
avatar

Surnom : Sphinx
Team : Général des Météors
Pouvoir : Morpheur Sphinx (papillon de nuit)
Points de Puissance : 44 500 Points
Points de Réputation : 57 500 points
Points du Membre : 833 points
Double Compte : Bébert
Messages : 651

MessageSujet: Re: Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]   Jeu 15 Jan - 11:34


La jeune femme ne semblait pas vouloir partir, ni décidée à se laisser impressionner par le Sphinx. Elle l'avait déjà prouvé, quelques instants en plus tôt, en giflant le Sphinx sans autre forme de procès. Elle le prouvait une nouvelle fois en lui posant d'autres questions plutôt qu'en s'éloignant le plus vite possible de lui.

Tant mieux : le Sphinx n'était pas un sociopathe et s'en voulait déjà d'avoir brusqué la jeune femme. Il ne perçut pas le changement d'attitude de la jeune femme, la pensant toutefois toujours aussi en colère aussi décida-t-il de monologuer un peu moins et de choisir ses mots avec plus de prudence.


- C'est un monde à part entière, donc, oui. Mais c'est un sujet assez... complet, donc je vais essayer de simplifier au maximum, afin d'être concis. Ce monde a été créé par l'imagination collective des Rêveurs. Ainsi, il y a de nombreux royaumes, issus de nos rêves... ou de nos cauchemars. Les royaumes les plus puissants et dangereux, pour les jeunes Voyageurs, c'est à dire les gens comme toi, sont les royaumes élémentaires (feu, foudre, glace), des araignées, des serpents, du vide. Il y a, bien entendu, un royaume cauchemar en tête de ce classement, il s'agit du royaume obscur. C'est certainement le plus dangereux du lot, et je n'y mettrais les pieds pour rien au monde.

Le Sphinx se gratta la tête, l'air gêné.

- Bon, c'est un peu brouillon donc désolé si t'as du mal à suivre...

Lui qui pensait faire concis se lançait de nouveau dans un autre monologue... Tant pis.

- Toi et moi sommes des Voyageurs, c'est à dire des Rêveurs conscients de l'existence de Dreamland et capables de l'influencer avec nos pouvoirs. À chaque fois que nous nous endormons, nous apparaissons dans l'un de ses royaumes, suivant notre état d'esprit. Par exemple, si je me retrouve ici, c'est parce que j'ai visité une animalerie aujourd'hui.

Le Voyageur désigna les environs de ses bras, sans toutefois aller jusqu'à tourner sur lui-même. La jeune femme n'avait pas besoin de lui pour observer son environnement, mais il ne semblait pas s'en rendre compte.

- Nous sommes actuellement dans le royaume canin, un royaume des rêves et, donc, un royaume plutôt bienveillant envers les Voyageurs. Toutefois, comme tout lieu de Dreamland, il a son lot de dangers que je te conseille d'éviter tant que tu n'auras pas appris à mieux maîtriser tes pouvoirs.

À ce moment-là, le Sphinx lui aurait bien fait une démonstration du sien, histoire d'étoffer son discours d'un exemple. Mais il  ne pouvait plus l'utiliser et y penser ne lui était pas agréable.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julie Augustin
Ligue B
Ligue B
avatar

Surnom : Killer Queen
Pouvoir : Morpheuse insectoïde
Points de Réputation : 12 300 points
Messages : 112

MessageSujet: Re: Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]   Jeu 15 Jan - 21:21


L'explication fut un peu touffue mais, assez compréhensible. Ce qui fallait juste retenir était "il faut faire attention partout". Du coup, tout du long, elle était assez anxieuse. L'idée que ce monde était réel lui paraissait presque possible mais le fait de devoir faire preuve de vigilance à chaque fois...Julie ne se voyait pas en train de se cacher tous les soirs.

«Et, sinon, il y a des endroits sans dangers ou risques?»

Puis, la jeune femme se remit à l'écouter attentivement. "Voyageur" était un mot qu'elle avait déjà entendu la nuit précédente. À présent, elle savait sa signification. Et, il était vrai, avant de s'endormir, elle s'était amusée, quelques minutes, avec son chien...C'était assez étrange comme moyen d'apparition tout de même.

«Donc, si je pense à quelques choses avant de m'endormir ou si elle est quasi omniprésente dans mon esprit, je serai amenée dans un endroit qui s'y réfère?»

Il continuait son monologue, précisant où ils se trouvaient en ce moment précis. Il s'agissait d'un royaume des rêves donc, d'après ce que Julie en avait conclu, un bon royaume. D'ailleurs, le Sphinx le précisa tout en spécifiant qu'il pouvait y avoir quelques dangers ou autres. Si c'était pour la démotiver totalement et la voir partir en courant, il n'aurait pas mieux fait pour décrire Dreamland : "un endroit rempli de dangers". Il s'agissait d'une superbe destination de rêves qui pouvait, en un instant, se transformer en cauchemar, en somme.

«Des pouvoirs? Comment ça?»

Sans prévenir, elle s'avança vers le jeune homme et, d'un geste vif et surprenant, tendit sa main vers lui. La jeune femme commençait à faire un timide sourire à son encontre, pour bien entamer les présentations.

«Au fait, c'est Julie. Julie Augustin en entier. Ça te dirait de me faire visiter la ville au lieu de rester dans notre coin?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sphinx
♥ Méchant & Papillon ♠
♥ Méchant & Papillon ♠
avatar

Surnom : Sphinx
Team : Général des Météors
Pouvoir : Morpheur Sphinx (papillon de nuit)
Points de Puissance : 44 500 Points
Points de Réputation : 57 500 points
Points du Membre : 833 points
Double Compte : Bébert
Messages : 651

MessageSujet: Re: Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]   Dim 18 Jan - 20:07

Le Sphinx serra la main tendue de la jeune femme de manière franche, avant d'esquisser un léger sourire, qui contrastait avec le sérieux de son regard.

- Et moi, tu peux m'appeler Henri. Par contre, si j'étais toi, je ne donnerais pas mon nom et prénom à n'importe qui. T'as qu'à te dire que Dreamland, c'est comme Internet : tu ne sais pas vraiment qui se cache derrière tel ou tel Voyageur, et te retrouver avec un illuminé devant ta porte, venu s'occuper de toi dans le monde réel car tu es trop forte dans celui-ci.

Et c'est un nouveau monologue ! Pauvre Julie, elle aurait certainement préféré passer sa nuit avec un type qui préférait garder l'utilisation de sa langue à des fins plus... agréables. Mais le Sphinx se la jouait hôtesse de l'air trop zélée, et multipliait les recommandations en tous genres.

- Quant aux pouvoirs, ils dépendent de la peur que tu avais. Si t'étais effrayé par les chiens, par exemple, tu deviendrais capable de te transformer complètement ou partiellement en chien.

Laissant Julie se poser une pléthore d'autres questions, il se mit finalement à marcher, déclarant qu'il n'avait pas oublié ce qu'elle avait dit précédemment, et qu'il allait lui faire visiter la ville. Il lui montra des statues, racontant l'histoire des personnages qui y étaient représentés en prenant le ton formel d'un guide de musée.

Vu le sourire mutin qu'il arborait et le nombre d'incohérences qu'il disait, le Sphinx considérait que sa compagne avait compris qu'il fallait prendre ces informations au second degré et que le Voyageur tentait simplement de faire son intéressant et d'amuser sa protégée.

Bref, le petit groupe marchait, insouciant, sans se rendre compte qu'ils étaient suivis depuis un moment déjà par deux hybrides de loup et de hyène. S'il avait été seul, le Sphinx aurait pu ressentir leur présence. Mais, en faisant l'imbécile, sa prudence s'était émoussée et il n'agissait pas comme son code de conduite le dictait.

Mais si ces deux zigotos filaient nos deux Voyageurs, où était leur chef ? Et pour quelles raisons suivaient-ils deux Voyageurs totalement inconnus du DreamMag ?

[HRP : Je me suis permis de dire que tu m'accompagnais, j'espère que ça te va.]

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julie Augustin
Ligue B
Ligue B
avatar

Surnom : Killer Queen
Pouvoir : Morpheuse insectoïde
Points de Réputation : 12 300 points
Messages : 112

MessageSujet: Re: Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]   Mer 21 Jan - 21:52


Le dénommé Henri la mise en garde sur les danger de divulguer sa véritable identité dans ce monde. Les risques étaient presque similaire que sur Internet. La jeune femme comprit vite ce qui l’attendrait surement si elle ne suivait pas ce conseil avisé. Mais, ce détail l'inquiéta encore pire et elle commençait à voir Dreamland comme un véritable cauchemar...Mais espérait également que le jeune homme le faisait exprès en ne racontant que les points noirs et en oubliant de mentionner le reste.

«C'est d'accord. Ça sera juste Julie...J'espère que tu tiendras ta langue du coup.»

Puis, ils commencèrent à marcher à travers la ville du Royaume Canin. Pendant que l'un faisait la visite après avoir expliquer le concept des pouvoirs, bien que de façon très brève, l'autre écoutait et ne disait rien, admirant la splendeur des bâtiments et du paysage.

«Hmmm...Hier je me suis retrouvé au milieu d'un pique-nique géant avec une bonne poignée d'insectes...»

La jeune femme était à l'aise et parlait vraiment sans retenue, elle était en confiance avec ce guide aux cheveux bleutés. Elle passait un agréable moment en sa compagnie et pensait, peut-être, avec le temps, s'en faire un ami. Il était vraiment aimable et sympathique et elle ne regretta pas de l'avoir rencontrer.

Plus loin, une foule commença à se former autour d'une estrade. Il s'agissait surement de politiciens qui ameutaient les foules pour les prochaines élections, c'était possible. Mais, les Royaumes de Dreamland étaient sous régime monarchique, ce que ne savait pas encore Julie.

«Il se passe quoi?»

Elle chercha à s'avancer d'un peu plus près, pour voir ce qui se passait vraiment. Il ne s'agissait que de l'humiliation en public d'un voleur, surprit en ayant dérobé quelques pommes. Le maraudeur semblait bien pauvre et, ce geste, bien que punissable, avait du être guidé par la faim plus qu'autre chose. Mais, le commerçant l'avait vu et avait décidé de le punir de lui-même, se faire justice seul et, le pauvre condamné risquait d'y laisser sa main droite.

«C'est horrible! Il faut faire quelque chose...Henri!»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sphinx
♥ Méchant & Papillon ♠
♥ Méchant & Papillon ♠
avatar

Surnom : Sphinx
Team : Général des Météors
Pouvoir : Morpheur Sphinx (papillon de nuit)
Points de Puissance : 44 500 Points
Points de Réputation : 57 500 points
Points du Membre : 833 points
Double Compte : Bébert
Messages : 651

MessageSujet: Re: Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]   Lun 26 Jan - 20:35


Une foule se massait autour d'un spectacle particulier : un marchand souhaitait faire justice soi-même et s'apprêtait à trancher la main d'un jeune voleur. La main droite, précisément. Cette scène avait au moins eu le mérite de réveiller Henri et de lui faire regagner son souci du détail. Il cessa donc de se soucier de sa compagne, entendant à peine son « il faut faire quelque chose ».

D'un geste de la main, il l'intima à la discrétion (et donc au silence).


- Je m'en occupe. Je ne devrais pas en avoir pour longtemps. Reste-là et fais attention à toi.

Le ton était doux mais sans appel. Telle une ombre, l'ancien masqué s'éclipsa si rapidement dans la foule que c'était à se demander s'il avait utilisé son pouvoir. Le marchand, tout comme la foule, fut stupéfait de le voir apparaître juste à côté de lui, la main négligemment posée sur le manche du couteau, qu'il arracha au chien anthropomorphe sans prévenir.

- Qu... Que faites-vous ? Qui vous a permis d'interrompre une punition justement méritée ?

- Qui êtes-vous pour punir ? Le monarque de ce royaume ? Toutefois, vous avez raison sur un point...

Le Sphinx se tourna vers le voleur, qui le regardait avec espoir, et le gifla si violemment que le pauvre garçon en fut projeté par terre, lâché par les deux gardes qui le tenaient et qui ne savaient pas trop comment réagir devant cette subite apparition. Les créatures étaient bien plus sensibles au pouvoir que les Voyageurs, et les gardes sentaient que, malgré qu'il leur soit inconnu, il dégageait de lui une sacré puissance.

Non, mieux valait rester passif, en espérant que les autorités du Royaume se pointent et amènent de l'ordre.


- … ce mioche a bien besoin d'une bonne correction ! Cependant, vous vous y prenez mal. En lui coupant la main droite, vous engendrerez chez lui de la rancœur qui, avec les ans, se muera en haine en votre égard. Et, tôt ou tard, il se vengera et vous aurez à souffrir d'un acte qui ne vous rendra pas le temps que vous a fait perdre cet individu.

- Mais alors, que dois-je faire ? Le tuer ? se radoucit le marchand, qui aimait la manière de voir les choses de son interlocuteur.

- Ce voleur a forcément de la famille, des connaissances... Le tuer engendrerait aussi de la rancoeur, voire ferait de lui un martyr, et les conséquences seraient encore plus terribles pour vous. Ce ne serait pas la colère d'un individu isolé, que vous auriez à affronter, mais celle des vengeurs d'une punition démesurée que rien ne peut justifier.

Le marchand était un peu circonspect, dérouté par la logique particulière de l'ancien masqué. Il ne voyait pas où le Voyageur voulait en venir et ne savait plus que faire de ses mains désormais vides, qu'il finit par joindre en une supplique muette.

- Mais alors, que dois-je faire ? laissa-t-il échapper, d'une voix plaintive.

- C'est simple : vous devez punir ce garçon en l'obligeant à travailler pour vous jusqu'à ce qu'il vous ait dédommagé de ce qu'il a tenté de vous voler. La durée de travail ne pourra pas être évaluée par vous seul, mais par le roi lui-même, aussi je vous conseille de vous rendre au palais tant qu'il est encore ouvert. Accompagné du garçon.

- Mais... n'est-ce pas de l'esclavage ?

- Pas si la durée est courte, ne dépassant pas plus d'un mois. En France, enfin du monde d'où je viens, on appelle ça « un stage ». Bien entendu, si les services du garçon finissaient par vous convenir, vous pourriez allonger sa punition, mais en le payant. Rémunéré, il n'aurait alors plus besoin de voler pour vivre tout en vous permettant d'augmenter vos revenus. Ainsi, le voleur qui était une nuisance pour vos finances se transformerait, avec le temps, en véritable bénéfice ambulant.

Le marchand canin se caressa la barbe, d'un air songeur. C'était bien alléchant, tout ça, mais qui allait nourrir le gosse tandis que le marchand l'embauchait ? Lui ? Ne se rapprocherait-on pas d'un travail rémunéré, du coup ? Il s'apprêtait à poser la question au Sphinx, mais le jeune homme ne l'écoutait plus.

Les sens en alerte, le jeune homme avait le regard braqué sur Julie, ou plutôt quelque part dans son dos : en effet, deux hybrides d'hyène s'approchaient d'elle, la mine patibulaire. Ils n'avaient pas l'air de vouloir l'inviter à danser, et notre homme ne savait pas comment avertir sa protégée sans alerter ces gredins. Pour l'heure, les hommes avançaient à pas de loup afin de ne pas se faire remarquer par leur proie et l'ancien masqué ne souhaitait pas les voir se mettre à courir à vive allure.

Décidé à arriver au plus vite auprès de Julie, le Sphinx disparut une nouvelle fois dans la foule. Il n'arriverait pas à temps, mais mieux valait tard que jamais.

[HRP : Désolé pour le retard, je n'ai aucune excuse hormis le fait que je sois doué pour procrastiner quand je m'y mets.]

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julie Augustin
Ligue B
Ligue B
avatar

Surnom : Killer Queen
Pouvoir : Morpheuse insectoïde
Points de Réputation : 12 300 points
Messages : 112

MessageSujet: Re: Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]   Ven 30 Jan - 23:07


[HRP : Pas de soucis, je suis pareille par moment]

Henri, ayant aussi vu ce qui était en train de se dérouler devant eux, s'avança davantage vers l’événement, afin, probablement, d'essayer d'arranger les choses. La jeune femme, bien que n'aimant pas les ordres d'habitudes, l'écouta et resta à l'écart. Malgré cette distance, elle pouvait écouter ce qui se passait et pouvait voir les voir de loin, comme une spectatrice. Elle attendait juste patiemment que son guide revienne.

Le voyageur stoppa le geste du commerçant en lui confisquant son arme. Julie était quelque peu soulagée pendant les premières secondes. Mais, par la suite, du déchanter en écoutant les paroles de son partenaire. Ce dernier était un peu dur avec le soi-disant voleur. Il ne s'agissait que d'un mendiant qui était passé à l'action, ça ne servait à rien d'agir comme s'il s'agissait d'un professionnel.

Il venait de France, c'est ce qu'elle avait compris dans ses explications. Ils venaient du même pays. Était-ce une coïncidence? Ou juste le hasard? En tout cas, elle était contente de savoir ce détail, ce qui ne l'empêchait pas de condamner ce qu'Henry disait à côté. Faire du travail forcé pour quelques pommes...Fruits récupérés par leur propriétaire en plus.

Ils arrivent!! Ils arrivent!!

Un petit chiot anthropomorphe courait partout dans la rue en train de crier à plein poumon, pour prévenir tout le monde d'une menace. Sur le coup, la jeune femme ne comprit pas ce remue ménage et, contrairement à ce qu'il lui avait recommandé plus tôt, se dirigea vers son nouvel ami, le regard plein d'interrogation.

Le gang des Entr'Chats! Ils arrivent!

L'enfant ne prit même pas la peine de s'arrêter devant eux, ou même de les regarder. Il était trop concentré sur sa fuite et sa survie. En tout cas, cette histoire de vol passait, à présent, en second plan. Effectivement, un groupe de sept chats se fit voir devant eux. Leurs yeux en disaient long sur leurs attentions et leur physique, très peu accueillant, montraient une certaine expérience dans le domaine de la baston.

L'un d'entre eux, surement le chef, s'avança vers la foule. Il était grand et élancé. Ses muscles étaient très marqués et quelques cicatrices parsemaient son corps, il s'agissait surement d'un ancien militaire ou, en tout cas, une personne de combat.

Voilà ce qui se passe quand on veut juste dire "bonjour" aux cabots...Ils jappent...

[HRP : Je me suis permise de mettre encore plus d'action pour pimenter le tout x) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sphinx
♥ Méchant & Papillon ♠
♥ Méchant & Papillon ♠
avatar

Surnom : Sphinx
Team : Général des Météors
Pouvoir : Morpheur Sphinx (papillon de nuit)
Points de Puissance : 44 500 Points
Points de Réputation : 57 500 points
Points du Membre : 833 points
Double Compte : Bébert
Messages : 651

MessageSujet: Re: Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]   Mar 3 Fév - 17:45


Hélas, il n'arriva pas à temps : lorsqu'il arriva l'un des hybrides à mi-chemin entre le loup, la hyène et l'homme venait de poser sa patte velue sur Julie. Henri espérait que Julie allait dévoiler son pouvoir et s'en sortir, car il n'avait pas envie d'assister à sa mort, dû au fait qu'il l'avait laissée de côté. Bien entendu, ce ne serait pas de sa faute et il ne culpabiliserait pas, mais ça l'attristerait.

Cependant, un étrange événement se produisit qui poussa les deux hybrides à oublier la jeune Voyageuse : un groupe de sept chats venait d'arriver et leurs intentions n'avaient pas l'air louables. La plupart des badauds reculèrent devant eux, d'autres allèrent jusqu'à imiter l'enfant qui avait annoncé leur arrivée, et prirent leurs jambes à leur coup.

Le marchand canin s'assura que ses gardes du corps ne le quittaient pas d'un pouce, et attrapa sa bourse qu'il prit dans ses bras comme une mère qui désire protéger son enfant. La présence de ses gardes ne l'empêchait pas de trembler : le gang des Entr'chats devait jouir d'une sacrée renommée.

L'un des membres du gang s'autorisa une réplique plutôt cinglante, qui toucha les habitants de caninville dans leur fierté.
Pourtant, pas plus ses gardes que le marchand ne réagirent. Quand il s'agissait d'un pauvre voleur, là il y avait du monde. Mais quand c'étaient les grands méchants loups, étrangement, les gardes du corps d'un marchand ne servaient plus à grand chose.

Au grand soulagement du Sphinx, la pique toucha les hommes-hyènes et ils délaissèrent Julie pour aller à l'encontre du gang. L'un d'eux se mit à pousser un énorme hurlement qui fit son petit effet. Ainsi, il venait de demander à son chef et au reste du groupe d'hommes-hyènes que des chats tentaient de venir foutre la merde sur leur territoire.

Le plus massif des deux nouveaux arrivants se planta devant le chef de gang, et le poussa violemment.


- T'as dit quoi ? J'ai pas bien entendu...

Quant au Sphinx, il rejoignit Julie et lui posa sur l'épaule une main qui se voulait rassurante.

- Désolé d'avoir été autoritaire tout à l'heure, je ne pensais pas à mal. Et encore plus désolé d'être arrivé en retard...

[HRP : J'adore ce genre d’initiative ^^. J'te laisse écrire les réactions du gang, et même la mise à mort de l'homme-hyène si le gang est vraiment fort et déterminé. Petite réponse mais j'suis en retard pour le ciné et j'ai pas envie de poster ma réponse aussi tardivement que la dernière fois.]

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julie Augustin
Ligue B
Ligue B
avatar

Surnom : Killer Queen
Pouvoir : Morpheuse insectoïde
Points de Réputation : 12 300 points
Messages : 112

MessageSujet: Re: Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]   Jeu 5 Fév - 20:03

Un membre de la gente canine l'avait saisit par l'épaule avant l'arrivée des chats. Elle avait eu un léger sursaut et son pouvoir allait surement se manifester mais, on ne le saura jamais à cause de ce gang. Ce qui n'était pas plus mal, en fait. Du coup, l'hybride avait déjà changé de proie et s'en prenait aux intrus.

T'as dit quoi ? J'ai pas bien entendu...

Henri revint auprès d'elle pour, surement, la protéger en cas de future attaque. Il était assez protecteur envers ses amis. Mais, avec si peu de temps, étaient-ils déjà devenus amis? En tout cas, Julie en avait cette impression et le remercia d'être là. Elle se rapprocha de lui, par peur d'être la cible future de ces individus.

-En augmentant la taille de ses griffes-
C'est toi le comité d'accueil?

Les griffes, aiguisées comme des rasoirs, mesuraient environ les 1.25 mètre et se rapprochaient de plus en plus vers elle, créant une arme, sensiblement ressemblant à une énorme épée. Le chef de cette bande de félins transperça alors le thorax du cabot. Il en sortit son cœur et le montra à ses camardes pendant que le corps, sans vie, de son "adversaire" tombait à ses pieds. Il broya l'organe et ria aux éclats.

La jeune femme recula d'un pas et, on ne sait comment, commença à avoir un début de hoquet. À chaque fois qu'elle sortait un petit son, on pouvait voir un bout de son corps se dématérialiser en mouches vertes pour, aussitôt, se rematérialiser. Le gang le remarqua et, inévitablement, s'approcha d'elle et de son "guide de nuit".

Des voyageurs...

...On va pouvoir faire un peu de ménage cette nuit du coup.

Deux jumelles siamois se détachèrent du reste de leur groupe et commencèrent à encercler la pauvre Julie qui ne savait pas quoi faire. Elles tournaient autour d'elle comme deux requins, attendant le bon moment pour en finir avec la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sphinx
♥ Méchant & Papillon ♠
♥ Méchant & Papillon ♠
avatar

Surnom : Sphinx
Team : Général des Météors
Pouvoir : Morpheur Sphinx (papillon de nuit)
Points de Puissance : 44 500 Points
Points de Réputation : 57 500 points
Points du Membre : 833 points
Double Compte : Bébert
Messages : 651

MessageSujet: Re: Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]   Jeu 5 Fév - 20:52


Ils furent repérés par des jumelles félines qui semblaient vouloir les tuer. Elles étaient plutôt inquiétantes et semblaient vraiment fortes, ce qui ne disait rien qui vaille à l'ancien masqué. En plus, avoir vu le cabot se faire tuer instantanément par le chef de ce groupe ne l'avait pas rassuré, au contraire. Contre de telles créatures, l'ancien Sphinx doutait de pouvoir protéger Julie.

Il doutait même d'être capable de se protéger lui-même, à vrai dire. Il s'était juré de ne pas utiliser son pouvoir, et il n'allait pas craquer dès le début. Il devait se prouver qu'il était capable de s'en sortir sans, qu'il devait sa réputation à lui-même plus qu'à ses capacités.

Il se mit tout de même en travers des deux squales aux oreilles de chat, histoire de détourner leur attention de la jeune femme.


- Nous sommes des Voyageurs, c'est vrai, mais nous ne vous avons rien fait. Que voulez-vous en signe de notre bonne volonté ?

C'était Julie qui les avait mis dans cette mouise, en utilisant son pouvoir. Mais ce n'était pas de sa faute et Henri ne lui en voulait pas, ne s'étant pas mieux débrouillé à ses débuts dans le monde des rêves. Ce n'était pas normal qu'un Voyageur soit obligé de dissimuler ses pouvoirs, ou même qu'on en veuille à sa vie sans qu'il ait rien fait de mal.

L'homme aux cheveux bleus était prêt à payer le prix fort, en essence de Vie, pour ne pas qu'un bain de sang éclate. Mais les jumelles ne semblaient pas l'entendre de cette oreille.


Mais...

...Il est sérieux, celui-la ?

Il croit...

...vraiment pouvoir nous acheter ?

On prendra notre tribut..

...sur vos cadavres !

La plus proche de Henri se jeta sur lui, tandis que l'autre se jetait sur Julie. Notre homme n'avait pas les moyens de s'assurer que sa partenaire s'en sortait aussi se concentra-t-il pleinement sur le combat. Il esquiva les coups de griffe de son adversaire, sans chercher à contre-attaquer. Jusque-là, seule son expérience des combats l'empêchait de se faire toucher.

Son adversaire était rapide, mais il ne l'était pas moins. Ses pouvoirs affectaient sa force, pas sa vitesse. Qu'il les utilise ou pas, cette dernière était inchangée et s'il était en mesure d'éviter des éclairs ou des boules de feu, il était capable d'éviter les griffes de son adversaire.

Toutefois, d'esquive en esquive, il finit par se rapprocher du chef et du reste du gang... Quand il tomba nez à nez avec eux, qu'il vit les gigantesques griffes enduites de sang, le jeune homme déglutit.


- Et merde...

[HRP : Je me suis permis de jouer les jumelles (MP moi si je les ai mal jouée). Fais évoluer le rp comme tu le sens, dans tous les cas je m'en sortirais, même si ça m'embêterait d'être obligé d'utiliser mes pouvoirs... ^^]

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julie Augustin
Ligue B
Ligue B
avatar

Surnom : Killer Queen
Pouvoir : Morpheuse insectoïde
Points de Réputation : 12 300 points
Messages : 112

MessageSujet: Re: Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]   Sam 7 Fév - 15:58



[HRP : Tu joues tes adversaires comme tu le sens, je n'ai rien à dire dessus. Alors, bon(s) combat(s)^^]

Les siamoises s'étaient séparées et l'une d'elle voulait, à présent, s'en prendre à Henri. La jeune femme, bien qu'occupée par son adversaire déclaré, regarda ce qui se passait pour son collègue. La dure réalité arriva lorsqu'elle se fit griffer au niveau du ventre. La blessure ne fut pas trop profonde, il s'agissait juste d'un égratignure, une sorte d'électrochoc donné pour qu'elle revienne sur son combat. Par contre, son pull commençait à partir en lambeaux.

Qu'est-ce que je suis censée faire?

Julie, ne sachant pas vraiment se battre, se mit en garde de façon très maladroite. Son opposante en rit, tellement, pour elle en tout cas, c'était assez ridicule. D'ailleurs, la chatte se mit à jouer avec sa proie. Des petits coups de griffes lents par-ci et par là, pour s'amuser, cherchant à humilier la voyageuse sur son très faible niveau au corps-à-corps.

Belle façon de se défendre.

Un coup de plus fallu pour faire tomber la professeure sur le sol, à cause d'un déséquilibre. Malheureusement, son pouvoir ne s'était pas totalement "réveillé" et elle ne pouvait pas le contrôler de manière volontaire encore. Est-ce à cause du fait qu'elle avait toujours des doutes sur la réalité de Dreamland et de son existence? En tout cas, ce spectacle faisait beaucoup rire les autres personnes de ce gang de félin.

Elle se releva et prit son adversaire au dépourvu, la siamoise lui faisant dos le temps de quelques secondes. Un petit coup de pied la fit comprendre alors qu'il ne fallait pas se tourner dans un combat, aussi faible soit l'opposant. D'ailleurs, ce fut le seul coup que donna Julie car, après avoir réussi à l'atteindre, la chatte multiplia les assauts, sans jouer cette fois.

Si ça continue, je risque d'y passer...

Au moment de penser ça, la féline lui lança une attaque fatale au niveau du cou. Enfin, fatale si, on ne savait comment, le pouvoir de la jeune femme ne s'était pas manifesté pour la dématérialiser sous forme de milliers de mouches afin de la matérialiser quelques centimètres plus loin. Il s'en était donc fallu de peu, pour cette fois.

-Un peu surprise-
Tu as eu de la chance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sphinx
♥ Méchant & Papillon ♠
♥ Méchant & Papillon ♠
avatar

Surnom : Sphinx
Team : Général des Météors
Pouvoir : Morpheur Sphinx (papillon de nuit)
Points de Puissance : 44 500 Points
Points de Réputation : 57 500 points
Points du Membre : 833 points
Double Compte : Bébert
Messages : 651

MessageSujet: Re: Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]   Lun 16 Fév - 17:13


Les griffes du chef de gang étaient impressionnantes, pourtant ce n' était pas la peur qui tétanisait le Sphinx, mais le choix qu'il lui restait à faire. Il pouvait décider d'utiliser son pouvoir et s'en sortir très facilement, mais c'était jeter sa fierté et ses principes aux oubliettes. Il pouvait également se laisser tuer, et retourner dans le monde réel. C'était une idée qui plaisait plus à son orgueil car il fallait beaucoup de courage et de savoir-être pour se maîtriser au point d'accepter sa mort avec réserve et sérénité. Surtout lorsqu'on avait toutes les cartes en main pour s'en sortir.

Cependant, il ne laisserait aucun héritage à Dreamland hormis son bref passage sous le nom de Sphinx. Et ça, il ne pouvait pas l'accepter. Il était donc contraint d'utiliser ses pouvoirs, mais sans en abuser. D'une manière subtile qui s'accordait avec sa nouvelle philosophie.

Il porta la main à sa poche droite, dans laquelle il avait inconsciemment glissé le couteau dérobé au marchand. Il était plus que temps de faire parler l'acier. Le chef de gang lui porta une attaque ascendante, tentant de lui arracher l'épaule ainsi que son bras armé, mais il 'esquiva d'un bond en arrière. Henri continua de reculer et fit exprès de trébucher, tombant sur le dos. Il tenta de simuler l'horreur, alors que le chef de gang lui sautait dessus, toutes griffes dehors.

S'appuyant sur le sol avec son dos, il se projeta en avant (en décuplant la force de son dos afin de gagner en vitesse) tout en ramenant son bras armé droit devant lui.


- Qu...

N'augmentant que légèrement la force du bras tenant le couteau, Henri lui fit traverser le corps de son adversaire, ressortant par la même occasion le cœur en charpie de l'ancien militaire. Voilà ce qui arrivait, quand on sous-estimait ses adversaires : le Sphinx l'avait appris à ses dépens. Et Henri l'exploitait à son avantage.

Retirant son bras et la lame humidifiés par le sang, il s'essuya tant bien que mal sur la fourrure poisseuse, avant de jeter le cadavre sur le sol.


- Vous êtes stupides. Vous auriez pu dévaster cette place de marché, je n'aurais pas levé un index pour vous en empêcher car, si les gens ne s'aident pas eux-mêmes, je ne vois pas pourquoi ils mériteraient mon aide... Sauf que vous avez pêché par excès de confiance, et avez pris pour cibles les mauvaises personnes.

S'approchant d'un pas du groupe, il ignora totalement la jumelle qui s'approchait silencieusement de lui, décidée à transpercer l'homme qui avait abattu son chef. De manière déloyale en plus !

- Pourtant, il n'est pas trop ta...
- Tais-toi et meurs !

La jumelle planta ses griffes dans le torse du jeune homme, cherchant son cœur. Une fumée argentée se dégagea dans les airs alors que ses griffes s'évaporaient au contact du sang corrosif du Sphinx. La blessure était profonde (trois centimètres), mais pas suffisamment pour mettre les jours d'Henri en danger. Surtout qu'aucune artère n'avait été touchée.

- Qu'il en soit ainsi.

Attrapant le bras de la jumelle afin de l'empêcher de s'échapper, il lui attrapa le cou et le brisa d'un coup sec, puis il laissa le corps sans vie tomber à côté de l'ancien militaire. Ceci fait, Henri fonça en direction des autres chats, qui tentèrent de fuir. Il lança son couteau vers le fuyard le plus éloigné, l'atteignant à la nuque ce qui le tua instantanément. Il en attrapa un autre et, décuplant la force de ses bras, le projeta contre un bâtiment voisin si violemment qu'il s'encastra dans le mur et que le craquement de ses os rompit le silence.

Les deux autres chats étaient trop loin pour que Henri puisse les attraper sans en révéler trop sur ses capacités. De toute manière, il n'était pas là pour faire du spectacle. Il leva un bras dans leur direction, poussa un soupir, et se tourna vers Julie qui était toujours en train d'affronter la jumelle survivante.


- Je te laisse t'en occuper, Julie. Je serais là au cas-où...

Henri n'avait pas voulu se battre, et regrettait déjà d'avoir utilisé son pouvoir. Mais il n'avait pas eu le choix. Vivement qu'il se trouve une arme décente, et puisse combattre sans ses maudites capacités surpuissantes...

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julie Augustin
Ligue B
Ligue B
avatar

Surnom : Killer Queen
Pouvoir : Morpheuse insectoïde
Points de Réputation : 12 300 points
Messages : 112

MessageSujet: Re: Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]   Lun 2 Mar - 5:22

Julie, trop occupée sur son combat, et, surtout, très concentrée, n'avait pas regardé ce qu'Henri venait de faire. Ainsi, elle n'avait pas vu par quel moyen le voyageur avait décimé une bonne partie du gang des Entr'Chats. Elle n'entendit que la dernière phrase, qui lui était destinée.

Je te laisse t'en occuper, Julie. Je serais là au cas-où.

Comment voulait-il que la jeune femme s'occupe du reste alors qu'elle ne savait pas encore utiliser son pouvoir? Mais, peut-être avait-il confiance en elle et pensait qu'elle y arriverait assez rapidement? La voyageuse, par réflexe, se tourna vers lui pour voir où il en était et, ce fut à ce moment qu'elle vit deux des félins à terre. Et se fut également, au même moment, que son adversaire en profita pour la griffer au bras droit.

Il s'agissait d'une assez belle entaille. Sur le coup, Julie revint aussitôt dans son combat, motivée à montrer à Henri qu'elle aussi pouvait battre ses adversaires. Elle se dématérialisa en milliers de mouche, surement à cause de la colère d'avoir été blessée aussi facilement, et se matérialisa derrière la jumelle encore en vie, la poussant avant de reprendre totalement sa forme humaine.

Une petite poussée, ça ne faisait rien. Mais Julie voulait profiter du déséquilibre engendré pour surenchérir avec quelques coups de poings. La voyageuse n'avait vraiment pas l'habitude de se battre, et ça se voyait. Cependant, elle s'en donnait à coeur joie contre la féline, commençant même à faire un sourire sadique, comme si elle appréciait faire du mal...Pourtant ce n'était vraiment pas elle.

Tu vas voir!!!

Elle mitrailla son adversaire. C'était l'adrénaline qui parlait à cette instant.. Elle était, normalement, incapable de faire ce genre de chose. La siamoise saignait fortement et son visage était réduit en charpie à présent. La voyageuse se calma et, après ces événements, se tourna vers son ami.

On fait quoi des autres?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sphinx
♥ Méchant & Papillon ♠
♥ Méchant & Papillon ♠
avatar

Surnom : Sphinx
Team : Général des Météors
Pouvoir : Morpheur Sphinx (papillon de nuit)
Points de Puissance : 44 500 Points
Points de Réputation : 57 500 points
Points du Membre : 833 points
Double Compte : Bébert
Messages : 651

MessageSujet: Re: Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]   Jeu 5 Mar - 18:00

Julie parvint à terrasser son adversaire, après s'être faite blessée. Se transformant en une multitude de mouches (un pouvoir qui rappela le sien à Henri), elle réussit à passer derrière son adversaire et à le déséquilibrer. Le Sphinx n'avait jamais songé à utiliser son pouvoir de cette manière-là, et trouvait l'idée intéressante.

Une fois la créature féline déséquilibrée, la Voyageuse s'acharna sur elle, la frappant comme si ce n'était qu'un vulgaire sac de boxe sur lequel elle laissait aller sa frustration. C'était perturbant et ça rappelait quelqu'un à Henri. Il avait également été sujet à ce genre de crise de folie, s'acharnant sur ses adversaires même lorsqu'ils étaient déjà morts depuis un moment.

Henri n'aimait pas ça. Il voulait que Julie soit capable de se défendre mais sans devenir le monstre qu'il avait été. Surtout qu'elle n'avait pas l'excuse d'avoir eu son visage ravagé, d'être extrêmement susceptible ou encore de souffrir le martyr à chaque seconde qui passe. La passion domine la raison disait l'une des Leçons : il ne fallait pas laisser la colère, la rage ou aucune autre émotion dominer nos actes. Cela n'amenait que causait que souffrance, que ce soit aux autres ou à nous-mêmes.

La jeune femme finit par se calmer et se tourner vers le Sphinx, lui demandant ce qu'ils devaient faire des autres.


- Ils sont morts. Ils ont laissé l'excitation et la fièvre du combat prendre le pas sur leur raison. Comme toi à l'instant. Et cela leur a coûté la vie car ils n'ont pas réfléchi avant d'agir. On ne vainc pas plus fort que soi dans un duel de force brute, mais d'esprit.

Si les chats s'étaient donnés à fond, alors que Henri était décidé à ne pas se servir de son pouvoir, ils auraient eu une chance de gagner ou, plutôt, de gravement le blesser. Mais ils n'avaient pas su saisir leur chance, aveuglés par l'orgueil. Ils s'étaient comportés exactement comme Sphinx face à Samuel, et ils l'avaient payé de leur vie.

C'était pas trop cher payé pour une erreur aussi débile. Henri en voulait encore à son « ancien lui ». Il allait proposer à la jeune femme de continuer la visite, quand des gardes mi-hommes, mi-loups se ramenèrent.


- On a entendu dire qu'il y avait du grabuge, ici. Qui sont les fauteurs de trouble ?

Un membre du public allait-il lier le Sphinx et sa compagne aux cadavres ensanglantés ?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julie Augustin
Ligue B
Ligue B
avatar

Surnom : Killer Queen
Pouvoir : Morpheuse insectoïde
Points de Réputation : 12 300 points
Messages : 112

MessageSujet: Re: Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]   Lun 30 Mar - 17:39

Ils sont morts. Ils ont laissé l'excitation et la fièvre du combat prendre le pas sur leur raison. Comme toi à l'instant. Et cela leur a coûté la vie car ils n'ont pas réfléchi avant d'agir. On ne vainc pas plus fort que soi dans un duel de force brute, mais d'esprit.

Julie ne comprit pas tout de suite ce que voulait dire le jeune homme. Puis, avec un visage de surprise, se recula d'un pas par réflexe : Henri était un ancien de Dreamland. Elle, depuis le début, croyait qu'il était juste son aîné de quelques jours ou semaines...Ce n'était donc pas étonnant que tout le gang se soit casser les dents contre lui.

On a entendu dire qu'il y avait du grabuge, ici. Qui sont les fauteurs de trouble ?

Les ennuis n'allaient surement pas se finir dès maintenant? C'était trop beau pour être vrai et le destin leur avait envoyé les forces de l'ordre pour que la fête puisse continuer. La voyageuse soupira bruyamment, montrant bien son ras le bol et, les représentants de la loi le prirent personnellement.

Vous avez quelque chose contre nous, l'étrangère?

Les chiens, très susceptibles apparemment, leur intima de les suivre au poste en les menaçant de les mettre en garde à vue avec des "menottes de non réveil". C'était un étrange nom et Julie sourit instinctivement, pensant qu'une invention comme ça ne pouvait exister.

J'effacerai ce sourire de mon visage si j'étais vous.

Elle soupira de nouveau. Apparemment, l'ennui était au rendez-vous à présent. Heureusement qu'elle n'était pas seule pour supporter cette épreuve. Henri était un peu plus derrière et elle ralentit un peu pour le rejoindre, ralentissant également leurs "gardes du corps" également.

Dépêchez-vous!

-En chuchotant-
On fait quoi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sphinx
♥ Méchant & Papillon ♠
♥ Méchant & Papillon ♠
avatar

Surnom : Sphinx
Team : Général des Météors
Pouvoir : Morpheur Sphinx (papillon de nuit)
Points de Puissance : 44 500 Points
Points de Réputation : 57 500 points
Points du Membre : 833 points
Double Compte : Bébert
Messages : 651

MessageSujet: Re: Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]   Lun 30 Mar - 18:44


Les forces de l'ordre étaient arrivées et, apparemment, il n'y avait pas eu besoin que quiconque n'ouvre la bouche pour que Henri et Julie se fassent embarquer au post. Tant mieux, cela prouvait que la police locale avait une quelconque utilité et était capable de prendre des décisions seules. L'un des agents (celui qui avait pris la parole) était plutôt zélé et semblait voir le mal partout, ce qui le poussa à s'adresser de manière désagréable à Julie.

Un autre, issu d'un métissage humain et labrador, semblait beaucoup moins à cheval sur les règles et se rapprocha de toi, pour te glisser à l'oreille.


- T'inquiète-pas, va, on va pas vous retenir longtemps : on sait que c'est vous qui nous avez débarrassé de ce gang de chats. Bien joué, en tout cas.

Puis, après t'avoir gratifié d'un coup de patte amical dans le dos, il rejoignit ses collègues qui lui demandèrent des détails sur les propos qu'il avait échangé avec le « tueur de chats » et semblèrent déçus qu'il n'y ait pas eu vraiment de réelle discussion. Quant au flic zélé, il jetait un regard soupçonneux sur l'ensemble. Il n'avait jamais apprécié le moindre signe de connivence entre ceux qu'il considérait comme ses zones et les « potentiels coupables » et ne voyait pas d'un bon œil ce qu'il venait de se passer.

Après avoir laissé échappé un soupir, il se concentra de nouveau sur la plus forte-tête des deux. Son instinct lui soufflait que ce n'était pas la dernière fois qu'il la rencontrerait. Il espérait en tout cas que ce ne soit pas dans de semblables circonstances. La jeune femme qu'il observait finit par ralentir le pas, afin d'arriver au niveau de son potentiel futur compagnon de cellules (les cellules étant mixtes).  Ne voyant aucune raison à les empêcher d'échanger, il se contenta de darder sur eux un regard inquisiteur, prêt à agir au moindre signe de rébellion.

Quant à Henril, il écouta le chuchotement de Julie avec attention, et lui répondit d'une même voix :


- N'est-ce pas évident ? On commence par visiter l'endroit où les chiens placent les gens en garde à vue. C'est une bonne occasion d'en apprendre plus sur leur système judiciaire, ne penses-tu pas ? Je me demande s'il a beaucoup de différences avec le nôtre...

Il s'étira un peu, profitant de cette marche plutôt lente et paisible pour permettre à son corps de récupérer du massacre auquel il avait participé, quelques minutes plus tôt. Puis, se rendant compte que sa compagne ne comprenait peut-être pas pourquoi il prenais son arrestation aussi bien, il décida d'ajouter :

- Bon, tu te demandes peut-être pourquoi je nous laisse subir ça, et n'essaie même pas de nous disculper ou, même, de me rebeller contre l'autorité locale ? Et bien, je ne veux pas les effrayer. Si je m'opposais à eux, je risquerais de donner une mauvaise image des Voyageurs et, donc, de braquer la population contre eux, ainsi que les forces de l'ordre, et le royaume tout entier. Et je ne veux pas que ça arrive. J'ai déjà commis assez de mal par le passé.

Il s'arrêta, s'assurant que les chiens ne pouvaient pas l'entendre, malgré leur ouïe plus développée que celle humaine.

- Se laisser faire peut être barbant, certes. Mais je pense qu'il est essentiel de montrer le bon exemple, afin de donner une bonne image des Voyageurs et d'éviter que de jeunes Voyageurs comme toi se fassent agresser par des créatures des rêves victimes par le passé des exactions de nos semblables. Qu'en penses-tu ?

Il écouta la réponse de sa camarade et s'apprêta à ajouter quelque chose, mais c'était trop tard : ils venaient d'arriver devant une espèce de gamelle géante, sur laquelle le mot « chiendarmerie » était gravé. Sans rechigner, Henri pénétra l'entrée du bâtiment à l'aspect si étrange, découvrant des dizaines d'autres gardes comme ceux qui venaient de capturer les deux Voyageurs.

Le séparant de Julie, on le mit dans une salle d'interrogatoire afin de disputer un match de tennis en trois sets. Ou pas. On avait clairement l'intention de l'interroger. Henri, peu coutumier des gardes à vue dans la réalité, s'était attendu à voir se réaliser un vieux cliché de films policiers : la salle obscure, la lampe aveuglante, le bon flic et le méchant flic. Rien de tout cela, en réalité. La salle était bien éclairée, une fenêtre en forme d'os laissant rentrer la lumière du jour. De plus, le type qui l'interrogeait était celui avec du sang de labrador, son collègue zélé ayant certainement préféré de s'occuper de l'interrogatoire de Julie.

Henri se contenta d'expliquer toute l'histoire, sans ajouter aucun détail. Il expliqua comment il avait tiré Julie des pattes d'hommes-hyènes qui rackettaient les passants, et comment il avait tenté de lui faire visiter la ville. Il n'épargna pas le passage où il avait empêché un marchand de couper la main d'un voleur, ni aucun des détails sanglants de son combat contre les chats. Appréciant son honnêteté et constatant que la version des faits proposée par le jeune homme coïncidait avec celles des gens qui avaient prévenus les forces de l'ordre, il lui adressa un grand sourire et lui remercia de leur avoir accordé son temps.

Puis, après lui avoir serré la main, il le fit sortir à l'extérieur, lui demandant d'attendre son amie qui « ne devrait pas tarder à arriver », selon l'homme-labrador.

Henri espérait que la jeune femme allait vite en finir, car il avait des lieux bien plus intéressants à lui montrer.

_________________




Dernière édition par Sphinx le Dim 19 Avr - 23:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julie Augustin
Ligue B
Ligue B
avatar

Surnom : Killer Queen
Pouvoir : Morpheuse insectoïde
Points de Réputation : 12 300 points
Messages : 112

MessageSujet: Re: Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]   Ven 17 Avr - 23:13


Les voyageurs, arrivés dans le commissariat, furent séparés pour interrogatoires. Apparemment ceux qui les avaient servit d'escorte jusque là avait essayé de jouer au gentil et méchant flic, commençant le travail de leurs collègues bien à l'avance. D'ailleurs, Henri, d'apparence du moins, avait semblé prendre cela avec légèreté...Peut-être avait t'il eu raison? En tout cas, il avait réussi à rassurer, le court d'un temps, Julie.

C'était donc un peu plus sereine qu'elle était entrée dans cette salle assez sombre où seule la lampe posée sur la table pouvait se vanter d'être la plus éblouissante des ampoules présente. On l'invita à s’asseoir en face de ce qui devait être son interlocuteur ou, plutôt, son interrogateur et la "séance" commença.

Le chien en face d'elle n'arrêtait pas de parler et de faire tout son monologue, sans faire attention si elle allait s'assoupir d'ennui ou non. Finalement, il finit et se jeta, verbalement, sur elle, l'attaquant pour voir ses réactions. D'abord surprise par ce brusque changement, Julie arriva à se calmer peu à peu, en essayant de ne pas répliquer.

Vous faisiez quoi à cet endroit?

Elle ne trouva rien à dire et lui dit simplement qu'elle était apparue là, sans savoir pourquoi et qu'il s'agissait de sa première "vraie" nuit à Dreamland. C'était une réponse assez naïve et elle n'allait surement pas avoir l'effet attendu mais il fallait être un minimum honnête avec la police.

Et comment avez-vous fait la connaissance de cet autre voyageur?

Par hasard.

Le ton, du côté de la créature de rêve, monta un peu, ne croyant pas tout à fait la version de la jeune femme. Celle-ci, ne sachant pas quoi dire d'autres ou faire, commença naturellement à stresser. C'est à ce moment qu'un collègue entra et chuchota à l'oreille du policier, qui fut assez surprit si on en jugeait l'écarquillement de ses yeux.

C'est bon, vous pouvez partir.

Sans demander son reste, Julie se leva, attendit qu'on la dé-menotte et sortit de ce commissariat, espérant ne jamais plus y entrer à nouveau. Dehors, Henri l'attendait depuis un certain nombre de minutes d'après elle. S'approchant de lui, elle remarqua que sa peau commençait à devenir transparente et commençait à s'évaporer. La voyageuse le regarda surprit et, après un "Pouf", cette dernière disparue, surement réveillée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sphinx
♥ Méchant & Papillon ♠
♥ Méchant & Papillon ♠
avatar

Surnom : Sphinx
Team : Général des Météors
Pouvoir : Morpheur Sphinx (papillon de nuit)
Points de Puissance : 44 500 Points
Points de Réputation : 57 500 points
Points du Membre : 833 points
Double Compte : Bébert
Messages : 651

MessageSujet: Re: Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]   Lun 20 Avr - 0:13

À peine la jeune femme fut libérée qu'elle se réveilla, laissant le Sphinx seul. Il l'avait attendu pour rien, du coup, mais ça ne semblait pas trop le déranger. Se levant du sol sur lequel il s'était assis pour l'attendre, il épousseta son postérieur et jeta un regard oblique aux alentours.

Une foule se pressait dans les rues, convergeant vers le palais. Des charrettes immenses, tirées par d'énormes chiens, prenaient toute la place. Les marchands canins étaient nombreux, et s'en servaient afin d'apporter leurs marchandises jusque devant le palais. Là, profitant de la foule venue demander conseil au roi, ou simplement visiter l'architecture royale, les marchands tentaient d'écouler leurs stocks en haranguant la foule, qui comptait de nombreux clients potentiels.

Bien entendu, tout ce petit monde était géré par le gang des hommes-hyènes qui, bien que privé de deux membres, n'en restait pas moins un obstacle à la libre circulation de tout le monde. Henri ne savait pas s'il devait intervenir : ne risquerait-il pas, ainsi, de mettre en péril la chaîne qui régissait cette partie du royaume ? En allégeant la bourse des marchands et des passants, les hommes-hyènes participaient à l'économie locale puisqu'ils reversaient ensuite le fruit de leurs larcins aux tenanciers des tavernes, ou encore à la gendarmerie en guise d'amendes.

Si Henri supprimait les hommes-hyènes, les marchands s’enrichiraient encore plus, au détriment du reste de la population. Étant déjà une classe dominante du royaume, ils n'auraient plus besoin de la protection des gardes du corps qu'ils s'offraient, et cela obligerait de nombreux hommes forts à chômer, ne trouvant plus de marchand à qui offrir leurs services.

Bien entendu, la « chaîne » ne tarderait pas à reprendre sa forme initiale, si Henri en brisait l'un de ses maillons. En effet, les gardes du corps mis à la porte ne tarderaient pas à devoir recourir à des moyens peu recommandables afin de nourrir leur famille, et se mettront alors à attaquer leurs anciens employeurs, remplaçant les hommes-hyènes.

Ces petites réflexions firent donc réaliser au jeune homme qu'il ne servait à rien d'intervenir, et qu'il ne devait donc pas s'occuper du cas des hommes-hyènes. Toutefois, afin de tromper son ennui, il se décida à aller voir ce que devenaient ces types à la mine patibulaire.

Sans réfléchir plus longtemps, le jeune homme se fendit dans la foule, se laissant emporter vers le palais. Un visage en particulier attira son attention, dans la foule. Ou, du moins, une absence de visage : un type portait un masque à gaz plutôt léger. Henri en fut intrigué, avant de se rendre compte qu'il avait exactement les réactions qu'il détestait chez les gens, quand il dissimulait son visage à cause de ses blessures qu'il pensait incurables.

Non, il n'allait certainement pas importuner ce type, afin de savoir le pourquoi du comment il portait ce masque. Il le suivit toutefois du regard, ralentissant le pas afin qu'il soit arrêté par le cordon d'hommes-hyènes avant lui. Il était quand même curieux de le voir agir.

À sa grande surprise, le type ne se laissa pas arrêter par les bandits. En frappant un si violemment qu'il l'envoya à terre, il se mit à rire derrière son masque.


- Vous pensez vraiment être capables de m'imposer votre loi ? Hi-la-rant ! Je suis le Sphinx, l'un des Voyageurs les plus puissants de cette ère. Et je vais vous tuer, si vous ne me laissez pas passer ! Je dois m'entretenir avec le roi en personne.

Henri était choqué, n'ayant pas perdu une miette de ce discours. Ce type se faisait passer pour lui ? Et pourquoi sa voix lui était-elle familière ? Ou avait-il pu rencontrer cet imposteur de pacotille ? L'un des hommes-hyènes dégaina un poignard et se jeta sur le masqué, qui releva son masque à gaz afin de lui cracher du sang au visage. Les poils et la chair s'évaporant légèrement au contact du sang, l'homme-hyène ainsi touché se mit à hurler de douleur, tout en tentant de frapper son adversaire qui se contenta de l'ignorer, en restant à distance.

Le jeune homme finit par s'en rappeler. Il s'agissait du fameux morpheur scarabée qu'il avait rencontré au royaume des deux déesses, qui n'était alors que 1935 de la ligue M. Il avait dû progresser, depuis, mais pas suffisamment pour que la tentation de se faire passer pour le Sphinx ne soit trop tentante. Alors que les hommes-hyènes le laissaient passer, le véritable Sphinx s'interposa.


- Qu'est-ce que tu fous là ? T'as pas entendu ? J'suis le Sphinx ! Dégage, si tu veux pas que j'te bute !

Henri se contenta de sourire de manière sinistre, croisant les bras afin de montrer son intention de ne pas le laisser passer. L'usurpateur lui cracha alors au visage, inondant son corps d'un sang corrosif, qui n'affecta toutefois pas le Sphinx.

La dernière fois qu'ils s'étaient croisés, le Sphinx avait vaincu le morpheur en faisant croire avoir été mortellement blessé par son sang. Il avait alors attendu que le Voyageur baisse sa garde, pour lui arracher les bras.


- Je te l'ai déjà dit : ton sang n'a aucun effet sur moi. Je vois que tu as retrouvé tes bras, imposteur.

Même s'il ne pouvait pas totalement le voir, Henri supposait que le visage du morpheur avait dû passer par un bon nombre de nuances de couleurs, avant de se stabiliser à un blanc livide.

- Ce... ce... ce n'est pas possible.... T'es.... sensé... sensé avoir disparu !

Ne voulant pas se battre contre celui qu'il devine être le vrai Sphinx, malgré un visage inconnu et l'absence de masque (qui d'autre serait immunisé à la corrosion, et en saurait tant sur ce passage douloureux de la vie du Voyageur?), le morpheur scarabée fit apparaître ses ailes et s'envola dans les airs. Même s'il était maintenant N°545 de la ligue M, il n'était pas assez fou pour défier le Sphinx en combat.

Cependant, le jeune homme ne comptait pas le laisser partir si facilement. Faisant apparaître ses propres ailes, il s'élança également à sa poursuite. Il ne tarda pas à rattraper le morpheur, qu'il attrapa par la gorge.


- Je t'emprunte ceci. Je risque d'en avoir besoin, pour faire de nouveau face à mon passé, déclara-t-il, tout en lui volant son masque à gaz.

Il relâcha ensuite le morpheur, qui s'éloigna sans attendre son reste.

- Et si tu tentes de nouveau de te faire passer pour moi, je te retrouverais et je te tuerais.

Le jeune homme avait eu son lot d'émotions pour la nuit. Mais il avait compris pas mal de choses, comme le fait qu'il ne pourrait pas continuer éternellement à se passer de son pouvoir. Afin de pouvoir mener deux vies différentes, une en tant qu'Henri et une en tant que Sphinx, il devait donc disposer d'un masque qui lui permettrait de passer d'une identité à l'autre.

C'est sur cette dernière pensée, en vol stationnaire dans le ciel du royaume canin, que le jeune homme se réveilla.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Piques moi si tu peux! [PV : Sphinx]
» Une invitation que,malheureusement je ne peux refuser(PV HC)
» Sorties - Livres épiques
» croque-moi si tu peux - jeudi 24 mai, 14h17
» Je peux manger avec toi ? { FT Fox}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dream Land Infinity RPG :: RP :: Troisième Zone :: Royaume canin-
Sauter vers: